vivre-a-chalon.com : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

samedi 25 février 2017

Bonne Fête Roméo

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

BANDES DESSINÉES...

La BD est en force sur vivre-a-chalon.com

BD...

En partenariat avec des étudiants de l'IUT (Licence TAIS) et Michel BONNET cette rubrique s'intéresse  au "neuvième art" en général mais, et, c'est la raison d'être de notre média,  également aux acteurs chalonnais et aux initiatives locales dans le droit fil du projet "Chalon en bulles" dont Michel Bonnet fut l'initiateur et l'animateur il y a quelques années.

Avec son équipe il ira à votre rencontre... mais n'hésitez pas à faire le premier pas si vous partagez cette passion pour les bulles !

 

Des textes, des photos, des interviews audion des vidéos...
Bonne promenade !

 

 

 

 

BD : Redécouverte de la série Victor Sackville

Il m’arrive parfois de relire des séries entières, de me replonger dans des ambiances et des univers sans qu’il y ait pour cela de véritables raisons. Après ce festival d’Angoulême 2017, en rangeant mes bandes dessinées, je suis retombé dans la série Victor Sackville et en quelques heures j’ai tout relu et je me suis souvenu de quelques belles rencontres autour de ce personnage…

 

Victor Sackville est un personnage né de l’imagination de François Rivière, de Gabrielle Borile et de Francis Carin, ce dernier étant le dessinateur. Ce héros de la bande dessinée franco-belge est apparu en 1985 dans la revue Pourquoi pas ? et trois ans plus tard dans le journal de Tintin.

 

Victor Sackville est un espion de sa majesté George V, il a le numéro de matricule numéro X67 (à moins que ce ne soit seulement un nom de code) et il va agir au profit de la Grande-Bretagne et des Alliés durant toute la guerre de 14-18 et même quelques années plus tard. La série est maintenant terminée, elle comporte 23 albums plus un « spécial » archives de Sackville. Lors de la réalisation des intégrales aux éditions du Lombard (8 albums), les auteurs ont donné quelques éléments supplémentaires, des dessins préparatoires et autres documents pour fans de la série.

 

D’une façon générale, les scénarios fortement marqués par la patte de François Rivière sont très classiques, très bien construits et sont dignes des romans d’espionnage. Dans la phase de la guerre, les Allemands sont toujours très violents, rustres et agressifs tandis que les Anglais sont classes, cultivés, sympathiques… un personnage atypique viendra se glisser dans la série, Anton Palacky, un Tchèque, ancien boxeur, plus coureur de jupons qu’espion, plus impulsif que réfléchi. Ce dernier apportera une pointe humaine et d’humour pour éviter que la série ne soit trop intellectuelle…

 

 

Le graphisme de Francis Carin, ancien élève de l’Institut Saint Luc de Liège, est digne de la ligne claire. En effet, il est bien de l’école du Journal de Tintin, celle qui a été façonnée par des auteurs comme Hergé, Jacobs, Martin, Tibet…  Pas étonnant de voir qu’il fut choisi un temps pour reprendre le dessin des aventures de Lefranc (on lui doit deux albums, L’Ultimatum et La Momie bleue).

 

 

Précisons que Victor Sackville est quand même un grand romantique qui a eu une très belle histoire d’amour avec une certaine Vera Bremen (ils furent même fiancés) et que cette aventure laissera chez lui des séquelles fortes… Un autre poids est en lui, le destin de son père. Qui fut-il ? Pourquoi est-il mort ? Qu’avait-il à cacher… ou pas ? Tous les albums reviendront régulièrement, plus ou moins fortement, sur ce père… Un héros en quête de père ? Ce pourrait être le sous-titre de cette très bonne série et je vous laisse découvrir comment tout cela prendra fin…

 

Voilà donc, puisque nous sommes encore dans les célébrations liées à cette Grande Guerre, une autre façon de la voir traitée en bande dessinée, avec l’espionnage au cœur de la guerre et non les grandes manœuvres terrestres, aériennes ou maritimes !

 

Une série, Victor Sackville, à lire, relire, découvrir et faire découvrir !

 
 
 
 
Imprimer - - par Michel Bonnet - 16 fév 2017 - Réagir

Angoulème 2017 : Interview Patrick Sobral (vidéo)



Imprimer - - par TAIS - 14 fév 2017 - Réagir

Angoulême 2017 : Les coups de coeur de l'équipe TAIS

Assurément ce fut une belle aventure et aussi une suite de moments privilégiès qu'a vécu l'équipe TAIS de l'IUT de Chalon à Angoulème à l'occasion du festival de Bandes dessinées.

 

 

Chaque étudiant s'est prété au jeu et propose sur vivre-a-chalon son focus sur cette belle escapade :

 

  • Mon coup de coeur à Angoulême... - Alexandre, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône
  • Mon coup de coeur à Angoulême... - Damien, étudiant en TAIS à l'IUt de Chalon
  • Mon coup de coeur à Angoulême... - Brice, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon
  • Mon coup de coeur à Angoulême... - Cynthia, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon
  • Mon coup de coeur à Angoulême... - Oriane, étudiante de la TAIS de l'IUT de Chalon
  •  Mon coup de coeur à Angoulême... - Alexis, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône
  • Mon coup de coeur à Angoulême... - Yannis, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône
  •  
    Retrouvez aussi l'intégrale des reportages ICI
     

    vivre-a-chalon et la licence TAIS de l'IUT de Chalon-sur-Saône sont partenaires avec l'Espace des arts, Espace patrimoine, la bibliothèque de Chalon, le conservatoire de Chalon, la Bobine et RCF en Bourgogne

     

    Imprimer - - par @La rédaction - 14 fév 2017 - Réagir

    Mon coup de coeur à Angoulême...

    Angoulême: que dire à part merci.

    Ce fut une expérience de vie vraiment très intéressante et enrichissante. Durant cette semaine j’ai eu la chance de rencontrer et d’apercevoir des auteurs incroyables tels que Hermann, Cosey, Zep, Lacombe et bien d’autres.

    J’ai également fais mes premiers pas dans le monde de la presse en interviewant moi-même certains d’entre eux. Cette expérience m’a montré que le travail de journaliste n’est pas facile tous les jours, même pour prendre un cliché d’un auteur connu il faut se battre. Afin d’écrire un article, il m’a fallu parcourir la ville d’Angoulême de long en large à la recherche de fresque ce qui m’a permis de découvrir le patrimoine étonnant que porte cette ville.

    N’étant pas un grand lecteur de bédé, j’ai appris à apprécier cet univers et je dois dire que je ne suis pas déçu car j’ai pu découvrir une BD qui m’a vraiment plu, intitulée « La craie des Étoiles ». Et grâce à mon accréditation, j’ai eu la chance de mener une interview de son auteur Raphaël Drommelschlager.

    Je pense que cette interview et le fait d’avoir pu voir ces auteurs – qui ont pour certains fait partie de mon enfance – resteront mes meilleurs souvenirs de cette sublime semaine et si un jour j’ai l’occasion de recommencer j’irai avec grand plaisir.

    Alexandre
     
    Imprimer - - par Alexandre, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 14 fév 2017 - Réagir

    Mon coup de coeur à Angoulême...

    Comment aborder cette édition du Festival d’Angoulême 2017 sans saluer le groupe qui y a participé ? Plus qu’un voyage d’étude, ce fut un vrai travail professionnel et une grande expérience de vie. Un coup de cœur où durant une semaine on apprend à se découvrir, se redécouvrir, et plus encore, à vivre ensemble !


    On se brosse les dents côte à côte, cuisinons et mangeons ensemble. Ils y a ceux qui flatulent, rotent, s’endorment et chantent aussi. Passé ces mélodies, il faut compter sur le planning des journées. Un vrai défi journalistique en soi ou tout le monde a su donner son meilleur. Un peu de vidéo par ci, d’audio par là et de verve à l’oral. Quelques mots couchés sur une feuille et le soir, autour d’une table ou dans nos lits, le concerto des claviers qui résonnait pour terminer les articles à temps. Angoulême ce fut tout ça, et plus encore !

    Nous avons vécu dans la peau d’une équipe de presse durant toute une semaine. Sur place, tout nous était ouvert. Accès aux loges privées de grandes maisons d’éditions, salle de presse, soirées privées… Les professionnels, institutions culturelles et FIBD, font un travail exemplaire sur place. On a certes pu assister à des conférences internationales, des présentations d’albums, de collections et même à la remise d’un prix “Couille au cul” ! Si on devait présenter un morceau d’anatomie pour illustrer et symboliser ce Festival ce serait, sans nul doute, le cœur.

    Ce que l’on taira aussi, c’est surtout nos soirées... et ça c’est privé :)

    Alors pour finir, je ne saurais remercier assez tout le monde pour ce séjour. Il y a des choses qui ne se disent pas facilement. Même quand on commence à être proches. Mais ce qui est sûr, c’est que je garderai un très bon souvenir de ce joyeux groupe, un groupe déjanté et pro, notre groupe 2016-2017 !

    Damien

     
    Imprimer - - par Damien, étudiant en TAIS à l'IUt de Chalon - 14 fév 2017 - Réagir

    Mon coup de coeur à Angoulême...

    La 44ème édition du festival de la bédé d'Angoulême a été pour moi l'occasion de plonger dans un monde qui m'inspire depuis mon enfance. En effet, j'ai grandi avec Tintin, Gaston, Lanfeust, Donjons... et de surcroît, j'aspire à améliorer mon niveau en dessin. Autant de raisons qui m'ont poussé à aller à la rencontre de tous ces auteurs et illustrateurs reconnus.


     

    J'ai donc pu parler à ces personnes, les interviewer, les questionner sur leur parcours : Comment sont-ils devenus auteurs ? Quelles ont été leurs inspirations ? Quelle est leur manière de dessiner ou d'écrire un scénario ? Tant de questions qui ont trouvé de nombreuses réponses lors de ces moult interviews que j'ai pu réaliser avec les autres membres de l'IUT.

    L'expérience a également été très fraternelle, et j'ai beaucoup apprécié les moments passés au gîte lors de nos réunions ou nos jeux de société. Mais si je devais raconter un seul événement, ce serait celui de mes 2 premières interviews : celle de Pierre-Denis-Goux, dessinateur de Nains, une bédé que j'ai découverte à l'occasion de la préparation de ce festival, et qui me plaît énormément, et celle de Jérôme Lereculey, dessinateur de Wollodrïn…

    Avec Jérôme Lereculey, alors que j’étais en retard à cause de l’entretien précédant, j’ai pu discuter longuement, on a parlé techniques de dessin, et il a même jeté un coup d'œil à mes dessins et m'a donné des conseils.

    IL A GAGNÉ LE PRIX DU MEILLEUR DESSINATEUR DU FESTIVAL DE SAINT MALO, ET IL A REGARDÉ MES DESSINS !!!!!! Un beau coup de cœur !!!

    Brice

     
    Imprimer - - par Brice, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon - 14 fév 2017 - Réagir





    Rechercher dans cette rubrique  




      



     

    LE FIL INFO EN DIRECT

    EN UNE - SORTIR
    NOUS CONTACTER

     agenda FOCUS 

    HUMEURS, & DÉBATS 
    Lettre d'information

    Nos billets
    PHOTOS  BD
    CINÉMAS
     
    TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



    RÉGIE PUB : Contact ici


    Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle