thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

VOIR EGALEMENT LA RUBRIQUE "CARTES POSTALES"

 

 
Publicité.
 

Destination Bourgogne avec le Petit Futé

Composée de quatre départements, la région est d’une richesse si foisonnante, que beaucoup diront qu’elle est « bénie des Dieux ». Les amoureux des flots bleus vogueront au fil de l’eau, tandis que les pêcheurs d’eaux douces viendront taquiner la carpe. Neuf canaux et rivières sillonnent la Bourgogne, la plaçant au rang d’honneur du réseau fluvial en France, le canal de Bourgogne, le canal de Roanne, la Saône, la Seille, la Loire et l’Yonne. A bicyclette, avec ou sans Paulette, les passionnés de la petite reine auront quantité de sentiers à explorer, entre les chemins de halage et les voies bleues et vertes.


On dit des Bourguignons qu’ils sont « fiers », mais comment pourrait-il en être autrement vu le grand nombre de produits en AOC et AOP ? En Bourgogne on ne met pas d’eau dans son vin, mais de la crème de Cassis de Dijon ! Des rouges aux blancs à rosir de plaisir et des crémants à émoustiller les plus timides. Et parce qu’un bon vin est plus apprécié avec un bon repas, parcourez les restaurants et auberges où l’hospitalité est un art. Jambon persillé ou escargots de Bourgogne sauront ouvrir les appétits, avant de déguster les fameux poulet de Bresse, bœuf Charolais, et nombreux fromages de caractère comme l’excellent brillat-savarin ou l’Epoisse.

Les amateurs de vieilles pierres n’y seront également pas en reste ! De la tour Philippe le Bon au majestueux château d’Ancy le Franc, découvrez le sacré dans la cité Clunisienne, la Célèbre Roche de Solutré, le château fort en construction à Guédelon, et les lieux de la bataille d’Alésia à Alise sur Reine. La liste des trésors de cette région est si grande qu’elle ne saurait être exhaustive ! Consciente de la richesse de ses sols et du trésor patrimonial dont elle bénéficie, la région s’est engagée à mener une politique ambitieuse dans le domaine agro-écologique, visant à protéger les écosystèmes et à produire des AOC de grande qualité.

La culture est partout, la rue et les caves sont autant de lieux d’expression. Aux beaux jours le festival Chalon dans la rue reste un immanquable tout comme les Musicaves où se confondent musiques du monde et terroir. Tandis que Beaune déroule le tapis rouge lors du festival international du film policier ou du festival international d’opéra baroque, les sports mécaniques comme les grandes équipes font monter les clameurs dans les gradins.

Sachez que si l’on passe en Bourgogne par hasard on y revient toujours par plaisir !


INFOS PRATIQUES :
BOURGOGNE 2019 - Le Petit Futé - Coll. France.
Version numérique offerte - 672 pages quadri
Prix public : version print : 9,95 € - version numérique : 4,99 €
Prochainement disponible sur : boutique.petitfute.com

RDV en BOURGOGNE sur Internet, votre smartphone et votre tablette : www.petitfute.com

 
Imprimer - - par MA - 22 mai 2019

Verdunois : Devoir de mémoire, une exposition avec pour thèmes Résistance et Déportation à St Loup-Géanges, aujourd'hui et demain

 

Des panneaux retracent des épisodes de la seconde guerre mondiale dans les villages de Saint Loup de la Salle, Géanges mais aussi dans le secteur de Chagny. Ces panneaux ont été confectionnés par des membres de la section de Chagny de la F.N.D..I.R.P avec le concours du comité de la F.N.A.C.A de commune de ST Loup-Géanges. Ce comité compte 19 Adhérents.


CE MERCREDI ET JEUDI, A LA SALLE « DES PERRELLES »
Cette exposition installée, mardi matin , par les équipes de Gérard Lory et de Danièle Dodey ( F.N.D.I.R.P Chagny) et par celle de Gérard Goyard et Jean Pierre Ronget ( F..N.A.C.A St Loup), permet une rétrospective très intéressante, à partir de nombreux témoignages.


LA RESISTANCE MAIS AUSSI LA REPRESSION
Ancien maire de Géanges, Roger Goyard, n'a pas manqué d'évoquer les itinéraires du Docteur Naudin, de trois membres de la famille Claire, ou encore de Jean Baptiste Cautin, qui ont été déportés. Ces habitants de Saint Loup de la Salle, appartenaient au groupe Airoldi, dirigé par Marcel Petiot.
Cette exposition retrace aussi l'arrivée de 115 réfugiés luxembourgeois, fin mai 1940 sans oublier un groupe composé de ressortissants Polonais et Russe, du groupe F.T.P Moi, hébergé d'octobre 1943 à Mai 1944.


UN CIRCUIT ; SUR LES TRACES DE LA REPRESSION AUTOUR DE LA SAONE
Autre initiative, celle portée par des collégiens des « trois rivières » , établissement scolaire de Verdun sur le Doubs, qui viennent de rédiger un document « Sur les traces de la Répression Allemande autour de la Saône ».
Ce document est visible dans le cadre de l'exposition, visible ce mercredi de 9 H à 12 H et de 14 H à 18 H et demain de 9 H à 12 H et de 14 H à 17 H. Entrée libre.

 

- La salle des perrelles, se trouve à proximité de l’ancienne mairie au bourg de Géanges.

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 8 mai 2019

Bourgogne Magazine... avec le Château de Germolles en couverture !

Le nouveau hors-série de Bourgogne Magazine sur les Maisons des Illustres de Bourgogne – Franche-Comté vient de paraître… avec le Château de Germolles en couverture !





Le label ‘Maison des Illustres’ est décerné par le Ministère de la Culture
pour distinguer des sites patrimoniaux particulièrement importants
du fait des personnages qui les ont habités et qui ont contribué de façon décisive
à l’histoire politique, sociale et culturelle de la France.


Il y a 18 Maisons des Illustres en Bourgogne – Franche-Comté
et le Château de Germolles est la plus ancienne d’entre elles.
Marguerite de Flandre et Philippe le Hardi voisinent ainsi avec Pontus de Tyard, Vauban, Buffon,
Lamartine, Niépce, Hugo, Courbet, Pasteur ou Colette… dans ce beau panthéon provincial !

Ce hors-série de Bourgogne Magazine passe en revue, de manière très plaisante,
ces différents lieux et en souligne les spécificités, en plus de 200 pages.



Bourgogne Magazine,
Bienvenue chez les illustres, numéro hors-série n° 16,
210 p., 14,90 €.

Cet ouvrage est disponible au Château de Germolles
 
Imprimer - - par Chateau de Germolles - 3 mai 2019

Parution:Le numéro 76 des « Chroniques Chalonnaises »


Le dernier numéro des « Chroniques Chalonnaises » a été présenté samedi dernier, lors de la réunion trimestrielle de la Société d'Histoire et d'Archéologie.


Pas moins de 22 pages avec cinq articles rédigés par Claude Elly : « Au coin de la rue pavée' » et un autre sur « La place du chatelet ». L'ancien président de la S.H.A.C, Louis Bonnamour, consacre un article au naufrage d'Abd-el-Kader à Epervans, le 25 Novembre 1910.


Le dossier central, de ce numéro est dédié auChâteau de Germolles, le maître des lieux évoque des aspects architecturaux de cette « résidence princière singulière ».


Autre pilier de la vénérable Société d'Histoire, Marie Thérèse Suhard, retrace « L'escalier de la Javel » un passage piétons se trouvant entre le rempart Saint Vincent et la Rue de Dijon. Cet escalier a disparu en 1970, au moment de la construction d'immeubles dans ce secteur.


Toujours vendu au prix de 3 euros, ce numéro est disponible dans les librairies de notre ville mais aissi à Chagny ( librairie Espace Nature) et lors des permanences de la Société d'Histoire et d'Archéologie, les mardis de 16 H à 19 H, au 9, rue Philibert Guide.

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 30 avr 2019

A la société d'histoire : Jacques Madignier évoque les itinéraires d'Olivier de Martreuil et de Nicolas de Toulon, Évêques de Chalon et d'Autun

Professeur d'université, spécialiste du monde épiscopal et canonial des derniers siècles du Moyen âge mais aussi membre actif de la Société d'Histoire et d'Archéologie de Chalon, Jacques Madignier a retracé samedi après midi au studio 70, la vie de deux évêques.


L'INFLUENCE SPIRITUELLE ET POLITIQUE
Alors que Nicolas de Toulon, ( natif de Toulon Sur arroux) était évêque d'Autun ; Olivier de Martreuil était évêque dans notre ville.
Ces deux évêques ont exercé leurs fonctions l'époque des ducs de Bourgogne, ils ne jouèrent donc pas uniquement un rôle spirituel mais aussi politique, exerçant une grande influence. Ils étaient d'ailleurs nommés en accord avec les ducs de Bourgogne. « Ils étaient des élites intellectuelles, ils ont contribué à modelé l'un Autun et l'autre Chalon » a souligné Jacques Madignier.
L'un a été inhumé dans la simplicité à la cathédrale d'Autun, l'autre a l'abbaye de Mazières , sur le territoire de la commune de Saint Loup de la Salle.


PARUTION DES ACTES D'UN COLLOQUE
Avec beaucoup de détails, Jacques Madignier, vice président de la Société d'Histoire, a contribué à enrichir avec sa communication la Société d'Histoire de notre ville qui publiera prochainement les actes d'un colloque, qui s'est déroulé, en octobre dernier dans notre ville. Ce colloque, avait pour thème : «  L’évêque Jean Germain et les chanoines de la cathédrale de Chalon-sur-Saône".

 


D'autre part, prochainement seront publiés une huitaine de contributions « pour  la Grâce d’une cathédrale à Saint-Lazare d’Autun, «  fruit de longues recherches de Jacques Madignier.

 

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 28 avr 2019

A partir de ce samedi...Jusqu'au 5 Mai, une exposition en mémoire des prisonniers de guerre et des déportés à Saint Martin en Bresse

 

Durant 9 jours, il est possible de découvrir le parcours de 34 prisonniers de guerre et déportés, de Saint Martin en Bresse, de Montcoy et des villages environnants. Cette exposition réalisée par Claude Chavet en coopération avec le comité d'entente des Anciens Combattants de l'Union Fédérale et P.G-C.A.T.M de Saint Martin en Bresse, de la F.N.D.I.R.P 71, de la bibliothèque de l'ex- chef lieu de canton et du conseil départemental est visible à compter de ce samedi jusqu'au dimanche 5 Mai, à la salle Gaudillat, place de l’Église.

 


« IL N'A RIEN DIT DE SA GUERRE »
C'est à partir d'un témoignage, celui recueilli par la petite file de Jean François Jeanin, un habitant de Dampierre en Bresse, fait prisonnier en 1940, à l'âge de 32 ans, qu'est née cette exposition-rétrospective. Claude Chavet, un habitant de Saint Martin en Bresse, avait déjà présenté en 2016, une exposition sur la première guerre mondiale. Il récidive. Il a recueilli de nombreux témoignages, s'est rendu à Caen mais aussi en Allemagne afin de reconstituer minutieusement le parcours de pas moins de 34 prisonniers de guerre et de déportés.


Parmi les prisonniers et déportés, il y a ceux d'Alphonse Journeaux, tout d'abord mis en congés, puis déporté au camp de Mauthausen, de François Morain, mort de maladie en 1943, rapatrié à Saint Martin en Bresse le 15 Mars 1950 et inhumé au cimetière de cette localité.


SANS OUBLIER LA TRAGÉDIE DE MONTCOY
Claude Chavet a retracé aussi l'itinéraire des 12 personnes arrêtés le 4 Avril 1943 et ensuite déportés, seulement 3 reviendront . Il évoque la mémoire d'Alphonse Burck, déporté politique . La mémoire d'Henri Solbach, arrêté à Serley ,instituteur ensuite à Dampierre en Bresse est rappelée. Il a été l'un des survivants de la tragique catastrophe du Cap Arcona, le 3 Mai 1945...


LE TÉMOIGNAGE DE GABRIEL MICHELIN
Parmi les nombreux témoignages, celui de Gabriel Michelin, une figure bien connue de la région chalonnaise, sur la prison de Chalon. Aux côtés des panneaux comprenant les témoignages, des photos, des cartes se trouvent pas moins de 13 panneaux mis à disposition par la F.N.D.I.R.P 71 que préside Anita Baudouin, contribuant elle aussi très activement au devoir de mémoire.


 

- L'exposition est ouverte de 13 H 30 à 19 H. Des membres du comité d'entente des Anciens Combattants de l'Union Fédérale et P.G-C.A.T.M de Saint Martin en Bresse, vont contribuer à commenter les nombreux panneaux et documents p

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 27 avr 2019

Vient de paraître : « Souvenirs » de Robert Petit, les chroniques de l'ancien maire de Sagy

C'était attendu, celles et ceux, connaissant Robert Petit, étaient sans méconnaître tout à la fois la passion pour l'histoire de cet autodidacte et l’intérêt pour l’écriture. Ce bressan de Sagy, décédé l'an dernier, avant de devenir conseiller général à l'automne 1973, a été négociant en matériaux mais aussi un résistant engagé au sein des F.F.I.



L'UN DES FONDATEURS DE L’ÉCOMUSÉE DE LA BRESSE BOURGUIGNONNE
Personnage atypique, d'une grande culture, Robert Petit ne laissait personne indifférente. Les populations de Sagy mais aussi des communes composantes alors le canton de Beaurepaire, ont renouvelé à plusieurs reprises, dès le premier tour leur confiance à cette figure du terroir qui ne tenait aucune réunion publique en raison de sa profession. Robert Petit, est également l'un des fondateur, de l'écomusée de la Bresse Bourguignonne, dont l'idée a germé et s'est concrétisée le 9 Mai 1981. .


 

LE SOIR DU 2 AVRIL 1974 : L'HISTOIRE LOCALE COÏNCIDE AVEC L'HISTOIRE NATIONALE
Cet homme de gauche, socialiste proche de Pierre Joxe,était d'une grande fidélité tout à la fois à l'égard de ses origines mais aussi dans ses amitiés. Ce sont d'ailleurs ses collègues de la « Société des Amis de l'Instruction et de l'agriculture de Sagy et de Saint Martin du Mont » qui en publiant cet ouvrage d’une centaine de pages, rendent aussi un hommage amplement mérité à l'un ceux qui a réactivé cette association. En effet M. Petit a impulsé un soir du 2 Avril 1974 ( date de la mort de Georges Pompidou) cette société dont l'ancien président, Marcel Baroë, vient de mourir.


LE QUOTIDIEN D'UN MAIRE
Avant d'être conseiller général durant 19 ans, de 1973 à 1992, Robert Petit , a été premier magistrat durant vingt ans ( 1971 à 1991) et élu municipal de 1965 à 2001. Il évoque naturellement les difficulté d'un élu rural, ,soucieux du développement de la commune avec l'implantation d'une pharmacie par exemple ou encore la construction d'une maison forestière sans oublier les réfections de la voirie, le remembrement, l'entretien des rivières ou encore les festivités et autres événements du village,comme les visites des autorités préfectorales et ministérielles. Il évoque aussi ses échanges avec Louis Joxe, le père de l'ancien député de la circonscription.


Le travail de rédaction de cet ouvrage a été entrepris à partir des souvenirs rédigés par Robert Petit, coordonné par Jean Paul Petit, son neveu et une équipe composé de de Marcel Baroë , Denise Petit, Thomas Petit, Philippe Nicolas et Claude Comparet, président de la Société des Amis de l'instruction et de l'agriculture de Sagy et de Saint Martin du Mont, auprès de qui, ce livre est en vente , au prix de 15 euros.

N.D.R : Robert Petit a eu un homonyme partageant à la fois ses idées de gauche, sa passion pour la chose publique et pour l'histoire locale, il s'agit de M° Robert Petit, maire d'Aubusson de 1980 à 1989. A notre connaissance, les deux hommes ne se sont jamais rencontré.
Nos photos : Le dernier ouvrage de Robert Petit- Lui même dans sa bibliothèque-bureau à Sagy- Auteur de 5 ouvrages Près du téléphone-

Imprimer - - par Daniel Dériot - 26 avr 2019

Verdunois : Le G.E.H.V , un sexagénaire très actif et pleinement impliqué dans le centenaire de 15-18

« L'année 2018 a été très riche en événements avec notamment une exposition à Allerey mais aussi différents rendez-vous dans le canton, à Bragny, Ecuelles, Gergy, la Villeneuve, Saint Loup-Géanges » a évoqué Annick Domeracki.


LE CENTENAIRE MAIS AUSSI PALLEAU
La présidente du Groupe d’Études Historiques de Verdun Sur le Doubs ( G.E.H.V) a retracé le bilan d'une année ponctuée par le centenaire de la fin de la guerre 24-18 aussi par la parution de deux publications dont une diffusée dans l'ensemble des foyers de la commune de Palleau. La plaque indicatrice du camp américain à Allerey par l’universitaire Déborah Stein, a été en novembre dernier, un événement important associant différentes générations des habitants d'Allerey. Une pièce de théâtre, a elle aussi contribué à commémorer ce centenaire qui se prolongera dès samedi prochain (1).

 

 

 


Une sortie annuelle, avec la découverte de Besançon, se déroulera le 18 Juin prochain,Bernard Jandot, en sera tout à la fois l'organisateur et le guide.

 


LA VIGNE... LE POIDS DES VILLES ET AUX COTES DES VILLAGES VITICOLES
Vincent Chambarlac, universitaire, membre actif du G.E.H.V a évoqué le poids des villes en retraçant les traditions festives viticoles sur les côtés de Beaune et de la côte Chalonnaise, avec le poids de la métropolisation porté notamment par la ville de Dijon. Cette dernière a été motrice pour le classement par l'UNESCO des « climats de Bourgogne », tout comme la ville de Chalon, joue un rôle important pour « La paulée », rendez-vous convivial, festif mais aussi médiatique et promotionnel des crus de la côte chalonnaise.

 


LA TRADITION DU NOA SE PERPETUE DANS LE VERDUNOIS
La soirée s'est prolongée avec la projection du documentaire « Nono à dédé » , un court-métrage réalisé du côté de Charette-Varennes, par Violaine Labrusse et Gilbert Loreaux ayant obtenu un prix au festival Oenovidéo en Juin dernier. Ce film évoque la vie d'agriculteurs-vignerons encore en activités. Thème du prochain bulletin « Les trois rivières » qui paraûtra en Juin prochain.


Annick Doméracki, a salué Annick Ragondet, première adjointe au maire de Verdun Sur le Doubs, les conseillers départementaux, Violaine Gillet et Jean Paul Diconne et le maire de Gergy, Philippe Fournier. Elle a vivement remercié Azucéna Price et Maurice Thomas, membres du conseil d'administration, pour leur implication dans la vie de l'association contribuant à promouvoir la mémoire et l'histoire du verdunois.


( 1 ) Intervention de Jean Paul Diconne,  président d'honneur du GEHV, à 17 H, sur le centenaire du camp américain d'Allerey, à Louhans, à l'issue de l’assemblée générale de la société des amis de arts et des sciences de la Bresse Louhannaise.

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 28 mars 2019

Devoir de mémoire : Bientôt une nouvelle publication du comité A.N.A.C.R de Chalon -Chagny

« La chaîne d'évasion du Colonel Moréteaux et autres passeurs, Chevalier, Rebillard », tel est le titre de la future publication rédigée par Roland Tatreaux ( 1 ), présentée samedi matin par l'auteur, lors de l'assemblée générale annuelle du comité Chalon-Chagny de l'A .N.A.C.R,présidé par Nicolas Vernay.

 


 

 

LA MÉMOIRE D'ANCIENS RÉSISTANTS
Ce dernier n'a pas manqué d'évoquer la mémoire de quatre membres du comité, disparus récemment. Il s'agit d'André Renaud, cet ancien résistant, résident aux près Saint Jean, a été pleinement impliqué au sein du musée du souvenir combattant, il avait été entre autre porte drapeau de association, il est décédé le 29 Mai dernier. Autre figure chalonnaise, Maurice Bonnot, décédé en janvier dernier, cet ancien maquisard, longtemps président de l'Association des anciens maquisards et réfractaires de Saône et Loire. Bien connu à Saint Marcel, localité dans laquelle il a été facteur Roger Bourgeon, un temps conseiller municipal de Lans, décédé en juin dernier avait participé à des actes de résistance. M.Vernay, a évoqué également la mémoire de l'un des derniers témoins de la tragédie de « La Madeleine » , René Bonnin, président du comité du souvenir de puis 1993, avec les siens, il avait contribué à perpétrer au devoir de mémoire des événements de mars 1944 .


LES FUTURES CEREMONIES DANS LE CHALONNAIS
L'association membre du comité de liaison des associations patriotiques chalonnaises participe aux différentes commémorations placées sous l'égide du comité. Parmi les futurs rendez vous, figurent ceux d'Ouroux sur Saône : Samedi 6 avril, en mémoire d'André Flochon ; le même jour à 16 H, le souvenir de la tragédie de Montcoy et le samedi 25 Mai, le 76éme anniversaire de la première réunion du Conseil National de la Résistance présidée par Jean Moulin, à l'école Jean Moulin,le Samedi 25 Mai. Autre rendez vous commémoratifs en période estivale, le 15 Aout à Sassenay, à Ouroux, en hommage au capitaine Rippon, le Samedi 24 Aout et Les cérémonies à Farges- Fragnes la Loyère et au guide de Marloux, Le dimanche 31 Aout.

 


SANS OUBLIER LES COMPAGNONS DE LA LIBERATION

Secrétaire départementale de l'A.N.AC.R, Bernard Vincent, représentant la présidente Simone Mariotte, a évoqué l’important travail conduit par Michel Debost. Ces travaux se concrétiseront par une exposition et une publication sur les compagnons de la libération natifs de notre département.

 


UNE TROISIÈME PUBLICATION DU COMITÉ CHALONNAIS
Après « Chemins de mémoire en chalonnais » et « circuit de mémoire dans la résistance », déjà rédigées par Roland Tatreaux, la future publication évoquera les itinéraires du Lieutenant Colonel Morétaux, des familles Bordat , Viard Bourgogne et d'autres acteurs de la chaîne d'évasion mis en place par le lieutenant colonel Morétaux , qui s'engagèrent dès 1940. dans la résistance. Aux côtés de Roland Tatreaux, se trouvait, René Bourgogne, dont le père a été membre de cette chaîne et lui même acteur . « Il s'agit de rendre hommage à ces résistants de la première heure, malheureusement et injustement pas toujours reconnus, ni honorés à leur exacte valeur et à la hauteur de leur sacrifices », a précisé Roland Tatreaux.


( 1 ) Roland Tatreaux est l'auteur de «  Hans Krüger, chef de la SIPO-SD à Chalon-sur-Saône, 1943-1944 - le Barbie chalonnais » paru en 2012.


Nos photos : Lors de l'assemblée générale de samedi- Roland Tatreaux et René Bourgogne- La future publication-Celle déjà éditées.

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 24 mars 2019

Indiscrétions de l'obélisque : Le Groupe 71... Depuis 50 ans pour la préservation et la conservation du patrimoine

 

C'est un anniversaire ce samedi, et pas n’importe lequel, il s'agit celui du Groupe 71. Association fondée dans notre ville le 2 Mars 1969, dont les objectifs demeurent identiques à ceux portés par les fondateurs : valoriser, promouvoir et préserver le patrimoine architectural, naturel et historique de notre département.


Dans l'équipe fondatrice, se trouvaient des historiens, des scientifiques et des naturalistes du département avec notamment le professeur Fernand Nicolas, Jean Chougny mais aussi plusieurs chalonnais, dont Paul Champion, qui était alors président des offices de tourisme du département et président du comité des fêtes de notre ville.


Devenue en 2011 : « Groupe 71 patrimoine », l'association édite une revue trimestrielle de grande qualité, « Images de Saône et Loire ». Depuis dix ans, l'association est présidée par Annie Bleton-Ruget. La prochaine rencontre de cette association se déroulera à Sagy, en avril.

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 2 mars 2019

Crissey : Préservation et mise en valeur du patrimoine avec « Les amis de Crissiacum »

« Nous allons poursuivre nos actions de conservation de l'église mais aussi des lavoirs et de la buvette de l'ancien champ de courses » a commenté, Claude Picard.

 

Des propos tenus, samedi matin, lors de l'assemblée générale de l'association les « Amis de Crissiacum ».


DEPUIS SIX ANNÉES DÉJÀ
Cette association fondée en 2013, composée d'une cinquantaine d'adhérents, bénéficiant du soutien du conseil municipal, contribue à la sauvegarde, à la valorisation et à la promotion du patrimoine communal. C'est ainsi, qu'avec différentes actions, les lavoirs ont été mis en valeur, ainsi que le pigeonnier ou encore les vestiges de l'ancien champ de courses.

 

 

 

Chaque année, l'association participe , aux journées du patrimoine, en septembre et organise le « marché de la gourmandise » en novembre. Chaque année, également un bulletin dénommé «  Gazette des amis de Crissiacum » est édité, le thème retenu pour le sixième numéro sera « les artisans et le commerce » dans le village et les localités environnantes.

 

 

 


Représentant la municipalité avec Danièle Begonin, Jean Paul Bonin, premier adjoint représentant Eric Mermet, maire, excusé a salué le travail des bénévoles.


PARMI LES PROJETS
La réfection du mur intérieur de l'église tout comme celle de l'ancienne buvette du célèbre champ de courses ont été évoqués. Autre sujet abordé, celui de la ré-édition de l'ouvrage « Une paroisse de Bourgogne, Crissey et son église », rédigé par Gabriel Michelin, édité en 2006, par la Société d'Histoire et d'Archéologie de Chalon.

 

Laurent Muthelet, de l'association « A Travers les prères » a lui présenté l'évolution du projet de rénovation d'une église de La Loyère ( 10éme siécle), située à proximité du canal du centre et de la voie verte.


BUREAU : Présidente : Claude Picard, Vice présidents : Gérard Billon-Jean Paul Bonin- Secrétaire : Jean François Fauvey- Trésorière : Chantal Choux- Vérificateurs aux comptes : Marc Gordat- Nouveau membre du conseil d'administration : Alain Begonin.


Nos photos : Durant l'assemblée générale- Claude Picard , présidente au côtés de Jean Paul Bonin- La buvette du champ de courses- Les publications de l'association- L'ouvrage de Gabriel Michelin

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 2 fév 2019

« Les Chroniques Chalonnaises », N°75, pour découvrir des aspects de l'histoire chalonnaise

Cette première édition de la nouvelle année, de la publication de la Société d'Histoire et d'archéologie de Chalon, est illustrée par une photo d'Emile Bard. Ce cycliste a remporté la première course organisée par la toute nouvelle société de sportifs chalonnais dénommée U.V.C. Cela a eu lieu le 12 Octobre 1919.

 


Ce numéro compte plusieurs articles sur le vélo et notre ville, dont un dossier retraçant le centenaire de l'Union Vélocipédique Chalonnaise , rédigé par Lucien Matron. Louis Bonnamour évoque la « Saône gelée » en 1858, alors que Claude Elly retrace l'existence du jeu « de dé go » dans l'ancien lycée.

 
SAMEDI 26 JANVIER : CONFERENCE DE MARIE THERESE SUHARD
C'est samedi prochain, que se déroulera la première réunion de la Société d'Histoire et d’Archéologie, au studio 70 à partir de 14 H, pour l'année 2019. Dans un premier temps, les responsables dresseront un rapport d'activités, puis moral et financier de l'association.
Ensuite, Marie Thérèse Suhard, l'une des piliers de la S.H.A.C, donnera une conférence dont le thème est « Le premier moulin à vapeur de Chalon ».


- Chroniques Chalonnaises : En vente au prix de 3 euros, dans les librairies de notre ville, office du tourisme, maison du patrimoine mais aussi lors des permanences de la S.H.A.C , lors des permanences, le mardi à partir de 16 Heures jusqu’à 19 H , au 9, rue Philibert Guide.

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 20 jan 2019

Publication : La revue « Trois Rivières » N°91, du G.E.H.V vient de paraître

 

50 pages et une douzaine d’articles, constituent le dernier numéro du Groupe d'Etudes Historiques de Verdun sur le Doubs, « Les Trois rivières' ». Lionel Canac, retrace l'itinéraire d'Antonin Guillot, décédé en novembre 2017.


DES FOUILLES EN PASSANT PAR LE CAMP AMÉRICAIN D'ALLEREY
Tout d'abord, instituteur à Allerey, M. Guillot a contribué à des recherches archéologiques et historiques, il l'un des fondateurs du G.E.H.V avec Maurice Carlot, Félix Brunand, bien sûr, animateur de la section archéologie avec le regretté, Pierre Léger ...Lionel Canac, évoque les multiples communications et publications, fruits de nombreuses recherches entreprises avec rigueur par M. Guillot. Ce dernier avait d'ailleurs réalisé dans les années cinquante une première présentation du camp américain d'Allerey, ayant fait l'objet de nombreuses recherches de la part d'Antonin Guillot, qui ont été présentées à la salle des fêtes d'Allerey, du 21 au 30 Juillet 2018. Annick Doméracki revient sur cette dernière exposition en relevant « cette réussite sur tous les plans est le plus bel hommage que le G.E.H.V pouvait rendre à Antonin Guillot, tout en renforçant la cohésion entre les bénévoles ».

 

FRONT POPULAIRE ET VISITE DU PRESIDENT V.G.E A VERDUN EN JANVIER 1978
« Les Cruches vernissées dites du Val de Saône trouvées dans la région de Verdun » tout comme 'La recherche du terreaul de Charnay » sont deux thèmes développés par Louis Bonnamour. Laurent Ggourillon, gérant de la revue, évoque « Le Front populaire ». Vincent Chambarlhac, dans un dossier intitulé « Le Choix de Verdun » revient sur la visite du Président de la République, Valéry Giscard d'EStaing, le Vendredi 27 Janvier 1978 et le discours du « Bon Choix »...


- Disponible dans les librairies de Chalon, Chagny, à la maison de la presse de Verdun Sur le Dpoubs et lors des permanences du G.E.H.V, le mercredi de 15 H à 17 H, à côté de la mairie de Verdun sur le Doubs. En vente au prix de 9 euros.

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 3 jan 2019

Vient de paraître, le dernier numéro de "Mémoire et Histoire" du pays de Chagny

Pas moins d'une quarantaine de pages, pour la dernière publication de « Mémoire et Historie du pays de Chagny, déjà la vingtième publiée par l'association du même nom que préside Patrice Chaplin. 

 

 

"Il y aura une suite  de la foire aux vins. Stephen Arnoult correspondant du grand écrivain et reçu par lui, a droit à quelques lignes dans la "correspondance générale" de  Chateaubriand.

 

On évoque la fin de l'année 1918 à Chagny, le travail des  femmes à la tuilerie pendant la guerre, La construction des abattoirs le sujet est évoqué au conseil municipal en 1865 mais aprés de nombreuses  péripéties le construction s'achève en 1894. La fête au pont de Paris  et la tuilerie Jacquet dans le quartier du pont de paris, plus loin la recette du judru (volumineux saucisson sec)et un article dans la revue  'la Bourgogne d'Or" signé malicieusement ANACHARSIS évoquant les écrits  de Victor Hugo à propos de Chagny et son cloche

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 30 déc 2018

Histoire chalonnaise : Celle des reines du carnaval, la première rétrospective de Louis Alain Dalery. Sur les majestés de notre ville.

Lors de la récente élection des reines du Grand-Chalon, les nouvelles majestés qui présideront la prochaine édition du carnaval, ont reçu la publication de Louis Alain Dalery, « De reines en Reines »..Ce nouvel ouvrage de celui qui est aussi guide historique de Givry, ( 1 ) retrace les élections des reines du carnaval de 1908 à 1949.

 


ELLES ETAIENT AUSSI... "REINES DU TRAVAIL"
La dénomination concernant les reines du carnaval n'a pas manqué d'évoluer depuis la première élection en 1908. Elles ont été appelées souvent dans l'histoire chalonnaise « Reines du travail », c'est ce que relève la récente édition du premier tome . Elles furent par la suite « reine des quartiers » lorsque les postulantes ( cela demeure en partie vraie), devait déjà être reine de l'un des secteurs de notre ville et que l'une des premières conditions pour postuler était déjà d'avoir été élue à l'échelon de l'un des quartiers de notre ville...C'était aussi l'un des événements placés sous l'égide de chaque comité de quartier.
« Au début du 20 éme siécle, Chalon sur Saône est en plein essor industriel, le domaine du textile, suit cette mouvance. Les ateliers de modistes, de fourreurs, de prêt à porter...incitent les jeunes filles de toute la France à venir à travailler à Chalon .. » résume dans la préface, René Dubois, l'actuel président du Comité des fêtes. Au fil des pages, M. Dalery, présente donc les jeunes femmes élues déjà au sein des nombreux ateliers des différentes entreprises que comptaient alors notre ville.

 


DEPUIS 1908 AVEC LEON PROST
Fondé, il y a 112 ans, le 6 Décembre 1906, le Comité Permanent des fêtes de bienfaisance du commerce et de l'industrie est présidé par Léon Prost. Ce dernier demeurera président jusqu'en 1944. C'est ce personnage de la vie chalonnaise, il était alors entrepreneur qui a mis en place la première élection de la « Reine des Reines », élue à scrutin secret. Alice Claire Demortière , reine des couturières, âgée de 20 ans, native de Givry, est alors élue.
L'auteur de l'ouvrage ne manque pas de raconter bien des anecdotes sur ces élections, à l'époque seuls les hommes possédaient le droit de vote et la majorité  civique était alors fixé à 21 ans !

 

 
EN 1931 : TROIS REINES DE SAINT LAURENT : PRES DE MILLE ÉLECTEURS
Les trois élues de cette année là, habitent le quartier de l' ile d'Amour .
Confectionneuse au « Bon villageois », Georgette Coulon, native de Serley, âgée de 18 ans est élue première reine avec 473 voix, elle ne devance que 7 voix, Marcelle Chevaux, native de Saint Marcel, employée aux « Dames de France » , la troisième majesté, Léone Dury, est âgée de 21 ans, elle est employées aux « Elégants » . L'élection se déroule à la salle des fêtes, près de 800 électeurs y participent....elle a lieu le premier dimanche de janvier.
Marie Claude Champion, Dominique Borne, Chantal Limonet ainsi que René Dubois ont contribué à la réalisation de cet ouvrage. L'auteur, Louis Alain Dalery, organisera des rencontres dédicaces avec l'une des reines dans différentes librairies de notre ville. Ce ouvrage a été édité par Dicolor Groupe de Saint Apollinaire., près de Dijon, il est en vente au prix de 29,50 euros.


( 1) : Déjà auteur d'une dizaine de publications, éditées à compte d'auteur, dont l'une est dédiée à la Saint Vincent de Mercurey en 2017, sera présentée lors de la prochaine Saint Vincent Tournante à Vezelay, en janvier 2019.


Nos Photos : L'ouvrage de Louis Alain Dalery avec les reines 2019 de notre ville, photo Daniel Ray ( qui est aussi le président de la commission des reines au sein du comité des fêtes ). quelques publications récentes de M. Dalery

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 5 déc 2018

CHALON : 1910-2018 : "CHALON DANS LA GRANDE GUERRE" : expo à la mairie ...

reportage photos : Christiane Chapé
Imprimer - - par christiane chapé - 10 nov 2018

Centenaire de la Grande guerre (7) Les monuments dans le nord chalonnais mais aussi des rendez vous

A CRISSEY : 17 NOMS SUR LE MONUMENT- 590 HABITANTS EN 1911
Le monument a été inauguré le 11 Novembre 1920. Il est toujours situé devant l'église, à l'époque à côtés de tombes.


-1914 : 4 noms
-1915 : 4
-1916 : 4
-1917 : 3
-1918 : 2
¨Pierre Neuzillet, ; maire a reçu la légion d'honneur en 1924.

A SASSENAY : 18 NOMS SUR LE MONUMENT - 795 HABITANTS EN 1911
- Le monument aux morts a été inauguré en 1921.C' est un marbrier de Fontaines qui a conçu ce monument financé par la commune et par une souscription des habitants.


A GERGY : 81 NOMS SUR LE MONUMENT - 1537 HABITANTS EN 1911
Le monument se trouve à proximité de l'église. Il a été inauguré le 28 Novembre 1920, par le nouveau maire de l'époque, Claude Mazuet.
-1914 : 16 noms
-1915 : 22 noms
-1916 : 13
-1917 : 10
-1918 : 20



A ALLEREY : 35 NOMS SUR LE MONUMENT - 938 HABITANTS EN 1911
Le monument a été inauguré en 1919, il se situe au cœur du cimetière dans lequel se trouve la tombe d'un militaire Américain. Une plaque se trouve dans l'église avec les grades des soldats tués.
Sur le monument : 35 noms gravés
-1914 : 9 noms
-1915 : 9
-1916 : 7
-1919 : 1
-1918 : 8
-1919 : 1

 

 

 


ANIMATION- CONFERENCE PUBLIQUE A GERGY, VENDREDI SOIR
- Vendredi 9 Novembre à 20 H -Salle du Foyer Rural Pierre Lapin, conférence sur le camp américain d'Allerey par Jean Paul Diconne, président d'honneur du Groupe d’Études Historiques de Verdun sur le Doubs ( G.E.H.V).



EXPOSITIONS A GERGY ET BRAGNY SUR SAONE
- BRAGNY SUR SAONE- Samedi 10 et Dimanche 11 , de 14 H à 17 H, salle communale
- GERGY : Dimanche 11 Novembre, salle du foyer communal, exposition sur le camp américain d'Allerey, 1918-1919. Cette exposition a été présentée en juillet dernier à la salle des fêtes d'Allerey.


COMMEMORATIONS DIMANCHE 11 NOVEMBRE
- CRISSEY : Formation du cortège à 11 H, maison Louis Verpiot-Défilé- Rassemblement à 11 H au monument.
- SASSENAY- Formation du cortège,Place Fernand Theulot – 10 H 45
- GERGY:11 H 30
- ALLEREY 10 H Devant la mairie


Nos photos : les monuments dans les villages-plaque dans l'église d'Allerey- Jean Paul Diconne, il animera une causerie publique à Gergy, vendredi soir sur le camp américain d'Allerey.


A Suivre : Les commémorations, expositions, animations et événements dans le chalonnais

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 8 nov 2018

Centenaire de la grande guerre (5) : A St Marcel, un monument unique pour les cinq communes de « La Paroisse »...et quatre stèles communales

 

Depuis 126 ans, les soldats morts pour le France des communes de Lans, Chatenoy en Bresse, Epervans, Oslon et Saint Marcel ont leur nom gravé sur un unique monument, se trouvant donc à Saint Marcel. Ce monument été déplacé et il a été inauguré en 2015. ...Antérieurement, il se trouvait devant le cimetière et a été inauguré à plusieurs reprises, la première fois début novembre 1892, afin de rendre hommage aux soldats décédés durant la guerre de 1870-1871.Une seconde inauguration a eu lieu en Octobre 1919, en présence d'environ 3000 personnes, relate la presse locale de l'époque.

 

 

SAINT MARCEL : MONUMENT UNIQUE POUR LES 5 COMMUNES- 2219 HABITANTS EN 1911
- Sont gravés les noms des soldats de Saint Marcel : 93 Noms. Epervans : 28-Oslon 17, Lans 11 et Chatenoy en Bresse 8. Une stèle se trouve également dans l'église, siège de la paroisse.
Le monument se trouve place du 11 Novembre 1918 , face à la bibliothèque municipale, à côté de l'école de musique Louis Prost.



CHATENOY EN BRESSE : UNE STÈLE AVEC 6 NOMS- 307 HABITANTS EN 1911
Cette stèle se trouve dans le parc du château, sur la chapelle, alors que 8 noms sont gravés sur le monument de Saint Marcel, 6 noms figurent sur cette plaque.

 



EPERVANS : UNE STÈLE AVEC 28 NOMS
Cette stèle a été dévoilée en 2014au cours d'une cérémonie regroupant environ 300 personnes. Elle est située à proximité de la mairie.

 



LANS : 12 NOMS SUR LA STÈLE- 189 HABITANTS EN 1911
Elle se trouve à l'entrée de la mairie. Le nom de M.Cantin, n'apparaît pas sur le monument de Saint Marcel.

 



OSLON : UNE PLAQUE AVEC 18 NOMS – 412 HABITANTS EN 1991
La stèle se trouve à l'entrée de la mairie avec deux fois le nom de M. Borlot qui n'apparaît qu'une fois sur le monument de Saint Marcel.




HEURES DES COMMEMORATIONS
- DIMANCHE 11 NOVEMBRE : - OSLON : 8 H 30- LANS : 9 H 05- CHATENOY EN BRESSE : 9 H 45- SAINT MARCEL : 11 H :
Rassemblement- devant les mairies.


- Nos photos : Le monument commun à Saint Marcel- La plaque à l'église de Saint Marcel- Décorations à Lans. Les plaques dans chaque communes et stèle à Epervans-Vues du monument

 

(A suivre)

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 6 nov 2018

Centenaire de la Grande Guerre (4) : Les monuments dans la plaine sud chalonnaise

 

A l'approche du 11 Novembre, petit tour d'horizon dans le sud Chalonnais, un premier constat : 3 monuments sur 5 se trouvent au cimetière ou juste à côté, à Lux- Sevrey et Saint Loup de Varennes. A Varennes le Grand, il est situé face à la mairie alors que dans la commune voisine , à Marnay, il jouxte l'église. Autre spécificité, toujours à Marnay, une plaque sur laquelle est gravée le nom des habitants « Mort pour la France » se trouve apposée dans l'église, c'est qui est le reflet de la vivacité de l'église catholique, en milieu rural, il y a un siècle....


A LUX : 21 NOMS SUR LE MONUMENT- 511 HABITANTS EN 1911
-Situation : Devant le cimetière, place André Jarrot ( ancien maire de la commune).
Par année : 1914 : 5 noms
-1915 : 7
-1916 : 4
-1917 : 1
-1919 : 2
-1920 : 1
-1922 : 1


A SEVREY : 27 NOMS SUR LE MONUMENT-380 HABITANTS EN 1911
Situation : dans l'enceinte du cimetière.
- 1914 : 6 Noms
- 1915 : 10
- 1916 : 4
- 1917 : 6
- 1918 : 1

 

 


SAINT LOUP DE VARENNES : 23 NOMS SUR LE MONUMENT-502 HABITANTS EN 1911
Situation : dans l'enceinte du cimetière. Monument érigé en 1921, après souscription publique.
- 1914  5 NOMS
- 1915 : 5
- 1916 : 8
- 1917 : 1
- 1918 : 4
Particularités : Un casque et un coq se trouvent au dessus du monument.

 

 

 

VARENNES LE GRAND : 38 NOMS SUR LE MONUMENT-1023 HABITANTS EN 1911
Situation : Face à la mairie
- 1914 : 11 noms
- 1915 : 7
- 1916 : 8
- 1917 : 2
- 1918 : 9
- 1919 : 1
Particularités communales : Des obus et une grille entourent le monument

 

 

 


A MARNAY : 15 NOMS SUR LE MONUMENT-502 HABITANTS EN 1911
Situation : à côté de l'église.
- 1914 : 3 noms
- 1915 : 1
- 1916 : 1
- 1917 : 2
- 1918 : 8
Particularités communales : une plaque se trouve dans l'église- Des photos des anciens combattants se trouvent dans un cadre sur le monument.

 

 

 

 

 

A Suivre : Monuments -Stèle dans l'Est Chalonnais : localités de la « Paroisse » St Marcel-Chatenoy en bresse - Epervans-Lans-Oslon

 


- Nos photos : les monuments érigés en 1920, dans les différentes communes du sud chalonnais

 

 


 Sur V@C :

Centenaire de la grande guerre (1)  : A Saint Marcel- A Varennes le Grand, premières rétrospectives et premiers hommages

Centenaire de la Grande Guerre (2) : Une exposition en hommage aux 15 soldats « Mort pour la France » à Marnay

Centenaire de la Grande guerre (3) : A Varennes le Grand ,soirée hommage aux « mille morts par jour »

Centenaire de la Grande Guerre (4) : Les monuments dans la plaine sud chalonnaise

 

 
 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 5 nov 2018

Centenaire de la Grande guerre ( 3 ) : A Varennes le Grand ,soirée hommage aux « mille morts par jour »

 

« Ceux de 14, ils étaient très souvent paysans, ils parlaient patois, ils étaient parfois superstitieux...Les femmes travaillaient pendant ce temps là, à la ferme » a rappelé Pierre, lors de la soirée intitulée « Comme des rivières ».

 


DE NOMBREUX TÉMOIGNAGES ET TEXTES
Des témoignages, des poèmes, des textes ont été lus vendredi soir, à la salle des fêtes, à l'invitation de l'association « Village-Culture- Patrimoine en Sud Chalonnais ». Au cours de cette rencontre placée sous le signe de la mémoire, il a été rappelé que chaque jour, c'est mille soldats qui mouraient au front. Il a été fait mention de ces paysans de Varennes, Saint Loup ou encore de Marnay tout comme ont été rappelées les répressions et les atrocités rencontrées dans les champs de bataille. Ils ont leur nom gravé sur les monuments élevés dans chaque village, après des souscriptions publiques au début des années vingt , inaugurés lors d'importantes manifestations patriotiques en hommage « aux glorieux combattants ».


DES CARTES POSTALES ET LE LIVRET DU COMBATTANT
Des documents comme la feuille de mobilisation, le carnet que devait porter le combattant, des lettres souvent émouvantes ainsi que des cartes postales ont été retrouvées, ils étaient souvent enfouis et ont permis à contribuer à évoquer des pages d'histoires. D'autres seront exposés, à partir de lundi à la bibliothèque municipale enfin, certaines lettres seront lues, dimanche prochain, lors des commémorations officielles qui se dérouleront dans chaque commune.
Nos photos : Lors de la soirée de vendredi dernier- Camille donnant lecture d'un texte- Différents documents exposés.

 


 
 

 


 Sur V@C :

Centenaire de la grande guerre (1)  : A Saint Marcel- A Varennes le Grand, premières rétrospectives et premiers hommages

Centenaire de la Grande Guerre (2) : Une exposition en hommage aux 15 soldats « Mort pour la France » à Marnay

Centenaire de la Grande guerre (3) : A Varennes le Grand ,soirée hommage aux « mille morts par jour »

Centenaire de la Grande Guerre (4) : Les monuments dans la plaine sud chalonnaise

 

 

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 4 nov 2018

Centenaire de la Grande Guerre (2) : Une exposition en hommage aux 15 soldats « Mort pour la France » à Marnay

 

Jusqu'à vendredi 9 novembre, se déroule une exposition en mémoire des quinze habitants « mort pour la France » à la salle des jeunes de Marnay, à proximité du terrain de boules.


SIX MOIS DE TRAVAIL
Daniel Gibassier, passionné d'histoire et François Gaudillière, conseil municipal, ont entrepris des recherches afin de retracer l’histoire des habitants mobilisés pour la première guerre mondiale. Ils ont entrepris ces travaux en mai dernier. « Nous avons voulu reconstituer l'itinéraire de chaque soldat, en évoquant leur état de service, leur carrière » ont commenté Mrs Gibassier et Gaudillière.
Chaque soldat a droit à un panneau, une photo, des illustrations. Ces dernières sont nombreuses, elles évoquent la situation de la place de notre pays dans ce premier conflit mondial.


LES 55 LETTRES DU SOLDAT JARDOT
Parmi les documents présentés, se trouvent les 55 lettres du soldat Basile Jardot, tué le 5 Novembre 1916. Une balle a troué le document que porté le soldat.
Le monument sur lequel figurent les noms des soldats se trouve à proximité de l'église, il a été érigé en 1920. Une plaque en mémoire des enfants de la commune se trouve également à l'intérieur de l'église.

 


HORAIRES D'OUVERTURE :
- Dimanche 4 Novembre : de 10 H à 13 H 30
- Du lundi 5 Novembre au vendredi 10 Novembre : de 10 H à 12 H 30 et de 14 H à 17 H 30

 
 
 
 

 


 Sur V@C :

Centenaire de la grande guerre (1)  : A Saint Marcel- A Varennes le Grand, premières rétrospectives et premiers hommages

Centenaire de la Grande Guerre (2) : Une exposition en hommage aux 15 soldats « Mort pour la France » à Marnay

Centenaire de la Grande guerre (3) : A Varennes le Grand ,soirée hommage aux « mille morts par jour »

Centenaire de la Grande Guerre (4) : Les monuments dans la plaine sud chalonnaise

 

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 3 nov 2018

Centenaire de la grande guerre (1)  : A Saint Marcel- A Varennes le Grand , de premières rétrospectives et de premiers hommages

 

Ce début novembre est marqué par la célébration du centième anniversaire de armistice de la première guerre mondiale. Des événements se dérouleront bien sûr à Chalon mais aussi dans un grand nombre de communes. Outre les cérémonies commémoratives du dimanche 11 Novembre ( avec des rassemblements dès le samedi en soirée devant les monuments aux morts), différentes initiatives se déroulent dans les communes du chalonnais. A Messey sur Grosne, une exposition à lieu à la médiathèque tout comme à Saint Marcel, Varennes le grand...à l'initiative d'associations en coopération avec les municipalités et les associations patriotiques. Nous reviendrons sur la présence des monuments aux morts, souvent inaugurés à l'issue de la seconde guerre mondiale.

 


A SAINT MARCEL : DU COTE DE LA BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE
Première exposition depuis vendredi, dans les locaux de la Bibliothèque, avec l’active contribution d'habitants de la ville évoquant les mémoires notamment d'Alphonse Bon ( mort du paludisme contracté lors de guerre) et d'Aimé Rolin. Ce dernier, était avant guerre : jardinier de profession, il est mort en 1990, titulaire de plusieurs décorations et de la légion d'honneur .
A découvrir également, du matériel utilisé par les combattants des deux pays, Marcel Landre, a mis à disposition une partie de sa collection. Cet habitant de la localité, pleinement engagé en faveur du travail de mémoire, a présenté vendredi aux premiers visiteurs les baïonnettes, poignards coups de poing, revolver ou encore les obus sculptés par les soldats.

 


 

SUR LE MONUMENT : 93 NOMS D'HABITANTS
Cécile Chatry, responsable de la bibliothèque et Olivier Gaudillat, animateur dans cette structure, ont effectué aussi une plongée dans les archives municipales afin de comprendre l'importance et les retombées de cette guerre à Saint Marcel. Pas moins de 93 habitants ont été tués, certains sont décédés des conséquences de cette « grande boucherie » après 1918. Le monument inauguré en 1892, en mémoire des combattants de la guerre de 1870-1871, compte pas moins de 93 noms d'habitants de la ville pour celle de 14-18. Il a été inaugurée une deuxième fois en Octobre 1919, lors d' une importante manifestation à laquelle assistaient une foule estimée à près de 3000 personnes....

 


 

AUTRES INITIATIVES ET D'AUTRES RENDEZ-VOUS
- Samedi 10 Novembre 3 rendez vous à la bibliothèque : A 10 H : un diaporama-présentation de photos anciennes à Saint Marcel sur les années 1900-1920- 14 H 30 : Conférence de Michel Limoges : «L'aviation »- 15 H 45 : « Censure et propagande » conférence d'Annie Bleton-Ruget.
- DU 14 au 30 Novembre : « Les Saône et Loiriens dans la Grande guerre », exposition prêtée par les archives départementales.
Vendredi 16 Novembre : Au « Réservoir » , Spectacle « Entre deux feux »-
- Samedi 17 Novembre : Conférence de M. Lentillon « Les parcours d'un soldat » et « Les conditions des femmes restées seules à la maison » suivi d'échanges avec les participants.

 

Nos photos : Vendredi après midi à la bibliothèque de Saint Marcel, Marcel Landre avec de jeunes visiteurs, avec les responsables -animateurs de la bibliothèque.

 


 Sur V@C :

(1)  : A Saint Marcel- A Varennes le Grand, premières rétrospectives et premiers hommages

(2) : Une exposition en hommage aux 15 soldats « Mort pour la France » à Marnay

3) : A Varennes le Grand ,soirée hommage aux « mille morts par jour »

(4) : Les monuments dans la plaine sud chalonnaise

(5) : A St Marcel, un monument unique pour les cinq communes de « La Paroisse »...et quatre stèles communales

(6) : Un plan du camp américain dévoilé mardi à Allerey , en bordure de la route de Beaune 

(7) Les monuments dans le nord chalonnais mais aussi des rendez vous

(8) Des expositions, des conférences et des animations sans oublier les commémorations

 

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 3 nov 2018

Publication : Le numéro 74 des « Chroniques chalonnaises »

Pas moins de 26 pages pour le dernier numéro des « Chroniques chalonnaises », permettant d'approfondir le passé de notre ville et de la région chalonnaise.

 

 

Au sommaire de cette publication de la Société d'Histoire et d'Archéologie ( S.H.A.C) de notre ville : un article de Louis Bonnamour sur les « Coches et diligences sur la Saône ». Un article de Charles Bourrud ( il a appartenu à la société d'histoire entre 1952 et 1965) sur la présence des serruriers dans notre ville. Cet historien chalonnais s'était spécialisé dans l'étude des métiers chalonnais sous l'ancien régime. Claude Elly, retrace l'histoire du pont Garibaldi ( il passait jadis au dessus du canal). Matthieu Pinette, continue avec un dossier sur « Les pavements »à mieux de nous faire connaître Germolles. Un article évoque la foire aux sauvagines, thème d'une exposition s'étant déroulée, lors des journées du patrimoine à l'office du tourisme. L'un des piliers de cette foire , n'était autre que Roger Clément, personnage chalonnais, décédé dernièrement, très impliqué dans la vie chalonnaise.

- Prix 3 euros.

 
Imprimer - - par DANIEL DERIOT - 31 oct 2018

13 Sites incontournables pour percer tous les Secrets la Bresse bourguignonne...

13 sites clés du patrimoine bressan
Un territoire au coeur de notre belle région Bourgogne - Franche - Comté.



Idéalement située entre les régions de vignoble et le Jura, facilement accessible grâce aux grandes voies de transport, la Bresse bourguignonne détient des atouts et des aspects qui la rendent unique au sein de la région.

En effet, de ses milieux naturels jusqu’à son industrie agricole, en passant par ses savoir-faire artisanaux, ses traditions, l’art ou l’architecture, le patrimoine bressan est riche. Surtout, celui-ci est encore aujourd’hui très bien conservé, tout en s’adaptant aux évolutions du monde moderne.

Et alors qu’elle a longtemps été appelée au Moyen-âge «Saltus Brixiae» pour désigner un espace forestier difficilement pénétrable, la région a beaucoup changé et s’ouvre à l’extérieur depuis plusieurs années. Sous l’impulsion de l’Ecomusée notamment, elle veut être reconnue à sa juste valeur et attend simplement que l’on vienne plus encore à sa découverte.

Alors si vous souhaitez faire une grande ballade qui restera dans vos mémoires, il n’y a plus qu’à vous lancer, il y en a pour tous les goûts !


Ecomusee Bresse 2019 by vivre-a-chalon on Scribd

Imprimer - - par Ecomusée de la Bresse bourguignonne - 24 oct 2018

Vient de paraître : La côte chalonnaise, atlas et histoire des noms de climats et de lieux »

 

Marie Hélène Landrieu-Lussigny, après des études universitaires à Dijon a enseigné le français, le latin et le grec pendant plus de 30 ans. A L'heure de la retraite, elle s'est remise très volontiers à ce qui l'avait passionnée aussi lorsqu'elle était étudiante, à savoir la toponymie ou étude de l’origine, l’histoire et la signification des noms de lieux, plus particulièrement ceux du vignoble bourguignon.




Question : Quel est le cheminement pour la rédaction de ce nouvel ouvrage ?
  Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité de celui que nous avons publié, avec Sylvain Pitiot, « Climats et lieux dits des grands vignobles de Bourgogne-Atlas et histoire des noms de lieux », en 2012.
Sylvain Pitiot, est ingénieur topographe, cartographe et professionnel de la vigne,Jacky Rigaux, universitaire et écrivain, spécialiste de la dégustation géo-sensorielle, ont participé à la rédaction de ce livre et avec Françoise Renevret, il a été traduit en anglais avec le talent et la précision que nous lui connaissons. Armelle Hudelot est photographe et toutes les photos de ce livre témoignent de sa grande sensibilité à ce qui fait l’originalité et la beauté du vignoble bourguignon.

 

Je voudrais ne pas oublier et rendre hommage à Pierre Poupon, qui fut négociant en vin à Beaune, grand lecteur et écrivain. Après avoir publié avec Sylvain Pitiot en 1999 la deuxième édition du « Nouvel Atlas des Grands Vignobles de Bourgogne », il eut l’idée, au soir de sa vie, d’associer dans un même livre Atlas et Toponymie, et de confier ce projet à Sylvain et moi. Il avait préfacé mon livre « Les lieux-dits dans le vignoble bourguignon », paru en 1983.


Question : Comment se sont articulés vos travaux afin d'aboutir à cette publication
  Nous avons construit cet ouvrage autour des 5 grandes Appellations
Communales qui composent La Côte Chalonnaise. Chacune est présentée séparément et selon le même plan. Tout d’abord un texte de présentation de l'l’Appellation écrit par Jacky Rigaux. Puis la carte de l’Appellation, sur laquelle figurent les noms des communes, des Climats qui bénéficient de l’Appellation Premier Cru et des lieux-dits qu’ils englobent, et les noms des Climats qui bénéficient de l’Appellation Village. Chaque carte est accompagnée de tableaux
détaillés listant toutes les parcelles, Climats et lieux-dits, avec leur superficie et la couleur du vin produit. A la suite de la carte et des tableaux, le lecteur trouvera l’origine, l’histoire et la signification de chacun des noms de communes de l’Appellation classés par ordre alphabétique, puis celles des Climats et des lieux-dits classés de la même manière. Dans la seconde partie, intitulée « Pour en savoir plus »,j’ai travaillé sur les noms des 33 communes qui
sont en Appellation régionale .


  Les noms des lieux évoquent un passé parfois très lointain ?
  Ces noms de lieux gardent le souvenir des peuples qui se sont succédé sur notre territoire et ont profondément transformé et enrichi la langue de leurs prédécesseurs. Les plus anciens sont des noms de rivières et de montagnes dont les racines remontent à ce que l’on appelle le pré-indo- européen, une langue parlée dans l’Europe et l’Asie du Sud depuis près de 40 000 ans, avant la diffusion des langues indo-européennes, à partir de 4000 av. J C. Les nombreux Cras , Crais ou Crays que nous rencontrons dans tout le vignoble , Le Cray à Saint-Martin-sous-Montaigu, par exemple, désignent des coteaux pierreux. A l’origine, les linguistes reconnaissent la racine pré-indo-européenne *KAR/*GAR « pierre, hauteur pierreuse », celle que l’on retrouve dans le nom de la rivière : la Grosne

  Sans oublier l'importance de la ville de Chalon ?
  Chalon, dans l’Antiquité déjà, fut un centre commercial important, combinant le trafic fluvial et le trafic routier. D’ailleurs, ce qui m’a beaucoup intéressée au cours de ce travail de recherche, c’est le nombre de noms qui sont liés au passage d’une voie romaine. En croisant les données historiques, archéologiques et géographiques avec ce que je découvrais en toponymie, j’ai cherché à reconstituer l’itinéraire des voies romaines qui sillonnaient la Côte
Chalonnaise, la plus importante étant la grande voie Chalon-Autun-Sens-Boulogne-sur-Mer, dite « La Voie d’Agrippa ».


Une autre voie romaine allait de Chagny à Cersot, en passant par Rully, près du Climat Les Marcoeurs à Mercurey, et près de Chamirey, dont le nom serait en rapport avec une voie très ancienne se dirigeant vers Montaigu.
Cette voie romaine passait à Saint-Martin-sous-Montaigu, au lieu-dit « La Maladière »et à Jambles où le lieu-dit « Le Dernier Marqueu » garde le nom du dieu Mercure. L’ancienne église de Jambles , dont une croix rappelle le souvenir , se trouvait là . Et l’on sait que très souvent des lieux de culte chrétiens ont succédé à des lieux de culte de l’Antiquité. Pour finir, le nom de la commune de Cersot, Sercot en 1123-1179, dans le Cartulaire de l’abbaye de La Ferté, est à rapprocher de l’ancien français Sarqueu « cercueil »-du latin SARCOPHAGUS « sarcophage, tombeau ». Les toponymes Sarqueu, Sarcou, Cerqueu, indiquent généralement la présence de cimetières.


Cette approche du sens de chacun de ces noms, nous avons eu aussi le bonheur et la chance de la mener avec des vignerons qui connaissent chacune de ces parcelles pour l’avoir travaillée, parfois de génération en génération, pour la travailler encore. Ils connaissent son exposition, sa configuration, la nature du terrain, ce qu’on y trouve, à qui elle a appartenu, ce que racontaient ceux qui les ont précédés .Ils savent parler de chacune de ces parcelles et transmettre ce que la connaissance presque charnelle de chacune leur a appris.


Avec l'équipe rédactionnelle de Bourgogne Magazine


 Le maire de notre ville a contribué à la rédaction de votre ouvrage ?
  Effectivement , Gilles Platret, qui a accepté d’écrire la Préface de notre livre ! Et nous sommes très sensibles au fait que la Mairie de Chalon ait organisé lors du lancement jumelé de la revue « Bourgogne Magazine » spécial Côte Chalonnaise ,la présentation de notre livre « La Côte Chalonnaise » .


Nos photos : Lors de la présentation de l'ouvrage jeudi, à l’hôtel de ville, dans le cadre du lancement de la 19éme édition de la paulée-Marie Hélène Landrieu-Lussigny, aux côtés de Gilles Platret, Michel Goubard et de Dominique Bruillot. Avec l'équipe rédactionnelle de Bourgogne Magazine.

 
 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 20 oct 2018





Rechercher dans cette rubrique  


 
Chalon Rayonne
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle