thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

Cette rubrique reçoit des contenus liés à la vie économique: chiffres, développement, nouvelles installations, nouveaux commerces, etc. 

Si vous êtes un acteur économique, n'hésitez pas à envoyer vos informations !


Publicité
 

Nouvelle formation Nicéphore Cité sur les fondamentaux du business plan

La rédaction d’un business plan est une étape essentielle dans votre démarche de création ou de reprise d’entreprise, toutefois … Qu’est-ce qu’un business plan ? Que doit-il contenir ? Comment le présenter ? Quels sont les finalités et les objectifs ? Quels sont les pièges à éviter ? Quels sont les outils à ma disposition ?

Nicéphore Cité propose une formation d’une journée sur les fondamentaux du business plan, dispensée par le cabinet d’expertise comptable Capec.

Nicéphore Cité est un centre de formation référencé Datadock, nous restons à votre disposition pour plus de renseignements

https://www.nicephorecite.com/campus/formations/

34 Quai Saint-Cosme 71100 Chalon sur Saône
03 85 42 06 62 - formation@nicephorecite.com
 
Imprimer - - par Nicéphore Cité - 2 mai 2019

Les tops et les flops des TPE en 2018 par la FCGA

Secteur par secteur, profession par profession, tour d'horizon des "tops" et des "flops" des petites entreprises de l'artisanat, du commerce et des services en 2018. Une enquête exclusive de la FCGA, réalisée en partenariat avec Banque Populaire

Observatoire de la petite entreprise n° 72 FCGA - Banque Populaire


Les tops


1. Les taxis ................................................................................+ 4,3 %

2. Les détaillants en fruits et légumes .......................................+ 2,1 %

3. La charcuterie artisanale .......................................................+ 2,3 %


Les flops

1. Les boutiques de prêt à porter ..............................................- 5,6 %

2. Les détaillants en chaussures ..............................................- 5,2 %

3. Les commerces de cycles et de scooters .............................- 4,8 %

Une stabilité générale mais des performances inégales... En 2018, l’indice moyen d’activité des petites entreprises du commerce, de l’artisanat et des services s’établit à -0,8% (après -1% l’année précédente). Un taux annuel qui intervient dans un contexte de net ralentissement de la croissance française : +1,5% (après +2,3% en 2017).

Globalement, les TPE résistent donc plutôt bien à la dégradation de la conjoncture économique nationale et poursuivent le mouvement de reconstitution de leurs chiffres d’affaires déjà observé un an plus tôt. Mais cette stabilité générale dissimule d’importantes disparités sectorielles.

Sur les 12 secteurs d’activité analysés, 5 enregistrent un chiffre d’affaires en progression nette, 3 améliorent relativement leurs performances en réduisant le volume de leurs pertes et 4 affichent un chiffre d’affaires en recul.


Le palmarès des secteurs
5 secteurs enregistrent un chiffre d’affaires en hausse :

- Les transports : +2,5% (contre +1,1%% en 2017)

- Les métiers de la santé : +1,6% (contre -0,6% en 2017)

- Le commerce de détail alimentaire : +0,6% (contre -0,7% en 2017)

- Les cafés, hôtels et restaurants : +0,5% (contre +0,2% en 2017)

- La vente et la réparation auto : +0,5% (contre +0,2% en 2017).


3 améliorent relativement leurs performances :

- La beauté-esthétique : -0,5%% (contre -1,1% en 2017)

- La culture et les loisirs : -2,9% (contre -4,4% en 2017)

- L’équipement de la maison : -0,8% (contre -2,7% en 2017)



4 secteurs enregistrent un chiffre d’affaire en recul :

- L’équipement de la personne : -4,9% (contre -2,2% en 2017)

- L’artisanat du bâtiment : -1,7% (contre -1,3% en 2017)

- Les services : +0,3% (contre +1,6% en 2017)

- Les entreprises de parcs et jardins : +1,7% (contre +2,2% en 2017)


4 grands enseignements à retenir

- 5 secteurs sur 12 présentent des taux d’activité positifs compris entre +0,5% (vente et réparation auto ou cafés-hôtels-restaurants) et +2,5% (transports). Une proportion identique à celle de l’année précédente et qui confirme la stabilité globale des TPE en 2018.

- Le commerce de détail alimentaire retrouve des couleurs (+0,6% après -0,7%). 7 professions sur 9 affichent un taux d’activité positif compris entre +0,6% (crèmerie-fromagerie) et +2,3% (charcuterie artisanale). A l’exception de la boulangerie-pâtisserie (-0,1%) et de la poissonnerie (-1,7%), tous les artisans et les commerçants de l’alimentation enregistrent une progression de leur chiffre d’affaires.

- L’artisanat du bâtiment s’enlise (-1,7% après-1,3%).

Exception faite des entreprises de plâtrerie-staff-décoration dont la croissance quasi nulle (+0,1%) ne saurait rattraper la performance moyenne du secteur, toutes les autres professions de l’artisanat du bâtiment enregistrent des chiffres d’affaires en baisse : entre -0,6% pour les plombiers et -3,1% pour les terrassiers.

- L’équipement de la personne accentue ses pertes (-4,9% après -2,2%).

Déjà fragilisé l’année précédente, le secteur s’effondre en 2018. Parmi les professions les plus touchées : les magasins de prêt-à-porter ( -5,6%), les détaillants en chaussures (-5,2%) et les boutiques de mercerie-lingerie-laine (-4,5%).


Le hit parade des professions

Les tops
1. Les taxis : +4,3%

Avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,3% (contre +0,7% l’année précédente), les chauffeurs de taxis réalisent - toutes professions confondues - la plus forte progression d’activité en 2018. Les artisans du transport de personnes roulent loin devant les autres métiers analysés et s’imposent comme les véritables champions économiques de ce palmarès annuel. Une belle revanche sur les VTC !

2. La charcuterie artisanale : +2,3%
La charcuterie artisanale se positionne en tête du commerce de détail alimentaire, talonnée par les détaillants en fruits et légumes (+2,1%) et les cavistes (+1,5%). Un retour en force qui s’explique par le succès des nouvelles recettes des artisans charcutiers, qui réconcilient plaisir et santé. Moins gras, moins chargés en nitrites, les produits traditionnels conservent néanmoins tous leurs atouts gustatifs.

3. Les détaillants en fruits et légumes : +2,1%
Come-back gagnant pour les commerces de fruits et légumes en 2018 ! Un an plus tôt, la profession avait pourtant enregistré la plus forte baisse d’activité du commerce de détail alimentaire (-3,0%). Stimulée par le succès des produits bio, la vogue des légumes oubliés et de la fraiche découpe (fruits frais préparés sur place et prêts à consommer), elle retrouve les faveurs des consommateurs.

Et aussi : les pharmaciens (+1,7% contre -0,6%), les cavistes (+1,5% contre -1,1%), les magasins d’alimentation générale (+1,1% contre -1,6%) ...

Les flops

1. Les boutiques de prêt-à-porter : -5,6%
C’est le plus gros flop de l’année... Les boutiques indépendantes de prêt-à-porter enregistrent la plus forte baisse de chiffre d’affaires, toutes professions confondues : -5,6% (après -2,2% un an plus tôt). Trois facteurs principaux peuvent expliquer ce fiasco : les arbitrages budgétaires des consommateurs, la concurrence de la vente en ligne et l’essor du marché de l’occasion évalué à 1 milliard d’euros par l’Institut français de la mode. Selon une étude du même organisme, l'année 2018 « devrait figurer parmi les pires depuis dix ans ».

2. Les détaillants en chaussures : -5,2%
Vente en ligne, enseignes spécialisées, rayons dédiés des grandes surfaces, nouveaux concepts low-cost... Les détaillants en chaussures subissent la concurrence agressive d’une multiplicité d’acteurs qui menacent les parts de marché des 4000 entreprises du secteur et leurs 5350 magasins. En chute de 5,2% en 2018, l’activité a aussi souffert de la crise des « gilets jaunes » qui a sérieusement affecté la fréquentation des points de vente en fin d’année.

3. Les commerces de cycles et de scooters : -4,8%
Après une remarquable année 2017 (+4,5%), les marchands indépendants de cycles rétropédalent en 2018 avec un chiffre d’affaires en baisse de 4,8%. Conséquence des restrictions drastiques d’accès à la prime d’Etat et aux aides locales pour l’achat d’un vélo à assistance électrique ? Pourtant, selon les données de l’Observatoire du cycle, le marché du cycle a poursuivi sa croissance en 2018 avec plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires (+ 2,3 %) et plus de 2,7 millions de vélos vendus.

Et aussi : les boutiques de lingerie (-4,5% contre -0,9%), les boutiques de vêtements enfants (-4,1% contre -4,4%), les magasins de bricolage (-3,5% contre +1,3%) ...
 
Imprimer - - par FCGA - 1 mai 2019

Hegelmann France, basée près de Châlon, propose son mécénat de compétences pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris

 

Hegelmann France, société de transport et logistique, basée près de
Châlon-sur-Saône, propose son mécénat de compétences pour la
reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris


Hegelmann France, société de transport poids lourd et logistique, propose son mécénat de
compétences pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Grâce à sa flotte de
camions tous types, le Groupe Hegelmann, dont Hegelmann France fait partie, est capable
d’assurer tout un éventail de services de transport pour ce projet, jusqu’aux transports hors
gabarit. La société a également proposé des espaces de stockage dans ses entrepôts à
Châtenoy-le-Royal (Saône-et-Loire) et Calais (Pas-de-Calais). Les modalités seront à préciser dans le
cadre de l’enveloppe générale.

 


Le ministère de la Culture et le Centre des monuments nationaux en charge de la reconstruction de la
cathédrale Notre-Dame de Paris confirment tenir compte de la proposition faite par Hegelmann
France. Leur décision sera en revanche rendue à un stade plus avancé du projet, la problématique du
transport n’étant pas prioritaire à ce jour.
« L’incendie à Notre-Dame de Paris a touché les gens dans le monde entier. Nos collaborateurs dans
15 pays parlent de cet évènement comme si c’était un drame personnel. Il est vrai qu’à travers la
littérature, la musique et d’autres supports, la cathédrale Notre-Dame de Paris est ancrée dans
l’identité culturelle de chacun d’entre nous, » - souligne ​Siegfried Hegelmann, PDG du Groupe
Hegelmann.


« Ce serait un honneur et un bonheur pour nous de pouvoir mettre à disposition nos compétences en
tant que transporteur afin d’aider à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Nous
comprenons cependant qu’à ce stade, nous ne pouvons que proposer nos services et attendre la
décision des institutions qui gèrent le projet, ​» - précise ​Edgars Birovs, Directeur Général de
Hegelmann France.

 


A propos de ​Hegelmann France
La société Hegelmann France, implantée à Châtenoy-le-Royal (Saône-et-Loire) depuis 2017, fait partie du
Groupe Hegelmann, présent dans 15 pays en Europe et au-delà, avec un siège en Allemagne. Le Groupe
Hegelmann possède une flotte de plus de 2 000 véhicules et a pour ambition de porter ce nombre à 4 000 d’ici
2020, dont une partie domiciliée en France. Avec plusieurs implantations françaises le Groupe Hegelmann
propose la proximité d’une entreprise locale alliée à la puissance d’un groupe international.
Plus d’informations : ​ www.hegelmann.com

 
Imprimer - - par Hegelmann - 26 avr 2019

Les universités de Bourgogne, de Franche-Comté et Urgo en tête du palmarès 2018 des entreprises déposantes de brevets

La région Bourgogne-Franche-Comté comptabilise 193 demandes de brevets publiées à l’INPI en 2018, soit 1,5% des demandes publiées en France.

Les deux premiers déposants de la région sont deux universités : l’université de Bourgogne et l’université de Franche-Comté. Puis viennent l’entreprise de taille intermédiaire Urgo Recherche Innovation et Développement et le Groupe Sidel. Elles sont suivies d’une PME : Moving Magnet Technologies.



23/ Le palmarès des principaux déposants de brevets à l’INPI en 2018/8 avril 2019TOP 5 des déposants à l’INPI en 2018 en région Bourgogne-Franche-ComtéLa région Bourgogne-Franche-Comté comptabilise 193 demandes de brevets publiées à l’INPI en 2018, soit 1,5% des demandes publiées par des déposants17ayant une adresse en France.En 2018, 85,4% des demandes de brevets publiées à l’INPI par des déposants ayant une adresse en Bourgogne-Franche-Comté sont des demandes émanant de personnes morales, soit 165 demandes publiées.Les deuxpremiers déposants de la région Bourgogne-Franche-Comté sont deux universités: l’université de Bourgogne et l’université de Franche-Comté. Puis viennent l’ETI Urgo Recherche Innovation et Développementet le Groupe Sidel. Elles sont suivies d’une PME: Moving Magnet Technologies.

Imprimer - - par INPI - 18 avr 2019

Le Medef appelle les entrepreneurs à se mobiliser pour contribuer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris

 

L’incendie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris a suscité une immense émotion chez tous nos compatriotes. Si l’édifice est sauvé, la réparation des dégâts demandera des années de travaux et des moyens considérables.


Le Medef appelle les entrepreneurs à se mobiliser pour contribuer à la reconstruction d’un des joyaux du patrimoine mondial à travers la collecte nationale de dons lancée par la Fondation du Patrimoine.


Accessible, dès aujourd’hui sur le site www.fondation-patrimoine.org, cette collecte donnera lieu à
reçu fiscal.


C’est aussi dans ces moments que les entreprises expriment leur solidarité et leur engagement

 
Imprimer - - par MEDEF 71 - 16 avr 2019

Les rendez-vous non honorés par les patients : un fléau pour les médecins

La Mutuelle Nationale des Hospitaliers dévoile son 5e Carnet de santé des Français et des personnels de santé et hospitaliers. Un début d’année chargé en affections pour les professionnels de santé


Les rendez-vous non honorés par les patients : un fléau pour les médecins

La Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH), première mutuelle du monde de la santé publie
aujourd’hui son « Carnet de santé des Français et des personnels de santé et hospitaliers »
Pour le Dr Philippe Denormandie, Directeur des relations publiques et médicales de nehs : « La prise
de rendez-vous en ligne est aujourd’hui une solution qui permet d’améliorer la prise en charge des
patients. Les médecins ont des plages de rendez-vous plus denses avec le remplacement rapidement
des RDV annulés. Ce système permet aussi de raccourcir le temps d’obtention d’un rendez-vous :
les patients sont informés quand un créneau se libère. Ainsi, le parcours de soins est amélioré. ».
mention obligatoire

 


Sondage « Carnet de santé°» de la Mutuelle Nationale des Hospitaliers, réalisé par Odoxa
Le Carnet de santé des Français et des personnels de santé est réalisé pour la MNH par Odoxa en
partenariat avec Le Figaro Santé et France Info

LES ENSEIGNEMENTS-CLÉS DE L’ÉTUDE
ÉTAT DE SANTÉ DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ :
UN DÉBUT D’ANNÉE CHARGÉ EN AFFECTIONS


1) 22 % des Français et 38 % des personnels hospitaliers (45 % auprès des aides-soignantes) ont
été affectés par un problème de santé, soit un niveau supérieur à celui de la fin 2018 (+ 1 pt) mais
aussi aux mesures faites à pareilles époques ces deux dernières années (+ 2 pts). L’épidémie de grippe
(+ 15 pts par rapport à la fin 2018) explique largement cette progression.
2) Les soignants, eux-mêmes, deux fois plus touchés que la population générale, le confirment : 6
sur 10 (61 %) constatent une hausse des affections chez leurs patients. D’ailleurs, les visites des
patients chez leurs médecins ont explosé sur la période/ + 15 points.
3) Conséquence logique, les dépenses de santé se sont aussi envolées : 87 € soit une progression
de 15 € sur la période. Autre conséquence : cela a impliqué plus de travail pour les personnels
hospitaliers avec un niveau de satisfaction au travail toujours aussi faible, 42 % des personnels
hospitaliers se déclarant mécontents de leur travail, soit deux fois plus que la population générale !

LES RENDEZ-VOUS NON HONORÉS PAR LES PATIENTS
CONSTITUENT UN FLÉAU POUR LES MÉDECINS

1) Les rendez-vous non honorés constituent un problème majeur : tous les médecins (90 % à
97 %) y sont confrontés, 1 Français sur 6 et 1 jeune sur 3 avouant avoir déjà « posé un lapin » à son
médecin.
2) Cette défection ne s’explique même pas par une raison « valable » (impondérable majeur de
dernière minute) mais tout simplement parce que les patients avaient « oublié » leur rendez-vous !
D’ailleurs les professionnels de santé le savent bien (80 % l’expliquent ainsi).
3) Or cette légèreté (des patients) est lourde de conséquences (pour les médecins) : 70 % des
professionnels de santé disent que ces défections ont des conséquences importantes sur l’organisation
de leur travail ; et les Français (88 %) le savent pertinemment.
4) D’ailleurs 84 % des Français comprennent que ne pas honorer un rendez-vous médical est grave
car « cela désorganise le médecin et prive quelqu’un d’autre d’un rendez-vous ». Il existe donc un
consensus pour corriger cette situation qui apparaît inacceptable à tous.
5) Les plateformes de prise de rendez-vous en ligne constituent peut-être la solution : 54 % des
Français et 42 % des médecins les utilisent… or 72 % des Français et 60 % des professionnels de santé
sont persuadés que ces plateformes incitent les patients à mieux respecter leurs rendez-vous

 
Imprimer - - par Mutuelle Nationale des Hospitaliers - 14 avr 2019

SAÔNE-ET-LOIRE : Nouvelle présidence à l'AIFA

Lundi dernier, Martine Nowacki a été élue Présidente de l’AIFA. Elle succède ainsi à Antoine DIAZ dans le cadre de l’alternance CCI et CMA. Depuis 1979, le CIFA Lameloise est géré par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Saône et Loire et la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de Bourgogne dans le cadre de l'AIFA, Association inter consulaire pour favoriser l'apprentissage.



Martine Nowacki, coiffeuse de profession, est membre du bureau de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne depuis 2016.

Le CIFA Jean Lameloise de Mercurey accueille plus de 1200 apprentis et adultes issus d'une vingtaine de départements différents et propose l'accès à une trentaine de formations rémunérées sous la forme du contrat d'apprentissage ou de professionnalisation dans les métiers de l'alimentation, la coiffure, la restauration, l'hôtellerie, la vente, l'assurance et la photographie.

 
Imprimer - - par Chambre des métiers - 10 avr 2019

CPME71 : "Les conséquences économiques du mouvement des gilets jaunes apparaissent désormais dans les chiffres"

 

La Banque de France publie ce jour son étude sur les défaillances d’entreprises.

En comparant les mois de janvier 2018 et janvier 2019, on observe une augmentation globale de 8,3% des défaillances. Les secteurs les plus directement impactés par les mouvements sociaux paient le plus lourd tribut. Ainsi dans le secteur du commerce la hausse est de +8,8% tandis qu’elle atteint même +15,1% dans le secteur de l’hébergement et de la restauration.

« Les chiffres confirment malheureusement les craintes de la CPME, confirme le président, Jean VIENT ; nous ne cessons depuis des mois d’alerter sur les conséquences économiques des manifestations, pillages et blocages. Comme on pouvait le craindre, les commerçants, hôteliers et restaurateurs en sont les principales victimes ».


Sur un an, l’étude Banque de France fait apparaitre une augmentation (+0,8%) du nombre de défaillances, à fin février 2019. La lente dégradation de la situation observée depuis l’été 2018 se poursuit donc.

Si les défaillances d’entreprises employant entre 10 et 49 salariés augmentent de + 4,8% celles employant entre 50 et 249 salariés bondissent de +14,1% sur un an.


« Cette inquiétante tendance, souligne Jean VIENT, démontre bien les difficultés réelles auxquelles sont confrontées nos T-PME. Il est urgent de prendre enfin les mesures qui s’imposent, réclame-t-il, pour alléger les normes et contraintes et diminuer le poids des charges et prélèvements obligatoires qui étouffent les plus petites entreprises ».

 
Imprimer - - par CPME 71 - 10 avr 2019

Charte e-commerce : un premier pas pour mettre fin à la politique du pot de terre contre le pot de fer

Communiqué


La CPME représente ce matin les TPE/PME françaises en tant que signataire de la charte des acteurs du e-commerce, co-construite sous la houlette efficace du Secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi.


« L’objectif est, explique Yves TOITOT – Président Commerce CPME 71, "d’assurer les conditions d’une relation équilibrée, transparente et loyale entre les plateformes de vente en ligne et les TPE-PME". En clair, faire en sorte de limiter la politique du pot de terre contre le pot de fer ».


« Les TPE-PME utilisant les plateformes signataires, poursuit-il, seront notamment en capacité de mieux comprendre le classement commercial utilisé, d’obtenir une explication et de contester en cas de déréférencement et de se défendre en cas de contrefaçon. Autant d’engagements, souligne Yves TOITOT, pris de manière volontaire par les plateformes signataires (Cdiscount ; Conforama ; eBay ; Fnac Darty ; La Redoute ; Le Bon coin ; Mano Mano ; Rakuten).

Surprenant qu’Ali Baba et Amazon, associés à la démarche, aient finalement choisi de ne pas s’engager.

Comme si la transparence leur faisait peur, ironise le Président Commerce ».

 
Imprimer - - par CPME 71 - 27 mars 2019

Concours d'innovation entrepreneuriales - 697 IA - jusqu'au 31/07

Promouvoir le succès des idées et initiatives entrepreneuriales

697 IA - est un incubateur dédié à l'innovation dans les secteurs Industriel, R&D, IA et Objets connectés ! Les projets de ces domaines sont donc particulièrement privilégiés.

Les porteurs de projets et jeunes chefs d’entreprises de tout âge souhaitant s’inscrire à l’édition 2019 du concours peuvent le faire par mail : a.taponnier@galile.fr ou sur la plateforme www.galile360.fr

Vous pouvez déposer votre projet jusqu’au 31 Juillet 2019 avec une remise du prix prévue en fin d’année !

 
Imprimer - - par MA - 26 mars 2019

Journée nationale de recrutement le 4 avril

Les réseaux NOUNOU ADOM, MAISON & SERVICES et MAINTIEN ADOM organisent une journée nationale de recrutement et prévoient le recrutement de plus de 1 280 nouveaux collaborateurs en CDI à l’échelle nationale. Le jeudi 4 avril prochain, toutes les entreprises de ces réseaux ouvrent leurs portes aux candidats à l’emploi. De belles opportunités à saisir !

LE SAVIEZ-VOUS ?
Bruno DUFOUR est le gérant des différentes entreprises sur DOLE. NOUNOU ADOM DOLE compte actuellement 23 salariés et envisage le recrutement de 16 nouveaux profils. Quant à MAISON & SERVICES DOLE, il y a 33 collaborateurs et 6 postes sont à pourvoir. MAINTIEN ADOM DOLE, comptabilise 18 salariés et ce ne sera pas moins de 6 postes à pourvoir !

Christophe GASPARD avec son entreprise MAISON & SERVICES CHALON SUR SAONE compte 14 collaborateurs et prévoit de recruter 5 nouveaux profils.

Les entreprises MAISON & SERVICES BESANCON et MAISON & SERVICES MONTBELIARD, gérées par André-Pierre AUGE, comptent 35 salariés et recherchent 11 nouveaux collaborateurs.

Pour finir l'entreprise de DIJON, MAISON & SERVICES, gérée par David NERON, compte 30 collaborateurs et prévoit de recruter 11 nouvelles personnes.

A VOTRE AGENDA - Rendez-vous jeudi 4 avril prochain de 10h00 à 16h00 dans nos entreprises pour la journée nationale de recrutement

Cet événement est l'occasion pour vous de :

Echanger sur les objectifs de développement et de recrutement sur le département et dans la région
Réaliser une interview avec les gérants des entreprises NOUNOU ADOM et MAISON & SERVICES et MAINTIEN ADOM
Découvrir les différents services et prestations proposés par les entreprises
Imprimer - - par MA - 25 mars 2019

Grand Débat National Au-delà du débat, les propositions des entreprises

Dans le cadre du Grand Débat National et après 133 débats organisés par les Medef territoriaux
sur tout le territoire et dans les Outre-Mer, le Medef a présenté ses propositions.


Les entrepreneurs du Medef sont convaincus de la nécessité de rétablir durablement le lien de
confiance entre les citoyens et les pouvoirs publics. Ce lien ne pourra se reconstruire qu’en
développant deux grandes ambitions :


- Réussir enfin la décentralisation. D’abord parce que les différents actes de décentralisation ne
sont pas allés au bout, et la France reste encore un pays centralisé où le poids de l’Etat demeure
très important. Ensuite parce que la décentralisation rime avec croissance.


- Baisser fortement les impôts sur les entreprises et sur les ménages. Parce qu’avec 48 % de
prélèvements obligatoires, la France est au bord de la rupture. Le ras-le-bol fiscal est général et
seul un choc fiscal peut créer un choc de confiance.


Par ailleurs, pour répondre à l’urgence, le Medef propose un plan de mesures immédiates et
concrètes. Il est impératif de faire redémarrer l’ascenseur social, de booster le pouvoir d’achat, de
recoller les morceaux d’une France fragmentée, de desserrer la pression sur le logement, de
renforcer l’attractivité des territoires, de refaire du service public un vrai service au public, et
d’accompagner la transition écologique. Dans cet objectif, le Medef propose notamment
d’attribuer un « capital départ » afin de permettre aux jeunes d’entreprendre leur destin, de
donner accès à tous les actifs à une formation digitale, de mettre en place un dispositif
d’intéressement pour toutes les entreprises de 1 à 250 salariés avec une exonération d’impôt, de
créer une prime mobilité « domicile-travail » pour les salariés habitant en zones peu denses, prise
en charge par l’État, les régions et les employeurs, de mettre en place une prime de 1000 euros
pour l’aide au déménagement des salariés modestes vivant à plus de 30 km de leur travail dont le
financement serait à la charge d’Action Logement, de favoriser l’attractivité fiscale des territoires
en supprimant la cotisation foncière des entreprises (CFE), avec une remise à plat globale de la
fiscalité locale, de développer la notation citoyenne des services publics ou encore de favoriser le
« produire en France » en réduisant l’empreinte carbone de nos importations.


Parce qu’ils contribuent pleinement à l’intérêt général, les entrepreneurs du Medef, qui vient de
se doter d’une raison d’être : « Agir ensemble pour une croissance responsable », entendent, avec
ces 43 mesures, apporter des réponses fortes et ciblées aux attentes légitimes des Français.


Vous trouverez ci-après l'ensemble des propositions du Medef.

 

Parce qu’ils contribuent pleinement à l’intérêt général, les entrepreneurs du Medef, qui vient de
se doter d’une raison d’être : « Agir ensemble pour une croissance responsable », entendent, avec
ces 43 mesures, apporter des réponses fortes et ciblées aux attentes légitimes des Français.

 
 Propositions du MEDEF Grand débat national_mars 2019.pdf [ 601.93 Ko ]
Imprimer - - par MEDEF 71 - 20 mars 2019

Un contrat-cadre pour accélérer la compétitivité de la filière numérique de Bourgogne-Franche-Comté


Bernard Schmeltz, préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, présidente de la
Région, Silvère Denis, délégué général du Cluster BFC numérique, Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice
de l’académie de Dijon, Jean-François Chanet, recteur de l’académie de Bourgogne-Franche-Comté et de
l’académie de Besançon et Frédéric Danel, directeur de Pôle Emploi, ont signé jeudi 7 mars le premier
CAPéCO numérique régional.


Ce contrat d’appui à la performance économique et au développement des compétences, d’une durée de 4 ans,
a pour objectif de structurer et de développer la filière numérique et d’impulser la transition numérique de
l’industrie. Il est le fruit de la collaboration active des acteurs numériques du territoire fédérés au sein du cluster
BFC numérique (Numérica, Nicéphore Cité, Inkub…) sous la conduite de l’Etat et de la Région.
La filière numérique régionale compte 1 500 entreprises, en grande majorité des TPE. Elle emploie 8 000
salariés. Elle affiche un taux de croissance de ses effectifs de 14 % par an. Compte tenu de cet éclatement
sur des petites structures, l’enjeu de structuration est d’autant plus fort.


Pour répondre à ces objectifs, le contrat détermine 30 actions réparties selon 4 enjeux prioritaires :
 Structurer l’écosystème
 Attirer et faire rayonner la filière numérique régionale
 Accompagner dans la continuité les chefs d’entreprise
 Anticiper les mutations liées à la révolution numérique et trouver les compétences


Les premiers résultats sont encourageants
Le CAPéCO a permis de clarifier le rôle de chacun des experts du numérique. A titre d’exemples : BFC
numérique représente la filière, Nicéphore Cité à Chalon-sur-Saône (71) accompagne la transformation
numérique des PME industrielles et Numérica à Montbéliard (25) est le spécialiste des usages numériques
innovants. Le réseau a rassemblé une offre de plus de 40 services au bénéfice des entreprises du territoire.
Le réseau accompagne plus de 600 entreprises par an et déploie un programme très dense de plus de 50
évènements et opérations de communication/formation à destination des TPE/PME, comme la journée Conext
Days de Nicéphore Cité.


Les offres de formation ont été cartographiées et une enquête sur les besoins en compétences des entreprises
est régulièrement lancée. Un effort tout particulier sur la féminisation de la filière est opéré dans la mesure où les
femmes ne représentent que 12% des effectifs de formation au numérique et 16% des emplois.
Le partenariat s’affiche au sein d’une présence collective des éco-systèmes comme des start-ups sur des
évènements internationaux (CES Las Vegas, Vivatech Paris ou encore au Japon) mais aussi en répondant
collectivement à des appels à projets nationaux comme celui de la French Tech.


A travers ce contrat, Etat, Région et filière affirment conjointement leur volonté de faire de la Bourgogne-FrancheComté un espace où le numérique est facteur de compétitivité.

 
 
Imprimer - - par BFC Préfecture - 17 mars 2019

Le MEDEF souligne "Des avancées majeures dans la relation entre l'administration fiscale et les entreprises"


Le Medef accueille très positivement les mesures annoncées aujourd’hui par le Ministre de
l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, pour instaurer une nouvelle relation de
confiance entre les entreprises et l’administration fiscale. Il s’agit d’une avancée majeure dans
la relation entre administration et contribuables, attendue de longue date par le Medef.


La palette d’outils proposée, qui traduit la volonté d’adaptation des pouvoirs publics à la
diversité du monde des entreprises, va constituer un atout majeur dans l’environnement
économique de la France. Le Medef salue notamment l’accompagnement fiscal des PME,
l’offre de rescrits et le partenariat pour les grandes entreprises et ETI, grâce auxquels
l’administration soutiendra l’activité des entreprises en sécurisant les problématiques fiscales
en amont. L’engagement de l’administration de soutenir les entreprises françaises dans leurs
relations avec les administrations étrangères est également une évolution positive.


« La prévisibilité, la sécurité juridique et la certitude que les erreurs pourront être corrigées
sans pénalités sont des facteurs clés pour le développement des entreprises françaises, leur
prospérité et leur engagement à l’international et l’attractivité de la France, souligne Geoffroy
Roux de Bezieux, président du Medef. Il est temps que la culture du contrôle fiscal évolue :
nous attendons que l’administration soit davantage en appui des entreprises, dans un climat
de dialogue apaisé. La crainte du contrôle doit laisser place à la volonté d’échanger et à la
confiance mutuelle. Les ressources de l’administration pourront ainsi être mieux utilisées pour
cibler les fraudeurs ».


Le Medef salue la signature des premiers protocoles entre l’administration et déjà plus d’une
dizaine d’entreprises, et suivra avec attention le développement de ces nouvelles relations.

 
Imprimer - - par MEDEF 71 - 17 mars 2019

Grand débat : ce que veulent les PME, ce qu'en pensent les Français !

Communiqué CPME 71

Dans le cadre du Grand débat national, la CPME a réuni des milliers de chefs d’entreprise, à travers toute la France. Les principales propositions qui en sont ressorties ont été testées* auprès de la population française.

« Nos différentes rencontres dans ce sens, précise Jean VIENT - président CPME 71-, notamment avec le Secrétaire général de la Préfecture au moins de janvier où nous étions près d’une trentaine ne font que confirmer ce qui semble transparaitre au niveau national.

Il est pour le moins rassurant de constater la prise en compte de l’ensemble des idées qui ont pu être émises, même si certaines n’apparaissent pas directement dans cette liste non-exhaustive ».

A l’instar des chefs d’entreprise,

· 93% des Français veulent qu’on redéfinisse les responsabilités et missions des collectivités territoriales pour éviter les services doublons (dont 48% très favorables).

· 85% de nos concitoyens réclament que les mêmes règles s’appliquent entre le secteur public et le secteur privé concernant la législation en vigueur sur le droit du travail ou les normes applicables aux entreprises (dont 48% très favorables).

· 92% sont favorables à un renforcement de la transparence sur l’affectation des impôts (dont 51% très favorables).

· 85% souhaitent la mise en place d’un plafond d’imposition, également appelé « bouclier fiscal », pour limiter la fiscalité nationale, locale et écologique des artisans, commerçants, TPE et PME.

· Ils sont autant à demander la suppression de la taxation des PME et TPE sur les bénéfices réinvestis dans l’entreprise.

· Encore plus intéressant en cette période d’élections européennes, 89% des Français souhaitent que l’on réduise les dépenses publiques en France (56% du PIB) au niveau de la moyenne européenne (46% du PIB).


Le constat est sans appel : les Français approuvent à une large majorité les mesures proposées par la CPME.

« Nos concitoyens réclament avant tout davantage de transparence dans l’utilisation des fonds publics et une baisse de la pression fiscale, explique François Asselin, président de la CPME. Ils sont prêts à diminuer les dépenses publiques en réorganisant l’administration et en sanctionnant les abus. Le nouveau concours Lépine de l’augmentation d’impôts auquel on assiste depuis quelques semaines doit cesser. Ce n’est pas ce qu’attendent les Français, ni les PME ! »

*sondage Elabe pour la CPME, réalisé les 19 et 20 février 2019, auprès d’un échantillon de 1004 personnes représentatif de la population française.

 
Imprimer - - par CPME 71 - 13 mars 2019

Mission Locale : Offres d'emplois de nos partenaires

Serveur(se)

Un de nos partenaires recherche un(e) serveur(se) pour un contrat de 30h en CDD au sein d'un établissement au sein d'une maison de retraite.

Pour plus d'informations, merci de contacter notre chargée de relations entreprises.
 
 

Chaudronnier (H/F) en contrat de pro

Une grande entreprise du chalonnais recherche pour un CDD d'un an, un candidat qui a une formation en CAP à BAC Technique (souhaité) ainsi qu'une première expérience en industrie (souhaitée).
Des connaissances en meulage, assemblage ou oxycoupage seraient un plus. Avoir de la dextérité et une bonne vision spatiale. Travail à chaud, parfois en hauteur et travail en multi-positions.

Pour plus d'informations, merci de contacter notre chargée de relations entreprises.
Imprimer - - par Mission Locale - 7 mars 2019

Mission Locale du Chalonnais : formations du mois et passeport vers l'entreprise

Une formation pour moi ? C’est possible !

Pour qui ?

Les personnes peu ou pas qualifiées, inscrites à Pôle emploi comme de jeunes sortis du système scolaire sans diplôme ou avec un diplôme non reconnu.

Comment ?

Ce dispositif se situe en amont du DAQ (Dispositif en Amont à la Qualification) et permet notamment d'apprendre à appréhender les outils numériques, de détecter ses potentiels, de savoir s'intégrer et avoir la bonne communication verbale et non verbale, de reprendre confiance en soi...

 
 

Passep


ort vers

La Mission Locale du Chalonnais s'associe au Grand Chalon afin de permettre à des jeunes éloignés de l'emploi de retrouver le chemin du marché du travail.

Passeport pour l'entreprise c'est un stage d'un mois au sein du Grand Chalon dans les multiples services pour se préparer à la vie active. Une démarche innovante, initiée par le Grand Chalon afin de donner une perspective d'emploi ou de formation aux jeunes de 18 à 25 ans.
Après une première sélection effectuée par la Mission Locale, les jeunes seront soumis à un jury qui décidera de la pertinence de leur candidature.

10 jeunes seront sélectionnés et formés aux savoirs de base et aux droits et devoirs des salariés en entreprise.

Lire l'article sur Kadéïloscope

Imprimer - - par Mission Locale - 7 mars 2019

Remise des diplômes 2017-2018 licence professionnelle agroequipements


Jeudi 28 février et pour la première fois, douze étudiants de la promotion 2017-2018 de la licence
professionnelle Agroéquipements / Automatisme et Robotisation en Elevage de l’IUT de Chalonsur-
Saône se sont vus remettre leurs diplômes lors d’une cérémonie hors les murs au Salon
International du Machinisme Agricole.


Cet événement s’est déroulé sur le stand de l’AXEMA, syndicat français des industriels de
l'Agroéquipement, en présence de Philippe Girard, vice-président Axema et directeur général des
activités de JCB en France et de Gianni Pillon, Directeur de l’IUT.


Cette licence professionnelle (bac +3), se déroulant en formation initiale ou en alternance, est portée
par trois structures : l’IUT de Chalon-sur-Saône, Vesoul Agrocampus et Agrosup Dijon. Elle a pour
vocation de former des cadres connaissant les technologies mécaniques, hydrauliques, informatiques
appliquées au milieu agricole et débouche sur de nombreux emplois.

Imprimer - - par IUT Chalon - 5 mars 2019

IFAG CHALON-SUR-SAÔNE : un dispositif pédagogique unique en France !

A partir de mars 2019, tous les étudiants de 3ème année du Bachelor Entrepreneuriat de l'IFAG CHALON-SUR-SAÔNE effectueront une mission en entreprise de 3 mois consacrée à l'innovation.

Baptisé K-INNOV', ce dispositif amènera chaque étudiant à mettre en pratique ses compétences (créativité et innovation, management de projet, préconisations). Un dispositif unique en France : 400 étudiants ; 80 groupes ; 11 entreprises (de la TPE au groupe international) et 6 secteurs d'activité : services, distribution, agro-alimentaire, transports, banques, communication-média.

Pour Dominique LEMAIRE, Directeur du Réseau IFAG : « Sans innovation, point de salut ! Pour se développer, toute entreprise doit innover, c'est à dire concevoir les produits et les services de demain. Elles doivent se réinventer à un rythme de plus en plus soutenu pour faire face aux évolutions technologiques et numériques. Appartenant à la génération des « Millenials » et consommateurs de demain, nos étudiants apporteront un regard neuf pour accompagner les entreprises dans leur innovation et leur transformation ».


 
Imprimer - - par IFAG - 25 fév 2019

Au 3eme trimestre 2018, le repli de l'emploi salarié se confirme en Bourgogne-Franche-Comté


Au troisième trimestre 2018, le repli de l’emploi salarié observé au trimestre précédent en Bourgogne-Franche-Comté se confirme, avec une baisse de 0,3 %. Sur un an, la baisse atteint 0,6 %.

Les deux composantes de l’emploi salarié continuent de diminuer au même rythme qu’au trimestre précédent. Le privé compte 1 960 emplois de moins, soit un recul de 0,3 %. La fonction publique enregistre quant à elle une perte nette de 840 emplois, soit une baisse de 0,4 %

 

Imprimer - - par INSEE BFC - 19 fév 2019

Chômage en Bourgogne-Franche-Comté : Légère dégradation au 3e trimestre 2018

Au troisième trimestre 2018, le taux de chômage en Bourgogne-Franche-Comté s’établit à 7,9 %, contre 9,1 % au niveau national. Il est en légère augmentation sur trois mois (+ 0,2 point), en particulier dans le Territoire de Belfort.


Sur un an toutefois, il reste orienté à la baisse (- 0,4 point), dans la Nièvre et dans l’Yonne notamment.
Le chômage est particulièrement bas dans les zones d’emploi proches de la frontière suisse, 5,8 % dans celle de
Morteau par exemple. La zone d’emploi de Beaune est encore plus épargnée, 5,7 %. Celle de Belfort-Montbéliard
est à l’inverse la plus touchée de la région, 10 %.

 

Source INSEE :

https://www.insee.fr/fr/recherche/recherche-statistiques?q=bourgogne

Imprimer - - par INSEE BFC - 18 fév 2019

Un bon professionnel, un bon prix, des adresses !

Aie ! Aie ! Vos dents vous font souffrir ? Il va falloir intervenir sérieusement. Mais voilà cela semble assez compliqué... Inlay ou onlay ? Vous hésitez ? Vous ne savez pas de quoi il s'agit ? Vous voudriez être conseillés, trouver des informations fiables et concises ? Internet est immense…


Ou bien... vos fenêtres commencent à devenir vieilles et leur étanchéité laisse à désirer. Avec le prix de l'énergie en hausse et la nécessité de moins gaspiller vous envisagez sérieusement de les changer. Quelles nouvelles solutions existent de nos jours et à quels coûts ? Est-il possible d’être aidé financièrement ? Plusieurs conseils valent mieux qu'un....

Ou bien tout simplement vous avez un projet qui sort de l’ordinaire. Vous faites face à une situation qui n’est pas quotidienne comme un mariage, un déménagement, des travaux ou la nécessité de soins médicaux importants ? Et là vous recherchez des avis, des prestataires...


Pour cela, sur internet, en plus des pages jaunes, des sites ont décidé de vous aider en mettant en relation les internautes et des professionnels. Vous avez ainsi accès à des fiches informatives rédigées par des experts, des contacts de professionnels de qualité dans toute la France, la possibilité de mettre en compétition jusqu’à 3 professionnels dans votre région et tout ceci sur un site clair, fiable et de confiance.
Par exemple le sire ladelelle vous aide à trouver des prestataires qui répondent à vos besoins et sont en mesure de vous accompagner dans vos projets. Cliquez ici pour vous renseigner sur cette page

Voilà un site permettant de contacter de nombreux prestataires, de trouver des informations relatives à vos questionnements, de faire effectuer plusieurs devis permettant de comparer les offres et ceci pour de nombreux secteurs et métiers pour des travaux dans vos locaux, de l'isolation ou des remplacements de fenêtres par exemple. Et ce n'est pas tout. Les secteurs de la santé sont aussi souvent source de questionnements que ce soit pour des questions médicales précises, des soins dentaires, prothèse, couronnes, bridges par exemple ou encore et c'est plus récent les attentes concernant le blanchiment dentaire.
Dans tous ces cas vos questions ont bien souvent été plus nombreuses que des réponses précises et documentées. Car outre les aspects purement techniques liés aux travaux ou soins à effectuer vous devez considérer aussi les différents aspects financiers qui souvent présentent des écarts considérables. C’est pourquoi grâce à ce type de site vous pouvez trouver l’information dont vous avez besoin, puis par la suite fare appel au service afin d’être mis en relation avec le prestataire local ou national qui saura au mieux répondre à votre besoin tout en respectant le budget que vous lui avez alloué. Chaque année c’est plus de 100.000 internautes qui sont ainsi mis en relation à des partenaires adaptés.

publirédactionnel

Imprimer - - par Publi-rédactionnel - 30 jan 2019

La CPME suspend sa participation aux négociations sur l'assurance-chômage


Alors que les partenaires sociaux mènent actuellement une négociation visant à réformer le régime d’assurance-chômage, le Président de la République, faisant fi de la lettre de cadrage pourtant écrite par le gouvernement, a réaffirmé vendredi sa détermination de mettre en place un bonus-malus sur les contrats courts. Tous les efforts menés par les négociateurs pour "déprécariser" les contrats courts ont ainsi été balayés d’un revers de main.

« La CPME, l’a dit et répété, martèle Jean VIENT – Président CPME 71-, nous nous refusons à cautionner une nouvelle forme de taxation des entreprises qui créent des emplois ».

« Nous avons donc à nouveau, confirme-t-il, alerté l’exécutif sur l’inanité du dispositif envisagé dont les effets seraient dévastateurs pour l’économie française et pour l’emploi dans notre pays. Nous avons souhaité obtenir des clarifications sur la volonté réelle du Président de la République de laisser une chance d’aboutir à une autre solution, par le dialogue et la négociation sociale… sans la moindre réponse.

En conséquence, déclare Jean VIENT, la CPME suspend, jusqu’à nouvel ordre, sa participation aux négociations en cours sur l’assurance-chômage ».
 
Imprimer - - par CPME 71 - 28 jan 2019

Apave recrute près de 30 nouveaux collaborateurs en CDI en Bourgogne-Franche-Comté

Pour accompagner son développement, Apave, spécialiste référent en matière de maîtrise des risques techniques, humains et environnementaux, prévoit le recrutement de 900 collaborateurs (650 CDI et 250 CDD) en 2019, dont une trentaine en Bourgogne-Franche-Comté.

Inspection et accompagnement technique, bâtiment et génie civil, essais et mesures, management QSSE (Qualité-Santé-Sécurité-Environnement), certification et formation : Apave, et ses agences réparties dans 8 villes du territoire régional, accompagnent les entreprises et collectivités dans la maîtrise de l'ensemble de leurs risques techniques et environnementaux et dans la protection de leurs salariés et installations.

Les postes à pourvoir en Bourgogne-Franche-Comté couvrent l'ensemble des métiers du groupe, et concernent principalement des ingénieurs chargés d'affaires et des techniciens.

La palette des spécialités techniques est vaste : mécanique, électrotechnique, thermique-énergie, bâtiment génie civil, mesures physiques, prévention HSE (Hygiène-Sécurité-Environnement), contrôle non destructif, métallurgie, incendie.

Qu'ils soient jeunes diplômés ou professionnels expérimentés, les nouveaux collaborateurs bénéficient d'un parcours de formation évolutif qui leur permet de renforcer leurs expertises tout au long de leur carrière, pour offrir chaque jour aux clients d'Apave le professionnalisme et le service qu'ils attendent.

Pour découvrir les métiers d'Apave et retrouver les opportunités offertes pour partager 150 ans d'expérience, de savoir-faire et d'aventure humaine rendez-vous sur www.apave-recrutement.com
 
Imprimer - - par APAVE - 28 jan 2019

5e édition du Défi Chal'enge le 31 janvier

La remise des prix des projets réalisés dans le cadre de la 5ème édition du défi Chal’Enge initié par l’Institut Image / Ensam de Chalon-sur-Saône aura lieu le Jeudi 31 janvier - 14h00 à Nicéphore Cité (salle de diffusion).



Cette initiative permet de diffuser les usages de la réalité virtuelle et augmentée au sein des entreprises, collectivités, startup à partir de cas concrets soumis aux étudiants dans des domaines aussi divers que la maintenance, la formation, la validation de process, la valorisation et la promotion de produits ou savoir-faire…

Du 16 au 29 janvier 2019, les étudiants de Master 1 et 2 « Ingénierie numérique » et « Management des Technologies interactives 3D » de l’Institut Image, relèveront le défi et travailleront en binôme afin de réaliser un démonstrateur à partir du cahier des charges des entreprises.

Le 31 janvier, les étudiants disposeront de 3’ pour pitcher leur projet, lequel sera ensuite présenté sous forme de démonstrateur que vous pourrez tester.

Quatre prix seront décernés par le jury : Opportunité économique, Force de conviction, Innovation, Coup de cœur

 
Imprimer - - par Nicéphore Cité - 20 jan 2019





Rechercher dans cette rubrique  


 
Parrainage d'enfants
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ


 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle