politique - chalon sur saone

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

EN CE MOMENT...

 

Saint Rémy : Guy Talès (P.C.F) élu minoritaire s'exprime

Conseiller municipal de Saint Rémy, Guy Talès ,par ailleurs responsable du P.C.F pour la section Grand-Chalon, s'exprime sur la vie municipale san rémoise.


LE COMMUNIQUE DE M.TALES
Omerta au conseil municipal de Saint Remy autour de deux conseillers municipaux systématiquement représentés par leur pairs par Madame la maire et sa garde rapprochée depuis le début du mandat municipal.

Situation légale mais totalement immorale ! Pour exemple dans une association au bout de 3 absences non justifiée, il est possible de replacer le titulaire par le CA.


Dans le carphanum légal je peux siéger et me faire représenter tout en habitant et travaillant hors de France ?


Je précise que je n'ai rien contre les Personnes absentes. Ils vivent leur vie et tant mieux !


Par contre Mme le Maire par décence devrait les remplacer. Les habitants de Saint Rémy veulent des élu-es à qu'ils connaissent qu'ils peuvent interpeller au quotidien.

 
- par Daniel DERIOT - 17 juin 2019

Cormartin : Sous le signe des « débats » mais aussi de « Détente » pour les socialistes de la Côte Chalonnaise

 

Environ 70 participants pour ce rendez-vous annuel, organisé par les sections socialistes de la côte chalonnaise ( Givry-Buxy- saint Gengoux le National), en coopération avec le Mouvement de la Jeunesses et l'appui de la fédération départementale.


DE MILITANTS, DES ELUS , DES RESPONSABLES
Il y avait bien sur des militants avec les responsables de sections ( Alain Eckel- Nicolas Masuéz-Jean Michel Boivin et Marc Béchet ) , des élus avec l'ancien ministre Christophe Sirugue, le sénateur Jérôme Durain , Les conseillères régionales, Nathalie Leblanc et Lætitia Martinez, les responsables fédéraux : Violaine Gillet, Joëlle Marzio, Nicolas Masuez, Emilien Bonnetain
Présents également ; Le député européen ; Eric Andrieu , la numéro 2 du PS ..Corinne Narassiguin , ; le nivernais Fabien Bazin , maire de Lormes, initiateur du « Bouclier rural » depuis bientôt dix ans . La présidente de la section du Charolais -Brionnais de la Ligue des Droit de l'Homme, Germaine Lemétayer, a assisté aux débats.


DEUX DÉBATS – TERRITOIRES ET UNION DES GAUCHES
Un atelier autour de la redynamisation des territoires et de nos communes rurales, périurbaines et urbaines devait permettre aux élus présents d'apporter leurs expériences à partir de leur vécu à Lormes mais aussi à l'échelon Européen.
Autres échanges sur l'union des gauches incluant l’ensemble de partenaires traditionnel ( P.C.F-P.R.G) mai aussi les mouvements « Place Publique », « Nouvelle Donne » et sans doute les collectifs citoyens fleurissant et désormais nombreux dans certaines villes.


L'UNION PAS CETTE ANNÉE- DEMEURENT FENÊTRES   ET PORTES OUVERTES
L'an dernier, les écologiste étaient présents à ce rendez vous, pas cette année. « Nos portes et fenêtres sont toujours ouvertes » a indiqué Violaine Gillet, première secrétaire fédérale en positivant «  Pour l'initiative référendaire contre la privatisation de l'aéroport de Paris, il  existe une volonté commune de nos parlementaires de faire échec à ce projet ». « Nos militants et nos élus ont un réel ancrage territorial , ce n’est pas le cas de toutes le formations politiques » a précisé, Violaine Gillet.

 

- par Daniel DERIOT - 16 juin 2019

Politique : Après les Européennes : « Soulagement sans satisfaction » déclare Corinne Narassiguin, Numéro 2 du PS

 

Présente à la journée républicaine « détente et débats » organisée par les sections du PS de la Côte Chalonnaise en coopération avec le Mouvement de la Jeunesse Socialiste et l'appui de la fédération départementale, Corinne Narassiguim, a accepté de répondre à nos questions. Cette militante du P.S du Val de Marne, est la numéro 2 du Parti Socialiste,elle en charge la coordination, fonctions occupées un temps notamment par le dijonnais François Rebsamen.


  Quel est le bilan de la récente campagne des européennes ?
  «  Pour nous, le résultat est un soulagement, certains sondages d'avant élection , plaçaient notre liste en dessous de 5%,mais ce n'est pas une satisfaction. Nous avions une volonté, celle de rassembler la gauche avec nos alliés traditionnels du P.R.G et des nouveaux venus avec « Place Publique » et le mouvement « Nouvelle Donne ».M.Macron a voulu un duel RN- LREM, ce contexte est à prendre en compte, « En Marche » a siphonné surtout à droite.
 

A ce propos, les écologistes présents ici l'an dernier sont absents, la gauche est éparpillée électoralement, quelle ( s) orientation (s) ?
  Un constat : il y a des nouvelles radicalités à prendre en compte qui se sont exprimées notamment avec le mouvement des gilets jaunes, des citoyens engagés associativement et syndicalement, expriment un besoin de gauche. Notre volonté, c'est celle de rassemblement, c'est de dialoguer et de construire avec les autres forces, dans le respect des identités. Nous devons répondre à des urgences sociales mais aussi climatique auxquelles la jeunesse a été sensible , notre priorité, c'est le social-écologie que nous portons avec nos élus locaux, dans les territoires ».
 

Vous allez prendre des initiatives communes ?
  « Les parlementaires socialistes, mais pas seulement, ont pris une initiative pour un référendum contre la privatisation d'Aéroport de Paris, ce thème est fédérateur et doit être relayé et décliné à l'échelon des départements. A l'échelon local, nos sections préparent les municipales avec différents partenaires »...

Nos photos : Corinne Narassiguin N°2 du PS aux côtés de Violaine Gillet, première secrétaire fédérale du PS 71

 
 
- par Daniel DERIOT - 15 juin 2019

Après les européennes: A Joyandet et G.Platret a la rencontre des militants de L.R

A l'invitation de Gilles Platret , président de la Fédération départementale de L.R , les militants, ont débattu hier soir, au studio 70, lors d'une rencontre interne, en compagnie du sénateur, Alain Joyandet, également président de la commission des finances du conseil régional.


UNE VISITE DANS UNE ENTREPRISE
A ce titre, le conseiller régional, a visité l’entreprise International Paper (ex cartonnerie Laurent), afin de découvrir les entreprises novatrices et d'adapter les dispositifs des aides allouées par l’institution régionale. Alain Joyandet, n'a pas dévoilé ses intentions dans la perspective des futures échéances électorales régionales notamment. Le sénateur Joyandet a souhaité à propos du rôle des collectivités à l'égard des entreprises «  des aides plus ciblées, plus concentrées ».


NE PAS LAISSER LE DUEL LE PEN-MACRON
A propos des dernières élections européennes, « Emmanuel Macron a dramatisé le rendez-vous électoral » ont commenté à l’unisson le tandem A Joyandet- G. Platret. A propos des questions sociétales : « Ce n’est peut-être pas à un parti politique de répondre à tout » a remarqué , Gille Platret , en relevant qu'il célébre lui même les mariages de personnes de même sexe. « Sur les questions sociétales, nous devons être plus tolérant «  a relevé le maire de Chalon.

« DANS UNE PÉRIODE DE CONVALESCENCE »
« Dans les sondages, Mme Le Pen et M.Macron arrivent en tête des personnalités les plus détestées » a constaté, Gilles Platret qui n'a pas manqué de relever aussi les différences d'appréciations existantes au sein de L.R lors du mouvement des gilets jaunes.


Les deux conseilles régionaux ont noté « notre mouvement politique se trouve dans une période de convalescence » sans se prononcer sur le nom de celle ou celui capable d'en prendre la direction nationale.

- par Daniel DERIOT - 14 juin 2019

Indiscrétions de l'obélisque : Jacques Morlet succède à Georges Guillermin à la présidence de l'Amicale Gaulliste de Saône et Loire

 


Avocat chalonnais de longue date, un temps,conseiller municipal de Montceau le Mines, Jacques Morlet a succédé au san rémois Georges Guillermin à la présidence de l'amicale gaulliste du département.

 

 

Les gaullistes du chalonnais se retrouveront le 18 Juin, pour la cérémonie annuelle en mémoire de l'appel. Ceux de l'amicale du département organisent de conférences et réunions, afin de perpétrer l'héritage du Général De Gaulle.

- par Daniel DERIOT - 12 juin 2019

Politique : Après le Européennes et avant le municipales, un débat FR3, ce dimanche

Didier Paris, député de Côte d’Or (LREM), la conseillère régionale, Sylvie Beaulieu, secrétaire départementale Côte d’or (RN), l’écologiste Claire Mallard, porte-parole régionale (EELV) et Jacques Baudhuin , secrétaire départementale (LR de la Nièvre) ont débattu ce dimanche midi. Durant une trentaine de minutes à l'invitation de Lilian Melet, journaliste de FR 3, les quatre représentants des formations politiques ont échangé.


EXTRAITS - EXTRAITS  -EXTRAITS 
- CLAIRE MALLARD (E.E.L.V) : «  TROIS  POLES  EMERGENT »
EUROPÉENNES  : «  Les écologistes ont parlé d’Europe et 'écologie. Le jeune attendent de acte fort. Il ont voté pour l’espoir ».
MUNICIPALES : « Rassembler, Fédérer pour des innovations, avec plu de solidarité ; La feuille de route, c'et une vraie alternative comme à la Grande Synthe avec le nouveau député européen, Damien Carême ».

 


- DIDIER PARIS  (L.R.E.M) : « NE PAS  CALQUER UNE ELECTION SUR UNE AUTRE »
EUROPÉENNES  : « Le résultat démontre que le grand débat a bien été traité. C’est un bon résultat pour l'avenir . Il y a un mouvement de fond avec du pragmatisme.
MUNICIPALES : «  Regroupement de bonne volonté avec adhésion à une plate-forme nationale. La gestion municipale du F.N n’est par exemplaire ».


- JACQUES  BAUDHUIN ( L.R 58 )  : «  IL Y A DES CANDIDAT DE CONVICTION ET CEUX QUI IRONT A LA GAMELLE »
EUROPÉENNES : «  Le président n'a pas gagné, il est second du match R.N-L.R. E.M. Cette élection a été présentée comme un match »...
MUNICIPALES : «  Il y a de candidat lr de conviction et ceux qui iront à la gamelle »...

 

 


- SYLVIE BEAULIEU (R.N 21) «  IL Y A BIEN BI- POLARISATION DE LA VIE POLITIQUE 
EUROPÉENNES : « La seule alternative à Macron, c’est, le Rassemblement national. Macron a réussi à effondrer la droite et la gauche. Il a fait de l'écologie trop tard... ».
MUNICIPALES : « Nous sommes dans une démarche d'ouverture et de rassemblement ».

 

 

- par Daniel DERIOT - 9 juin 2019

Politique : Un débat sur France 3 Demain dimanche à 11H 25

Les deux blocs du Rassemblement national (RN) et de La République en marche (LREM) sont les grands vainqueurs de cette élection, pendant que la gauche continue à s’émietter, et que la droite s’est effondrée …



Deux semaines après ces élections européennes, Dimanche en politique ouvre le débat !

Les deux blocs historiques droite/gauche sont-ils remplacés par une opposition populistes/progressistes ?
Le vote écologiste demeure-t-il volatile, ou l’écologie est-elle en train de restructurer la gauche ?
La droite a-t-elle encore un espace vital entre le RN et LREM ?

Lilian Melet lance l'émission avec ces trois questions, depuis le plateau politique de France 3 Bourgogne.
Un débat avec quatre invités :
 
- Didier Paris, député de Côte d’Or (LREM)
- Sylvie Beaulieu, secrétaire départementale Côte d’or (RN)
- Claire Mallard, porte-parole régionale (EELV)
- Jacques Baudhuin secrétaire départementale (LR de la Nièvre)

Après les européennes, quel paysage politique ?
Un Dimanche en Politique sur France 3 Bourgogne

Dimanche 9 juin 2019 à 11h25

Un débat préparé et mené par Lilian Melet et réalisé par Olivier Chevillard
Nos Photos : Claire Mallard et Jacques Baudhuin, ce dernier est un proche du maire de Chalon, Gilles Platret.

- par Daniel DERIOT - 8 juin 2019

Politique : Journée républicaine, le samedi 15 Juin à Cormatin

Les socialistes de la Côte Chalonnaise, ceux des sections de Buxy, Saint Gengoux le National et Givry, organisent le samedi 15 Juin, une journée républicaine, à Cormatin.


CETTE ANNÉE DES ELUS ET RESPONSABLES DU PARTI
Corinne Narassiguin secrétaire nationale du Parti Socialiste, Eric Andrieu, député européen et Fabien Bazin maire de Lormes , honoreront de leur présence à ce rendez-vous annuel. L'an dernier, un député européen écologiste Belge était l'un des invités d'honneur avec l'ex ministre socialiste Christian Eckert...


Photo : Cormatin 2018

- par Daniel DERIOT - 7 juin 2019

La CNL - Lettre ouverte aux député.e.s européen.ne.s nouvellement élu.e.s

Le 26 mai dernier, les Français ont élu les députés européens qui les représenteront au sein de l’Union européenne lors des cinq prochaines années. Ces derniers ont aujourd’hui le devoir de porter les intérêts de près de 67 millions d’habitants et cela, sans en laisser un seul de côté : du sans-abri au mal-logé, de la mère célibataire en attente d’un logement social à la famille en proie aux marchands de sommeil, tous comptent sur eux.

En tant que 1ère association de défense des habitants, la CNL sera particulièrement attentive à leur mandat et leur a donc adressé une lettre ouverte en ce sens.

_______

Mesdames, Messieurs les eurodéputé.e.s,Le 26 mai dernier, vous avez été élu.e.spar les Français pour les représenter au sein de l’Union européennelors des cinq prochaines années. Vous avez donc aujourd’hui le devoir deporter les intérêts de près de 67 millions d’habitants et cela, sans en laisser un seulde côté: du sans-abri au mal-logé, de la mère célibataire en attente d’un logement social à la familleen proie auxmarchandsde sommeil, tous comptent sur vous.Adhérente à l’Union Internationale des Locataires (IUT), la CNL a des représentants à Bruxelles et veillera donc à ce que les orientations que vous soutiendrez soient en adéquation avec les besoins des habitants et desconsommateurs. Nous serons attentifs à votre position lors du vote du budget de l’Union et notamment sur l’ensemble des fonds destinés au développement de projets locaux et d’actions en faveur dela politique de la ville.Par ailleurs, nous souhaitons que la politique défavorable au logement social menée par Bruxellescesse. Alors que la précaritéprogresseà une vitesse inquiétante, la France a plus que jamais besoin d’un parcsocial fort pour répondre auxenjeux de mixité sociale.Si Bruxelles doit continuer à intervenir dans le domaine du logement, alors son influence se doit du moins d’être bénéfique pour les Etats membres afin que ces derniers puissent continuer à mener des politiques ambitieuses au niveau national. La politique européennene doit pas être un frein mais, au contraire, impulser une amélioration des conditions de vie des habitants. Quant à la future politique agricole commune, elleva décider de l’orientation de nos politiques agricoles pour les prochaines années. Les consommateurs français comptent donc sur vous pour assurer leur sécurité sur le plan alimentaire et garantir la qualité des aliments présents dansleur assiette. Alors que les revendications en faveur des circuits-courts et de l’arrêt del’utilisation d’éléments chimiquesse font plus pressantes, la restructuration de la politique agricole commune est une question majeure à laquelle vous devez prêter une réelle attention.Enfin,sil’urgence de la situation environnementalenous oblige à agir rapidement, celle-cine doit pas pour autant être supportée par les locataires: les coûts de laréhabilitation thermique des logements ne doivent pas être à la charge de ces derniers,aurisquede les mener vers davantage de précarité.Votre rôle est essentiel et votre responsabilité immense.En tant que 1èreassociation de défense des habitants, la CNLsera particulièrement attentiveà votre mandat.En vous présentant l’expression de notre haute considération.Eddie JACQUEMARTPrésident national de la CNL
- par La CNL - 5 juin 2019

Municipales 2020 : Éducation et Culture au menu de « Chalon Itinéraire ( S) bis »

 

Nouvelle rencontre, mardi soir, à l'espace associatif Jean Zay, à l'invitation des responsables de l’association ( 1) « Chalon itinéraire(s) bis, dans la perspective de prochaines municipales.

 


« DES PROPOSITIONS PLUTÔT QU'UN PROGRAMME »
Fondée en novembre 2017, l'association entend avant tout contribuer à des réflexions citoyennes, « nous avançons des propositions plutôt qu'un programme ficelé «  ont relevé les responsables, Gaël Perron, Sophie Lartaud et Étienne Boggio. Hier soir, la culture mais aussi aussi l'éducation figuraient à l'ordre du jour de la rencontre, suivie très attentivement par deux élus municipaux, Nathalie Leblanc et Mourad Laoués.


POURQUOI PAR UNE MEDIATHEQUE
C'est sans doute, l'une des idées fortes, portée par l'association. La création d'un véritable équipement susceptible de regrouper dans un même lieu : une bibliothèque, une structure ouverte aux nouveaux modes de communication avec des espaces dédiés à la formation, à la jeunesse et un pôle dénommé « Maison des pratique artistiques et amateurs » ( M.A.P.A.A). Les animateurs de la soirée, ont cité comme exemple, les villes de Dunkerque et de Montceau .


« L' EDUCATION SECTEUR PRIORITAIRE »
« Nous souhaitons une augmentation sensible du budget en faveur de l’éducation » annoncent les responsables de « Chalon Itinéraire (S) Bis » .Parmi les idées avancées concernant ce volet : la reprise municipale sur la restauration scolaire,un menu avec repas carné et non carné, le développement du bio, des repas intergénérationnels, l'éducation au développement durable ou encore des initiatives en matière d'éducation à la citoyenneté en réaffirmant le rôle des enseignants ( École du Dialogue) et en recherchant la participation des parents ( café des Parents).


« UN MAIRE ANIMATEUR »
La gouvernance municipale a été évoquée avec la recherche d'implication plus fortes des habitants, une concertation approfondie avec les acteurs associatifs, sans oublier les agents municipaux et un droit de pétition. « Le maire doit être avant tout un animateur d'une équipe ». Ces aspects feront l'objet d 'une rencontre spécifique autour du thème démocratie locale et participation des citoyens.


( 1) L’association dispose d'un site internet et 'une page sur le réseau social Facebook.

 
- par Daniel DERIOT - 5 juin 2019

Après la démission de ML. Wauquiez : une réaction de Gilles Platret

Porte parole national de L.R, le maire de Chalon, Gilles Platret, n'a pas manqué de réagir à la démission de M. Wauquiez : "En démissionnant ce soir de la présidence de @lesRepublicains, @laurentwauquiez prend la seule décision qui vaille : le chef porte la responsabilité du collectif, il l’assume dans la tempête. C’est donc la bonne décision. Digne et responsable".


Dimanche dernier, dans l'attente de la proclamation des résultats des élections européennes, des membres de L.R souhaitaient un changement de ligne qui devra sans doute intervenir vite dans la perspective des élections municipales. Ces élections locales ne sont pas déconnectées des positionnements nationaux...

- par Daniel DERIOT - 2 juin 2019

Vie parlementaire : Cécile Untermaier (PS) interpelle le Ministre de l'intérieur sur les nouvelles listes électorales

Mercredi après midi, lors des questions orales, à l'Assemblée Nationale, la députée Cécile Untermaier a interrogé le ministre de l'intérieur sur le répertoire électoral unique. Ce dernier, a été utilisé pour la première fois, dimanche dernier lors des élections européennes. 


L'élue de Saône et Loire a constaté des « omissions et erreurs » dans la mise en place de ce nouveau dispositif. Dans sa réponse , Christophe Castaner, a estimé à « 2000 électeurs radiés » et s'est engagé à dresser un bilan sur cette réforme faisant suite à une loi votée en 2016.

 
- par Daniel DERIOT - 29 mai 2019

Après les européennes : un communiqué de M. Pimentel ( U.D.E)

L Union des Démocrates et des Écologistes en ordre de marche.
Le résultat des européennes 2019 est un signal clair I pour intensifier les mesures environnementale au niveau européen et au niveau local.


Les électeurs notamment les plus jeunes nous demandent à nous les politiques plus d écologie au quotidien.
Un pôle écologiste est en train d émerger au sein de la majorité présidentielle avec notamment la participation de Christophe Madrolle président de l UDE.
L Union des Démocrates et des Écologistes sera un acteur majeur de la constitution de ce pôle écologiste au niveau national et au niveau local afin de préparer les élections municipales.


À cet effet je lance un appel à Vincent CHAUVET président du modem 71 et Philippe EXERTIER Référent LAREM 71 à travailler ensemble pour préparer les prochaines échéances électorales sur l'ensemble des villes de Saône et Loire.

 
- par Daniel DERIOT - 29 mai 2019

Dimanche électoral (2/2) : Meilleure participation qu'en 2014...

Un peu plus de 12 000 chalonnais se sont rendus aux urnes, c'est le premier constat de l'élection d'hier. Près d'un chalonnais sur 2.


DU COUDE A COUDE 
La liste de Nathalie Loiseau est en tête, elle devance celle du Rassemblement National, qui a conduit dans notre ville, une campagne discrète. La question d'un vote d'adhésion ou de défouloir demeure malgré tout posée à l'égard de cette formation politique qui a fait la course en tête dans les sondages. Des sondages qui ont toutefois été démentis à propos des listes d'Europe Écologie et de l'union de la Droite et du centre, qui elles aussi sont au coude à coude dans notre ville. La liste de M.Bellamy réalise un score supérieur à celui obtenu nationalement.

 


UN SCRUTIN AUX DONNÉES EUROPÉENNES AVANT TOUT
Hier soir, à l'hôtel de Ville, certains ont observé et déjà analysés les retombées du scrutin dans la perspective des prochaines municipales. Le référent départemental de la République En Marche, Philippe Exertier ne dissimulait pas sa satisfaction. A Gauche, certains se rassuraient calculette en main n'excluant pas une liste de large rassemblement, alors qu'à droite, il était avant tout question d'orientation stratégique à l'échelon national.

 

 

 
 
 
- par Daniel DERIOT - 27 mai 2019

Européennes : Mme Loiseau (Renaissance) devant M.Bardella (R.N) ...Les verts en 3 devancent la liste de M. Bellamy

 

Plus d'électeurs qu'en 2014, deux listes se talonnent, celle de Mme Loiseau ( L.R.E.M) et cette de M. Bardella ( R.N), dérrière au touche à touche, la liste écologiste conduite par Yannick Jadot devance celle de François Xavier Bellamy, telle est la physionomie du scrutin à Chalon. C'est Sophie Landrot, adhointe qui a proclamé les résultats à l'hotel de ville de Chalon, ce dimanche soir.

 


DEUX DEPUTES EUROPEENS EN SAONE ET LOIRE
A l'échelon départemental, Arnaud Danjean ( LR ) est reconduit alors que que Jeremy Decerle (LREM) devient député européen...

 

Point commun entre ces deux élus.. .ils sont des fils de militants socialistes.

 
 
- par Daniel DERIOT - 26 mai 2019

Dimanche électoral (1) : Pas de bousculade dans le bureaux de vote, pour les européennes

Aucun incident n'était à signaler dimanche matin à l'ouverture des bureaux de vote à Chalon et dans le chalonnais. Les assesseurs présents mais aussi les délégués des listes en présence sillonnent les différents bureaux.


8 H 10 : GROUPE SCOLAIRE VIVANT DENON – RUE DE THIARD
Le Président du Grand-Chalon, élu chalonnnais, Sébastien Martin, préside un bureau tout comme sa collègue, Valérie Maurer, adjointe aux affaires scolaires. Jean Pierre Chopard ,déglué de la liste « Envie d'Europe », veille au bon déroulement des opérations électorales.


8 H 40 : A VERJUX : EN MÉMOIRE DE BERNARD PAILLARD
Le village dans lequel est née Marguerite Guérin épouse Boucicaut, les premiers électeurs mais aussi les élus ont une pensée en mémoire de leur maire décédé, mardi dernier et dont les obsèques se sont déroulées samedi après midi ( 1) . Premier adjoint, Gabriel Jeunon, fait fonction de président du bureau de vote avec à ses côtés, Claire Viellard et Patrick Béjot.


9 H 30 : DRACY LE FORT : LE DEPUTE RAPHAEL GAUVAIN, A VOTE
Le député de la circonscription de Chalon-Montceau, Raphaël Gauvain a accompli le devoir électoral à 9 H 30. Il a été accueilli par le maire , Olivier Grosjean alors que Jean Baptiste Tuetey, Dominique Hocquet et Georges Pauchard, s'activent au bureau de vote.


10 H 20 : ECOLE LIBERTÉ-ÉGALITÉ-FRATERNITÉ : 3 VOTANTS
Au stade Fontaine-au loup, trois électeurs à 10 H 20 sur 445 inscrits ont accompli leur devoir électoral. Le bureau est présidé par M'Hame Bentekaya, conseiller municipal du quartier. La secrétaire de la section chalonnaise du Parti Socialiste, Nathalie Leblanc, déléguée de la liste »Envie d'Europe' » est présente.


( 1) dans le compte rendu des obsèques, nous avons omis de signaler la présence de Frédérique Molay et de Alain Doulé, anciens conseillers généraux, avec nos excuses.


Photos : Dans les bureaux de vote à Chalon- Verjux-DRacy le Fort et à l'école Liberté-Egalité-Fraternité

- par Daniel DERIOT - 26 mai 2019

Européennes : Charles Delatte, le socio professionnel, premier député européen, de Bourgogne

Lorsqu'il est élu député européen, en 1979 , le dijonnais, Charles Delatte, est âgé de 57 ans et ce lorrain de naissance a un long passé d'agriculteur mais aussi de responsable engagé dans le monde de la coopération agricole.


UNE LONGUE CARRIÈRE DANS LES INSTANCES DU MONDE AGRICOLE
Il a notamment siégé au sein du conseil général de Banque de France, aux côtés de Raymond Barre et d'un certain Jacques Delors, mais aussi au sein du Conseil Économique et Social ( C.E.S) , en qualité de « socio professionnel ».
La famille Delatte, s'installe à la ferme de Cromois, en périphérie de Dijon, au début des années cinquante, presque un poste d'observation pour celui qui est devenu un élu actif, tout d'abord au sein de la « banque paysanne », en qualité d'administrateur de la caisse locale et régionale du Crédit Agricole. En 1956, il devient président de la caisse régionale, il est âgé de 34 ans, puis président national et en 1977, de la Confédération Internationale du Crédit Agricole. Il fréquente alors les ministres et acteurs économiques de nombreux pays .
Il a été également administrateur de la S.A.F.E.R et secrétaire de la chambre d'agriculture. Il se lie d'amitiés notamment avec Michel Sordel, qui deviendra par la suite Sénateur Maire de Chatillon sur seine et avec le maire visionnaire de Quetigny, Roger Rémond, socialiste. Durant les années soixante, il sera l'un des interlocuteurs à plusieurs reprises avec le maire de Dole, Jacques Duhamel, ministre de l'agriculture mais aussi avec Edgar Faure.


PREMIER PRESIDENT DU C.E.S REGIONAL

Celui qui avait occupé dès 1969, de prestigieuses fonctions au Conseil Économique et Social national, accède à la présidence du nouveau Conseil Économique et Social de Bourgogne en 1974, il devance notamment le maconnais Marcel Blanchard et François Ulrich. Il préside, cette institution jusqu'en 1982, date à laquelle,le syndicaliste de l'Yonne, Jacques Favier, lui succède.
Au sein du C.E.S régional, il instaure la saisine sur les dossiers sur lesquels les élus du conseil régional doivent se prononcer.


ELU AVEC SIMONE VEIL
Candidat sur la liste de centre droit, conduite par Simone Veil, Charles Delatte, siège durant 5 ans, au parlement européen, il devient conseiller régional en 1986 dont il est vice président,  préside un temps le Parti Républicain en Côte d'Or.
Au parlement européen, il siège tout naturellement à la commission de l'agriculture, dont il est vice président. Il a été l'un des fondateurs du centre universitaire catholique à Dijon, au début des années 90, alors qu'il se retire d'une longue et riche vie publique.
Charles Delatte n'est autre que le père de Rémi Delatte,actuel député de Côte d'Or, ancien maire de Saint Apollinaire. Charles Delatte est décédé en novembre 2003, il demeure une référence dans le monde agricole dont il a été l'un des piliers ayant accompagné les nombreuses mutations.
Charles Delatte, un décideur, par François Coste-Préface de Raymond Barre-Éditions de l'Armançon-1995.


- N.D.R : En 1979, un autre bourguignon est élu au parlement Bourguignon, le nivernais, François Mitterrand, alors premier secrétaire du P.S,mais il ne siégera pas, préparant un autre rendez vous électoral.

 
- par Daniel Dériot - 25 mai 2019

Européennes : Michel Raymond (ex élu C.P.N.T) : L' ex-élu chasseur.. lui aussi attaché au « Ni droite-Ni gauche »

 

Actuel président des chasseurs des Gibiers d'Eau du département, Michel Raymond, a été élu député européen...Tout comme le brionnais, fils d'un chasseur, l'écologiste Jean Pierre Raffin, il demeure attaché au « Ni droite-Ni gauche et aime se remémorer que l'électorat de « Chasse Pêche Nature et Traditions » ( 1) , rassemblait un électorat « volatil » en provenance de droite et de gauche...mais aussi et surtout des zones rurales, déjà oubliées.M. Raymond, était l'un des 6 députés européens C.P.N.T, élus aux côtés de Jean Saint Josse. .Michel Raymond, était alors numéro 2 de la liste qui talonnait celle du P.C.F avec près de 7 % des votants (plus de 52% cette année là ).


« DEUX COMMISSIONS EN CINQ ANS « 
A L'époque, Michel Raymond, était également conseiller régional depuis 1992 et vice président de l'assemblée régionale.
«  J'ai mis deux années pour apprendre à m' imprégner des rouages du parlement , se réunissant alternativement à Bruxelles et à Strasbourg, ce qui est un plus pour l'économie de la ville Alsacienne », commente Michel Raymond. Il a siégé tout d'abord à la commission de l'agriculture, puis à celle en charge des affaires étrangères. A l'époque, j'avais trois assistants, dont une à Dijon, au cœur de la circonscription.


AU SEIN DU MEME GROUPE QUE NIGEL PAUL FARAGE
En 1999, les élus du mouvement « Chasse -Pêche- Nature-Tradition » ont rejoint un inter-groupe au sein du parlement européen, dans lequel se trouvait entre autre Nigel Paul Farage, le député britannique prônant l’indépendance du Royaume uni, devenu l'un des leaders du Brexit. . « notre intergroupe, plutôt eurosceptique » avait une liberté totale pour les votes., commente Michel Raymond . Ce groupe avait pour nom : «  Pour une Europe des Démocraties et des Différences ».


SANS OUBLIER THIERRY COSTE , L'HOMME QUI A L'OREILLE DE MACRON
Michel Raymond, se souvient aussi de celui qui ces dernières années a fait progresser les idées liée à la Chasse auprès d'Emmanuel Macron, Thierrry Coste qui dans sa jeunesse a été membre du mouvement « Jeunes et Nature ». Devenu « lobbyiste » Thierry Coste a fait ses « premières armes » auprès des chasseurs et notamment de C.P.N.T.


« SOUVENT LES DEPUTES SONT HORS SOL »
Le travail s'effectue surtout en commission et au sein des groupes, Michel Raymond constate
« souvent les députés européens Français sont Hors-sol, souvent des recalés du suffrage universel pour d'autres élections, pourquoi ne pas revenir à un parlement composé de parlementaires hexagonaux, voir un mixte, assure Michel Raymond. Ce dernier ne manque pas de rappeler, voilà 20 ans, les leaders nationaux conduisaient les listes : A Gauche : François Hollande ; Robert Hue et à droite : Nicolas Sarkozy-Charles Pasqua et François Bayrou. , « cela pouvait entraîner les électeur s» remarque l'ex-élu.


Dans l'enceinte du parlement, Michel Raymond, siégeait juste derrière le leader écologiste Daniel Cohn Bendit...


( 1) Le mouvement n'existe plus en Saône et Loire. Nationalement, il a noué une alliance avec « Les Républicain » pour ces élections. 

- Prochain article et dernier volet de cette série : Charles Delatte, le socio professionnel, premier député européen Bourguignon de 1979 à 1984.

 

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 

- par Daniel DERIOT - 24 mai 2019

Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

Les élections européennes qui se tiendront ce 26 mai sont l'occasion de revenir sur le trajet d'anciens élus bourguignons à cette institution.

Des portraits vous sont ainsi chaque jour proposés.

 

Déjà parus :

 

La Bourgogne au Parlement Européen : Un peu moins d’une dizaine de députés européens originaires de notre région

Européennes : La Bourgogne au Parlement Européen : Un peu moins d’une dizaine de députés européens originaires de notre région
De l'agriculteur Dijonnais, Charles Delatte, premier élu bourguignon au parlement européen en 1979 au bressan Arnaud Danjean, ils ont représenté aussi notre région à Strasbourg et à Bruxelles. Qui sont ils ? Quels parcours ? Que deviennent ils ? À ces interrogations, nous (...)

 

Élections Européennes : Le Dijonnais Pierre Pribetich, a été député européen deux ans : « Des consensus sans doute plus faciles qu’à l’As...

Élections Européennes : Le Dijonnais Pierre Pribetich, a été député européen deux ans : « Des consensus sans doute plus faciles qu'à l'Assemblée Nationale »
Ce dijonnais, professeur à l'université de Bourgogne, proche de François Rebsamen, maire de Dijon, a été député européen de 2012 à 2014 . « Une expérience très ...

 

Élections Européennes : Le colérique Michel Collinot (F.N) emporté par ses colères

Élections Européennes : Le colérique Michel Collinot (F.N) emporté par ses colères
Personnage important de la galaxie du Front National dans les années 80 , Michel Collinot, est élu député européen lors des élections de juin 1984. Alors proche de Jean Marie Le Pen, il n'est toutefois pas l'un ...

 


Élections Européennes : Philippe Malaud, de Matour au Parlement Européen, en passant par les ministères

Élections Européennes : Philippe Malaud, de Matour au Parlement Européen, en passant par les ministères

En 1984, lorsqu'il devient député européen, Philippe Malaud, est encore conseiller général du canton de Matour, conseiller municipal de Macon et surtout Président national du Centre National des ...

 

Élections Européennes : Jean François Hory ( P.R.G) : De Mayotte à Strasbourg en passant par Beaune

Élections Européennes : Jean François Hory ( P.R.G) : De Mayotte à Strasbourg en passant par Beaune
Jean-François Hory, décédé fin décembre 2017, à la clinique Sainte Marie, a été lui aussi député européen, durant dix ans de 1989 à 1999. « il se consacra aussi ...

 

 

Européennes : Marie Thérèse Mutin, première bourguignonne au parlement européenne

Européennes : Marie Thérèse Mutin, première bourguignonne au parlement européenne
En 1977, Marie Thérèse Mutin, devient la première femme, à la tête d'une fédération socialiste, celle de Côte d'Or. Maire de Cessey sur Tille, dan le canton de Genlis, cette enseignante a ...

   

 

Européennes : Marie Christine Vergiat.... une chalonnaise au parlement européen

Européennes : Marie Christine Vergiat.... une chalonnaise au parlement européen

Pleinement impliquée dans le mouvement associatif, en Seine Saint Denis, Marie Christine Vergiat, achève un second mandat au parlement européen. Cette élue de gauche, a passé sa jeunesse dans notre ville avant de ...

 

 

 

Européennes : Jean Pierre Raffin, l’associatif « Protection de La Nature » devenu député Européen

Européennes : Jean Pierre Raffin, l'associatif  « Protection de La Nature » devenu député Européen
Cet universitaire dont les racines familiales se trouvent dans le clunysois et le brionnais, a longtemps enseigné dans le universités de la capitale . Il s'est engagé au contact de ses collègue aux problèmes de ...

  

Européennes : Michel Raymond (ex élu C.P.N.T) : L’ ex-élu chasseur..l ui aussi attaché au « Ni droite-Ni gauche »

Européennes : Michel Raymond (ex élu C.P.N.T) : L' ex-élu chasseur..l ui aussi attaché au « Ni droite-Ni gauche »
Actuel président des chasseurs des Gibiers d'Eau du département, Michel Raymond, a été élu député européen...Tout comme le brionnais, fils d'un chasseur, l'écologiste Jean Pierre Raffin, il ...

 

 

Européennes : Charles Delatte, le socio professionnel, premier député européen, de Bourgogne

Européennes  : Charles Delatte, le socio professionnel, premier député européen, de Bourgogne
Lorsqu'il est élu député européen, en 1979 , le dijonnais, Charles Delatte, est âgé de 57 ans et ce lorrain de naissance a un long passé d'agriculteur mais aussi de responsable engagé dans le monde ...
- par @La rédaction - 23 mai 2019

Européennes : Jean Pierre Raffin, l'associatif « Protection de La Nature » devenu député Européen

 

Cet universitaire dont les racines familiales se trouvent dans le clunysois et le brionnais, a longtemps enseigné dans le universités de la capitale . Il s'est engagé au contact de ses collègue aux problèmes de protection de la nature, en faveur de la protection de la Vanoise dans le années 70 et avant de devenir député européen entre 1991 et 1994, Jean Pierre Raffin, a été président de la Fédération Française des sociétés de Protection de la Nature ( F.F.S.P.N) devenue France Nature Environnement (F.N.E) , dont le siège se trouvait alors, rue cuvier au Jardin de Plantes.


« NE PAS EN FAIRE UN METIER »
Il a été l'un de conseiller technique de Dominique Voynet, lorsque cette dernière était ministre de l'environnement , Jean Pierre Raffin a toujours poursuivi sa carrière d'enseignant-chercheur. « La politique, doit permettre à de citoyen de 'engager concrètement, mai il faut éviter d'en faire un professionnel »' relève celui qui a été élu sur la liste d'Antoine Waechter et qui comptait (entre autre ) le docteur Max Siméoni, pour l'Union du Peuple Corse et la lyonnaise
Djida Tazdaït, organisatrice de la « Marche des beurs »..


« UNE EXPERIENCE INTERESSANTE »
M.Raffin, relève que beaucoup de vote au parlement européen sont le fruit de compromis mai aussi le fruit d'alliance à géométrie variable, à l'époque, précise t'il. « J'ai beaucoup travaillé avec Jacques Vernier, alors maire de Douai, qui 'investissait aussi sur les problèmes d'environnement. Jean Pierre Raffin, a siégé au sein de la Commission de l'environnement, de la santé publique et de la protection des consommateurs . Il a travaillé  aussi avec des élus Suédois, notamment. Autre dossier uivi, ceux liés à la directive habitat des milieux naturels.


« LE NI DROITE-NI GAUCHE, TOUJOURS POUR FAIRE PROGRESSER LES IDÉES ÉCOLOGISTES »
« Il y a une réelle urgence écologiste » relève M.Raffin en constatant « M.Macron a réduit la transition écologique à la seule urgence climatique ». La diversité biologique a été oubliée poursuit celui qui demeure pleinement engagé au sein du mouvement associatif ( 1) . « L'actuelle majorité continue de détricoter le dispositifs permettant d'évaluer les conséquences d'opération concernant la diversité biologique »....Il apporte an exclusive un soutien à la liste « Urgence Écologie » ( 2) sur laquelle figurent notamment , l'ancienne ministre Delphine Batho, le député (ex LREM ), Sébastien Nadot, Antoine Waechter et conduite par le philosophe, Dominique Bourg. « L’Europe nouvelle doit être l'héritière de Konrad Adenauer, Jean Monnet, Robert Schuman, il faut des personnalité qui ne soient pas marquées par le clivage des idéologies de partis traditionnels »....complète, M. Raffin.


( 1) M.Raffin, est impliqué au sein du Centre d’Études du Patrimoine et de l’association « Mémoire du Brionnais »
( 2) Pour voter pour cette liste, il faut télé-décharger le bulletin de vote.


Prochain volet : Michel Raymond...élu de Chasse Pêche Nature et Traditions.

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 
- par Daniel DERIOT - 23 mai 2019

Européennes : Violaine Gillet (PS) "Pour une Europe plus sociale, plus écologique"

Conseillère départementale du canton de Gergy, élue de cette commune, Violaine Gillet est également première secrétaire de la Fédération du PS de Saône et Loire, c'est à ce titre qu'elle répond à nos questions, à l'approche de la fin de la campagne pour les élections Européennes se déroulant dimanche prochain.


- Comment avez vous abordé l'échéance européenne au sein du PS Départemental ?
" MMe Guillaume, députée européenne est venue dans notre département, quel sens à vos démarches, au delà du seul aspect rencontre avec les militants..

Au delà de la démagogie et des discours simplistes, le comité de campagne envie d’Europe 71 a fait le choix de démarrer la campagne par des réflexions ouvertes. D’abord avec le monde associatif à Mâcon, puis avec les militants à Chalon et enfin avec les citoyens au Creusot. 
Élue de terrain, Sylvie Guillaume a su partager les enjeux réels du 26 mai, plus complexes que le simple duel annoncé. Les militants sont sur les marchés et il y a eu des réunions, à l’initiative des sections comme à Givry, la semaine dernière".


-  Le PS et la gauche sont morcelés, se distinguent sur certains points mais convergent semble t'il sur les questions liées à l'écologie, la démocratie européenne, quelles perspectives ?

"Dans cette campagne européenne, le Parti socialiste a fait un choix inédit et courageux : celui de confier la tête de liste à une personnalité nouvelle issue de la société civile. Après nos échecs de 2017, nous montrons notre capacité à nous renouveler et faire de la politique autrement. 

De plus, dans un contexte de montée des nationalismes et des populismes, de crise du projet européen, d’urgence d’écologique, nous avons considéré que les enjeux européens valaient mieux que les querelles de chapelles. 
Avec Place publique, Nouvelle donne et le PRG, nous avons décidé d’unir nos forces pour porter des combats communs au niveau européen. Ces combats communs, ils rassemblent largement les femmes et les hommes de gauche, ceux qui souhaitent en Europe une alternative sociale et écologique face au libéralisme et au nationalisme. 
La main était tendue à tous ceux qui voulaient nous rejoindre et nous regrettons que certains aient préféré une démarche isolée". 



-Quelles réponses notamment à Jean Luc Mélenchon plaidant depuis peu à une nouvelle "Fédération" ?

Jean-Luc Mélenchon fait de la renégociation des traités un préalable dès qu’il est question du projet européen. Et comme ils savent très bien qu’il n’y a pas de majorité en Europe pour changer les traités, cela les dispense de toute action transformatrice. 
Nous, au contraire, nous voulons agir de l’intérieur pour faire avancer l’Europe : avec les socialistes espagnols, portugais, suédois, belges, nous pouvons être plus nombreux encore dans le futur Parlement européen et avoir véritablement les moyens de peser et de mener des combats concrets pour une Europe plus sociale et plus écologique. 
C’est cela l’enjeu de ce scrutin" ! 


Nos photos : Violaine Gillet, lors d'une réunion consacrée aux européennes, la semaine dernière à Givry.

- par Daniel DERIOT - 23 mai 2019

Européennes : Marie Christine Vergiat.... une chalonnaise au parlement européen

Pleinement impliquée dans le mouvement associatif, en Seine Saint Denis, Marie Christine Vergiat, achève un second mandat au parlement européen. Cette élue de gauche, a passé sa jeunesse dans notre ville avant de poursuivre ses études universitaires à la faculté de droit à Dijon. Elle a été directrice de cabinet du maire (PS), Michel Rasera à Chevigny Saint Sauveur, a travaillé également dans au sein du cabinet ministériel de Martine Aubry, en qualité de conseillère technique.

Elle a accepté de répondre à nos questions.



 Quels bilans de vos activités au sein du parlement durant 10 ans ? 
Il n'est pas facile de faire un bilan en tant que parlementaire à titre individuel tant le travail au Parlement européen est d'abord un travail collectif.
Peut être que le plus important est le travail avec des parlementaires d'autres nationalités tant à l'intérieur des groupes politiques que tout au long de la construction du travail parlementaire.
La nécessité de constituer en permanence des majorités car en pratique aucun groupe politique n'a de majorité.

C'est à la fois difficile (notamment au début) mais aussi passionnant. Cela montre comment on peut construire du commun au sein de l'Union européenne en tenant compte de la diversité et de l'Histoire politique des différents États, des différents peuples de l'Union. Peut-être devrions-nous plus souvent rappeler que la devise de l'Union est " Uni.e.s dans la diversité".

Sur le fond, j'ai aussi pu constater la montée des idéologies nationalistes, xénophobes qui font le lit de l'extrême droite et ne concerne malheureusement pas que les partis ainsi étiquetés.

L'évolution de la situation en Hongrie en est un symbole. Depuis 2010, et l'arrivée au pouvoir de Viktor Orban et du FIDESZ,  l'Etat de droit régresse dans ce pays. Dès 2011, le Parlement européen avait alerté sur la question de la liberté de la presse,  puis sur l'indépendance de la justice et n'a pas cessé depuis. Mais aucune sanction réelle n'a été prise face aux violations constantes des droits de l'Homme dans ce pays. Mr Orban étant protégé par le PPE ( Parti populaire européen) dont il était vice-président jusqu'à une période très récente. Si des sanctions immédiates avaient été prises, peut-être n'en serions-nous pas là dans nombre d'autres pays européens.

Même chose sur la question migratoire même si le Parlement européen a plutôt été un lieu de résistance demandant des voies légales et sûres pour les migrants et les réfugiés, tentant de mettre en place des visas humanitaires et de modifier le Règlement de Dublin. A chaque fois, nous nous sommes heurtés à un mur des États membres ne voulant aborder que la question du contrôles des frontières au mépris croissant du droit d'asile et de la convention de Genève.

  Quelles avancées avez vous fait progresser plus particulièrement ...
Le dossier sur lesquels j'ai le plus travailler sont ceux qui concernent les droits fondamentaux et les libertés publiques tant dans l'Union européenne que dans les pays tiers. J'ai notamment travaillé sur les évolutions en Hongrie, la Révolution en Tunisie, la situation au Soudan, la question kurde et le soutien au mouvement du Rif. J'ai par exemple amener la candidature de Nasser Zefzafi en finale du Prix Sakharov du Parlement européen à la fin de l'année dernière ainsi qu'une résolution sur la situation de Selahattin Demirtas, le leader du HDP, emprisonné depuis de longs mois en Turquie comme tant d'autres démocrates dans ce pays.

J'ai aussi beaucoup travaillé sur la question migratoire refusant ce fantasme de la crise des migrants qui alimente peurs et fantasmes.

Dans nos pays et tout particulièrement en France, il y a un crise des réfugiés et même plutôt une crise de l'accueil des réfugié-e-s. Comment ne pas voir que cette question a été alimentée par ceux qui nous ont gouvernés, au dela de leur appartenance politique, tout au long de cette période, reprenant une partie des discours de l'extrême droite au mépris des réalités.

La France a accordé 10 fois moins de protection internationale que l'Allemagne. C'est le pays qui "dubline" le plus, expulse le plus et un de ceux qui reçoivent le moins de réfugiés proportionnellement à sa population. Et je ne parle même dont droit européen et droit international sont bafoués à la frontière franco-italienne puisque notre pays y a rétabli les frontières, alors que nous sommes dans l'espace Schengen, au nom de la lutte contre le terrorisme, et y fait du contrôle au faciès.... faisant un lien ignoble entre le terrorisme et les exilés subsahariens qui fuient guerre, persécutions, catastrophes environnementales et misère, les différentes causes étant étroitement mêlées et l'immense majorité de ces hommes, ces femmes et ces enfants (85 %) restant dans les pays limitrophes. Les Etats de l'Union n'accueillant que 6 % des réfugié-e-s dans le monde. Loin, très loin de toute la misère du monde.

  Quel avenir et quelles perspectives pour la gauche plus que morcelée...
Nous vivons sans doute une période de recomposition politique historique pas seulement en France et en Europe mais partout dans le monde.
La Gauche ou plutôt les Gauches n'ont pas su tirer les leçons de la chute du mur de Berlin.
Loin de s'engouffrer dans l'espace qui s'ouvrait devant elle et de favoriser l'émergence d'une réelle  "3ème voie", la social-démocratie a rallié le néo-libéralisme.

Et il est vrai que nous allons d'échec en échec, sachant mieux nous opposer sur nos différences que nous allier sur nos points communs. C'est ce que j'appelle la guerre du lombric sachant que si l'on ne cesse de le couper en deux, le lombric finit par mourir.

Je suis une femme de Gauche. Pour moi, ce n'est pas juste un mot tiroir. Ce sont d'abord des valeurs, celles notamment de Jean Jaurès, des valeurs d'humanité, de paix, d'égalité, de liberté et d'universalisme.

 J'ai toujours milité en faveur de son rassemblement. C'est pour cela que j'ai rejoint le Front de Gauche fin 2008, que j'ai milité pour une candidature unique en 2017 et sur une liste d'union pour ces européennes. Pour le moment, le repli sur soi est le grand gagnant mais je ne renoncerai pas pour autant.

Avec quelques ami-e-s, nous venons de lancer un appel intitulé : "Gauche : un sursaut nécessaire" et nous allons reprendre notre bâton de pèlerin pour tracer des perspectives....

 

A Suivre : Le brionnais « protecteur de la Nature », Jean Pierre Raffin.

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 
 
- par Daniel DERIOT - 22 mai 2019

Européennes : Marie Thérèse Mutin, première bourguignonne au parlement européenne

En 1977, Marie Thérèse Mutin, devient la première femme, à la tête d'une fédération socialiste, celle de Côte d'Or. Maire de Cessey sur Tille, dan le canton de Genlis, cette enseignante a été également conseillère régionale et députée Européen.


-  Quel regard portez vous sur votre action au parlement Européen ?
  "Je n’ai siégé que deux ans au Parlement européen, en fin de mandat (1997-1999). Il n’y avait alors que 15 pays. J’ai pu me rendre compte du travail énorme fait par les députés dans tous les domaines, du nombre de rapports produits. Étant arrivée en fin de mandat, je n’ai pas été chargée d’un rapport spécifique mais j’ai eu l’occasion de travailler avec mes assistants à un sujet qui me tenait à cœur : la question sociale.

Nous avons eu la possibilité d’étudier la protection sociale dans les quinze pays pour, à partir de cette connaissance, faire des propositions afin d'alimenter la « Charte sociale européenne » dont tout le monde parlait à l’époque sans en donner un contenu. Cela a donné lieu à un ouvrage de 150 pages : "Le Contrat social européen."


- Quel et votre plus mauvais souvenir ?
"Grâce au service de presse  de la délégation française du PSE, j’ai pu présenter cet ouvrage à une quarantaine de journalistes au cours de trois repas : à Bruxelles, à Paris, à Strasbourg, des journalistes censés s’intéresser aux questions européennes. Mais la question sociale est le cadet de leurs soucis puisque même l’existence ce livre n’a été signalée dans aucun journal français, en revanche il a fait l’objet d’une page  dans le journal El PaÏs et d’une émission à RFI. Cela fut une déception pour mes collaborateurs et moi qui étions prêts à tous les débats".

-  A Contrario Le bon souvenir :
"Je suis intervenue au nom des socialistes français pour dénoncer l’accord international A.M.I accord qui devait permettre aux multinationales d’attaquer les états s’ils entravaient certaines de leurs actions. Grâce à l’action des députés européens, l’accord ne fut pas signé. La délégation française a dissuadé Lionel Jospin alors premier ministre de signer cet accord.


  Quels regard sur la campagne actuelle ? Et sur la gauche plus particulièrement ?
"Même à cette époque (il y a 20 ans), le parlement avait un certain pouvoir. Il a été augmenté depuis c’est pourquoi, il est désolant, dramatique de voir la campagne s’abîmer dans des querelles de politique intérieure entre Macron et le RN et le slogan dévastateur seriné par LRM : lutte des progressistes contre les nationalistes, niant le clivage droite-gauche. Mais il est encore plus désolant de voir la gauche en miettes qui n’aura en France que quelques élus ne pesant en rien sur les choix cruciaux dans le domaine de la transition écologique et le domaine social.


J’ai écrit en 2016 un livre sur l’agonie du parti socialiste, à la veille de la présidentielle. Depuis la gauche tout entière s’est fracturée, les réseaux sociaux alimentent les divisions, les débats nécessaires sont remplacés par des invectives ou des insultes. Mais je reste optimiste  : par rapport à 2017 et au grand chamboule-tout qui niait la pertinence du clivage droite-gauche, je crois que petit à petit on revient à ce clivage que je pense indispensable. La cuisante défaite qui s’annonce va obliger, sous la pression des électeurs, les dirigeants des différents groupuscules au rassemblement. Ce sera long, il y aura encore des résistances, des ego empêcheurs d’union. Mais « nécessité fait loi  »  : plutôt que de chercher les divergences entre nous, cherchons ce qui nous rassemble et qui est l’essentiel : la justice sociale au service de la transition écologique, c’est à dire tourner le dos au libéralisme triomphant depuis des décennies".


- Mare Thérèse Mutin est éditrice. Elle dirige les éditions " Mutine ".


Prochain volet : -Jean Pierre Raffin, l'associatif "Protection de la Nature", au parlement européen.

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 
- par Daniel DERIOT - 21 mai 2019

Élections Européennes : Jean François Hory ( P.R.G) : De Mayotte à Strasbourg en passant par Beaune

 

Jean-François Hory, décédé fin décembre 2017, à la clinique Sainte Marie, a été lui aussi député européen, durant dix ans de 1989 à 1999. « il se consacra aussi à la défense de l’agriculture bourguignonne au Parlement européen » avait relevé, l'ancien ministre, sylvia Pinel, en hommage à cette personnalité.


ÉLU TOUT D'ABORD DE MAYOTTE
Cet Intellectuel de haute volée, pratiquait également le sport, essentiellement la natation et le hand-ball.Nommé,secrétaire général de la préfecture de Mayotte,celui qui avait des attaches familiales à Beaune et à Saint Rémy,a été président du plus vieux parti de France, le Parti Radical ancré à Gauche depuis de longues année.

 

Aux législatives de 1981 suivant l’élection de François Mitterrand, M.Hory fut élu député de cette île. Sa carrière politique l’éloigna quelque temps de Mayotte, il revint un temps s’y installer en tant qu’avocat.


AUX COTES DE BERNARD TAPIE EN 1994
Jean François Hory, a siégé dix ans aux parlement européen, élu sur la liste socialiste en 1989, il est à nouveau élu, cinq années plus tard. En 1994, il est même deuxième de la liste « Énergie Radicale », conduite par Bernard Tapis. Un temps président du P.R.G , il tente d'être candidat à la présidence de la république, en vain.


Retiré à Beaune, il continue d'être un observateur attentif de la vie politique, il rédige des articles pour le quotidien, «   La Dépêche du Midi », il a collaboré régulièrement, aux « Échos des Communes », un bimensuel de Beaune et « Aux Nouvelles de Mayotte », dont la dernière chronique faisait suite au décès de Johnny Hallyday. 


Prochain article : Marie Thérèse Mutin , première bourguignonne au parlement européen

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 
- par Daniel DERIOT - 20 mai 2019

Les européennes passent aussi par le marché de la place Saint Vincent

Les européennes passent aussi par le marché.


Dernier dimanche de campagne, pour les militants et supporters de plusieurs listes en présence pour l'unique tour des élections européennes fixées au 26 Mai prochain.


Ce matin, Place Saint Vincent, différentes équipes étaient en présence, notamment devant la Cathédrale, afin de distribuer programmes et circulaires. Côte à côte, se retrouvaient plusieurs élus municipaux : pour la liste socialiste, l'élue régionale Nathalie Leblanc avec le sénateur Jérome Durain, pour la liste « Les Républicains », les adjoints Évelyne Lefebvre et Paul Thébault ; pour les écologistes , Mourad Laoués et la co -secrétaire régionale , Claire Mallard.
Des marcheurs, de La République En Marche avec Philippe Exertier et le député Raphaël Gauvain, proposaient un jeu afin de découvrir les capitales des 28 pays européens.

 
 
- par Daniel DERIOT - 19 mai 2019



Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ


 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle