vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

jeudi 14 décembre 2017

Bonne Fête Odile

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

BANDES DESSINÉES... Plus de 550 articles (octobre 2017)

La BD est en force sur vivre-a-chalon.com

BD...

En partenariat avec des étudiants de l'IUT (Licence TAIS) et Michel BONNET cette rubrique s'intéresse  au "neuvième art" en général mais, et, c'est la raison d'être de notre média,  également aux acteurs chalonnais et aux initiatives locales dans le droit fil du projet "Chalon en bulles" dont Michel Bonnet fut l'initiateur et l'animateur il y a quelques années.

Avec son équipe il ira à votre rencontre... mais n'hésitez pas à faire le premier pas si vous partagez cette passion pour les bulles !

 

Des textes, des photos, des interviews audion des vidéos...
Bonne promenade !


 
Publicité.
 
 

Première bédé à offrir : Pilules bleues

J’ai découvert la bande dessinée quasiment dans mon berceau – façon de parler – et tout au long de ma vie de lecteur et passionné mes albums, les rencontres, les romans graphiques sont venus m’enrichir. Parfois, il y avait une démarche volontaire avec des auteurs, des titres, des séries que je voulais lire… Mais, il arrivait aussi que certains livres viennent à moi de façon plus hasardeuse – mais le hasard existe-t-il vraiment – à travers un libraire, un ami, un évènement…

 

 

Il se peut, parfois, qu’un livre nous tombe dans les mains et nous surprenne complètement. Pour moi, Pilules bleues, ce fut dans un lieu de vente de livres d’occasion. Un peu de poussière mais tout de suite la curiosité de trouver un volume qui avait le format d’un roman mais dont le mode narratif était la bande dessinée… Ce fut aussi, la découverte d’un auteur, d’un éditeur… Je n’ai alors pas beaucoup hésité et je suis reparti avec… Je l’ai posé sur ma table de nuit… et il a encore pris un peu la poussière… jusqu’au jour où je l’ai ouvert !

 


 

Une ou deux pages pour commencer, se mettre dans le bain, moment où on se demande où on est, ce qui nous arrive… Ce n’est pas de la bande dessinée comme les autres, pas d’aventures, ni heroic fantasy ni science-fiction, ni policier ni fantastique… Non ! Nous plongeons dans une sorte de petit journal intime… Frederik Peeters se raconte… Mais ce n’est pas au jour le jour, c’est plutôt comme une série de petites nouvelles, de petites rencontres, de petites photographies… Oui, c’est ça, c’est un carnet de photos…


Alors on fait connaissance avec Frederik lui-même, et sans vous gâcher la lecture en vous dévoilant tout, je peux quand même vous donner l’essentiel : il devient amoureux d’une femme ! Si, si ! Rien d’étonnant, mais cette femme a déjà un enfant… Encore rien d’extraordinaire, de nos jours, c’est même presque banal… Oui, mais la maman et l’enfant sont porteurs du virus HIV. Oui, ils sont séropositifs…


Quand il apprend cette situation – son amour, l’enfant et le virus – Frederik comprend que sa vie vient de basculer, le changement est inéluctable… Ce sont ces bouleversements que l’on va vivre dans l’ouvrage avec les milliers de questions qui traversent soudainement la tête de l’auteur : c’est quoi être amoureux, pourquoi vivre ensemble, comment se comporter avec cet enfant qui n’est pas le sien, c’est quoi le HIV, est-ce que je vais mourir, pourquoi s’aimer quand il existe cette chose… Mais ce n’est pas du tout larmoyant ni tristounet… Bien au contraire, c’est plutôt plein d’humour, de tendresse, de vie…


Vous devriez même, parfois, éclater de rire… Je ne veux pas vous dire pourquoi mais quand vous rencontrerez un certain gros rhinocéros blanc… vous comprendrez !


Mais ce livre, qui a été salué à sa sortie par une critique positive et avertie, mériterait d’être encore lu et relu, je dirais même offert à ceux que vous aimez. Tout d’abord, parce que c’est une belle leçon de vie, une belle histoire d’amour… Mais aussi parce qu’il informe sur un virus qui continue toujours à répandre la mort malgré ce qui est colporté ici ou là. Enfin, parce qu’il est bien la preuve que la bande dessinée est un mode narratif à part entière qui peut, qui doit aborder tous les sujets sans aucune exception…


Mais pour moi, Pilules bleues va rester un des meilleurs livres lus dans ces vingt dernières années. J’ai bien dit livres et non bandes dessinées, mais c’est en le lisant que vous comprendrez pourquoi… Voici donc pourquoi il arrive dans ma liste des livres à offrir pour ces fêtes de fin d’année…
Alors bonne lecture – il faut toujours lire ce que l’on va offrir – et n’oubliez pas de prendre vos pilules bleues avant de vous coucher…

Imprimer - - par Michel Bonnet - 27 nov 2017

Et maintenant... passons à des idées de cadeaux pour les fêtes !

A l’occasion des fêtes de fin d’année, il est de coutume d’offrir un cadeau à ceux que l’on aime, qui nous reçoivent ou des membres de nos familles. Parfois, cette chasse aux cadeaux est un véritable casse-tête, une chasse au trésor ou une série sans fin d’additions-soustractions pour tenter de tenir son budget…

 

Depuis des années, j’ai accepté d’être le « papa-tonton-grand-frère-ami » bouquins ! Oui, j’offre à chacun – ou presque – un ou deux ouvrages qui me semblent adaptés à la personne, au caractère, à l’âge, aux goûts… Je peux offrir un roman comme une bande dessinée, un livre pratique comme un album jeunesse, un recueil de poésie comme un beau livre… Pour moi, le livre doit apporter de la joie, du bonheur, de la réflexion, de l’humanité, du lien, de la chaleur, de l’art, de la vie, du dépaysement… Le livre est une fête, doit être une fête, sera une fête si vous l’offrez à la bonne personne !

 

 

Alors, il est bien temps que je vous propose quelques bonnes idées d’ouvrages à offrir, des bandes dessinées, romans graphiques et albums illustrés en priorité… Je vais essayer dans les jours qui viennent de vous proposer des ouvrages très différents pour vous aider à trouver la perle rare qui fera plaisir à ceux que vous aimez…

 

 

L’ordre de mes présentations n’est pas d’un niveau qualitatif car ce serait impossible de vous affirmer que l’ouvrage « Collaboration horizontale » est meilleur que « Écumes », que « L’adoption » vaut plus que « Une sœur », que « La forêt millénaire » surclasse « Ces jours qui disparaissent »… Donc, ce sera dans l’ordre de mon humeur de l’instant…

 

Pour chaque ouvrage je vais tenter de vous donner suffisamment d’informations pour que vous puissiez vous faire votre propre idée, pas trop pour protéger votre lecture car rien de plus désagréable que de voir le suspense détruit par une chronique…

 

Je tiens aussi à préciser que je ne me limiterai pas à des nouveautés car certains livres anciens restent et probablement pour longtemps d’excellents ouvrages comme « Pilules bleues », « Blankets » ou « Astérix et Cléopâtre »… 

 

Donc, à très bientôt pour ces différentes propositions… et bonne lecture, bons achats et bonnes fêtes (avec un peu d’avance) !

 
 
 
Imprimer - - par Michel Bonnet - 27 nov 2017

Une belle relecture BD : Détectives

En 2012, sortait une bande dessinée, Sept détectives dont le scénario était signé Herik Hanna avec un dessin d’Eric Canete… cet album entrait discrètement dans une collection concept comme Delcourt les aime bien. Sept détectives pour mener une enquête… Un one-shot, très bien construit et fort sympathique…

 

 

Passionné de romans policiers, je me jetais dans cette histoire avec délectation. Il faut dire que les sept détectives convoqués pour cette histoire sont là pour nous rappeler et évoquer les plus célèbres… certes, ils sont rebaptisés mais loin de vous déstabiliser cela permet à chacun de convoquer ceux qui vous ont plus dans vos lectures… Miss Marple, Miss Silver, Hercule Poirot, Sherlock Holmes, Philip Marlow et tous les autres sans oublier Harry Dickson…

 

 

 

On entre dans cette murder party comme si nous l’avions nous-même imaginée… On est dans une ambiance so british comme dans les romans de Patricia Wentworth ou Agatha Christie, on se retrouve dans un salon devant la cheminée et les règles sont énoncées…

 

Nous sommes à Londres, en 1920, un tueur d’une violence extrême sévit dans les bas-fonds de la ville… Mais, comme à côté des corps, on trouve à chaque fois une liste de ces détectives les plus célèbres du monde, Scotland Yard se décide à les convoquer pour que l’on puisse, enfin, trouver cet assassin et mettre fin à ses crimes…

 

 

 

Je ne peux pas vous en dire beaucoup car cet album est certes complet et policier, mais, en plus, il va donner naissance à une sorte de série dérivée, Détectives, qui viendra parachever l’histoire, lui donner un sens encore plus fort et plus complet… En effet, Herik Hanna, emporté par son élan créateur et poussé probablement par certains lecteurs, a décidé de consacrer un album à chacun de ses détectives. Encore une fois, des albums complets avec à chaque fois un crime, un enquêteur, une solution… On a pu ainsi lire entre 2014 et 2017, Miss Crumble, Richard Monroe, Ernest Patisson, Martin Bec, Frédérick Abstraight, John Eaton et Nathan Else

 

 

 

Certains de ces albums sont d’une perfection étonnante pour nous garder dans l’ambiance britannique comme celui dont Miss Crumble est l’héroïne, Le monstre botté. D’autres sont fascinant quant à la construction comme celui de cette enquête menée – ou subie à votre choix – par Richard Monroe, Who killed the fantastic Mister Leeds ?  Certains albums peuvent sembler au lecteur un peu plus poussifs comme ce fut le cas pour moi avec le travail d’Ernest Patisson dans Hantée. Certains albums m’ont beaucoup amusé comme La cour silencieuse qui met en valeur les qualités d’enquêteur de Martin Bec.

 

 

 

Mais attention, même si depuis Sept détectives vous avez le sentiment de lire des albums indépendants, tout cela n’est qu’illusion. Il est quasi impératif de lire les albums dans l’ordre et vous allez voir à partir des trois derniers une petite lumière apparaitre… Le dernier, Else et la mort, centré sur la mort de Nathan Else vous poussera de surprise en surprise pour finalement vous donner la solution finale, l’explication ultime et ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…

 

 

 

Magnifique Herik Hanna qui a su imaginer toute cette fine mécanique criminelle… Bienheureux les dessinateurs qui participèrent à cette aventure et dont certains m’ont clairement dit leur joie profonde comme Julien Motteler… Et heureux lecteurs dont je fais partie… J’avais lu chaque album à sa sortie mais depuis trois jours je me suis tout relu à la suite et ce ne fut que du bonheur total !!!

 

 
 
Imprimer - - par Michel Bonnet - 26 nov 2017

Nouveauté BD : La fin du cycle Avant la Quête

Quand le premier volume de La Quête de l’oiseau du temps est sorti – c’était en 1983 – je n’étais pas encore née. C’est ainsi, on a l’âge que l’on a et il ne faut rien regretter… Par contre, quand on veut écrire un article sur le tome 5 de L’avant Quête, il faut replonger dans la série complète et ce fut pour moi comme une plongée archéologique pas si simple que cela…

Je me suis donc plongée dans La Quête de l’oiseau du temps un peu avant et après ma rencontre avec David Etien lors du festival du Quai des bulles 2017 à Saint Malo, en octobre dernier. Lui, il est le dessinateur du cinquième tome de L’avant quête qui vient de paraître aux éditions Dargaud. Mais je dois avouer que je n’avais pas tout lu avant la rencontre, je me suis donc rattrapée après, probablement fortement motivée par la rencontre elle-même avec ce dessinateur fort sympathique…

Je dois reconnaitre tout de suite que j’eus beaucoup de mal à accrocher aux trois premiers albums du premier cycle, j’avais peu d’attaches pour les personnages, dont on ne savait finalement pas grand-chose. Par contre, il faut l’avouer, la fin est remarquablement bien construite, des plus surprenantes et place La quête de l’oiseau du temps parmi les plus célèbres albums d’heroic fantasy.

J’ai donc commencé L’avant quête avec beaucoup plus d’enthousiasme. Le scénario est toujours écrit par Serge Le Tendre et Régis Loisel mais les dessins sont respectivement réalisés par Lidwine, Aoumri, Mallié et Etien. Nous retrouvons donc nos héros plus jeunes et beaucoup d’éléments sont apportés afin d’expliquer comment nos protagonistes se sont retrouvés à la recherche de l’oiseau du temps.

Ce cycle L’avant la quête nous permet de comprendre les caractères de tous les personnages du premier cycle, de comprendre leurs agissements. Il permet, à mon avis, de rentrer dans l’histoire plus en douceur et donne du sens aux premiers albums qui content la quête en elle-même de l'oiseau du temps.

L’emprise, le nouvel album de la série, est concentré sur l’amnésie de Bragon et comme pour le dernier album du premier cycle, le lecteur va assister à une fin épique qui apporte beaucoup à l’histoire. On s’intéresse de plus en plus à la psychologie des personnages et on comprend ainsi, de mieux en mieux, les agissements des protagonistes durant la suite de leurs aventures.

C’est un exercice difficile dans lequel se lance David Etien : dessiner les célèbres Bragon et Mara après que les personnages soient passés entre les mains de quatre dessinateurs qui ont réalisé un travail magnifique. Ce fut un défi pour le dessinateur des Quatre de Baker Street.

Finalement David Etien réussit parfaitement à s’approprier le travail de ces prédécesseurs. On reconnait tout de suite le caractère impétueux de notre cher Bragon. Les expressions et les décors se rapprochent de plus en plus de l’œuvre originale. Je serai moins de cet avis pour le travail de la couleur réalisé par Tatti. On retrouve des tons crème, dans les blancs cassés très prononcés qui rendent les visages un peu ternes et j’avoue avoir moyennement apprécié.

Un album réussi dans l’ensemble qui en dit long sur le devenir de nos héros. Finalement j’aurai préféré commencer la quête par le second cycle, mais bien évidemment, cela reste une histoire de goût.


Mais, maintenant que je suis à jour dans la lecture de cette série, j’avoue que je suis impatiente de lire la suite puisque l’on annonce un troisième cycle, Après la Quête, cette fois-ci entièrement dessiné par Régis Loisel lui-même…

 
Imprimer - - par Mina, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon - 19 nov 2017

Nouveauté : Le livre des livres de Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu est un auteur atypique mais une fois cette affirmation énoncée, nous ne sommes pas plus avancés. Atypique, cela signifie tout et son contraire et donc il va bien falloir trouver d’autres arguments pour présenter son nouvel ouvrage, Le livre des livres

 

Depuis qu’il fait de la bande dessinée – j’ai l’impression que c’est depuis toujours – Marc-Antoine Mathieu s’est appliqué à explorer toutes les formes de narration graphique, tous les éléments constitutifs de la bande dessinée, toutes les spécificités de ce récit complexe et hybride mêlant dessin et texte…

 

Parfois, la forme ou l’exercice prennent le dessus sur le fond – l’histoire – mais reconnaissons que dans la majorité des cas l’auteur nous offre d’abord une histoire et dès que cette dernière est ingurgitée le lecteur réalise qu’il vient de participer à une expérience de l’auteur… Ainsi en fut-il de la lecture des albums Le début de la fin/La fin du début, Le décalage, 3”, S.E.N.S….  Mais plus le temps passe, plus les albums deviennent profonds, graves, humains… Un peu comme si la devise de Marc-Antoine Mathieu était toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus profond, toujours plus humain… Avec Otto, l’homme réécrit et, maintenant, Le livre des livres, une nouvelle étape semble en construction, pas une phase ultime car Marc-Antoine Mathieu n’est pas à la fin de sa vie, de sa carrière ou de son œuvre !

 

 

Le livre des livres en choquera certainement plus d’un, chacun y allant de son petit commentaire comme cela arrive régulièrement lors d’une performance ou d’une exposition d’art contemporain… La première surprise vient du contenu lui-même car il s’agit d’un recueil de couvertures d’ouvrages qui n’ont jamais existé. Peut-être parce que l’on n’a pas eu le temps de les écrire et dessiner, parce qu’ils se sont perdus, parce qu’ils ont brûlé… Du coup, pour chaque ouvrage, nous voilà avec une couverture et une quatrième de couverture… Rien d’autre, et pourtant c’est déjà énorme !!!

 

Car il y a du graphisme, du texte, de l’humour, du sérieux, du suspense, du jeu, de la philosophie, de la citation, de la poésie, de la tendresse et beaucoup d’humanité… On retrouve-là tous les auteurs qui ont compté pour Marc-Antoine Mathieu, tous ses thèmes de prédilection, toute l’absurdité de la vie humaine…

 

 

En même temps, comme il nous l’a dit lors de l’interview, si la vie humaine n’avait pas une bonne dose d’absurde, il n’y aurait pas d’art, pas de création, pas de livres…

 

Marc-Antoine Mathieu fait le pari que les lecteurs auront le courage et l’envie de s’offrir et d’offrir un livre cartonné, un objet atypique et ce clin d’œil… J’ai envie d’y croire aussi et je pense que cela pourrait faire un très beau cadeau de Noël pour tous ceux qui aiment les ouvrages conceptuels et contemporains… Ce serait un peu comme une œuvre d’art qui entrerait chez vous…

 

 

Quant à ceux qui comme moi aiment Marc-Antoine Mathieu et ses livres depuis longtemps, voici le livre que vous attendiez sans jamais vous le dire clairement, celui qui va éclairer tous les autres, qui va donner du sens… le fameux S.E.N.S. qui lui est si cher…

 

L’exposition chez Huberty & Breynes Gallery à Paris vous montrera ces fameuses couvertures et elle est en place jusqu’au 16 décembre ! Même si vous ne pouvez pas vous les offrir, allez au moins les voir !

 

Un véritable coup de cœur à partager !

 
 
 
 
Imprimer - - par Michel Bonnet - 19 nov 2017

Espé, dessinateur en vidéo pour parler de la série Chateaux Bordeaux

Une très belle série humaine, policière et œnologique, bien sûr !

Le vin est devenu une valeur sûre, en BD aussi. On est à l'époque des vendanges, et la thématique est à l'honneur. Une saga vigneronne bien tournée avec tout ce qu'il faut, Corbeyran mélange astucieusement action et savoir vinicole. On se bonifie en lisant ce Châteaux Bordeaux dessiné par Sébastien Portet (Espé).

 


https://www.youtube.com/watch?v=fRBhb_UVgtQ&feature=youtu.be

 

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

Imprimer - - par Thibault, étudiant en Tais à l'IUT de Chalon - 16 nov 2017





Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information
PROPOSEZ VOS INFOS

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle