vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mercredi 23 mai 2018

Bonne Fête Didier

Photo de Chalon

thema - chalon sur saone

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

Cette rubrique reçoit des contenus liés à la vie économique: chiffres, développement, nouvelles installations, nouveaux commerces, etc. 

Si vous êtes un acteur économique, n'hésitez pas à envoyer vos informations !

 
Publicité

 

 

Avenir Formation et Agri-Actes, des cycles de formation complémentaires pour les responsables agricoles.


« La formation est capitale tout au long de sa vie d’agriculteur. C’est un investissement sur l’Homme et sur le long terme. (...) Nous avons entendu au début des craintes que les deux cycles de formation- Avenir Formation proposé par les Jeunes Agriculteurs et Agri-Actes proposé par la Chambre Régionale d’Agriculture de Bourgogne Franche-Comté- soient des formations identiques. Il n’en est rien. Ils sont au contraire très complémentaires ».



C’est ainsi qu’Arnaud Gaillot, des Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté, ouvre la séance. C’est un constat partagé, qui sera démontré par la suite de la soirée et conforté en conclusion par Christian Decerle, président de la Chambre Régionale d’Agriculture. Car là était bien le but de cette soirée : présenter le contenu des deux cycles de formation des responsables agricoles et montrer leur complémentarité.

Avenir Formation est une formation portée par Dev’Agri BFC, le centre de formation en lien avec les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté et vise un public de jeunes agriculteurs pour des premières prises de responsabilité dans le monde agricole. Agri-Actes, de son côté est portée par la Chambre d’Agriculture de Bourgogne Franche-Comté en lien avec Agro-Sup Dijon et cible les responsables agricoles expérimentés.

Quand Avenir Formation, par de l’initiation et de la sensibilisation permet de découvrir pour comprendre et analyser, Agri-Actes, par de l’approfondissement et du perfectionnement, œuvre à renforcer son leadership de représentant de l’agriculture et du monde rural.

Avenir Formation fait intervenir de nombreux intervenants sous forme de témoignages et de rencontres, analysés par les stagiaires ensuite. En ce qui concerne Agri-Actes, ce sont les enseignants-chercheurs d’Agro-Sup Dijon qui construisent les programmes et animent les séquences, au côté d’acteurs de la société civile et du monde agricole.

On l’aura compris, ces deux cycles de formation sont bien complémentaires. Avenir Formation a pour ambition de développer ses compétences de responsables et son réseau et Agri-Actes, de construire sa vision de l’agriculture et de travailler sur sa posture de représentant de l’agriculture.

Pour mieux s’approprier ces faits, cette soirée a été conclue par des témoignages vivants et motivés des stagiaires des deux formations. L’occasion d’expliquer leur ressentis et leurs acquis. « Seul on va plus vite mais ensemble on va plus loin », précise pour conclure son parcours un des apprenants. Cet adage bien connu résume bien le sens commun voulu par ces deux cycles de formation.

« L’agriculture est en pleine évolution. Plus que jamais nous avons besoin d’acteurs qui puissent impulser la dynamique du monde agricole. Avenir Formation a fait ses preuves depuis longtemps. La première session d’Agri-Actes a montré sa réussite et sa valeur. Maintenant, il ne faut pas que le soufflé retombe. C’est l’affaire de tous », conclut Christian Decerle.

Deux nouvelles promotions vont bientôt voir le jour, pour la rentrée de l’automne 2018 : les inscriptions sont ouvertes !

Contact Avenir Formation : Jessica Durget – 06 10 51 36 69
Contact Agri-Actes : Delphine Arabi – 07 77 70 39 01

 
Imprimer - - par Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté

Social : L'économiste pédagogue, Denis Clerc, invité par les retraités C.F.D.T du chalonnais

Auteur de nombreux ouvrages ( 1 ) , journaliste, fondateur de la revue mensuelle « Alternatives Économiques » , qu'il a fondé à Dijon, en 1980, Denis Clerc, a évoqué ce lundi après midi, les questions de pauvreté et celles liées aux retraites à l'invitation de l'union locale des retraités C.F.D.T.


Nous reviendrons sure cette rencontre publique, au cours de laquelle, Denis Clerc,s'est prononcé pour un syndicalisme de compromis. L'économiste s'est montré « réservé » sur la question du revenu universel dans l'attente de conclusions conduite en guise expérimentation à l'échelon d'un département de la Finlande.  En début de réunion, Denis Clerc a relevé deux défis pour la société Française : celui de la prise en charge des personnes en EHPAD, des personnes âgées devant faire face à la dépendance et aux soins et à la pauvreté concernant notamment les jeunes pour lesquels et pour l'heure « 'actuel président de la république à des problèmes de surdité »..
( 1 ) « Réduire la pauvreté » un défi à notre portée, en 2016. avec Michel Dollé, Éditions Alternatives Économiques


- « Déchiffrer l'économie », Éditions de la Découverte ( 2007 ) -La Paupérisation des Français, Éditions Armand Collin-( 2010).

Imprimer - - par Daniel DERIOT

ViniTIC se lance dans la visite à 360° de domaines viticoles de Bourgogne

En bref :
Après le lancement de domaines-et-vignerons.com, ViniTIC se tourne encore un peu plus vers l’ oenotourisme 2.0 avec sa nouvelle offre ViniTIC 360 . La start-up chalonnaise se lance ainsi dans la visite virtuelle à 360° de domaines viticoles et de vignobles.


La société ViniTIC continue son virage vers l’oenotourisme en complétant son offre de services numériques à destination des vignerons de Bourgogne et du Beaujolais.
L’objectif reste le même : rapprocher le vigneron de l’amateur de vin à travers l’utilisation d’outils numériques.

Le site internet domaines-et-vignerons.com permet de faire venir les visiteurs chez les vignerons partenaires afin de découvrir le domaine et le travail du vigneron. Désormais, avec ViniTIC 360, le vigneron pourra également présenter son domaine à travers une visite virtuelle à 360°.

Directement depuis son site internet ou à l’aide d’un casque de réalité virtuelle en salon, en France ou à l’étranger, Il pourra offrir à ses clients une expérience immersive au coeur des vignobles de Bourgogne.

Le domaine Duvernay P&F, le Château de Chamirey ou encore la Maison des Vins de la Côte Chalonnaise sont ainsi les premiers domaines à découvrir en visite à 360°.

Imprimer - - par Communication ViniTIC

Une conjoncture favorable en Bourgogne-Franche-Comté, mais moins dynamique qu'au niveau national

 

Une conjoncture favorable en Bourgogne-Franche-Comté, mais moins dynamique qu’au niveau nationalNote de conjoncture régionale – 4ᵉ trimestre 2017
Amandine Ulrich, Guillaume Volmers, Insee

L’économie en Bourgogne-Franche-Comté est bien orientée au 4e trimestre 2017. La dynamique est cependant moins forte qu'au niveau national : l'emploi salarié marchand, la fréquentation hôtelière et les créations d’entreprises sont en hausse plus modérée. Le taux de chômage est en forte baisse comme dans toutes les régions. Les mises en chantier de logements augmentent plus vite que dans le reste de la France mais les demandes de permis de construire baissent.


Sommaire
Reprise modérée de l'emploi salarié marchand
L’emploi en hausse dans l'industrie et la construction
L'intérim toujours plus haut
Forte baisse du taux de chômage
Les mises en chantier continuent d’augmenter
La fréquentation hôtelière est en hausse
Toujours plus de créations


Source et en savoir plus :
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3532795

 
Imprimer - - par INSEE

La CPME obtient l'abandon de l'incrimination pénale spécifique liée au prélèvement à la source


Le ministre de l'Action et des Comptes publics vient d'annoncer lors d'une interview au journal Le Parisien de ce jour l'abandon de toute incrimination pénale spécifique liée au prélèvement à la source.

"Ainsi donc se félicite Jean VIENT – tête de file des chefs d'entreprises de Saône-et-Loire, le texte prévoyant des sanctions qui pouvaient aller jusqu'à 15 000 € d'amende et un an de prison sera supprimé du Code général des impôts...

Notre gouvernement a donc entendu l'inquiétude générale, notamment celle de notre président François Asselin".

"Il s'agit là d'une décision importante, précise Jean VIENT, dont il faut souligner la portée pour les chefs d'entreprise de TPE/PME qui voient ainsi retirée l'épée de Damoclès qui planait sur leur tête. La CPME ne peut donc que se féliciter d'avoir été entendue sur ce point".

"Ceci étant dit, insiste-t-il, la Confédération des PME persiste à considérer que le rôle des entrepreneurs n'est pas celui de collecteur d'impôts et que la mise en place effective du prélèvement à la source sera source de complexité et de coûts supplémentaires. Elle accompagnera donc ses adhérents pour leur faciliter la tâche et limiter au maximum les problèmes qui ne manqueront pas de survenir.
 
Imprimer - - par CPME 71

Ce samedi, au parc des expositions : salon de l'apprentissage et de l'alternance

"Fiers d'être apprentis", tel est le thème du salon de l'apprentissage et de l'alternance, qui se déroulera samedi de 9 H 30 à 17 H, au parc des expositions. Ce salon est organisé par les chambres des métiers, de l'industrie et de l'agriculture de Saône et Loire en coopération avec le Grand-Chalon, le département et la région.

 

 

Pas moins de 40 exposants seront à la disposition des futurs apprentis et de leurs parents qui pourront découvrir également un espace multimédia, un espace recrutement, un espace conseils et métiers ainsi que différentes animations.

 
 
Imprimer - - par DANIEL DERIOT

L'espace des Arts recrute des ouvreurs


lls sont là soirs et journées. Ils vous accueillent, vous conseillent, vous chouchoutent. Comme chaque année, nous recrutons pour la saison prochaine de nouveaux ouvreurs !


Plus d'infos :
corinne.dumont @espace-des-arts.com

 
Imprimer - - par MA

Rupture du contrat de travail : modifications importantes pour les entreprises

Sur le thème de la rupture du contrat de travail, les « ordonnances Macron » (ratifiées par la Loi du 14 février 2018, elle-même validée pour l'essentiel par le Conseil constitutionnel) ont notamment instauré des modèles types de notification de licenciement et sont venus réduire la prescription de la contestation de la rupture par le salarié. Explications par le groupe de travail Social de Walter France.

> Notification du licenciement au moyen d'un modèle type
L'ordonnance n°3 du 22 septembre 2017 permet à l'employeur de notifier au salarié son licenciement en s'aidant d'un modèle type de lettre rappelant les droits et obligations de chaque partie au contrat de travail, que le motif du licenciement soit personnel ou économique.

Le décret n° 2017-1820 du 29 décembre 2017 est venu établir des modèles types de lettres de notification de licenciement.

Six modèles de lettre de licenciement distinguent les types de licenciement suivants :

- Le licenciement pour motif disciplinaire ;

- Le licenciement pour inaptitude ;

- Le licenciement pour motif non disciplinaire ;

- Le licenciement pour motif économique individuel ;

- Le licenciement pour motif économique pour les petits licenciements collectifs ;

- Le licenciement pour motif économique pour les grands licenciements collectifs.

Il s'agit ici d'une aide proposée aux entreprises, et particulièrement aux TPE-PME, mais l'utilisation de ces modèles reste bien évidemment facultative.

Toutefois, on peut s'interroger sur le degré de précision de ces modèles quant à l'énoncé du motif de licenciement, la jurisprudence étant très stricte sur ce point. Comme antérieurement aux ordonnances Macron, il restera donc de la responsabilité de l'employeur d'indiquer le motif de licenciement qui devra être réel, objectif, sérieux et démontrable, en accord avec la jurisprudence et formulé dans des termes conformes à la règlementation en vigueur.

> Préciser les motifs a posteriori devient possible
Le nouvel article R. 1232-13.-du Code du travail issu de cette même ordonnance et de son décret d'application n° 2017-1702 du 15 décembre 2017 prévoit la possibilité pour l'employeur de préciser a posteriori les motifs énoncés dans la lettre de licenciement, ce qui jusqu'à présent était impossible.

Ainsi, les motifs énoncés dans la lettre de licenciement pourront, après sa notification, être précisés par l'employeur, soit à son initiative, soit à la demande du salarié, selon les modalités suivantes :

- Dans les quinze jours suivant la notification du licenciement, le salarié peut demander à l'employeur des précisions sur les motifs énoncés dans la lettre de licenciement. Dans l'éventualité où l'employeur jugerait alors utile d'apporter des précisions (ce n'est qu'une faculté), il dispose d'un délai de quinze jours suivant la réception de la demande du salarié.

- Dans un délai de quinze jours suivant la notification du licenciement, l'employeur peut également, à son initiative, préciser les motifs du licenciement.

A défaut pour le salarié d'avoir demandé à l'employeur de préciser les motifs énoncés dans la lettre, l'irrégularité constituée par une insuffisance de motivation ne privera pas, à elle seule, le licenciement de cause réelle et sérieuse. L'indemnité ne pourra, dans ce cas, excéder un mois de salaire.

Enfin, l'ordonnance prévoit que la nullité encourue ne dispense pas le juge d'examiner l'ensemble des griefs énoncés, pour en tenir compte, le cas échéant, dans l'évaluation de l'indemnité à allouer au salarié. L'indemnité pourra donc être minorée dans certains cas en fonction des autres griefs.

Ces dispositions sont applicables depuis 1er janvier 2018.

Même si l'employeur a la possibilité de notifier au salarié son licenciement grâce à un modèle type, la motivation et les procédures de licenciement restent complexes. En effet, cette réforme ne touche principalement qu'à la forme et non au fond. Il est fortement conseillé de faire appel à son expert-comptable...

> La durée des prescriptions revisitée
Désormais, toute action en justice portant sur la rupture du contrat de travail (motif, montant de l'indemnité de rupture, ...) se prescrit par 12 mois à compter de la notification de la rupture (article L 1471-1 du Code du travail).

Sont concernées :

- la contestation du motif et de la procédure de licenciement (personnel ou économique),

- la contestation de la rupture par adhésion au contrat de sécurisation professionnelle (CSP),

- la rupture d'un CDD en raison de sa requalification en CDI,

- les ruptures anticipées du CDD visées par le Code du travail,

- la rupture conventionnelle,

- la démission,

- la prise d'acte,

- la mise en retraite par l'employeur ou le départ volontaire à la retraite.

En revanche :

- Les actions relatives à l'exécution du contrat de travail demeurent soumises à la prescription de deux ans (article L 1471-1 du Code du travail).

- La prescription des salaires est toujours de trois ans (article L 3245-1 du Code du travail).

- La prescription des discriminations (article L 1134-5 du Code du travail) et des harcèlements (moral ou sexuel) reste fixée à cinq ans (article 2224 du Code civil).

Enfin, dans l'objectif de « sécuriser » les accords d'entreprise, la loi prévoit désormais que toute action en nullité, de tout ou partie d'un accord collectif, doit être engagée dans les deux mois (article L 2262-14 du Code du travail) et non plus dans le délai de cinq ans jusqu'alors applicable. Le point de départ de l'action est la notification de l'accord aux organisations syndicales ou sa publication dans la nouvelle base de données nationale.
 
Imprimer - - par Communiqué

La CPME applaudit l'annonce de la suppression du forfait social dans les PME

Le Président de la République a annoncé la suppression du forfait social sur l'intéressement dans les PME au 1er janvier 2019.

« Cette demande, formulée par la notre Organisation à l'occasion de la Présidentielle, rappelle Jean Vient - président de la CPME 71 - est une excellente nouvelle tant pour les entreprises que pour les salariés français. Le forfait social qui, sauf exceptions, pesait à hauteur de 20% des sommes distribuées venait s'ajouter à la CSG et à la CRDS et conduisait à prélever près de 30% des sommes distribuées ! »

« La suppression du forfait social incitera donc nos chefs d'entreprise de PME à mettre en place des accords d'intéressement, se réjouit-il, formidable outil de motivation, d'implication et de fidélisation des salariés.

Quant aux grincheux qui craignent que cela se fasse au détriment des augmentations de salaires ou des primes individuelles, ils oublient que l'intéressement est une formule collective. »

« Par ailleurs, précise Jean Vient, la fin du forfait social dans les PME signe également ce qui constituait un exemple emblématique de cette instabilité législative qu'ont en horreur les chefs d'entreprise. En effet, souligne-t-il, le forfait social mis en place en 2009 à un taux de 2%, est passé à 4% en 2010 puis à 6% en 2011, avant d'atteindre 8% au 1er janvier puis 20% au 1er juillet de cette même année 2012 ! »
 
Imprimer - - par CPME 71

3ème Edition du concours d'innovation Galilé 360° 1ère rencontre Porteurs / Mentors

 

Ce vendredi 30 Mars 2018, de 8h30 à 13h30, s’est déroulée la première rencontre entre porteurs de projets et Mentors.

Lors de cette audition, 4 jeunes entrepreneurs se sont livrés à l’épreuve du pitch face aux mentors. Ces derniers ont écouté, analysé et prodigué quelques premiers conseils aux porteurs :

Jean Abrial (Rhône-Alpes), diplômé ingénieur ISEN Toulon, avec son projet Skyzen, une application qui permet le suivi de l’entretien d’aéronefs et apportera un service supplémentaire dans le domaine du vol de plaisance.

Philippe JEHANNO (Loire-Atlantique) avec son projet CODEMA à vocation écologique. L’idée est de compresser le volume des déchets tant pour le particulier que pour l’entreprise afin de palier à l’envolée du coût du ramassage des déchets.

Myriam Marcetteau (PARIS) docteur en musicologie a présenté Akoustic-Arts, enceinte de son directionnel. Le principe simple mais révolutionnaire, le son n’est audible que dans un faisceau directionnel précis.

La séance de pitch s’est clôturée par la présentation du projet le POD, espace immersif. Un cube d’un volume de 9m3, permettant la projection de contenu à 280° ou 360° et l’immersion de ses utilisateurs. Octave Arveiller (Gironde) diplômé de HEC Montréal BAA en Entrepreneuriat, a présenté les avantages de ce procédé qui permet une expérience multi-utilisateur d’immersion virtuelle.

Après les présentations un buffet déjeunatoire a clôturé la journée permettant aux porteurs et mentors de continuer leurs échanges.

La prochaine rencontre aura lieu fin avril, puis un 3ème fin mai, pour une remise des trophées en automne, par Eric Michoux, Président du groupe Galilé et fondateur de Galilé 360°, sous le haut parrainage de Monsieur Olivier Dassault président d’honneur du concours.


Porteurs de projets : inscriptions en ligne sur www.galile360.fr jusqu’au 21 Mai.
Informations : pilotage360@galile.fr

 
Imprimer - - par Galile 360





Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE



PROPOSEZ VOS INFOS

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle