politique - chalon sur saone

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

EN CE MOMENT...

 

Politique : Européennes et municipales dans la ligne de mire de « La République En Marche »

 

En présentant leurs vœux aux « marcheurs » du Chalonnais, Philippe Exertier (Référent Départemental) et Raphaël Gauvain ( Député), n'ont pas fait de mystère sur les ambitions locales de la « République En Marche ». Les deux prochaines échéances électorales que sont les européennes et les municipales vont occuper l'année qui vient de débuter pour les adhérents.


LE REFUS DE LA LIGNE P-W.C- ( PLATRET-WAUQUIEZ-CIOTTI)
Le référent départemental, M.Exertier n'a pas manqué de rappeler à l'assistance ( Une quarantaine de participants ) le fort taux d'abstentions lors du dernier scrutin des européennes à Chalon. Lors de cette élection, en 2014, la liste de la grande région conduite par Nadine Morano était même en tête dans notre ville, suivie de celle du Front National... »C’est dire que le défi d'être devant est fort » confie Philippe Exertier. Ce dernier a dénoncé la ligne dans laquelle se retrouvent Mrs Platret, Wauquiez et Ciotti... »Nous sommes des européens, pas des eurosceptiques » remarque le référent départemental. Ce dernier a constaté la « bonne santé » des comités locaux dans le département et de ceux du chalonnais ( A Sennecey- Saint Marcel- Sassenay)...

 


LES CHANTIERS DU PARLEMENTAIRE- »NOUS SOMMES UNE FORCE CENTRALE »
De retour de l'Assemblée Nationale, ce vendredi soir, le député Raphaël Gauvain, a évoqué les dossiers pour lequel il est investi à Paris mais aussi dans la circonscription. « Nous contribuons à libérer l'économie, à réformer avec de nouveaux droits pour les salariés » a lancé M.Gauvain. Il a évoqué les dossiers que sont le droit d'asile pour lequel il faut concilier « Humanité et Efficacité ».


.M.Gauvain a martelé « En 2017, il y a eu des bouleversements importants, avec des modérés issus des deux bords, nous allons continuer tout à la fois pour les européennes et pour les municipales ». A propos des Européennes de 2019, il y aura une modification, la liste redeviendra nationale. « Nous allons rassembler en demeurant la force centrale »..Il aussi évoqué, le prochain rendez vous, des municipales de 2010, invitant « Les marcheurs » à se retrouver régulièrement pour travailler sur les thématiques locales et en précisant «  Il faudra là aussi rassembler et des alliances, mais il est trop tôt pour dire avec qui », excluant toutefois l'actuel premier magistrat de la ville ( qui ne doit pas être demandeur NDR )...
Nos photos Aux côtés du député R.Gauv ain, la suppléante , Caroline Ghulam Nabi ainsi que Philippe Exertier, référent départemental de « La République En Marche).

 
 
- par Daniel DERIOT - 13 jan 2018

Raphaël Gauvain (LREM) : « Je serai candidat aux municipales de 2020 - Pas d'alliance avec Gilles Platret»

 

Député de la 5éme circonscription, Raphaël Gauvain, a levé le voile sur ses intentions dans la perspectives des prochaines municipales, il sera candidat sur la liste (1) qui bénéficiera du label « La République en Marche »...

 

Pour l'heure, une probabilité, il ne conduira pas cette liste et deux certitudes : « Il faudra sceller des alliances mais en aucun cas avec Gilles Platret »....

 

L'année 2018 sera également consacrée à l'échéance de la préparation des élections européennes de 2019, pour lesquelles le référent départemental, Philippe Exertier, entend mobiliser ses troupes fortes d'environ 500 membres sur le Grand Chalon, avec un nouveau comité à Saint Marcel. Ces annonces ont été faites, lors de la cérémonie des vœux de la République En Marche du Chalonnais.


( 1) Lors des municipales de mars 1971, le député gaulliste de l'époque, le docteur Bernard Tremeau figurait sur la liste conduite par Yves Guignardat. Six ans, plus tard, en mars 1977 le député socialiste Pierre Joxe, était candidat sur la liste du maire sortant Roger Lagrange.

 
 
- par Daniel DERIOT - 12 jan 2018

Discours d'Elisabeth Borne - Développement de la filière gaz naturel véhicules GNV/bioGNV

Discours d’Elisabeth Borne : Développement de la filière gaz naturel véhicules GNV/bioGNV Usine Fiat Powertrain Technologies, Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire)

Le Jeudi 11 janvier 2018

Seul le prononcé fait foi

Mesdames Messieurs les députés,
Messieurs les sénateurs,
Messieurs les Présidents,
Mesdames Messieurs les élus,
Mesdames, Messieurs,

Je suis très heureuse d’être dans ce très beau site industriel ancré dans son territoire, qui montre que l’industrie a un avenir dans notre pays, et que la transition énergétique est une chance pour l’emploi dans les territoires.

Partout dans notre pays, lors de mes déplacements, j’entends des citoyens, des élus locaux,
· qui se soucient des enjeux climatiques, des problèmes de bruit et de pollution de leur ville, de leur vallée,
· qui attendent de nous de leur permettre d’accéder à des transports plus propres et plus durables, pour eux-mêmes et pour les biens qu’ils consomment.

Cette ambition je la partage pleinement avec Nicolas Hulot.

Nous la portons au travers du Plan climat pour atteindre la neutralité carbone en 2050, avec un objectif clair que la transition énergétique des véhicules soit accessible à tous et ne génère pas d’exclusion.

Une transition énergétique que je ne vois pas comme une contrainte mais une réelle opportunité qu’a pleinement saisie votre filière.

Le site que nous venons de visiter en est une illustration.

Le lancement d’un nouveau moteur gaz et le rapatriement d’une partie de la production montrent en effet que la transition écologique est une chance et créatrice d’emplois.

Ce n’est pas vous, Mesdames et Messieurs les élus, qui me contrediraient, au vu des impacts que ces évolutions ont sur l’emploi et l’attractivité de votre territoire.

Les investissements associés généreront des heures de travail supplémentaires et l’acquisition de nouvelles compétences pour les salariés du site. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

C’est donc avec plaisir que je suis parmi vous aujourd’hui et je remercie Iveco, l’Association française du gaz naturel véhicule et tous les acteurs de la filière d’avoir organisé ces échanges.

Pour moi, cette journée s’inscrit dans la continuité des Assises nationale de la mobilité, à laquelle vous êtes nombreux à avoir contribué, et je vous en remercie. Elle nous permet d’affiner la stratégie de mobilité que nous sommes en train de construire.

Les échanges lors des Assises ont montré la nécessité de structurer la mutation des mobilités autour de jalons, de donner de la visibilité à tous les acteurs.

C’est, il me semble, l’une des premières responsabilités de l’Etat, en particulier dans les phases de transition que nous connaissons.

Nous devons donner un cap clair pour vous permettre, constructeurs, transporteurs, acteurs de la chaîne des mobilités propres, d’investir, de prendre des décisions éclairées.

Le plan Climat donne des jalons à horizon 2040 et 2050.

La loi d’orientation des mobilités devra en définir d’autres, plus séquencés, ou plus spécifiques.

Mon ambition, c’est de construire une trajectoire de verdissement de nos flottes qui permettent le plus rapidement possible d’assainir les zones où la pollution se concentre (villes, vallées…) et d’atteindre les objectifs du Plan Climat.

Dans ce cadre, le GNV, et surtout le bioGNV, ont une place centrale, en complémentarité des autres vecteurs énergétiques, sur leurs segments de pertinence.

C’est pourquoi nous avons lancé avec Nicolas Hulot le 21 novembre une mission relative au plan de déploiement des véhicules fonctionnant au gaz naturel.

Elle ne part pas de rien : la filière a déjà fourni un travail important comme nous l’avons vu durant la table ronde. Les conclusions de la mission nous seront présentées à la fin du mois de février et s’appuieront sur les travaux déjà réalisés par la filière.

Le rôle de l’Etat, c’est aussi de rendre possible, grâce à des réglementations adaptées, qui assurent la sécurité de nos concitoyens mais n’entravent pas l’activité.

L’Etat doit aussi permettre l’intégration par les acteurs économiques des externalités qu’ils génèrent.

A ce sujet, nous analysons avec beaucoup d’intérêt la proposition issue des Assises de déployer progressivement des zones à faibles et très faibles émissions dans les villes françaises.

Là encore, le rôle des pouvoirs publics sera de donner de la visibilité pour accompagner ces changements.

Sans attendre ces échéances, nous avons souhaité encourager les comportements vertueux.

Je pense notamment au gel jusqu’en 2022 du taux de la TICPE du GNV, et à la reconduction jusqu’à fin 2019 du dispositif de suramortissement pour les achats de véhicules GNV supérieurs ou égaux à 3,5 tonnes.

Deux mesures qui, je le sais, étaient très attendues par la filière. Grâce à elles, il faut le dire : la filière GNV est vraiment compétitive, et il ne faut pas que les transporteurs, que les autorités organisatrices, hésitent à se lancer.

Pour accélérer ces évolutions, je suis à l’écoute des propositions de la filière.

J’ai bien noté, par exemple, celle d’élargir le dispositif de suramortissement aux transports de voyageurs, qui fait l’objet d’une expertise.

Mais au final, la responsabilité de cette transition et les leviers pour la mettre en œuvre reposent d’abord sur vous.

· Les constructeurs et les équipementiers développent les technologies propres et travaillent à en réduire les surcoûts ; certains segments ne semblent pas encore avoir leur motorisation propre.

J’invite la filière à poursuivre les développements en France, en s’appuyant au besoin sur les dispositifs de soutien à l’innovation que l’Etat a mis en place.

La formation des salariés est également clé pour accompagner ces changements, c’est le sens de la réforme de la formation professionnelle que Muriel Pénicaud porte.

· Les transporteurs de marchandises comme de voyageurs, et les chargeurs, sont au cœur de la démarche de verdissement.

L’Etat soutiendra les initiatives qui visent à mettre en œuvre des plans d’action de réduction de GES, à l’instar du programme Objectif CO2 qui s’achève et qui a bénéficié de CEE.

Mes services travaillent actuellement avec les transporteurs et chargeurs pour lancer un nouveau programme.

Par ailleurs, je sais que plusieurs transporteurs de Saône-et-Loire ont déjà investi et engagé des partenariats avec des chargeurs pour réduire la pollution et le bruit et nous ne pouvons que nous en féliciter !

· Le développement du GNV doit se décliner dans tous les territoires. Je suis heureuse de voir que les acteurs économiques se sont saisis de cet enjeu et déploient des infrastructures, avec déjà plus de 60 stations ouvertes au public dans notre pays, dont 2 en Saône-et-Loire.

Dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, un appel à projets cible le développement simultané de stations GNV et de flotte de véhicules. Ce dispositif a rencontré un franc succès. 8 projets ont été sélectionnés : ils représentent plus de 381 M€ d’investissements dont 30 M€ d’aides de l’Etat.

100 nouvelles stations seront ainsi créées dans les 4 prochaines années, dont deux devraient être proches de Bourbon-Lancy.

Les résultats seront rendus publics en début d’après-midi.

Ces premiers déploiements sont encourageants mais ne couvriront pas encore l’intégralité du territoire.

Je suis à l’écoute de vos propositions pour les accélérer et permettre un maillage qui ne laisse pas de territoire de côté.

· Les collectivités territoriales y sont naturellement attentives et ont un rôle particulier à jouer à ce sujet.

Elles permettent voire suscitent le déploiement d’infrastructures d’avitaillement sur leur territoire. Elles s’inscrivent dans la démarche de verdissement de leur propre flotte et pour les plus grandes de mise en place de zones à circulation restreinte.

Enfin, j’aimerais souligner l’enjeu spécifique du biogaz. Le GNV permet de fortes réductions d’émissions de particules fines et de NOx mais il ne permettra pas, sans biogaz, d’atteindre nos objectifs climatiques.

Le GNV trouvera sa pleine efficacité avec l’incorporation croissante du bioGNV. Le biogaz présente par ailleurs un intérêt intrinsèque de valorisation des déchets, notamment en milieu rural.

Des dispositifs d’aide publique encouragent le développement de la filière bioGNV, production et consommation.

Le territoire de Saône-et-Loire s’engage, avec l’usine de tri-méthanisation-compostage de Chagny et la construction du méthaniseur de déchets agricoles de Ciel.

Il est nécessaire d’aller plus loin, plus vite, pour développer la production du biogaz en amont et son recours en aval.

L’alimentation directe des véhicules depuis les sites de production de méthane, qui renforce encore l’ancrage de la filière dans les territoires fait ainsi l’objet d’une expertise.

Nous avons également annoncé la constitution d’un groupe de travail chargé d’examiner les possibilités de simplification ou d’accélération qui s’appuiera sur le comité national biogaz.

Vous le voyez, les défis ne manquent pas, mais je vous sais pleinement mobilisés pour que nous les relevions ensemble. Je crois beaucoup à la filière GNV, et je compte sur vous tous pour atteindre nos objectifs de mobilité propre.

Je vous remercie pour votre engagement.



_______________________________

Seul le prononcé fait foi
 
- par Préfecture de Saône-et-Loire - 11 jan 2018

Sébastien Martin candidat aux Municipales à Chalon en 2020

Sébastien Martin, Président LR du Grand Chalon,  a annoncé lors des traditionnels voeux à la Presse du Grand Chalon que " le débat local n'a rien à voir avec le débat national" et qu'il serait de la partie aux municipales à Chalon en 2020.

A suivre... dès demain !

Propos recueillis par Daniel Deriot
 
- par Propos recueillis par Daniel Deriot - 11 jan 2018

EPR : Point de vue de François Lotteau, conseiller municipal à Rully en réponse à Christophe Sirugue

 

Afin d'alimenter le débat François Lotteau nous a fait parvenir le communiqué suivant à la suite de l'interview de Christophe Sirugue sur Creusot info, dans laquelle il dit qu'il ne faut pas se mentir et mettre des EPR partout.


Cher Christophe,
Je comprends qu'en ce début d'année on émette des vœux.
Les tiens, sur l'avenir du nucléaire, sont de haut vol !

Le grand carénage pour suivre les injonctions de l'ASN,
et plus encore pour prolonger des centrales en fin de vie.
Des EPR partout, pour, ensuite, les remplacer à long terme.

De quoi faire briller les yeux des travailleurs du nucléaire,
notamment dans notre région, une fois traitée la question de la forge.

Seulement voilà, parmi ces travailleurs, ceux que j'ai rencontrés n'y croient plus.
Ils ne veulent plus qu'on réponde à leurs inquiétudes justifiées
par des promesses intenables.

Ils préfèreraient parler sérieusement de ce que vont réellement devenir leurs emplois.
Toi qui as été secrétaire d'Etat à l'Industrie, tu dois savoir mieux que quiconque
qu'on ne trouve pas les milliards nécessaires à un tel projet sous le sabot d'un cheval !

Encore faudrait-il, même si l'on cassait la tirelire au détriment de la dette
et du financement du développement des autres formes de production d'électricité
comme le fait le monde entier sauf la France, qu'au moins un EPR parvienne à voir le jour,
qu'il ne coûte pas dix fois plus cher que prévu, que ça ne prenne pas dix ans de plus que prévu,
qu'il n'intègre pas dès le début des défauts potentiels de sûreté ...

Voici mes vœux aux travailleurs de cette filière, dont je respecte les droits et les inquiétudes.
Que tout le monde se mette autour de la table, que tout soit dit, de façon transparente
et que l'on sache où on va. Qu'un vrai projet d'avenir soit élaboré avec eux,
pas des incantations, pas des illusions.

Ce n'est sûrement pas facile, c'est vrai. C'est plus facile de dire on continue,
même si tous les signaux sont au rouge, que de reconnaitre qu'il faut changer de chemin.
La catastrophe économique et sociale n'est pas encore suffisante ?
J'espère qu'il ne faudra pas attendre la catastrophe nucléaire pour changer de logique.
Je crains qu'à force de s'enfoncer dans le marasme financier, EDF finisse par ne plus pouvoir éviter,
de sous-traitance en réduction de personnel,de qualification et en perte de savoir-faire,
l'erreur humaine fatale, les effets de la vétusté d'une vanne, d'un circuit électrique ...
Travailleurs irradiés, eau, air contaminés, zones plus ou moins étendues devenant impropres
à l'agriculture, à l'habitation ... Ce pourrait bien être ça le résultat des projets pharaoniques
qui marquent toujours la fin d'une civilisation.
Passons à autre chose, avec sérieux et un optimisme résolu.

François Lotteau, conseiller municipal à Rully.

 
- par François Lotteau, conseiller municipal à Rully - 11 jan 2018

Nadine Morano (LR) : « Pas d'accueil généralisé pour les réfugiés »

« Nous devons faire preuve de fermeté et d'humanité » a lancé Nadine Morano, mercredi soir en évoquant le sujet des migrations devant une assistance nombreuse ( environ 230 personnes) composée de militants de « Les Républicains ». Aux côtés des adhérents du Chalonnais ( 1) , venus aussi partager la galette « républicaine » et s'acquitter de l'adhésion pour l'année 2018, des délégations de Côte d'Or, du Jura et de la Nièvre ( 2) étaient présentes, pour cette première rencontre, tout juste un mois après l'élection de Laurent Wauquiez, à la présidence du parti.

 

 


 

GILLES PLATRET : « OUVRIR LES YEUX... ET LES OREILLES... DE LA CAVE... AU GRENIER »
Porte parole national et président départemental de « LR », Gilles Platret a indiqué « Nous sommes le premier parti de France, notre vision républicaine va à l'encontre de celle de M. Macron, le dossier des migrations, ce n'est plus un sujet marginal »...

Poursuivant, le maire de Chalon, a esquissé les propos de Nadine Morano (actuelle députée européenne et ex Ministre) en souhaitant « que le droit d'asile soit restreint à celles et ceux qui en ont besoin . A propos de l'Aide Médicale d'Etat, Gilles Platret a souligné « Nicolas Sarkozy, a réformé les conditions de cette aide »


Au sujet de la vie interne de LR, Gilles Platret a rappelé «  il y a un an , nous étions à la porte du pouvoir ». Après avoir rendu hommage à Bernard Accoyer « il a bien tenu la maison, avec notamment les ateliers de la refondation. La nouvelle équipe n'a pas d'esprit de dégagisme mais une volonté de rassemblement. Nous avons la capacité à dépasser les divisions » en rappelant les visions différentes sur l'Europe de Jacques Chirac et de Charles Pasqua...


« JE SUIS GAULLISTE AUX RACINES CHRÉTIENNES »...
Avant de présenter un court-métrage réalisé lors d'un déplacement au Liban et en Jordanie, en qualité de députée européenne, Nadine Morano, a évoqué le dossier de l'immigration, «c' est un sujet délicat, nous devons débattre sans tabou, nous parlons d'hommes, de femmes et d'enfants. Il ne doit pas y avoir d'accueil généralisé. Il y a 100 bidonvilles en région parisienne. La Jungle de Calais, c'est une honte. Nous devons avoir une politique de fermeté et d'humanité. Il y a eu plus de 8000 morts en méditerranée, ces dernières années » a lancé Mme Morano.

Cette dernière a dénoncé l'augmentation du budget alloué à l'aide médicale d'Etat et la baisse de ligne budgétaire pour les reconduites aux frontières. « Sur 100 000 demandes de droit d'asile, 71 % sont déboutées, 10 % seulement sont reconduits aux frontières, on a une forme d'invasion » constate sévèrement Mme Morano.

 

« La France ne peut accueillir tout le monde » a martelé Nadine Morano, constatant que « M.Macron s'est "planté" lors de sa visite au Burkina-Faso. L’électricité, c'est un problème majeur en Afrique. L'électrification permet de gagner des points de croissance » a relevé l'ex ministre en faisant référence aux actions de l'ex ministre Jean Louis Borloo, sur ce thème. « Il faut régler les problèmes d'immigration à la source et avec la proximité... La politique de Mme Merkel, c'est l'élection aussi de députés d'extrême droite comme en Autriche »


LE BUDGET POUR LES MINEURS ISOLES...EXPLOSE-UN INVENTAIRE DES LIEUX DE CULTE
« Notre république est laïque, ce n'est pas le développement du voile » a remarqué, Nadine Morano dénonçant un « Islam radical et un islam politique ». Elle se prononce, contre la construction de nouvelles mosquées et la députée européenne réclame « un véritable recensement des lieux de cultes, cela permettra aussi de mieux les sécuriser ».

Les budgets des départements en faveur des mineurs isolés explosent a constaté l'ex ministre. Cette dernière a qualifié la politique de M. Macron comme celle « D'une politique de gauche  qui pique aussi l’argent des retraités ». Quant à la limitation de vitesse à 80 KM, «C'est déconnecté de la vie des territoires. L'actuel premier ministre M. Philippe, est un ancien du PS.... ». J'ai moi même effectué deux stages pour récupérer des points »...a précisé Mme Morano...

En guise de conclusion, avant la dégustation de la galette, Gilles Platret , a lancé « Les militants d'En Marche, ils sont où ? ».

 

PROCHAIN INVITE : CHRISTIAN JACOB
Député de Seine et Marne, l'ancien syndicaliste agricole, Christian Jacob, actuel président du groupe « Les Républicains, à l'Assemblée Nationale , devrait animer une réunion publique dans notre département, a annoncé Gilles Platret.


( 1) : Concurrence avec le match de l'Elan, avec les vœux des élus de Saint Marcel, les élus étaient eux en nombre restreint... des élus chalonnais : Evelyne Lefebvre, Benoit Dessaut, Paul Thébaut, Dominique Rougeron, d'ex élus avec Madeleine Mazière, Jacqueline Falconnet ( ex conseillère générale de Macon Nord) ou encore Michel Goubard, ancien maire de Saint Désert ; des syndicalistes étudiants de l'UNI ont participé à cette réunion.


( 2) JACQUES BAUDHOIN : «  DE DROITE ET FIER DE L'ETRE »
Régulièrement, le secrétaire départemental de « Les Républicains » de la Nièvre, Jacques Baudhoin, traverse le Morvan, pour venir assister aux réunions publiques organisées par ses collègues de Saône et Loire. « Je suis là par fidélité à Gilles Platret. Nadine Morano évoque sans détour des sujets sensibles, elle a un franc parler qui ne me déplaît pas. Pour ma famille politique, la Nièvre demeure une « terre de mission »..a commenté M.Baudhoin.


Nos photos : Lors des interventions de Nadine Morano et de Gilles Platret

- par Daniel DERIOT - 11 jan 2018

Jean François Hory n'est plus. Ancien député, il avait présidé le P.R.G de 1992 à 1995

« Un bourguignon élu député de Mayotte », tel était le titre de l'un de nos confrères de la presse écrite de Côte d'Or, en Juin 1981. En effet, celui qui avait été quelques années auparavant de suivre la politique territoriale pour le gouvernement dans cette île, est élu député.


Bien que né , dans les Vosges,, en 1949 Jean François Hory, était bourguignon. Il était diplômé et droit et en sciences politiques.
Cet homme de gauche, non sectaire, rejoint le M.R..G, qui deviendra le P.R.G. Il présidera d'ailleurs cette formation politique. En 1989, il est député européen sur la liste PS-PRG, en 1994, i l est ré-élu député européen , sur la liste « Énergie Radicale » conduite par Bernard Tapie. IL préside le PRG, de 1992 à 1995...Une présidence, entre deux autres fortes personnalités, de ce parti, le corse Emile Zuccarelli et l'homme du sud ouest, Jean Michel Baylet.


«  Il Suscité la méfiance des socialistes, qui lui soupçonnaient des accointances giscardiennes pour avoir été secrétaire général du Conseil départemental de l’île, acquis à VGE, il avait rejoint le Mouvement des radicaux de gauche (MRG) », relève un journaliste de Mayotte.


M.Hory, demeurait à Beaune, sa sœur, Martine a été conseillère municipale et adjointe de Saint Rémy, de 1995 à 2014, elle a été conseillère communautaire, en charge de la petite enfance, sous la présidence de Christophe Sirugue,entre 2008 et 2014.

 
- par Daniel DERIOT - 28 déc 2017

Politique : A la place de la permanence parlementaire de C. Sirugue...Un office notarial. De la théorie à la pratique

Un office notarial, ces dernières semaines, a pris place dans l'ancienne permanence du député Christophe Sirugue. Cette permanence se trouvait à l'angle des rues de la banque et Gloriette.


Un moyen pour les occupants actuels de mettre en pratique les lois votées par M. Sirugue,durant près de dix ans.

 
- par Daniel DERIOT - 27 déc 2017

Municipales complémentaires à Gourdon, le dimanche 4 Février, pour 2 Conseillers..Déjà 2 candidats

Suite au décès de Jacqueline Ackermann, en novembre dernier et à celui de Claude Le Rouzic, en septembre 2014, le conseil municipal de la commune de Gourdon, à côté de Montceau les mines est incomplet. Afin d'élire un nouveau maire, le conseil doit compter 15 membres.


DEJA DEUX CANDIDATS
Deux habitants ont déjà fait acte de candidature, ils bénéficient du soutien du conseil municipal, ce dernier élu en mars 2014 , est composé des candidats de la liste « Pour l'avenir de Gourdon », conduite alors par Jacqueline Ackermann.

Cette liste était en compétition avec celle de Joël Flamand, longtemps conseiller municipal de Montceau, cette équipe dénommée « Ensemble pour Gourdon », n'avait pas eu d'élu... Indirectement, elle en comptera peut-être une, en février prochain.
En effet, les conseillers en fonction ont sollicité et apportent leur soutien à Jean Luc Bathiard et à Angeline Gonin. Cette dernière était candidate sur la liste conduite par Joël Flamand, en mars 2014.

 

Angeline Gonin, candidate lors de l'élection complémentaire du 4 Février prochain, elle bénéficie du soutien du conseil, elle avait été candidate en mars 2014 sur la liste "Ensemble pour Gourdon), alors non élue, en 2éme position en nombre de suffrages pour cette liste.

 


LE RENDEZ-VOUS DE 2020 OU 2021
«  Je ne suis pas candidat, pour cette élection complémentaire » a confié Joël Flamand. « Je me réserve plutôt pour le renouvellement complet de mars 2020 ou 2021 » devait poursuivre l'intéressé.


« Etre candidat en février prochain n'a aucun sens pour moi » a complété M.Flamand..
Marc Repy, premier adjoint au maire assure les fonctions de maire par intérim, il prépare donc les élections complémentaires fixées au dimanche 4 Février 2018. Ce seront les premières pour cette nouvelle année. Il y a environ 800 inscrits sur la liste électorale  de cette localité, située aux portes de Montceau les mines.


Nos photos ( Capture d'écran) : Le bureau municipal l élu en mars 2014 dès le premier tour- Angeline Gonin, candidate en février prochain ( déjà candidate en mars 2014 sur la liste de Joël Flamand- Joël Flamand, tête de liste en mars 2014 (Ensemble pour Gourdon), se réserve pour 2020-2021

 
- par Daniel DERIOT - 24 déc 2017

Politique : Après avoir quitté l'U.D.I, un élu de Blanzy rejoint « Les Républicains »

Actuel conseiller municipal de Blanzy, Sébastien Rataczak, qui avait claqué la porte de l'U.D.I 71 dont il était trésorier, vient de rejoindre « Les Républicains ». C'est ce qu'il annonce dans un communiqué.


« Après avoir quitté l'UDI dont je ne partage plus le manque de clarté, en particulier en Saône-et-Loire, j'ai rejoins aujourd'hui « Les Républicains » et en ai informé Gilles Platret, président départemental. Je souhaite en effet poursuivre mon action en faveur de mes concitoyens, notamment du bassin minier, dans un cadre clair qui me correspond réellement. Les prises de position, tant de Laurent Wauquiez, que du président départemental, sont parfaitement en adéquation avec mes valeurs et mes convictions. C'est la raison pour laquelle, c'est avec enthousiasme que je poursuivrai dorénavant au sein des Républicains mes actions militantes. »

 


ELU EN 2014 SUR LA LISTE DU MAIRE PS
Sébastien Rataczak, avait été élu conseiller municipal en mats 2014, sur la liste conduite par l'actuel maire socialiste de Blanzy, Hervé Mazurek. Il était alors en 9éme position. Durant une année, l'élu M.Rataczak a possédait une délégation en qualité de conseiller municipal délégué en charge de la sécurité. A l'automne 2014, M.Rataczak, rejoint le Modem. Pressenti pour être le candidat remplaçant de Jean Girardon, pour les départementales dans le cadre d'un accord UDI-LR, l'intéressé se retire et rejoint l'UDI 71, dont il devient le trésorier de la fédération départemental. 

 

 

EN ACCORD AVEC LES POSITIONS SECURITAIRES DE GILLES PLATRET
Sebastien Rataczak, semble être en accord avec les idées et initiatives portées par le président de la fédération de « Les Républicains », en Saône et Loire, Gilles Platret. Ce dernier, développant localement des actions en matière de sécurité semble avoir « séduit » l'élu de Blanzy, très au fait des problèmes de sécurité. La démarche de M. Rataczak, s'inscrit aussi dans le renouvellement et le rajeunissement de la droite dans un certain nombre de villes proches de Montceau...Des villes comme Sanvignes, Montchanin et justement Blanzy sont considérées comme des « Citadelles » de gauche, qu'entend « titiller » « Les républicains », lors des prochaines municipales.- Elu de Blanzy, depuis 2014, il a claqué la porte de l'UDI 71 dont il était trésorier pour rejoindre "Les Républicains"

 

 
- par Daniel DERIOT - 19 déc 2017

Christophe Sirugue au Conseil communautaire

"

Je suis intervenu également ce soir lors du conseil communautaire du Grand Chalon sur le rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur les années 2010 à 2015 qui après celui de Chalon permet de clore les allégations de mauvaise gestion que la droite n’avait pas manqué d’agiter contre mes équipes et moi-même au cours de la campagne des municipales de 2014.

Monsieur le Président,
Chers collègues,

Mon intervention relative à ce rapport de la Chambre Régionale des Comptes sera relativement succincte puisque je me retrouve dans l’essentiel de ce qu’il met en avant au travers des quatre thématiques qu’il traite.

La situation financière, première thématique, avait déjà donné lieu à un débat au sein de notre instance le 16 octobre 2014, lors de la présentation des conclusions rendues suite à l’audit que vous aviez demandé.

J’ai relu mon intervention et je pourrais la prononcer à nouveau ce soir puisque l’essentiel du constat qu’il faut en retenir, c’est la profonde modification de la structure budgétaire de notre intercommunalité en conséquence des lourdes évolutions de compétences effectuées en 2012.
Le budget est ainsi passé de 89,9 M€ en 2010 à 124,7 M€ en 2015.
Les effectifs sont passés en raison du transfert de certains personnels des communes vers le Grand Chalon de 304 à 709 agents.
Les produits de gestion ont cru de 39,5 M€ à 60 M€ et les charges de gestion de 28 M€ à 49 M€.
Ces quelques chiffres montrent l’ampleur de cette évolution.

La situation financière confortable des années 1990 lorsque la communauté d’agglomération se limitait essentiellement à des interventions de cohérence territoriale s’est progressivement resserrée à p artir du milieu des années 2000. Je redonne ces chiffres de la dette qui ont cru avec l’affirmation d’un projet politique développant une communauté d’agglomération de projets sous les mandats notamment de Dominique Juillot, de moi-même et de vous aujourd’hui.
L’encours a progressé de 22,26 M€ en 2007 à 41,9 M€ en 2009 pour s’établir à 55,4 M€ en 2015.
Cela a permis avant nous de financer les travaux importants de l’espace nautique, ou pour ce qui concerne la période me concernant, comme le mentionne le rapport page 25, de financer l’aménagement de Saoneor que vous poursuivez ce dont je me réjouis, la gestion des déchets avec de nouvelles déchetteries et de nouveaux matériels, la mise à deux fois 2 voies de la RCEA désormais terminée, les aménagements de voirie, le réseau haut débit, la petite enfance et le conservatoire. Sans oublier bien sûr de rappeler que les équipements sportifs et culturels transférés de la Ville de Chalon à l’agglomération en 2012 ont provoqué l’ajout des emprunts afférents évalués à 9 M€.

Ce rapport traite aussi de manière détaillée ces transferts de compétences et la mutualisation des services. Comme j’ai eu l’occasion de le dire il y a quelques semaines, lors de l’examen du rapport de la Chambre des Comptes de la Ville de Chalon, où figurait dans les mêmes termes l’analyse de ces évolutions, la Chambre constate que la mutualisation a été faite dans des conditions juridiques et financières particulièrement complexes, d’où pas assez transparentes et en partie irrégulières. J’assume cette responsabilité pour ce qui m’incombe puisqu’une partie de la remarque vaut après 2014 - le terme d’irrégularités se réfère en effet à l’absence de conventions en 2014 et 2015 - car nous avons beaucoup tâtonné pour trouver les bons mécanismes et clarifier les incidences budgétaires profondes qu’elle a générées sans toujours trouver les réponses normées à nos difficultés, absence de réponse de l’Etat. Et je redis ici aussi ma gratitude envers les services qui ont eu à gérer cette transition fondamentale.

Un mot de la remarque de la Chambre des Comptes sur le fonds de mutualisation que nous avions mis en place et qui a dû être abandonné en 2011. Oui, notre volonté était que le Grand Chalon et la Ville de Chalon puissent associer les autres communes aux enjeux de ces transformations. Il s’agissait pour nous, aussi, d’une logique de construction d’un esprit communautaire. Cela nous a été interdit et d’autres voies ont donc été mises en place.

Sur les ressources humaines qui est le troisième thème de ce rapport, je dirais simplement que lorsque l’on accroît de 57% les effectifs notamment par ces transferts de compétences, il est légitime que la Chambre formule des recommandations pour améliorer la situation. Je note d’ailleurs que au total de l’examen des magistrats de la Chambre Régionale des Comptes, ce rapport ne se traduit que par 4 recommandations dont 3 concernent les ressources humaines.

La quatrième recommandation est relative au dernier sujet traité, celui des transports urbains.
Elle demande que soit amélioré le suivi de la délégation de service public en termes d’évaluation de la fréquentation et d’analyse des coûts. On ne peut que le souhaiter. Mais sans oublier l’impérative exigence qui nous est faite d’assurer le développement de l’offre de transports qui est nécessaire. Et je me réjouis d’ailleurs que les orientations annoncées lors de l’examen du PLUI au dernier conseil communautaire ou dans les différentes expressions publiques que j’ai pu voir récemment, aillent maintenant en ce sens.
Personne n’a jamais prôné le sans voiture dans une agglomération comme la nôtre, contrairement à ce que j’ai parfois pu entendre. Mais le laisser faire ou toute frilosité dans l’indispensable soutien à de nouvelles formes de déplacement seraient dangereux, voire coupable pour l’avenir.
Les enjeux environnementaux qu’ils soient relatifs à la santé, à la démographie, à la consommation ou à la production d’énergie ou que sais-je encore, exigent que se développent les déplacements doux comme le vélo ou l’offre de service en matière de transports collectifs.

Monsieur le Président, mes chers collègues, notre communauté d’agglomération a de belles pages à écrire pour les générations d’aujourd’hui et de demain. Chacun y prend sa part dans, même si je sais que cette expression peut faire grincer, un presque continuum. Les pages de ce rapport de la Chambre Régionale des Comptes ne disent pas autre chose même si elle nous engage à toujours plus d’exigences.

  "

 

 


  Voir sur FACEBOOK : 

- par C.SIRUGUE (sur Facebook) - 14 déc 2017

Grand-Chalon : Fabrice Rignon (adjoint au maire de Chatenoy) élu vice président, hier soir, il succède à Marie Mercier

Actuel Adjoint au maire, chargé des gestions financière et économique à Chatenoy le Royal, , Fabrice Rignon , a été élu vice président du Grand Chalon avec 65 voix et 25 bulletins blancs.


AIDE ALIMENTAIRE-HABITAT ET RENOVATION URBAINE
M.Rignon, remplace Marie Mercier, disposera notamment des compétences liées à l'emploi, aux nouvelles filières.. Au cours de la dernière séance de l'année civile, les élus communautaires ont approuvé à l'unanimité un nouveau dispositif pour l'aide alimentaire. Unanimité également pour un plan de rénovation de l'habitat privé pour 2018-2020, concernant dans un premier temps, les quartiers pilotes composés de lotissements à Saint Rémy ( Hameau du Chateau et le lotissement de la voix romaine ) et à Chatenoy le Royal ( quartier des castors ), soit environ 300 maisons individuelles.


RAPPORT DE LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES : UN DEBAT COURTOIS MAIS FERME
Déjà présenté à la ville de Chalon, le rapport de la chambre régionale des comptes (sur la gestion 2010-2015), a été présenté par Jean Claude Rousseaux (élu chalon, vice président en charge des finances). Les échanges entre Christophe Siruque (Elu Chalon-Président de 2008 à 2014) avec l'actuel président, Sébastien Martin, ont été courtois , fermes mais beaucoup moins polémiques qu'au sein de l'assemblée municipale de Chalon. Le maire de Lans ( Gilles Desbois), a interpellé le président du Grand Chalon, sur l'aide aux petites communes.


QUELQUES ECHOS...
90 Conseillers présents et représentés.
Gilles Platret ( Maire de Chalon) avait donné pouvoir à Sébastien Martin ( également élu de Chalon)
Tristan Bathiard ( élu de Saint Rémy) pouvoir à Francine Chopard ( élue de Chalon)
Le nouveau maire de Chatenoy le Royal (Vincent Bergeret), ne siège pas au conseil communautaire ( Il siège au conseil des maires) , il était présent tout comme Christian Cléaux (Minorité de Chatenoy) dans les rangs du public.
Les élus de Saint Marcel (Fernand Burdin et Karine Plissonnier) ont quitté la séance à 20 H15, pour une autre réunion, celle du conseil municipal de leur ville.

Karine Plissonnier a été rapporteur de la question liée à l'aide alimentaire, sujet pour lequel, elle a travaillé aux côtés d'Annie Lombard ( Élue de Chalon, Vice présidente en charge des solidarités)). Pour la petite histoire, c'est sur le territoire de la commune de Saint Marcel que se trouve le siège départemental de l'une des trois associations partenaires de ce dispositif, associant la Fédération des Associations Chalonnaise d'Entraide, le restaurant du cœur chalonnais et le secours populaire français.

En 2016 : 7300 Grand chalonnais ont bénéficié de cette aide.
Notre photo : Fabrice Rignon, il est élu de Chatenoy le Royal, depuis bientôt 10 ans (Mars 2008). Impliqué professionnellement dans l'insertion professionnelle, il aura en charge l’emploi, le développement des nouvelles filières, en qualité de vice président du Grand-Chalon.


A SUIVRE.

 
- par Daniel DERIOT - 14 déc 2017

Présidence, « Les Républicains », un bureau de vote à Chalon

Une trentaine de militants de « Les Républicains » ont franchi la porte de la permanence départementale, rue Général Leclerc, ce dimanche.

Ces militants ont pu voter, par internet, afin de choisir le président de L.R .


GILLES PLATRET AUX COTES DE LAURENT WAUQUIEZ
Les militants ont départagé par vote électronique, les trois candidats que sont Florence Portelli, Maël de Calan et Laurent Wauquiez, dont l'un des porte-parole, n'est autre que Gilles Platret. Marie Mercier, Sénateur a opté pour le candidat Maël de Calan, soutenu notamment par Alain Juppé.
Dans le cadre de la campagne interne, Laurent Wauquiez a été accueilli dans notre ville, alors que Maël de Calan, a animé une réunion également publique à Chatenoy le Royal.


LE NOM DE PORTELLI... RÉSONNE AUSSI A GAUCHE
Les militants rencontrés ce dimanche, connaissent peu Florence Portelli, maire de Taverny et conseillère régionale d'Île de France. Elle est la fille de l'ancien sénateur ( LR ), maire d'Ermont ( Val d'Oise ) qui s'engagea tout d'abord à gauche avant de rejoindre l'UDF et la nièce du magistrat Serge Portelli. Ce professionnel de la justice, n'est autre que l'ancien secrétaire général du syndicat de la magistrature. Il a animé plusieurs rencontres dans notre département dont l'une en mai dernier à Macon, dans le cadre de la « Manufacture des idées ».


EN CAS DE VICTOIRE DE M.WAUQUIEZ, GILLES PLATRET DANS L'ETAT MAJOR DE LR
Favori, le président de Rhone Alpes Auvergne, Laurent Wauquiez, pourra compter sur Gilles Platret qui en cas de victoire pourrait intégrer l'état major de « Les Républicains » . Ce jour , personne n'a dévoilé les intentions du maire de Chalon, néanmoins, ce dimanche soir, il est à Paris aux côtés de celui qu'il a accompagné souvent ces dernières semaines.


Nos photos : Des militants au siège départemental de LR, Gilles Platret a salué les bénévoles en début d'après midi.

- par Daniel DERIOT - 10 déc 2017

Vie régionale : les élus de gauche ont présenté leurs actions

Les élus régionaux de la majorité régionale ( PS-PRG) du département ont présenté lors d'une conférence de presse, les initiatives qu'ils portent en faveur du développement économique, de l'action culturelle, du sport, du tourisme, de l'éducation et du tourisme sans oublier la vie associative ou encore en faveur de la lutte contre les discriminations.


Aux côtés du président de leur groupe, Jérome Durain, avaient pris place , Lætitia Martinez ( En charge des sports) Laurence Fluttaz,( En charge de la Culture) Nisrine Zaîbi ( Présidente de la commission d'appel d'offres), , Francine Chopard ( Luttte contre les discriminations) et Stéphane Guiguet.( En charge des lycées ) . Denis Lamard ( depuis peu en charge de la vie associative ) et Franck Charlier ( en charge de l'apprentissage) étaient excusés.

 


LES AIDES POUR LE CHALONNAIS ( COMMISSION PERMANENTE DU 24 NOVEMBRE)
DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE POUR L'EMPLOI

Entreprises bénéficiaires :
Amcor : 57112euros- Formation de 97 Personnes en 2018
Entreprise Bouillard : Saint Germain du Plain 10 880 ( Aide individuelle aux entreprises)
Légendes gourmandes : 53000 euros
Eric Joblot ( Buxy) : 3275 euros
Pinette Emidécau Industries : 1820 euros
Proform Bourgogne 3500 euros
DFWA (Epervans) : 42400 : Recrutement de deux volontaires internationaux en Europe
pour Nex York et Jo,ng Kong.
SAS Fournée de l'Aubépin : 20 000 euros ( Avances rembopursables -création, reprise, croissance )
SASU 2 poids -2 mesures : 7000 euros : reprise


ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE
Active : 40 000 euros : soutien aux projets.


APPRENTISSAGE
Dispositif boite à Outils : CFA Mercurey : 6598,96 euros
CFA Hilaire de Chardonnet : 61156 euros : Matériel informatique


FORMATION PROFESSIONNELLE
École de production de Chalon : 62727 : Achat d'une machine
École de production : 9700,39 euros : Outillage.


SANITAIRE ET SOCIAL :
Centre de formation (Aide soignant-Ambulancier-auxilliaire de puériculture) : 48672-
Le Devoir : 12 244 euros.


DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES
Rénovation énergétique des salles polyvalentes : La Charmée ( 59 500) , Boyer ( 62 600 ), Damerey ( 44 930 )


PROJETS DE GRANDS EQUIPEMENTS :
CHALON : Restauration du Cloitre Saint Vincennt ( 300 000 euros)- Aménagements urbains de la promenade Sainte Marie ( 195 000 euros)


CONVENTION REGIONALE URBAINE ET SOCIALE- VOLET SOCIAL
Espace des arts Chalon : 8 000 euros-Projet « Lets Dance »


SPORTS
Handball Club de Chalon : 18 000 euros, acquisition de véhicule de transport collectif pour les sportifs et sportives
SEM Elan Chalon : 175 000 euros : Aide au fonctionnement du centre de formation ( saison sportive 2017-2018).


RELATIONS INTERNATIONALES :
40 000 Euros : pour l'association pour promouvoir et unifier des initiatives solidaires : (APPUIS) : Contribuer à l'amélioration de l'employabilité des jeunes nigériens et nigériennes via laa formation professionnelle hôtelière.


CULTURE :
- Association le Sabot de Bourgogne : 5 400 euros, Action à Saunière, pour un programme de recherche archéologique « Les cours d'eau de Bourgogne -Franche Comté : patrimoine immergé et évolution des hydrosystèmes sur la longue durée.


Notre photo La salle polyvalente de La Charmée va bénéficier d'une rénovation énergétique grâce à la région

 
 
- par Daniel DERIOT - 7 déc 2017

Après le congrès des maires : le nouveau maire de Tournus, Bertrand Veau, a échangé avec le Président de la République

Le maire de Tournus, Bertrand Veau, élu depuis quelques semaines, vient de participer au denier congrès des maires, il a accepté de répondre à nos questions.


Question : quelles impressions pour cette première participation ?
Ma première participation au 100ème congrès des maires m'a permis de prendre contact avec des élus de la France entière. C'est un moment d'échange et d'information important et j'étais fier de représenter ma commune de Tournus. L'inquiétude des territoires ruraux et des petites et moyennes villes est perceptible. Liée principalement à la disparition progressive de la taxe d'habitation, mais pas seulement (réduction drastique des emplois aidés, mise à mal des finances des bailleurs sociaux, augmentation des charges et des compétences), cette inquiétude s'est traduite par des interventions de collègues empruntes de sincérité. Cette inquiétude est si grande que l'AMF (association des maires de France) a annoncé son retrait temporaire de la Conférence des Territoires. C'est un acte fort qui indique la détermination des maires à sauvegarder l'avenir de leurs communes et le quotidien de leurs habitants.

A l'opposé, les métropoles se félicitent d'accueillir les événements sportifs internationaux (coupe du monde de rugby en 2023, Jeux Olympiques 2024) et gèrent leurs "problèmes de riches" : trouver des milliers d'hectares de terrains pour y construire stations de métro, trams, ou y faire venir des sièges sociaux d'entreprises internationales. Je suis très heureux pour eux, mais Le contraste est saisissant et on comprend qu'il existerait au moins deux types de villes : les très grandes qui s'enrichissent dans le sillage de la mondialisation, et les autres, qu'on flatte pour mieux leur faire les poches ? Dans ce contexte, quelques communes tirent leur épingle du jeu : ce sont celles qui portent un axe de développement original. Tantôt un projet environnemental, tantôt un projet alimentaire et agricole, un projet éducatif ou culturel. Ce sont des démarches originales qui valorisent ces territoires éloignés des pôles d'attractivité majeurs. Le constat m'ait apparu encore plus clairement : ceux qui se battent avec les mêmes armes contre plus fort qu'eux finissent par se perdre. Ceux qui changent les armes retrouvent une chance d'amélioration et d'attractivité. La ville Tournus est connue pour son patrimoine, architectural et gastronomique, et pour son combat citoyen récent.

Nous tenons là les éléments principaux qui doivent constituer notre impulsion pour un avenir encore plus prometteur. Dans leurs discours de clôture, les représentants des maires de France, dont Francois Barouin, n'ont pas été tendres avec le Chef de l'Etat. Emmanuel Macron s'est défendu dans une réponse fleuve, arguant de l'injustice représentée par la taxe d'habitation pour les classes moyennes ou sa volonté d'arrêter d'écraser les collectivités par le poids de nouvelles normes. Emmanuel Macron a aussi déclaré son intérêt à investir dans les villes moyennes et un "choc de simplification" concernant le plan logement. Il a cependant confirmé sa volonté de faire des économies via les mairies de France. Au final, le Président de la République a su rassurer et trouver les mots pour retourner l'opinion d'une assemblée qui lui était plutôt hostile. Son talent pour convaincre est certain. Son engament pour le pays aussi. A suivre ...


  Vous avez aussi dialogué avec le Président, durant quelques minutes ?
  « C'est un homme de dossiers, il a de la mémoire, il me semble plutôt bien connaître les difficultés rencontrées par les maires... J'ai, mis à profit de cette rencontre, pour promouvoir notre ville, ses restaurants étoilés et un patrimoine exceptionnel qui sera mis en valeur en 2019 »...

 
- par Daniel DERIOT - 24 nov 2017

Vers le rassemblement des radicaux de gauche et de droite avec peut-être des conséquences dans notre département et à la région

 

« La réunification », le terme est celui employé par la direction du Parti Radical de Gauche ( P.R.G) mais aussi par le Parti Radical..intégré à l'U.D.I, à droite. Le congrès du P.R .G devrait statuer sur cette réunification de la famille radicale, le samedi 9 Décembre prochain, lors d'un congrès à Paris.


LE 9 DECEMBRE : UNE DATE SYMBOLIQUE POUR LA FAMILLE RADICALE
Une date symbolique pour les radicaux, qu'ils soient de gauche ou de droite, le 9 Décembre, c'est aussi jour de fête, celle de la Laïcité, portée par...la famille radicale depuis 1905...Cette réunification serait susceptible d'avoir pour conséquences, des rapprochements des élus radicaux au conseil départemental avec l'hypothèse d'un groupe regroupant Claudette Brunet Lechenault et Isabelle Dechaume...mais aussi à la région avec cette même élue chalonnaise faire tandem avec une autre élue de notre ville, Francine Chopard.,élue municipale ( Chalon-Autrement ).


UNE SEPARATION QUI DATE DE 45 ANS....
Au début des années 70, alors que le Parti Socialiste a succédé à la vieille S.F.I.O, l'union de la gauche redevient à l'ordre du jour. Elle a pour conséquence, l'éclatement de la famille radicale socialiste, qui se sépare. Certains penchent à Gauche, dans le sillage du pharmacien de Villefranche de Rouergue, ,Robert Fabre, c'est le cas dans notre département du sénateur, Jules Pinsard, mais aussi de France Lechenault....D'autres, à l'instar d'un certain Jean Jacques Servan Schreiber, penchent au centre droit, c'est le cas en Saône et Loire, de certains, conseillers généraux...qui à Macon, ont opté dès en mars 1970, en facilitant l'élection de Philippe Malaud, à la présidence du conseil général.


EMMANUEL MACRON : LE CHAMBOULE TOUT
Séparés depuis 1972, à gauche avec le M.R.G, puis le P.R.G, les radicaux tentent donc de se réunifier. Ils étaient déjà regroupés sous la même bannière au Sénat, avec un groupe unique. Ceux de droite, ont conservé l’appellation du « Parti Radical » ( en fait Parti Radical Socialiste),
L'élection à la présidence de la république, en mai dernier, d'Emannuel Macron, voulant dépasser, « transgresser », les clivages de gauche et de droite bouleverse les repères et sans doute les pratiques politiques. Lors des élections législatives, à la veille du second tour, dans notre ville, au clos bourguignon, Claudette Brunet Lechenault, présidente du P.R .G 71, élue du canton de Chagny mais aussi, Daniel Christel, président de l'U.D.I 71, et maire de Saint Désert ont fait meeting commun en faveur du candidat « macroniste » , Raphaël Gauvain...


DES CONVERGENCES PLUTOT QUE DES CLIVAGES
« Sur l'Europe, la Laïcité, l'attachement au socle communal , nous ne sommes pas très éloignés » mentionnait alors, Claudette Brunet-Lechenault, en s’adressant tout à la fois à Raphaël Gauvain, mais aussi à ses voisins, parmi lesquels, Daniel Christel, président de l'U.D.I , fédérant ….les radicaux de droite, dont certains comme l'autunois, Bernard Morot-Gaudry, secrétaire de l'U.D.I 71  ont fait « leurs premiers pas politiques » plutôt à gauche...Alors que l'élue chalonnaise, Isabelle Dechaume, débutait à droite...
Bien des inconnues demeurent, mais l'hypothèse de rapprochements à Macon et à Dijon, ne sont pas à exclure...à l'heure ou le « grand frère » des radicaux de gauche, le Parti Socialiste, se lance dans une refondation, après une premier forum à Macon, une autre rencontre est programmée, jeudi en début de soirée, à la section socialiste de Chalon.

 
- par Daniel DERIOT - 22 nov 2017

C.Sirugue, accuse G. Platret «Il n'a cessé de mentir aux chalonnais et ses comportements sont inacceptables»

Après le rapport de la chambre régionale des comptes sur la situation financière de la ville de Chalon entre 2010 et 2015, l'ancien maire, Christophe Sirugue, président du groupe « Chalon-Autrement » n'a pas manqué de riposter lundi en début de soirée. « Jeudi soir, le débat contradictoire n'a pas eu lieu » a déploré, M. Sirugue constatant et s'étonnant de la disparition de la vidéo du conseil municipal de ce même jeudi, du site de la ville »...Poursuivant, l'ancien maire en évoquant les changements apportés en 2008 et 2014 a porté des accusations contre Gilles Platret, « Il n'a cessé de mentir aux chalonnais sur la situation financière de la ville, sur des comportements inacceptables ».


« UNE SITUATION FINANCIERE TENDUE DEPUIS PRES DE 15 ANS »
Au cours d'un point presse, Christophe Sirugue, a développé « des éléments complémentaires » suite à la présentation du rapport de la Chambre Régionale des Comptes, présenté jeudi soir, lors de la séance du conseil municipal. « Depuis près de 15 ans, la situation financière de la ville de Chalon, est tendue. Les taux d'impositions sont plus haut à Chalon, depuis de longues années, c'est lié à l'histoire de la ville, qui était bien au delà des 50 000 habitants alors «  a précisé celui qu a occupé les fonctions de maire, entre 2008 et 2014.


UNE ANALYSE INDISPENSABLE, LOIN D'ETRE FAVORABLE AU MAIRE ACTUEL
« Ce n'est pas le rapport qu'attendait le maire » a relevé M. Sirugue. « C'est une analyse indispensable, indépendante réellement contrairement à l'audit effectué en tout début de mandat » aa complété , l'ancien maire de Chalon, plutôt offensif et bien décidé à porter à la fois la défense du bilan de l'ancienne majorité municipale et à poursuivre un investissement important sur les dossiers chalonnais.


« AUGMENTATION DE LA DETTE AU DEBUT DU MANDAT ET ENSUITE,ELLE BAISSE REGULIEREMENT  ENTRE 2011 ET 2014 »
« La situation financière de la ville s'est dégradée entre 2001 et 2008 » a rappelé M. Sirugue, notant qu'il a « augmenté la dette, au début du mandat, elle a ensuite baissée régulièrement entre 2010 et 2014 ». M.Sirugue, fait également référence au rapport de la Chambre Régional, rédigé en 2011.


DES INVESTISSEMENTS NOMBREUX ENTRE 2008 ET 2014
L'ancien maire n'a pas manqué de dresser la liste des réalisations qui ont permis de «transformer la ville », en citant la disparition de l'autopont ( toboggan ), la réalisation des voies pour l'arrivée du Bus à Haut Niveau de Service ( valorisé dans les documents actuels du Plan Local d'Urbanisme Intercommunal, présenté aux élus du Grand-Chalon), les travaux d'accessibilité à la mairie, la requalification des Près Saint Jean avec construction de la maison de santé, de la construction d'un nouveau centre commercial, de l'ouverture de la maison des associations (dans l'ex collège Jean Zay), les travaux d'accessibilité à la mairie, maison de retraite (Chemin de la Coudre), travaux au Colisée, au stade Léo-lagrange, requalification des rues piétonnes après les travaux ( reportés par l'ancienne équipe en fonction jusqu'en 2008) des branchements....etc.

LES CRITIQUES SONT EXCESSIVES, ALORS QUE LA DETTE AUGMENTE ET QUE LES INVESTISSEMENTS EXPLOSENT
« Contrairement à ce qu'a déclaré M.Platret, à l'approche des municipales de 2014, la situation financière de la ville de Chalon, n'était pas si dégradée. Nous ne pouvions être mis sous tutelle par le Préfet et le budget que j'ai présenté n'était pas insincère ». Par contre « j'observe une augmentation de la dette en 2015 alors qu'il y a baisse des recettes et que les investissements augmentent »...D'autre part, certains travaux comme la réfection de la place de l’hôtel de ville sont en panne ! « 


ILE SAINT LAURENT : LA ENCORE, M. PLATRET, MENT » ... LE J'ACCUSE DE C SIRUGUE »
« J'accuse M. Platret d'avoir sciemment menti à propos des 2 millions d'euros faisant défaut pour le site de l'ex hôpital. Il manque deux millions de l’État, car nous avions un projet de construction d'une nouvelle maison de retraite publique sur ce site;il y avait une lettre de la ministre Marisol Touraine ...C'est un mensonge de plus qui s'ajoute à celle du maire à 100 % » ,par exemple à lancé  M. Sirugue, regrettant les attitudes du maire qui ne laisse pas les élus de la minorité s'exprimer sur les dossiers et enjeux importants pour la ville. Il est le maire du centre ville, pas des quartiers », devait poursuivre, Christophe Sirugue.

Nos photos : Christophe Sirugue, maire de 2008 à 2014, il est actuellement président du groupe "Chalon Autrement", regroupant les élus de gauche du conseil municipal.

 
 
 
- par Daniel DERIOT - 21 nov 2017

Politique : Échos de Gauche... Échos de Droite.... et d'ailleurs

CONGRES LA REPUBLIQUE EN MARCHE ( L.R.E.M ) :
La délégation du département de Saône et Loire, au congrès qui s'est déroulé samedi à Lyon, était conduite par Philippe Exertier, référent départemental et comprenait notamment les trois députés élus en juikn dernier : Raphaël Gauvain, Rému Rebeyrotte, Benjamin Dirx ainsi que le maire de Bey, Philippe Decroocq. Ils n'ont pas manqué de saluer, le secrétaire d'Etat, Benjamin Griveaux,un temps donné « partant » a la fonction de délégué général du parti présidentiel « La République En Marche », mais au final, Christophe Castaner, a été « préféré » par le président Emmanuel Macron. Le sénateur de Côte d'Or, François Patriat, ancien président du conseil régional était également présent à ce rassemblement.

 

DEVENIR DES TERRITOIRES : INQUITUDES DES ELUS
Denis Lamard, conseiller régional ( PS) de Bourgogne Franche-Comté , élu municipal de Pierre de Bresse est l'un des 150 élus de la pétition initiée notamment par le conseiller régional de François Kalfon, ( personnage politique très sollicité lors de certaines fêtes de la rose à Frangy en Bresse). Cette pétition entend alerter le gouvernement sur le devenir des terrritoires, à quelques jours, du congrès de l'association des maires de France.

GILLES PLATRET, AU COEUR DE LA JEUNE GARDE DE LAURENT WAUQUIEZ
« Je vais continuer à m'investir y compris nationalement au sein de ma formation politique » avait indiqué, le maire de Chalon, le soir du second tour des élections législatives. Gilles Platret, n'est autre que l'un des deux porte-parole du candidat à la présidence de « Les Républicains », Laurent Wauquiez.
L’Hebdomadaire « Paris Match » dans sa dernière livraison, consacre, une page à « la jeune garde » du candidat M.Wauquiez.

 

RAPHAEL GAUVAIN : INQIETUDES SUR LES PRISONS
Après la dernière loi anti-terrorisme dont il a été rapporteur, le député de Montceau-les-Mines, Raphaël Gauvain pourrait étre chargé d'une nouvelle mission sur les prisons. Il est vrai que celui qui avant d'être élu, a été avocat, parfois commis d'office et qu'il connaît certaines facettes du monde carcéral. Par ailleurs, le candidat à la députation, dans la 5éme circonscription avait été sensibilisé à la création d'une nouvelle prison à Chatenoy le Royal, par le collectif des riverains opposés à la construction d'une nouvelle prison sur le territoire de cette commune. Le député s'est entretenu avec deux de ses collègues de la situation des personnels le 6 novembre dernier en se rendant au centre pénitentiaire de Varennes le Grand.

DEBAT « LA PENSEE MARXISTE »
Vendredi 24 Novembre, à 19 H 30, projection du film « Le jeune Karl Marx » au ciné Axel. Jean Quétier, professeur de philosophie à l'université de Strasbourg, co-auteur du livre « Découvrir Marx »évoquera « La pensée marxiste est-elle toujours d'actualité « . Cette rencontre est organisée par la section du P.C.F du Grand-Chalon.

TRILOGIE REPUBLICAINE A LA MAIRIE DE PIERE DE BRESSE
Suite aux attentats perpétrés en Janvier 2015, contre la rédaction de hebdomadaire satirique « Charlie Hebdo », les trois conseillers municipaux de Pierre de Bresse, ont sollicité l'inscription de la trilogie républicaine sur la mairie de Pierre de Bresse. « C'est chose faite depuis quelques jours » a indiqué , Gilbert Fournier, l'un des conseillers municipaux de cette commune.

- par Daniel DERIOT - 19 nov 2017

Vie cantonale Chalon 1 : Une réunion à Jean Zay, mardi à 18 H avec les conseillers départementaux

 

Après Farges en 2016, Françoise Verjux Pelletier et Raymond Gonthier , Conseillers Départementaux Chalon 1 organisent une seconde réunion publique à Chalon sur Saône quartier Prés St Jean maison des associations espace Jean Zay « salle polyvalente » mardi 14 novembre à 18 h.

 Cette réunion publique concerne l’ensemble des habitants du Canton Chalon 1 à savoir : Champforgeuil – Crissey – Farges les Chalon – Fragnes-La Loyère – Virey le Grand ainsi que les quartiers chalonnais Clair Logis – Stade – Fontaine aux loups – Plateau St Jean et Prés St Jean.
Cet échange permettra de faire le point sur les dossiers du département et établir le bilan des deux Conseillers Départementaux à l’issue de la deuxième année depuis l’élection en mars 2015.
Nos photos : Françoise Pelletier-Verjux et Raymond Gonthier, ils sont depuis mars 2015, conseillers départementaux de Chalon 1 ( ex Chalon Nord). Photos conseil départemental

 
 
- par Daniel DERIOT - 13 nov 2017

Communauté de Communes Maconnais-Tournugeois : Trois vice-présidence pour la ville de Tournus

Équilibre entre les deux communautés de communes fusionnées au 1er Janvier et représentativité de la ville de Tournus ont été respectés jeudi soir, lors de l'élection des sept vice présidents de la communauté de communes Maconnais-Tournugeois. Le conseil communautaire s'est retrouvé à Lacrost, pour une séance de 140 minutes sous la présidence de Catherine Gabrelle, maire de Royer, élue, il y a deux semaines.


DANS L'ASSISTANCE : PLUSIEURS EX ELUS DE TOURNUS
Bertrand Veau, maire de Tournus était excusé ( pouvoir à Julien Farama) ainsi que Claude Roche ( ancien maire, pouvoir à Paul Ferré, maire de Chardonnay) . Philippe Betencourt ( Au cœur de Tournus) a remplacé, Christian Bernard, démissionnaire, ce dernier avait été salué par des applaudissements en fin de réunion, lors de la mise en place du nouveau conseil communautaire. M.Bernard, tout comme plusieurs anciens élus notamment de Tournus ( Catherine Mardelle, Anh Desgeorges, Monique Monnot,Hervé Bosio) ainsi que Gérard Colli, actuel élu majoritaire ont assisté à cette séance.
M; Gérard Thielland, maire a présenté la commune de Lacrost.


UN SEUL TOUR POUR ELIRE LES SIX PREMIERS VICE-PRESIDENTS
Un seul tour a suffit pour élire les six premiers vice-présidents. Par contre, lors du dernier vote à bulletin secret, deux tours ont été nécessaires pour départager Marie Thérèse Drevet ( Maire de Montbellet ) et Pierre Michel Delpeuch ( Martailly les Brançion) . Au premier tour, onze bulletins portaient le nom de Bertrand Veau, non candidat, histoire de rappeler que l'actuelle présidente n'avait pas fait acte de candidature.Mme Drevet avec 20 suffrages a été proclamé élue, elle a devancé M.Delpeuch de cinq suffrages.

COMPOSITION DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES
Présidente : Catherine Gabrelle : Maire de Royer
Premier Vice Président : Christophe Ravot ( Adjoint Tournus ), en charge du développement économique- Seul candidat en lice. M.Ravot 37 voix- 3 Blancs
Deuxiéme Vice président : Paul Dailly (Elu de Viré en maconais )  : en charge des finances- Deux candidats en présence.31 Voix pour M.Dailly
Troisième Vice Président : Julien Farama ( Adjoint Tournus) : en charge du tourisme, des animations et de la communication- Un seul candidat en lice. 37 Voix -3 Blancs
Quatrième Vice Président : François Rougeot ( Premier adjoint de Lugny ) : Équipements sportifs et bâtiments. Deux candidats en présence. 34 Voix pour M.Rougeot.
Cinquième Vice Président : Philippe Béligné ( Maire de la Truchère) : Environnement-Déchets- Mutualisation – Trois candidats en présence- 25 Voix pour M. Béligné.
Sixième Vice Président : Viviane Martins- Baltard (Adjointe Tournus)-Action sociale-Petite enfance- Deux candidats en présence- 26 voix pour Mme Viviane Martins-Baltard
Septième Vice-Président : Marie Thérèse Drevet ( Maire de Montbellet)-P.L.U.I-Urbanisme.
Deux candidats déclarés. - 2 Tours.


LE PLAT DE RESISTANCE A LA PROCHAINE REUNION
Les maires non vice président, sont membres du bureau de la communauté de communes. La prochaine réunion du conseil communautaire statuera notamment sur le devenir de la zone nord de Tournus. Le conseil municipal de cette ville abandonnant le projet de zone commerciale ayant suscité de vives oppositions ayant entraînées les récentes élections et changements. Cette séance se déroulera, à Royer, commune dont le maire n'est autre que la présidente de la communauté de communes.

 
- par Daniel DERIOT - 5 nov 2017

Tournus : Philippe Betencourt, va siéger à nouveau au conseil municipal

Lundi, en début de soirée, au début de la séance du conseil municipal, le nouveau maire, Bertrand Veau, va procéder à l'installation d'un nouveau conseiller municipal.


ADJOINT A DEUX REPRISES : EN 1995 ET 2014
Philippe Betencourt, remplacera donc Christian Bernard, démissionnaire mais non en retrait de la vie municipale tournusienne. Le nouveau conseiller municipal connaît bien l’hôtel de ville. Élu une première fois en juin 1995, candidat aux côtés de Christian Bernard, pour le premier tour, il rejoint lui aussi la liste d'Henri Lévêque, devenant majoritaire le dimanche 18 Juin. La semaine suivante, M. Betencourt, accède aux fonctions d'adjoint en charge des finances. L'une de ses premières missions n'est autre que de suivre l'audit financier.


En retrait de la vie municipale entre 2001 et 2014, il redevient élu et adjoint en charge de l'économie et des sports, à l'issue des municipales de mars 2014. Tout comme, Christian Bernard, également maconnais de naissance, Philippe Betencourt, est un adjoint frondeur qui n'a plus confiance à Claude Roche, dont il se désolidarise également.


CONSEILLER MUNICIPAL ET CONSEILLER COMMUNAUTAIRE
Dans la perspective des municipales de ce mois d'octobre, il accompagne tout naturellement, Christian Bernard, tête de liste « Au Coeur de Tournus », qu'il remplacera au conseil municipal, lundi et jeudi au conseil communautaire. Deux instances, dans lesquelles, l'élu de Tournus pourra continuer d'apporter ses expériences.Dans le prolongement de ses mandats, celui qui est aussi un dirigeant sportif, devrait œuvrer au sein de l'association « Au cœur de Tournus » qui entend préparer les prochaines élections municipales.

 
- par Daniel DERIOT - 27 oct 2017

Politique : Echos de Gauche... Echos de Droite... et d'ailleurs

CE JEUDI A 18 H 30 A TOURNUS : Atelier législatif citoyen, animé par Cécile Untermaier, députée de la 4éme circonscription, autour du thème : « La démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyenne ». Salle N°15, du Palais de Justice.


MARIE MERCIER : RAPPORTEUR D'UN GROUPE DE TRAVAIL AU SENAT
Réunie le mercredi 25 octobre 2017, sous la présidence de M. Philippe Bas (Les Républicains – Manche), la commission des lois du Sénat a désigné Mme Marie Mercier (Les Républicains – Saône-et-Loire) rapporteur du groupe de travail sur les infractions sexuelles commises à l’encontre des mineurs.


NOS SENATEURS AU SENAT
Marie Mercier ( Les Républicains) tout comme Jérome Durain ( Socialiste) siègent à la commission des lois, alors que Jean Paul Emorine ( Les Républicains) est membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.


LES EX COLLABORATRICES DE PIERRE JOXE ADRESSENT UNE LETTRE OUVERTE
"Nous, collaboratrices de Pierre Joxe au cours des cinq dernières décennies tant à l’Assemblée nationale que dans différents ministères, à la Cour des Comptes, au Conseil Constitutionnel ou autres organismes. Sommes entièrement solidaires de toutes les victimes de harcèlement et de leur combat pour faire reconnaître et faire cesser leur humiliation et leurs souffrances. Affirmons que les femmes sont l’égale des hommes, qu’elles ont droit au respect en toute circonstance et que tout geste, tout propos, tout écrit qui vise à les humilier est fondamentalement et définitivement condamnable.
Nous opposons avec la dernière vigueur à tout ce qui pourrait constituer un recul des droits acquis par les femmes depuis plusieurs décennies. Exigeons que les relations intimes entre deux personnes ne soient admises que sous le timbre du consentement mutuel. Approuvons tout ce qui combat et prévient les préjugés et les stéréotypes.
Exprimons notre indignation face aux accusations qui portent atteinte à l’honneur de Pierre Joxe. Disons qu’aucune d’entre nous n’a jamais eu à connaître la moindre attitude déplacée de sa part. Disons et affirmons en toute liberté et mues par la seule volonté de rétablir la vérité.
Qu’outre sa dimension d’homme d’État, de républicain intransigeant, de responsable politique n’ayant jamais admis de compromis avec l’éthique et la morale. Qu’au-delà de ses décisions de nommer, à l’encontre des usages alors en vigueur, des femmes dans des postes de haute responsabilité dans la police, de nommer la première générale de l’armée de l’air.
Qu’indépendamment de son engagement dans une fondation créée par une résistante qui n’aurait jamais admis avoir à ses côtés un personnage irrespectueux envers les femmes et de sa décision de devenir avocat bénévole des mineurs et des enfants en perdition. Qu’aucune d’entre nous ne serait restée à ses côtés aussi longtemps s’il n’avait pas toujours manifesté un strict respect vis à vis des femmes. Que nous lui renouvelons sans réserve la confiance qu’il nous a de tout temps inspirée. Et aspirons à ce que son honneur lui soit rendu sans délai et sans réserve."
Le collectif : Solange Apik, Claude Baraf, Josine Bitton, Myriam Coret, Fabienne Costa, Catherine de Kersauson, Valentine de Pontbriand, Chantal Jourdan, Annette Labat, Lise Lentignac, Josiane Loubiere, Elisabeth Marillier, Béatrice Marre, Myriam Mazouzi, Colette Popard, Danièle Poux, Liliane Renaud, Marianne Seropian-Van Weel, Annie Snanoudj-Verber, Arlette Souchet.


N.D.R : Pierre Joxe a été député de Saône et Loire,élu en 1973 ; conseiller général de Chalon Périphérie de 1973à 1979, conseiller municipal de Chalon de 1977 à 1989, président du conseil régional de Bourgogne entre 1979 et 1982, puis plusieurs fois ministre de l'intérieur et de la défense....


Nos photos : Les trois sénateurs de Saône et Loire : Jean Paul Emorine, Marie Mercier et Jérôme Durain

 
 
 
- par Daniel DERIOT - 26 oct 2017

Chatenoy le Royal : Vincent Bergeret succède à Marie Mercier

Stabilité et continuité, pour les conseillers municipaux chatenoyens, qui ont élu, lundi soir, Vincent Bergeret. Depuis 1945, M. Bergeret est le second maire, élu en cours de mandat. 

 

En 1991, les conseillers municipaux avaient élu, Bernard Andriot pour succéder à Bernard Dondon. A L'époque , l'actuel nouveau maire était alors conseiller municipal de la ville de Chalon, quant au Docteur, Marie Mercier, elle s'implantait professionnellement dans la commune en qualité de médecin généraliste....

 

Ce n'est que dix ans plus tard, en mars 2001, que Marie Mercier accepte de conduire une liste aux municipales, une équipe dénommée « Chatenoy-Gagnant » triomphante de la liste « Chatenoy 2001 », conduite par le premier adjoint sortant socialiste , Jean Truc, porte parole de l'opposition de gauche au sein du conseil municipal de Chalon de 1983 à 1995 et conseiller général de Chalon-Ouest, de 1988 à 2001.

 

M.Truc avait succédé à Dominique Perben, au conseil général. Pour la petite histoire politique locale, Jean Truc, est adjoint au maire, depuis 2008, du 4éme arrondissement, de la ville de Lyon...Un ville visée par Dominique Perben, en 2008 .L'ancien maire de Chalon a été salué tout d'abord par Marie Mercier, elle s'est remémoré de ses « conseils avisés » puis par le nouveau maire, Vincent Bergeret, « c'est mon maître, il m'a mis le pied à l'étrier, m'a transmis le virus de la politique ».


UNE SEANCE « HISTORIQUE »... LA 122éME POUR MARIE MERCIER
« Je déclare cette séance un peu particulière, ouverte, sept points figurent à l'ordre du jour » a mentionné, Marie Mercier, en procédant tout d'abord à l'installation d'un nouveau conseiller municipal. « C'est ma 122 éme séance » a précisé Mme Mercier en remerciant la population, les élus,,les agents municipaux ayant une pensée pour Madeleine Mazière, saluant ses collègues des cuvées 2001-2008 et 2014. « Vous êtes mes repères et un miroir » lança avec émotion, Marie Mercier en énumérant les réalisations impulsées qui ont « changées Chatenoy ».


« Nous avons oeuvré avec équité et humanité » a noté le sénateur-Maire avant de céder la parole au doyen d'âge, Pierre Grepin. Ce dernier, a remercié sa collègue dont « les conseils et les expériences sont précieux » pour la gestion et l'administration de la ville.

Le Doyen d'âge, Pierre Grepin, préside l'élection du nouveau maire. M. Grepin a déjà présidé le conseil municipal en mars 2008 et mars 2014

VINCENT BERGERET : ELU AVEC 25 SUFFRAGES
Au nom de la majorité municipale, Marie Mercier a présenté la candidature de Vincent Bergeret, élu dans la foulée avec 25 suffrages. M. Bergeret a déclaré : « Nous partageons un grand regret, celui de ne pas voir un parlementaire occuper les fonctions de maire ».

 

M.Bergeret exprima des inquiétudes sur le devenir des dotations de l'Etat, « Nous serons vigilants » a lancé le nouveau maire qui a évoqué quelques unes des multiples réalisations impulsées par Marie Mercier : Aménagement de l'Etang Chaumont, obtention de la 4éme fleur, la rénovation de la chapelle,réaménagement de la salle des fêtes ou encore la récente ouverture de la maison pluridisciplinaire de santé... »des aménagements contribuant au vivre ensemble ». « Nous allons continuer dans le même sens » indiqua , M. Bergeret. Sous sa présidence le nombre d'adjoints a été porté à huit, la liste présentée par Roland Bertin a été proclamée élue avec 27 Suffrages et 2 blancs.


LES HUIT ADJOINTS ELUS AVEC 27 VOIX
Premier adjoint : Roland Bertin : En charge de la voirie, des espaces verts et de l'environnement
Deuxième adjoint : Patricia Fauchez : en charge des affaires scolaires et culturelles
Troisième adjoint : Pierre Grepin,  Adjoint au maire chargé, du patrimoine, des bâtimentset de l’urbanisme
Quatrième adjointe : Pascale Lepers : En charge de la vie associative
Cinquième adjoint : Henri Lombard, en charge des Sports
Sixième adjoint : Jeanne Marie Martin, en charge de l'actin sociale
Septième Adjoint : Fabrice Rignon : chargé des gestion financières et économiques
Huitième adjointe : Marie Thérèse Boisot : Chargée de la de la vie des quartiers et de la communication.
Deux conseillers délégués seront désignés lors de la prochaine séance du conseil municipal.


UN NOUVEAU CONSEILLER MUNICIPAL POUR LA MINORITE DE GAUCHE
Damien Sermonat, de la liste « Chatenoy pour vous, avec vous » succède donc à Eric Riboulet, conseiller municipal démissionnaire. Le nouveau conseiller municipal est agent S.N.C.F


UNE MOTION POUR L'ANGIOPLASTIE
A l'unanimité une motion présentée par Marie Mercier, après avoir mentionné qu'elle a rencontré, jeudi dernier dernier, le directeur de l'AGence Régionale de Santé ( A.R.S ) avec les députés Raphaël Gauvain et Rémy Rebeyrotte, sur ce même sujet, a été approuvée à l'unanimité.


Dans l'assistance : avaient pris place : Sébastien Martin, président du Grand-Chalon, Amelle Chouit et Isabelle Dechaume, conseillères départementale, Christian Marmillon et Joël Lefevre, élus chalonnais, Maurice Moreau, ancien maire de Givry ; d'anciens élus chatenoyens : Arlette Buvot, Henri Schmuck, Jean Gagnard, Françoise Reynaud, Jean Pauyl Guyennot, Armand Desroches,

 
- par Daniel DERIOT - 24 oct 2017

Chatenoy le Royal : Vincent Bergeret, succède à Marie Mercier aux fonctions de maire

Sans surprise, ce lundi en début de soirée, Vincent Bergeret, a été élu maire de Chatenoy le Royal. Il succède à Marie Mercier, sénateur, maire en fonction depuis mars 2001. M. Bergeret a obtenu 25 voix , il y eu 4 bulletins blancs.


C'est le doyen d'âge, Pierre Grepin, qui a présidé pour la 3éme fois l'élection du maire.
La surprise est le score obtenu par la liste des adjoints, présentée par le premier adjoint sortant, elle a été proclamée élue avec 27 suffrages sur 29.


Un nouveau conseiller municipal, Damien Sermonat, (minorité Chatenoy pour vous avec vous) a été installé en début de séance. Il succède à Eric Riboulet, démissionnaire.
Dominique Perben, ancien ministre-maire de Chalon, ainsi que les conseillers départementaux, Sébastien Martin (Président du Grand-Chalon) Amelle Chouit et Isabelle Dechaume tout comme Christian Marmillon et Joël Lefevre adjoint au maire de Chalon, ont assisté à cette séance.

 


Le nouveau maire, est également conseiller départemental depuis mars 2015, il a été conseiller municipal de Chalon de mars 1989 à mars 2014, a occupé les fonctions d'adjoint au maire en charge du logement sous les mandats de Dominique Perben et de Michel Allex.. L'ancien maire de Givry, Maurice Moreau et d'anciens élus de Chatenoy ont assisté également à cette réunion pas tout à fait ordinaire.

 


Nos photos : Le nouveau maire, Vincent Bergeret reçoit l'écharpe des mains de la sénateur, Marie Mercier.

- par Daniel DERIOT - 23 oct 2017

Après les élections à Tournus : "La République en Marche" désavoue Catherine Gabrelle, en saluant B. Veau

Philippe EXERTIER Référent départemental LaRem , vient de réagir après les municipales de Tournus et l'élection de Catherine Gabrelle, à la présidence de la communauté de communes du Tournugeois et Maconnais :


« La République En Marche, salue la démarche Tournus Citoyen et l'élection de son nouveau maire, Bertrand Veau, qui a dépassé tous les clivages partisans et a su rassembler autour d'un projet commun tous ses citoyens...( voici notre position sans récupération politique évidemment car nous n'avons pas participé ) ... c'est un modèle inspirant pour toutes les villes et communes pour 2020.

 

Nous saluons Bertrand Veau et son équipe. Deux choses en ce qui concerne Catherine Gabrelle, vainqueur sans se présenter ...

1 elle n'est pas plus En Marche maintenant qu'avant les élections législatives...
2. Son élection aujourd'hui, même si elle est démocratique, est le fruit d'une pratique ancienne et dépassée que nous ne cautionnons absolument pas. Nous n'avons , à ce jour, aucun contact avec Madame Gabrelle. Nous lui adressons néanmoins nos félicitations républicaines ».


 

Note De la rédaction : Rappelons que Catherine Gabrelle, alors sympathisante du MODEM a été investie par « En Marche » lors des législatives de juin dernier .Elle a été candidate dans la 4éme circonscription face notamment à la députée socialiste sortante, Cécile Untermaier,


Nos photos : Bertrand Veau, nouveau maire de Tournus- Catherine Gabrelle, maire de Royer, Présidente de la communauté de commune, élue sans être candidate-Philippe Exertier, référent départemental du mouvement "La République En Marche"

 
 
- par Daniel DERIOT - 23 oct 2017



Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information
PROPOSEZ VOS INFOS

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle