politique - chalon sur saone

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

EN CE MOMENT...

 

Élections Européennes : Jean François Hory ( P.R.G) : De Mayotte à Strasbourg en passant par Beaune

 

Jean-François Hory, décédé fin décembre 2017, à la clinique Sainte Marie, a été lui aussi député européen, durant dix ans de 1989 à 1999. « il se consacra aussi à la défense de l’agriculture bourguignonne au Parlement européen » avait relevé, l'ancien ministre, sylvia Pinel, en hommage à cette personnalité.


ÉLU TOUT D'ABORD DE MAYOTTE
Cet Intellectuel de haute volée, pratiquait également le sport, essentiellement la natation et le hand-ball.Nommé,secrétaire général de la préfecture de Mayotte,celui qui avait des attaches familiales à Beaune et à Saint Rémy,a été président du plus vieux parti de France, le Parti Radical ancré à Gauche depuis de longues année.

 

Aux législatives de 1981 suivant l’élection de François Mitterrand, M.Hory fut élu député de cette île. Sa carrière politique l’éloigna quelque temps de Mayotte, il revint un temps s’y installer en tant qu’avocat.


AUX COTES DE BERNARD TAPIE EN 1994
Jean François Hory, a siégé dix ans aux parlement européen, élu sur la liste socialiste en 1989, il est à nouveau élu, cinq années plus tard. En 1994, il est même deuxième de la liste « Énergie Radicale », conduite par Bernard Tapis. Un temps président du P.R.G , il tente d'être candidat à la présidence de la république, en vain.


Retiré à Beaune, il continue d'être un observateur attentif de la vie politique, il rédige des articles pour le quotidien, «   La Dépêche du Midi », il a collaboré régulièrement, aux « Échos des Communes », un bimensuel de Beaune et « Aux Nouvelles de Mayotte », dont la dernière chronique faisait suite au décès de Johnny Hallyday. 


Prochain article : Marie Thérèse Mutin , première bourguignonne au parlement européen

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 
- par Daniel DERIOT - 20 mai 2019

Les européennes passent aussi par le marché de la place Saint Vincent

Les européennes passent aussi par le marché.


Dernier dimanche de campagne, pour les militants et supporters de plusieurs listes en présence pour l'unique tour des élections européennes fixées au 26 Mai prochain.


Ce matin, Place Saint Vincent, différentes équipes étaient en présence, notamment devant la Cathédrale, afin de distribuer programmes et circulaires. Côte à côte, se retrouvaient plusieurs élus municipaux : pour la liste socialiste, l'élue régionale Nathalie Leblanc avec le sénateur Jérome Durain, pour la liste « Les Républicains », les adjoints Évelyne Lefebvre et Paul Thébault ; pour les écologistes , Mourad Laoués et la co -secrétaire régionale , Claire Mallard.
Des marcheurs, de La République En Marche avec Philippe Exertier et le député Raphaël Gauvain, proposaient un jeu afin de découvrir les capitales des 28 pays européens.

 
 
- par Daniel DERIOT - 19 mai 2019

Élections Européennes : Philippe Malaud, de Matour au Parlement Européen, en passant par les ministères

 

En 1984, lorsqu'il devient député européen, Philippe Malaud, est encore conseiller général du canton de Matour, conseiller municipal de Macon et surtout Président national du Centre National des Indépendants et Paysans ( C.N.I.P ). C'est d'ailleurs, au titre de cette formation politique, que celui qui a été député de Macon, Président du conseil général, figure sur la liste U.D.F-R.P .R conduite par Simone Veil. Une liste sur laquelle figurait aussi un certain Dominique Perben, « jeune maire » de Chalon.

 

 

DES MINISTÈRES A MATOUR
Philippe Malaud, a eu de longues expériences, tout d'abord, comme attaché d' ambassades puis dans les cabinets ministériels avant de devenir Secrétaire d'Etat et Ministre. Puis en qualité d'élu local, il devient maire de Dompierre les Ormes en 1965, détrône M°Claudien Nesme, de ses fonctions de conseiller général en 1967, dans le canton de Matour.
En mars 1970, grâce aux renforts de quelques conseillers généraux radicaux socialistes, Philippe Malaud, député depuis deux ans, devient Président du conseil général, il le restera 9 ans. La vague rose de 1981, emporte le député de la 1ére circonscription, il porta aussi les couleurs de l'union de l'opposition en Mars 1983, à Macon, face au maire sortant, le socialiste, Michel Antoine Rognard. En 1983, Jean Patrick Courtois succède à Philippe Malaud, à la mairie de Dompierre les ormes et ironie de l'histoire cantonale, en 1992, ce même M. Courtois devient conseiller général du canton de Matour, en devançant Philippe Malaud, dès le premier tour.


CHEF DE PARTI A PARIS...MAIS CONTESTE EN SAONE ET LOIRE
Philippe Malaud, était un personnage, très à droite, n'excluant pas certaines alliances avec l'extrême droite, à Paris...Celui qui a été président du conseil général, devenant «l'homme fort » du département, du moins pour la droite a dû faire face aux gaullistes, à André Jarrot, tout d 'abord ; puis dès 1983 à la montée de Dominique Perben. Ses liens avec les indépendants, relevaient plus du « partage géographique » que du partage des idées...Ses relations politiques ne furent pas toujours très amicales avec le Sénateur Maire d'Autun, Marcel Lucotte...D'ailleurs, Philippe Malaud, candidat aux sénatoriales, n'a jamais été élu à cette fonction, alors qu'il a cumulé de nombreuses mandats électifs, par ailleurs.


Ce libéral aux convictions très fortes, s'est ensuite éloigné du C.N.I.P qu'il a présidé jusqu'en 1987, mais aussi de notre département. Il avait conservé jusqu'à son décès sa résidence et des attaches à Dompierre Les ormes mais le plus souvent, il résidait à Paris, ou il est décédé en Octobre 2007.


N.D.R : Notre rubrique dédiée aux bourguignons ayant été députés européens, reprendra lundi.

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 
 
- par Daniel DERIOT - 17 mai 2019

Européennes : « Envie, besoin, désir d'Europe » pour les socialistes de Givry et de la Côte Chalonnaise

« L'Europe, c'est une nécessité pour la paix, mais aussi pour une régulation économique et sociale entre les grands blocs que sont les États Unis, la Chine et la Russie sans oublier un atout pour mieux faire face aux enjeux environnementaux et écologiques » ont expliqué les intervenants socialistes et radicaux, mercredi soir à la salle des fêtes de Givry.


« AU FAIT AVEC QUI VONT S'ALLIER LES ELUS DE M.MACRON ? »
A l'invitation de la section cantonale du P.S animée par Jean Michel Boivin et Marc Béchet, tour à tour, Émilien Bonnetain ( Secrétaire fédéral en charge de l'Europe), Tristan Bathiard ( pour le P.R.G) et Violaine Gillet ( Première Secrétaire Fédérale du PS) ont apporté des explications sur leurs motivations de soutiens à la liste conduite par Raphaël Glucksmann.

 

 

 

L'élu régional, Franck Charlier, a relevé « les fondations de l'Europe sont solides ; Erasmus, c'est du concret pour les étudiants » alors que l'élu de Saint Rémy, Tristan Bathiard ( P.R.G) a dénoncé « une élection confisquée » par M.Macron.. »

 

Avec qui vont s'allier les élus de Renaissance » a interrogé, Violaine Gillet, en évoquant l'importance du Groupe Socialiste au Parlement Européen.

 

LE PACTE FRANCE-CLIMAT-BIODIVERSITÉ
« La liste que nous soutenons est ouverte, elle fédère différentes sensibilités avec notamment l'écologiste Claire Nouvian, ayant reçu l'équivalent d'un prix Nobel pour ses engagements en faveur de ces combats contre les industriels de la pêche, l'économiste, Pierre Larrouturou, initiateur du pacte France-Climat-Biodiversité Européen » ont mis en avant les différents intervenants. Ces derniers, ont expliqué les compétences entre les différentes institutions territoriales et ont décliné les propositions contenues dans le programme des socialistes européens sur les sujets économiques, sociaux et environnementaux.


« DU ROSE AU PARLEMENT EUROPÉEN »
Plusieurs participants ont dénoncé « l'absence d'unité à gauche » alors que d'autres ont « évoqué, une gauche diverse aussi à l'échelon de l'Europe et divisée à l'échelon national ».. »Le besoin de plus de rose au parlement européen est une nécessité, cela a notamment permis une harmonisation des travailleurs déplacés ou encore une augmentation du nombre de jours pour les congés parentaux », histoire de rappeler que « L'Europe, c'est aussi du quotidien et de la proximité palpable » ...


Nos photos : L'assistance- Les animateurs de la soirée : Jean Marc Boivin- Marc Béchet- les intervenants : Aurélien Bonnetain- Tristan Bathiard- Violaine Gillet-

- par Daniel DERIOT - 16 mai 2019

Élections Européennes : Le Dijonnais Pierre Pribetich, a été député européen deux ans : « Des consensus sans doute plus faciles qu'à l'Assemblée Nationale »

 

Ce dijonnais, professeur à l'université de Bourgogne, proche de François Rebsamen, maire de Dijon, a été député européen de 2012 à 2014 . « Une expérience très intéressante, passionnante même » reconnaît celui qui siège au conseil municipal de la capitale régionale depuis 18 ans , déjà...

 

 

 


A LA PLACE DE PIERRE MOSCOVICI
M. Pribetich, a siégé au parlement européen, de Juillet 2012 à Juillet 2014, il a remplacé, Pierre Moscovici, alors que ce dernier redevenait député du Doubs ( 1 ). « J'ai été enthousiasmé par ce mandat électif », remarque l'élu dijonnais, qui a été l'un des adjoints de François Rebsamen mais aussi Vice Président du Grand Dijon, devenu Dijon Métropole.

Socialiste, il a donc siégé naturellement au sein du groupe des socialistes européen, l'un des groupes les plus importants du parlement européen.


DE LA POLITIQUE AUTOMOBILE... A LA PROBLÉMATIQUE DES BALKANS ET DU KOSOVO
Le remplaçant de Pierre Moscovici, a naturellement hérité des dossiers suivis et portés par son prédécesseur. C'est ainsi que le dijonnais, s'est intéressé aux ceux de la politique industrielle et notamment ceux liés à l'automobile ou encore aux problématiques des Balkans, du Kosovo et de la Géorgie...

 

Rapporteur d'un dossier sur la politique spatiale européenne, Pierre Pribetich, relève «  Nous trouvons souvent des compromis. Il y existe tout une phase très importante de négociations, tout d'abord au sein de notre groupe politique mais aussi avec nos collègues écologistes, de la gauche radicale et du P.P.E .C'est plutôt la politique des petits pas que des affrontements stériles, les débats sont très intéressants » poursuit, celui qui a continué d'enseigner à la Faculté de Bourgogne.


DERRIERE CATHERINE TRAUTMANN
Voilà 5 ans, Pierre Pribetich, était numéro trois sur la liste conduite par le syndicaliste Edouard Martin, seul élu...La numéro 2, Catherine Tautrmann, députée européenne sortante avait cédé la tête de liste du Grand Est, à l'ex métallurgiste des hauts fourneaux de Lorraine....4éme adjoint au maire de la ville de Dijon, il est aussi premier vice président de Dijon Métropole, il est âgé de 63 ans.


( 1) Dans la circonscription de Montbéliard, dont l'un des députés a été Guy Bêche, socialiste né à Frangy en Bresse, frère de René Bêche, ancien adjoint en charge des sports à la mairie de Chalon de 1977 à 1983.


Prochain volet : Philippe Malaud, du canton de Matour à l'Europe en passant par les ministères.

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

- par Daniel DERIOT - 16 mai 2019

Élections Européennes : Le colérique Michel Collinot (F.N) emporté par ses colères

Personnage important de la galaxie du Front National dans les années 80 , Michel Collinot, est élu député européen lors des élections de juin 1984. Alors proche de Jean Marie Le Pen, il n'est toutefois pas l'un des fondateurs du Front National, il a rejoint la formation d'extrême droite avec Jean Pierre Stirbois en 1977, trois ans seulement après la naissance du parti.


UNE FETE ANTI HUMA... LES BLEUS-BLANCS-ROUGE ( B.B.R )
Michel Collinot a un certain sens de l’organisation qui toutefois se révélera fatidique et mettra fin à une carrière politique tant à la fois au sein du Front National que dans notre région.
Au sein du F.N, Michel Collinot est en charge notamment de la communication externe , c'est lui qui lance une fête des bleus Blancs Rouges ( B.B.R ) pour être le pendant pour l'extrême droite de la populaire fête de l'humanité, le rendez vous annuel du Parti Communiste Français à la Courneuve, en banlieue parisienne.


Les premières fêtes sont un succès. M. Collinot, accède au parlement européen, débarque dans notre région et plus précisément dans notre département. Il est élu conseiller régional en 1986, reconduit en 1992. Il a aussi mis la main sur la fédération départementale du Front National, cette dernière avait alors à a tête Mme Jeanin Naltet, une chalonnaise retraitée, proche de Jean Marie Le Pen. Michel Collinot, y place quelques uns de ses proches comme le chalonnais Jean Coupat.

 


L' HOMME DES COUPS....ET DES COLERES
Michel Collinot est un impulsif. Si ces « coups » sont remarqués au sein du Front National, tant au sein de « National Hebdo » qu'au sein de « Radio Le Pen », il doit faire face en interne à l'échelon national mais aussi à l'échelon régional à d'autres personnages lui portant une certaine inimitié, aux parcours différents, c'est le cas notamment avec le beaunois Pierre Jaboulet-Verchère...qui a rejoint le F.N après avoir été encarté au R.P.R !
En 1989, il n'est pas reconduit député européen, il et toujours conseiller régional , affronte le député Didier Mathus, lors des élection législatives de mars 1993, dan la circonscription composée de communes du bassin minier, il totalise 10 % des votants .....En juin 1995, il devient conseiller municipal de Montceau... Dans cette ville, alors qu'un meeting du F.N , ponctué de violences physiques Il termine a carrière politique, un temps, il et même interné dan un hôpital psychiatrique à Bourg , suite à de nouvelles colères .


Retiré de la vie politique, Michel Collinot est âgé de 73 ans, il a aussi quitté notre région.
Précisions : Nous avons omis de citer dans la liste des députés européens élus de Bourgogne, M.Philippe Malaud. L'ancien Ministre, député de Macon de 1968 à 1981, a été élu député européen en 1984... Nous reviendrons naturellement sur sa longue carrière d'élu, dans le cadre de cette rubrique.


Prochain article : Le dijonnais Pierre Pribetich «  Des consensus possibles à l'échelon du parlement européen... »

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

- par Daniel DERIOT - 15 mai 2019

Européennes : La Bourgogne au Parlement Européen : Un peu moins d'une dizaine de députés européens originaires de notre région

De l'agriculteur Dijonnais, Charles Delatte, premier élu bourguignon au parlement européen en 1979 au bressan Arnaud Danjean, ils ont représenté aussi notre région à Strasbourg et à Bruxelles. Qui sont ils ? Quels parcours ? Que deviennent ils ? À ces interrogations, nous évoqueront leur parcours professionnels, politiques et associatifs.


DEUX DEPUTES AYANT DES ATTACHES EN SAONE ET LOIRE
Ils sont tout juste un peu moins d'une dizaine, de Saône et Loire mais aussi e Côte d'or. A ces régionaux connus pour leurs engagements, nous complétons avec deux autres parlementaires européens, cette série d'articles , le brionnais, Jean Pierre Raffin, cet écologiste a siégé de 1991 à 1994 et la chalonnaise, Marie Christine Vergiat. L'ancienne lycéenne de Pontus de tyard, dont les parents ont résidé aux Charreaux, termine un second mandat, elle n'est pas à nouveau candidate.

 


DES ELUS SOUVENT RÉGIONAUX... RAREMENT LOCAUX
Plusieurs de ces élus ont eu parallèlement un mandat régional, c'est le cas du frontiste Michel Collinot ( député de 1984 à 1994), du chasseur Michel Raymond ( élu européen 1999-2004), ou encore de la socialiste Marie Thérèse Mutin ( 1997-1999). Peu d'entre eux, ont eu un mandat électif local à l’exception de Mme Mutin, maire de Cessey le Tille, dans le canton de Genlis, de 1974 à 1995 ou encore de Pierre Pribetich, adjoint au maire de Dijon, élu de la capitale régionale depuis mars 2001 . . L'actuel député européen, Arnaud Danjean, a siégé au conseil régional mais n'a jamais eu de mandat local.


A Suivre : Michel Collinot : le proche de Jean Marie Le Pen , emporté par ses colères....

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

- par Daniel DERIOT - 14 mai 2019

Farges-lès-Chalon a voté une motion de soutien au mouvement des Coquelicots

La Mairie de Farges-lès-Chalon a voté une motion de soutien au mouvement des Coquelicots demandant la sortie de tous les pesticides de synthèse. Cette motion a été votée le 10 mai en conseil municipal.
- par EELV Bourgogne - 13 mai 2019

Municipales 2020 : Une élection peut en cacher une autre : Après le européennes...Les municipales, et cela se prépare à Chalon et à Chatenoy le Royal

La campagne des prochaines élections européennes se déroulant le dimanche 26 Mai prochain a pris un coup d'accélérateur avec successivement la venue du ministre Gérald Darnamin, ce dimanche succédant à Nathalie Loiseau (LREM) mais aussi à la venue de Sylvie Guillaume ( PS ) et avec la tête de liste ( LR), François Xavier Bellamy , annoncé pour jeudi prochain. 


Dans le même temps, la préparation des municipales, à Chalon mais aussi dans plusieurs villes de l'agglomération et au delà, semble décoller.

 


UN PREMIER ATELIER  CITOYEN A CHALON, LUNDI A 18 H 30 
Jusqu'alors, à l'exception de l'association "Itinéraire (s) bis", les municipales n'intéressaient que certains cercles d’initiés : après la défaite aussi sévère qu'inattendue de mars 2014, le groupe municipal d'opposition "Chalon Autrement" ( gauche) et celui du grand Chalon "Convergences sont présidés par Christophe Sirugue.

Au sein du conseil municipal de Chalon tout comme au Grand Chalon, la contradiction à Gilles Platret et à Sébastien Martin, est souvent portée par Nathalie Leblanc, élue socialiste chalonnaise. Elle est de temps à autre en fonction des dossiers relayée par ses collègues, Françoise Pelletier-Verjux,  Francine Chopard, Christian Villeboeuf, Mourad Laoués, écologiste ou encore au Grand-Chalon, par l'élu radical de Saint Rémy, Tristan Bathiard. 

 
PLUSIEURS COLLECTIFS AVEC «  CHALON CITOYEN »
Ce lundi, après plusieurs rencontres entre l'association "Chalon Citoyen" et les différents collectifs, c'est un premier atelier qui est organisé du côté de la Fontaine au Loup...histoire d'écrire le premier chapitre,d'un futur projet municipal.."Rien n'est acté" affirment à l'unisson les organisateurs.Ces derniers semblent d'accord sur une méthode, une charte et un objectif, celui d'une seule liste à dominante  citoyenne bénéficiant du  soutien des différentes composantes de gauche. Reste à savoir comment vont réagir les militants de "La France Insoumise" souhaitant participer eux aussi aux municipales et les membres de "Chalon Itinéraire (S) Bis" ! 


UNE ÉQUIPE- UN PROGRAMME- MAIS AUSSI LE CAPITAINE
Se posera bientôt, la trilogie : Capitaine ( tête de liste)-équipe et projet...Tous affirment en chœur, "il n'y a pas d'homme ou de femme providentiel" , c'est aussi vrai pour un autre camp, celui qui entend  rassembler à "Droite" et à "Gauche", de "La République En Marche"...version 2020....de la présidentielle de 2017 ou encore d'un certain "Chalon d'Abord", une liste de centre gauche, conduite par M° Alain Guignard....en mars 1983 face aux listes d'union de la Gauche ( avec Maurice Mathus) et de l'Union de la Droite ( Dominique Perben) .

M° Guignard, avait rallié entre les deux tours, la liste d'union de la gauche, après bien des contorsions et péripéties, qui divisèrent alors cette troisième liste. Cette dernière avait comme logo : l'obélisque....Elle comptait parmi ses membres, Guy Obozil, qui est devenu par la suite conseiller régional ,élu sous l'étiquette "Chasse Pêche Nature et Traditions"...

 


A CHATENOY LE ROYAL : CE SERA JEUDI A 20 H 
Autre rencontre programmée, jeudi à Chatenoy le Royal. Depuis le changement de majorité municipale de Mars 2001, l'opposition de gauche devra faire face probablement à un ticket composé du sénateur Marie Mercier et du maire sortant, élu départemental, Vincent Bergeret.


Une deuxième rencontre, aura lieu donc, jeudi à 20 H, salle Rameau, à l’initiative de l'association "Mascaret" , contribuant à regrouper l'opposition de gauche.Thème de cette rencontre "La participation citoyenne"...


Une gauche multicolores désormais,; puisqu'aux côtés du rose, du rouge et de leurs dégradés respectifs se trouve celle du vert. Un vert  apparaissant  pour l'heure dominant, du moins dans les sondages pour les européennes. Voilà qui pourrait donner de l'envie à certains, du moins dans les rapports de force respectifs, de peser un peu plus, dans les programme mais aussi dans les futurs listes....



- par Daniel DERIOT - 13 mai 2019

Européennes : Gérald Darmanin, distribue le projet « Renaissance » de La République En Marche

 

Avec ses amis marcheurs du département, le ministre de l'Action et des Comptes Publics, Gérald Darmanin, a arpenté les marchés dominicaux de Chagny puis de Chalon, ce jour.

 


« LORSQUE JE SUIS VENU SOUTENIR SÉBASTIEN MARTIN, IL A GAGNE »
Aux côtés du référent départemental, Philippe Exertier, étaient présent les députés Rémy Rebeyrotte et Raphaël Gauvain, mais aussi le sénateur, François Patriat, Vincent Chauvet, maire d'Autun, président du Modem 71, les maires de Bey : Philippe Decroocq et Alain Rousselot-Pailley de Chatenoy en Bresse. Ancien maire de Tourcoing, Gérald Darmanin, connait bien notre ville, avant les municipales de 2014, en 2013, il était venu soutenir Sébastien Martin, actuel président du Grand Chalon. «  Vous avez vu, il a gagné après mon passage » a relevé avec une note d'humour, le ministre, porteur lui aussi du projet « Renaissance » porté par la liste conduite par Nathalie Loiseau, soutenu par « La République En Marche », le « Modem », « Agir » et le « Mouvement Radical, Social, Libéral ».

 

PLUTÔT UN BON ACCUEIL
« Nous bénéficions plutôt d'un von accueil » a relevé, Philippe Exertier. Les marcheurs ont croisé sur le marché de Chagny, des militants de la France Insoumise et sur celui de Chalon, des militants de « Les Républicains »,l'ancienne formation politique de M. Darmanin.

 

 

- par Daniel DERIOT - 12 mai 2019

Européennes : Débat à gauche, Lettre ouverte d'un militant du P.S de Gueugnon

Lettre à Benoit, Emmanuel, Denis, Jean-Luc et les autres 1
D’abord qui est celui qui vous adresse cette lettre à l’approche des élections européennes ?


Membre du Parti Socialiste depuis 1963 (à 18 ans, à l’époque de la SFIO de Guy Mollet avec liste unique), toujours à son aile gauche depuis le CERES avec Jean-Pierre Chevènement, ayant vécu de l’intérieur le Congrès d’Epinay que je pourrais vous raconter, je n’ai, tout au long de ma vie militante, eu de cesse que de prôner l’unité réalisée à Epinay où un grand parti est né du rassemblement de toutes les chapelles d’une gauche éparpillée à l’époque, chapelles qui , en dépassant leurs prés carrés, ont permis l’édifice de cette cathédrale du socialisme qui conquit l’Elysée le 10 mai 1981.


Et vous, Benoit, Emmanuel, Denis, Jean-Luc et bien d’autres, vous fûtes, par la suite, durablement de ce combat au niveau des entreprises, des territoires voire des fêtes de la rose comme celle de Frangy en Bresse, des collectivités comme à Massy avec Claude Germon (n’est-ce pas Jean-Luc !) malgré les différences voire les divergences reconnues statutairement, notre socle commun les dépassant pour vivifier le peuple de gauche.
Et vous étiez conseiller général, conseiller régional, député, sénateur, nos sections vous ayant fait confiance, le PS vous ayant fait confiance.
Bien sûr, nous avons connu des défaites, des défaillances, des erreurs.


Cependant, à chaque fois, nous les avons solutionnées car l’intérêt supérieur de la classe ouvrière nous obligeait à mettre nos égos sous le boisseau car il y avait, au bout du chemin souvent semé d’obstacles toujours surmontés, des avancées sociétales et sociales maintenant pérennes.

Puis, patatras, serions-nous revenus à l’année 1969 où le PS, avec Gaston Defferre à la présidentielle, était grosso-modo à la situation d’aujourd’hui !
Puis, patatras, les vieux démons des chapelles, des égos resurgissent, chacun pensant que la sienne est plus belle, plus forte, mieux lotie que les autres.
Et vous qui avez vécu à vos postes électifs, de tous niveaux, grâce au PS, vous l’avez quitté ou vous le quittez parce que vous n’avez pas la mainmise sur lui, que vous voulez être votre propre chef sans vous soucier des autres alors que l’unité mérite de surmonter différences d’opinion et divisions dans la démarche pour une aventure collective.


Cette attitude s’apparente, pour moi, à une forme de trahison par rapport aux figures tutélaires du Parti Socialiste que furent Jean Jaurès, Léon Blum, François Mitterrand ; par rapport aux avancées sociales et sociétales que furent les premiers congés payés en 1936 et l’abolition de la peine de mort en 1981 pour ne citer que ces deux exemples emblématiques de notre politique.
C’est au Parti Socialiste et à lui seul que nous les devons car il était bouillonnant de divergences mais uni pour les travailleurs, pour leur bien et leurs droits comme les « Lois Auroux » de démocratie dans l’entreprise.
Et, maintenant, en le quittant alors qu’il vous a permis d’être un élu, vous niez, d’une manière ou d’une autre, toute notre histoire.
Et vous continuez à agir, dans le sens de la division pour ces élections européennes. Alors que la somme globale de vos prénoms tous issus aux ¾ du Parti Socialiste, avec Olivier et Raphaël, oscille entre 25 et 28%, autrement dit la première place avec un puissant impact politique et médiatique, sans compter Ian ; votre éclatement vous situe entre 2% et 10% pour chaque liste.
Quelle honte ! Quelle galère !

Surtout pour ces électeurs de gauche perdus devant cette absurdité.
L’unité dépassant naturellement les idées, les programmes qui d’ailleurs ont d’évidentes similitudes.
Benoit, Emmanuel, Denis, Jean-Luc, Yannick, il existait un espoir que vous n’avez pas voulu saisir parce qu’il venait du Parti Socialiste qui souhaitait ardemment l’union de la gauche et de l’écologie dans l’élection européenne, sans sélection de tête ; à tel point qu’il a laissé, à juste titre, la première place à une personnalité qui n’était pas issue de ses rangs ; liste d’ouverture pour laquelle je voterai parce qu’elle permet aux gens de gauche de s’exprimer pour l’unité, d’autant que Raphaël a signé avec Paul (Paul Magnette, tête de liste PS en Belgique, en 2016 opposé au CETA avec sa région de Wallonie) l’Appel à une autre Europe cosigné également par la Confédération Européenne des Syndicats.

Cela m’a rappelé le Congrès de l’Unité des Socialistes d’Epinay en 1971 auquel, pour mémoire, j’ai participé au titre du Cérès, congrès qui a abouti à l’élection comme 1er Secrétaire de François Mitterrand issu de la Convention des Institutions Républicaines, l’équivalent de Place Publique aujourd’hui !
Voilà ce que je voulais vous dire, voilà mon « coup de gueule » en ce 1er mai 2019 d’un militant qui compte 56 années de carte au Parti Socialiste, parti auquel je suis plus fidèle que jamais même s’il se trouve en zone de très fortes turbulences, comme en 1969 !


Vu tout ce que j’ai vécu, tous les congrès départementaux et nationaux que j’ai fait, cela n’effraie ni ne décourage l’élu municipal que je fus de 1977 à 2001 à Gueugnon.
Pour conclure : pourquoi ne pas imaginer, comme il y eut Vatican 2, un Epinay 2, congrès de l’Unité des Socialistes de ce siècle ; le nouvel aggiornamento d’une belle idée depuis 1905, cinquante ans après le 1er !

Jean-François Forest

Précisions ( 1) :
Benoit pour Benoit Hamon, Emmanuel pour Emmanuel Maurel, Denis pour Denis Lamard, Jean-Luc pour Jean-Luc Mélenchon qui militèrent longtemps au PS et dont j’ai signé les motions de Congrès depuis les années 80, ma dernière signature étant allée à Emmanuel Maurel qu’accompagnait Denis Lamard.

Transmis par Daniel Dériot

- par Tra,smis par Deriot Daniel - 10 mai 2019

Européennes : Des rendez vous dans notre ville et à Chagny

UN MINISTRE EN CAMPAGNE DIMANCHE A CHALON ET CHAGNY
Gérald Darmanin, Ministre de l'Action et des Comptes Publics, sera à Chagny et Chalon sur Saône, ce dimanche matin. Il accompagnera les marcheurs de « La République En Marche » faisant campagne pour la liste « Renaissance » conduite par Nathalie Loiseau, sur laquelle figure notamment l'agriculteur Jérémy Decercle.

« UNE AUTRE POLITIQUE AGRICOLE » : THEME D'UN DÉBAT, LUNDI SOIR
lundi 13 mai 2019 dans la salle des congrès de la maison des syndicats à 20h30.
Le 26 mai prochain, les citoyen ne·s sont appelé·e·s aux urnes pour élire leurs futur·e·s député·e·s européen·ne·s. Les résultats de cette élection auront un impact déterminant pour notre modèle agricole et alimentaire au travers de la Politique Agricole Commune (PAC). Pour ouvrir le débat et sensibiliser la société civile à cet enjeu, la Confédération paysanne de Bourgogne-Franche- Comté et ses partenaires organisent une table de débat citoyen en région le 13 mai à Chalon-sur-Saône.


Mettre la PAC au menu de la campagne
Pour sensibiliser et mobiliser la société civile autour des enjeux liés à la politique agricole, la plateforme Pour une autre PAC lance une dynamique d’échange et de partage entre les citoyen·ne·s et leurs futur·e·s représentant·e·s au Parlement européen. À cette occasion, plusieurs dizaines de débats sont organisés partout en France, pour mettre autour de la table paysan·ne·s, citoyen·ne·s et candidat·e·s aux élections européennes, pour les faire se rencontrer et dialoguer ensemble. Pour que les bourguignons et les francs-comtois aient aussi droit à la parole, la Confédération paysanne de Bourgogne-Franche-Comté, membre de la plateforme Pour une autre PAC, organise un débat citoyen en présence de candidats aux élections européennes ou de leur représentant, ouvert à tou·te·s :

À propos de Pour une autre PAC
Rassemblant 36 organisations paysannes, environnementales, de bien-être animal, de solidarité internationale et de citoyen·ne·s-consommateur·rice·s, la plateforme Pour une autre PAC est l’une desparties prenantes françaises les plus impliquées dans la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) post 2020. Depuis plus de deux ans, le collectif porte des propositions concrètes de révision decette politique pour qu’elle devienne enfin cohérente, juste, durable et saine pour toutes et tous.

FRANCOIS-XAVIER BELLAMY ( LR )-ARNAUD DANJEAN : JEUDI 16 MAI DANS NOTRE VILLE
A L'invitation de Gilles Platret, Président de la Fédération départementale de « Les Républicains », la tête de liste François-Xavier Bellamy animera avec 'Arnaud Danjean  jeudi en début de soirée un meeting, salle Marcel Sembat.

- par Daniel DERIOT - 10 mai 2019

Européennes : « La caravane des oubliés » fait étape à Chalon , « La France a des retards, par rapport à d'autres pays d'Europe »

 

 « En matière d'accessibilité, de scolarité, d'emploi, de respect de la dignité mais aussi de vie affective et sexuelle pour les personnes à mobilité réduite, notre pays a des retards » , ont dénoncé, les responsables de l'Association des Paralysés de France ( A.P.F). Tout comme à la veille de la dernière élection présidentielle mais aussi des législatives, « La caravane des oubliés » a fait étape ce vendredi dans notre ville, face à l'obélisque.


DES FORMATIONS POLITIQUES A L'ECOUTE...
Les membres de l'A.P.F chalonnaise avec notamment Sylvie Vialet et Georgette Courtemanche, ont interpellé les chalonnais mais aussi les élus et responsables politiques, ce vendredi, en fin de matinée, une délégation des écologistes ( soutenant cette initiative) avec Mourad Laoués, conseiller municipal, Claire Mallard, co secrétaire régionale du mouvement vert, était présente ainsi que Laurent Joly et  Kévin Hamamdia ; assistants chalonnais du député ( L.R.E.M ), Raphaël Gauvain.


« Nous nous adressons à tous, nous qui sommes favorable à une société inclusive nous n'excluons personne » a confié, Marie Grillot, en charge du développement des actions associatives au sein de l'A.P.F pour le territoire Est de la région.


DES CONTRADICTIONS POINTÉES
Outre le retard en matière d'accessibilité notamment, certaines contradictions sont pointées, par exemple en ce qui concerne des formations, celle d'Assistant de Vie Sexuelle est bien dispensée et financée mais les personnes à mobilité réduite doivent se rendre dans un pays voisin ( Belgique et Suisse ), ont relevé des responsables de l'A.P.F .


SANS OUBLIER LA GARE DE CHALON
Dans notre ville , demeure le problème d'accessibilité à la gare notamment, en attente depuis plusieurs années déjà. « C'est bâtiment public, c'est la preuve qu'il reste en matière d'accès pour les personnes à mobilité réduite » a confié, un participant rencontré.

 

- par Daniel DERIOT - 3 mai 2019

Municipales 2010 : «Chalon Itinéraire(S) Bis» dévoile ses premières propositions dans le domaine des transports et des mobilités douces

 

« Nous sommes les premiers, pour l'instant les seuls à avancer des propositions, notre volonté est de participer aux municipales de 2020 . Nos ambitions : Chalon, une ville ouverte, accueillante, équitable, sûre » ont déclaré en guise d'introduction de leur première réunion à l'espace Jean Zay, mardi en début de soirée, les responsables de l'association « Chalon Itinéraire Bis ».


« PENSER CHALON COLLECTIVEMENT- NI TREMPLIN, NI LABORATOIRE »
Ils veulent avant tout « Penser Chalon collectivement » , ne pas être « un tremplin » et « ni même  un laboratoire national pour une formation politique . « Ce soir, ce sont des propositions que nous avançons plutôt qu'un programme » a remarqué,Micheline Tacnet en rappelant les valeurs « d'humanisme, d'initiatives citoyennes et du vivre ensemble »


UN BUS PENDULAIRE RELIANT LE CENTRE NAUTIQUE AU CENTRE HOSPITALIER
L'une des premières propositions avancée est liée aux transports collectifs avec notamment la création d'une ligne reliant le centre nautique au centre hospitalier. Cette ligne, permettrait de desservir aussi les quartiers périphériques en jonction avec les lignes existantes ont avancé les animateurs de la rencontre. Ils ont noté, que cette ligne de bus dénommée pendulaire pourrait desservir plusieurs établissements scolaires ( Lycée Niepce- mais aussi les lycées se trouvant à Bellevue). Cette ligne emprunterait la rocade faisant office de Frontière entre la ville centre et des autres quartiers de la ville.


GRATUIT A TITRE D'EXPERIENCE LES MERCREDI ET SAMEDI
Dans le domaine des transports collectifs, « il faut politique plus ambitieuse et plus volontariste », avec un ré-équilibrage ont remarqué les intervenant avançant l'idée à titre expérimental de la gratuité des transports les mercredi et samedi. « Le bus doit être un facilitateur » ont remarqué les intervenants.


LES DEPLACEMENTS DOUX EN CONCERTATION AVEC DES EXPERTS ASSOCIATIFS
Parmi les autres propositions, les animateurs de la soirée, ont avancé celles liées aux mobilités douces en constatant des carences en matière de pistes cyclables malgré des efforts. La sécurisation des pistes, l'installation y compris en centre ville d'aires de stationnement spécifiques sont avancées.
« Les élus doivent s'entourer d'experts associatifs » ont suggéré les intervenants. Ces derniers ont relevé «  les cyclistes sont oubliés en dehors des événements médiatiques importants ».


POURQUOI PAS UNE MEDIATHEQUE... AUX AUBEPINS
Autre proposition, celle de la construction d'une médiathèque, équipement important qui serait susceptible d'être implantée aux Aubépins. « Il faut que de grands équipements publics et collectifs se trouvent dans les quartiers chalonnais. L'ouverture de la maison des associations aux Près Saint Jean est une vraie réussite » ont remarqué les responsables de « Chalon Itinéraire Bis » qui ont constaté et déploré « La bibliothèque municipale est ouverte moins souvent qu'un Centre de Documentation et d'Information de certains établissements scolaire »....
La culture et la vie associative, sont les thèmes d'une prochaine rencontre.
Aux côtés de Gaël Perron ( Président) se trouvaient Etienne Boggio, Micheline Tacnet, Sophie Lartaud et Marc Rabet

Adresse : siège social : 5 rue du Pont de fer 71100 Chalon-sur-Saône.
contact@chalon-ib.org
  

- par Daniel DERIOT - 2 mai 2019

Européennes : Conseillère régionale Écologiste, Jacqueline Ferrari, en 55 éme position sur la liste « Renaissance » conduite par par Nathalie Loiseau.

Conseillère régionale UDE de Bourgogne-Franche-Comté, Jacqueline Ferrari, préside la 4ème Commission “Développement des territoires, transports, déplacements, intermodalités, écologie, énergie, santé. Cette jurassienne, devrait figurer en 55éme position sur la liste conduite par Nathalie Loiseau. Plusieurs et membres de l'UDE,avec leur délégué régional, Yoann Pimentel, adjoint au maire de Savigny en Revermont, ont assisté à la réunion publique de Mme Loiseau, vendredi dernier au Clos Bourguignon.
- par Daniel DERIOT - 24 avr 2019

Européennes : Nathalie Loiseau (Renaissance-L.RE.M) : «  Nous serons la voix de la France en Europe. Notre meilleur allié, c'est Donald Trump »

 

Le trio composé de Nathalie Loiseau, Pascal Canfin et de Jérémy Decercle, n'a pas manqué de conclure hier en début de soirée, au clos bourguignon, un périple dans notre département, en présence de trois députés ( Mrs R Gauvain, R Rebeyrotte et B Dirx) mais aussi des anciens ministres D Perben, A Billardon et F Patriat. Chaque intervenant a expliqué durant une dizaine de minutes l'engagement en faveur de l'Europe avant de répondre à des questions de l'auditoire.

 

 

NATHALIE LOISEAU : « JE NE CONDAMNE PAS LE MECONTENTEMENT »
Fin de la trêve politique donc pour les soutiens à la liste étiquetée « Renaissance » , qui ont repris le temps d'une journée avant un long week end, une campagne électorale suite à la catastrophe ayant frappée , Notre Dame de Paris.
Devant 208 participants, tour à tour , Nathalie Loiseau, Pascal Canfin et Jérémy Decerle, ont expliqué leurs engagements en faveur d'Emmanuel Macron mais aussi et surtout en faveur de l'Europe. « Nous devons être à l'avant garde de l'Europe, des européens exigeants, convaincus pour le changement climatique...pour une Europe industrielle avec l'intelligence artificielle » devait lancer, Nathalie Loiseau, tête de liste incarnant « un rassemblement élargi »...Poursuivant, l'ancienne ministre a relevé «  Je ne condamne pas le mécontentement, Emmanuel Macron a été élu par une France qui voulait le changement , l'une des sorties, c'est plus de justice sociale et plus de justice fiscale »


PASCAL CANFIN : « LA FRANCE DOIT RETROUVER UNE PLACE CENTRALE »
Ancien directeur du W.W.F France, et ancien ministre, Pascal Canfin, écologiste a expliqué les motifs de ses engagements : « Originaire du nord de la France et plus précisément d'Henin-Beaumont, je ne souhaite pas voir l'ex Front National qui ne fait rien au parlement européen, devenu le Rassemblement National , être en tête le 26 Mai prochain. Pascal Canfin a souligné « La France doit être représentée par un groupe central au parlement Européen ». Il a esquissé les dossiers comme ceux du revenu des agriculteurs, de la lutte pour le dérèglement climatique comme prioritaires et notant «  nous devons sortir de la guerre culturelle entre les écologistes et les agriculteurs ».

 


JEREMY DECERCLE : « AGIR DE FACON CONCRETE »
Reprenant une formule de Valéry Giscard d'Estaing, le jeune agriculteur de Chevagny sur Guye a expliqué « le bon choix et la volonté d'unir afin d'agir concrètement et de redonner du sens à la politique agricole commune. Il y a nécessité de retrouver un courage politique. Il est indispensable de produire et de répondre aux attentes alimentaires dans le droit fil des assises «  à noté Jeremy Decercle. Le monde agricole a réduit la consommation de pesticides »...

 

 

 


ECHOS...ECHOS...ECHOS


MODEM - UDI 71-UDE
Dans l'assistance se trouvaient aussi les maires d'Autun, Vincent Chauvet, président du Modem 71 et Daniel Christel, maire de Saint Désert, président de l'U.D.I 71-Yoann Pimentel, délégué départemental de l'Union des Démocrates et Écologistes, adjoint au maire de Savigny en Revermont.


PLUTÔT UN SUCCES : «  La soirée comme cette journée sont un succès » a noté,Philippe Exrtier, le référent départemental de La République En Marche

 


DES ELUS PRESENTS : Philippe Decroocq, maire de Bey, Olivier Mélé, maire de Montcoy , Sylvain Dumas, maire de Farges, Jean Girardon, maire de Mont Saint Vincent.

 


DANS L'ASSISTANCE AUSSI : L'ancien conseiller général de Saint Martin en Bresse, Jean Luc Voiret, « je suis venu saluer le fils de mon ancien collègue Daniel Decercle » a précisé l'ancien maire de Montcoy. De là à voter pour la liste « Renaissance »,il y a un pas que que ne devrait pas franchir l'ancien élu socialiste. Présente aussi, écologiste, Rachel Liu, qui a salué Pascal Canfin.


LE PROGRAMME  ET LA LISTE: En cours d'impression , il sera diffusé le 9 Mai, pour la journée européenne. D'ici cette date, sera dévoilée la liste complète qui pour l'heure compte 30 noms.

 


PETITE PHRASE DE FRANCOIS PATRIAT : « La France silencieuse va s'exprimer le 26 Mai, notamment, celle qui est contre les Gilets jaunes, un peu comme après les événements de 68, en faveur du pouvoir en place »

 

 

Nos photos : L'assistance- Les intervenants Nathalie Loiseau- Pascal Canfin- Jérémy Decercle-

 

- par Daniel DERIOT - 20 avr 2019

Européennes : Maryam Madjidi, candidate sur la lite du P.C.F, fait étape dans notre ville

Maryam Madjidi, prix Concourt du premier roman 2017, Militante pour les droits des exilés et candidate aux élections européennes sur la liste de Ian Brossa était à Chalon , hier. En début de soirée, l'écrivaine devait animer une réunion publique, à la maison des syndicat. Vendredi après midi, avec Guy Talès, elle s'est rendu à la bibliothèque municipale de notre ville, tout en acceptant de répondre à nos questions.


  Quel est le sens de votre candidature sur la liste du P.C.F ? Comment analysez vous le mouvement des gilet jaunes ?
  Le Parti Communiste Français porte la voix des salariés, des précaires, des démunis, de la jeunesse, de celles et ceux mis à l'écart par la capitalisme et le libéralisme. Il y a des gilets jaunes sur notre lite. Le mouvement s’essouffle, il faut qu'il trouve un réel débouché politique , car les revendications portées par l'immense majorité de celles et ceux qui étaient présents sur les ronds points rejoignent ce que portent les militants communistes...


 

 

Au sein de la liste, vous portez les questions des exilés et réfugiés, comment percevez vous la politique d'immigration de Mme Merkel, en Allemagne ?
  Elle est a été courageuse. L'Allemagne avait besoin de main d’œuvre.
 

 

En vous rendant à la bibliothèque municipale de notre ville, c'est un clin d'oeil aussi à la vie culturelle ?
  Avec mes parents, j'ai vécu à Drancy, ils m'ont transmis la culture Persane. A la bibliothèque municipale de ma ville, comme dans les Centres de Documentation et d'Information di Collège et du lycée, j'ai découvert la culture française, le siècle des lumières, les luttes sociales, celles héritées du Front Populaire, de 68....


L'auteure, va poursuivre la campagne électorale à Belfort, ce samedi, puis à Lyon, Valence, Avignon...


Nos photos : Maryam Madjidi est numéro 8 de la liste du P.C.F aux côtés de Guy Talès, secrétaire de la section du Grand-Chalon.

- par Daniel DERIOT - 13 avr 2019

Européennes ; Nathalie Loiseau et Jérémy Decerle (L.R.E.M), vendredi prochain à Chalon

Alors que les « marcheurs » des différents secteurs se réunissent ce week end, afin de préparer la campagne des élections européennes, le référent départemental a confirmé, vendredi, la venue de la tête de liste , Nathalie Loiseau. Cette dernière ne viendra pas seule à Chalon, vendredi 19 Avril, à 18 H 30, salle du clos Bourguignon. Elle viendra avec le numéro 4 de la liste, qui n'est autre que le « régional » de l'étape , Jeremy Decercle qui vient d'abandonner la présidence nationale des « Jeunes Agriculteurs ».
- par Daniel DERIOT - 12 avr 2019

Européennes : Prix Goncourt du Premier roman en 2017 présente sur la liste de Ian BROSSAT éconduite ? Le P.C.F proteste

 

Protestation, du côté des communistes et plus précisément de la section du Grand Chalon du P.C.F. Par la voix de Guy Talès, le P.C.F a sollicité l'autorisation de la mairie afin que l'écrivaine Mayam Madjidi, qui sera demain dans notre ville, puisse visiter la bibliothèque municipale.

Le maire de Chalon, a fait savoir que compte tenu d'un « agenda très chargé, il n'était pas possible de donner une suite favorable à cette demande »...

Nous publions ci dessous, les échanges entre Guy Talès et le cabinet du maire.

 

LA DEMANDE AU MAIRE
Elle est notamment connue pour avoir reçu le Prix Goncourt du Premier roman en 2017 pour « Marx et la poupée ». L'écrivaine Maryam MADJIDI, candidate sur la liste du PCF conduite par Ian Brossat (Pcf) sera présente à Chalon sur Saône vendredi 12 avril.


Après plusieurs rendez-vous, je souhaite faire découvrir les charmes et la splendeur de notre bibliothèque municipale de Chalon sur Saône.


Vous connaissez Monsieur le Maire, notre attachement à la culture et au travail de création et de diffusion  mené dans le cadre des politiques municipales.
Nous souhaiterions avec votre accord, Monsieur le Maire, aux fins d'accéder et de visiter la bibliothèque pour une durée de 45 mn environ.


Dans l'attente d'une réponse favorable, je vous adresse Monsieur le Maire, mes respectueuses salutations.


Merci de confirmer la réception du présent mail
Guy TALES
Secrétaire section Pcf Grand Chalon

 


REPONSE DE LA VILLE DE CHALON 


  Bonjour, 

Le Cabinet de Monsieur le Maire a bien pris connaissance de votre demande. 

Malheureusement, du fait d'un agenda très chargé, il ne nous est pas possible d'y donner une suite favorable. 

En vous souhaitant bonne réception,

- par Daniel DERIOT - 11 avr 2019

SAINT REMY : L'opposant M. Talés et l'élu majoritaire J.M Moine s'écharpent sur l'absence d'élus au conseil municipal

 

 Elu municipale de la minorité ( Saint Rémy à venir), Guy Talès a publié un communiqué, il y a quelques jours déjà. Un communiqué sur l'absence "régulière" de deux élus municipaux..

 

Ces derniers appartiennent à la majorité, et demeurent colistiers du maire élu en mars 2014, Florence PLissonnier. Jean Marie Moine, adjoint au maire, n'a pas manqué de réagir, lundi à la position de son collègue de la minorité...

Nous donnons les deux versions. Alors position pré-électorale avec buzz ? ...ou positionnement qui ira jusqu'à la saisie du Tribunal Administratif ?


POSITION DE GUY TALES ( ELU P.C.F)
« Après un marathon de plusieurs séances de commissions à la Mairie de Saint Remy la semaine dernière s'ouvrira ce lundi 25 mars 2019 le Conseil municipal dont je suis élu au service de nos habitants.
Exercice qui appelle écoute, analyse, compréhension, lecture contradictoire et échanges. 
Je suis impatient d'y être ! Et  surtout de savoir si nos deux élu-es de 2014 de  la majorité qui exercent une activité professionnelle à plus de 15.000 km de notre belle ville depuis plusieurs années seront absents comme d'habitude ou comme d'habitude représentés ?  

2 solutions 
- 1er:   les billets d'avion sont à bas prix et ne grignotent pas le budget disponible du ménage et ainsi ils peuvent assister régulièrement aux conseillers municipaux. Ce c'est pas le cas de figure aujourd'hui.

-2ème : ils se font représenter par complaisance au nez et à la barbe de toutes et tous par complaisance et cela depuis 2014 et là c'est un hold-up démocratique ».

REACTION DE JEAN MARIE MOINE ( ADJOINT AU MAIRE)
« Comment un personnage qui n'habite plus à Saint Rémy depuis des dizaines d'années, qui ne paye pas un centime d'impôt dans une commune où il est élu, qui a prouvé par ces précédents mandats son incapacité à gérer une commune peut donner des leçons d'éthique et de jugeote. Le temps du téléphone rouge est révolu monsieur. En 2019 nous sommes équipés de smartphone, d'internet, de visioconférence,...
De plus la stasi a perdu de sa superbe pour confondre le Jura et la Polynésie. Une simple lecture sans véhémence et arrière-pensées malsaines aurait dissous le malentendu. A noter que les personnes pointées du doigt ne reçoivent pas un centime pour leur travail.

La Défense des droits de l'Homme à deux vitesses me laisse un arrière goût désagréable. A bon entendeur » .


N.D.R : A Noter que M. Guy Talès n'a pas saisi le tribunal administratif, instance susceptible de se prononcer sur l'éventuelle question de « démissionnaire d'office ».

 

 

 
- par Daniel DERIOT - 9 avr 2019

Européennes ; La caravane de « Debout La France », ce dimanche devant la gare de Chalon

Ce dimanche, après midi, la "caravane des territoires " de Debout la France, à fait étape dans notre ville, devant la gare. Elle sera à Chalon, ce lundi à Louhans et Macon. Cette caravane circule à l'occasion des prochaines élections européennes.

 

« Le but est d'aller au devant des Français partout dans le pays  afin d'expliquer notre projet européen » ont confié, les militants. . Nicolas Dupont Aignan, tête de liste, porte l'idée d'une Europe des Nations et des grands projets qui doit absolument se substituer à l'Europe fédéraliste qui se met actuellement en place » ont complété des militants.


L'équipe de Debout la France en Saône-et-Loire anime cette action ,à laquelle participent ,  Olivier Damien secrétaire départemental et Lilian Noirot élu régional. 

 
- par Daniel DERIOT - 7 avr 2019

Européennes : les socialistes aux urnes, ce mardi, pour valider la liste

A Compter de 17 Heures, ce mardi, jusqu'à 20 H, les militants socialistes vont vraisemblablement valider la liste pour les prochaines européennes que conduira le philosophe Raphaël Glucksamm.

Cette liste devrait comporter des socialistes, des membres de « Place Publique » mais aussi des citoyens engagés au sein de « Nouvelle Donne », mouvement fondé par Pierre Larrouturou qui avait quitté le PS.

Comme pour les premières élections européennes de 1979, le prochain scrutin, sera national et non plus à l'échelon du Grand Est.

- par Daniel DERIOT - 2 avr 2019

Européennes : Jéremy Decerle, futur député européen, après le syndicalisme agricole

Il a abandonné dans la journée de mardi, la présidence nationale des Jeunes Agriculteurs ( J.A) , qu'il détenait, pour un futur poste de député Européen. Candidat en 4éme position sur la lite présentée par La République En Marche et le Modem.


UN PÈRE SYNDICALISTE, CONSEILLER GENERAL DISPARU TROP TOT
Jéremy Dercele, éleveur à Chevagny Sur Guye, une commune dont le père de Jéremy a été maire. En effet, Daniel Decerle, lui aussi forgé au syndicalisme agricole, a été conseiller général du canton de La Guiche, de 1998 à 2008. Daniel Decercle, avait mené des combats difficiles, face à Armand Aubague, conseiller général en 1985 et 1992.Dans ce canton rural, en 1979, les socialistes avaient cru aux chances de Jean Guilloux, alors maire de Marizy, mais surtout président de la FDSEA.
Un temps suppléant de Didier Mathus ( 2002-2007 ) , Daniel Decerle conciliait les engagement professionnels et politiques , sans doute un virus qu'il a transmis à Jérémy.


VOILA 40 ANS...IL Y AVAIT DÉJÀ UN DEPUTE EUROPÉEN DU MONDE AGRICOLE DE NOTRE REGION
Lorsque se déroule les première élections européennes, voilà bientôt 40 ans, en 1979, les principales forces politiques en présence alignaient déjà leurs représentants du monde agricole. A Droite, du côté de l'U.D.F, c'était déjà un bourguignon, qui postulait et a été élu. Charles Delatte, exploitant agricole à Saint Apollinaire, aux portes de Dijon, dont le bfils, Rémy, est actuel député de Côte d'Or.


A gauche, au Parti Socialiste, Bernard Thareau, représentait lui aussi le monde agricole qui pouvait alors compter sur l'ancien ministre Egdar Pisani...
Michel Debatisse, lui aussi ancien président du C.N.J.A ( actuel J.A) et e la F.N.S.E.A a été candidat aux élections européennes.
Le monde agricole dispose notamment avec Joseph Daul, élu dans le grand est, un élu solide, grand connaisseur de la politique agricole commune.


Nos photo : Jérémy et Daniel Decercle

- par Daniel DERIOT - 27 mars 2019

St Rémy - Intervention de Tristan BATHIARD lors du vote du budget 2019

Veuillez trouver mon intervention au nom du groupe St Rémy A Venir lors du vote du budget 2019 hier soir lors du conseil municipal de St Rémy.

Tristan BATHIARD
Conseiller municipal de St Rémy et conseiller communautaire du Grand Chalon


CM St Rémy du 25/03/2019– Intervention sur BP 2019- Groupe Saint Rémy A Venir
Tout d’abord, permettez-moi de saluer, au nom de notre
équipe et à notre tour, l’ensemble des services et plus encore
la direction des finances pour leur implication dans cette
période budgétaire. Nous savons qu’il peut être difficile
d’élaborer un budget lorsque nous n’avons connaissance que
tardivement des dotations de l’Etat.
Ce budget 2019 qui nous est présenté ne ressemble pas aux
précédents. Nous sommes à une année des prochaines
élections municipales et
il se dégage de ce budget comme un
parfum de campagne électorale
. Après quatre années
d’assoupissement, il est en effet assez surprenant de voir les
investissements repartir à la hausse en cette dernière année
de mandat (avec beaucoup plus précisions d’ailleurs que dans
votre ROB de février 2019).
En 2016, votre majorité
investissait moins de 100
par habitant alors que la
moyenne nationale pour cette même année était de 265
/habitant, en 2019 vous investissez 243 /habitant.
Enfin, on se réveille !
Mais quand on a dormi trop longtemps,
le réveil pourrait être difficile car les san-rémois ne sont pas
dupes, d’autant que ces projets seront surtout des projets
très visibles comme la place du Pont Paron, la sécurisation de

l’avenue Roger Gauthier ou bien encore l’avenue de l’Europe
pour laquelle il aura fallu attendre la dernière année du
mandat pour qu’un projet voit le jour. On se croirait dans
l’émission de Stéphane Plaza en pleine séance de home
staging, alors qu’il y a un travail de fond à faire pour rénover
nos équipements et assurer l’entretien de notre patrimoine.
D’autres points nous interpellent avec le suréquilibre de
recettes en investissements couplé en même temps à un
emprunt de 250 000
. Pourquoi un tel emprunt alors que
vous affichez des réserves suffisantes ? Ce n’est pas cohérent.
Malgré votre explication en commission des finances, cet
emprunt pour nous est est inutile sauf si vous avez un projet
que vous ne souhaitez pas porter à notre connaissance.
Gérer c’est aussi prévoir. Vos projets sont donc censés être
prévus dans ce budget : c’est ce que l’on appelle un budget
sincère en comptabilité publique. Avouer que vous ne savez
pas ce que vous allez faire de ce suréquilibre est inquiétant et
nous conforte dans notre analyse : cela fait apparaître une
fois de plus votre absence de vision alors que
paradoxalement vous nous dites souvent qu’il y a beaucoup à
faire sur St Rémy au vu de l’état du patrimoine.
Cela est d’autant plus inquiétant que vous n’hésitez pas à

inscrire 425 000 de dépenses imprévues soit pratiquement
le maximum autorisé par les textes (7,5 %). Pourquoi inscrire
autant ? Pourquoi constituer toutes ces réserves et pourquoi
en particulier cette année ?
Comme nous vous l’avons dit à maintes reprises, nous
pensons qu’
il est vraiment dommage qu’un véritable plan
pluri-annuel d’investissement chiffré dans le temps avec
une rénovation du patrimoine n’ait jamais vu le jour.
Sur la section de fonctionnement, nous nous réjouissons que
vous mainteniez le budget aux associations et que vous
apportiez des renforts au personnel par la création de postes.
C’était inévitable puisque pour assurer une qualité optimale
des services publics à nos concitoyens, il est indispensable
d’apporter des moyens suffisants.
Sur la forme enfin, la présentation de ce budget 2019 n’est
que trop technique.
Par ailleurs, nous avons bien compris que vous alliez
davantage communiquer et concerter les sanrémois sur vos
projets.
La concertation, c’est louable et nécessaire, mais
pourquoi avoir attendu cette dernière année du mandat ?
Et pourquoi la limiter au choix des couleurs? Nos

concitoyens veulent une vraie démocratie participative !
Ce budget, c’est le vôtre, il vous appartient. C’est le reflet de
vos choix que nous ne partageons pas dans leur globalité. Ce
sont des choix qui ne préparent pas l’avenir, qui n’envisagent
pas l’avenir des jeunes, qui ne servent pas les générations
futures. Nous reconnaissons quelques maigres avancées en
section de fonctionnement mais la section d'investissements
ne nous satisfait pas de par vos incertitudes et incohérences.
Aussi, comme les années précédentes, nous voterons contre
ce budget 2019.
Mais je ne voudrais pas en rester là. Je voudrais vous dire
solennellement que nous serons très attentifs durant cette
année à ce que vous ne mélangiez pas les genres. Nous
sommes en année pré-électorale et il n’est pas question que
l’argent public serve les intérêts de l’équipe sortante ou lui
donne un quelconque avantage.
Attention à ne pas franchir certaines lignes rouges, comme
celle qui a consisté l’autre jour à appeler à voter pour vous en
pleine réunion publique organisée par la mairie ! J’avoue que
je ne vous reconnais pas là, Madame le Maire : vous, qui vous
vantez gérer en bonne mère de famille, seriez-vous
maintenant prête à utiliser de l’argent public à des fins

purement électorales ?
Nous devrons être sur la même ligne de départ à l’heure du
choix des san-rémois : vous avec votre bilan, nous avec nos
propositions, des propositions que nous voulons vraiment
construire avec les san-rémois, en leur donnant la parole sur
leur vision de l’avenir de nos enfants. Souhaitons que 2019
soit l’année d’un débat démocratique équilibré où chacune et
chacun pourra présenter ses arguments et éclairer le choix de
2020.

 

 CM 25.03.2019_Intervention BP 2019_ST Rémy A Venir_V2 .pdf [ 83.15 Ko ]
- par Tristan BATHIARD - 26 mars 2019

Dans le rétro (2) : Longévité et Fidélité, dans les cantons de Mesvres et Chagny pour Christian Gillot, élu depuis bientôt 40 ans et à Chagny

 

Lorsqu'il est élu conseiller général, en octobre 1979, Christian Gillot, à 33 ans. Cet agriculteur, est alors adjoint au maire de Saint Symphorien de Marmagne, commune voisine de Broye et dont le maire n'est autre que René Beaucarnot, également conseiller général du canton Montcenis. Autre spécificité départementale, le canton de Chagny, représenté , depuis 1945, seulement par deux membres de la même famille, France Lechenault puis sa fille Claudette...toujours élue sous l'étiquette Radical de Gauche...Sans doute un record hexagonal....


ELU DANS UN CONTEXTE DE CRISE AGRICOLE
Le 13 Août 1979, décède Jean Chanliau, conseiller général depuis 1967. Cet exploitant agricole, ancien résistant, avait été réélu, en mars de la même année, conseiller général du canton de Mesvres ( 1) . Il avait affronté le maire du chef lieu, Hervé Charles. Quasi naturellement, Christian Gillot est sollicité de deux côtés, par le maire de Saint Symphorien de Marmagne, qui voit bien l'un de ses adjoints succéder à son collègue et ami, Jean Chanliau ( ils étaient tout deux Radicaux de Gauche) mais aussi par celui qui s'impose comme l'homme fort dans le département, André Billardon, député de la circonscription et président du conseil général. Christian Gillot est jeune, agriculteur investi dans le syndicalisme et président d'une maison familiale. La campagne est animée, quatre candidats sont en lice et le score de M. Gillot est très haut au soir du premier tour avec 40 % des votants. Il distance les maires, celui de Brion, Jacques Labonde ( Parti Républicain , candidat suppléant de M. Pretet aux législatives de 1973) soutenu par l'opposition et celui de Mesvres. Hervé Charles, se retire sans donner de consigne.


SOUVENT ELU DES LE PREMIER TOUR
Au soir du second tour, Christian Gillot, a non seulement réussi à recueillir les voix communistes mais aussi à glaner des voix de M.Charles et sans doute des abstentionnistes. L'élection se déroulait alors sur fond de crise agricole, à quelques jours d'une imposante manifestation des éleveurs à Charolles...
Ce dimanche 21 Octobre 1979, alors que Christian Gillot est élu dans le canton de Mesvres, la liste d'administration municipale conduite par Michel Lacroix ( 2 ) ,l'emporte dès le premier tour à Digoin. Cette liste s'impose face à celle de Louis Cantat, conseiller général et à celle de Jean Paul Bailly.
M.Gillot, devenu maire de Broye ( 3 ) en 1995, a été régulièrement élu conseiller général au premier tour en 1985, 1992, 1998, 2004 et 2011, souvent avec des scores dépassant les 60 %., et même 70 % .Il a par ailleurs occupé les fonctions de vice président du conseil général entre 2004 et 2015.


LES FAMILLES DE RAMBUTEAU A LA CLAYETTE, LESCHENAULT A CHAGNY ET PETITJEAN A BEAUREPAIRE
Dans le canton de La Clayette, au lendemain de la seconde guerre mondiale, La comtesse Amélie De Rambuteau, engagée et figure de la résistance, est élue conseillère générale, elle transmet le flambeau à l'un de ses fils, Philibert, constamment élu, jusqu'en mars 1985...soit pour la mère et le fils : 40 ans de mandat.
En Septembre 1945, France Lechenault, maire depuis 1935 de Bouzeron, fait tomber le canton de sillage des « radicaux socialistes » . Constamment réélu, celui qui a été également . Président de l'Union Agricole et Viticole de l'arrondissement de Chalon, puis sénateur de 1977 à 1986, a eu pour successeur, sa fille Claudette, en 1988 , qui a conduit des batailles difficiles, parfois avec ses propres voisins socialistes de Chagny, et face aux maires de Rully ( Jean François Delorme) et de Fontaines, ; Hubert Thura. Pour la petite histoire cantonale, on se remémorera que les batailles ont parfois été âpres dans ce canton entre deux parlementaires : Théo Bretin, le maire socialiste de Chagny et le maire radical de Chalon, le sénateur Jean Richard entre les deux guerres. Jean Richard, était propriétaire à Saint Léger sur Dheune, il présida aussi le conseil général, tout comme l'un de ses lointain successeur à la mairie de Chalon, le socialiste, Christophe Sirugue entre 2004 et 2008.
Une troisième famille a été représentée durant 45 ans au conseil général, il s'agit de la famille Petitjean de Saillenard, dans l'ex canton de Beaurepaire.


( 1) Le canton de Mesvres, n’existe plu depuis 2015, les communes ont été rattachées à ceux d'Autun et de Blanzy.
( 2) Il sera aussi conseiller général du canton de Digoin
( 3) Jean Paul Anciaux, Député de 1993 à 1997 et de 2007 à 2017, a été conseiller municipal de cette commune de 1977 à 1983.

 
 
- par Daniel DERIOT - 26 mars 2019



Rechercher dans cette rubrique  


 
468 page pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle