vivre-a-chalon.com : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

lundi 22 mai 2017

Bonne Fête Émile

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

BANDES DESSINÉES...

La BD est en force sur vivre-a-chalon.com

BD...

En partenariat avec des étudiants de l'IUT (Licence TAIS) et Michel BONNET cette rubrique s'intéresse  au "neuvième art" en général mais, et, c'est la raison d'être de notre média,  également aux acteurs chalonnais et aux initiatives locales dans le droit fil du projet "Chalon en bulles" dont Michel Bonnet fut l'initiateur et l'animateur il y a quelques années.

Avec son équipe il ira à votre rencontre... mais n'hésitez pas à faire le premier pas si vous partagez cette passion pour les bulles !

 

Des textes, des photos, des interviews audion des vidéos...
Bonne promenade !

 

 

 

 

Souvenirs en images de l'anniversaire de l'Antre des Bulles de Chalon sur Saône...

Des bandes dessinées, des auteurs, des lecteurs, de la bonne humeur... Que voulez-vous de plus ?
Imprimer - - par Sylvain, journaliste stagiaire - 20 mai 2017 - Réagir

La bande dessinée, mémoire des politiques ? Désintégration...

Voilà, le quinquennat de François Hollande vient de prendre fin et certains vont commencer à écrire l’histoire de ce mandat. Il y aura d’abord, comme à chaque fois, des ouvrages de journalistes, puis des témoignages d’acteurs de la période, puis des historiens qui se lanceront dans l’histoire immédiate avant que le temps ne fasse son travail et que l’on puisse écrire l’histoire du quinquennat… Cette dernière sera surement très différente de tout ce que l’on entend depuis des mois car à entendre cela on finirait par croire que François Hollande était un imbécile, un naïf, un tout petit…

 

 

Vous allez me dire que je m’éloigne certainement de la bande dessinée mais, vous allez voir, pas tant que cela ! En effet, certains témoignages ont commencé à arriver en librairie et j’en ai trouvé un en bande dessinée, bien sûr, Désintégration de Matthieu Angotti et Robin Recht. Le sous-titre est explicite, Journal d’un conseiller à Matignon. Matthieu Angotti a été durant un temps conseiller à Matignon lors du gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Dès qu’il est entré en fonction, Robin Recht lui a demandé de prendre des notes puis quand il quitté Matignon, en même temps que Jean-Marc Ayrault, il s’est attelé au travail avec Robin. La bande dessinée est sortie en mars 2017 et elle aidera certainement certains historiens à comprendre les dessous d’un plan national, d’un rapport sur une question de fond de la société française, sur les tensions entre ministres, entre conseillers… Bref, un très bon document pour comprendre la République et son fonctionnement.

 

Alors, bien sûr, être conseiller à Matignon ce n’est quand même pas la grande aventure, les super-héros, les pouvoirs magiques, les grandes étendues… Non, bureau, écriture, rencontres, réunions, réécriture, re-réunions… Donc, pour rendre tout cela en bédé, il a fallu à Robin Recht beaucoup de travail pour que le résultat ne soit pas monotone, terne, soporifique…

 

Le sujet est lui-même passionnant et d’actualité puisqu’il s’agit de s’attaquer à la question de l’intégration sans pour autant se focaliser sur les migrants. Oui et dès le départ, on sent une énorme crispation pour ne pas dire plus, entre Manuel Valls, alors ministre de l’intérieur, et les autres acteurs politiques. Manuel Valls se focalise sur les Rom qu’il considère comme incapables de s’intégrer dans la société française alors que les autres se demandent quels sont les blocages à l’intégration des populations d’origine étrangère. D’un côté on est dans la répression contre les Rom qu’il faut renvoyer chez eux – mais c’est où chez eux ? – et de l’autre des acteurs qui réfléchissent à l’école, à l’emploi, à l’accession aux droits, au logement…

 

Et dans ce combat – et ça en devient bien un – on a le sentiment que le président de la République, François Hollande, ne veut pas trancher. En fait, il tranchera mais pas seulement sur ce dossier, le jour où il nommera manuel Valls au poste de Premier ministre.

 

J’ai été séduit par le graphisme et la narration graphique de cet ouvrage et je considère que c’est un très bon documentaire sur la République française. Cela montre aussi que la bande dessinée peut aborder tous les sujets avec talent, finesse, compétences. Pour moi ce n’est pas une révélation mais bien une confirmation !

 

Certes, la grande réforme de l’Intégration a échoué mais la bande dessinée, elle, est réussie et c’est peut-être là l’essentiel avant qu’une autre équipe se lance dans ce chantier qu’il faudra bien un jour réussir dans notre pays !

 

Donc, Désintégration, journal d’un conseiller à Matignon, par Matthieu Angotti et Robin Recht aux éditions Delcourt.

 
Imprimer - - par Michel Bonnet - 19 mai 2017 - Réagir

Une première pour Des livres des Bulles !!!

De quoi boire, lire et discuter … 1ère édition ''Des livres Des bulles''

C'est à la brasserie du Palais, à 20h, ce mardi 16 Mai, que se sont réunis ces fans de bande dessiné, à l'occasion de l'événement ''Des livre des Bulles'' organisé par Bulles de Bourgogne !


 

C’était une grande première qui a rassemblé un peu moins d’une quinzaine de personnes dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Chacun est venu avec quelques bulles à partager – entendez bien qu’il s’agit de bandes dessinées – autour d’un verre de bulles – entendez du jus de houblon gazeux…


 

Des dizaines de BD plus ou moins grandes et de tout style, ont été mis à la disposition de tous les invités. Ce fut aussi l'occasion pour tous ces fans, de partager leurs coups de cœur, de découvrir de nouveaux auteurs, ainsi que d'échanger leur avis autour d'un bon verre plus ou moins alcoolisé, toujours avec modération…


 

Un moment qui ressemblent plus à un apéro entre amis et on en oublie vite que la plupart de nos convives ne se connaissaient pas avant cette soirée !


 

On peut en conclure qu'il s'agit d'une belle initiative de la part de l'association Bulles de Bourgogne. Elle n'en restera cependant pas là. Une autre édition est déjà envisagée et c'est une affaire qui reste encore (à suivre).


 

 
 
 
 
 

 

On peut retrouver cette association sur :

https://bullesdebourgogneblog.wordpress.com/

Imprimer - - par Sylvain, journaliste stagiaire - 19 mai 2017 - Réagir

Anniversaire de l'Antre des bulles : Christophe Regnault à Chalon !

Aujourd’hui, l’Antre des bulles fête son anniversaires avec des bulles !!! Oui, c’est comme une grande fête de la bande dessinée…

 

 

Et la bande dessinée est beaucoup plus qu’un genre secondaire des arts narratifs, bien plus profonde, plus précise, plus scientifique, plus politique, plus drôle, plus prenante, plus policière, plus historique… que vous ne le pensez, tout simplement !


Historique ? Oui, la bande dessinée peut vous accompagner dans l’Histoire, celle avec un grand H, de France ou d’ailleurs, de façon grand public, ou, parfois même, de façon très pointue. Par exemple, les éditions Glénat ont choisi de proposer une série, Ils ont fait l’histoire, pour redonner le goût de l’histoire aux lecteurs de bandes dessinées. Pour cela, il fallait arriver à pousser à travailler ensemble des historiens et des auteurs bédés. Pour chaque album, on a ainsi de véritables auteurs, une équipe d’historiens et un personnage important de notre histoire qui va prendre vie… et c’est là que l’on s’aperçoit que l’histoire est bien souvent plus forte, plus violente, plus passionnante que la fiction !

Cet album Philippe le Bel est signé Mathieu Gabella au scénario, un auteur confirmé qui a scénarisé chez Delcourt, entre autres, la très bonne série La licorne, série historique et fantastique autour du personnage d’Ambroise Paré. Du côté des historiens, on retrouve Etienne Anheim et Valérie Theis, et ils ont choisi de donner de ce roi un portrait le plus complet possible, sans se limiter aux clichés qui sont pourtant nombreux. Enfin, précisons, avant d’ouvrir l’album, que les éditeurs sont deux, Glénat et Fayard. S’il n’est pas surprenant de trouver Glénat dans une aventure historique, reconnaissons que la présence de Fayard dans le monde de la bande dessinée était plus improbable. Mais cet éditeur qui s’est illustré et s’illustre encore avec la publication de très bons ouvrages historiques, est là comme une caution scientifique – l’histoire est bien une science – et que la maison d’éditions doit se dire que redonner goût à l’histoire, y compris en utilisant la bande dessinée, c’est reconstruire un lectorat possible pour ses grandes biographies qui m’ont fait rêver, qui m'ont porté durant toute ma jeunesse…

Philippe le Bel, d’ailleurs est bien présent chez Fayard avec le remarquable ouvrage de Jean Favier que j’ai dévoré à l’époque en quelques heures. Cet ouvrage reste pour moi un ouvrage magistral et pertinent et je ne peux qu’en conseiller la lecture même si l’ouvrage n’a pas connu une diffusion extraordinaire car il a manqué une version de poche… heureusement, on le trouve encore en bibliothèque et d’occasion !


Philippe le Bel est un roi qui a connu une grande notoriété car c’est lui qui s’est trouvé confronté aux Templiers. Cet ordre richissime, puissant et mystérieux est mort de sa guerre contre le roi de France, sans que l’on connaisse aujourd’hui tous les tenants et aboutissants. La renommée du roi a été boostée par l’œuvre littéraire de Maurice Druon, Les rois maudits. Certes cette saga n’a pas à proprement parler la solidité historique d’une biographie comme celle de Jean Favier mais sa diffusion à la télévision dans une adaptation restée célébrissime a beaucoup fait pour noircir l’âme de Philippe le Bel sans pour autant rehausser celles des Templiers, de la famille royale ou du pape…

Le scénario de Mathieu Gabella ne se focalise pas ni sur la lutte à mort contre les Templiers ni sur les affrontements papauté-royauté. Le choix a été fait de nous proposer une vision beaucoup plus complète du roi, de son administration, de son époque… Il faut dire que ce roi est certainement un des personnages les plus étranges de son temps et on peut le regarder de plusieurs façons différentes : le roi avec le sens chrétien de la royauté française ; le premier technocrate à la française ; l’homme qui s’est entouré de plusieurs spécialistes, des finances à l’organisation du royaume ; le grand chasseur ; l’homme de pouvoir qui n’admet que difficilement d’être contredit ; le chrétien dont on ne sait rien sur sa propre foi… Bref, autant de Philippe le Bel, autant d’éclairages divergents sur une des grandes personnalités de notre histoire de France…


Ce roi est aussi un personnage avec son éducation, son caractère, ses proches. La grande force de cet album est basée sur la qualité du scénario qui rend le roi ni bon ni mauvais, ni égoïste ni généreux, ni objet de vénération ni personne à haïr toutes affaires cessantes… Ce Philippe intrigue, mérite d’être compris, percé, et remis dans son contexte… Cela devient passionnant comme un drame grec à l’ancienne…


Le dessin de Christophe Regnault intrigue au départ. J’ai craint, du moins un instant, de retrouver une narration graphique à l’ancienne comme dans l’histoire de France en BD de chez Larousse. Heureusement, très vite, on sort de ces ornières pour trouver un rythme solide, un graphisme solide, des personnages crédibles. L’histoire est dépoussiérée et le récit passe de l’illustration simple à la bande dessinée à proprement parler.

 

Or, figurez-vous que Christophe Regnault sera à Chalon-sur-Saône, aujourd’hui samedi dans le cadre de l’anniversaire de la librairie spécialisée bandes dessinée, l’Antre des bulles ! L’occasion est trop belle ! Découvrir une belle bande dessinée, replonger dans notre belle Histoire de France, se faire faire une magnifique dédicace… Bref, l’évènement qu’il vous fallait pour celle belle journée !!!


Je dois donc dire que j’ai beaucoup apprécié cette biographie, cette aventure, ce portrait… Cela donne envie de replonger rapidement dans le Philippe le Bel de Jean Favier ou celui plus récent de Georges Minois. On a aussi envie de découvrir rapidement les autres albums de cette série : Vercingétorix, Jean Jaurès, Charlemagne, Saint Louis… Donc, à cet après-midi à l’Antre des bulles !!!

 
Imprimer - - par Michel Bonnet - 13 mai 2017 - Réagir

Anniversaire de l'Antre des bulles : Laurence Baldetti à Chalon !

Aujourd’hui, à l’occasion de son anniversaire, l’Antre des bulles, la librairie spécialisée BD de Chalon-sur-Saône, va recevoir quatre auteurs de 14h30 à 18h30… Parmi ces quatre artistes, Laurence Baldetti, dessinatrice de la série La quête d’Ewilan…

 

La quête d’Ewilan en bande dessinée !!!

 

Pierre Bottero est un romancier qui, somme toute, n’a pas écrit longtemps. C’est entre 2002 et 2009 qu’il aura écrit l’ensemble de son œuvre puisque, en 2009, à l’âge de 45 ans, il perd la vie en accident de moto ! En moins de sept ans il écrit une série de romans qui vont faire le tour du monde, à commencer par le premier cycle devenu culte, La quête d’Ewilan.

 

Sans tomber dans les excès, en évitant les louanges et autres discours dithyrambiques, il faut reconnaitre qu’un jeune romancier – il est mort à moins de 45 ans – qui est traduit en une dizaine de langues, qui vend plus de deux millions d’exemplaires, ce n’est quand même pas très courant ! Oui, Pierre Bottero a su conquérir un large public, a marqué durablement des générations de lecteurs et c’est donc tout naturellement que la question de l’adaptation de ses romans en bandes dessinées s’est posée…

 

Attention, se poser la question ne signifie pas trouver immédiatement la bonne équipe pour réaliser le travail. Adapter, c’est indiscutablement trahir, faire sienne une œuvre, mais il fallait le faire avec respect de l’auteur et de son œuvre, avec respect du public lecteur et avec talent aussi ! Il fallait aussi trouver un auteur qui le ferait dans l’esprit des générations qui avaient dévoré ces romans…

 

C’est ainsi que l’on proposa à Lylian, un auteur qui avait à l’époque un peu plus de 30 ans. Il dit lui-même : « je plonge littéralement dans l’univers sensible et grandiose du romancier Pierre Bottero ». Il a pris les choses à bras-le-corps, une équipe s’est constituée, Laurence Baldetti au dessin, Loïc Chevalier aux couleurs, et le premier volume est sorti en 2012 aux éditions Glénat.

 

Pour ceux qui n’auraient jamais ouvert un roman de Bottero, qui n’auraient pas lu le premier volume de La quête d’Ewilan, donnons seulement quelques éléments… Tout commence de façon banale avec une jeune fille de 13 ans. Elle vit en ville et ressemble comme deux gouttes d’eau aux collégiennes que l’on peut croiser de Metz à Chalon, de Brest à Besançon… Rien ne la distingue des autres…

 

Sauf que Pierre Bottero qui a cherché toute sa jeunesse un passage pour un de nos mondes parallèles offre à Camille – notre collégienne – un chemin d’accès à un monde différent, un monde de poésie mais aussi de violence… Rêve-t-elle ou est-elle dans une autre réalité ? Très rapidement, il faudra bien qu’elle comprenne que non seulement ce monde existe mais que c’est le sien, qu’elle a un rôle à y jouer, qu’elle a une quête à effectuer !

 

Ce que j’aime beaucoup dans cet univers de Bottero c’est que le rêve, le fantastique, l’imaginaire sont liés à la création, à la puissance de création même… Comme s’il suffisait de rêver fort pour que les choses arrivent… et c’est peut-être bien vrai après tout… Non ?

 

 

L’adaptation en bande dessinée par cette fine équipe est agréable, fluide, poétique, esthétique, efficace mais, surtout, elle laisse assez d’espace à l’imagination du lecteur, à sa propre puissance de création. Elle ne dit pas tout, elle nous guide seulement dans le monde de Bottero. Du coup, certains lecteurs sont allés découvrir les romans et la bande dessinée a servi de passerelle entre deux façons de raconter les histoires, les romans et la bande dessinée… rien que cela est une belle performance de l’équipe responsable de l’adaptation !

 

Alors, il y aura toujours les inconditionnels de la littérature romanesque et ceux qui ne liront que les bandes dessinées, mais sachez bien qu’une grande histoire reste toujours une grande histoire et que les moyens pour la raconter, c’est-à-dire la faire vivre, ne changent rien à la grandeur de l’histoire, aux qualités des personnages, au tragique et au fantastique…

 

Il ne vous reste donc plus qu’à découvrir les romans de Bottero – si ce n’est pas encore fait – et les adaptations bédé de Lylian, Baldetti et Chevalier. Pour la Quête d’Ewilan, il y a quatre tomes de sortis !

 

Quant à la rencontre avec Laurence Baldetti pour qu’elle puisse vous offrir une belle dédicace ; c’est aujourd’hui !!!

 
 
 
Imprimer - - par Michel Bonnet - 13 mai 2017 - Réagir

Anniversaire de l'Antre des bulles : Alexis Nesme à Chalon !

Adapter un Jules Verne en bande dessinée, c’était bien l’un des projets d’Alexis Nesme, le créateur de la série Grabouillon (sur papier chez Delcourt, puis devenu un dessin animé télévisé qui a enchanté de nombreux enfants)… Mais, David Morvan, le directeur de la collection ex-libris chez Delcourt, avait déjà plusieurs projets en cours dont un Tour du monde en 80 jours dont nous avons déjà parlé…

 

Alexis Nesme va donc insister en cherchant un roman moins connu, un texte qui n’avait encore tenté personne. Pourquoi ne pas prendre Les enfants du capitaine Grant ? Vous ne connaissez pas ? Moi non plus je n’en avais jamais entendu parler avant de trouver cet album dans ma pile à côté du lit… mais depuis j’ai quand même ressorti de sa poussière le roman et je suis allé m’immerger au sein de ces pages très fortes, plus que je n’osais le croire…

 


L’histoire est simple, du moins au départ. Le 26 juillet 1864, Lord Glenarvan découvre dans le corps d’un requin, une bouteille avec un message. La bouteille a été jetée à la mer. C’est un appel au secours d’un fameux capitaine Grant. Le message abimé ne laisse pas de coordonnées précises et la reconstitution prend quelque temps. Heureusement, après quelques heures de travail l’affaire s’éclaircit : il faut sauver le capitaine Grant et son équipage qui sont à la merci de cruels sauvages !
L’amirauté ayant d’autres priorités, les enfants du capitaine Grant ayant un charme irrésistible, Lord Glenarvan affrète lui-même un bâtiment et part, avec son épouse et les enfants du capitaine Grant, à la recherche de Grant et de son équipage. C’est cette grande épopée de sauvetage que raconte le roman de Jules Verne et qui sera, aussi, le fil conducteur d‘Alexis Nesme qui respecte bien le texte initial…

 

 


Mais, quand Alexis Nesme est arrivé chez Delcourt avec ses premières planches il y eut comme un malaise, un blanc, une stupéfaction… Les personnages étaient tous des animaux… Un tel choix était-il compatible avec une adaptation de Jules Verne en bande dessinée dans la collection ex-libris, une collection où Jean-David Morvan faisait régner le respect strict du texte et de l’esprit des auteurs adaptés ? Après quelques hésitations, quelques autres essais, la décision fut prise de poursuivre avec ces animaux… et nous ne pouvons que nous en réjouir tant la lecture semble évidente ! On finirait presque par oublier que dans le roman de départ il n’y avait aucun animal en dehors du requin et de ceux que l’on croise en Patagonie ou ailleurs…

 

 


Le premier volume permet d’explorer une partie de l’océan Atlantique et de la Patagonie… mais toujours pas de capitaine Grant. On a du commettre une erreur, c’est en Australie qu’il est retenu prisonnier de cruels indigènes…

 

 

Aujourd’hui, les trois volumes de cette histoire existent en un seul recueil de toute beauté et la couverture tout en montrant des personnages animaliers, s’est glissée dans le style des ouvrages de Verne. Le rouge, le doré, le baroque sont bien là comme la garantie que le monde de l’aventure va s’ouvrir, rien que pour nous !

 


Une très bonne adaptation, surtout une excellente bande dessinée, qui vous fera passer quelques instants de bonheur à partager à tous les âges ou presque… Et, demain samedi 13 mai, Alexis Nesme, originaire des bords de Saône (Villefranche sur Saône, à quelques kilomètres d’ici) sera à l’Antre des bulles à l’occasion de l’anniversaire de cette magnifique librairie spécialisée en bandes dessinées…

 

 

Joyeux anniversaire, bon vent à l’équipe, Florent et Aurélie, et à demain pour rencontrer cet auteur à partir de 14h30 !!!

Imprimer - - par Michel Bonnet - 13 mai 2017 - Réagir





Rechercher dans cette rubrique  




 
 



 

LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle