politique - chalon sur saone

DOSSIERS de vivre-a-chalon.com : Élections municipales et cantonales

Au jour le jour... de 2007 à février 2009

Cette rubrique est archivée mais vous trouvez ici un fil d'information concernant la vie politique locale en 2007/2009. Le premier post date du 29 novembre 2007.

Fidéle à sa philosophie qui consiste "à donner la parole", la rédaction de vivre-a-chalon.com privilégie les citations plutôt que les commentaires. Chacun pouvant se faire alors son idée et tirer ses propres conclusions.

Lors de la campagne municipale, l'équilibre que nous avons su maintenir entre les différentes sensibilités politiques a été salué par de nombreux observateurs. Après l'élection de Christophe SIRUGUE la Gauche est restée longtemps absente dans l'expression publique, sans doute mobilisée par la mise en place de l'exécutif et des nouvelles responsabilités que ses militants exercent.

Nous sommes à votre écoute pour nous faire part de vos commentaires et suggestions sur la façon de traiter ces informations et notamment tout le volet politique de la vie municipale. Vous pouvez envoyer vos contributions dans la rubrique "Vos idées pour le site".

La rédaction de vivre-a-chalon.com              

 

Préparation du congrès du PS : La Sâone et Loire se singularise !

En prologue au Congrès de Reims, les 2109 militants socialistes du département étaient appelés à voter pour les différentes motions proposées. 1365 se sont exprimés.

Si au plan national, Ségolène ROYAL a créé la surprise avec le score réalisé par sa motion qui a frôlé les 30%, en Saône et Loire c'est celle de Martine AUBRY qui flirte avec la majorité absolue (47,84 %). Ce score reflète l'influence de Didier MATHUS à Montceau et d'Arnaud MONTEBOURG en Bresse qui avait choisi de la soutenir.

Chalon se distingue en mettant en tête la motion Delanoë soutenue par Christophe SIRUGUE. Elle arrive en deuxième position départementale (20,3%) talonnée par la motion C (HAMON) qui réalise le  score de 17,16%  tandis que celle de Ségolène ROYAL obtient un tiers de son score national.

RÉSULTATS DU DEPARTEMENT (entre parenthèse l'estimation nationale)

  • MOTION A (DELANOE) 20,3%   (25%)
  • MOTION B (POLE ECOLOGIQUE) 1,49%  (1,5%)
  • MOTION C (HAMON) : 17,66%  (19%)
  • MOTION D (AUBRY) : 47,84%  (25%)
  • MOTION E (ROYAL) : 12,16%  (29%)
  • MOTION F (UTOPIA) : 1,04%  (1,5%)

 


Le graphique illustre bien les importantes disparités entre les circonscriptions.
La courbe indique le pourcentage obtenu par chaque motion.


A la section locale de Chalon, les militants à jour de leurs cotisations ont voté de 17 à 22 h.
 

 

- par @La rédaction - 7 nov 2008

Appel en faveur du rassemblement des centristes

Communiqué du 6/11/08

Appel en faveur du rassemblement des centristes.

La crise économique, née aux Etats-Unis pendant l'été 2007, secoue violemment l'Europe et affecte aujourd'hui l'économie réelle. Elle nous dicte de vraies remises en cause et rétablit la politique et l'action publique au coeur de la société

Le 29 mai 2008, Un groupe de parlementaires centristes lançait un appel au rassemblement des élus, militants, sympathisants soucieux de dépasser les clivages idéologiques opposant la Droite à la Gauche pour construire une société ouverte sur le monde moderne.

Le 29 juin 2008, au sénat, les bases de l'organisation de l'Union Centriste étaient jetées au travers d'une vision, d'un projet, de propositions crédibles, cohérentes et responsables au service de la France et des Français.

Nos instances nationales provisoires sont en place, partout en France, les associations Union Centriste Sont au travail.

En Saône et Loire aussi les choses bougent avec la création imminente de l'association UC71

Les associations départementales ont vocation à offrir un espace d'échange et de dialogue

L'urgence est de faire vivre le débat, sans tabous, avec lucidité et courage sur les thèmes majeurs de réforme.

Nos racines sont diverses : héritiers de la démocratie chrétienne pour les uns, issus du radicalisme et de la pensée libérale pour les autres, animés par un esprit de tolérance et d'engagement bénévole pour nombre d'acteurs locaux restés en marge des partis traditionnels.

Samedi 22 novembre, au Sénat se tiendra notre Convention nationale ; Nous y participerons, c'est d'abord sur le terrain des idées que nous nous retrouverons.

Nous sommes impatient d'établir des relations régulières et fructueuses avec vous.

Nous vous invitons à nous rejoindre. Vous pouvez d'ores et déjà vous faire connaitre afin de participer à nos échanges : Notre mail : union.centriste@gmail.com

Thierry Constant-jacq : Union Centriste71
- par Union Centriste71 - 7 nov 2008

«Martine Aubry seule capable de redresser le PS !»

«Face à la cruelle réalité de cette mondialisation libérale, un nouveau mode de développement se doit de voir impérativement le jour. Le PS se doit donc d'incarner le changement.
Aussi, nous avons besoin d'un parti socialiste qui assume pleinement ses valeurs c'est à dire la solidarité, la justice et qui en fasse le fil rouge de son projet pour l'élection présidentielle de 2012.
Un parti socialiste qui n'acceptera ni les infusions amères teintées de conformisme ni les mises en scénes peopolisées sans débouché crédible.
Pour nous, le parti socialiste a besoin de se remettre au travail, d'être ancré auprés des catégories populaires loin de toutes potions "sociales-libérales".
C'est pourquoi cette gauche du changement, du renouvellement et de la crédibilité ambitieuse retrouvée, seule, la motion D conduite et présentée par Martine Aubry l'incarne»

Fanny Petton, Animatrice fédérale du MJS 71 (Champforgeuil)
David Blondeau, Secrétaire fédéral du MJS 71 (Le Creusot)
Nicolas Besseyre
Stéphane Lazare
& Julien Gabon (Chalon)
- par David BLONDEAU - 5 nov 2008

Congrès du Parti Socialiste : Des jeunes s'engagent

« Pour nous c’est Delanoë »

« Dans un monde ébranlé par la crise actuelle, une nouvelle organisation de la société doit émerger. Il est donc impératif que le PS se réinvente pour porter cette alternative.

Nous sommes un collectif de jeunes militants de Saône-et-Loire, âgés de 20 à 30 ans. Pour nous, c’est Delanoë qui incarne le mieux l’espoir à gauche : un socialisme européen, pour plus de régulation internationale ; un socialisme juste, qui lutte contre les inégalités à la racine ; un socialisme de l’émancipation, quel que soit le milieu d’origine.

Nous souhaitons que cesse la guerre des chefs au PS. Et la motion Delanoë nous parait assez forte et cohérente pour cela. C’est à cette équipe que nous faisons confiance pour donner à la jeunesse toute sa place dans les débats et pour bâtir la nouvelle alternative. »

Collectif des jeunes pour Delanoë : Jérôme Pacaud et Bruno Cicciu (Le Creusot), Jérémy Pinto (Montchanin), Michael Guijo et François Lassave (Autun), Anne Chaudron et Sarah Verjux (Chalon).
- par Collectif des jeunes pour Delanoë - 4 nov 2008

25 octobre « Chalon Oxygène » appelle à manifester contre le nucléaire

 

Chalon Oxygène - municipales 2008 Chalon

 
A Chalon et de Tricastin à Bollène :
Action de sensibilisation aux risques nucléaires en France et en Europe, pour exiger une autre politique énergétique décidée démocratiquement.

 

MANIFESTATION à CHALON-SUR-SAONE  SAMEDI 25 OCTOBRE

A partir de 14h jusqu'à 17h, aux Prés Saint Jean en marge des animations prévues dans le cadre de la Journée Nationale des Arts de rue, l'association Chalon Oxygène tiendra une table d'information afin de sensibiliser les passants aux risques nucléaires.
Autour de petites scénettes improvisées, d'une pétition et d'une chanson « spéciale » à reprendre en choeur, nous invitons le public à prendre conscience des dangers réels et immédiats liés au développement de l'industrie nucléaire, et des conséquences pour l'environnement et l'humanité de la prolifération.
Nous manifesterons notre solidarité avec les riverains et les travailleurs des installations nucléaires, en exprimant un mot d'ordre pour une sortie rapide du nucléaire : "Ca suffit ! Nous voulons une autre politique énergétique, décidée démocratiquement !"
En solidarité avec la marche européenne de Tricastin à Bollène, nous dénoncerons des installations vétustes, la main d'oeuvre précaire et irradiable à merci, la privatisation... Les nombreux incidents survenus sur le site du Tricastin depuis le début de l'été en sont des conséquences directes.
Pour compléter ces informations : http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=dossiers&soussousmenu=tricastin&page=index
Ou sur le site www.chalon-oxygene.org
Enfin, nous distribuerons le N°1 de la Feuille de Chou, dont le thème principal traite de la problématique de l'eau à Chalon.

- par unknown user - 22 oct 2008

Christophe SIRUGUE : Des projets, malgré la crise

De Alexis Hontang - Typomag

La situation économique de la ville alarmante, la médiathèque pour 2014, l’aménagement de Nicéphore Cité, le conseil des jeunes, le futur congrès du Parti socialiste : le député-maire de Chalon-sur-Saône, Christophe Sirugue, fait le point avec Typo.

 

Christophe Sirugue député-maire de Chalon-sur-SaôneChristophe Sirugue a dû rêver meilleure intronisation. La situation financière catastrophique dont il hérite laisse une marge de manœuvre très étroite à ses projets. La ville possède un niveau d’endettement qualifié de « très préoccupant » par le socialiste qui admet que « le contexte économique local est très difficile ». Chalon tousse et la construction du nouvel hôpital n’enrayera pas ce très gros rhume. « Si l’on ne fait aucun investissement, la dette sera épurée en 2 018 », avoue le député-maire, un brun fataliste. Mais, respect des promesses électorales oblige, il lance un « on va se battre ! » plein de louables intentions.

Promesse phare de la campagne électorale, la médiathèque est encore en gestation dans les esprits de l’équipe municipale. « Je veux un centre commercial de la lecture publique ! », lance-t-il sur le ton de la provocation. « Ce sera un lieu de culture, comme une médiathèque ordinaire, mais aussi de convivialité et des arts ». Le nouveau premier magistrat espère son inauguration avant 2014, en lieu et place du collège Camille Chevalier. « Lorsque celui-ci aura fusionné avec Jean Zay en septembre 2011, les travaux débuteront. »

De nouvelles écoles ? 

« Cette médiathèque sera certainement la seule construction de mon mandat », estime l’Autunois de naissance qui, à l’évocation de Nicéphore Cité, prend un air grave. La tête entre les mains, il soupire : « cette structure nous coûte beaucoup d’argent ». Par sa dette contractée et son sauvetage in extremis, Nicéphore Cité n’aura pas laissé que des bons souvenirs avant de rejoindre les rangs de l’ADERC, Agence de Développement Économique de la Région de Chalon. « Je crois cependant vraiment en la filière du son et de l’image et je la soutiendrai toujours. »

Nicéphore Cité recadré et privé du musée Niepce, le député-maire s’active, en coulisse, à des solutions de remplacement. « Je ne suis pas du genre à crier cocorico avant que les résultats tombent. Nous tenons la corde, mais nous attendons… » C’est sur trois écoles supérieures, dont une de cinéma, que l’équipe élue a « mis le paquet » pour proposer un projet séduisant. Si le coup s’avère payant, ce seront plus de 200 étudiants qui s’installeront sur les bords de Saône.

Derrière Delanoë

Christophe Sirugue député-maire de Chalon-sur-SaôneChalon s’offrirait alors une sacrée cure de jouvence. Un rajeunissement que le socialiste de 42 ans veut insuffler jusque dans les couloirs de l’Hôtel de Ville. « Il est clair que pendant la campagne, j’ai pris un certain nombre d’engagements envers la jeunesse. Et le conseil des jeunes est l’un d’entre eux ». Le but : donner la chance à des adolescents de 13 à 17 ans de débattre et de mettre en place des projets communs, avec un budget alloué. « Ce sera aux jeunes de le faire vivre », explique celui qui a pris sa première carte au PS à l’âge de 20 ans. Si les modalités d’élection restent à définir, la date, elle, est fixée : « ce sera bon pour la rentrée prochaine ».

D’ici là, de l’eau aura coulé sous les ponts et le congrès de Reims aura désigné un nouveau premier secrétaire au Parti socialiste. « J’ai toujours été derrière Dominique Strauss-Kahn », explique Christophe Sirugue. Pas de chance, l’actuel directeur général du FMI a plus la tête actuellement à Washington où sévit le krach boursier que rue Solferino. C’est donc à travers le savant jeu des alliances qu’il soutiendra Bertrand Delanoë, tout comme Pierre Moscovici dont il soutenait pourtant les idées. Il garde cependant en mémoire ceux qui « font passer leurs intérêts personnels avant ceux du groupe ». Remonté, ce grand passionné de reptiles s’accorde à dire que « la politique est vraiment un monde de crocodiles ! »

 


www.typomag.net - redaction@typomag.net - 03 85 43 40 40 - 06 21 04 83 36

 clemi dijon
Dominique Gaye
coordonnateur académique du Clemi de l'académie de Dijon
Lycée Niepce - Bp 99 - 71321 Chalon/S
33 3 85 43 40 40 - 33 6 21 04 83 36
d.gaye@clemidijon.org

- par Typomag - 17 oct 2008

Politique locale à Chalon : Gilles Platret s'exprime

A la rentrée de septembre la vie politique locale a repris, les conseils communautaires et municipaux se sont succédés et ont été pour Christophe Sirugue, Député Maire et Président du Grand Chalon, l'occasion de s'exprimer. L'élection de Givry confirmant une nouvelle victoire de la gauche a occupé quelques temps les esprits. Plus récemment l'élection de conseillers communautaires minoritaires comme vice-présidents de l'agglomération donnait lieu à commentaires, tout comme la présentation de l'audit de la ville de Chalon.

Mais du côté de l'opposition municipale c'était le silence. Un silence que Gilles Platret, chef de file du groupe minoritaire "Chalon pour pour tous" a décidé de rompre en s'exprimant notamment sur vivre-a-chalon.com auquel il a accordé cet entretien exclusif.

 

vivre-a-chalon.com : Il y a quelques jours le Maire a présenté les résultats de l'audit des finances de la ville. Quelle lecture le groupe que vous présidez fait-il de cette étude ?

Gilles platret - photo vivre-a-chalon.comNous sommes sortis de la Commission des finances avec le sentiment qu'on n'avait pas la totalité du dossier. Une présentation en vingt vues ce n'est pas suffisant. J'ai demandé à Madame Verjux-Pelletier de me communiquer l'intégralité du document avec la partie analytique et la partie prospective que le cabinet d'audit est censé produire. Elle m'a répondu que c'était confidentiel ce que je réfute s'agissant de l'audit d'une comptabilité publique financé qui plus est par l'argent des contribuables chalonnais. J'ai demandé cette communication au Maire de façon officielle et j'ai également demandé d'avoir communication de la lettre de mission car ce document demande de chercher dans certaines directions ce qui est une manière d'orienter le résultat. J'attends toujours la réponse.

Personne ne comprendrait que le Maire de Chalon sur Saône nous refuse la communication de l'audit. Enfin, pour rester sur la forme, nous avons été un peu surpris de voir que ce cabinet ne réalisait que des audits de villes venant de basculer à gauche. Je ne mets pas le cabinet en cause mais tant que nous n'avons pas eu le détail de l'audit il peut y avoir un doute sur la sincérité du travail effectué.

vivre-a-chalon.com : Quelle est votre analyse des chiffres présentés ?

Dans les chiffres qui ont été donnés, je note qu'on nous avait promis l'apocalypse, qu'on était au bord du gouffre. On est loin de cela ! On est dans la logique d'une ville qui a fait d'importants efforts d'investissements.


vivre-a-chalon.com : L'audit parle pourtant « d'investissements modérés »...

Effectivement c'est le terme employé pour cette période qui commence en 2002. Mais les chalonnais ont sous les yeux le résultat des politiques d'investissement ambitieuses qui ont été menées de 1983 à 2008. Les gros équipements sont derrière nous aujourd'hui. Il est évident que la masse budgétaire consacrée à ces équipements est moindre dans le dernier mandat même s'il y a des équipements qui ont été faits. Je pense notamment à le rue de Strasbourg qui est une véritable réussite due à Michel Allex. Mais ce n'était pas à lui de construire un nouveau Colisée, un Parc des expos, etc. Il est logique que sur un cycle long avec de gros investissement au début il y ait une décrue à la fin. Et en matière d'investissements, Monsieur Sirugue n'est peut être pas bien placé pour en parler alors qu'il vient d'enterrer deux beaux projets : la rénovation du stade Léo Lagrange et le transfert du Musée Niépce sur le site de la Sucrerie !


vivre-a-chalon.com : L'audit note un « effet ciseau » avec une réduction continue de la capacité d'épargne et d'auto-financement de la ville. Qu'en pensez vous ?

Gilles Platret - photo vivre-a-chalon.comEffectivement on note ce resserrement mais les deux courbes ne se sont pas croisées ! Cette érosion vient de la perte du nombre d'habitants par exemple mais j'y reviendrai. Et si on nous dit que la fiscalité permet de résoudre ce problème, là c'est qu'on n'a rien compris à la situation. Mais je voudrais dire un mot sur les subventions aux associations. Il parait que c'est un problème que celles ci soient supérieures aux dépenses de fonctionnement. Moi je voudrais qu'on trouve une association de Chalon-sur-Saône qui regrette l'aide de la collectivité qu'elle aurait reçu ces dernières années.
Je ne considère évidemment pas que les associations ont un droit de tirage sur les finances municipales. C'est évident ! Mais aujourd'hui les demandes de subventions sont justifiées.


vivre-a-chalon.com : Est-ce que l'argument du Maire n'est pas de dire que certaines missions qui relèvent de la ville doivent être gérées par la ville ?

Il faudrait définir le périmètre de ce qui relève de la ville. Et là dessus il y a entre nous et la majorité un véritable clivage. Je considère que ce qui peut être mieux fait par le secteur privé doit être fait par lui, la ville restant premier partenaire financier. La ville n'est pas faite pour tout gérer. L'action publique doit avoir une priorité : maintenir un équilibre entre les différentes populations de Chalon. Faire en sorte que les différences ne se creusent pas, maintenir un filet de sécurité que la collectivité doit offrir à quiconque. La ville ne doit pas se mêler de tout. On ne va pas tout collectiviser !

Le groupe « Chalon pour tous » a voté avec la majorité une subvention exceptionnelle pour le club de handball, le HBCC. Est-ce qu'il aurait fallu le municipaliser ? Municipaliser l'Office de la culture ? le Comité des fêtes ? Il faut arrêter de tout municipaliser... sans parler des lourdeurs de fonctionnement que cela entraine ! La transformation de l'Office de tourisme en Epic - un sujet que je connais bien - va entrainer des lourdeurs de gestion sans commune mesure avec la souplesse d'une formule associative.

Et pour l'instant je trouve que le volume budgétaire qui était alloué aux associations était plutôt une chance qu'une tare. Aujourd'hui, en écoutant les associations, on sent bien la volonté de scalper un certain nombre de subventions. Quant à nous, nous serons extrêment vigilants sur ce sujet. Il y a déjà une crise du bénévolat... alors si on coupe aussi les moyens budgétaires, le milieu associatif chalonnais va souffrir voire péricliter.


vivre-a-chalon.com : Avec une baisse des recettes, une augmentation des dépenses... comment équilibrer le budget ?

Pour Christophe Sirugue, les conclusions de l'audit conduisent à une hausse inévitable des impôts. Je trouve fort de café qu'il ait besoin de se cacher derrière l'audit pour tenir ses promesses de campagne, pour nous convaincre qu'il aime l'impôt et que depuis des années il en réclame l'augmentation ? A Chalon mais aussi dans l'agglomération car la taxe professionnelle va augmenter.

Il regrette que la ville ait perdu 7 millions de recettes depuis 2002. Moi je me réjouis que ces 7 millions d'€uros soient restés dans la poche des Chalonnais pour faire fonctionner l'économie locale.

Maintenant on sait qu'il va les retirer ! Mais il y a une erreur fondamentale. Avec la population qui baisse on va demander à ceux qui restent un effort supplémentaire et leur demander de payer plus. Sans parler du fait que notre niveau de fiscalité est déjà élevé par rapport à d'autres villes. Dans cette période économique difficile cela va enlever du pouvoir d'achat aux Chalonnais, encore davantage plomber l'attractivité de Chalon pour les nouveaux ménages mais aussi pour les entreprises qui n'ont pas besoin de cela.

vivre-a-chalon.com : Alors que le Maire a fait de l'attractivité de Chalon un des ses axes prioritaires et souhaite faire revenir des habitants, pourquoi devrait-il envisager cette solution s'il avait le choix ?

Gilles Platret - photo vivre-a-chalon.comQuand on considère que la collectivité doit tout faire il faut bien trouver des ressources. Je vais prendre l'exemple du tarif des cantines scolaires. La ville a décidé de calquer le nouveau tarif sur les revenus des parents. Dans le principe nous ne sommes pas contre mais quand on demande combien ça va coûter on vous répond « environ 200 000 €uros ». Aujourd'hui ça va être plus de 200 000 €uros car il y a eu un effet d'appel. A 63 centimes le repas, pour le premier prix, on comprend que dans le contexte actuel cela puisse intéresser les familles. Résultat dans certaines cantines il n'y a pas assez de places. Dans d'autres on fait deux services et on expédie les repas... On arrive au résultat inverse de celui souhaité. Je veux bien qu'on veuille tout prendre en charge sans regarder les conséquences financières mais qu'on ne s'étonne pas alors qu'il faille des impôts supplémentaires. Je ne suis pas favorable à cette option de tout vouloir prendre en charge car cela nous conduit dans le mur. On augmente les impôts et on a recours à l'emprunt. C'est comme cela qu'au Conseil général la charge de la dette a été multipliée par cinq. Je suis loin de partager les idées d'Arnaud Montebourg ... mais après avoir chaleureusement remercié son prédécesseur il a complètement modifié la politique départementale et tout remis tout à plat. Je ne tiens pas à ce que dans cinq ans quand nous reprendrons le pouvoir, si les Chalonnais le veulent, être obligé de tout remettre en cause et nous préférons tirer la sonnette d'alarme dès maintenant. Nous le ferons notamment lors du Débat d'orientation budgétaire qui aura lieu en décembre. Et nous ferons des propositions budgétaires.


vivre-a-chalon.com : A l'image du « shadow cabinet » que vous disiez vouloir mettre en place, allez-vous proposer un budget alternatif ?

Je ne voudrais pas qu'on croit que nous faisons de l'obstruction systématique. Nous avons voté 95% des délibérations. Cela dépendra des éléments qui nous serons remis. Aujourd'hui je ne sais pas encore si nous ferons un budget complet ou si nous n'interviendrons que sur certaines orientations. Cela dépendra aussi de la façon dont nous serons informés par la majorité.


vivre-a-chalon.com : Vous poursuivez les grands investissements, les subventions de l'Etat baissent, vous n'augmentez pas les impôts. Comment bouclez-vous le budget municipal ?

Gilles Platret - photo vivre-a-chalon.comEn cherchant des co-financements avec l'agglomération car de très nombreux équipements sont utilisés par des non-chalonnais. Au stade Léo Lagrange, par exemple, 60% des utilisateurs viennent d'autres communes. C'est un équipement communautaire. C'est la même chose pour le Musée Niépce qui devrait être un musée national. Or nous sommes dans une situation concurrentielle. Il faut que notre territoire garde son attractivité et j'ai peur que dans la situation actuelle les nouveaux impôts ne servent qu'au fonctionnement. On verra.

 
vivre-a-chalon.com : Justement, que pensez vous du fait que Christophe Sirugue ait indiqué que chaque euro demandé en plus serait justifié et expliqué...

Je vois mal une majorité dire l'inverse ! Alors on comptera. Monsieur Sirugue comptera ses euros et moi aussi. Mais ce n'est pas ce qui fera avancer la situation de la ville de Chalon-sur-Saône. On a d'autres préoccupations que de se donner des petites satisfactions d'amour propre et de revanche. Je voudrais qu'on sorte de la critique systématique de ce qui a été fait avant. C'est trop facile !


vivre-a-chalon.com : Quand on suit l'actualité chalonnaise de près comme le fait vivre-a-chalon.com, on est surpris de vous rencontrer très souvent lors des réunions ou inaugurations. Que signifie cette omni-présence ?

Effectivement nous sommes sur le terrain ! J'ai calculé que nous avons effectué, tous ensemble, plus de 600 sorties depuis le mois de mars. Ce n'est pas pour nous montrer mais pour être au contact des Chalonnais. C'est comme cela qu'on peut faire remonter des propositions concrètes. On rend des service individuels, nombreuses sont les personnes qui poussent la porte de notre bureau et nous essayons de résoudre leur problème quelque soit leur tendance politique. Et pour approfondir ce contact avec les Chalonnais, nous publierons bientôt un journal trimestriel et ouvrirons un site Internet.

J'insiste aussi sur le fait que nous avons réussi à nous structurer très vite. Nous avons créé des commissions thématiques et pour le responsable de chacune d'elles c'est l'occasion d'acquérir une expérience qui sera décisive lors des prochaines élections.


vivre-a-chalon.com : A propos d'échéances électorales, comment vous situez-vous dans la majorité présidentielle ?

Gilles Platret - photo vivre-a-chalon.comLe groupe « Chalon pour tous » n'est pas UMP. Moi j'appartiens à ce parti et je souhaite devenir délégué de circonscription. Il y a plusieurs territoires que nous administrons et je veux travailler avec les militants pour conforter nos positions. Le canton de Givry est dans une situation plus difficile puisque nous venons de perdre la mairie. Pas sur la valeur des candidats mais en raison de la division qui s'est manifestée. Le travail du délégué de circonscription sera de rassembler la droite à Givry. Et il y a des territoires de reconquêtes, comme à Chalon, où nous devrons redynamiser la permanence et organiser des réunions débats régulières. Je veux également augmenter le nombre de militants et m'appuyer notamment sur des jeunes très dynamiques.


vivre-a-chalon.com : Après les déchirements qu'on a pu voir à l'occasion des municipales, les cicatrices sont-elles refermées à droite ?

Je n'ai qu'une chose à dire : mes seuls adversaires sont socialistes.

        

- par @La rédaction - 15 oct 2008

Nouveau Prati Anticapitalistes : Réunion à Chalon samedi 11 octobre 2008

Communiqué de la LCR/NPA 71 - 08/10/08

Anticapitalistes !

Une coïncidence veut que la crise financière intervienne au moment où les forces se rassemblent pour former un nouveau parti anticapitaliste (NPA).
Et cette actualité ne peut que renforcer la nécessité de changer de société, de mettre à bas ce capitalisme qui engendre misère, guerres et destruction de l'environnement.

L'initiative d'Olivier Besancenot et de la LCR prend donc toute son importance, après les échecs ou les reniements de la "gauche de gouvernement" qui a refusé, depuis 1981, de se donner les moyens de satisfaire les aspirations populaires.

En Saône-et-Loire, des comités d'initiative pour un NPA naissent et commencent à agir.

A Chalon, une première réunion publique permettra de rassembler ceux et celles qui veulent aussi s'engager pour enfin agir.

A la Maison des Syndicats, salle 3, ce samedi 11 octobre à 14 heures : prenons parti !

Contacts :
CINPAS - BP 160 - 71205 Le Creusot Cedex
cinpas71@yahoo.fr
- par LCR / NPA 71 - 9 oct 2008

Conseil municipal de Chalon : le député-maire s'exprime

Photo vivre-a-chalon.comLe Conseil municipal de rentrée sera encore très technique avec le vote de nombreuses décisions d'ordre administratif et réglementaire.
« Pour autant quatre points se détachent de l'ordre du jour » indique Christophe Sirugue à la veille de cette assemblée municipale.

La délibération concernant l'Office de tourisme est importante. « Dès le début de mandat, j'ai dit que je souhaitais que la ville maîtrise complètement cet outil de promotion du territoire. Je pensais alors à une mise en régie mais l'expérience d'autres villes nous a conduit à choisir une solution plus souple et de proposer la création d'un EPIC (Établissement Public Industriel et Commercial) qui à terme pourrait regrouper également le parc des expos et le port fluvial pour jouer la complémentarité entre tourisme, patrimoine et événementiel ».
Et le maire poursuit : « Je rappelle que l'Office de tourisme est financé à 75% par la ville, que depuis des années il est en déficit chronique (plus de 40 000 € de déficit cumulé pour les exercices 2006-2007) et que le bilan est très loin d'être satisfaisant avec une régression de notre classement (perte d'une étoile). Et cette décision n'a rien à voir avec l'arrivée à la présidence de l'Office de Gilles Platret. Si j'avais souhaité que l'adjoint chargé du tourisme, Jean-Pierre Nuzillat, prenne la présidence c'était justement pour préparer cette évolution inévitable. Bien sûr nous assurerons la continuité avec le personnel, dans les nouveaux locaux. Là aussi il y aurait des choses à dire ! Un recours devant le tribunal administratif a d'ailleurs été formé par le Préfet sur les conditions dans lesquelles s'est faite le location de ce local». Ce dispositif se mettra en place début 2009 pour être opérationnel en mai-juin prochain.

En matière de gestion des ressources humaines, le maire fait remarquer que les niveaux de salaires et indemnités des fonctionnaires municipaux sont à Chalon au minimum de barêmes. « Cela nous pose des problèmes pour les recrutements car les meilleurs candidats choisissent d'autres postes et, par ailleurs, je ne veux pas rentrer dans une paupérisation du service public. Ces évolutions se feront évidemment en négociation avec les organisations syndicales et sur la durée du mandat car il faut bien tenir compte des contraintes financières qui nous laissent peu de marges de manoeuvre ».

La délibération n°28 concernant les permis de démolir pouvait paraître mineure mais Christophe Sirugue insiste : « La législation ne rend plus obligatoire le permis de démolir mais nous avons choisi de conserver cette prérogative pour un an car il est fondamental pour la ville de connaître les évolutions du foncier et d'être informée le plus tôt possible de projet immobiliers qui pourront faire l'objet de concertation avec les promoteurs ».

L'adjointe à la culture et au patrimoine, Florence André, entre autres délibérations concernant des donations et des résidences d'artistes, rapportera le projet de soutenir la deuxième édition de la manifestation Rue libre, journée nationale des arts de la rue. Particularité sur laquelle insiste Christophe Sirugue : « Les artistes investiront le quartier des Prés-Saint-Jean toute la journée du 25 octobre en collaboration avec la maison de quartier. Cette volonté de décentraliser rejoint le projet de demander à "Chalon dans la Rue" d'animer la ville en dehors de la période du festival ».

Autre point clef de ce Conseil, la suite du feuilleton des travaux d'aménagement de la place de la gare qui nécessite la signature de nouveaux avenants. Et là le député-maire hausse le ton ! « Nous sommes confrontés aux résultats désastreux d'un projet mené par l'ancienne majorité sans concertation, sans dialogue avec les riverains, les usagers et les entreprises. Sans parler du problème des pavés non conformes que nous avons du refuser encore une fois, des surcoûts vont devoir être pris en compte pour l'éclairage, les arbres, le mobilier urbain qui n'a pas été prévu...».
Et le maire de conclure sur ce sujet : « Je suis bien conscient de la gêne occasionnée aux chalonnais d'autant que c'est notre équipe qui reçoit les plaintes et les pétitions... Et nous faisons tout notre possible pour trouver des aménagements pour limiter la casse... et essayer de trouver une solution pour la question des parkings mais cela prendra du temps ».

C'est sur une note plus positive que Christophe Sirugue terminait cette évocation des points clefs du Conseil municipal : « Nous voterons l'octroi du titre de citoyenne d'honneur de la ville de Chalon à Madame Ingrid Bétancourt pour son combat en faveur de la libération de tous les otages et son courage exceptionnel ».

Le prochain conseil municipal se tiendra en octobre après la communication des résultats de l'audit financier demandé par la nouvelle équipe municipale.

La publication de cet audit interviendra début octobre.

 

C'est dans son bureau de l'Hôtel de Ville que Christophe Sirugue recevait les représentants de la presse. Tous les chalonnais pourront avoir l'occasion de le visiter à l'occasion des journée du Patrimoine samedi 20 et dimanche 21 septembre.

 

- par @La rédaction - 18 sept 2008

Le député-Maire de Chalon, Christophe SIRUGUE, fait sa rentrée politique

Quelques jours après la rentrée, Christophe Sirugue organisait un déjeuner de presse pour faire le point en tant que député, maire, président du Grand Chalon mais aussi militant socialiste engagé.

 

Christophe Sirugue, député maire de Chalon-sur-SaôneMaire de Chalon

« Aujourd'hui je ne veux pas faire un "bilan des 6 mois". Au contraire je suis tourné vers l'avenir. Nous entrons dans une nouvelle période qui va voir la contruction des budgets de la ville et de l'agglomération. Ceux-ci refléteront réellement les options choisies par nos électeurs, ce que nous avions commencé avec la modification du budget municipal précédent votée avant les vacances ».

En matière de budget justement, Christophe Sirugue indique que l'audit demandé pour connaître la situation financière de la ville sera bientôt terminé et rendu public. « Je n'ai pas encore tous les éléments, mais il est clair qu'il va confirmer la situation difficile de la ville. Pour autant on doit pouvoir trouver les moyens de sortir de ces difficultés pour peu qu'on choisisse les bonnes orientations. Les marges de manoeuvre sont très faibles et il est indispensable de prendre en compte les difficultés de nos concitoyens notamment en matière de pouvoir d'achat. Le recours à l'impôt sera maitrisé ».

Pour l'organisation de l'administration municipale, le maire indique que Bruno Romoli, le directeur général qui se voit épaulé par trois directeurs adjoints, aura achevé la restructuration d'ici le 15 septembre : « Il n'y a pas eu de chasse aux sorcières. Personne n'est resté au bord du trottoir ».

Le maire fait alors le point sur quelques dossiers chalonnais :

Restaurants scolaires : « Je suis heureux de voir que notre décision d'indexer le tarif sur le quotient familial a porté ses fruits. Nous notons une augmentation de 25% des inscriptions ! Cela montre bien que le prix était un barrage important. »

Aménagements urbains : « Malgré tout ce que j'ai pu entendre dire, les tours des Prés-Saint-Jean tomberont en fin d'année. La disparition du Collège Jean Zay a également été prise en compte par tous les acteurs du dossier, OPAC, département. La rénovation du quartier des Aubépins va également être un chantier important à ouvrir. Il y a des enjeux sociaux très lourds. En matière démographique, pour ramener des habitants sur Chalon il faudra pouvoir proposer des solutions et pas des logements à 2600 € le m2 !  Pour le désenclavement de la zone industrielle nord, la balle est maintenant dans le camp du Conseil général et de la société d'autoroute. Côté gare... il y a un vrai problème ! On doit gérer les choix faits par la municipalité précédente et on reçoit les réclamations !»

En concluant sur Chalon, le maire indique que l'attente est telle qu'on pourrait lui reprocher d'être trop lent mais il rappelle que la municipalité a 6 ans pour tenir ses engagements, pas 6 mois ! « Il faut prendre le temps de faire les choses bien ».

Logo Le Grand ChalonPrésident du Grand Chalon

Le Président de la communauté d'agglomération revient sur les « péripéties » qui ont nécessité de le redésigner (l'annulation de l'élection des représentants chalonnais suite à une procédure engagée par la minorité municipale) : « J'y vois finalement du positif car cela a montré l'attachement de tous mes collègues. Nous allons d'ailleurs ouvrir l'exécutif à l'opposition en lui proposant deux postes de vice-présidents. Charge à eux de désigner leurs deux représentants ».

Le Président s'inquiéte alors des bouleversements qui risquent de toucher les intercommunalités : "Je souhaite que le gouvernement associe les élus pour leur laisser déterminer les politiques territoriales et leurs périmètres. D'ailleurs, je précise que, pour ma part, je ne suis pas demandeur d'un extension du nombre de communes. Ce qui n'empêche pas une commune de souhaiter nous rejoindre. Nous devons également mettre en place des synergies avec les communes pour mutualiser les moyens et nous avons commencé à le faire".

C'est en matière économique que les enjeux sont les plus lourds : « Les conséquences de la fin de Kodak ne sont pas terminées et le contexte économique n'est pas facile ! Le contrat de site s'achève en 2009 et on est encore loin des objectifs : 850 emplois créés pour 2500 projetés. Côté ADERC et Nicéphore Cité, nous avons trouvé des outils dans un état calamiteux. J'ai rarement vu autant d'erreurs de gestion et de mensonges ! Mais nous n'avons pas voulu exploiter ces affaires sur le plan politique car nous croyons à la filière image que nous ne voulons pas casser mais au contraire construire et développer ».

Ce développement économique passera aussi par une réorganisation des moyens au plan départemental « Sept agences de développement c'est une folie ! Il faut sans doute en garder trois, une par grand territoire. ».

Il faut aussi rapprocher le Grand Chalon de la Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau. Et Christophe Sirugue de préciser : « Il n'est pas question de fusionner mais de les faire travailler dans le même sens en matière économique, de haut débit, de déplacements et d'enseignement supérieur ».

Pour conclure sur ce thème, le Président indiquait « Vous ne me trouverez pas dans la complainte  "c'est la faute à l'État"  etc. C'est un fait acquis : en l'état actuel des choses on ne peut plus compter sur lui, à nous de trouver en nous même les moyens de notre développement ! ».


Christophe Sirugue, député maire de Chalon-sur-SaôneDéputé de la cinquième circonscription de Saône-et-Loire

Cette conclusion sur la place de l'Etat permettait une transition facile vers la politique nationale et son mandat de député. « Le gouvernement nous accuse de nous opposer mais qui le fera sinon le premier parti d'opposition ? Nicolas Sarkozy avait promis la hausse du pouvoir d'achat... on est loin de cette promesse ! Et je crois que c'est grâce à notre action que le financement du RSA a pu évoluer dans la bonne direction à savoir le financement par une imposition des revenus du capital ».

Vice-président du groupe socialiste chargé des questions liées à l'exclusion, Christophe Sirugue, qui a déjà été rapporteur de textes sur l'évolution du temps de travail et la représentativité syndicale, participera activement au débat sur ce thème à l'Assemblée nationale le 22 septembre prochain.

« Je suis un représentant local mais je suis aussi un acteur du travail législatif au plan national » précise le député qui n'oublie pas qu'il est aussi un militant socialiste engagé.


Logo Parti SocialisteMilitant socialiste

« Pour moi, il n'y a pas de coupure entre élus et militants. Et je suis attaché très fort à l'intérêt général de mon parti plutôt qu'à mes intérêts particuliers. En ce moment je suis vraiment inquiet de la fracture qui peut se produire et qui excluerait la gauche d'un retour prochain au pouvoir ».

Après l'université d'été de La Rochelle, Christophe Sirugue pense que la Parti socialiste ne doit pas chercher un candidat : « Si le nom de celui-ci ou celle-là était indiscutable, il n'y aurait pas de problème mais cela n'est pas le cas. Alors il nous faut un premier secrétaire qui définisse une stratégie et mette le parti en ordre de marche. Les gens nous ont déjà pardonné beaucoup de choses... et je ne veux pas être obligé de tenir un discours différent au plan local et national comme cela a été le cas dans la campagne présidentielle. Et ce n'est pas un problème politique car je cherche les différences idéologiques... nous sommes tous des socio-démocrates ».

Christophe Sirugue, proche de Dominique Strauss-Kahn actuellement en poste au FMI, s'inscrit dans le courant emmené par Pierre Moscovici avec Arnaud Montebourg, Martine Aubry et les amis de Laurent Fabius et il espère que « le Parti socialiste sortira gagnant du congrès de Reims ».

- par @La rédaction - 8 sept 2008

Nouvelle politique départementale avec Arnaud Montebourg

Le 4 juillet dernier, le député PS Arnaud Montebourg, qui est aussi le président du département de Saône-et-Loire, a présenté la nouvelle politique du conseil général.

- par Anonyme - 21 juil 2008

Conseil municipal de Chalon : les choses sérieuses commencent !

Après les premières séances des conseils municipaux qui consistaient essentiellement à désigner des représentants (et ce à deux reprises en raison du recours de l'opposition) la nouvelle séance du 11 juillet s'annonçait comme le premier « vrai conseil municipal ».

Photo vivre-a-chalon.comEt c'est un maire heureux qui accueillait la presse à la veille de cette séance pour donner les grandes lignes des décisions qui seraient portées à l'approbation du Conseil : « Nous allons pouvoir enfin engager nos premières décisions en tant que nouvelle majorité municipale et c'est cela qui est intéressant dans ce travail d'élu : pouvoir orienter les choses dans la direction que nous avons proposé à nos concitoyens et pour laquelle ils nous ont choisis. »

En préambule, Christophe SIRUGUE indique que l'audit annoncé est en cours et qu'il sera rendu public à la rentrée de septembre. Et les premières indications confirment la mauvaise situation financière de la ville. « Malgré des marges très restreintes nous allons cependant procéder à des réorientations qui correspondent aux attentes des Chalonnais » poursuit le Maire qui attire l'attention sur la décision modificative du budget de la ville qui portera sur environ 3 M€ dont 2 M 500 € redéployeés pour tenir compte des choix et priorité de la nouvelle équipe.

Il a fallu aussi rebudgétiser des postes que l'équipe précédente n'avaient pas pourvu comme l'animation de Noël et la patinoire pour 120 000 € et la subvention promise à la Sauvegarde71 (70 000 €) et quelques autres subventions. Il était aussi nécessaire d'abonder certains postes comme celui du SIRP qui ne permettaient pas d'atteindre la fin de l'exercice.

Mais l'objet du redéploiement consiste surtout en des mesures nouvelles bien identifiantes de la nouvelle politique municipale et ce dans trois domaines : l'éducation, l'environnement et le logement.

Education

La disparition de la carte scolaire et la nécessité d'avoir une vue globale pour mettre en place une politique ambitieuse conduit à l'acquisition d'un logiciel de gestion des inscriptions et à la mise en place d'un guichet unique qui permettra d'inscrire un enfant à l'école, au restaurant scolaire et aux activités peri-scolaires.

En matière de restauration, un tarif modulé selon le quotient familial sera mis en place avec des tarifs allant de 0,63 € à 4€50 par repas sachant que le coût facturé à la ville est de 9,10 €. Cette modification majeure conduira à une réduction du coût (actuellement 3,58 €) pour 70% des familles. Les augmentations seront limitées à répercuter l'inflation.
En parallèle une négociation est en cours avec la SOGERES pour améliorer la qualité du service (qualité, diversité, utilisation de produits bio et cadre des restaurants). Ces discussions s'inscrivent aussi dans la réflexion sur le renouvellement ou non du contrat avec la SOGERES au terme de celui-ci.

En matière éducative, les maternelles et les écoles primaires sont du ressort municipal. Une étude va être menée pour mieux connaître le patrimoine scolaire et pouvoir optimiser l'offre car les service éducatifs sont une priorité de la municipalité.

Environnement et qualité de la vie

Sur ce chapitre, également très important pour la nouvelle équipe, Christophe SIRUGUE appelle l'attention sur l'organisation de la Semaine de la mobilité. Cet événement national sera particulièrement relayé à Chalon à la rentrée à la fois pour promouvoir les transports collectifs mais aussi faire des tests grandeur nature d'aménagement de circulation. La ville par ailleurs va se doter d'un véhicule électrique pour le transport du courrier et des crédits ont été affectés aux prolongements de pistes cyclables.
Dans le but d'équilibrer l'aménagement des quartiers, un effort particulier sera entrepris dans les quartiers Claudel-Bernanos, Aubépins et Prés-Saint-Jean pour rénover les aires de jeu pour enfants.

Enfin, en matière de sports, des Etats Généraux réunissant tous les acteurs seront organisés pour travailler à la définition d'une nouvelle politique sportive prenant en compte tous les types de pratique (haut niveau, amateurs, non licenciés).

Par ailleurs, il sera décidé d'abandonner les études concernant le stade Léo Lagrange,  le projet actuel s'avérant absolument incompatible avec l'état des finances municipales. Christophe SIRUGUE précise que cet arrêt n'engendrera pas de coûts de rupture et admet : « Cependant il faudra bien relancer une réflexion pour trouver une solution à terme. Une piste envisagée consiste à réfléchir à un espace davantage ouvert sur la ville au lieu d'être refermé sur lui-même. »

Pour finir sur le sport, Christophe SIRUGUE précise que la subvention à l'Elan sera maintenue mais que « bien évidemment la subvention de 75 000 € du CCAS a été supprimée ».

Habitat et Logement

Dans ce chapitre fondamental, le Maire indique qu'il va falloir redéfinir le Plan Local d'Urbanisme : « Cela nécessitera deux ou trois ans de travail mais il est indispensable d'imaginer un nouveau schéma directeur de la ville centre. L'objectif est de faire revenir des habitants dans Chalon, des commerces, et il faut se donner des outils adaptés ». Des études préparatoires vont être engagées pour 50 000 €.

En matière de rénovation urbaine, le Maire se réjouit du débloquage du dossier ANRU après la rencontre avec les responsables de l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine. La disparition du collège Jean Zay, le problème urgent du centre commercial des Prés-Saint-Jean ont été pris en compte. Il y a maintenant accord et un accompagnement va se matérialiser par la mise en place d'une mission de deux mois. «  Il a maintenant un véritable consensus qui réunit maintenant l'Etat, l'OPAC, le département, la Région, le Grand Chalon et la ville » se réjouit le Maire qui annonce également que pour les Prés-Saint-Jean une vraie concertation va être organisée et que la ville met tout en oeuvre pour faciliter une solution pour le Centre commercial.

Pour le quartier des Aubépins, un projet sur cinq ans est en discussion avec l'OPAC pour faire de ce secteur un éco-quartier car il a des atouts à privilégier.

Dernier point sur le logement, l'attribution de crédits pour le chauffage urbain. Il y a un problème de fond avec la CURCHAL responsable des problèmes de l'hiver dernier et la ville a commandé une étude juridique pour mettre à plat les contrats et identifier ce qui relève des « gros travaux » et « des réparations ».

En conclusion, pour le député-maire, si le constat est fait que « la ville est malade » il ne faut pas baisser les bras pour autant : « Il faut trouver les remèdes et nous nous y attelons ! En réorganisant les services - le Directeur général proposera un nouvel organigramme à la rentrée - en renforçant les moyens informatiques et notamment en créant un Intranet qui facilitera les échanges d'informations et accélerera le traitement des dossiers. »

« Dans le cadre de cette décision budgétaire modificatrice nous avons de faibles marges mais nous avons déjà pu faire des changements significatifs. Et nous le faisons en toute transparence en montrant les chiffres » conclut Christophe SIRUGUE en signalant que le prochain budget sera établi sur l'année civile et non en mars comme le faisait l'équipe précédente. « C'est un travail difficile et lourd pour les services mais c'est aussi un moyen d'avoir une vision plus claire pour faire les choix politiques pour lesquels les Chalonnais nous ont mandaté ».


Conseil municipal Chalon 10 juillet 08 - photo vivre-a-chalon.com
Conseil municipal du 10 juillet 2008 - Dépouillement d'un vote à bulletin secret


UN CONSEIL MUNICIPAL CHARGÉ

Le Conseil municipal s'est donc réuni jeudi soir avec un ordre du jour chargé avec pas moins de 64 points inscrits. Ils ont tous été adoptés. 

A noter la réélection d'Anne BONNIAUD comme adjointe chargée de l'Education. Elle avait du démissionner à la suite du recours du Préfet pour incompatibilité avec son travail aux Impôts et depuis s'est mise en disponibilité.

Des commissions thématiques ayant été crées au Grand Chalon, il fallait désigner des représentants de la ville. Pour chacune d'entre-elles, une ou plusieurs places ont été données à l'opposition.

Passes d'armes

Le débat - assez vif - s'est essentiellement concentré sur le budget modificatif présenté par Françoise VERJUX-PELLETIER que la minorité a refusé de voter après une intervention de Gilles PLATRET parlant « d'effets d'annonce » et du fait que le budget précédent « n'était pas si mauvais puisqu'il y avait des réserves » et indiquant qu'il fallait cesser de « regarder dans le rétroviseur ».

Deuxième point qui suscitait les interventions de différents élus : l'arrêt des études de rénovation du stade Léo Lagrange que Dominique MELIN (Chalon pour tous) regrettait. Lucien MATRON, adjoint chargé des sports et Jacky DUBOIS, chargé des travaux, s'étonnaient du discours entendu car, présents dans la minorité lors des mandatures précédentes, ils avaient attiré l'attention sur la dégradation du stade.

Christophe SIRUGUE rappelait que cette rénovation faisait partie des promesses électorales de l'équipe PERBEN en 1995 et en 2001... et redisait que le budget prévisionnel d'au moins 43 millions d'Euros était hors de portée de la ville et qu'il convenait de tout remettre à plat, en concertation avec les utilisateurs et qu'en attendant de trouver la bonne solution, sans doute en intégrant la Communauté d'agglomération, la ville avait conservé les crédits concernant les travaux urgents notamment pour les vestiaires qui posent d'importants problèmes sanitaires.

Autre point d'accrochage : le changement de tarification des cantines scolaires prenant en compte le quotient familial, vote sur lequel la minorité s'abstenait. Elle votait par contre le financement des travaux de rénovation du toit du Clos bourguignon s'attirant une remarque cinglante du Député Maire : « Après avoir refusé de voter les recettes, c'est facile de voter les dépenses ! ».

Après une dernière passe d'arme sur une affaire de préemption d'immeubles où l'opposition aurait préféré laisser "jouer le Marché" , la majorité indiquait qu'il était temps de remettre les choses en ordre en matière immobilière et de donner des signes forts dans ce domaine, le Conseil municipal pouvait statuer sur quelques points complémentaires comme la création de « jardins du souvenir » dans les cimetières chalonnais, la mise en place de bornes automatiques pour fermer la rue de Strasbourg à certaines heures, le passage à la gratuité dans les musées Denon et Nicéphore Niepce, l'installation d'illuminations de Noël juqu'aux quartiers de la périphérie et des acquisitions pour le Musée Niepce.

- par @La rédaction - 11 juil 2008

Calendrier électoral : les prochaines échéances

Sur le plan électoral, les prochaines échéances seront les Élections européennes de 2009 (11 au 13 juin) puis sur un plan plus local les élections régionales en mars 2010.

 

2009 : Élections européennes

2010 : Élections régionales (en mars) et Élections sénatoriales (pour la moitié des sièges)

2011 : Élections cantonales (conseillers généraux élus en 2004)

2012 : Élection présidentielle et Élections législatives

 

Evidemment le calendrier est théorique et peut être modifié (démission, dissolution, etc.)

 

- par Remi - 24 juin 2008

Cantonale 22 juin 2008 - Françoise VERJUX-PELLETIER élue avec 77,21% des voix

Françoise VERJUX-PELLETIER arrive très largement en tête de cette élection cantonale partielle dans le canton de Chalon Nord avec 77,21% des voix.
La candidate du PS est donc élue. 

Sur 14 090  inscrits, 2.924 ont votés soit un peu plus de 20%.
Il y a 2.835 votes exprimés.

Michel ROUSEAUX : 646 voix

Françoise VERJUX-PELLETIER : 2189 voix

- par @La rédaction - 22 juin 2008

Cantonales Chalon Nord : Résultats du 1er tour - 15 juin 2008

Françoise VERJUX-PELLETIER arrive très largement en tête du premier tour de cette élection cantonale partielle dans le canton de Chalon Nord. La candidate du PS a trois fois plus de voix que Michel ROUSSEAUX, candidat soutenu par l'UMP, le Nouveau Centre et l'association "Chalon pour tous avec Gilles PLATRET".

Et, avec Jean-Claude MOUROUX, maire de La Loyère et conseiller communautaire, son remplaçant, elle ne cachait pas sa satisfaction tout en regrettant le très fort taux de participation : 22,39 %.

Ce chiffre rendra un second tour inévitable mais il n'y aura pas beaucoup de suspense pour la première adjointe de Chalon avec 63,64 % des suffrages exprimés a dépassé au premier tour le score que Christophe SIRUGUE avait réalisé au second lors de son élection.

Au second tour elle sera opposée à Michel ROUSSEAUX. Celui-ci, dans un communiqué (voir ci-dessous) où il se réjouit du résultat, lui fait porter la responsabilité du taux d'abstention et appelle les électeurs de droite et du centre à la mobilisation.

 Françoise VERJUX-PELLETIER (Parti socialiste)

63.64 % 

 1964
 Michel ROUSSEAUX (UMP - Nouveau centre - Chalon pour tous)

 19.12 %

 590

 Christelle RECOUVROT (Parti communiste)

 6.58 %

 203

 Michel GRENIER (Front national)

5.44 %

 168

 Jean-Louis HIVERNAT (Les verts)

 5.22 %

 161

Voir les résultats bureau par bureau (fichier .pdf)

Quelques particularités du scrutin :

  • La participation atteint un record dans le bureau du quartier du stade nord (N°22) avec 37 votants sur 736 inscrits !
  • Dans ce bureau Françoise VERJUX-PELLETIER obtient 94,59 des voix.
  • A Champforgueil, la candidate du PC n'a qu'une voix de moins que le candidat de droite.
  • Les cinq candidats seront remboursés de leur frais de campagne car ils dépassent tous 5%.
  • La participation au vote a été meilleure dans les villages que dans la partie chalonnaise du canton.

Les réactions :

Cantonales Chalon Nord - Françoise VERJUX-PELLETIER et son remplaçant Jean-Claude MOUROUX - Photo vivre-a-chalon.com

Françoise VERJUX-PELLETIER et son remplaçant Jean-Claude MOUROUX - Photo vivre-a-chalon.com

- par @La rédaction - 15 juin 2008

Christophe SIRUGUE réélu Président du Grand Chalon


Le Grand Chalon Après la démission des conseillers communautaires chalonnais devançant le jugement du tribunal administratif saisi par les conseillers du groupe "Chalon pour tous" et leur désignation "dans les formes" le 5 juin dernier en Conseil municipal, le Conseil communautaire devait se réunir à nouveau pour élire son président et les vice-présidents.

Et jeudi soir, Christophe SIRUGUE a été réélu. Cela ne constitue évidemment pas une surprise, mais avec davantage de voix que la première fois puisque cette fois il obtient presque l'unanimité avec 80 votes sur 82 exprimés !

Ce score sans appel répond à l'initiative de Gilles PLATRET qui, après avoir provoqué ces réélections, avait écrit aux conseillers communautaires pour leur faire part des positions de son groupe, ce qui a manifestement indisposé les élus, y compris ceux de son propre camp. 

A l'issue du scrutin, Christian WAGENER, le maire UMP de Dracy-le-Fort, a eu des mots très durs pour déplorer "le retard pris au motif de certaines agitations venues de l'extérieur qui sont contraires à notre conception de la vie politique".

 

 

- par @La rédaction - 14 juin 2008

Le Tribunal administratif annule l'élection d'Anne BONNIAUD

Anne BONNIAUD - Photo vivre-a-chalon.comComme nous le laissions entendre hier (6 juin 2008), après l'annulation de l'élection des conseillers communautaires, le Tribunal administratif de Dijon a rendu son jugement à propos d'une requête en annulation formée par le Préfet.

Anne BONNIAUD, 5ème adjointe, étant fonctionnaire et travaillant au Centre des impôts de Chalon, le Tribunal a jugé qu'elle ne pouvait être adjointe au Maire de Chalon en raison de ses responsabilités professionnelles.

Par ailleurs, il a aussi fait droit à d'autres recours du groupe minoritaire concernant les désignations des représentants de la ville au sein de différents organismes (Espace des Arts, CCAS,...). Après l'annulation de ces délibérations, le Conseil municipal se réunira à nouveau jeudi prochain.

 

Anne BONNIAUD - Photo vivre-a-chalon.com

- par @La rédaction - 7 juin 2008

Chalon : Nouvelle désignation des conseillers communautaires

Mairie de Chalon - Photo vivre-a-chalon.comCette séance du Conseil municipal le 5 juin 2008 avait été rendue nécessaire par la démission des conseillers communautaires représentant la ville au Grand Chalon et qui avaient démissionné pour ne pas risquer d'être obligés de le faire plus tardivement.

En effet, suite à un recours du groupe minoritaire « Chalon pour tous » devant le Tribunal Administratif, la position du Commissaire du gouvernement semblait augurer d'un jugement d'annulation (voir articles précédents ).

Cette nouvelle élection était donc le point principal de l'ordre du jour du Conseil et dès qu'il fut abordé, l'opposition demandait la parole par la voix de Joël LEFEVRE qui intervenait pour indiquer sa surprise de voir le maire s'adresser par voie de presse à Gilles PLATRET en particulier alors que le groupe « Chalon pour tous » tout entier était concerné et que le Tribunal administratif avait été saisi par les huit membres.

Vincent BERGERET, lui aussi conseiller minoritaire, intervenait à son tour pour une mise au point dans laquelle il précisait que lors des mandatures précédentes l'opposition n'avait jamais manqué de moyens. « Vous auriez très bien pû annoncer que l'opposition ne serait pas représentée au Grand Chalon comme cela se passe dans beaucoup de villes de droite comme de gauche. Je n'aurais rien trouver à redire. A partir du moment où vous aviez choisi de laisser un poste à l'opposition il paraissait logique que ce soit elle qui choisisse son candidat pour y siéger. Alors je pose la question : « Monsieur le Maire, auriez-vous peur de Gilles PLATRET pour tout mettre en oeuvre pour ne pas le retrouver face à vous au Conseil communautaire ? » Ce qui s'est passé le 21 mars dernier tend à le confirmer pleinement. Et je souhaite que vous ne retombiez pas dans l'erreur du 21 mars.»

Il passait alors la parole à Gilles PLATRET qui commençait une longue déclaration :

« Onze semaines après une première désignation, nous devons renommer nos représentants au Grand Chalon. J'aurais pu rattacher cet événement à une suite d'autres qui donnent une singulière image de l'alternance chalonnaise : démission sensible d'un conseiller municipal, autres recours administratifs... mais je m'en tiendrais à la délibération sur les conseillers communautaires car cette affaire témoigne de deux conceptions différentes de la politique.

L'opposition doit être représentée par le représentant de la minorité. C'est ce que vous vous étiez engagé à faire. Et c'est ce que que j'aurais fait si j'avais été élu maire. Lorsque le 21 mars vous avez élu un autre candidat que celui désigné par le groupe d'oppostion vous avez trompé cet idéal que nous défendons ».

Et Gilles PLATRET de poursuivre en lisant les attendus du jugement du Tribunal Administratif prononçant l'annulation de l'élection des conseillers communautaires chalonnais dont il venait d'avoir reçu un exemplaire.

Victor Hugo à la rescousse 

En conclusion de son intervention, et après avoir précisé que le groupe minoritaire voterait unanimement pour les candidats de la majorité, Gilles PLATRET appelait Victor HUGO à la rescousse avec une longue citation de l'auteur des Misérables :

« Est-ce que le moment n'est pas venu d'être généreux ? Est-ce qu'ici la générosité n'est pas de la sagesse? Je vous en conjure, gardez-vous de tout ce qui semblerait violence, réaction, rancune, parti-pris, coup de majorité ! Il faut savoir se refuser à soi-même les dernières satisfactions de la victoire. C'est à ce prix que, de la situation de vainqueurs, on passe à la condition de gouvernants. Ne soyez pas seulement une majorité nombreuse, soyez une majorité grande ! Tenez, voulez-vous rassurer pleinement le pays ? Prouvez-lui votre force. Et savez-vous quelle est la meilleure preuve de la force ? c'est la mesure. Le jour où l'opinion publique dira: Ils sont vraiment modérés, la conscience des partis répondra: C'est qu'ils sont vraiment forts ! »*

 

Christophe SIRUGUE prenait alors la parole pour répondre à ces interpellations :

« Je répondrai d'abord à M. BERGERET, en lui disant « Vous avez la mémoire courte ! ». Je me souviens des interventions que j'ai pu faire ici pour demander à ce que l'opposition soit représentée au Grand Chalon et vous n'étiez pas le moins virulent à vous y opposer.

Nous avons fait le choix, quant à nous, de proposer un poste de conseiller à la minorité.
Mais il ne faut pas inverser les responsabilités. Ce n'est pas notre faute si votre camp est divisé, si certain, élu sur votre liste, se présente pour représenter la minorité.
Et, que je sache, si on n'est pas dans la majorité, on est dans la minorité ! »

Le Député-Maire s'adressait ensuite au leader de « Chalon pour tous » :

« Monsieur PLATRET, merci pour votre discours un peu égocentrique mais nous y sommes habitués. Je vous dirai qu'en politique on ne peut pas tout faire et que, si faute il y avait, elle ne nécessitait pas une telle réaction. D'autant que cette erreur, vous la connaissiez, nous en avions parlé ensemble et que vous aviez accepté le principe de passer outre. Quant au document modifié, vous l'avez évoqué lors de la séance du Conseil Municipal et s'il posait problème vous pouviez ne pas l'accepter au contraire de ce que mentionne le procès-verbal de séance.

Alors oui, vous avez raison juridiquement, mais politiquement tort car on ne peut effacer sur le terrain juridique une défaite électorale.

Et pour conclure, je dirai que, dès l'installation de ce Conseil, avant même la désignation du maire, vous aviez donné le ton de votre participation en indiquant, et c'est votre « péché originel » que « vous espériez qu'on ne passerait pas d'un système vertueux à un système vicieux ».

Alors je ne crois pas que vous soyiez bien placé pour donner des leçons de morale. Avant de nous juger, attendez que nous ayions mis en place notre organisation et restructuré les services municipaux d'une ville qui est encore bien plus malade que ce que nous pouvions imaginer.

Et puisque vous souhaitez vous présenter comme un « pur combattant » je suis étonné que vous n'ayiez pas choisi d'être candidat à l'élection cantonale en cours pour y gagner une légitimité mais manifestement vous avez trouvé plus facile d'envoyer des amis au combat. »

Le Député-Maire passait alors à la procédure de désignation des conseillers communautaire à bulletin secret. Les candidats majoritaires étaient élus chacun à l'unanimité des votants.

Gilles MANIERE : « Je suis responsable ! »

Arrivant à l'élection du 33ème conseiller, à l'appel des candidatures, Gilles MANIERE renouvelait sa candidature pour les mêmes raisons que la fois précédente et ajoutait en essayant de mettre un peu d'humour : « J'apporte mon soutien à l'administration générale qui s'est retrouvée impliquée dans cette affaire et je porte d'ailleurs ma part de responsabilité dans cette affaire. En effet, avec l'appui de Michel ALLEX, c'est moi qui avait demandé que les documents soient photocopiés recto-verso pour économiser du papier. Vous voyez que le développement durable a des conséquences inattendues ! ».

Vincent BERGERET pour sa part annonçait la candidature de Gilles PLATRET.

Sur 36 votes exprimés, 8 voix se portait sur Gilles PLATRET, 28 sur Gilles MANIERE qui était réélu.

Après plus d'une heure trente de scrutin, Chalon dispose donc à nouveau de 33 représentants au Grand Chalon. Retour à la case précédente !

Il fallait une attention bien excercée pour s'apercevoir que Dominique COPREAUX avait été élue à la place d'Anne BONNIAUD dont l'élection est soumise à un prochain verdict du tribunal administratif pour un problème de compatibilité avec sa profession.


Les points suivants de l'ordre du jour étaient d'ordre technique et adoptés à l'unanimité. Et la séance se levait à 20 heures.

*Pour ceux que le discours de Victor Hugo intéresse >  http://www.gutenberg.org/dirs/etext05/8act110.txt

Conseil municipal 5 juin 2008 - Photo vivre-a-chalon.com
© Photo vivre-a-chalon.com

 

- par @La rédaction - 6 juin 2008

Gilles PLATRET : "Nous ne sommes pas responsables"

Gilles PLATRET, pour le groupe d'opposition "Chalon pour Tous",  a souhaité réagir à la démission des conseillers communautaires chalonnais dans une conférence de presse donnée ce mardi 27 mai 2008.
Nous reproduisons ici les principaux termes de ses déclarations.


Gilles PLATRETGilles PLATRET : « Le groupe municipal "Chalon Pour Tous" a saisi le tribunal administratif de Dijon pour demander le rétablissement de la justice.  Il y a eu, en effet une double faute qui a conduit à ce recours : fautes de procédure et faute politique. 
Il y a eu un retard dans les convocations et nous avons reçu un dossier du Conseil Municipal incomplet. Or pour négocier quelque chose il faut avoir la complétude des infos et il manquait une page sur deux. Je l'ai signalé au Maire et il a renvoyé, mais hors délai, un projet de délibération et, chose importante qui va à mon avis compter dans la décision du Président, au moment où on est arrivé au Conseil Municipal on a trouvé un nouveau projet de délibération sur la table qui n'avait rien à voir avec le premier et où il n'y avait plus de suppléant pour la nomination de délégués de la ville au Grand Chalon. »
Petite explication au passage : « La loi est stricte sur ces points parce qu'il faut laisser aussi bien à la majorité qu'à l'opposition le temps de la réflexion. »

Le représentant de la liste « Chalon pour Tous » ajoute, reprenant là un débat déjà évoqué : « Il y a aussi une faute politique : la promesse de proposer à l'opposition un poste de représentant de la Ville au Conseil communautaire n'a pas été tenue puisque la personne nommée n'est pas la représentante de l'opposition. M. Manière ne représente que lui-même. »

Concernant la démission de C. SIRUGUE et des 33 membres du Conseil, Gilles PLATRET insiste : « En démissionnant avant même le jugement, M.SIRUGUE reconnaît qu'il a commis une faute très lourde, mais refuse de s'en excuser auprès des Chalonnais».  Il pose ensuite une question : « Pourquoi M.SIRUGUE n'attaque-t-il pas le préfet de Saône et Loire qui a saisi le même tribunal administratif pour demander la démission d'office d'une adjointe qui - si la justice le reconnaît - ne peut être adjointe en raison de ses activités professionnelles ? »
Et de surenchérir : « On a vu successivement un conseiller de la majorité qui a démissionné, après que le maire ait tenté de cacher sa faute aux chalonnais, on a maintenant 33 membres du Conseil Communautaire qui démissionnent parce que leur élection est manifestement entaché d'illégalité et on va peut être avoir demain une adjointe qui démissionnera... Je dis que cela commence à faire beaucoup en moins de 100 jours ! Est ce que cela ne dénoterait pas un certain degré d'amateurisme dans la gestion des affaires municipales ? »

D’après Gilles PLATRET "La stratégie de communication du maire consiste, comme dans une récente affaire, à devenir agressif et hargneux dès qu'il est pris en défaut.  Il répond par une attaque personnelle ce qui n'est pas la première fois. Ce n'est pas un mode de fonctionnement normal de la démocratie et ça ne grandit personne. "

Gilles PLATRET insiste enfin sur la responsabilité dans la crise actuelle « Les rôles ne doivent pas être renversés. M.SIRUGUE et sa majorité sont responsables de la situation présente. C’est la majorité municipale qui fait perdre du temps aux chalonnais. Et faire l'analyse de ce que cela va coûter aux contribuables est démagogique. Dans une démocratie, une opposition doit pouvoir exister. C'est un vrai défi pour tous. »
- par @La rédaction - 27 mai 2008

Cantonales Chalon-Nord : Les Verts présentent Daniel HIVERNAT

Dans le cadre de l'élection cantonale partielle deu canton de Chalon Nord, les Verts ont décidé de présenter la candidature de Jean-Louis HIVERNAT qui habite Crissey. Marié, père de trois enfants, âgé de 62 ans, cet Inspecteur de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs honoraire, Docteur en littérature comparée, est un militant associatif engagé.

Sa remplaçante, Monique GRASSET est domiciliée à Champforgeuil. Agée de 64 ans, veuve, mère de trois enfants, elle est maintenant à la retraite après une carrière de comptable TP et s'investit dans l'animation d'œuvres périscolaires à titre bénévole.

Pour les deux candidats : " Le développement durable que tous les politiciens, de droite comme de gauche, préconisent depuis le Grenelle de l’environnement, est avant tout l’affaire de tous. Notre action concrète dans un canton comme Chalon sur Saône-Nord, qui allie à la fois le secteur urbain et rural, des zones urbaines sensibles et des zones rurales où l’urbanisation prend le pas sur le secteur proprement agricole, visera les quatre secteurs clés de l’agriculture, de l’environnement, du social et de l’économie en général."

Lire leur déclaration complète en cliquant ici

Leurs dates des réunions publiques et permancences sont publiées dans la rubrique "Agenda "

Cantonales Chalon Nord - Candidats des Verts

 

  
 

- par @La rédaction - 25 mai 2008




 
468 page pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle