vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mardi 21 août 2018

Bonne Fête Christophe

Photo de Chalon

politique - chalon sur saone

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

COMMUNIQUÉS

 

Première rencontre La République En Marche ! en Saône & Loire. le 01/09

 

Nous avons le plaisir de vous convier à notre première rencontre La République En Marche ! en Saône & Loire.

L’événement se tiendra le Samedi 1er septembre 2018 à partir de 9h30
📍Cloître et Cellier des Moines Place des Arts- 71700 Tournus

Venez partager vos idées avec François Patriat, Sénateur, Président du groupe La République En Marche ! au Sénat et membre du comité exécutif de LaREM.

Et avec nos députés Rémy Rebeyrotte, Benjamin Dirx, Raphaël Gauvain.

Nous vous invitons à retrouver le programme sur www.en-marche71.fr

Programme et inscriptions sur www.en-marche71.fr

- par République en Marche - 6 août 2018

Communiqué du PDF71 : "Quick Chalon : Communautarisme musulman et viande halal, plutôt que la santé des français et le bien-être animal ?!"

Quick Chalon : Communautarisme musulman et viande halal, plutôt que la santé des français et le bien-être animal ?!

Plusieurs mois que les rumeurs circulaient dans la bouche des chalonnais... C'est désormais officiel.
Le fast-food "Quick" de Chalon-sur-Saône vient d'accentuer un peu plus l'islamisation de notre ville et de notre nation, en proposant désormais uniquement de la viande certifiée "halal".

Ce mélange de communautarisme et d’appât du gain semble primer sur la santé des consommateurs et sur le bien être animal pour le gérant de cette enseigne de malbouffe, qui grâce à ce changement de "carte des menus" prévoit une hausse de fréquentation supérieur à 35 %.

Telle une invasion, les commerces proposant uniquement du "halal" se développent à grande vitesse dans notre ville (et partout ailleurs).

Des "restaurants" kébabs dans toutes les rues, des boucheries musulmanes, sans oublier les nombreux fast-foods proposant toutes sortes de tacos ou paninis à base de viande issue uniquement d'un abatage rituel.

Une question sérieuse se pose :
Où sont passés les ardents défenseurs de la cause animale ?

En effet, il est IMPORTANT de rappeler qu'une viande dite "halal" est issue d'un animal qui a été abattu selon le rituel musulman.

Ce rituel s’effectue par un islamiste agréé, et l'animal est obligatoirement positionné en direction de la Mecque.
Le sacrificateur musulman doit effectuer son geste en invoquant son "dieu", sous cette fameuse phrase : >
L'animal doit être égorgé SANS étourdissement et de façon large jusqu’aux vertèbres cervicales (à l'inverse des abatages respectant les lois européennes et le bien-être animal).
L'animal est donc totalement conscient et peut souffrir jusqu'à plus de 14 minutes après l'égorgement !

L’islam qui refuse l’étourdissement préalable de l’animal contrevient donc à la Déclaration universelle des droits de l’animal laquelle précise notamment que

A l'heure où de nombreux français s'improvisent défenseurs de la cause animale en dénonçant sur les réseaux sociaux les maltraitances de certains employés dans divers abattoirs, en exigeant de lourdes sanctions ainsi que des surveillances plus strictes grâce à la vidéo ;
A l'heure où certains dénoncent à juste titre les maltraitances faites sur de pauvres animaux de part quelques petites racailles afro-musulmanes en manque de sensations dans leur quartier ;
A l'heure où d'autres manifestent afin d'interdire les corridas, ainsi que les cirques pour d'éventuelles tortures effectuées sur les animaux en cage, ou bien encore pour signaler les problèmes liés à la captivité de dauphins dans les parcs marins ;
A l'heure où une nouvelle communauté de "fragiles" se cachant sous le nom de "Vegan" souhaite imposer sa loi aux "viandards" en multipliant les actes de vandalisme (la nuit...) sur certaines boucheries (bien françaises... évidement);

Où sont ces nombreuses personnes, lorsqu'il s'agit de condamner la barbarie du "halal" dictée par une religion cruelle et sanguinaire ?

L'écrivain Léon Tolstoï disait : >
Chacun jugera cette phrase à sa manière, de part les temps actuels...

Outre le problème de cruauté envers les animaux, cet abatage rituel est également source de risque sanitaire.
Risque prouvé et dénoncé par le président de l'OABA (Œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs) qui expliquait clairement :
.

Si il est totalement utopique d'exiger l’abandon total de ces nouveaux "menus" proposés par l'enseigne Quick de Chalon (et d'ailleurs) ;

Si il l'est également de demander aux autorités de faire appliquer les lois établies par la déclaration universelle des droits de l'animal ;
Si il est impensable d'imaginer un "coup de pouce" du Maire LR de Chalon (Gilles Platret) et des élus municipaux afin de stopper l'implantation des commerces où se vendent de la viande certifiée halal (ou casher) dans notre ville ;
Il est néanmoins nécessaire pour les militants du Parti de la France, de sensibiliser les chalonnais et de les inviter à ne plus consommer ce genre de viande, afin de ne plus se rendre complice tant de la souffrance animale occasionnée, que de l'islamisation de notre Nation !


Contre la souffrance animale,
Contre l'invasion et l'islamisation,
Rejoignez le Parti de la France.

Benjamin LEMATTE

Délégué départemental PDF 71
 
- par Benjamin LEMATTE Délégué départemental PDF 71 - 19 juil 2018

Le collectif Chalon solidarité migrantes interpelle la Sénatrice et les Sénateurs de Saône-et-Loire

Communiqué du 22 juin 2018,

La loi Asile et Immigration, adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale le 22
avril 2018, est actuellement en débat au Sénat.


Nous appelons la sénatrice et les sénateurs de SaôneetLoire
à ne pas voter la loi en l'état,
à réviser son contenu afin d'organiser une politique migratoire respectueuse des droits
fondamentaux et de la dignité des personnes. Si l'épisode de l'Aquarius a révélé l'impasse de
la politique européenne, il témoigne également des dramatiques, et parfois tragiques,
parcours migratoires de personnes en souffrance.


La loi Asile et Immigration a été dénoncée par l'ensemble des associations de défense des
droits humains et de toutes celles et ceux qui oeuvrent de façon bénévole pour améliorer le
quotidien de personnes que l’État rejette.


Cette loi renforce des politiques principalement répressives, avec ses conséquences
humaines, sociales et politiques désastreuses. Ces politiques sont fondées sur une
application « minimaliste » du droit d’asile, des conditions drastiques pour la délivrance de
titres de séjour, la criminalisation de l’entrée irrégulière sur le territoire, la traque, la
rétention et l’expulsion de personnes dont la seule faute est de ne pas disposer des bons
papiers au bon moment.


A ChalonsurSaône,
nous constatons l'échec des politiques d'exclusion à travers la détresse
et les difficultés que rencontrent les personnes hébergées au Pradha, lieu de transit où les
personnes sont livrées à elles mêmes.
L’inefficacité de ces politiques font de plus le terreau de l'extrême droite.


Si les tragédies humaines sont lâchement instrumentalisées à des fins
politiques et nourrissent les valeurs nationalistes, à l'inverse, une résistance silencieuse
favorable à la solidarité s'installe et attend du courage de la part de ses élus.


Changer la loi, c'est offrir l'hospitalité et remettre l'humain au coeur de nos sociétés. C'est
aussi changer le regard sur l'autre et construire enfin une société apaisée et réconciliée.

Le collectif chalon solidarité migrantes

 
- par Le collectif chalon solidarité migrantes - 22 juin 2018

Rapport de Marie Mercier : Projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes

 

Projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes adopté en commission des lois du Sénat sur le rapport de Marie Mercier : protéger tous les enfants quel que soit leur âge contre les prédateurs sexuels



Réunie sous la présidence de M. Philippe Bas, président, la commission des lois du Sénat a adopté le 20 juin 2018, sur le rapport de Mme Marie Mercier, après l’avoir modifié sur certains points essentiels, le projet de loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes.

La commission a tout d’abord réparé des oublis majeurs du projet de loi en le complétant par des volets relatifs à la prévention des violences sexuelles et sexistes et à l’accompagnement des victimes, déjà prévus par le Sénat lors de l’adoption, au mois de mars 2018, de la proposition de loi d’orientation et de programmation pour une meilleure protection des mineurs victimes d’infractions sexuelles, présentée par Philippe Bas à la suite d’un rapport d’un groupe de travail pluraliste de la commission des lois présidé par Mme Marie Mercier.

La commission a ensuite décidé de réprimer plus efficacement les infractions sexuelles, singulièrement celles commises à l’encontre des mineurs.

Pour le président Philippe Bas : "Le débat porte sur les moyens et non sur les fins, car nous recherchons tous les voies et moyens de protéger efficacement les mineurs, qu’ils aient plus de 13 ans ou moins de 13 ans. La France dispose heureusement déjà d’un cadre juridique permettant de poursuivre, sous la qualification pénale de viol, des actes sexuels commis par un adulte à l’encontre d’un mineur, même sans violence physique. La seule contrainte morale résultant de la différence d’âge suffit en effet depuis longtemps à entraîner la condamnation à 20 ans de prison. Il convient néanmoins de renforcer la protection des mineurs victimes d’infractions sexuelles. La proposition de loi adoptée à l’unanimité moins trois voix par le Sénat au mois de mars 2018 permet de protéger toutes les victimes mineures, quel que soit leur âge. L’introduction d’un seuil d’âge ne protègerait qu’une partie d’entre elles".

Conformément au texte adopté par le Sénat au mois de mars 2018, la commission a voté l’allongement à 30 ans de la durée de la prescription des crimes à caractère sexuel commis à l’encontre des mineurs et institué une présomption de contrainte en cas de relation sexuelle entre un majeur et un mineur, quel que soit son âge . Cette présomption simple tiendra à la différence d’âge entre le majeur et le mineur ou à l’absence de maturité de ce dernier.

En revanche, la commission n’a pas adopté des amendements tendant à prévoir que constitue un crime toute relation sexuelle entre un majeur et un mineur de moins de 13 ans.

Comme l’a souligné Marie Mercier, rapporteur : "La protection accordée à un mineur ne peut pas dépendre de sa date d’anniversaire. Il est préférable de privilégier une appréciation concrète de chaque situation plutôt qu’une automaticité aveugle. En matière de viol, il est essentiel de ne pas fragmenter la protection des mineurs entre les moins de 13 ans et les 13 ans et plus. Comme tout seuil, ce seuil aurait des effets négatifs : si l’on ne peut que souscrire à la volonté de protéger de manière absolue les mineurs de moins de 13 ans, la solution envisagée est dangereuse car elle dégraderait la protection des autres mineurs, singulièrement celle des 13-15 ans. Une victime de 13 ans et 1 mois ne doit pas être moins protégée qu’une victime de 12 ans et 11 mois".

En outre, a ajouté le président Philippe Bas "la création d’une nouvelle infraction criminelle pour réprimer automatiquement de 20 ans de prison toute relation sexuelle entre un majeur et un mineur de moins de 13 ans sans aucune possibilité d’examen par le juge des explications de la défense sur le contexte de la relation incriminée est contraire aux principes fondamentaux de la justice d’un pays démocratique. Elle reviendrait à créer une présomption de culpabilité pour tout majeur ayant une relation sexuelle avec un mineur, sans qu’il lui soit possible de se défendre et d’apporter la preuve contraire".

Comme l’a relevé le Conseil constitutionnel, "s’agissant des crimes et délits, la culpabilité ne saurait résulter de la seule imputabilité matérielle d’actes pénalement sanctionnés" (décision n° 2011-164 QPC du 16 septembre 2011). Cette exigence est d’autant plus forte pour les crimes. Une référence à l’âge de la victime ne répond pas à l’exigence constitutionnelle relative à l’élément intentionnel en matière criminelle.

Enfin, la commission a prévu de transformer la contravention d’outrage sexiste en un délit, puni d’une amende de 3 750 euros, et de mieux lutter contre le cyberharcèlement en conférant de nouvelles obligations aux plateformes et aux hébergeurs sur Internet.

Le projet de loi devrait être examiné par le Sénat, en séance publique, les mercredi 4 et jeudi 5 juillet 2018 .

 
- par Marie MERCIER Sénateur de Châtenoy-le-Royal - 20 juin 2018

Le Collectif Chalon Solidarité Migrants et l'inefficacité des politiques migratoires Européennes.

Communiqué de presse

Le drame humanitaire de l'Aquarius illustre une fois de plus la fragilité et l'inefficacité des
politiques migratoires Européennes.

L'Europe ne prend pas ses responsabilités. L'absence d’une politique européenne de l’accueil, où
les pays sont solidaires les avec les autres, conduit à des tragédies humaines qui confortent
l'industrie du passage avec ses mafias de passeurs et ses conséquences meurtrières.
L’Italie, que l'Europe a laissé gérer seule l'afflux de 700 000 réfugiés, s'est sentie abandonnée. La
majeure partie des pays européens ont fait la politique de l'autruche. Certains ont même préféré
durcir leur politique d'asile, là où la solidarité aurait dû s'imposer. Ainsi, la France a créé une
barrière à la frontière italienne et mis en place la loi asile et immigration, dont un des principaux
acteurs est le député de Saône et Loire Raphaël Gauvin. Cette loi, en contradiction avec les valeurs
de notre République, passe en première lecture au Sénat cette semaine. Nous espérons que les
sénateurs tiendront compte de cet épisode dramatique.

Désormais, le gouvernement populiste et souverainiste italien fait du chantage et crée évidemment
du désordre. Arrêtons les discours négatifs et démagogiques qui consistent à dire qu'il y a des
vagues d'invasions, que les migrations sont ingérables et insurmontables. C'est bien l'inaction de
l'Europe et ses politiques contre-productives en matière d’accueil qui aboutissent à des homicides à
nos frontières, à la montée des populismes en Europe. Le populisme se nourrit à la fois de l'inaction
des États Européens et des ces discours négatifs.
Pour éviter les tragédies, il faut casser le règlement de Dublin. Il n'est plus possible que, face à
l'afflux de réfugiés qui fuient l'horreur, ce soit uniquement le pays où les réfugiés mettent le pied
pour la première fois qui gère seul les flux migratoires.
Ce n'est pas en relayant la propagande des nationalistes, avec des thèmes nauséabonds comme celui
d'une prétendue « invasion non maîtrisable », que les pays Européens seront à la hauteur du défi,
bien au contraire. La France, qui jusqu'ici n'a pas brillé dans sa capacité à accueillir des réfugiés (10
fois moins que la plupart des pays Européens), doit prendre ses responsabilités et proposer un
nouveau texte qui révise le règlement de Dublin. Ce nouveau texte devra organiser une politique
d'hospitalité européenne, où chaque pays prendra sa part de façon honorable.

Le Collectif Chalon Solidarité Migrants
 
- par Le Collectif Chalon Solidarité Migrants - 18 juin 2018

Blocage des raffineries : stop aux agrocarburants, oui à la conversion écologique de l'agriculture

En bloquant les raffineries, les agriculteurs crient, à juste titre, l’incohérence de la politique agricole française. Le gouvernement signe la fin de filières locales agricoles, la fin de la création d'emplois locaux et la fin des grandes forês tropicales et équatoriales : leur biodiversité et leur rôle moteur pour le climat.


Si l'importation d'huile de palme pour faire rouler les voitures est un scandale écologique et économique, les agrocarburants, qu'ils soient produits localement ou ailleurs, sont une impasse pour
les paysans et la transition écologique. Ils concurrencent les systèmes alimentaires alors que la
société réclame une alimentation de qualité produite localement.


L'approvisionnement en huile de palme de la bioraffinerie de la Mède est un projet industriel au
service des bénéfices de Total. Avec ce gouvernement, rien d'écologique, rien d'économiquement
cohérent, rien qui corresponde aux enjeux climatiques, de biodiversité.


EELV Bourgogne-Franche-Comté rappelle l'urgence d'engager la conversion écologique de
l'agriculture par le soutien et l'accompagnement du développement de l'agriculture biologique,
de filières de proximité et de qualité. Tout le monde s'accorde pour dire que ce modèle d'agriculture
familiale est créateur d’emplois et de dynamisme territorial, de services environnementaux
rendus…


De plus, cette transition peut ouvrir la voie à la diversification des activités des paysans. Le
développement de projets énergétiques territoriaux, tels que la méthanisation agricole, en veillant à
une empreinte environnementale globale positive, est une solution d'avenir.
Il est temps qu’agriculteurs, forestiers et écologistes nous disions ensemble stop à un modèle
aberrant qui tue nos campagnes et notre Nature.


Claire MALLARD, Brigitte MONNET, Philippe CHATELAIN et Mourad LAOUES

 
- par EELV Bourgogne - 12 juin 2018

Maxime Thiébaut arrête la politique

J’ai pris la décision d’arrêter la politique pour des raisons professionnelles. Cela signifie que je démissionne de la formation « Les Patriotes » et que je n’aurai plus d’appartenance partisane.

 


Doctorant en droit public et en sciences politiques, je suis juriste et politologue. Mon coeur de métier est le conseil auprès des élus et des institutions.

Engagé en politique depuis 2009, je suis fier d’avoir participé au développement des idées souverainistes. Il n’est pas plus beau combat que celui de ses convictions. Ce fut notamment le cas lors des élections régionales de 2015 en Bourgogne-Franche-Comté où je fus la plus jeune tête de liste de France.

Je remercie Nicolas Dupont-Aignan qui m’a beaucoup appris et m’a fait confiance en me nommant successivement conseiller politique et directeur de cabinet. Je lui suis reconnaissant, bien qu’un désaccord de ligne politique m’ait conduit à quitter Debout la France après l’élection présidentielle de 2017.

C’est alors que j’ai co-fondé, en tant que vice-président, la formation « Les Patriotes » avec Florian Philippot. C’est un homme de conviction, droit, juste et humain. Je lui souhaite de réussir les élections européennes de 2019, afin de continuer à siéger dans cette assemblée en manque de démocrates. Le programme des Patriotes mérite d’être connu des Français car il est solide, équilibré, et qu’il se fonde sur des convictions et non des sondages d’opinion.

Républicain attaché à la souveraineté nationale, je ne manquerai donc pas de commenter l’actualité avec objectivité et goût de la vérité. C’est pourquoi je vais reprendre la plume afin de rédiger des chroniques et de terminer mon livre.

Les élections européennes seront une étape importante où toutes les sensibilités doivent pouvoir s’exprimer. Le mode de scrutin proportionnel le permet.

Nous aurons une liste fédéraliste portée par LREM, d’autres euro-réformistes avec LFI, LR, RN et DLF, et deux défendant le Frexit avec LP et l’UPR.

Il est dommage que Debout la France et le Rassemblement National ne parviennent pas à s’entendre alors qu’ils partagent exactement le même programme.

Les Patriotes et l’UPR pourraient eux aussi s’associer. Reste à savoir si François Asselineau saura se ranger derrière Florian Philippot qui incarne davantage.

J’aurai l’occasion de commenter cette campagne qui s’annonce passionnante, tant sur la forme que dans le fond. Elle aboutira sur un nouveau paysage politique qui appellera tous les patriotes à s’accorder pour constituer une force réelle face au Président Macron en 2022. Mais c’est un autre sujet...

Je tiens enfin à remercier toutes les personnes qui m’ont accompagné et les électeurs qui m’ont fait confiance.
 
- par Maxime Thiébaut - 5 juin 2018

Loi sur le secret des Affaires : EELV interpelle M. Gauvain

Loi sur le secret des Affaires :
EELV interpelle M. Gauvain,
député de la 5-ème circonscription
de Saône et Loire

Les écologistes chalonnais condamnent le choix fait par la Commission Mixte Paritaire du 24 mai 2018 concernant la loi « Secret des Affaires » portée par M. Raphaël Gauvain.

En l’état, la proposition de loi porte en en elle les germes d’une sérieuse menace pour la liberté d’informer. Elle n’a tenu aucun compte, malgré les promesses de l’Élysée, de l’opposition de centaines de milliers de citoyens, de personnalités, ni de nombreuses organisations, associations, et syndicats de journalistes.


Concrètement, un lanceur d’alerte ou un journaliste curieux, accusé d’avoir violé le
« secret des affaires », pourra être poursuivi et puni d'amendes ou d'emprisonnement.

Rien de tel pour dissuader un citoyen, un syndicaliste, une association ou une presse déjà
souvent échaudée par le harcèlement juridique ou les représailles commerciales
d’annonceurs mis en cause, d’informer sur une pratique nocive pour l’intérêt général.

Par sa définition élargie du « secret des affaires », des informations d’intérêt général
(pratiques fiscales et environnementales) pourraient ne plus être portées à la
connaissance du public. Tout comme des scandales sanitaires et économiques (atteintes
à l’environnement et à la santé publique, évasion fiscale). Cette loi fait obstacle à la
réduction des inégalités et à la transition écologique.


Les écologistes chalonnais demandent donc à M. Raphaël Gauvain d’amender la
proposition de loi « Secret des Affaires », en restreignant le champ d’application du
secret aux seuls acteurs économiques concurrentiels. Ainsi les entreprises seront
protégées contre l'espionnage industriel et les citoyens garderont le droit
démocratique d'informer et d'être informés.

Marie-Claude COLIN-CORDIER, porte-parole EELV 71.
Mourad LAOUES, porte parole EELV Bourgogne,
conseiller municipal à Chalon, conseiller communautaire.

 
- par EELV Bourgogne - 31 mai 2018

EELV : "Interdiction du glyphosate rejetée : Le gouvernement et l'Assemblée tuent l'écologie !"

Interdiction du glyphosate rejetée : Le gouvernement et l'Assemblée tuent l'écologie !

Les enquêtes les plus sérieuses confirment la dangerosité du glyphosate, l’herbicide
commercialisé à travers le monde sous le nom de Round Up par Monsanto. C’est un
perturbateur endocrinien, un antibiotique et un produit classé « cancérigène probable » par le
centre international de recherche contre le cancer (CIRC). Emmanuel Macron avait annoncé
son interdiction en France dans les trois ans. L’inscription de l’interdiction du glyphosate dans
la loi EGAlim (Etats généraux de l’Alimentation) a été rejetée mardi 29 mai à l’Assemblée
nationale par 63 députés. Parmi ceux-ci figurent 36 députés En Marche, dont Perrine Goulet,
députée nivernaise, qui s’était déjà illustrée par des propos déplacés dans le cadre de la
commission d’enquête parlementaire sur la sûreté nucléaire et le député Rémy Rebeyrotte de
Saône-et-Loire. La plupart ne sont pas déplacés, aucun député présent en Côte-d'Or, dont le
rapporteur de la mission d'information sur les pesticides Monsieur Didier Martin, et quatre
députés absents sur cinq en Saône-et-Loire.


Pour les écologistes, ce vote est un renoncement inacceptable. La plupart des forces
politiques, contrairement aux écologistes, renoncent à interdire le glyphosate et à organiser
une sortie programmée de tous les pesticides, pendant ce temps les citoyens s'insurgent et
attendent qu'on les protège ! Le gouvernement, les députés LREM et LR ont produit non pas
une loi pour l'alimentation mais pour l'industrie agro-alimentaire. Ces députés veulent-ils
prendre le risque d'un nouveau scandale sanitaire ?


Les alternatives existent, les citoyens le savent et consomment de plus en plus de produits
bios. Cependant, la transition écologique de l'agriculture et de l'alimentation n'est pas une
priorité pour la majorité des forces politiques.
Ne jouons plus avec la santé des citoyens et des paysans, interdisons le glyphosate et donnons
les moyens au monde agricole de produire mieux !


Claire Mallard, co-secréaire régionale, Nathalie Charvy, Mourad Laoues, porte-parole
régionaux.

 
- par EELV Bourgogne - 31 mai 2018

Marche solidaire et citoyenne pour les migrant-e-s en Bourgogne : une société tournée vers l'hospitalité

 

Marche solidaire et citoyenne pour les migrant-e-s en Bourgogne : une société tournée vers l'hospitalité

EELV Bourgogne soutient et participera aux différentes étapes de la Marche Citoyenne et
Solidaire pour les migrantes.
Cette marche de 1400 Km a débuté à Vintimille en Italie. Elle
se terminera à Douvres le 8 juillet et fera étape à Mâcon, Tournus, ChalonsurSaône,
Beaune et Dijon entre le 28 mai et le 1 juin.
Cette marche valorise toutes les actions menées par les associations de défense des droits
qui oeuvrent au quotidien pour accueillir dignement les migrants alors que l'Europe et la
France usent de tous les moyens pour fermer les frontières aux personnes fuyant la
pauvreté, la guerre et les désordres climatiques.


D'ailleurs, avec la loi AsileImmigation,
le gouvernement a tristement illustré la dérive
autoritaire et sécuritaire qui traverse nos sociétés.
Il accompagne, de façon irresponsable, toute la propagande de haine de l'autre véhiculée
par les nationalistes en Europe. Face à cette société qui organise une politique carcérale au
détriment d'une politique d’accueil, cette marche témoigne qu'une autre société, plus
solidaire et hospitalière, se construit.


Il n'y a pas de crise migratoire mais une crise de l’accueil : 81 950 demandes d'asile
acceptées en France depuis 2015, soit 0,12 % de notre population, 10 fois moins que la
Suède, 8 fois moins que l'Allemagne, 3 fois moins que le Danemark et la Belgique…
Lorsqu'il s’agit de vies humaines, de femmes, d’hommes et d’enfants, EELV fait un choix
politique humaniste: réforme de la politique d’aide au développement, intégration de
toutes les personnes migrantes, véritable richesse culturelle et économique pour l'Europe et
ses habitants, soutien aux associations et protection des citoyen∙ne∙s solidaires.

Claire Mallard, cosecrétaire
régionale EELV BO
Mourad Laoues, porte parole EELV BO

 
- par EELV Bourgogne et EELV Franche-Comté - 29 mai 2018

Convention TER : les écologistes entendus se félicitent du choix cohérent de la Présidente de Région

Convention TER : les écologistes entendus se félicitent du
choix cohérent de la Présidente de Région

EELV BOFC salue la décision de la majorité régionale. Nous nous félicitons du retrait de l'article 19
de la convention TER à laquelle nous avons oeuvré suite à notre interpellation. C'est une victoire
pour toutes celles et ceux qui défendent un réel service public des transports ferroviaires pour tous,
maillant le territoire y compris les zones peu denses.
Les écologistes continueront à se mobiliser pour défendre le train, un moyen de transport allié du
climat et de l’égalité des territoires. La transition écologique n'était-elle pas l'une des 3 priorités de
la Région BOFC ?

Claire Mallard, co-secrétaire régionale et Mourad Laoues porte-parole régionale EELV BO
Brigitte Monnet et Philippe Chatelain, co-secrétaire régionaux EELV FC
 
- par EELV Bourgogne et EELV Franche-Comté - 28 mai 2018

Communiqué de la France Insoumise Chalonnaise. pour le 26 mai

Communiqué de presse de la France Insoumise Chalonnaise.

La France Insoumise appelle toutes celles et tous ceux qui rejettent la politique de Macron, Président des riches, et qui souhaitent une autre politique, d'égalité, de justice sociale et de solidarités à rejoindre la "Marée populaire" samedi 26 mai à 10h00 place de Beaune à Chalon sur Saône.

C'est l'occasion de venir soutenir les salariés en lutte pour la défense des services publics, SNCF, Hôpital, Impôts, etc, mais aussi celles et ceux qui luttent pour des conditions de travail dignes du 21ème siècle. C'est également l'occasion d'exprimer ses espoirs et ses attentes pour une société meilleure qui assure un avenir à nos enfants.

Venez nombreux nous rejoindre. Apportez vos instruments de musiques, vos casseroles pour un défilé festif et historique.

La France Insoumise Chalonnaise
Pierre ACEITUNO, Eric RIBOULET
 
- par France Insoumise - 24 mai 2018

Convention TER : EELV demande le retrait de l'article 19

Convention TER : EELV demande le retrait de l'article 19


La Région BOFC va adopter sa politique de mobilité 20182025
dans un contexte de mobilisation
sociale aspirant à sauver et à renforcer le service public ferroviaire. Les mesures contradictoires de
la Convention TER 20182025,
et de ses annexes, masquent difficilement la déclinaison régionale
des choix nationaux : démantèlement progressif du service public des transports en dégradant la
qualité du service au détriment des déplacements du quotidien.


Nous regrettons vivement que la Région accompagne ce mouvement de fond défavorable au climat,
à l'emploi et à l'égalité des territoires. Nous soulignons, bien entendu, les efforts en faveur du droit
aux transports pour tous. Ils sont réels avec l'instauration d'une nouvelle tarification solidaire TER.
Cependant, la qualité du service public TER est menacée entre autre par l'article 19 de la
Convention TER. En effet, il organise la mise en concurrence et la privatisation du tronçon DijonBesançon,
tronçon le plus rentable de tout le réseau TER Bourgogne FrancheComté.


C'est une aberration d'abandonner au privé les tronçons les plus rentables et de priver ainsi la collectivité de
ressources financières qui lui permettent d'équilibrer ses comptes indépendamment du contribuable.
Nous sommes encore et toujours dans la logique du " le rentable au privé" et « le déficit au public ».
Les actionnaires pourront dire merci. Ce n'est pas acceptable, d'autant plus quand cette proposition
émane d'une majorité élue sous une étiquette de gauche. De plus, les impacts de l'ouverture
progressive à la concurrence sur l'emploi dans les gares de maintenance ( PerrignylesDijon
et
Nevers), les dessertes, la distribution de billets ne sont pas pris en compte, et la réduction de moitié
du nombre d’heures d’ouverture des guichets entraînera à terme une fermeture des gares.
Enfin, l'accès pour tous au train sur le territoire n'est pas assurée. Dans la logique du rapport
Spinetta, la Convention envisage d'augmenter l'offre sur les lignes principales sans se préoccuper
des lignes secondaires.


La politique régionale en l'état n'est pas en mesure d'assurer la transition écologique des
déplacements. Pourtant, le secteur des transports, qui représente plus d'un 1/4 des émissions de
CO2, est le seul secteur où les émissions progressent de 27 %. EELV demande, au minimum, à la
Région:
Le retrait de l'article 19 de la Convention TER.
d'étudier et d’intégrer dans la Convention, les propositions formulées par la Conseil Economique
Social Environnemental Régional pour pérenniser les gares.
de
préciser, dans la Convention, les modalités de dialogue avec les associations d'usagers
pour garantir une coconstruction
de la politique de mobilité.

Claire Mallard et Christophe Boudet, cosecrétaire
régionaux EELV Bourgogne
Brigitte Monnet et Philippe Chatelain, cosecrétaire
régionaux EELV FrancheComté

 
- par EELV Bourgogne et EELV Franche-Comté - 23 mai 2018

Sauver les forêts, pour sauver le climat, la biodiversité et l'emploi, EELV soutient l'ONF

De nouveau, EELV soutient la mobilisation de l'ONF qui aura lieu à Mâcon le 17 mai et
dans d'autres communes sur le territoire. L'ONF alerte sur les dérives de la gestion des
forêts publiques. Nous constatons, au même titre que les salariés de l'ONF, que l’État
encourage l'exploitation industrielle des forêts pour en faire des usines à bois. D'ailleurs, en
septembre 2017, les services du Ministère de l'Agriculture, inquiets de l’intérêt croissant des
citoyens pour la préservation des forêts, ont proposé un plan de communication visant à
l’acceptabilité sociale de l'exploitation intensive des forêts suscitant ainsi de vives réactions
du mouvement écologiste.


Concrètement, la politique forestière est une illustration de l'inaction de l’État en matière
d'écologie : des mots, sans actes. A terme, les conséquences de l'exploitation intensive des
forêts sont irréversibles : appauvrissement des sols, disparition de la biodiversité, fragilité
des peuplements et fragilité économique pour la filière forêtbois.


Pourtant, les changements de pratiques sylvicoles, comme une sylviculture irrégulière, continue et
proche de la nature (méthode Pro Silva) avec abandon des coupes rases, le mélange des
essences à l’échelle des peuplements sont des alternatives garantes de la durabilité des
forêts et d'une activité économique viable.


La gestion soucieuse des dynamiques naturelles des forêts est un enjeu citoyen fort qui se
traduit par un mouvement social important. Soucieux de la qualité de vie, du défi
climatique et du défi biodiversité, les citoyens se mobilisent désormais en faveur de modes
de gestion forestière performants pour bien vivre aujourd'hui et demain.

Claire Mallard, cosecrétaire
EELV Bourgogne
Mourad Laoues, porteparole
EELV Bourgogne

 
- par EELV Bourgogne - 16 mai 2018

Valérie Redl, Conseillère régionale de Bourgogne/Franche-Comté, rejoint les rangs du Parti de la France.

 

< À l’occasion de la fête nationale de Jeanne d’Arc, Valérie Redl, ingénieur commerciale et Conseillère régionale de Bourgogne/Franche-Comté, a rejoint les rangs du Parti de la France.


Déçue par les dérives politiques, financières et humaines du parti de Marine Le Pen, Valérie Redl marque ainsi sa volonté de continuer à défendre ses convictions de droite nationale.


Par ce nouvel engagement aux côtés de Carl Lang et du Parti de la France, elle montre le chemin à suivre pour les militants et les élus du Front National qui ne se reconnaissent plus dans les idées, la stratégie et les méthodes de Marine Le Pen.>>
Le PdF 71 se félicite de cette nouvelle et courageuse adhésion, et compte bien continuer à développer activement sa section départementale.

 
- par Communiqué Parti de France - 14 mai 2018

EELV se félicite de l'abandon du projet des 4000 bovins à Digoin

EELV se félicite de l'abandon du projet des 4000 bovins à Digoin
EELV Bourgogne FrancheComté
salue la décision responsable du préfet de SaôneetLoire.


Le refus d'autoriser l'exploitation de la fermeusine
des 4000 bovins
confirme les risques que nous avions dénoncé avec l'ensemble du mouvement
écologiste, les paysans et les riverains : préservation de la ressource en eau,
nuisances pour les riverains... Le non respect des normes sanitaires et
environnementales est une des dérives de l'élevage intensif. La forte mobilisation
citoyenne, qui traduit plus globalement un mouvement social favorable à une
agriculture et une alimentation de qualité soucieuse du bienêtre
animal, a été
entendue. Si cette mise en garde des pouvoirs publics face aux dérives de l'élevage
industriel est satisfaisante, elle ne sera suffisante qu'à condition d'engager la
transition du modèle agricole et alimentaire. C'est pourquoi, EELV reste mobilisé
pour l’abandon de l'élevage industriel au profit d'un agriculture qui concilie sécurité
économique des producteurs, santé des consommateurs, préservation de
l’environnement et bienêtre
animal. L'élevage a un rôle à jouer dans la transition
agricole des territoires. Pour cela, les pouvoirs publics doivent accompagner la filière
vers la fin du système d'exportations en garantissant des prix rémunérateurs à
l'engraissement des mâles à l'herbe localement et en soutenant les services
environnementaux rendus par les paysans.

Claire Mallard et Christophe Boudet, cosecrétaires
EELV BO
Brigitte Monnet et Philippe Chatelain, cosecrétaires
EELV FC

 
- par EELV Bourgogne et EELV Franche-Comté - 9 mai 2018

POID : "Personne ne peut attendre 2022"

Communiqué

Toutes les instances locales se prononcent contre le plan de l’Agence Régionale de Santé. Les fermetures de services et les suppressions de personnels se succèdent dans les hôpitaux. Les cheminots, les retraités, les salariés du privé, les jeunes, les avocats, les médecins et travailleurs hospitaliers, les élus, les partisans de la démocratie… plus personne ne veut de Macron et de sa politique au service des patrons et des banquiers.

Un an, ça suffit.

C’est pourquoi le Parti Ouvrier Indépendant Démocratique soutient la manifestation du 13 Mai à Paris (*) à l’appel du Mouvement pour la Rupture avec l’Union Européenne et la Vème République.
Pour l’UNITE pour chasser Macron.
Un bus est complet et partira de Chalon ce dimanche pour se rendre place de la République à 14h.
(*) Depuis Décembre 2017, les initiateurs se sont adressés à tous les partis et organisations politiques qui ont pour origine le mouvement ouvrier. Ils ont lancé un appel à tous les travailleurs, jeunes, militants… Cet appel totalise aujourd’hui plus de 500 signatures sur le chalonnais, 30 000 nationalement.
Contacts : comite.unite@gmail.com
 
- par Parti Ouvrier Indépendant Démocratique - 7 mai 2018

La France Insoumise en chansons pour la greve le 5 mai

Cette chanson est offerte par la France insoumise à tous ceux qui sont engagés dans les luttes sociales.
- par Anonyme - 28 avr 2018

Appel au rassemblement CH Jean Bouveri par Lilian Noirot - 21 avril 2018

Ce samedi 21 avril 2018 à 10h, place de la Mairie à Montceau-les-Mines, nous invitons les
habitants du Bassin Minier à se joindre au rassemblement organisé par le CODEF pour marteler notre opposition à la décision aussi folle qu’inacceptable de l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté de fermer le service de chirurgie du centre hospitalier Jean Bouveri.


L’ARS de Bourgogne-Franche-Comté ne peut faire la sourde oreille face à l’ampleur du
mouvement de contestation qui gronde. Professionnels de santé, représentants syndicaux et
associatifs, élus et usagers s’opposent fermement à cette décision et rejettent unanimement le
projet régional de santé présenté par l’ARS.


La mascarade a assez durée. Des vies humaines sont en danger. Un territoire de santé déjà
durement fragilisé est en danger. Le Premier Ministre et la Ministre de la Santé doivent se saisir du
dossier et revenir sur cette tragique opération programmée de la mort annoncée du centre
hospitalier Jean Bouveri.


Je réitère mon soutien aux professionnels de santé, au personnel soignant, à l’intersyndicale, au
CODEF ainsi qu’aux usagers pour leurs actions en faveur du maintien de tous les services de
l’hôpital de Montceau-les-Mines.


Tous ensemble, battons-nous pour sauvegarder notre offre de soins sur Montceau et son bassin
de vie !


Rendez-vous place de la Mairie à 10h ce samedi 21 avril !
Non à la fermeture du service chirurgie de l’hôpital
Jean Bouveri de Montceau-les-Mines !
Appel au rassemblement citoyen samedi 21 avril à
10h, Place de la Mairie à Montceau
-
Lilian NOIROT, conseiller municipal de Montceau-les-
Mines, conseiller régional de Bourgogne-Franche-
Comté « Les Patriotes »

 
- par Lilian Noirot, Les Patriotes - 21 avr 2018

Les élus de la Majorité municipale de Chalon-sur-Saône répondent à "Chalon Autrement"

« Nous avons baissé la dette. Pourquoi l’opposition municipale s’obstine-t-elle à prétendre le contraire ? »


Le rôle d’une opposition, c’est de s’opposer. À cela rien d’anormal, cela fait partie de la démocratie et nous l’acceptons volontiers.

Cela dit, le rôle d’opposant ne justifie pas de tronquer la vérité en mentant sans vergogne sur des sujets importants.

C’est ce que vient de faire le groupe « Chalon autrement » en affirmant que la dette de la Ville de Chalon s’était accrue sous notre mandat. Cela est totalement faux.

La dette globale de la Ville de Chalon s’élevait début 2014, sous Monsieur Sirugue, à 82,3 millions d’euros.

Elle est aujourd’hui au maximum de 79,8 millions. Soit un désendettement de 2.5 millions d’euros.

Voilà la réalité des chiffres sur la dette. Dans ces conditions, où est donc l’augmentation de l’endettement que dénonce l’opposition municipale ??

Nous avons dû par ailleurs rééchelonner la durée de remboursement de cette dette. Pourquoi ? Pour deux raisons : d’abord car la charge de la dette laissée par la précédente majorité n'était pas soutenable pour le budget communal ; ensuite pour faire face, entre autres, à la réduction de 4 millions d’euros des dotations de l’Etat.

C’était la seule façon de préserver une capacité d’investissement suffisante pour la ville, tout en maintenant la qualité des services publics et en baissant les impôts des Chalonnais.

Une ville qui n’investit pas, c’est une ville qui meurt. Une ville dont la fiscalité est confiscatoire, c’est une ville qui perd des habitants et donc qui décline.

Ce sont ces deux phénomènes que nous avons réussi à endiguer. Ainsi, nous investirons cette année plus de 14 millions d’euros pour améliorer notre cadre de vie, en ayant une fiscalité sur la taxe d’habitation aujourd’hui plus faible que la moyenne des villes de notre dimension, alors même, faut-il le rappeler, que la précédente majorité avait fait exploser les impôts locaux en même temps que l’endettement, les Chalonnais s’en souviennent bien.

Voilà la réalité des chiffres et la vérité sur la situation financière de la ville.

Contrairement au groupe « Chalon Autrement », nous avons voulu que notre gestion soit parfaitement transparente pour tous les Chalonnais.

Nous nous devions donc de rétablir la vérité sur notre budget.


Les élus de la Majorité municipale de Chalon-sur-Saône
 
- par Les élus de la Majorité municipale de Chalon-sur-Saône - 13 avr 2018

Chalon Autrement pointe la gestion "préoccupante" de Gilles Platret

Communiqué de presse
Chalon Autrement
12 avril 2017


Lors du conseil municipal de jeudi dernier, le compte administratif 2017 et le budget 2018 de la Ville ont été présentés.
Au regard de ces documents, la gestion de Chalon par Gilles Platret et son équipe est particulièrement préoccupante.

La dette augmente : + 2,3 millions d’euros en 2017 et une hausse similaire prévue en 2018.
La capacité d’autofinancement diminue.
La capacité de désendettement, qui exprime la solvabilité financière de la Ville, est dégradée. Elle était de 10,8 années en 2013. Elle est de 16,6 années en 2017 et restera supérieure à 15 ans en 2018.
La situation financière de la Ville est ainsi détériorée sans que soient réellement portées des politiques publiques fortes en direction de tous les Chalonnais!

14 millions d’investissement sont prévus. De nombreux travaux en centre-ville sont mentionnés et visibles. Mais aucun projet n’est évoqué dans les quartiers. La rénovation urbaine des Prés Saint-Jean a été abandonnée, celle du Stade Fontaine-aux Loups est apparemment oubliée.
Et la plupart de travaux d’accessibilité, utiles pour nos concitoyens les plus fragiles, sont reportés après 2019.

En parallèle, les budgets alloués aux services pour fonctionner correctement sont sans cesse restreints : baisse des budgets pour l’achat de livres et DVD à la bibliothèque, pour l’achat de fournitures scolaires ; diminution des crédits affectés aux bâtiments publics et à la voirie.
La subvention au CCAS est diminuée. Les maisons de quartiers manquent de moyens. Seuls 68 enfants ont bénéficié en 2017 du Programme de Réussite Educative ; ils étaient 300 en 2013. Et les associations continuent de subir la baisse de 25% de leurs subventions.

Imprudence de la gestion budgétaire, restriction des services publics, ambition faible pour l’avenir de Chalon : telle est la feuille de route de la majorité municipale !
 
- par Les élus du groupe Chalon Autrement - 12 avr 2018

Lancez dès maintenant un comité Fête à Macron dans votre ville

A vos comités Fête à Macron !

Maintenant, on a besoin de vous.

Ce mercredi 4 avril, la Bourse du Travail à Paris était pleine à craquer, plus de 600 citoyens, syndicalistes, étudiantes, cheminots, etc. rassemblés. Et plus de 1200 autres personnes, à l’extérieur, qui n’ont pu rentrer.
A la quasi-unanimité, ces deux assemblées improvisées ont voté pour une manifestation nationale, à Paris, le samedi 5 mai.

Mais c'est avant cela et dès maintenant qu'il faut agir.

Comment?

Lancez dès maintenant un comité Fête à Macron dans votre ville (c'est déjà fait pour Toulouse, Brest, Lille, Paris...).

Et dès lundi, passez à l'action. En faisant quoi? En vous rendant dès lundi (09 avril) à l'AG de cheminots près de chez vous. Et c'est ainsi qu'on va décloisonner. Vous trouverez ici un tract à diffuser, si vous voulez.

Ensuite, on vous suggère de vous réunir la semaine prochaine. D'élargir autant que possible. De rassembler cheminots, soignants, Carrefour, etc. et simplement les gens. Pour préparer les manifs du 14 avril (à Marseille et sans doute ailleurs) et 19 avril (à l'appel de la CGT et de Solidaires).

A chaque fois, nous envoyer vos événements à cette adresse : comitefeteamacron@gmail.com et nous mettrons le tout sur le facebook: La fête à Macron.

Sans vous, on ne peut rien. Avec vous, on peut beaucoup.
Et c'est comme ça qu'à la fin c'est nous qu'on va gagner!
- par Vincent et Arthur, Pôle Comités Locaux - 8 avr 2018

EELV Chalon - Gardons nos ceintures maraîchères.

« Quatre agriculteurs plantés par le Grand Chalon » : gardons nos ceintures maraîchères !


Les écologistes chalonnais regrettent et s’attristent de la vente par le Grand Chalon
de terrains exploités depuis 2013 par quatre jeunes agriculteurs, qui contribuaient à
redynamiser la production locale par le maraîchage et l’élevage d’escargots.


Il est regrettable qu’en dépit des alternances politiques, la continuité ne soit pas de
mise dans un domaine qui en a tant besoin et qui est si essentiel : le maintien des
ceintures maraîchères et des productions de terroir à forte valeur ajoutée.
La décision de céder ces terrains, annoncée ce 3 avril par le journal de Saône-et-
Loire, va à l’encontre de consensus forts sur ces questions : la mise en valeur des circuits
courts, l’auto-suffisance alimentaire, le maintien d’une agriculture paysanne protectrice de
l’environnement, créatrice d’emplois, de richesses, et de fierté.


A ce titre, les écologistes chalonnais demandent une suspension de cette décision
et appellent de leurs voeux, pour les prochaines années, une politique de protection et de
développement des ceintures maraîchères de la bio-région de la côte chalonnaise.

Marie-Claude COLIN-CORDIER, porte-parole EELV 71.
Mourad Laoues, conseiller municipal à Chalon, conseiller communautaire.
Contact : eelv71100@gmail.com

 
- par EELV Chalon - 6 avr 2018

Soutien aux Faucheurs Volontaires en procès à Dijon : un OGM peut en cacher un autre...

Soutien aux Faucheurs Volontaires en procès à
Dijon : un OGM peut en cacher un autre...


Si avec la réglementation européenne, les États membres peuvent refuser la culture
des OGM, il n’en est pas de même pour de nouvelles techniques qui permettent de
manipuler génétiquement la plante tout en l’exemptant du statut d’OGM.


En neutralisant des parcelles d’essai de colza génétiquement modifié en Côte D'Or,
Les Faucheurs Volontaires alertent sur cette scandaleuse situation et les risques
potentiels. En effet, tous les OGM sont dangereux y compris cette nouvelle
génération OGM dite « OGM cachés » qui a vocation à résister aux herbicides.


Alors que nos concitoyensennes
montrent leur attachement à une alimentation de
qualité et de proximité, avec une hausse sans précédent de l’achat de produits
alimentaires bio et locaux, à plus de transparence et de traçabilité des produits, ce
tour de passepasse
des industriels de l'alimentation est insensé.

C’est ainsi que l’on contourne le souhait de 80 % de nos concitoyens qui refusent
tous les OGM. Les pouvoirs publics doivent agir et la protection du vivant primer sur
les intérêts financiers de l'agrobusiness.

C’est pourquoi, EELV BOFC :
soutient
les Faucheurs Volontaires et appelle à se mobiliser autour d’eux ;
exige
l’application du principe de précaution : suspension des OGM cachés et
réglementation européenne pour tous les OGM y compris cachés.
demande
un soutien sans faille de l’agriculture paysanne et biologique par les
pouvoirs publics, la seule à même de fournir une alimentation de qualité, de
préserver notre environnement, notre santé et de faire vivre correctement nos
agriculteurstrices.


Claire Mallard et Christophe Boudet, cosecrétaires
régionaux EELV Bourgogne
Brigitte Monnet et Philippe Chatelain, cosecrétaires
régionaux EELV FrancheComté

 
- par EELV BFC - 4 avr 2018

pour le PCF "Carrefour booste ses profits avec les "départs volontaires""

CARREFOUR BOOSTE SES PROFITS AVEC LES « DÉPARTS VOLONTAIRES »
Carrefour a annoncé un plan de transformation de l’entreprise au nom de la concurrence internationale.
Les salariés s’étaient déjà mobilisés en décembre. Les salarié-es de carrefour Sud, se sont mobilisés et démontrés de manière spectaculaire, ce samedi, leur ras-bol ! Dans un contexte, où Carrefour, n’est pas un modèle de liberté syndicale, comme la plupart des grandes enseignes de la distribution.
2400 « départs volontaires » au siège de Carrefour, c’est autant de suppressions d’emplois et d’externalisations de services. Mais c’est aussi l’incertitude pour les salarié-es de 5 hypermarchés destinés à la mise en gérance et ceux des 273 magasins de proximité mis en vente (et fermés en cas d’absence d’acquéreur).


Rien ne justifie ce plan social. Avec ses 115 000 salarié-es en France, des hypermarchés et plus de 800 magasins de proximité, Carrefour a fait plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 et offre environ 500 millions d’euros par an à ses actionnaires. Pire, l’entreprise a été aidée par l’État à hauteur de 1,2 milliards d’euros de fonds publics (CICE, exonérations sociales et fiscales) en trois ans. C’est inacceptable.


Plutôt que de rester « vigilant » sur l’accompagnement de chaque salarié concerné, Bruno Lemaire devrait commencer par demander des comptes sur l’argent public perçu par Carrefour et utilisé aujourd’hui pour rémunérer des actionnaires et supprimer des emplois.


Avec les salarié-es mobilisé-es, avec les consommateurs, le PCF sera de toutes les mobilisations pour s’opposer aux mauvais coups du pouvoir Macron/Philippe, au service des profits des grands groupes.

- par guy talès - 31 mars 2018



Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle