politique - chalon sur saone

DOSSIERS de vivre-a-chalon.com : Élections municipales et cantonales

Au jour le jour... de 2007 à février 2009

Cette rubrique est archivée mais vous trouvez ici un fil d'information concernant la vie politique locale en 2007/2009. Le premier post date du 29 novembre 2007.

Fidéle à sa philosophie qui consiste "à donner la parole", la rédaction de vivre-a-chalon.com privilégie les citations plutôt que les commentaires. Chacun pouvant se faire alors son idée et tirer ses propres conclusions.

Lors de la campagne municipale, l'équilibre que nous avons su maintenir entre les différentes sensibilités politiques a été salué par de nombreux observateurs. Après l'élection de Christophe SIRUGUE la Gauche est restée longtemps absente dans l'expression publique, sans doute mobilisée par la mise en place de l'exécutif et des nouvelles responsabilités que ses militants exercent.

Nous sommes à votre écoute pour nous faire part de vos commentaires et suggestions sur la façon de traiter ces informations et notamment tout le volet politique de la vie municipale. Vous pouvez envoyer vos contributions dans la rubrique "Vos idées pour le site".

La rédaction de vivre-a-chalon.com              

 

Pascale DUFRAIGNE sur la liste Lutte Ouvriere

Alors que les différentes formations politiques composent leurs listes dans la perspective des élections européennes qui se dérouleront le dimanche 7 juin prochain, celles de Lutte Ouvrière sont déjà bouclées.
Celle du grand est sera conduite par une dijonnaise, Claire Rocher, infirmière au C.H.U.


Le chalonnais Pascal Dufraigne,candidat a plusieurs élections pour L.O et notamment lors des dernières municipales où il conduisait une liste est en douzième position sur cette liste du grand est, sur laquelle figurent 18 candidats. M.Dufraigne,depuis 1995,représente régulièrement L.O aux différentes élections (législatives-régionales).
Lutte ouvrière n'est donc pas associée à d'autres formations d'extrême gauche. Le parti de gauche qu'anime l'ex socialiste Jean Luc Melechon n'exclut pas un front commun de gauche regroupant les partis du "P.C.F au N.P.A". Premier refus donc pour le Sénateur de l'Essonne qui envisageait d'inclure le mouvement d'Arlette Laguillier dans ce front.
Pour la première fois, Arlette Laguillier, première femme candidate, aux présidentielles de 1974, ne sera pas candidate. Néanmoins, la figure publique et emblématique de cette organisation animera des meetings aux côtés de Mme Nathalie Arthaud, une enseignante de la région lyonnaise qui a pris le relais d'Arlette en qualité de porte-parole nationale.


UN EXERCICE DIFFICILE :
Les autres partis politiques discutent en interne de cette échéance. La composition des listes est assez laborieuse et doit prendre en compte notamment : la parité, la représentation géographique, les sensibilités internes, la diversité, le rajeunissement, le renouvelement mais aussi en premier lieu un accord sur le programme, c'est dire le nombre de paramètres entrant en jeu.
A l'heure actuelle, à l'UMP, à Europe Ecologie et du côté de François Bayrou les têtes des différentes listes sont connues. C'est un eurodéputé sortant qui conduira la liste Ump,l'alsacien Joseph Daul, est l'un des plus actifs membre du parlement européen. Pour le mouvement des démocrates de François Bayrou, c'est le journaliste Jean François Kahn qui conduira la liste. Pour Europe-écologie,c'est une responsable associative d'alsace : Sandrine Bélier qui a été désignée. Cette dernière sera samedi prochain à Autun. Elle participera à une conférence de presse des associations opposées aux porcheries industrielles dans la région.
Les procédures de désignation interne sont en cours au P.S. Ce dernier compte un élu bourguignon depuis deux années avec le Dijonnais Pierre Pribetich qui souhaite repartir. A l'ump,un débat est également en cours, plusieurs élus dont l'ex président du conseil régional de bourgogne Jean Pierre Soison conteste la candidature de Mme Véronique Mathieu en seconde position. Cette dernière siége depuis 1O ans au parlement européen, elle avait été élue en 1999 sur la liste de Chasse Pêche Nature et traditions et a rejoint depuis l'ump et le parti radical. Outre une présence très active au parlement européen,la vosgienne Mme Mathieu représente aussi un lobby assez influent...Celui des chasseurs qui ne manqueront pas d'être courtisés afin qu'ils ne rejoignent pas les pêcheurs du dimanche, qui pourraient bien encore nombreux à bouder les urnes début juin...

Daniel DERIOT

 
- par Daniel Deriot - 18 fév 2009

Déclaration du groupe des radicaux de gauche au CM du 12/02/2009

Prise de parole du groupe des radicaux de gauche au CM du 12 février 2009.

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les adjoints et conseillers.

Nous nous trouvons dans une situation économique et sociale extrêmement difficile, la forte mobilisation pour la manifestation du 29 janvier en témoigne.
Il faut mettre en place d’urgence un véritable plan de développement économique, social et environnemental.
Il faut re-dynamiser les services publics demandant des investissements.
Il faut renforcer de façon plus rapide les équipements à caractère public.
Il faut accélérer la mise en place de réseaux associatifs, de services à la personne.
Il faut mettre en place un plan d’habitat social étendu aux personnes les plus fragilisées.

Malheureusement, tels ne sont pas les engagements pris par le gouvernement actuel au contraire l’état se désengage vis à vis des collectivités territoriales.

Vous, Monsieur Platret, vous êtes le représentant de l’UMP à Chalon et de cette politique.
Vous êtes aussi avec vos amis du groupe « chalon pour tous » les héritiers du passé.
Ceux qui ont fait croire aux chalonnais qu’il était possible de ne pas augmenter les impôts tout en leur masquant la vente du patrimoine de la ville.

Vous voulez nous donner des leçons de bonne gestion, écrivez plutôt le passé et laissez nous le futur.

Laissez nous porter notre projet.
Laissez nous traduire dans les faits les engagements pris pendant la campagne. Nous sommes revenus sur un socle sain.
- par Groupe Élus radicaux de gauche - 13 fév 2009

Groupe Élus Communistes - Déclaration au CM de Chalon (12/02/09)

INTERVENTION DE JACKY DUBOIS
Au nom du groupe Communiste et Républicain
Conseil Municipal du 12 Février 2008


Budget primitif 2009

Je ne reviendrais pas sur les propos que j’ai tenus, au nom de notre groupe lors du Débat d’Orientation Budgétaire.

A cette occasion, j’avais néanmoins évoqué en préliminaire le contexte particulier dans lequel nous étions placés, d’une part du fait que nous abordons le premier budget de notre mandature et d’autre part la particularité due à la situation de crise dans laquelle nous sommes actuellement.

Depuis notre Débat d’Orientation Budgétaire, force est de constater que le contexte économique et social s’aggrave, le nombre de faillites, de fermeture d’entreprises et de plans de licenciements ne cesse d’augmenter.

Et ce n’est pas le dernier discours du chef de l’Etat qui est de nature à rassurer le monde du travail, bien au contraire.
En effet une fois de plus, seul le grand capital voit ses revendications satisfaites.

Le puissant mouvement de protestation du 29 Janvier 2009, illustre le niveau de mécontentement, et à mis en lumière les points que le monde salarial souhaite voir évoluer rapidement dans un sens positif.

Les conséquences de la crise, conjuguées aux décisions gouvernementales en matière de politique fiscale, notamment celle de supprimer la Taxe Professionnelle vont une nouvelle fois aggraver la situation financière des collectivités locales, dont la nôtre, et porter un grave préjudice aux réponses aux besoins de nos concitoyens.

Ce premier budget construit, élaboré, réfléchi et travaillé par les services, que je félicite au passage pour le travail réalisé, à partir de nos choix politique qui eux-mêmes s’inscrivent pleinement dans notre programme de campagne, apportera un début de réponse aux attentes des Chalonnais.

Malgré un exercice difficile auquel les services se sont attachés pour élaborer ce budget 2009, au regard des contraintes déjà maintes fois évoquées, nous sommes néanmoins en mesure de présenter un budget équilibré, financièrement sain permettant de rétablir l’autofinancement à un niveau correct pour une collectivité comme la nôtre.

Ce budget basé sur une première réponse aux besoins des Chalonnais s’inscrit pleinement dans les orientations définies dans notre programme, défendu et débattu avec la population lors de la campagne électorales de 2008.

En effet, ce premier budget primitif marque l’ambition de notre majorité à vouloir donner un nouveau souffle pour Chalon et sa population : en intégrant dans celui-ci, plus de social (petite enfance, personnes âgées, personnes handicapées, personnes en souffrance sociale) mais également plus d’éducation en complément aux premières mesures engagées en matière de tarification scolaire, mais aussi plus de culture et plus de sport permettant ainsi de mettre en œuvre des projets d’avenir, beaucoup plus axé sur les réponses aux besoins dans ces domaines.

Les désengagements de l’Etat placent notre collectivité (comme beaucoup d’autres), conjuguées à l’état des finances que nous avons trouvé après les élections de Mars 2008, contraint notre majorité à mettre en œuvre des mesures, notamment budgétaires et fiscales imposées.

La hausse des taux et le niveau d’emprunt révèlent ces difficultés et démontrent l’extrême urgence d’une véritable réforme de la fiscalité locale demandée depuis des années par les députés Communistes et Républicains.

Partant de ces appréciations, du contenu et des orientations budgétaires arrêtées et élaborées par une méthode démocratique, le groupe Communiste et Républicain, votera donc le budget 2009.
- par Groupe Elus Communistes et Républicains - 13 fév 2009

Intervention de Gilles MANIERE au Conseil municipal (12/02/09)

CONSEIL MUNICIPAL DU 12 FEVRIER 2009 - BUDGET PRIMITIF 2009

INTERVENTION DE GILLES MANIERE
CONSEILLER MUNICIPAL - VICE PRESIDENT DU GRAND CHALON


Monsieur le Maire,
Chers Collègues,

A l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire du mois de décembre dernier, j’avais reconnu et souligné dans les priorités qui étaient portées à notre réflexion je cite « la présence incontestable d’une vraie détermination à vouloir construire, reconstruire pourriez-vous préférer, en tout cas, la volonté que l’on ressent bien, au-delà d’un seul projet de transition, d’aller vers une ambition forte au service d’une action forte».

Le Budget général qui nous est soumis ce soir va logiquement dans le même sens. Et cela au moins, nous pouvons tous le reconnaître.

Certains de nos collègues avaient mis en avant l’impérieuse nécessité d’une « sur action ».

A cette « sur action », j’avoue préférer- et pardonnez moi cette imperfection- une « sur prudence ». L’âge, sans doute. Le recul de l’expérience peut être, le manque d’ambition diront d’autres.
A tout le moins, la certitude qu’il n’est jamais inutile d’être mesuré.

Jean COCTEAU disait: « Ce qui caractérise notre époque, c'est la crainte d'avoir l'air bête en décernant une louange et la certitude d'avoir l'air intelligent en décernant un blâme. »

D’emblée, faut-il prendre le risque d’avoir l’air bête en saluant votre document budgétaire par des louanges?

Je crois qu’assurément nous pouvons lui reconnaître une construction solide et une ossature faite d’engagements dont certains recueillent toute ma satisfaction.

Et ce, pour deux raisons principales :

La première parce qu’il participe et je vous cite de votre « souci de prendre part aux défis du développement durable, donnée transversale des actions de la Municipalité ».

Les mesures que vous listez, certaines symboliques d’autres plus profondes, sont assurément placées sous le signe rassurant de la prise en compte de cet enjeu majeur qui doit dicter nos conduites personnelles et, à tout le moins, contraindre les prises de décision de nos collectivités.
Ce sont-elles qui doivent donner l’exemple pour inciter ou susciter de nouveaux comportements individuels et collectifs.

Voilà une raison de me réjouir. Non seulement parce qu’elle poursuit l’effort majeur entrepris
par l’ancienne équipe et votre serviteur mais aussi parce qu’elle renforce cette dimension si essentielle à mes yeux et à tous ceux qui regardent loin devant.

La deuxième vient du fait que les questions et les réserves que j’avais mises en avant à l’occasion du Débat d’Orientations Budgétaires ont trouvé pour l’essentiel des réponses attendues ou de vrais motifs d’être levées.

J’y suis sensible et là encore je ne peux que me réjouir de cette écoute et de la prise en compte des remarques formulées.

A présent, aurons nous l’air intelligent ou seulement l’envie d’y croire en blâmant ce budget, c’est-à-dire cet ensemble d’engagements, parce qu’il est fondé sur un programme électoral fatalement partisan ? Je ne le crois pas.

Parce qu’après tout il me semble logique et plutôt responsable de la part d’une majorité de faire coïncider des promesses de campagne et des priorités de gouvernance. Cela évite des surprises - bonnes ou mauvaises - et cela rassure au moins sur la valeur accordée à la parole politique.

La tentation est grande et facile de vous reprocher votre volonté clairement affirmée de marquer cette première année budgétaire de votre mandat d’une empreinte forte en la qualifiant d‘ « année zéro ».

Serait-ce parce qu’elle s’inscrit dans un contexte économique et financier national et local qui n’autorise aucune marge de manœuvre? De cela nous pourrions tous en convenir.

Serait-ce parce qu’elle veut remettre à zéro les compteurs de ce qui a été fait par le passé?

Si tel était le cas, j’en serais très sincèrement attristé parce qu’il n’est, permettez-moi de le croire, pas de gestion plus réussie que celle qui sait reconnaître dans celle qui l’a précédée les vertus et les bienfaits qui s‘imposent.

Lorsque vous mettez par exemple en lumière ou en ombre, je vous cite : « un patrimoine délaissé et dégradé pour lequel les travaux d’entretien et de mises aux normes n’ont été que partiellement réalisés antérieurement », je me permets de vous rappeler les efforts, sans doute imparfaits mais quand même teintés d’une ambition partagée, qui ont été faits en direction des bâtiments publics et monuments innombrables de notre ville.

Lorsqu’il est aussi reproché aux équipes précédentes des « sous investissements chroniques et une politique fiscale irresponsable parce que ne préparant pas les défis de demain » je ne peux trouver l’attaque qu’un peu rude.

Serait-ce enfin parce que ce budget n’appellerait que zéro commentaire ou zéro réserve?

Certainement pas. Il est d’une ambition mesurée voire bridée et nous aurions pu, peut être, imaginer un budget plus clinquant ou plus ostentatoire.

Il n’en est rien. Le plus grand projet qu’il contient et qui doit sans doute nous rassembler tous pour cette « année zéro », n’est-il pas celui qui vous permettra, nous permettra collectivement de doter la ville de finances saines et maîtrisées? Assurément si.
Il n’entraîne pas d’effet d’annonce mais relève sans doute de la sagesse contrainte qui doit s’imposer à ce budget. Et en cela nous pouvons adhérer à cette vision responsable.

Pour conclure, Monsieur le Maire, à la lumière de l’ensemble des éléments que je viens de mentionner, je m’abstiendrai sur ce vote du Budget Primitif 2009.
Ce choix n’est dicté, ni par le bénéfice du doute, ni par la difficulté à choisir ou moins encore par le risque d’allégeance mais tout simplement par la place qui est la mienne d’élu de la minorité n’ayant pas participé à l’élaboration de ce budget, d’élu attentif et prudent, optimiste et confiant.

Je vous remercie.
- par Gilles Manière - 13 fév 2009

Benjamin Lancar, président national des jeunes Pop de l'UMP

« La révolution est à droite »

Cette phrase « force » devait être prononcé par Benjamin Lancar, au lendemain de son élection en tant que président national des jeunes populaires. Une élection qui visiblement, s’est déroulée dans une ambiance tendue. Deux autres candidats, Aurore Bergé et Matthieu Guillemin, ont dû après de longues tractations faire liste commune dénonçant, d’après les deux ralliés « des pressions d’une rare force ». Finalement Benjamin Lancar était élu avec au premier tour en Aout dernier avec 75.06 %. La participation des jeunes UMP étant de 54 %. Samedi après-midi, Benjamin Lancar commençait ses visites dans les différentes fédérations départementales de l’UMP. Venant de Besançon c’est à Chalon qu’il devait terminer sa journée, accueilli par Jean-Paul Anciaux, député et président de l’UMP-71. « J’ai beaucoup d’affinité avec la Saône-et-Loire ayant fait une partie de mes études en Bourgogne et c’est avec plaisir que j’ai accepté l’invitation de Jean-Paul Anciaux » devait déclarer en guise de préambule le président national des « Pop ». « J’apprécie chez Jean-Paul son dynamisme et son côté –toujours jeune- et bien entendu son ouverture d’esprit et son sens du dialogue » devait-il poursuivre. Les jeunes populaires sont au nombre de 30.000 en France d’après leur président national. « Ils sont 300 dans notre département » devait renchérir Jean-Vianney Guigue, président départemental des jeunes UMP. Le leader national devait dire que les jeunes qui sont avec lui représentent une force d’avenir pour la politique de Nicolas Sarkozy. Ce dernier entreprend des réformes qui vont faire de notre pays un des plus enviés du monde. « Les jeunes de l’UMP ne sont pas seulement des jeunes populaires, ils sont des révolutionnaires » devait dire avec force leur président et de poursuivre « nous sommes certes au côté de Nicolas Sarkozy mais nous sommes avant tout devant lui car demain nous serons les forces vives de ce pays ». Benjamin Lancar qui a un calendrier chargé a promis de revenir à Chalon avant de rejoindre à Montchanin le TGV pour la capitale.
Michel Chevalier
- par CHEVALIER Michel - 11 jan 2009

DOB : Intervention du Groupe radical de gauche.

Le groupe radical de gauche adhère aux quatre projets de cette nouvelle politique proposée pour les Chalonnais. Nous serons particulièrement moteur pour :
- Une éducation pour tous et le respect de la laïcité.
- Une réflexion de fond du commerce de centre ville et de l'artisanat.
- La vie des quartiers avec la création de conseils dans tous les quartiers.
- Il faudra poursuivre les mesures d'accompagnement au développement durable en lien avec le Grand Chalon.

Le groupe radical de gauche souhaite par ailleurs que le secteur prévention et santé ait un rôle important dans cette période économique particulièrement difficile avec des personnes en grande précarité, la santé publique doit jouer un rôle essentiel pour tous, enfants, adultes, seniors.
- par Le groupe radical de gauche - 22 déc 2008

Débat d'orientations budgétaires 2009 - Réponse de Christophe Sirugue

Extrait de la réponse de Christophe Sirugue après l'intervention de Gilles Platret

 

[ Retour au compte-rendu ]

 

- par vivre-a-chalon.com - 20 déc 2008

DOB - Intervention de Jacky DUBOIS (Groupe Communiste et Républicain)

Intervention de Jacky DUBOIS
Au nom du groupe Communiste et Républicain
Conseil Municipal du 18 Décembre 2008
 

 

Débat d'Orientation Budgétaire


Nous abordons aujourd'hui le Débat d'Orientation Budgétaire dans un contexte tout particulier à 2 titres :


1)C'est en effet le premier budget en construction par notre nouvelle équipe en charge de la gestion municipale sur lequel nous avons à débattre en matière d'orientation.

Après 25 ans d'une politique principalement orientée sur des positions libérales au détriment des plus démunis, nous allons enfin ouvrir une ère nouvelle où les intérêts de tous les Chalonnais seront pris en compte.

2)Ce Débat d'Orientation Budgétaire se situe également dans une conjoncture économique, politique et sociale lourde de dangers et de conséquences pour des milliers de familles.

La crise du capitalisme financier met plus que jamais en lumière les conséquences catastrophiques de la domination de la sphère de l'argent sur la société.
Les effets du dogme de libre circulation des capitaux se révèlent aujourd'hui à l'opinion publique dans toute sa brutalité : irresponsabilité des banques, absence de contrôle d'une machine spéculative sophistiquée, extension du cancer financier à toutes les activités humaines et publiques.

Face à l'effondrement de ce système économique et libéral, Nicolas Sarkozy et la quasi-totalité des dirigeants du capitalisme parlent « d'une crise de confiance sans précédent qui ébranle l'économie mondiale ».
Et bien évidemment, la solution qu'ils avancent est sans surprise : toujours moins de dépenses publiques, au mépris des conséquences dramatiques sur les services rendus aux habitants.

Dans sa volonté « d'associer les collectivités territoriales à l'effort de maîtrise des dépenses publiques », le gouvernement a un impératif : étrangler financièrement les collectivités locales pour les empêcher de mettre en œuvre des politiques de réponses aux besoins des habitants.

Dans ce contexte de crise, l'Etat poursuit son désengagement et les transferts de charges en direction des collectivités sans compensation financière intégrale.

La situation est grave, car c'est le fond même du service public local qui est en cause (comme le citait Philippe Laurent expert en finances locales dans un récent article de Presse).

Il est intolérable que la crise du crédit, déjà réelle pour les collectivités locales, s'amplifie.
L'augmentation des taux d'intérêts des prêts entraînera une explosion des impôts locaux et le risque d'abandon pur et simple de projets utiles aux populations des collectivités.

Parallèlement à cette crise et à ses conséquences, nous avons localement, sur notre collectivité, à faire face à une situation financière également préoccupante et mise au grand jour par les résultats de l'audit que notre majorité a fait procéder sur la période 2002-2007.

Le résultat est sans appel : l'évolution de l'épargne de la ville montre une fragilité de sa composition, ce qui constitue un important facteur de risque. Notons au passage qu'il est précisé que les cessions patrimoniales ont financé à elles seules un tiers des dépenses d'équipements sur cette période 2002-2007 (ce que nous dénoncions depuis longtemps).

Au-delà de ce constat et de la mise en lumière de nos critiques formulées lorsque nous étions dans l'opposition et qui confirme la justesse de nos propos d'alors, reste qu'aujourd'hui notre équipe municipale a un enjeu de taille à surmonter : être en capacité de rattraper le retard accumulé durant des années en matière de réponse aux besoins des Chalonnais dans un contexte financier local très tendu et mettre en œuvre des opérations nouvelles élaborées et construites durant la campagne électorale et contenues dans notre programme.

Au regard des orientations que nous sommes en capacité de proposer en débat ce soir, de cette vision nouvelle de gestion de notre collectivité, des objectifs que nous avons mutuellement travaillés, d'un contexte économique et social que nous ne pouvons ignorer, le Groupe Communiste et Républicain, partage cette démarche et le contenu budgétaire présenté au débat ce soir.

Nous soutenons pleinement le choix de se doter de finances locales saines et maîtrisées, nous rappelons au passage que par la voix de nos députés nous revendiquons une réforme de fiscalité locale qui donnerait une véritable bouffée d'oxygène aux collectivités.

Nous ne pouvons que nous satisfaire des mesures qui enfin répondent aux besoins des Chalonnais sur l'éducation, l'enfance et les familles, les personnes âgées et celles handicapées, le plan d'action pour le commerce et le développement économique, la culture et le sport ; je ne développerais pas tous les axes contenus dans le document tellement celui-ci est porteur d'espoir pour les Chalonnais, de transformation de leur vie au quotidien et de rupture avec le passé.

Le Groupe Communiste et Républicain, au regard du contenu novateur du document, du respect des engagements pris devant les Chalonnais, approuve donc ses orientations et se félicite d'avoir pu contribuer au travail collectif nécessaire pour son élaboration.
Je tenais également au nom de mon groupe, à remercier les services pour le travail énorme réalisé.

- par Groupe Communiste et Républicain - 20 déc 2008

Débat d'orientations budgétaires 2009 - Mesures nouvelles

Extraits du rapport présenté par le Député Maire de Chalon
lors du débat d'orientations budgétaires du 18 décembnre 2008

[ Retour au compte-rendu ]      [ Télécharger le document intégral ]

 

 


  Mesures nouvelles

 

Dans le cadre d'une gestion moderne et afin de ne pas porter inutilement des crédits et de ne pas obérer l'autofinancement, il sera proposé dans le cadre du budget primitif 2009 l'ouverture d'autorisations de programme portant les investissements majeurs pour la collectivité.

Une politique volontariste à destination des Chalonnais construite sur quatre projets


Un projet humain avec 6 priorités

a)Education

Secteur précédemment trop délaissé, l'éducation est un enjeu majeur. De profondes mutations pour les écoles chalonnaises seront mises en œuvre afin que les écoliers et les équipes pédagogiques disposent enfin de moyens de leur temps.

Le budget devra permettre d'accroitre les moyens accordés aux écoles de la ville pour leur fonctionnement quotidien notamment en ce qui concerne les coûts de transports et les crédits d'enseignement.

Par ailleurs, un nouvelle enveloppe sera instaurée afin que chaque élève puisse se rendre à des spectacles, des expositions, que des artistes interviennent dans les classes....

En matière d'investissements, deux ambitieux programmes seront proposés. Dans le cadre de la redéfinition de la carte scolaire, une programmation pluriannuelle des travaux dans les écoles sera mise en place. La création d'une autorisation de programme de 9 M€ sur 6 ans sera inscrite.
Parallèlement, au regard de l'importance de la présence de l'informatique à but pédagogique dans les écoles et compte tenu de l'important retard que connait la Ville de Chalon en la matière, une autorisation de programme d'un montant de 1 M€ sur 6 ans est envisagée.

b)Enfance et Familles

Après le bras de fer dérisoire engagé dans l'urgence et sans concertation avec les communes voisines l'an passé, une réflexion pour l'accueil des enfants non chalonnais dans les services petite enfance et enfance est lancée au niveau de la communauté d'agglomération.
Le projet sera piloté par le Grand Chalon.

Le but, est de répondre aux besoins des familles qui ne dépendent pas forcément du lieu d'habitation mais du bassin de vie, ceci, en tenant compte de l'évolution de l'emploi (horaires atypiques, développement des zones industrielles, accueil le week end) en optimisant, d'une part, les services existants et d'autre part en associant éventuellement des entreprises.
La ville de Chalon-sur-Saône souhaite donc améliorer et actualiser, la réponse apportée aux familles par de nouvelles formes d'accueil et un service plus large.

Par ailleurs, Chalon-sur-Saône compte, aujourd'hui 185 assistantes maternelles libérales, 90 d'entre elles fréquentent le (R.AM) Relais d'Assistantes Maternelles, situé à Accord'âges - Rue Fructidor, pendant les permanences et les temps d'animation proposés chaque semaine.
Un bilan de fonctionnement de ce service, fait apparaître que les assistantes maternelles des Prés Saint-Jean et du Plateau le fréquentent peu en raison de l'éloignement du site.
Il est donc proposé d'ouvrir un deuxième Relais d'Assistantes Maternelles dans les locaux de la Maison Quartier du plateau, ce Relais serait en relation directe avec celui existant. Il proposerait des temps d'animation avec ateliers d'éveil pour les enfants, échanges entre les assistantes maternelles, interventions de professionnelles dans divers domaines (hygiène, diététique, ....).

Une réflexion sera initiée sur des projets autour d'un Relais Maman Bébé, d'une maison de l'enfance incluant des animations transversales.

c)Jeunesse

La Ville de Chalon-sur-Saône doit réécrire son projet social qui concernera et impliquera l'ensemble des services : de la petite enfance... jusqu'aux personnes âgées.

C'est l'occasion pour les Maisons de quartier, la Maison de l'Enfance et Info'Rom de redéfinir - secteur par secteur - leurs modes de fonctionnement et d'intervention, en déclinant les nouvelles orientations municipales de façon adaptée aux enjeux de leur territoire. Cette redéfinition des nouveaux champs d'intervention se fera avec les équipes, les services municipaux et l'ensemble des acteurs institutionnels et associatifs. De nouveaux liens avec le secteur Petite Enfance, culturel, scolaire, sportif... seront créés.

Les travaux démarreront plus tôt pour la Maison de quartier Claudel/Bernanos avec la mis en place d'un comité de pilotage réunissant des habitants, des acteurs de terrain (associations et institutionnels). Ce comité de pilotage doit permettre de répondre aux besoins des habitants : de l'amélioration de la vie quotidienne sur le quartier (cadre de vie et tranquillité publique) à la mise en place de nouveaux dispositifs plus adaptés, plus fonctionnels et réactifs dans les domaines de l'insertion professionnelle et de l'emploi, de l'éducation scolaire, culturelle, sportive, à la citoyenneté... Ce comité de pilotage préfigurera un conseil de quartier.

d)Emploi et insertion

Le revenu de solidarité active (RSA) est une allocation qui vise à la fois à remplacer des minima sociaux existants (comme le RMI et l'API), à se substituer à des dispositifs d'intéressement de retour à l'emploi comme la prime de retour à l'emploi (PRE) et la prime forfaitaire de retour à l'emploi.
Le RSA, c'est pour ceux qui ne travaillent pas, un revenu minimum et pour ceux qui travaillent un complément de revenu.

Le Conseil Général de Saône et Loire prépare la mise en oeuvre du RSA pour juin 2009 dont les grandes lignes sont :
L'établissement, dès l'ouverture des droits, d'un diagnostic socio-professionnel du bénéficiaire afin de l'orienter sur :
Une priorité emploi > nouvel opérateur ANPE/UNEDIC
Une priorité insertion sociale, santé ou logement > services sociaux

Le service Insertion du CCAS devra acquérir de nouvelles compétences pour assurer un accompagnement social et professionnel, que ce soit par le biais de formation des travailleurs sociaux ou/et par le recrutement de conseillers en insertion professionnelle.

e)Personnes âgées

Le Centre Communal d'Action Sociale a la gestion d'un service mandataire d'Auxiliaires de Vie regroupant 97 Auxiliaires de Vie et plus de 370 personnes âgées employeurs.
Le principe de ce service actuellement proposé :
La personne âgée demande au CCAS de recruter à sa place un salarié afin d'intervenir à son domicile. Le CCAS prend en charge toute la gestion administrative à la place de la personne âgée, en résumé ce qui relève de l'employeur. Par contre la personne âgée reste juridiquement responsable du salarié et a le statut d'employeur avec toutes les obligations qui en découlent.
La création d'un service prestataire d'Auxiliaire de Vie au CCAS aura l'avantage d'alléger les contraintes administratives pesant sur les personnes âgées employeurs et d'apporter ainsi plus de souplesse dans l'adaptation aux évolutions des besoins aussi bien dans les prises en charge que dans les relations avec les financeurs institutionnels tels que le Conseil Général ou la CRAM.

Dans le cadre de ses actions de prévention, la Maison Vermeil organisera en partenariat avec la Mutualité Française de Bourgogne un "Programme de Prévention Santé Séniors" en direction des personnes de plus de 60 ans.
Ce "programme de prévention santé sénior" viendra compléter les ateliers équilibre déjà mis en place. Il a été élaboré par la Mutualité Française en partenariat avec le Conseil Général et les partenaires régionaux de santé publique, Assurance Maladie, Mutualité Sociale Agricole, Caisse Régionale d'Assurance Maladie de Bourgogne Franche-Comté.

Par ailleurs en matière de santé, d'autres actions ponctuelles en cours d'année pourront être programmées afin de compléter ce dispositif.

f)Personnes handicapées

Un nouveau service sera crée au Centre Communal d'Action Social en faveur des personnes handicapées.
Sa mission sera d'accueillir, orienter et accompagner les personnes dans leurs démarches et de travailler en lien avec le Grand Chalon notamment sur les questions d'accessibilité et de mobilité.

 

Un projet d'attractivité développant nos atouts


a)Un plan d'action pour le commerce

La conjoncture économique a des conséquences lourdes sur le pouvoir d'achat des Français. Le commerce et notamment celui de centre-ville exprime des inquiétudes légitimes. Même si la Ville de Chalon sur Saône ne peut être tenue pour responsable des choix gouvernementaux, elle se doit d'intervenir pour tenter d'accompagner plus fortement ce secteur économique important.
Dès le budget 2009, des services nouveaux et des actions concrètes seront développés. Ils devront tout à la fois concerner l'offre de service en direction de la clientèle, l'accroissement de l'effort d'animation et l'accompagnement des commerçants dans leur action quotidienne.

b)Un développement économique construit avec le Grand Chalon

Les compétences de notre Communauté d'agglomération sont fortes dans le domaine du développement économique et donc en terme de politique en faveur de l'emploi. Un travail de concertation a d'ores et déjà été engagé. L'année 2009 sera l'occasion d'accroitre les synergies au travers de toutes les politiques publiques des deux collectivités pour permettre de favoriser la création d'emplois.

c)Une politique culturelle novatrice

Afin de doter la Commune de Chalon sur Saône d'une véritable politique en faveur des lectures publiques et de donner l'accès à l'ensemble de la population aux ouvrages dans leur diversité qu'ils soient écrits, sonores, visuels, la Majorité municipale s'est engagée à réaliser une véritable médiathèque.
Aussi, une autorisation de programme d'une durée de 6 ans et d'un montant de 25 M€ sera inscrite au projet de budget 2009. Cette enveloppe estimative comporte l'ensemble des crédits nécessaires à la réalisation de cette opération.
Les crédits de paiement portés en 2009 seront dédiés à l'étude de localisation et de faisabilité sur le site du futur ex collège Camille chevalier. Une délibération de lancement est soumis à l'approbation du présent Conseil municipal.

Parallèlement, dès 2009, de nombreuses actions sont prévues autour de la bibliothèque municipale (animations, renforcement et diversification des œuvres, ...).

Par ailleurs, une réflexion globale sur les équipements et structures culturels de la Ville sera conduite en 2009 afin de connaitre leur état et leur situation générale.

d)Une offre sportive de qualité

La pratique sportive étant un élément important pour le développement d'une commune, deux autorisations de programme seront inscrites au projet de budget primitif 2009.

La première porte les crédits pour la construction d'un nouveau gymnase pour le futur collège réalisé par le Conseil général. Une enveloppe de 3,5 M€ sur 4 ans sera inscrite.

La seconde est dédiée au site du stade Léo Lagrange. Elément emblématique de la Ville, ce site se doit d'être modernisé et requalifié au regard notamment des nouvelles pratiques sportives de nos concitoyens. Une enveloppe totale de 7 M€ sur 6 ans sera allouée à ce projet.


Un projet d'aménagement préparant l'avenir


a)Des outils pour le futur

L'attractivité de la Ville doit également s'opérer par un urbanisme volontariste. La Commune doit se doter de réserves foncières. Aussi une autorisation de programme d'1 M€ sur 6 ans sera ouverte pour permettre de concrétiser les opportunités.

b)Des aménagements pertinents

En matière de circulation urbaine, un réaménagement du carrefour de la Colombière est envisagé. Nœud névralgique sur un axe majeur de la Commune, cette opération fera l'objet d'une autorisation de programme de 4 M€ sur 5 ans.

De même, au-delà des crédits dédiés à l'entretien et au renouvellement des voiries communales et des pistes cyclables, des travaux de réfection des réseaux de concession des rues piétonnes du centre ville débuteront en 2009 afin de mettre en conformité les différents réseaux de distribution. Dotée de 4 M€ sur 4 ans, cette opération permettra de rendre plus agréable ce secteur qui bénéficiera, tout comme l'ensemble du centre ville, d'un appui marqué de la Municipalité par la mis en œuvre d'un management commercial et la création d'une structure d'accueil des enfants pendant que les parents feront leurs achats.

c)Une action ambitieuse pour le logement et la vie de tous les quartiers

Le plan de renouvellement urbain est en cours de redéfinition. Au regard des enjeux portés par ce plan et de sa durée, une autorisation de programme de 15 M€ sur 15 ans en envisagée dès 2009.


Un projet de renforcement du service public


a)Des efforts en faveur du personnel municipal

Ni la politique salariale, ni la politique sociale de la Ville de Chalon sur Saône ne sont à la hauteur des moyens nécessaires à promouvoir une collectivité attractive.
Tout en maîtrisant la masse salariale, des efforts seront engagés tout au long du mandat pour améliorer la situation de nos agents en veillant à résorber la précarité, en travaillant à une meilleur régime indemnitaire et en développant un accompagnement social de qualité.

A l'heure où l'action publique et celle du service public semblent retrouver leurs lettres de noblesse, la Ville de Chalon sur Saône se doit d'offrir à ses habitants un service public exemplaire.

b)Une mutualisation avec les services du Grand Chalon

Les deux collectivités, Ville de Chalon sur Saône et Grand Chalon, disposent en leur sein de compétences complémentaires. Dès le début d'année, les directions générales seront mutualisées. En partenariat avec le Grand Chalon, la réflexion sera poursuivie pour connaitre les champs d'intervention qui pourraient donner lieu à une coopération encore plus forte au sein même des services.


Conjuguer Chalon au futur ; c'est maintenant, le construire au quotidien ! Avec un pôle humain affirmé, un pôle d'attractivité dynamisé, un pôle de développement soutenu et un pôle de service public renforcé, j'ai l'intime conviction que les orientations budgétaires portées pour 2009 donnent à la Ville de Chalon sur Saône et à ses habitants les moyens nécessaires pour atteindre ces objectifs et respecter les engagements de la Majorité municipale.


Ces éléments sont la concrétisation, dès la première année budgétaire du mandat de la Majorité municipale, d'un budget de mobilisation pour la Ville de Chalon et à destination de ses habitants.

 

Christophe Sirugue,

Député-Maire de Chalon-sur-Saône

 

[ Retour au compte-rendu ]      [ Télécharger le document intégral ]

 

- par Extrait du document budgétaire - Mairie de Chalon - 20 déc 2008

Débat d'orientations du budget 2009 : Diaporama

Voici le diaporama présenté aux élus et au public lors du Conseil municipal du 18 décembre.
Il nous a semblé intéressant de permettre à chacun d'en prendre connaissance.
Il suffit de cliquer sur une diapo pour voir la suivante. La dernière renvoie sur la première, en boucle.

[ Retour au compte-rendu ]

 


Document Ville de Chalon-sur-Saône

 

- par @La rédaction - 20 déc 2008

Les orientations budgétaires 2009 au coeur du Conseil municipal

En rendant compte du Conseil municipal du 20 novembre dernier, nous indiquions que si celui ci était encore assez technique, le prochain, qui serait l'occasion du débat d'orientation budgétaire, risquait d'être plus animé car ce premier budget reflétera les options politiques de la nouvelle équipe municipale.

Jeudi soir, la séance n'a pas manqué ses promesses ! Débutant à 18 h, les travaux du Conseil se sont achevés à plus de 21h30. Plus de deux heures ont été consacrées au débat sur le budget.

Et si au Grand Chalon, les débats budgétaires se sont déroulés dans une atmosphère consensuelle et constructive, cela n'a pas été le cas à Chalon où Gilles Platret, leader du groupe d'opposition municipale, a lancé une attaque frontale contre le budget proposé, défendu la politique de l'Etat et fait le procès de la politique du député-maire lorsqu'il était président du Conseil général. Ces longs développements lui ont valu des réponses cinglantes venant de Benjamin Griveaux, lui-même conseiller général, puis de Christophe Sirugue.

Comment rendre compte de ces débats qui sont au coeur de la vie municipale ? Cette question interpelle l'équipe de vivre-a-chalon.com car c'est une véritable gageure d'autant que nous souhaitons également profiter des avantages offerts par le support numérique.
Nous avons fait le choix  de joindre à ce compte-rendu succint un certain nombre d'éléments que le public a pu entendre ou visualiser. Les documents audios et visuels sont de médiocre qualité faute de moyens adaptés mais leur intérêt nous parait justifier leur diffusion. Nous serons attentifs à vos remarques et suggestions. N'hésitez pas à nous en faire part !

Éléments multimédia à consulter :

Photo vivre-a-chalon.comLe débat d'orientations budgétaires
Ce rapport a été présenté conjointement par la première adjointe, Françoise Verjux-Pelletier, qui a dressé un tableau de la situation économique au plan national, international et de la situation financière de la ville à la lumière de l'audit réalisé [voir sa présentation par le maire en octobre 2008 ]. Reprenant la parole, le député-maire indiquait que 2009 marquerait le vrai début de la mandature - "2009 année 0" - puisque ce budget est le premier qui reflétera les choix politiques faits par les chalonnais en mars dernier. Il notait le recul des recettes de la collectivité qui va perdre 2,7 millions d'€uros de recettes.

"Augmenter la fiscalité pour financer des mesures nouvelles"

Compte tenu de la faiblesse du produit fiscal chalonnais, de la faiblesse des bases, des 10% de diminution des recettes , le maire indiquait que pour maintenir des finances saines et se laisser la possibilité d'engager de nouveaux projets il fallait recourir à une augmentation maîtrisée de la fiscalité comme le laissait entrendre l'audit. "Nous avons décidé de la limiter à une moyenne de 3€ par mois et par ménage" indiquait le maire en précisant que Chalon est une ville qualifiée de pauvre par l'INSEE et qu'un ménage chalonnais sur deux n'est pas assujetti à l'impôt. Il précisait également qu'il souhaitait que ces 3€ supplémentaires soient intégralement consacrés à des mesures nouvelles souhaitées par les électeurs.

Les mesures nouvelles

Insistant sur le fait que 85% du budget était "impératif" (personnel, charges, contingens obligatoires, remboursement de la dette) et des faibles marges disponibles, le maire présentait ces nouveaux projets autour de quatre thèmes qui, sans surprise, reflètent ceux qui étaient au coeur des engagements de la liste  "Conjuguons Chalon au futur" et sont déclinés en quatre chapitres : Humain, Attractivité, Aménagement et Renforcement du service public.

Plutôt que de résumer en trois lignes chacun de ces points (on les trouvera sous cette forme dans le diaporama), nous mettons à votre disposition leur intégralité dans le rapport présenté par la maire. Parmi ces mesures, les projets d'investissements lourds avec des autorisations de programmes importantes : l'aménagement du carrefour de la Colombière (4 M€ sur 4 ans), la construction de la médiathèque (25 M€ sur 6 ans), le plan de renouvellement urbain (15 M€ sur 15 ans).

 

Photo vivre-a-chalon.comInterventions des conseillers

A la suite de la présentation des orientations budgétaires, le Maire donnait la parole aux conseillers qui le souhaitaient. A commencer par Gilles Platret pour l'opposition. Jacky Dubois pour le groupe Communiste et apparentés, Christian Geleta pour les Radicaux de gauche et Benjamin Griveaux pour le groupe Socialistes et Apparentés, intervenaient eux pour soutenir le projet de budget exposé par Christophe Sirugue ainsi que que Gilles Manière, conseiller sans étiquette.


Fichiers audio des interventions de :

Gilles Platret
Chalon pour tous

Benjamin Griveaux
Socialistes et apparentés
Gilles Manière
conseiller non inscrit
 


 Réponse de Christophe SIRUGUE
A l'issue de ces interventions, Christophe Sirugue concluait le débat avec une réponse à Gilles Platret dont on peut consulter ici un large extrait en images  [ pour voir la vidéo cliquez ici ] et terminait par ces mots : "Conjuguer Chalon au futur ; c'est maintenant, le construire au quotidien ! Avec un pôle humain affirmé, un pôle d'attractivité dynamisé, un pôle de développement soutenu et un pôle de service public renforcé, j'ai l'intime conviction que les orientations budgétaires portées pour 2009 donnent à la Ville de Chalon sur Saône et à ses habitants les moyens nécessaires pour atteindre ces objectifs et respecter les engagements de la Majorité municipale."

 

Les autres sujets abordés au Conseil municipal

A côté du débat d'orientations budgétaires, 46 autres points étaient inscrits à l'ordre du jour. Et certains d'entre eux ont été aussi l'occasion de passes-d'armes entre la majorité et l'opposition.

Le point 14 proposait une nouvelle tarification simplifiée pour la bibliothèque municipale et la gratuité pour les moins de 18 ans. Le point 16 le versement de la subvention à l'Elan : 410 000 € pour la deuxième partie de saison 2008/09 en contrepartie d'un certain nombre d'engagements en terme de missions d'intérêt général.

Le point 28 rapporté par Françoise Verjux-Pelletier, concernait la création d'un Schéma Directeur Municipal de Développement Urbain. Cette importante étude permettra de d'établir un diagnotisc du territoire et d'explorer les futurs développement à 10 et 20 ans. En plus de ce bilan, l'agence retenue devra imaginer trois scénarios assez différents puis travailler sur la mise en oeuvre de celui qui sera retenu. "Il faut attendre l'étude de développement territorial du Grand Chalon (SCOT)" indiquait Gilles Platret. "Au contraire, pour nous inscrire dans ce shéma territorial il est nécessaire que la ville centre sache d'abord comment elle veut évoluer !" répondait le maire.
Le groupe Chalon pour tous s'abstenait lors du vote sur ce point ainsi que les deux suivants (29 et 30) qui concernaient de nouvelles études à réaliser pour la réhabilitation du quartier des Prés-Saint-Jean. "Tout avait été fait et on repart à zéro... " reproche Gilles Platret. "Pas du tout, rétorquait Christophe Sirugue le projet de rénovation actuel ne prenait pas en compte la disparition du collège Jean Zay qui sera affecté à de nouveaux équipements collectifs ni - et c'est incroyable - le centre commercial. Par ailleurs l'ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine) a fait évoluer ses positions sur les démolitions. Cela va permettre de sauver la tour H à laquelle sont attachés les habitants. Nous allons d'ailleurs les associer à toute cette concertation à travers trois groupes d'habitants qui participeront à des réunions et des ateliers, notamment dans une Maison du projet régulièrement ouverte en présence d'un animateur de la concertation et des élus".

Le point 34 concernant la SEM du Parc des expositions, bien que pûrement technique, était encore l'occasion d'intervenir pour le leader de Chalon pour Tous en redisant son opposition à la municipalisation de la SEM et de l'office de Tourisme. "Vous voulez tout collectiviser !"  s'enflammait-il. "La ville paye et doit  combler les déficits... Nous avons effectivement une vision différente du libéralisme que vous professez. Nous voulons quant à nous une politique publique ambitieuse et la maîtrisée" répondait le maire.

Après un point concernant le réaménagement de l'entrée du Musée Niépce devenu urgent, le point 41 permettait une nouvelle intervention du groupe Chalon pour tous. Il s'agissait de voter pour autoriser le lancement d'une étude pour la réalisation de la médiathèque dans les locaux de l'actuel collège Camille Chevalier. "Le Conseil général disait que rénover le collège était trop cher et qu'il fallait en construire un nouveau et maintenant on nous dit que c'est possible de le rénover pour installer la médiathèque" déclarait Valérie Maurer, conseillère municipale d'opposition. "Qui parle de rénover ? s'étonnait Christophe Sirugue, il n'en a jamais été question. Nous aimerions pouvoir garder la façade du bâtiment qui est belle et emblématique. Mais ce sont les architectes qui nous diront si c'est possible... Il n'a jamais été question de conserver les bâtiments du collège. On dirait que vous le découvrez !".
Manifestement c'était le cas... et l'opposition, qui a fait de l'affaire des collèges son cheval de bataille, a du mal à en faire son deuil au moment où leur disparition est actée par tous les partenaires. En toute logique elle votait contre une nouvelle fois.

Les deux derniers points de l'ordre du jour concernaient la prise en compte de la mutualisation des directions générales avec la communauté d'agglomération qui a déjà acté ce partage pour moitié pour générer des économies non négligeables et initier les synergies souhaitées entre la ville centre et les autres communes.

L'adoption du budget figurera à l'ordre du jour du prochain Conseil municipal en février 2008.

Photo vivre-a-chalon.com
Photos vivre-a-chalon.com
- par @La rédaction - 20 déc 2008

Avec Martine Aubry, le rassemblement à gauche

Avec Martine Aubry, le rassemblement à gauche

 Un vote clair pour le renouvellement et le rassemblement à gauche
Après le 1er tour de scrutin pour l’élection du premier secrétaire national, les résultats du vote militant dans la fédération de Saône et Loire sont clairs. Avec 70% des militants qui se sont prononcé en faveur de Martine AUBRY et de Benoît HAMON, un double message de renouvellement et de rassemblement à gauche nous est adressé.

Consolider un collectif pour dépasser les clivages
Ce soir, les militants ont la possibilité de créer une nouvelle dynamique collective pour le parti socialiste. Martine AUBRY, chef d’équipe, va organiser un rassemblement efficace et désintéressé dans l’intérêt du parti socialiste et de la gauche. Cette construction politique avec l’ensemble des familles du parti socialiste va de pair avec un renouvellement des équipes, qu’incarne notamment Benoît HAMON et ses amis.

Faire travailler le parti d’abord, la présidentielle ensuite
L’objet du vote de ce soir n’est pas de mettre en selle une candidature pour l’élection présidentielle mais de refonder le parti socialiste pour donner toutes ses chances à notre candidat(e) en 2012. Martine AUBRY et tous ceux qui l’accompagnent veulent remettre le parti socialiste au travail, et affirmer nos valeurs de gauche. Seule une ligne politique clairement à gauche peut rassurer notre électorat, nous rapprocher des classes populaires et favoriser des alliances fortes avec nos partenaires politiques.

Jouons collectif !
A l’image de la dynamique fédérale que j’ai portée depuis 2005, de travail, de rassemblement, de dépassement des clivages, je vous invite à voter ce soir pour Martine AUBRY.
Jouons collectifs, travaillons sincèrement ensemble dans l’intérêt de tous les socialistes, exprimons clairement ce soir cette volonté de changement à gauche : dans l’intérêt du parti socialiste et pour donner un avenir à la gauche dans ce pays.

Jérôme DURAIN

- par Jérôme Durain - PS71 - 21 nov 2008

PS71 : liberté de vote pour les électeurs de la motion Delanoë

Dans le cadre de l'élection du Premier Secrétaire du Parti socialiste, les militants du département qui s'étaient rangés avec Christophe SIRUGUE derrière la motion Delanoë se sont réunis lundi soir. A l'issue de cette réunion où l'émiettement du parti en quatre quarts a été constaté, aucune consigne de vote n'a été donnée.

Par contre pour ce qui est de l'élection du secrétaire fédéral, étant donné le score réalisé par la motion D, la légitimité de celle-ci à diriger la fédération de Saône et Loire a été reconnue et, pour faire preuve d'un esprit constructif, les militants sont appelés à voter pour Jérôme DURAIN secrétaire sortant. Et la décision d'assumer la position minoritaire et de ne pas participer à l'exécutif a été réaffirmée.

- par La Rédaction - 18 nov 2008

Politique locale : les militants de l'UMP choisissent Gilles PLATRET

C'est avec 60 voix d'avance sur 400 votants que Gilles PLATRET a devancé Sébastien MARTIN dans le scrutin interne de l'UMP pour désigner son délégué dans la 5ème circonscription.

Sur son blog , Sébastien MARTIN prend acte de cette désignation : "Je resterai un militant actif au sein du comité de circonscription et Gilles pourra compter sur moi pour l'accompagner et l'aider dans la nécessaire reconstruction de notre mouvement en Chalonnais".

 

- par Bernard - 18 nov 2008

Parti socialiste - Pour "Un Monde d'Avance 71" avec Benoît Hamon

Le Congrès de Reims n'a pas débouché sur une synthèse, comme il est de coutume. Si on peut le regretter, on ne peut ensuite que constater que trois candidats sont en lice : Ségolène Royal, Martine Aubry, Benoît Hamon.
Les deux derniers s'affirment clairement de gauche, Benoît Hamon ayant l'avantage ne de pas piloter une alliance composite, et de porter une stratégie, un discours fermes et conformes à ce que les français attendent d'un vrai parti d'opposition .
Sa motion, "Un Monde d'Avance", a tiré durant tout le congrès le discours du parti sur la gauche, à partir de propositions concrètes, réalisables si la volonté politique est là.
Car plus que le prix de la cotisation, qui peut être modulée selon les revenus, c'est le contenu du projet qui emporte ou non l'adhésion des sympathisants.

De même en Saône et Loire, nous avons fait des propositions écrites pour redynamiser notre vie collective. C'est sur la base de ces propositions que notre motion maintien ma candidature au poste de premier secrétaire fédéral.

                                                        
Jean-Michel Labonne
Candidat au poste de secrétaire fédéral
pour la motion "un Monde d'Avance 71"

 


Ci dessous, en intégralité, le texte de profession de foi de Benoît Hamon


Mes chers camarades,

Je suis donc aujourd’hui candidat devant vous et jeudi devant tous les militants socialistes.

Je mesure la difficulté d’incarner ici concrètement devant vous cette fonction et ce rôle. Vous vous dites sans doute, celui qui est devant nous peut il être notre Premier Secrétaire ? Ce n’est pas facile d’appréhender concrètement la manière dont chacun de ceux qui parlent aujourd’hui devant vous pourrait posséder et incarner cette responsabilité.

Le premier réflexe, la première clé consiste à comparer les prétendants avec celui qui occupait la fonction juste avant eux : François Hollande. Tout au long de ses mandats à notre tête, j’ai connu de solides désaccords politiques avec lui mais c’est pourtant vers lui qu’avec d’autres, après la synthèse du Mans, je m’étais tourné pour dire qu’il lui revenait de prendre la tête des socialistes pour mener le combat présidentiel. Il a fait un autre choix. J’ai été son secrétaire national à l’Europe quelques mois. Et nous avons alors démontré que nos désaccords stratégiques sur l’Europe n’empêchaient pas le parti défendre une vision exigeante du projet européen en France comme chez tous nos partenaires. Je ne retiens pas de lui et de son mandat un discours en particulier, un trait de caractère, un moment politique gai ou triste, je retiens sa volonté de servir l’intérêt du parti. Celui qui dépasse nos petites personnes. Celui qui suggère l’effacement, d’accepter parfois de renoncer à la lumière, l’intérêt du parti qui appelle la rigueur, la constance et le travail.

Vous disposez dans nos parcours, dans nos actes, dans nos chemins, d’indices qui dessinent je l’espère non pas un profil de candidat, un style, mais le projet politique que chacun d’entre nous servira.

Je tire, sans doute de mes origines provinciales et modestes, une morale, une morale qui accorde une place particulière à la persévérance, à l’effort et au respect. Je ne suis pas candidat contre une personne, je suis le candidat d’un projet, d’une stratégie et d’une conception de la politique. Je veux la clarté plutôt que l’ambiguïté, le renouvellement plutôt que le statu quo. On a beaucoup parlé du TSS dans ce congrès. Le seul TSS qui me motive, c’est le tout sauf Sarkozy. Et si je dois être une arme, je veux que vous sachiez que jamais vous ne trouverez dans mon engagement passé comme dans mes choix actuels de moments ou celle ci s’est tournée contre son camp.

Nous savons aujourd’hui que le parti socialiste va changer en profondeur. Il a déjà commencé à changer. C’est bien. Mais le changement en soi, n’indique pas forcément une direction. La droite réforme le pays, nous voulons aussi réformer. La réforme en soi ne dit pas grand-chose. Deux visions du changement, du rôle, de l’ambition et du projet de notre parti s’opposent aujourd’hui. Je ne veux pas pour ma part de ce changement, de cette rupture qui dresse les socialistes les uns contre les autres. Je ne veux pas de ce changement qui divise, creuse des tranchées. Je souhaite incarner un changement qui jette des ponts entre nous et le reste de la gauche, qui jette des ponts entre nous et le mouvement social, qui jette des ponts entre nous et les milieux populaires. Je veux aussi incarner ce changement pour jeter des ponts entre socialistes là où le poison présidentialiste nous éloigne les uns des autres.

Mes chers camarades les temps qui viennent seront des temps d’épreuve pour les français. De l’épreuve peut naitre le désespoir ou l’espérance. Mais pour que naisse l’espérance et que celle-ci s’incarne dans notre projet politique, il faudra commencer par être aux côté des français et d’abord des milieux populaires dans cette épreuve.

Ce que je sollicite devant vous, ce n’est pas un marche pied, une estrade, un tremplin, encore moins un rôle. Ce que je sollicite devant vous les militants socialistes, au commencement de ce combat, de cette épreuve que nous traverserons ensemble, c’est l’honneur, en votre nom, d’être en première ligne.

- par Jean-Michel LABONNE - 17 nov 2008

Avec Ségolène ROYAL, être fier(e)s d'être socialistes

Être fiers d'être socialistes

Nous avons conscience du décalage entre ce qui se passe dans le monde, dans le pays et ce qui s'est passé au Parti Socialiste. Cela prouve simplement qu'il faut que notre formation politique change. Change ses codes, ses comportements, ses méthodes. C'est de cela dont les militants vont décider jeudi (et éventuellement vendredi) prochain. Cela prouve aussi que notre formation est vivante et qu'elle débat. Cette vie démocratique doit être mieux accompagnée, moins douloureuse et plus constructive.

Ségolène Royal a la volonté de mettre en avant une nouvelle gouvernance de notre parti, renouvelée, rajeunie, resserrée et transparente.
C'est une équipe qu'elle met en avant, et non une personne.

Nous sommes fiers d'être socialistes et Ségolène Royal est la première à porter le socialisme du 21ème siècle : nous avons besoin sur certains sujets d'une certaine radicalité, par exemple pour empêcher les licenciements des entreprises largement bénéficiaires recevant d'importantes aides publiques, en les conditionnant. Mais nous savons aussi qu'il faut renforcer l'efficacité économique des entreprises, favoriser un apaisement des relations sociales, créer un environnement général favorable à une activité économique saine. Cela implique de l'ambition, du pragmatisme, des valeurs fortes et n'est pas contradictoire avec le fait d'être ancré à gauche.

Les Français nous attendent. La gauche nous attend. La force d'être nous-mêmes et la force de changer dépendront de la force que par votre vote, chacune et chacun d'entre vous nous donnera jeudi prochain.

Vincent Müller – Saône-et-Loire
Mandataire de la Motion E “L’espoir à Gauche, fier(e)s d’être Socialiste”

- par Vincent Müller - 17 nov 2008

PS : Tout sauf Ségolène ???

Le lendemain du congrès du PS ou Delanoé a fait acte de NON candidature... et refusé de choisir, il appelle maintenant à voter pour Martine Aubry. Ca va être interessant de voir ce que vont décider les militants PS de Chalon qui soutenaient plutôt Delanoé et s'opposait à la motion de Martine Aubry arrivée largement en première position en Saône et Loire.
Est-ce qu'ils vont se rallier au maire de Lille pour conforter un axe "TSS" (tout sauf Ségolène) ou choisir l'aile gauche représentée par Benoit Hamon ?
- par Denis - 17 nov 2008

Pour Ségolène Royal

 après ce congrès qui a donné une bien mauvaise image de notre parti, je retransmets l'appel de Ségolène Royal pour appuyer sa candidature au poste de Premier secrétaire en espérant qu'elle sera élue pour le renouveler le parti et qu'en Saône et Loire elle fera un meilleur score que pour les motions.

merci de le publier

------------------------------------------------------------------
Profession de foi pour l'élection du Premier secrétaire du Parti socialiste

le jeudi 20 novembre

 

Chèr-e-s camarades,

Au moment où la crise financière aggrave les souffrances, ici et dans le monde, la France attend les socialistes. Elle les appelle. Nous devons répondre, forts, déterminés, audacieux, vigoureux, énergiques.

La parole vous est aujourd'hui redonnée. Immense responsabilité, car c'est vous qui, par votre vote, allez forger l'unité du Parti socialiste et donc sa capacité à se faire entendre et à agir dans le tumulte.

Oui ou non voulons-nous ensemble écrire une nouvelle page de notre histoire, vibrante et populaire ?
Oui ou non voulons-nous bâtir ensemble le socialisme du XXIème siècle ?
Oui ou non, notre parti va-t-il s'ouvrir à toutes les diversités et devenir meilleur que la société qu'il prétend transformer ?
Oui ou non le peuple que j'ai vu tellement présent et attentif au cours de ces derniers mois va-t-il venir vers nous car nous aurons su lui redonner l'espoir ?

Notre avenir est à portée de main. A nous de le saisir. Nous avons les talents individuels. A nous de tisser le talent collectif.

Je veux mettre en valeur une nouvelle génération d'hommes et de femmes, de toutes origines et de tous les territoires. A nous de leur ouvrir les responsabilités et de demander aux anciennes générations d'être là et de leur transmettre l'expérience.
Vous savez que le Parti socialiste peut devenir un grand parti populaire. A nous d'accueillir toutes celles et ceux qui veulent combattre les dégâts du sarkozysme et construire un autre futur.

On nous a fait un procès intellectuellement déloyal sur la question des alliances. Pourtant notre motion est parfaitement claire : l'union de la gauche d'abord, la main tendue à tous les humanistes pour battre la droite, ensuite. Cette question sera soumise à une consultation directe des militants. Je m'y engage.

Vous savez que les jeunes des quartiers populaires et de toutes les couleurs sont massivement venus voter pour nous à l'élection présidentielle. Je les espère au Parti socialiste. A nous d'inventer de nouvelles formes de militantisme.

Les Français nous attendent. La gauche nous attend. La force d'être nous-mêmes et la force de changer dépendront de la force que par votre vote, chacune et chacun d'entre vous nous donnera jeudi prochain. Donnez-nous cette force et cette légitimité qui nous permettront de reprendre l'ouvrage, pour que tous les talents de toutes les motions se rassemblent pour combattre la droite, pour proposer et pour se faire entendre, ici, mais aussi en Europe et sur la scène internationale.

Je vous appelle toutes et tous à venir voter. Car aujourd'hui c'est vous, militantes et militants, qui détenez les clés de notre avenir commun et donc de celui de millions de citoyens qui nous attendent, parfois désespérément. C'est vous qui pouvez donner l'élan de la transformation. Alors, allons-y. Nous pouvons le faire. Nous devons le faire. Nous sommes les socialistes. Nous allons retrouver la fierté de l'être tous ensembles, unis et offensifs. Vous pouvez compter sur moi comme nous comptons sur vous.

Amitiés socialistes,


Ségolène Royal et Vincent Peillon, et toute l'équipe

- par TL - 17 nov 2008

A B C D E F... Explication de texte au Congrès départemental du PS

Au lendemain du vote sur les motions qui avait vu l'arrivée en tête de celle de Ségolène ROYAL au plan national et de celle de Martine AUBRY en Saône et Loire [ voir le compte-rendu ], les militants du Parti socialiste étaient réunis vendredi 7 novembre pour leur congrès départemental à Chalon, salle Marcel Sembat.


Ils étaient accueillis par Christophe SIRUGUE, dont les nouveaux mandats illustrent les réussites socialistes dans les élections locales. Celui-ci rappelait que c'est à Chalon que s'était réuni le premier congrès socialiste en 1905 !

Mais l'heure n'était pas à l'histoire... et ce congrès se déroulant, de manière inhabituelle, le jour même du résultat des votes, c'est « en direct » qu'un certain nombre de choses devaient se régler et se dire. Et cela se sentait dans l'ambiance. Aussi, après un compte-rendu de mandat de Jérôme DURAIN, secrétaire fédéral sortant, une longue interruption de séance permettait à chaque courant de se réunir à huis clos ; qui dans la grande salle, qui dans le restaurant, qui dans une loge... selon la taille.

A l'issue de ces discussions, Arnaud MONTEBOURG, qui soutenait la motion D de Martine AUBRY (47,84% en Saône et Loire) prenait la parole et livrait, avec l'aisance qu'on lui connait, une analyse politique voire géo-politique de la situation du PS dans le monde d'aujourd'hui regrettant que son parti n'ait pas mené, au contraire de la droite, un travail d'analyse, de remise en cause, de structuration. « Cette droite est impopulaire mais toutes les études d'opinion indiquent que les gens ne pensent pas que nous puissions faire mieux ! Nous avons même réussi à faire l'économie d'analyser notre échec, comme le précédent d'ailleurs...
Et au lieu de proposer une feuille de route, nous nous perdons dans des questions de personnes. Coincés entre Besancenot à l'extrême gauche et Bayrou à droite, nous avons besoin de devenir crédibles en restant attachés à nos valeurs. Il faut nous rassembler, rester ancrés à gauche, et prendre également en compte les questions écologiques et sociales ».

 


Après lui, Christophe SIRUGUE mandataire de la motion A (DELANOË) qui a réuni 20% des suffrages, prenait la parole à son tour. « Nous connaissons une situation nationale et internationale sans précécédent. Nos échecs ont conduit Sarkozy au pouvoir. Il a créé une machine de guerre contre nous. Il est en train de détruire les fondamentaux de la République, de la protection sociale, de l'éducation, la place de la France dans les relations internationales. Nombeux sont ceux qui souffrent terriblement de cette politique et ce n'est qu'un début, malheureusement... ».

Sur ces points il y avait sans doute consensus. Il continuait : « L'enjeu du congrès de Reims c'est de porter cette interrogation : pourquoi sommes-nous capables de gagner au plan local et pas au plan national où nous essuyons de graves échecs ? A l'évidence notre parti est paresseux, il ne travaille pas, ne s'interrroge pas ! Où est le débat ? Il n'y a pas assez de « fond », pas assez de rencontres avec les forces vives, le monde associatif, le monde syndical. La coupure est réelle ! Nous sommes inaudibles... mais tout le monde parle en même temps ! Et souvent pour dire le contraire de ce qui vient d'être décidé ».

« On aimerait un peu de chaleur, de camaraderie... »

Et de poursuivre sur un point qu'il abordait sans langue de bois : « Tout le monde parle d'unité ! Bien sûr... mais entre nous on aimerait un peu de chaleur, un peu de camaraderie, un peu de solidarité sur les bilans... et tant que nous n'aurons pas retrouvé cette fraternité, les appels à l'unité resteront dans le domaine de l'incantation ! Et j'ai peur que le congrès n'arrange rien car on retrouve l'éclatement des votes dans toutes les sections. Plus que jamais nous avons besoin de clarté dans les alliances et les positionnements. L'unité n'impose pas le nivellement, ou des alliances incohérentes. »

En conclusion de son intervention, Christophe SIRUGUE indiquait que lui et ses amis avaient décliné l'offre de fonctionnement collégial pour laisser le groupe majoritaire assumer la direction de la Fédération. Il concluait « Pour la toute première fois une motion n'a pas la majorité absolue au plan départemental. On note un éclatement fédéral, une morcellisation du territoire. Cela doit nous interrroger pour la suite ! »

Après lui, Didier MATHUS qui n'avait de mandat mais souhaitait s'exprimer dans cette « réunion de famille » disait quelques mots de l'espoir suscité par la victoire d'OBAMA aux USA « même s'il n'est évidemment pas socialiste ». Il évoquait également la démission de son ami Jean-Luc MÉLENCHON qui souhaite créer une autre formation (dans l'esprit de Die Linke en Allemagne).Il concluait sur sa fidélité au parti créé par Mitterrand qui lui semble irremplaçable et doit régler sa question de leadership.


Les autres motions s'expriment...

La parole était donnée à la représentante de la motion C (HAMON) qui représente l'aile gauche du Parti socialiste. « Avec la crise financière, les débats du congrès se sont déroulés sur les thèmes qui étaient au coeur de nos propositions » se réjouissait Nicole ESCHMANN « Le néo‐libéralisme sombre. Le monde est confronté à quatre crises majeures - crise financière, énergétique, alimentaire et environnementale. Mais notre visibilité est brouillée par les concessions incessantes à une pensée qui n'est pas la nôtre. Il est temps de reconstruire l'espoir à gauche !».

« La motion E a fait peu campagne en Saône et Loire » confessait son représentant, Vincent MULLER qui indiquait aux congressistes que son courant ne participerait à une direction collégiale que dans le cas où toute les tendances seraient représentée. Ce qui paraissait compromis !

Après quelques interventions de la salle, la commission qui avait contrôlé les votes donnait les résultats définitifs après vérification. Les votes de certaines sections avaient été invalidés pour non respect des statuts mais cela n'avait que très peu d'influence sur les résultats finaux. Les courants pouvaient alors se retrouver à huis-clos pour désigner leurs représentants.

Jérôme DURAIN - Photo vivre-a-chalon.comA la reprise de la séance et l'annonce des noms des représentants de chaque groupe représenté, Jérôme DURAIN reprenait la parole pour regretter la position de la motion A : « C'est justement parce que nous ne sommes pas majoritaires qu'il y a une logique à travailler tous ensemble comme nous le faisons dans les différents exécutifs ou municipalités dans lesquels nous sommes élus. En tous cas, je le redis, notre main reste tendue ! ».

Trois candidats au poste de secrétaire fédéral

Le congrès se terminait sur les déclarations de candidatures au poste de secrétaire fédéral.
Si Jérôme DURAIN appartenant au courant majoritaire confirmait sa candidature, Jean-Michel LABONNE, co-mandataire de la motion C (HAMON) indiquait qu' il avait décidé de présenter sa candidature car les neufs propositions faites à motion majoritaire concernant le fonctionnement interne avait été refusées. Mais il ne fermait pas la porte à un accord qui pourrait intervenir d'ici le vote qui aura lieu dans trois semaines après le congrès de Reims.

De façon plus anecdotique, un militant de base, Rodolphe BRETIN se présentait « hors motion » et exprimait dans sa déclaration un rejet de François HOLLANDE et de l'ancienne direction nationale.

Il n'a évidemment aucune chance d'être élu mais le sentiment qu'il manifestait avait été exprimé par quelques intervenants dans la salle et explique sans doute l'échec de la motion de Bertrand DELANOE au plan national.

Le congrès de Reims se tiendra du 14 au 16 novembre 2008.

 


Répartition des sièges au Conseil fédéral 71 en fonction des résultats

  • Motion A (Delanoë) : 9 sièges au conseil fédéral et un représentant au congrès de Reims
  • Motion C (Hamon) : 7 sièges  et 1 représentant au congrès
  • Motion D (Aubry) : 20 sièges et 4 délégués
  • La motion E (Royal) avait droit à 5 sièges mais n'ayant que 3 représentants, les congressistes décidaient à la majorité (contre l'avis des représentants de la la motion C qui souhaitaient s'en tenir aux statuts) d'attribuer les deux sièges disponibles aux représentants du Pôle écologique (motion B) plutôt que de rajouter deux sièges à la motion majoritaire qui en détenait déjà 20.


Photos vivre-a-chalon.com
- par La rédaction - 8 nov 2008

Politique locale : les militants de l'UMP en réunion à huis-clos

Vendredi soir, la politique faisait étape place Mathias à Chalon puisque pendant que se tenait le congrès fédéral du Parti socialiste dans la salle Marcel Sembat, à quelques dizaines de mètres les militants UMP de la 5ème circonscritption se réunissait seà huis clos à la Maison des syndicats dans le cadre de la campagne de déignation de leur délégué de circonscription.

- par Bernard - 8 nov 2008




 
Tipi.net
  pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle