politique - chalon sur saone

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

EN CE MOMENT...

 

Européennes : Maryam Madjidi, candidate sur la lite du P.C.F, fait étape dans notre ville

Maryam Madjidi, prix Concourt du premier roman 2017, Militante pour les droits des exilés et candidate aux élections européennes sur la liste de Ian Brossa était à Chalon , hier. En début de soirée, l'écrivaine devait animer une réunion publique, à la maison des syndicat. Vendredi après midi, avec Guy Talès, elle s'est rendu à la bibliothèque municipale de notre ville, tout en acceptant de répondre à nos questions.


  Quel est le sens de votre candidature sur la liste du P.C.F ? Comment analysez vous le mouvement des gilet jaunes ?
  Le Parti Communiste Français porte la voix des salariés, des précaires, des démunis, de la jeunesse, de celles et ceux mis à l'écart par la capitalisme et le libéralisme. Il y a des gilets jaunes sur notre lite. Le mouvement s’essouffle, il faut qu'il trouve un réel débouché politique , car les revendications portées par l'immense majorité de celles et ceux qui étaient présents sur les ronds points rejoignent ce que portent les militants communistes...


 

 

Au sein de la liste, vous portez les questions des exilés et réfugiés, comment percevez vous la politique d'immigration de Mme Merkel, en Allemagne ?
  Elle est a été courageuse. L'Allemagne avait besoin de main d’œuvre.
 

 

En vous rendant à la bibliothèque municipale de notre ville, c'est un clin d'oeil aussi à la vie culturelle ?
  Avec mes parents, j'ai vécu à Drancy, ils m'ont transmis la culture Persane. A la bibliothèque municipale de ma ville, comme dans les Centres de Documentation et d'Information di Collège et du lycée, j'ai découvert la culture française, le siècle des lumières, les luttes sociales, celles héritées du Front Populaire, de 68....


L'auteure, va poursuivre la campagne électorale à Belfort, ce samedi, puis à Lyon, Valence, Avignon...


Nos photos : Maryam Madjidi est numéro 8 de la liste du P.C.F aux côtés de Guy Talès, secrétaire de la section du Grand-Chalon.

- par Daniel DERIOT - 13 avr 2019

Européennes ; Nathalie Loiseau et Jérémy Decerle (L.R.E.M), vendredi prochain à Chalon

Alors que les « marcheurs » des différents secteurs se réunissent ce week end, afin de préparer la campagne des élections européennes, le référent départemental a confirmé, vendredi, la venue de la tête de liste , Nathalie Loiseau. Cette dernière ne viendra pas seule à Chalon, vendredi 19 Avril, à 18 H 30, salle du clos Bourguignon. Elle viendra avec le numéro 4 de la liste, qui n'est autre que le « régional » de l'étape , Jeremy Decercle qui vient d'abandonner la présidence nationale des « Jeunes Agriculteurs ».
- par Daniel DERIOT - 12 avr 2019

Européennes : Prix Goncourt du Premier roman en 2017 présente sur la liste de Ian BROSSAT éconduite ? Le P.C.F proteste

 

Protestation, du côté des communistes et plus précisément de la section du Grand Chalon du P.C.F. Par la voix de Guy Talès, le P.C.F a sollicité l'autorisation de la mairie afin que l'écrivaine Mayam Madjidi, qui sera demain dans notre ville, puisse visiter la bibliothèque municipale.

Le maire de Chalon, a fait savoir que compte tenu d'un « agenda très chargé, il n'était pas possible de donner une suite favorable à cette demande »...

Nous publions ci dessous, les échanges entre Guy Talès et le cabinet du maire.

 

LA DEMANDE AU MAIRE
Elle est notamment connue pour avoir reçu le Prix Goncourt du Premier roman en 2017 pour « Marx et la poupée ». L'écrivaine Maryam MADJIDI, candidate sur la liste du PCF conduite par Ian Brossat (Pcf) sera présente à Chalon sur Saône vendredi 12 avril.


Après plusieurs rendez-vous, je souhaite faire découvrir les charmes et la splendeur de notre bibliothèque municipale de Chalon sur Saône.


Vous connaissez Monsieur le Maire, notre attachement à la culture et au travail de création et de diffusion  mené dans le cadre des politiques municipales.
Nous souhaiterions avec votre accord, Monsieur le Maire, aux fins d'accéder et de visiter la bibliothèque pour une durée de 45 mn environ.


Dans l'attente d'une réponse favorable, je vous adresse Monsieur le Maire, mes respectueuses salutations.


Merci de confirmer la réception du présent mail
Guy TALES
Secrétaire section Pcf Grand Chalon

 


REPONSE DE LA VILLE DE CHALON 


  Bonjour, 

Le Cabinet de Monsieur le Maire a bien pris connaissance de votre demande. 

Malheureusement, du fait d'un agenda très chargé, il ne nous est pas possible d'y donner une suite favorable. 

En vous souhaitant bonne réception,

- par Daniel DERIOT - 11 avr 2019

SAINT REMY : L'opposant M. Talés et l'élu majoritaire J.M Moine s'écharpent sur l'absence d'élus au conseil municipal

 

 Elu municipale de la minorité ( Saint Rémy à venir), Guy Talès a publié un communiqué, il y a quelques jours déjà. Un communiqué sur l'absence "régulière" de deux élus municipaux..

 

Ces derniers appartiennent à la majorité, et demeurent colistiers du maire élu en mars 2014, Florence PLissonnier. Jean Marie Moine, adjoint au maire, n'a pas manqué de réagir, lundi à la position de son collègue de la minorité...

Nous donnons les deux versions. Alors position pré-électorale avec buzz ? ...ou positionnement qui ira jusqu'à la saisie du Tribunal Administratif ?


POSITION DE GUY TALES ( ELU P.C.F)
« Après un marathon de plusieurs séances de commissions à la Mairie de Saint Remy la semaine dernière s'ouvrira ce lundi 25 mars 2019 le Conseil municipal dont je suis élu au service de nos habitants.
Exercice qui appelle écoute, analyse, compréhension, lecture contradictoire et échanges. 
Je suis impatient d'y être ! Et  surtout de savoir si nos deux élu-es de 2014 de  la majorité qui exercent une activité professionnelle à plus de 15.000 km de notre belle ville depuis plusieurs années seront absents comme d'habitude ou comme d'habitude représentés ?  

2 solutions 
- 1er:   les billets d'avion sont à bas prix et ne grignotent pas le budget disponible du ménage et ainsi ils peuvent assister régulièrement aux conseillers municipaux. Ce c'est pas le cas de figure aujourd'hui.

-2ème : ils se font représenter par complaisance au nez et à la barbe de toutes et tous par complaisance et cela depuis 2014 et là c'est un hold-up démocratique ».

REACTION DE JEAN MARIE MOINE ( ADJOINT AU MAIRE)
« Comment un personnage qui n'habite plus à Saint Rémy depuis des dizaines d'années, qui ne paye pas un centime d'impôt dans une commune où il est élu, qui a prouvé par ces précédents mandats son incapacité à gérer une commune peut donner des leçons d'éthique et de jugeote. Le temps du téléphone rouge est révolu monsieur. En 2019 nous sommes équipés de smartphone, d'internet, de visioconférence,...
De plus la stasi a perdu de sa superbe pour confondre le Jura et la Polynésie. Une simple lecture sans véhémence et arrière-pensées malsaines aurait dissous le malentendu. A noter que les personnes pointées du doigt ne reçoivent pas un centime pour leur travail.

La Défense des droits de l'Homme à deux vitesses me laisse un arrière goût désagréable. A bon entendeur » .


N.D.R : A Noter que M. Guy Talès n'a pas saisi le tribunal administratif, instance susceptible de se prononcer sur l'éventuelle question de « démissionnaire d'office ».

 

 

 
- par Daniel DERIOT - 9 avr 2019

Européennes ; La caravane de « Debout La France », ce dimanche devant la gare de Chalon

Ce dimanche, après midi, la "caravane des territoires " de Debout la France, à fait étape dans notre ville, devant la gare. Elle sera à Chalon, ce lundi à Louhans et Macon. Cette caravane circule à l'occasion des prochaines élections européennes.

 

« Le but est d'aller au devant des Français partout dans le pays  afin d'expliquer notre projet européen » ont confié, les militants. . Nicolas Dupont Aignan, tête de liste, porte l'idée d'une Europe des Nations et des grands projets qui doit absolument se substituer à l'Europe fédéraliste qui se met actuellement en place » ont complété des militants.


L'équipe de Debout la France en Saône-et-Loire anime cette action ,à laquelle participent ,  Olivier Damien secrétaire départemental et Lilian Noirot élu régional. 

 
- par Daniel DERIOT - 7 avr 2019

Européennes : les socialistes aux urnes, ce mardi, pour valider la liste

A Compter de 17 Heures, ce mardi, jusqu'à 20 H, les militants socialistes vont vraisemblablement valider la liste pour les prochaines européennes que conduira le philosophe Raphaël Glucksamm.

Cette liste devrait comporter des socialistes, des membres de « Place Publique » mais aussi des citoyens engagés au sein de « Nouvelle Donne », mouvement fondé par Pierre Larrouturou qui avait quitté le PS.

Comme pour les premières élections européennes de 1979, le prochain scrutin, sera national et non plus à l'échelon du Grand Est.

- par Daniel DERIOT - 2 avr 2019

Européennes : Jéremy Decerle, futur député européen, après le syndicalisme agricole

Il a abandonné dans la journée de mardi, la présidence nationale des Jeunes Agriculteurs ( J.A) , qu'il détenait, pour un futur poste de député Européen. Candidat en 4éme position sur la lite présentée par La République En Marche et le Modem.


UN PÈRE SYNDICALISTE, CONSEILLER GENERAL DISPARU TROP TOT
Jéremy Dercele, éleveur à Chevagny Sur Guye, une commune dont le père de Jéremy a été maire. En effet, Daniel Decerle, lui aussi forgé au syndicalisme agricole, a été conseiller général du canton de La Guiche, de 1998 à 2008. Daniel Decercle, avait mené des combats difficiles, face à Armand Aubague, conseiller général en 1985 et 1992.Dans ce canton rural, en 1979, les socialistes avaient cru aux chances de Jean Guilloux, alors maire de Marizy, mais surtout président de la FDSEA.
Un temps suppléant de Didier Mathus ( 2002-2007 ) , Daniel Decerle conciliait les engagement professionnels et politiques , sans doute un virus qu'il a transmis à Jérémy.


VOILA 40 ANS...IL Y AVAIT DÉJÀ UN DEPUTE EUROPÉEN DU MONDE AGRICOLE DE NOTRE REGION
Lorsque se déroule les première élections européennes, voilà bientôt 40 ans, en 1979, les principales forces politiques en présence alignaient déjà leurs représentants du monde agricole. A Droite, du côté de l'U.D.F, c'était déjà un bourguignon, qui postulait et a été élu. Charles Delatte, exploitant agricole à Saint Apollinaire, aux portes de Dijon, dont le bfils, Rémy, est actuel député de Côte d'Or.


A gauche, au Parti Socialiste, Bernard Thareau, représentait lui aussi le monde agricole qui pouvait alors compter sur l'ancien ministre Egdar Pisani...
Michel Debatisse, lui aussi ancien président du C.N.J.A ( actuel J.A) et e la F.N.S.E.A a été candidat aux élections européennes.
Le monde agricole dispose notamment avec Joseph Daul, élu dans le grand est, un élu solide, grand connaisseur de la politique agricole commune.


Nos photo : Jérémy et Daniel Decercle

- par Daniel DERIOT - 27 mars 2019

St Rémy - Intervention de Tristan BATHIARD lors du vote du budget 2019

Veuillez trouver mon intervention au nom du groupe St Rémy A Venir lors du vote du budget 2019 hier soir lors du conseil municipal de St Rémy.

Tristan BATHIARD
Conseiller municipal de St Rémy et conseiller communautaire du Grand Chalon


CM St Rémy du 25/03/2019– Intervention sur BP 2019- Groupe Saint Rémy A Venir
Tout d’abord, permettez-moi de saluer, au nom de notre
équipe et à notre tour, l’ensemble des services et plus encore
la direction des finances pour leur implication dans cette
période budgétaire. Nous savons qu’il peut être difficile
d’élaborer un budget lorsque nous n’avons connaissance que
tardivement des dotations de l’Etat.
Ce budget 2019 qui nous est présenté ne ressemble pas aux
précédents. Nous sommes à une année des prochaines
élections municipales et
il se dégage de ce budget comme un
parfum de campagne électorale
. Après quatre années
d’assoupissement, il est en effet assez surprenant de voir les
investissements repartir à la hausse en cette dernière année
de mandat (avec beaucoup plus précisions d’ailleurs que dans
votre ROB de février 2019).
En 2016, votre majorité
investissait moins de 100
par habitant alors que la
moyenne nationale pour cette même année était de 265
/habitant, en 2019 vous investissez 243 /habitant.
Enfin, on se réveille !
Mais quand on a dormi trop longtemps,
le réveil pourrait être difficile car les san-rémois ne sont pas
dupes, d’autant que ces projets seront surtout des projets
très visibles comme la place du Pont Paron, la sécurisation de

l’avenue Roger Gauthier ou bien encore l’avenue de l’Europe
pour laquelle il aura fallu attendre la dernière année du
mandat pour qu’un projet voit le jour. On se croirait dans
l’émission de Stéphane Plaza en pleine séance de home
staging, alors qu’il y a un travail de fond à faire pour rénover
nos équipements et assurer l’entretien de notre patrimoine.
D’autres points nous interpellent avec le suréquilibre de
recettes en investissements couplé en même temps à un
emprunt de 250 000
. Pourquoi un tel emprunt alors que
vous affichez des réserves suffisantes ? Ce n’est pas cohérent.
Malgré votre explication en commission des finances, cet
emprunt pour nous est est inutile sauf si vous avez un projet
que vous ne souhaitez pas porter à notre connaissance.
Gérer c’est aussi prévoir. Vos projets sont donc censés être
prévus dans ce budget : c’est ce que l’on appelle un budget
sincère en comptabilité publique. Avouer que vous ne savez
pas ce que vous allez faire de ce suréquilibre est inquiétant et
nous conforte dans notre analyse : cela fait apparaître une
fois de plus votre absence de vision alors que
paradoxalement vous nous dites souvent qu’il y a beaucoup à
faire sur St Rémy au vu de l’état du patrimoine.
Cela est d’autant plus inquiétant que vous n’hésitez pas à

inscrire 425 000 de dépenses imprévues soit pratiquement
le maximum autorisé par les textes (7,5 %). Pourquoi inscrire
autant ? Pourquoi constituer toutes ces réserves et pourquoi
en particulier cette année ?
Comme nous vous l’avons dit à maintes reprises, nous
pensons qu’
il est vraiment dommage qu’un véritable plan
pluri-annuel d’investissement chiffré dans le temps avec
une rénovation du patrimoine n’ait jamais vu le jour.
Sur la section de fonctionnement, nous nous réjouissons que
vous mainteniez le budget aux associations et que vous
apportiez des renforts au personnel par la création de postes.
C’était inévitable puisque pour assurer une qualité optimale
des services publics à nos concitoyens, il est indispensable
d’apporter des moyens suffisants.
Sur la forme enfin, la présentation de ce budget 2019 n’est
que trop technique.
Par ailleurs, nous avons bien compris que vous alliez
davantage communiquer et concerter les sanrémois sur vos
projets.
La concertation, c’est louable et nécessaire, mais
pourquoi avoir attendu cette dernière année du mandat ?
Et pourquoi la limiter au choix des couleurs? Nos

concitoyens veulent une vraie démocratie participative !
Ce budget, c’est le vôtre, il vous appartient. C’est le reflet de
vos choix que nous ne partageons pas dans leur globalité. Ce
sont des choix qui ne préparent pas l’avenir, qui n’envisagent
pas l’avenir des jeunes, qui ne servent pas les générations
futures. Nous reconnaissons quelques maigres avancées en
section de fonctionnement mais la section d'investissements
ne nous satisfait pas de par vos incertitudes et incohérences.
Aussi, comme les années précédentes, nous voterons contre
ce budget 2019.
Mais je ne voudrais pas en rester là. Je voudrais vous dire
solennellement que nous serons très attentifs durant cette
année à ce que vous ne mélangiez pas les genres. Nous
sommes en année pré-électorale et il n’est pas question que
l’argent public serve les intérêts de l’équipe sortante ou lui
donne un quelconque avantage.
Attention à ne pas franchir certaines lignes rouges, comme
celle qui a consisté l’autre jour à appeler à voter pour vous en
pleine réunion publique organisée par la mairie ! J’avoue que
je ne vous reconnais pas là, Madame le Maire : vous, qui vous
vantez gérer en bonne mère de famille, seriez-vous
maintenant prête à utiliser de l’argent public à des fins

purement électorales ?
Nous devrons être sur la même ligne de départ à l’heure du
choix des san-rémois : vous avec votre bilan, nous avec nos
propositions, des propositions que nous voulons vraiment
construire avec les san-rémois, en leur donnant la parole sur
leur vision de l’avenir de nos enfants. Souhaitons que 2019
soit l’année d’un débat démocratique équilibré où chacune et
chacun pourra présenter ses arguments et éclairer le choix de
2020.

 

 CM 25.03.2019_Intervention BP 2019_ST Rémy A Venir_V2 .pdf [ 83.15 Ko ]
- par Tristan BATHIARD - 26 mars 2019

Dans le rétro (2) : Longévité et Fidélité, dans les cantons de Mesvres et Chagny pour Christian Gillot, élu depuis bientôt 40 ans et à Chagny

 

Lorsqu'il est élu conseiller général, en octobre 1979, Christian Gillot, à 33 ans. Cet agriculteur, est alors adjoint au maire de Saint Symphorien de Marmagne, commune voisine de Broye et dont le maire n'est autre que René Beaucarnot, également conseiller général du canton Montcenis. Autre spécificité départementale, le canton de Chagny, représenté , depuis 1945, seulement par deux membres de la même famille, France Lechenault puis sa fille Claudette...toujours élue sous l'étiquette Radical de Gauche...Sans doute un record hexagonal....


ELU DANS UN CONTEXTE DE CRISE AGRICOLE
Le 13 Août 1979, décède Jean Chanliau, conseiller général depuis 1967. Cet exploitant agricole, ancien résistant, avait été réélu, en mars de la même année, conseiller général du canton de Mesvres ( 1) . Il avait affronté le maire du chef lieu, Hervé Charles. Quasi naturellement, Christian Gillot est sollicité de deux côtés, par le maire de Saint Symphorien de Marmagne, qui voit bien l'un de ses adjoints succéder à son collègue et ami, Jean Chanliau ( ils étaient tout deux Radicaux de Gauche) mais aussi par celui qui s'impose comme l'homme fort dans le département, André Billardon, député de la circonscription et président du conseil général. Christian Gillot est jeune, agriculteur investi dans le syndicalisme et président d'une maison familiale. La campagne est animée, quatre candidats sont en lice et le score de M. Gillot est très haut au soir du premier tour avec 40 % des votants. Il distance les maires, celui de Brion, Jacques Labonde ( Parti Républicain , candidat suppléant de M. Pretet aux législatives de 1973) soutenu par l'opposition et celui de Mesvres. Hervé Charles, se retire sans donner de consigne.


SOUVENT ELU DES LE PREMIER TOUR
Au soir du second tour, Christian Gillot, a non seulement réussi à recueillir les voix communistes mais aussi à glaner des voix de M.Charles et sans doute des abstentionnistes. L'élection se déroulait alors sur fond de crise agricole, à quelques jours d'une imposante manifestation des éleveurs à Charolles...
Ce dimanche 21 Octobre 1979, alors que Christian Gillot est élu dans le canton de Mesvres, la liste d'administration municipale conduite par Michel Lacroix ( 2 ) ,l'emporte dès le premier tour à Digoin. Cette liste s'impose face à celle de Louis Cantat, conseiller général et à celle de Jean Paul Bailly.
M.Gillot, devenu maire de Broye ( 3 ) en 1995, a été régulièrement élu conseiller général au premier tour en 1985, 1992, 1998, 2004 et 2011, souvent avec des scores dépassant les 60 %., et même 70 % .Il a par ailleurs occupé les fonctions de vice président du conseil général entre 2004 et 2015.


LES FAMILLES DE RAMBUTEAU A LA CLAYETTE, LESCHENAULT A CHAGNY ET PETITJEAN A BEAUREPAIRE
Dans le canton de La Clayette, au lendemain de la seconde guerre mondiale, La comtesse Amélie De Rambuteau, engagée et figure de la résistance, est élue conseillère générale, elle transmet le flambeau à l'un de ses fils, Philibert, constamment élu, jusqu'en mars 1985...soit pour la mère et le fils : 40 ans de mandat.
En Septembre 1945, France Lechenault, maire depuis 1935 de Bouzeron, fait tomber le canton de sillage des « radicaux socialistes » . Constamment réélu, celui qui a été également . Président de l'Union Agricole et Viticole de l'arrondissement de Chalon, puis sénateur de 1977 à 1986, a eu pour successeur, sa fille Claudette, en 1988 , qui a conduit des batailles difficiles, parfois avec ses propres voisins socialistes de Chagny, et face aux maires de Rully ( Jean François Delorme) et de Fontaines, ; Hubert Thura. Pour la petite histoire cantonale, on se remémorera que les batailles ont parfois été âpres dans ce canton entre deux parlementaires : Théo Bretin, le maire socialiste de Chagny et le maire radical de Chalon, le sénateur Jean Richard entre les deux guerres. Jean Richard, était propriétaire à Saint Léger sur Dheune, il présida aussi le conseil général, tout comme l'un de ses lointain successeur à la mairie de Chalon, le socialiste, Christophe Sirugue entre 2004 et 2008.
Une troisième famille a été représentée durant 45 ans au conseil général, il s'agit de la famille Petitjean de Saillenard, dans l'ex canton de Beaurepaire.


( 1) Le canton de Mesvres, n’existe plu depuis 2015, les communes ont été rattachées à ceux d'Autun et de Blanzy.
( 2) Il sera aussi conseiller général du canton de Digoin
( 3) Jean Paul Anciaux, Député de 1993 à 1997 et de 2007 à 2017, a été conseiller municipal de cette commune de 1977 à 1983.

 
 
- par Daniel DERIOT - 26 mars 2019

Dans le rétro ( 1 /2 ) : Voilà 40 ans, la gauche s'emparait du conseil général... André Billardon, succédait à Philippe Malaud, à la présidence

 

Mars 1979, la moitié des électeurs doivent se rendre aux urnes, pour élire leur conseiller général ( 1). Dans notre département, la gauche l'emporte, il est vrai que les élections cantonales de l'automne 1973, puis celles de mars 1976, ont été ponctuées de victoires pour les candidats de gauche. Des victoires avec notamment l'arrivée d'élus socialistes en zone urbaine au Creusot ( André Laffly-Camille Dufour en 1976), à Macon ( Michel Antoine Rognard en 1976) à Autun ( Bernard Jeault,puis André Billardon) mais aussi à Tournus ( Roger Gautheron, 1976) , Pierre Joxe à Chalon , le communiste André Faivre à Montceau mais aussi dans les secteurs ruraux ( Yves Uny à Cuisery et Robert Petit, à Beaurepaire en Bresse) ou encore le Docteur Pierre Chelle à Trammaye et André  Beraud à Palinges...


LA POUSSÉE DE LA GAUCHE SE CONFIRME
Au soir du premier tour, le dimanche 18 Mars, les candidats de gauche ont progressé dans de nombreux cantons . A Chalon périphérie, Maurice Mathus successeur de Pierre Joxe est en tête devant son camarade et collègue adjoint au maire de Chalon, Marcel Bossu , ( P. C.F). A Montceau les Mines, André Lotte, premier secrétaire fédéral du PS devance Jean Gaumet ( P.C.F) de 130 voix. A Digoin, Louis Cantat ( P.C.F) est en tête.

A Cluny , le maire (communiste) du chef lieu , Gérard Galantucci est également en tête. Il y a néanmoins, deux déceptions pour la gauche : à Epinac, le conseiller général, Bernard Monnot, maire de Change est ré-élu dès le premier tour et à Saint Germain du Plain, le maire, Raymond Dijoux ( M.R.G) arrivé en troisième position se retire laissant la droite et le centre s'affronter, un duel plus géographique que politique d'ailleurs avec Jean Viallet, alors secrétaire de maire d'Ouroux Sur Saône face à Pierre Lagrange, vétérinaire à Saint Germain du Plain. Jean Viallet, l'emporte au second tour.


DES VICTOIRES A MONT ST VINCENT, CHALON SUD, MONTCEAU, SENNECEY
Le Dimanche 25 Mars, les conseillers généraux sortants socialistes ont été réélus à Autun Nord ( André Billardon), à Cuisery. La succession de Pierre Joxe à Chalon Périphérie est assurée par Maurice Mathus. A Chalon Sud, Roger Leborne, conseiller municipal de Saint Marcel est élu en battant André Jarrot ( 2) , c'est une surprise.

 

 

Autres surprises du second tour, les élections de Daniel Cautel à Sennecey le Grand, de Jean Girardon à Mont St Vincent face à des sortants bien implantés. D'autres victoires pour le PS à Montceau et à Macon Sud avec Jean Pierre Worms. Le P..C.F enregistre une victoire à Digoin, avec l'élection de Louis Cantat devançant Andrée Grappin donnée favorite. Le P.C.F n'a pas réussi à détrôner le docteur Pleindoux à Cluny, ni même René Boudier à Lugny.
Les radicaux de gauche renforcés par l'élection de Jean Girardon à Mont Saint Vincent peuvent compter sur leurs élus reconduits à Saint Léger Sous Beuvray avec Gabriel Bouthière, Jean Chanliau à Mesvres ( 3 ).


LE MAIRE DE BOYER DEMISSIONNE
A l'issue du second tour, Jean Braillon, un temps député, il avait remplacé André Jarrot, nommé ministre de la qualité de la vie en 1974 , démissionne de ses fonctions de maire. Il restera une figure du canton de Sennecey le Grand, s'investissant pleinement au sein de l'office du tourisme, aux côtés de Cyprien Gay, alors maire de Gigny sur Saône. En ce même mois de mars 1979, la vie municipale était fort agitée dans les villes de Louhans et de Digoin, suite à des dissensions survenues au sein de l'équipe de gauche élue deux ans auparavant. Dans le canton de Sennecey le grand, Robert Guyon, devient maire de Bresse sur Grosne. Il a été le directeur départemental de l'office national des combattants.


ANDRE BILLARDON SUCCEDE A PHILIPPE MALAUD
La gauche majoritaire, c'est donc elle qui préside, les noms de Roger Lagrange, de Paul Durafour sont cités, pour accéder à la présidence. Les intéressés ne sont pas candidats et les élus socialistes sous l'autorité d'André Lotte, nouvel élu de Montceau les mines et premier secrétaire fédéral du PS désignent André Billardon, au lendemain du second tour.

 

Ce dernier, est député depuis tout juste une année, actif conseiller général d'Autun Nord. « A l'époque, nous étions dans l'union de la gauche, avec un fort renouvellement des hommes et des pratiques. Le Préfet, était souvent «  l'homme du pouvoir » , nous étions pas très éloignés de 1981 et nous voulions donner un réel pouvoir aux élus » se remémore, André Billardon, en citant le F.D.A.E.C lancé par la nouvelle majorité.

 

 

Philippe Malaud,( 4) aura été président durant neuf ans, il avait succédé au Docteur Marc Humbert ( Socialiste ) en mars 1970 ! A l'époque, souvent les élections se déroulaient en mars. Le département de la Côte d'Or avait aussi basculé à gauche, avec comme président Pierre Palau, pour une durée de trois ans.

 



( 1) Le conseil général était renouvelable par moitié toutes les trois années.
( 2) André Jarrot, alors maire de Montceau les Mines redevient conseiller général, à l'issue de l'élection partielle provoquée par le décès d'André Lotte à l'automne 1984
( 3 ) Jean Chanliau, décède le 13 Août 1979, il est remplacé par Christian Gillot ( PS ) en octobre 1979.
( 4 ) Philippe Malaud a été conseiller général du canton de Matour, maire de Dompierre les ormes. Plusieurs fois ministre, il était aussi député.
A Suivre : Deux exceptions : Le socialiste Christian Gillot, élu depuis bientôt 40 ans...Un canton avec seulement 2 conseillers généraux de la même famille à Chagny, depuis 1945..Longévité et fidélité du corps électoral.

 


Nos photos : André Billardon-- Roger Leborne « tombeur » d'André Jarrot- Philippe Malaud-

 
- par Daniel DERIOT - 25 mars 2019

Européenne : De Martigues à Bruxelles, Anne Moiroud pédale pour une Europe plus sociale

Mardi matin, devant l’hôtel de Ville, Anne Moiroud, une habitante de Beaucaire, a débuté une nouvelle étape d'un périple débuté le 7 mars dernier à Martigues, elle entend relier àBruxelles, le 1er Avril prochain.


« POUR UNE EUROPE DES GENS ET NON DE L'ARGENT »
A ces cotés se trouvaient des militants communistes, ceux du département avec Bernard Cois, secrétaire de la fédé de Saône et Loire, mais aussi ceux de la section de Beaune-Seurre , car la cycliste est aussi une militante engagée attachée à une Europe unie, à une citoyenneté européenne et une circulation limpide dans son espace. Anne Moiroud, mère de famille, entend
promouvoir « une Europe des gens et non de l'argent ».

 


UN PROJET DE LONGUE DATE
« Au départ, en 2017, j'avais l'objectif de donner rendez-vous à tous les Erasmus européens pour converger tous vers Bruxelles, mais je n'ai pas réussi à faire la cohésion. Mon projet est surréaliste, naïf, certes, mais il faut avoir une part de rêve pour changer les choses. Je souhaite dire aux gens croisés sur ma route : votez le 26 mai, de préférence pour des partis non capitalistes et non fachistes ! «  relève la cycliste.


UNE EUROPE SOCIALE
« Mon objectif est de dire qu'en Europe, depuis 30 ans, avec les échanges, des millions d'enfants ont la double nationalité. Celles et ceux qui veulent remettre des frontières ne voient pas les conséquences humaines que cela entraînerait. Il faut que l'Europe change économiquement et socialement. Il y a un problème de démocratie. C'est le Peuple européen qui devrait être à l'origine des lois et non le Parlement ! Il faut faire une vraie constitution qui donne le pouvoir de décision aux différents peuples européens » déclare, Anne Moiroud. Cette dernière, a fait deux étapes dans notre département, à Macon et dans notre ville, ce mercredi, elle est Côte D'or, devrait relier Beaune à Dijon.

- par Daniel DERIOT - 20 mars 2019

Grand débat national du 9 mars 2019, salle de la gare à Givry


Ce samedi 37 personnes étaient présentes en réponse à l’invitation de l’association Givry Solidarités et Citoyenneté.

Ils ont abordé trois des quatre thèmes du grand débat :
• Démocratie et citoyenneté.
• La transition écologique.
• Fiscalité et dépenses publiques.


Pour chacun des thèmes 40 à 50 minutes ont été affectées.
L’animation de ces temps a été assurée par Didier Marcant.
Les échanges, témoignages, interventions, ont été d’une grande qualité et dans le respect de la charte du grand débat.

Pour noter les interventions, trois secrétaires : Catherine Baronnet, Nadette Comeau et Thérèse Boivin ; elles feront un compte rendu qui sera envoyé aux personnes qui ont laissé leurs coordonnées. Ce compte rendu sera transmis au secrétariat national du grand débat. Par la suite vous le retrouverez sur le site de l’association Givry Solidarités Citoyenneté. www.givrysolidaritesetcitoyennete.org


Les échanges se sont arrêtés à 12h et ont continué autour d’un verre de l’amitié.
Ce moment de rencontre, de découverte, de partage restera dans les mémoires

 
- par BOIVIN Jean Michel - 11 mars 2019

Grand Débat National : « Rechercher la participation des citoyens en s'inspirant de nos voisins Helvètes »....

...

« Nous sommes dans le grand et vrai débat » a mentionné, la députée Cécile Untermaier, en guise d'introduction d'une matinée regroupant à la fois des sympathisants des gilets jaunes, des citoyens dont certains sont investis au sein du conseil des citoyens ( mis en place par la députée de la Bresse et du Chalonnais), des élus mais aussi avec des socialistes et des marcheurs du chalonnais .


DE L'IMMIGRATION A L’EN-CORNAGE DES BŒUFS...LA VOTATION SUISSE TRIMESTRIELLE
Dans un premier temps, Manuel Tornare, ex maire de Genève a présenté « la démocratie semi directe » appliquée en Suisse avec en moyenne un référendum chaque trimestre. « C'est un système un peu complexe, nous sommes en campagne constante, cela nourri le débat, de l'immigration à l’en-cornage des boeufs » a relevé l'intervenant en relevant « La Suisse est un pays très décentralisé, avec les communes, les cantons et la confédération possédant les fonctions (régaliennes) dans les domaines des affaires étrangères, des finances et de la défense ».

 

Le député Suisse a noté à propos des référendums et initiatives populaires : « ce sont des systèmes lents , sûrs mais cela coûte cher », il a précisé « Les élus tout comme les ministres ( ils sont seulement 7 ) ne sont pas révocables »...


« IL FAUT RESPECTER LA VOLONTÉ POPULAIRE »
Manuel Tornare, a éclairer l'assistance composée d'une centaine de participants sur un système existant depuis plusieurs centaines d'années chez nos voisins. « Il faut respecter la volonté populaire » a indiqué le parlementaire, en guise de réponse à un intervenant rappelant « la victoire du non lors du référendum en mai 2005 ».


ABAISSER LES SEUILS POUR LE REFERENDUM D'INITIATIVE PARTAGE ET LE DROIT DE PETITION
« Le mouvement des Gilets Jaunes a débuté par une pétition en ligne, il s'est fait entendre ensuite dans la rue car il n'a pas été entendu » a mis en avant la députée ( LREM), Paula Forteza.

 

Cette dernière, œuvrant au sein d'un groupe de travail sur « la démocratie numérique » aux côtés de Cécile Untermaier a avancé des propositions sur l’institutionnalisation du conseil local citoyen, la pérennisation du grand débat ou encore sur l’évaluation des lois. L’abaissement du seuil de parlementaires pour l'instauration d'un référendum d’initiative parlementaire est envisagé mais pas d'inscription dans la constitution. Le droit de pétition tout comme le développement des budgets participatifs ont été évoqués.


QUELQUES PROPOS ...QUELQUES ECHOS
UN INTERVENANT CHALONNAIS : « Le Président a méprisé les maires, désormais nous sommes dans l'image, c'est question pour un champion. J'espère que vous serez intelligents collectivement pour répondre aux citoyens » a lancé un participant, notamment en direction des deux députés de la République En Marche assistants aux débats .


ALAIN ( SYMPATHISANT GILET JAUNE -CRECHES SUR SAONE) : « Je participe régulièrement au débats, à Macon, à Tournus et à Chalon. Je suis sympathisant du mouvement qui n'a rien à voir avec les casseurs mais qui est une expression légitime et forte de celles et ceux que l'on n'entend pas ».


CATHERINE ( MEMBRE D'AT.D QUART-MONDE CHALON ) : «  Il y a les visibles, celles et ceux qui étaient sur l es ronds points, mais surtout n'oubliez pas celles et ceux du quart monde, celles et ceux qui ne participent peu ou pas aux réunions, il faut aussi les écouter »...

 


LE MAIRE DE SASSENAY (PS ) ENCERCLE PAR EN MARCHE
Aux côtés de Didier Réty, maire de Sassenay, avaient pris place notamment le député Raphaël Gauvain, Philippe Exertier, référent départemental de la République En Marche mais aussi deux autres « marcheuses » dont Monique Exertier, conseillère municipale de Sassenay...


DEUX TELES POUR SUIVRE LE DEBAT : Il y avait une équipe de « Chalon TV » retransmettant sur le réseau social facebook, la rencontre mais aussi une équipe de la Radio Télé Suisse ( R.T.S ) venue suivre le Grand Débat National. .
Nos photos : lors du débat samedi matin au clos bourguignon...Durant les interventions de l'assistance- Paula Forteza, députée de la 2éme circonscription des Français de l’Étranger- Le maire de Sassenay encerclé par les marcheurs- une équipe de la télé Suisse.

 

- par Daniel DERIOT - 10 mars 2019

Européennes : Nathalie Arthaud, (L.O) solidaire des « Gilets Jaunes » revendique l'étiquette de «communiste»

 

 « Ce que révèlent les Gilets Jaunes, c'est un ras le bol, mais il faut aller plus loin dans les revendications. Il faut prendre le pouvoir sur le Grand capital, les travailleurs, qu'ils soient salariés, commerçants, retraités doivent devenir maîtres de l'économie et de la politique » a lancé, Nathalie Arthaud.


PORTE PAROLE DE LUTTE OUVRIÈRE
Celle qui a succédé à Arlette Laguillier, est à nouveau candidate, elle conduira la liste de Lutte Ouvrière pour les prochaines européennes, qui se dérouleront le 29 Mai prochain. Une liste sur laquelle figurent plusieurs militants bourguignons, dont Julie Lucotte, ( infirmière ) cette dernière conduisait une liste au Creusot, pour les municipales de mars 2014, et Claire Rocher, ex tête de liste aux régionales en 2015. Un temps conseillère municipale dans une ville de la banlieue de Lyon, Nathalie Arthaud enseigne à mi temps dans un lycée de la banlieue parisienne.


« LE CAMP DES TRAVAILLEURS, PLUTÔT QUE LE GRAND CAPITAL »...
Devant les représentants de la presse, puis devant un auditoire composé notamment des militants et sympathisants de Lutte Ouvrière, Nathalie Arthaud, a dénoncé la politique conduite par M. Macron et ses amis qui sont aux ordres du « Grand capital ».
Elle prône «Conte le Grand capital, le camp des travailleurs »., et sans détour, Nathalie Arthaud, se revendique comme « Communiste » et « Internationaliste ». Elle ne manque pas de relever que « les maux de la planète ont pour source la crise du capitalisme et du libéralisme ».


« LES DIRIGEANTS POLITIQUES, CE SONT DES POMPIERS PYROMANES »
« L’Europe doit être unifiée «  relève Nathalie Arthaud dénonçant « les dirigeants politiques qui ont failli et se conduisant comme des pompiers pyromanes ». Elle souligne « le boulot ne doit pas être un enfer ,mais ils n'ont pas de début de solution pour résoudre la crise »...Une crise qui fait le lit au préjugés, au rejet de l'autre et de l'étranger, au racisme et à l'antisémitisme...
Le programme et l'analyse de la situation actuelle par L.O sont contenus dans un livret d'une trentaine de page, diffusé par les militants de cette 'organisation politique, qui est également présente lors des différentes élections dans notre ville avec Pascal Dufraigne, qui milita un temps au sein de l’entreprise Kodak.


Nos photos : Lors de la venue de Nathalie Arthaud, samedi après midi, dans notre ville.

- par Daniel DERIOT - 24 fév 2019

Européennes : Nathalie Arthaud (LO) et Damien Carême (E.E.L.V) dans notre ville

 

Porte parole du mouvement « Lutte ouvrière », Nathalie Arthaud, qui a succédé a Arlette Laguillier, figure « historique » de cette formation politique située à l'extrême gauche et le maire de la Grande Synthe, Damien Carême seront bientôt dans notre ville, dans le cadre des élections européennes.


SAMEDI : REUNION AVEC NATHALIE ARTHAUD
Candidate à la présidence de la république, pour Lutte Ouvrière, et porte parole de cette formation politique, Nathalie Arthaud, animera une réunion publique samedi 23 Février à 17, H, salle municipale, au 25, rue Pierre Bridet.


 

DAMIEN CAREME LE SAMEDI 9 MARS DANS NOTRE VILLE
Damien Carême, maire de Grande Synthe, sera à Chalon la journée du  samedi 9 mars 2019.

Damien Carême est très engagé sur l'action humanitaire, écologique et solidaire 
Il rencontrerara à la maison des syndicats, tout d'abord les responsables associatifs, afin d'échanger avec lui sur les  difficultés quotidiennes des associations, des migrants  et ses propres difficultés, quotidiennes comme  face aux institutions, et  sur les solutions qu'il a apportées et ses réussites. 


 

Il sera également présent :

- à 10h à la librairie Develay, 1 place du général de gaulle, pour une 
séance de dédicace de son livre "on ne peut rien contre la volonté d'un 
homme", qui retrace son travail acharné à Grande Synthe

- à 16h pour une réunion publique à la maison des syndicats, salle des 
congrès. Il parlera de son expérience de maire, de l'Europe, et de la place d'une commune à l'échelon européen. 


LES ENGAGEMENTS DU MAIRE DE SYNTHE
Pour rappel Damien Carême a décidé la construction, avec l'appui d'associations locales et de MSF, d'un camp d'accueil pour migrants  en 2016. Extrait d'un article de l'époque  (Le monde mars 2016) : 

Voilà maintenant quatre mois (en mars 2016) que l’édile de cette commune de 21 000 habitants, située dans la banlieue de Dunkerque, a entamé un bras de fer avec l’Etat. Confronté depuis 2006 à un campement de migrants dans sa ville, l’écologiste a vu la situation s’emballer en décembre quand ils sont passés de quelques dizaines à plus de 2 500. Le tout dans des conditions sanitaires déplorables et en plein centre-ville. « C’était le camp de la honte », lâche Damien Carême.
L’élu de 55 ans se met en tête d’accueillir « dignement » les personnes déjà présentes, pour la plupart des Kurdes irakiens qui veulent rejoindre la Grande-Bretagne. Il propose un terrain à quelques kilomètres de là, une langue de terre coincée entre l’A16 et les voies de chemin de fer, tout en espérant que les pouvoirs publics prennent « leurs responsabilités ». Refus du ministère de l’intérieur qui craint l’appel d’air et la mainmise des passeurs.
Malgré la mise en demeure de la préfecture de sécuriser le camp, Damien Carême s’obstine, quitte à devenir pénalement responsable de ce qui se passe sur place. Depuis lundi 7 mars (2016), ce camp ouvert accueille 1 300 personnes dans de petits cabanons en bois chauffés. Douches, sanitaires et point d’eau complètent le tableau.
Malgré le refus du gouvernement, l’édile a financé, en partenariat avec Médecins sans frontières, l’aménagement d’un camp qui accueille dans des conditions dignes 1 300 migrants. 
« Je n’ai pas voulu céder au démantèlement, souligne le maire. A Calais, ça ne règle aucun problème. Il faut laisser à ces gens le temps de se poser et de faire leur demande d’asile dans de bonnes conditions. ».
Damien Carême, était présent en Juillet dernier pour la deuxième fois à Autun, pour le festival du « Journalisme Vivant ». Cet élu du nord, n'est autre que le fils de René .Carême, militant C.F.D.T et qui a été maire socialiste de Grand Synthe, de 1971 à 1992.


Nos photos : Nathalie Arthaud ( LO) et Damien Carême ( E.E.L.V) lors du festival du journalisme vivant à Autun, en juillet dernier

 
 
- par Daniel DERIOT - 23 fév 2019

Villegaudin : Dimanche 3 Mars Premier tour, pour les élections complémentaires

Suite au décès de Jean Pierre Poulleau, survenu fin décembre 2018, les électeurs de Villegaudin devront se rendre aux urnes, le dimanche 3 Mars entre 8 H et 18 H


DEUX CONSEILLERS A ÉLIRE...DEUX CANDIDATS
Il s'agit pour les électeurs de cette commune, de compléter le conseil municipal, comptant onze conseillers municipaux. En effet, afin d'élire le maire et les adjoints, le conseil doit être au complet.
Emmanuel Nicot et William Tomasini, ont déposé leur candidature, auprès des services de la sous préfecture de l'arrondissement de Chalon. Outre, Jean Pierre Poulleau, un autre élu est également décédé.
Premier adjoint, Pascal Petit fait fonction de maire par intérim.


Dans cette localité située, près de Saint Martin en Bresse, Il y a 145 électeurs inscrits.

 
- par Daniel DERIOT - 21 fév 2019

Grand Débat : La transition écologique pour thème de discussions en présence d'une trentaine de participants

 

Les mobilités avec notamment le plan vélo sans oublier les questions de santé ou encore la déperdition énergétique dans de nombreux immeubles ont été évoquées , samedi matin, lors d'une rencontre organisée par le député Raphaël Gauvain. Une initiative s'inscrivant dans le cadre des rencontres du « Grand Débat National ».


DES ACTEURS ASSOCIATIFS, UN GILET JAUNE ET DES ELUS
Dans l'assistance se trouvaient plusieurs acteurs associatifs, notamment de « Vélo Sur Saône », mais aussi un gilet jaune sans sa chasuble et quatre élus dont Nathalie Leblanc, conseillère régionale et élue Chalonnaise, Sylvain Dumas, maire de Fargesn Alain Rousselot-Pailley, maire de Chatenoy en Bresse et Mourad Laoués, élu écologiste chalonnais.

 


EXTRAITS DES INTERVENTIONS
LE DEVELOPPEMENT DU PLAN VELO a fait l'objet de plusieurs interventions et propositions émises notamment par Judith. Un intervenant a regretté l'absence de garage à vélo à proximité de plusieurs bâtiments publics et notamment des bureaux postaux.

 


DEPERDITION DE CHALEUR : « C'est une réalité dans un grand nombre de bâtiments collectifs » a mis en avant Sadia


PROPOSITION DE TAXER LES PAQUEBOTS a été suggérée par Christian, qui a relevé « Les paquebots tout comme les gros avions sont de gros pollueurs ».


« LA TRANSITION ECOLOGIQUE S'IMPOSE » a relevé, Nathalie Leblanc, en évoquant le rôle dans ce domaine conduite par la région Bourgogne-Franche/comté.

 


« L'ETAT DOIT ACCOMPAGNER LES HABITANTS ET LES COLLECTIVITÉS » a suggéré, l'élu écologiste Mourad Laoués, regrettant l'absence de subventionnement pour le réseau Atmosph'air par le Grand Chalon et la ville.

 


SANS OUBLIER LA SANTE : Cela a été le thème de l'intervention d'un professionnel, François, soulignant les conséquences que sont notamment l'asthme . »Il y a urgence d'agir sur ces questions ».

 


MESURES DE L' ATMOSPHERE : « Elle sont disparues sur le chalonnais, c'est regrettable ».


PRES DE DEUX HEURES ÉCHANGES
Les discussions d'une durée de près de deux heures ont permis à un grand nombre de participants de prendre la parole. Ce débat était animé par Ahmed Bouchaid.

 
 

Nos photos : Durant le débat- Lors des interventions- Des élus- Judith- François

- par Daniel DERIOT - 18 fév 2019

Saint Gervais en Vallière, Sandrine Melin, élue conseillère municipale.

Le second tour de l'élection complémentaire n'a pas attiré beaucoup d'électeurs. Seulement 56 se sont déplacés à la mairie sur 327, c'est peu mais cela suffit. L'unique candidate, Sandrine Melin, avec 45 voix a été élue.


ELECTION DU MAIRE ET DES ADJOINTS : JEUDI SOIR
Désormais au complet, le conseil municipal comptant onze conseillers municipaux, se retrouvera jeudi 21 Février, à 19 H 30, pour élire le maire, fixer le nombre des adjoints et élire les adjoints.

 
- par Daniel DERIOT - 17 fév 2019

Grand Chalon : Henri Jenvrin, élu, hier soir, maire de St Mard de Vaux...Les trois adjoints ré-élus

 

Marjorie Vuillemin et Caroline Charbonnel, élues conseillères municipales dimanche, ont siégé vendredi soir pour la première fois au sein du conseil municipal de Saint Mard de Vaux.

 

 


MAIRE ET CHEF D'ENTREPRISE
Un seul tour a été nécessaire avec un seul candidat à la fonction de maire.Jean Marie Besançon, en qualité de doyen d'âge de l'assemblée municipale, a fait appel à candidature pour l'élection du maire. Avec dix voix, Henri Jenvrin, a été proclamé élu. Il succède à Guy Duthoy. Ce dernier avait remis sa démission de maire et de conseiller municipal. Le nouveau maire, chef d'une entreprise de maçonnerie, était conseiller municipal depuis de nombreuses années déjà. M. Jenvrin siégera aussi au conseil communautaire du Grand-Chalon.Dans quelques semaines, il aura 53 ans.


TROIS ADJOINTS
Les adjoints élus en mars 2014 ont été ré-élus avec dix suffrages, dès le premier tour. Il s'agit de François Boissier, René Popille et de Karine Lescure. M. Boissier a exercercé les fonctions de maire par intérim, suite à la démission de Guy Duthoy. Conseiller municipal, depuis 1989, René Popille siège au conseil municipal depuis mars 1989. Il est le fils de l'ancien maire M. Popille, premier magistrat de 1967 à 1983.

 


LES DEUX NOUVELLES CONSEILLES MUNICIPALES
Âgée de 39 ans, Marjorie Vuillemin, est assistante dans une association tutélaire. Sa collègue, Caroline Charbonnel, âgée de 35 ans, est assistante maternelle, elle est aussi la benjamine du conseil municipal. Elles sont quatre femmes au conseil municipal.

 


Le nouveau maire a déclaré, « Nous allons terminer les projets lancés, ce sera un mandat de gestion avant tout ».


Nos photos : Lors de la séance de vendredi soir, le nouveau maire, Henri Jenvrin. François Boissier premier adjoint...aux côtés de Karine Lescure ( 3éme adjointe). Le maire et le deuxième adjoint, René Popille.

- par Daniel DERIOT - 15 fév 2019

Saint Marcel : L'opposition affûte ses arguments dans la perspective des municipales de 2020

Dernièrement les habitants de Saint Marcel ont découvert dans leur boite aux lettres , le numéro 7 du bulletin d'information de l'opposition municipale « Saint Marcel Demain-Les nouvelles ».


UN PREMIER RENDEZ VOUS : LE DIMANCHE 10 MARS, SALLE A JARREAU
Mercredi soir, les membres de cette association présidée par Jacky Louvel, ont préparé la deuxième édition d'un rendez vous culturel le « Marché multi-collections et du livre d'occasion », programmée pour le Dimanche 10 Mars, prochain, salle Alfred Jarreau. Au delà de cet événement piloté par Jean Noël Despocq, ( ancien maire) et par Andrée Comte ( également conseillère municipale), les regards sont tournés vers les prochaines municipales de 2020.

 

RÉFLÉCHIR ET AGIR LOCALEMENT SANS OUBLIER LE CONTEXTE NATIONAL
L'actualité nationale avec les différents mouvements de revendications mais aussi avec l'implication et les retombées à l'échelon des collectivités ont été évoquées par Jacky Louvel, en guise d'introduction de cette assemblée générale ordinaire. « Ensemble on va plus loin » a relevé le président de l'association en saluant les cinq conseillers municipaux de l'opposition ( 1) mais aussi en accueillant ses collègues des associations de Saint Rémy ( Saint Rémy à Venir représentée par Didier Bernard et Jean Paul Coulon) et de Chatenoy le Royal ( Le Mascaret avec Christian Cléaux).


OBJECTIF : MUNICIPALES DE 2020
Pour cette année, veille du prochain rendez vous des prochaines municipales, l'association entend intensifier ses actions : En organisant trois réunions publiques avec des thèmes différents, avec d'autres parutions du bulletins, en soutenant les cinq conseillers d'opposition et en renforçant le blog existant ( smd71380.himdo.com).
Ces actions seront conduites en coopération avec le groupe communautaire « Convergences », regroupant les élus municipaux de sensibilité de gauche , siégeant au conseil communautaire du Grand-Chalon.


Le bureau de l'association est composé de Président : Jacky Louvel-Vice Présidents : Maryse Moine et Jean Luc Monat- Secrétaire : François Lemond, secrétaire adjoint : Guy Gonnot ; Trésorière : Annick Rebillard et trésorier adjoint : Christophe Rebillard.

( 1) : Jean Noël Despocq-Andrée Comte-Christine Louvel ( également conseiillère départementale)- Fabrice Malet et Lydie Tromenschlager.Maire honoraire et ancien conseiller général, Roger Leborne a assisté à cette réunion.

- par Daniel DERIOT - 15 fév 2019

Verdunois : ST Gervais en Vallière, il faudra revoter dimanche... pour un conseiller municipal

Dimanche prochain, les habitants de Saint Gervais en Vallière, devront retourner aux urnes pour élire un conseiller municipal. Motif, une candidate déclarée élue dimanche dernier, bien qu'ayant eu la majorité absolue n'a pas atteint la barre des 25 % des inscrits.


DÉCLARÉE ÉLUE... TROP VITE
Sandrine Melin avec 73 voix a été déclarée élue, dimanche soir, à l'issue du dépouillement du premier tour de l'élection complémentaire. 73, c'était bien supérieur à la majorité absolue des 118 votants mais inférieur à la barre des 25 % indispensable pour être élue.


Lundi matin, les services préfectoraux, en enregistrant les résultats ont alerté le maire par intérim sur cette situation.
Les six autres candidats, sont eux bien élus, néanmoins il faudra donc retourner aux urnes, dimanche prochain, le bureau de vote sera ouvert de 8 H à 18 H.

 
 
- par Daniel DERIOT - 12 fév 2019

Verdunois : Le conseil municipal de ST Gervais en Vallière est complet

Verdunois : Le conseil municipal de ST Gervais en Vallière est complet


Un seul tour a été nécessaire, pour compléter le conseil municipal, de la commune de Saint Gervais en Vallière.
Ce dimanche, 118 électeurs sur 326 se sont déplacés aux urnes entre 8 H et 18 Heures, pour élire sept conseillers municipaux. Faisant fonction de maire par intérim, Aurélien Guesdon, a proclamé en début de soirée, les résultats.


LES NOUVEAUX CONSEILLERS
ONT OBTENU : Ludovic Bigot 94 voix, Christian Condette : 100, Valérie Lauquin, 103, Gaétan Maire 99 , Sandrine Melin 73, Mme Dominique Ruffin : 94 et Patrice Santerre 97 suffrages.
L'élection du maire et des adjoints, interviendront prochainement. La fonction de maire était occupée par Michel Raymond, qui s'est démis de ses fonctions en novembre dernier, il était maire de cette commune depuis mars 2008.

 

Nos photos : Lors de l'élection complémentaire, ce dimanche, Aurélien Guesdon, faisant fonction de maire par intérim, la première électrice dimanche matin.

- par Daniel DERIOT - 11 fév 2019

Grand Chalon : Deux élus à Saint Mard de Vaux, élection du maire vendredi soir

Le successeur de Guy Duthoy, maire démissionnaire sera connu vendredi prochain, les électeurs de cette localité ont désigné, ce dimanche deux nouvelles conseillères municipales.


Outre le poste de M. Duthoy, celui de Pascale Massot, démissionnaire en 2016, était également à pourvoir.
Il y a eu 88 votants sur 226 inscrits. Marjorie Vuillemin avec 85 suffrages a été élue ainsi que Caroline Charbonnel, élue avec 83 voix.


Faisant fonction de maire par intérim, François Boissier, premier adjoint, a proclamé les résultats à l'issue des opérations de dépouillement. Il a présidé le bureau de vote, dans l'après midi, se trouvaient à ses côtés Michel Gausset, conseiller municipal et Jacques Damougeot.

 
 
- par Daniel DERIOT - 10 fév 2019

Grand Débat National : Une première, ce mercredi soir à Sennecey le Grand, une rencontre organisée par une citoyenne de la commune

 

A Partir de 20 H 30, une rencontre inscrite dans l'agenda du Grand Débat National, aura lieu à Sennecey le Grand, salle Bauffremont, près de la mairie, place de l'église. A l'initiative de ce premier débat dans la région chalonnaise, Muriel Iafrate, une habitante de la commune...Les quatre thèmes figurant sur le site du Grand Débat National, devraient y être abordés.


UNE PREMIERE RENCONTRE DANS LE CHALONNAIS
Elle n'est pas élue, encore moins militante d'une formation politique, Muriel Iafrate est avant tout une citoyenne. Et , c'est à ce titre qu'elle a pris l'initiative d'organiser ce mercredi à Sennecey le Grand, une rencontre figurant dans l'agenda du Grand Débat National.
Elle habite Sennecey le Grand, depuis une quinzaine d'années, Muriel Iafrate , dans la vie professionnelle est Directrice des Relations Humaines dans un groupe métallurgique de l'Ain. Cette native du bassin minier, passionnée de musique, préside une association dénommée « Atelier Musical entre Saône et Grosne », c'est elle qui ce soir animera cette « première » rencontre, salle Bauffremont, se trouvant à côté de la mairie.

 


AU PROGRAMME LES 4 THEMES
Voilà deux semaines, Muriel Iafrate, constatant l'absence de réunion dans le secteur, s'est donc décidée à organiser elle même, un débat. Elle s'est inscrite sur la plate-forme internet du Grand Débat National. Vendredi dernier, elle a assisté à la séance du conseil municipal de Sennecey et depuis, elle réserve une partie de ses loisirs à contacter ses connaissances par email pour les inviter à venir participer ce soir au débat.
Les quatre thèmes que sont la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté et l'organisation de l'Etat et les Services publiques seront naturellement abordés. « Je constate que certains sujets sont transversaux » , relève, celle qui sera avant tout l'animatrice... »Pour mes idées, je dois patienter encore un peu, je n'ai pas le droit en qualité d'animatrice du débat d'en formuler »...Elle sera avant tout « la maître du temps », celle qui donne la parole et permettra la bonne tenue de cette première !


LES AUTRES RENCONTRES DANS LE CHALONNAIS, CETTE SEMAINE
A l'initiative de ces rencontres, les députés Raphaël Gauvain ( LREM ) et Cécile Untermaier ( PS) mais aussi la paroisse du Sacré Coeur de notre ville.

- Jeudi 7 Février : 18 H 30 – Saint Marcel- Salle Gressard- Organisateur : Raphaël Gauvain- Thème Démocratie et citoyenneté. 
- Vendredi 8 Février : 18 H 30 Saint Boil : Salle Communal-Organisateur : Raphaël Gauvain- Thème : La transition écologique. 
- Samedi 9 Février : 9 H 30-12 H : Clos Bourguignon- Chalon – Organisatrice : Cécile Untermaier
- Samedi 9 Février : 14 H : Buxy, mairie, organisateur : Raphaël Gauvain, thème : « Fiscalité et dépenses publiques ».
- Dimanche 10 Février : 9 H à 10 H 30 – Paroisse du sacré coeur-Rue de la Verrerie, Missions sociales de l’État-.
A NOTER : CES REUNIONS PUBLIQUES SONT OUVERTES A TOUS.


Nos photos : Muriel Iafrate, organisatrice de la rencontre qui se déroulera ce mercredi soir à Sennecey le Grand.

- par Daniel DERIOT - 6 fév 2019

Dimanche, élections complémentaires à Saint Gervais en Vallière et à Saint Mard de Vaux

Les maires de Saint Gervais en Vallière, Mlichel Raymond et celui de Mard de Vaux, Guy Duthoy ont démissionné de leur fonction, au cours du dernier trimestre de l'année 2018.


DEUX ELECTIONS COMPLÉMENTAIRES DIMANCHE
Le Sous Préfet de Chalon, Jean Jacques Boyer, a pris un arrêté pour fixer d'élections complémentaires dans ces deux communes. Ces élections se dérouleront, dimanche 10 Février, de 8 H à 18 Heures, il s'agit d'élire sept conseillers municipaux à Saint Gervais en Vallière et deux à Saint Mard de Vaux. Ces deux communes de moins de 500 habitants, ont un conseil municipal composé de onze membres.


SEPT CANDIDATS A SAINT GERVAIS EN VALLIERE
Il n'y a plus que 4 conseillers en fonction à Saint Gervais ( canton de Gergy). Dans cette commune, sept candidats ont fait acte de candidature, il s'agit de Ludovic Bigot, Christian Combette, Valérie Lauquin, Gaétan Maire, Patrice Melin, Mme Dominique Ruffin et Patrice Santerre.
Il y a 326 électeurs dans cette commune.


DEUX CANDIDATES A SAINT MARD DE VAUX
Dans cette localité de la vallée des vaux, Caroline Charbonnel et Maryvonne Vullemin, ont déposé leur candidature au service élections de la Sous-Préfecture de Chalon. Outre M. Duthoy, démissionnaire , un autre conseiller a démissionné dans cette commune.


A la suite de ces deux élections complémentaires, les conseillers municipaux de ces deux villages se réuniront pour élire un maire et des adjoints.

 


Nos photos : La mairie de St Gervais, une localité comptant plusieurs hameaux... Guy Duthoy, maire démissionnaire de ST Mard de Vaux, Michel Raymond, maire démissionnaire de ST GErvais en Vallière.

- par Daniel DERIOT - 5 fév 2019



Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle