vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

dimanche 18 août 2019

Bonne Fête Hélène

Photo de Chalon

politique - chalon sur saone

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

COMMUNIQUÉS

 

Marie Mercier à propos des incivilités envers les élus

Le décès brutal de Jean-Mathieu Michel, maire de Signes dans le Var, le
5 août dernier dans l’exercice de ses fonctions, a suscité une
indignation et un émoi profonds.

Il appartient à la justice de se prononcer sur les circonstances de ce
drame.

Cet évènement tragique illustre l’insécurité à laquelle les maires et
les élus municipaux, qui sont les plus proches représentants de nos
concitoyens, peuvent être confrontés au quotidien dans l’exercice de
leurs responsabilités.

Les réactions nombreuses ces derniers jours en attestent. Les phénomènes
d’incivilités et les situations de conflit avec certains administrés se
multiplient à l’encontre des maires, de leurs adjoints ou de leurs
délégués. De nombreux élus locaux indiquent même faire l’objet de
menaces et de violences.

Cet évènement est inquiétant pour le fonctionnement de notre démocratie
et nous ne saurions nous y résigner.
Pour en prendre pleinement la mesure de manière objective, la commission
des lois du Sénat, sous la présidence du sénateur Philippe Bas et dont
Marie Mercier est secrétaire, a souhaité lancer, en lien avec
l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité
(AMF), une grande consultation auprès de tous les maires de France afin
de mettre au jour les risques auxquels ils sont confrontés dans
l’exercice de leurs fonctions.

Ce mardi 13 août, Marie Mercier et ses collègues Jérôme Durain et Jean
Paul Emorine ont transmis à l’ensemble des maires de Saône-et-Loire le
questionnaire de la commission des lois du Sénat afin de les inviter à
le compléter en ligne sur le site du Sénat d’ici le 15 septembre prochain.

Sur la base des éléments recueillis dans le cadre de cette enquête
inédite, des réponses qui seront apportées par les administrations
compétentes et des auditions auxquelles il sera procédé au mois de
septembre prochain, la commission des lois examinera le plan d’action
nécessaire pour garantir à tous les maires de France que leurs
prérogatives d’intérêt général continuent à s’exercer dans des
conditions qui préservent leur sécurité et la dignité de leur mandat.

--
Marie MERCIER
Sénateur de Saône-et-Loire
Secrétaire de la Commission des Lois
Vice-présidente de la Délégation à la Pros
 
 
- par Communiqué de presse du sénateur Marie Mercier - 13 août 2019

Le sénateur Marie Mercier réagit au décès du maire de Signes

Très touchée par le décès brutal de Jean-Mathieu Michel, maire de Signes, dans l’exercice de son mandat et au service de ses habitants, je suis solidaire du désarroi et de la tristesse de tous les maires et de tous les élus de notre pays. La commission des lois du Sénat dont je suis secrétaire lui rend hommage pour son courage et exprime son indignation unanime. Elle condamne avec la plus grande fermeté l’acte de très grave de violence commis contre un élu qui accomplissait son devoir de maire. L’enquête judiciaire devra faire toute la lumière sur les circonstances de ce décès.



Cet événement tragique montre l’insécurité à laquelle les maires peuvent être confrontés dans l’exercice de leurs missions quotidiennes.
Comme Philippe Bas, président de la commission des lois, l’a déclaré : "les maires sont les plus proches représentants de nos concitoyens et les premiers représentants de l’État dans la commune. Il importe de prendre toute la mesure des risques auxquels ils sont confrontés dans l’exercice de leurs fonctions. Notre société ne peut rester sans réaction face aux incivilités, menaces et agressions qu’ils peuvent subir, avec des conséquences parfois dramatiques comme cela vient d’être le cas à Signes. Nos maires ont droit au respect de chacun de nos concitoyens et à la protection effective de la République."

Nombreux sont en effet les maires qui témoignent de situations de conflit dans l’exercice de leurs responsabilités. Beaucoup rencontrent des phénomènes d’incivilités et subissent des mises en cause injustifiées. Certains ont fait l’objet de menaces, voire d’atteintes à leur intégrité physique. Pour mieux prendre la mesure de ce phénomène très inquiétant pour le bon fonctionnement de notre démocratie, mais qui n’a pas, jusqu’à maintenant, fait l’objet d’enquêtes approfondies, la commission des lois du Sénat, en lien avec l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalité (AMF), lancera dès la semaine prochaine une grande consultation auprès de tous les maires de France afin de mettre au jour les risques auxquels ils sont confrontés dans l’exercice de leurs fonctions. Un questionnaire sera adressé à tous les maires, et doublé d’une consultation en ligne sur le site du Sénat. Les réponses seront reçues jusqu’au 15 septembre prochain.

Par ailleurs, la commission des lois s’adressera à la garde des Sceaux, ministre de la justice, au ministre de l’intérieur ainsi qu’aux ministres en charge des collectivités territoriales pour réunir les éléments d’information et les statistiques en provenance des procureurs, des services de gendarmerie et de police ainsi que des préfets sur les menaces et agressions dont les maires peuvent être victimes.

Sur la base des éléments recueillis, la commission des lois procèdera à partir de la fin du mois de septembre à une série d’auditions. Elle examinera le plan d’action nécessaire pour garantir à tous les maires de France que leurs prérogatives d’intérêt général continuent à s’exercer dans des conditions qui préservent leur sécurité et la dignité de leur mandat.

C’est un sujet important pour l’avenir de nos institutions et de notre démocratie. Avec mon collègue Jean Paul Emorine nous l’aborderons dès le début du mois de septembre dans le cadre de rencontres organisées avec les maires de Saône-et-Loire en vue du débat parlementaire sur l’engagement des élus locaux et la proximité de l’action publique.

- par Sénateur Marie Mercier - 7 août 2019

Référendum contre la privatisation des Aéroports de Paris (ADP)

Ce samedi 20 juillet de 10h00 à 12h00 une petite équipe du groupe d'action de la France Insoumise à Montceau-les-Mines, proposait de signer la pétition contre la privatisation des aéroports de Paris. Munis d'ordinateurs portables et d'une connexion internet, les citoyens étaient invités à effectuer la démarche munis simplement de leur carte nationale d'identité. Ce débat qui oppose la REM à l'ensemble des partis d'opposition, accroche l'intérêt de 75% de la population qui selon les sondages seraient contre cette privatisation.


Que l'on soit d'accord ou pas avec le programme de la France insoumise, il s'agissait en l’occurrence uniquement de s'exprimer sur ce projet qui priverait l'état d'une recette annuelle très substantielle et mettraient les aéroports de Paris entre les mains d'opérateurs privés tout comme nos autoroutes. Au détail près que nos autoroutes ne sont pas des frontières contrairement aux aéroports internationaux.

Une bonne vingtaine de personnes ont signés en direct, soit par défaut de connexion internet à leur domicile ou pour ne pas l'avoir fait et en profitant de cette opportunité.
L'opération sera renouvelée au même endroit mercredi 24 juillet à partir de 17h en raison des fortes chaleurs annoncées.

L’événement est visible également sur le lien ci-dessous
https://agir.lafranceinsoumise.fr/evenements/e3fbcb17-2bb3-49f3-99c5-5b74e7c8c10c/

 
- par FI - 21 juil 2019

Après le décès de Jean Pierre Worms, une réaction de Violaine Gillet , Iére Fédérale du P.S

Jean-Pierre Worms nous a quittés


La fédération du Parti Socialiste exprime sa profonde émotion à l’annonce du décès de Jean-Pierre Worms, survenu le 12 juillet dernier à l’âge de 85 ans.


Ancien député de la première circonscription de Saône-et-Loire pendant 12 ans, il travaillera notamment sur les lois de décentralisation et sur le dispositif du RMI.

Fils de Jean Worms, résistant français et agent des services britanniques, Jean-Pierre a également été conseiller général et adjoint à la ville de Macon.

Après l’exercice de ses mandats électifs, son engagement dans la société a perduré au sein de nombreuses associations telles que Fonda, la Ligue de droits de l’Homme ainsi que d’autres organismes internationaux. Enfin il crée notamment France Initiative.


Véritable homme d’action, sociologue de profession, engagé également dans le syndicalisme, Jean-Pierre Worms est devenu en 2001 Officier de l’Ordre du Mérite.


Alphonse de Lamartine, lui aussi ancien député de Macon a tenu cette célèbre citation « un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». La disparition de Jean-Pierre Worms est une immense perte pour les socialistes de Saône-et-Loire.



Violaine Gillet

Première Secrétaire fédérale de la Fédération du Parti Socialiste de Saône-et-Loire
- par Daniel Dériot - 15 juil 2019

Décès de Jean-Pierre Worms

C'est avec une grande tristesse que j'ai appris le décès de Jean-Pierre Worms, fondateur de Initiative France.

Mais pour certains d'entre - nous , pour moi,il a été un repère: celui d'un homme politique sincère , engagé , attaché aux valeurs de solidarité et de tolérance. Elu conseiller général dans le canton de Mâcon-Sud de 1979 à 1985, il fut député socialiste de Saône-et-Loire en 1981,1986 et 1988.

La Saône-et-Loire vient de perdre un grand humaniste.

Les Radicaux de Gauche viennent de perdre un ami.
- par Brunet Lechenault - 12 juil 2019

EELV : MERCOSUR-CETA : deux traités et une provocation contre l'urgence climatique

L’annonce de la conclusion d’un accord commercial de libre-échange entre l’Union Européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay) va faire disparaître plus de 90% des droits de douane imposés par l’UE et le Mercosur. Un échange « bœuf-voiture » qui se fera au détriment de l’urgence climatique et des agriculteurs français. Alors qu’il faut diminuer les émissions de gaz à effet de serre, cet accord permettra au Mercosur d’importer 200.000 tonnes de viande (100.000 de bœuf, 100.000 de volailles) en Europe. En contrepartie (!), l’UE espère vendre plus de voitures en Amérique du sud… Emmanuel Macron choisit de pactiser avec Jair Bolsonaro, le président d’extrême droite du Brésil, qui massacre l’Amazonie, vend son pays à l’agrobusiness et vient de ré-autoriser 239 pesticides interdits en Europe.


Comme le traité avec le Mercosur, l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada (Ceta), approuvé par le gouvernement français, et dont la ratification sera soumise à l’assemblée nationale le 17 juillet, est tout aussi dangereux pour les consommateurs et l’avenir de la planète. Justin Trudeau, le Premier ministre canadien s’affiche en faveur du controversé oléoduc Keystone XL qui part d’Alberta pour acheminer le pétrole brut des sables bitumineux à travers les États-Unis. Un projet auquel Barack Obama s’était opposé mais qui a été relancé par Trump. Le Ceta va également pénaliser les agriculteurs français en les exposant à toujours plus de concurrence déloyale : avec le Ceta, le consommateur européen retrouvera dans son assiette de la viande de bœuf canadien, sachant que le Canada autorise encore 46 molécules de pesticides et herbicides interdites en Europe.


Pour EELV BFC, le Mercosur et le Ceta sont deux accords qui démontrent, s’il en était besoin, que l’urgence climatique et la santé des consommateurs ne sont pas la priorité des actuels dirigeants de l’UE et de M. Macron.


Claire Mallard secrétaire régionale EELV Bourgogne
Nathalie Charvy, Mourad Laoues, porte-parole régionaux EELV Bourgogne

- par EELV Bourgogne - 5 juil 2019

Politique: "La République En Marche titille les élus PS" à propos des urgences

Le PS et les Urgences… ou l’urgence du PS… pour continuer d’exister
Une ficelle un peu grosse !

Les élus de gauche au Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté et plus particulièrement ceux de Saône-et-Loire, le Sénateur Jérôme Durain en tête, sont malades de leur score aux Européennes. On peut les comprendre.

Mais leur score est l’expression du désamour de nos concitoyens vis à vis de la politique qui a été menée pendant cinq ans sous la présidence de François Hollande.

«Cessons de gérer les Urgences à travers des tableurs Excel !» clament les élus de gauche au Conseil Régional


Nous ne contestons pas le malaise existant aux urgences et dans les hôpitaux. Mais il ne date pas d’aujourd’hui. La ficelle est un peu grosse. Les problèmes ne sont pas nés subitement avec l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République !

Ces problèmes sont la conséquence de mauvais choix politiques menées depuis près de 20 ans. A commencer par les 35 heures qui ont mis le bazar dans tous les services en tension et plus particulièrement dans les hôpitaux.

Le fruit aussi des politiques de Messieurs Sarkozy et Hollande. Car ne nous y trompons pas : Si aujourd’hui les services d’urgence de nos hôpitaux sont sous haute tension, c’est d’abord parce que Monsieur Hollande et les gouvernements successifs de Jean-Marc Ayrault et de Manuel Valls ont été incapables de se saisir du dossier, incapables d’anticiper la crise qui se profilait.



Monsieur Durain, vous qui êtes chef de groupe de la gauche à la Région, vous devriez avoir l’honnêteté de revendiquer votre part de responsabilité dans la situation actuelle. L’honnêteté aussi de reconnaître que le Président de la République, Emmanuel Macron, a eu le courage d’annoncer la fin du numérus clausus, que vos amis auraient pu eux aussi décider… ce qu’ils n’ont pas fait.

Et puis, en matière de santé, la gauche du Conseil Régional serait bien inspirée de reconnaître que si les urgences des hôpitaux sont à saturation, c’est aussi par manque de médecins généralistes.

Ayons en ce sens l’honnêteté de reconnaître que Monsieur Accary a tapé dans le mille avec les recrutements de médecins salariés. Ce dont tout le monde se félicite.

Pour la République en Marche, notre exigence est double :

Apporter des réponses de court terme ; et garantir que notre système de santé ne fasse plus reposer sur les seules urgences la réponse à toutes les demandes de soins non programmés.

La ministre des Solidarités et de la Santé, a affirmé sa volonté de rendre sans attendre effectives et concrètes les mesures annoncées au Congrès des urgentistes la semaine dernière :

Les personnels des urgences sont exposés à des risques particuliers etdes conditions de travail spécifiques. C’est pourquoi une prime de risque leur est accordée, et elle sera revalorisée à 100 euros net dès le 1er juillet 2019 pour tous les professionnels des services d’urgence.

Pour réduire l’attente aux urgences, les médecins peuvent déléguer des tâches à d’autres personnels soignants. Les personnels paramédicaux qui se verront déléguer des tâches bénéficieront d’une prime de coopération dont le montant atteindra 100 euros bruts mensuels.

Afin de permettre aux services d’urgence exposés à une augmentation très importante de l’activité durant l’été, de renforcer leurs effectifs paramédicaux (et de maintenir ainsi un maximum de lits disponibles), la Ministre a annoncé la création d’une enveloppe de 15 millions d’euros, dédiée au recrutement d’effectifs supplémentaires.

Comme annoncé, le plafond des heures supplémentaires est rehaussé à 20 heures par mois (ou 240 heures par an) pour l’ensemble des corps.

Enfin, pour améliorer l’accueil des patients et les conditions de travail des personnels hospitaliers, les agences régionales de santé (ARS) vont être mobilisées afin d’engager des travaux de rénovation des bâtiments des urgences qui le nécessitent.

La Ministre a rappelé l’engagement total du gouvernementà trouver des solutions rapides et concrètes pour soutenir l’ensemble des professionnels des services d’urgences, définir avec eux un nouveau modèle d’organisation des urgences, et trouver des solutions pour mieux organiser l’amont et l’aval, car ce sujet des Urgences ne doit pas être regardé uniquement sous l’angle hospitalier.

La vérité est donc de dire que beaucoup s’agitent aux frontières du populisme, quand d’autres eux agissent face à des situations qu’ils ont trouvées et dont ils ne sont pas les responsables…
- par Communiqué de LREM - 18 juin 2019

Tribune de Claudette Brunet Lechenault : La PMA ? Enfin !

Communiqué

 

 Un zeste d’écologie, une pincée de referendum, une baisse des impôts ? (Cela fait toujours plaisir…) L’annonce cachée d’une future retraite à temps plein à 64 ans (sans le dire clairement), une taxe d’habitation supprimée pour tous on le savait, mais avec des délais encore allongés et sans explications quant au financement et au dédommagement des collectivités locales… Nous n’avons pas appris grand-chose. Ah si : nous avons appris que le Premier ministre était inénervable…comme François Fillon… !

Que le Président de la République fixe le cap, c’est son rôle.

Mais il revient au Premier Ministre d’entrer dans le dur…

Quelles mesures concrètes pour la solidarité nationale, la laïcité, la lutte efficace contre la désertification médicale, le Droit de Mourir dans la dignité ?

Le service public ? Les Maisons de Service public existent déjà.

Sylvia Pinel ministre PRG avait relancé le concept, mis en place un bouquet de services qu’il convenait d’améliorer et un plan de formation des agents avec la Caisse des Dépôts et Consignations Qu’y aura-t-il de plus ? Nous aurions aimé le savoir.

Un projet de loi de décentralisation à la fin du deuxième semestre 2020, avec possibilité de « différenciation »et de nouveaux transferts de compétences ? Nous le savions depuis 2018…

Quelles mesures concrètes pour accueillir dignement des demandeurs d’asile ?

Ce n’est pas un débat annuel sur l’immigration qui règlera ce problème difficile et humainement urgent.

Quant à la réforme de la constitution elle est repoussée aux calendes grecques faute d’une majorité des deux tiers puisque le Premier Philippe est « tombé sur un os au Sénat » (sur 345 votants, 181 abstentions et 93 contre…)  Et oui le Sénat peut être utile.

Une belle annonce cependant : une promesse du Président de la République :la PMA pour toutes les femmes.

Mais pourquoi l’avoir prévue dans une loi sur la bioéthique et non en faire une loi pour elle seule ? François Hollande avait été courageux de faire voter une loi sur « Le Mariage pour tous » portée par la talentueuse et déterminée Christiane Taubira…Quelle fierté pour nous Radicaux de Gauche qui avions porté cette mesure dans les primaires de la Gauche…

Une loi sur la PMA est indispensable car la réalité aujourd’hui révèle des pratiques assez sordides et ce sont les femmes qui ont des moyens et qui vont à l’étranger qui peuvent y accéder.

Il faut une loi qui rende leur dignité à des femmes dont c’est la décision personnelle et légitime.

Et là nous verrons bien où passent les marqueurs entre la Gauche et la Droite, les conservateurs et les progressismes de tous bords.

Une belle bataille de convictions s’annonce.

Nous y sommes prêts !

 

Claudette Brunet Lechenault

Vice-présidente Nationale du PRG.

 

 

 

 

 

 

 

 

- par Claudette Brunet Lechenault - 13 juin 2019

"Le 15 juin à Cormatin, posons la première pierre à l'union des gauches"

"Le 15 juin à Cormatin, posons la première pierre à l'union des gauches"

Au lendemain des élections européennes, la Gauche républicaine est loin d'avoir disparu mais ses divisions l'ont affaiblie. L'heure est désormais au rassemblement. Les convergences entre les partis de gauche sont réelles, nous partageons un idéal et les combats communs sont nombreux. Alors faisons preuve de responsabilité et dépassons les chapelles pour enfin nous retrouver.

Ainsi, nous, Socialistes de Saône-et-Loire, voulons œuvrer dès à présent au rassemblement en invitant toutes celles et tous ceux qui souhaitent construire un projet collectif de justice sociale et de progrès à nous rejoindre le samedi 15 juin 2019 à Cormatin au plan d'eau à partir de 10h00 pour notre traditionnelle journée républicaine. Militants, sympathisants, syndiqués ou simples citoyens, venez débattre et échanger au-delà du cadre partisan.

Des ateliers débats, véritables agoras démocratiques seront proposés autour des thématiques de la transition écologique, de la démocratie participative et de la redynamisation des centres-villes et centres-bourgs. Cette année nous aurons le plaisir d'accueillir Corinne Narassiguin, secrétaire nationale du PS, Eric Andrieu député européen, spécialiste des questions agricoles et fervent opposant à Monsanto, ainsi que Fabien Bazin, maire de Lormes et défenseur du bouclier rural.

Si vous le souhaitez vous pouvez vous inscrire au déjeuner par mail auprès de la fédération PS71 fede71@parti-socialiste.fr


Les sections de St Gengoux, Givry, Buxy, Cluny, et Mouvement des Jeunes Socialistes 71
- par Les sections de St Gengoux, Givry, Buxy, Cluny, et Mouvement des Jeunes Socialistes 71 - 7 juin 2019

Transport routier de marchandises : l'Etat ne doit plus subventionner un désastre écologique et sanitaire

 

Lors que la lecture du projet de Loi d’Orientation des Mobilités débute à l’assemblée nationale, France Nature Environnement s'associe à plusieurs associations de protection de l’environnement et de santé publique, ainsi que des collectifs de médecins et chercheurs, pour demander à l'Etat de ne plus subventionner le désastre écologique et sanitaire qu'est le transport routier de marchandises.

Dans une lettre ouverte, nos associations et collectifs en appellent au président de la République : en son état actuel, le projet de loi ne prévoit pas de remettre en cause les avantages fiscaux accordés au transport routier et reste muet sur le principe d’application d’une redevance kilométrique pour les poids lourds. Il est encore temps de parfaire cette loi et de répondre plus précisément aux attentes des français en matière de protection du climat et de la santé, ainsi que d'équité fiscale.


_________________

Monsieur le Président de la République,

Le secteur des transports est le premier émetteur de polluants et de gaz à effets de serre. Le nombre de camions en circulation[1] ne cesse de croître avec un impact grave sur la santé des Français et leurs finances à un double titre : la prise en charge par la collectivité des impacts négatifs sur la santé liés aux pollutions générées par le trafic routier[2] d’une part et, d’autre part, l’entretien de routes toujours plus abîmées à mesure que le nombre de camions augmente.

Malgré votre appel le 25 avril dernier à mettre le climat « au cœur du projet national et européen », et malgré les nombreuses interpellations de France Nature Environnement et de nombreux autres acteurs lors – entre autres – des Assises de la Mobilité, la remise en cause de la logique du tout routier n’est pas à l’ordre du jour. Alors que l’Assemblée Nationale entame en ce début juin l’examen de la Loi d’orientation des mobilités, aucune disposition n’aborde le trafic routier de marchandises ni ses coûts induits pour nos concitoyens.

Difficile pour nous de comprendre une telle lacune pour un texte supposé mettre en cohérence nos politiques de transports avec nos engagements climatiques, tels que définis dans l’Accord de Paris pour lequel la France s’est ardemment battue. Afin d’inverser la tendance, voici nos propositions.
Mettre fin aux exonérations fiscales dont bénéficie le transport routier

En 2017, 7,6 milliards d’euros de ristournes fiscales ont été accordées au gazole professionnel de différents secteurs économiques, dont le transport routier de marchandises, soit 25% d’exemptions ou de remboursement de taxes sur les carburants.

Il est également utile de rappeler que depuis 2016, le transport routier de marchandises est exempté de l’augmentation de la Contribution Climat Énergie, représentant environ 1 milliard d’euros d’exonération fiscale supplémentaire par an. Ce mode de transport n'apparaît ainsi compétitif qu’en raison des nombreux artifices qui faussent les systèmes de prix et de concurrence.

Cette situation nous interpelle. Une telle iniquité fiscale vis-à-vis des automobilistes, auxquels il est légitimement demandé de contribuer au financement de la transition écologique, n’est plus acceptable. Par ailleurs, alors que vous avez exprimé le souhait de faire de la lutte contre le dérèglement climatique un enjeu majeur de votre quinquennat, les subventions aux énergies fossiles que constituent ces exonérations pour les professionnels ne sont, là aussi, plus justifiables.

De surcroît, l’Etat se prive sciemment de recettes qui pourraient permettre le financement de moyens de transports plus vertueux tels que le fret ferroviaire, dont la part en France ne cesse de chuter, ou le fluvial. En 2017, seulement 9 % des marchandises étaient transportées par le rail, contre 20 % en 1990.

La fragilité du secteur du transport routier, en particulier des PME et TPE, s’explique davantage par les politiques de dumping social exercées au sein de l’Union européenne que par la fiscalité écologique. Il n’est donc ni légitime ni juste de faire de celle-ci une variable d’ajustement pour sauver le secteur. D’autres pistes de soutien à nos petites et moyennes entreprises de transports, pourraient être envisagées et déployées.
Expérimenter la redevance kilométrique pour les poids lourds

Éviter le recours systématique au tout camion nécessite également la mise en œuvre progressive d’une redevance kilométrique à destination des poids lourds pour que les transporteurs contribuent à leur juste part dans la dégradation de nos routes, y compris secondaires. Elle est un des outils dont la France a besoin pour engager une transition écologique concrète et efficace dans ses politiques de transports de marchandises. L’inscrire dans la loi, comme cela était le cas dans la loi “Grenelle I”, est indispensable.

Nous sommes conscients du naufrage de l’écotaxe de 2013. C’est pourquoi nous appelons à une entrée en vigueur échelonnée dans le temps, pilotée par les Régions souhaitant l’expérimenter, qui leur assurera à terme, une ressource pérenne et dynamique pour assumer les compétences de transports qui leur ont été pleinement déléguées. Les pays européens qui ont déjà mis en place une redevance poids lourds ont systématiquement affecté une partie importante des recettes financières à la rénovation du réseau routier.

Monsieur le Président de la République, l’enjeu est vital et les solutions existent. Loin d’être irréversible, la priorité au routier peut être freinée, puis inversée au profit de modes de transport plus vertueux pour la santé publique, la biodiversité et le climat. La loi d’orientation des mobilités, qui intervient près de quarante ans après la dernière loi régissant nos politiques de transports, doit être le levier de cette réorientation.

Pour cela, Monsieur le Président de la République, cette loi doit traduire votre principe d’écologie de l’action. Le scandale écologique que constituent les subventions directes ou indirectes aux énergies fossiles et au trafic routier de marchandises, les difficultés que le tout camion pose au quotidien en termes d’aménagement du territoire, de sécurité routière et de financement des infrastructures, appellent des réponses économiques, sociales et environnementales de fond qui ne peuvent plus être reportées à demain. Il est temps de prendre les mesures qui s’imposent pour donner corps à votre souhait de garder notre “Terre habitable”.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.
Signataires
Olivier Blond, président de l’association Respire
Dr Thomas Bourdrel, du Collectif Strasbourg Respire
Dr Cécile Buvry, du Collectif Médical Vallée Arve
Professeur Gilles Dixsaut, du Collectif Air Santé Climat
Michel Dubromel, président de France Nature Environnement
Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace
Cécile Ostria, directrice générale de la Fondation Nicolas Hulot
Philippe Quirion, président du Réseau Action Climat
Dr Pierre Souvet, président de l’association Santé Environnement France

Soutenez nos propositions : signez la pétition
https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition%C2%A0-stop-aux-cadeaux-fiscaux-accord%C3%A9s-aux-camions-les-plus-pollueurs

 
- par FNE - 5 juin 2019

Après les Européennes : remerciements de M.Laoués (Écologiste)

Je remercie les citoyennes et les citoyens chalonnais qui ont fait confiance aux écologistes pour cette élection européenne. La liste EELV menée par Yannick Jadot est arrivée en troisième position
à Chalon sur Saône. Avec 1536 voix, soit 13,21 % des suffrages exprimés, nous sommes dans la vague verte nationale.


En tant qu’élu local, seul élu écologiste aux conseils municipal et communautaire, je suis évidemment satisfait de voir mon combat quotidien qu’est l’écologie rassembler autant d’espoir, notamment chez les jeunes.
Ce message d’espoir et d’avenir, envoyé par les chalonnaises et les chalonnais mobilisés pour le climat, la biodiversité et les solidarités est très clair : l’écologie doit être au cœur des politiques publiques.
Face à l’urgence écologique, nous, écologistes, sommes encore plus déterminés à accélérer le mouvement en faveur du climat et de la justice sociale.


Ce message d’espoir nous responsabilise aussi. La tâche est grande mais à portée de main. C’estavec l’ensemble des habitants que nous porterons cet espoir, et réaliserons la transition nécessaire à
notre territoire.


M. LAOUES
conseiller municipal et communautaire

 
- par M. Laoues - 29 mai 2019

Et demain... quelle Europe?

 

Et maintenant…quelle Europe ?

 

Le match quasi nul du RN et de LREM n’a rien tranché de ce que nous ne savions déjà : un RN légèrement en tête (mais il l’était aussi en 2014) et LREM un peu en-dessous …Rien de nouveau.

La première surprise est une bonne nouvelle : la chute spectaculaire de la Maison Wauquiez …y compris en Saône-et-Loire.

La deuxième est aussi une bonne nouvelle : le beau score de Janick Jadot.

La prise de conscience des enjeux climatiques et l’éclatement des forces de Gauche ont boosté le vote des jeunes électeurs et lui ont apporté ce succès.

Autre élément de ce scrutin : la Gauche plus traditionnelle, éparpillée, n’a pas réussi.

Le PRG se félicite d’avoir répondu à l’appel au rassemblement de Raphaël Glucksman, d’avoir rejoint la liste « Envie d’Europe » avec le PS et Nouvelle Donne et d’avoir ainsi contribué à lui faire passer la barre des 5%, ce qui lui a permis d’avoir quelques élus. Mais ce rassemblement, même si son score est supérieur à celui des élections présidentielles, n’est qu’un balbutiement.

Et maintenant…quelle Europe ?

Elle peut changer de cap si tous les Sociaux- Démocrates, les Verts et d’autres Humanistes et Progressistes travaillent ensemble. Mais nous attendons aussi l’orientation des députés LREM : sont-ils prêts à travailler pour construire une Europe plus sociale, plus solidaire et plus « écologique » ? Ou bien préféreront-ils s’allier aux conservateurs ?  

Le Président de la République a de tout évidence un rôle à jouer. Nous verrons lequel dans les jours qui viennent.

 

Claudette Brunet Lechenault

Vice-Présidente du PRG en charge des relations avec l’Union européenne.


 

 
- par Brunet Lechenault - 28 mai 2019

Pour EELV Bourgogne " Tout doit changer"

TOUT DOIT CHANGER !
EELV Bourgogne remercie les citoyennes et les citoyens qui ont voté pour le climat et ont contribué à donner aux écologistes un groupe de 70 euro-député.e.s.
L'extrême droite maintient ses scores et progresse dangereusement dans plusieurs pays.

En France, le pari présidentiel a échoué.
Les écologistes, portés en troisième position notamment par la jeunesse sont conscients de leur grande responsabilité. La tâche est immense pour contenir le danger du repli identitaire et proposer un nouveau chemin pour que l'écologie politique soit le ferment des victoires à venir. Les résultats en France, comme ailleurs en Europe, confirment que l'alternative se construit autour de l'écologie. Avec toutes celles et ceux qui se mobilisent pour le climat, la biodiversité, la santé et la justice sociale, ensemble portons cet espoir !
Tout doit changer !

Claire Mallard, Mourad Laoues, Nathalie Charvy pour EELV Bourgogne
- par EELV Bourgogne - 27 mai 2019

Résultats des votes aux élections européennes 2019 pour la commune de Chalon-sur-Saône

 
- par Ville de Chalon - 27 mai 2019

Européennes : des réactions de M.Gauvain ( L.R.E.M) et MMe Gillet ( P.S)

RAPHAEL GAUVAIN (L.RE.M) DEPUTE DE CHALON-MONTCEAU
C’est un très bon résultat pour la majorité, après deux années d’exercice du pouvoir et six mois de manifestations des gilets jaunes. Personne n’aurait imaginé que nous ferions un tel score en décembre dernier. L’écart avec le RN est faible, nous aurons le même nombre de représentants et leur résultat sera inférieur à leur score de 2014.


L’enseignement principal de cette échéance électoral reste que la recomposition politique engagée au niveau national en 2017 se poursuit. Nous devons poursuivre le rassemblement. Poursuivre les réformes, et transformer le pays avec enthousiasme et humilité.

Pour Chalon, je suis très satisfait de notre score. Nous arrivons en tête. C’est une très belle victoire, et je voudrais remercier les électeurs et féliciter nos militants et sympathisants qui ont fait une formidable campagne de terrain auprès des chalonnaises et chalonnais.

VIOLAINE GILLET : ( PS ) PREMIERE SECRÉTAIRE FÉDÉRALE DU P.S
La gauche n’est pas morte. L’envie de justice sociale, de démocratie n’est pas morte. Elle se renforce en se doublant d’une exigence de durabilité. L’électeur est aussi citoyen, parent, salarié ou en recherche d’emploi. Il exige une société équilibrée, qui le respecte et qui soit durable tant sur le plan humain, qu’économique ou environnemental. Et pour cela ils et elles ont aujourd’hui soutenu des élus responsables.

Certains ont aussi fait le choix de manifester leur désaccord par un vote de colère, de désaccord face à un pouvoir méprisant. Emmanuel Macron a joué avec l’Europe, il a fait le pari de la peur mais l’a perdu, et c’est la colère qui l’a emporté, accentuant encore la division du pays.



Dans ce contexte, le score de notre liste de rassemblement, Envie d’Europe écologique et sociale, est un signal fort. L’envie d’unité prédomine. Place Publique, le Parti socialiste, Nouvelle Donne et le PRG ont montré qu’oublier les égos au bénéfice d’un idéal plus grand est possible, attendu et reconnu.

L’attente d’une société plus humaine, plus durable, plus juste, grandit. A nous , partis de gauche et écologistes d’y répondre, ensemble.

Nos photos : M.Gauvain- Violaine Gillet aux coté d’Émilien Bonnetain.

 
- par Daniel DERIOT - 27 mai 2019

"ÉLECTION EUROPÉENNE" à CHALON participations à 18 heures en hausse

"ELECTION DES REPRÉSENTANTS AU PARLEMENT EUROPÉEN

ELECTION DES REPRÉSENTANTS AU PARLEMENT EUROPÉEN
dimanche 26 mai 2019
Nombre inscrits   18h00  
    % Votes %
1er - Hôtel de Ville 1 012 43,80% 562 55,50%
2ème - Hôtel de Ville 1 113 41,10% 550 49,40%
3ème - Ecole élémentaire Vivant Denon 919 44,10% 494 53,80%
4ème - Ecole élémentaire Vivant Denon 962 44,10% 506 52,60%
5ème - Ecole élémentaire Vivant Denon 784 44,40% 418 53,30%
6ème - Ecole élémentaire de l'Est 1 030 45,00% 546 53,00%
7ème - Ecole élémentaire Citadelle 945 42,60% 472 49,90%
8ème - Ecole élémentaire Citadelle 1 094 44,00% 557 50,90%
9ème - Ecole élémentaire Citadelle 797 41,70% 368 46,20%
10ème - Ecole élém St-Jean-des-Vignes 1 157 42,30% 606 52,40%
11ème - Ecole élém St-Jean-des-Vignes 1 198 42,20% 597 49,80%
12ème - Ecole élém St-Jean-des-Vignes 1 089 41,00% 526 48,30%
13ème - Ecole maternelle Louis Lechère 1 234 44,20% 624 50,60%
14ème - Ecole maternelle Louis Lechère 801 43,30% 421 52,60%
15ème - Ecole élémentaire Jean Lurçat 887 38,00% 406 45,80%
16ème - Salle des Fêtes des Charreaux 934 42,30% 470 50,30%
17ème - Ecole élém Romain Rolland 673 33,30% 266 39,50%
18ème - Ecole élém Romain Rolland 809 34,40% 320 39,60%
19ème - Ecole élém de Bourgogne 1 029 39,40% 478 46,50%
20ème - Ecole élém de Bourgogne 1 132 33,80% 456 40,30%
21ème - Pôle associatif 443 3,40% 25 5,60%
22ème - Ecole maternelle Clairs Logis 821 32,30% 326 39,70%
23ème - Ecole élém Saint-Exupéry 1 247 30,80% 436 35,00%
24ème - Ecole élém Saint-Exupéry 739 23,50% 202 27,30%
25ème - Ecole élém Saint-Exupéry 695 21,40% 179 25,80%
26ème - Ecole élémentaire Pablo Néruda 745 45,00% 383 51,40%
27ème - Ecole élémentaire Pablo Néruda 680 36,80% 281 41,30%
28ème - Ecole maternelle Rive de Saône 890 41,20% 435 48,90%
TOTAL 25 859 38,90% 11 910 46,10%
         
Election des Représentants au
Parlement Européen
dimanche 25 mai 2014
27 370 31,10% 10 421 38,10%
- par Ville de Chalon - 26 mai 2019

Le taux de participation des élections européennes dans le département s'élève à 43,39 % à 17 heures.

 

Taux de participation – 26 mai 2019 à 17 h

Le taux de participation des élections européennes dans le département s’élève à 43,39 % à 17 heures.

Pour rappel, le taux de participation aux élections européennes de 2014 était de 36,67 % à la même heure.

- par BFC Préfecture - 26 mai 2019

Communiqué de la fédération Debout la France de Saône et Loire

Communiqué de la fédération Debout la France de Saône et Loire


Le 26 mai, votez pour la liste menée par Nicolas Dupont-Aignan
La Fédération de Debout La France de Saône-et-Loire appelle les électeurs à se mobiliser le dimanche 26 mai pour voter en faveur de la liste d’union « Debout La France – CNIP » menée par Nicolas Dupont-Aignan.

Composée de femmes et d’hommes courageux, honnêtes et compétents qui auront le courage de défendre les Français, notre liste veut remplacer l’Union européenne qui ne marche pas, par une Europe des nations libres et des projets concrets.

Une Europe des nations libres, pour que chaque peuple puisse retrouver la maîtrise démocratique de ses frontières, de ses lois et de son budget. Nous voulons rendre aux Français 9 milliards d’euros de leurs impôts gaspillés chaque année à Bruxelles, afin de financer la ré-indexation des pensions de retraite sur l’inflation, la suppression de la hausse 2018 de la taxe sur le carburant et la préservation de nos services publics de proximité.

Une Europe des projets concrets pour faire face à la Chine et aux États-Unis avec des coopérations à l’image d’Airbus : nous voulons développer avec nos partenaires européens la voiture propre, lutter contre le cancer, Alzheimer et le diabète... Relevons enfin les défis du 21ème siècle !

Grâce à nos alliés issus de 23 pays européens, nous sommes les seuls patriotes en France à pouvoir réellement agir au Parlement européen pour changer les choses.

Assez du vote par défaut entre Macron et Le Pen ? Dimanche 26 mai, chaque voix compte : le vrai vote utile, c’est voter pour vos convictions.

Olivier DAMIEN
Secrétaire départemental
Debout la France en Saône et Loire
- par Fédération de Debout La France de Saône-et-Loire - 23 mai 2019

Urgence climat : EELV marchera avec la Génération Climat

Les grèves climatiques de la jeunesse et la 6 ème marche climat sonnent l'alarme. Il est urgent d'agir pour sauver le climat, la biodiversité et l’être humain. Les écologistes marcheront avec la Génération Climat les 24 mai et le 25 mai pour porter un message d'espoir : la planète brûle mais des solutions existent !


Si la classe politique française et européenne affichent depuis trop longtemps un retard dans la prise de conscience, qu'elle va de reculs en renoncements par manque de courage face aux lobbies, les écologistes ne se résignent jamais. Tout doit changer immédiatement !


Nous participerons à ces mobilisations nécessaires, tant les actes tardent à venir, à Dijon, Besançon, Chalon-sur-Saône, Dôle, Lons-le-Saunier, Monceau-les-Mines, Mâcon, Auxerre, Nevers...qui réunissent des milliers de personnes parce qu'il est encore temps de reprendre notre destin en main.

Claire Mallard, Cécile Prudhomme, Philippe Chatelain et Mourad Laoues pour EELV Bourgogne Franche-Comté

 
- par EELV - 22 mai 2019

PRG : "Votez "Envie d'Europe"!"

Communiqué de Claudette Brunet Lechenault , Vice-Présidente du Parti Radical de Gauche en charge des relations avec l'Union Européenne.

 


Votez « Envie d’Europe » !

 

Le PRG s’est engagé sur la liste « Envie d’Europe », conduite par Raphaël Glücksman et soutenue par le Parti Socialiste, Nouvelle Donne et Place Publique. Il y est représenté par Nadège Désir, jeune conseillère départementale de La Rochelle.

Pourquoi avons-nous décidé de rejoindre cette liste ? Parce que nous pensons que le moment est venu pour les humanistes de faire entendre leur voix de manière forte.

Les Radicaux de Gauche ne contestent pas au Président de la République son engagement européen. C’est même une des raisons pour lesquelles nous avions voté pour lui aux présidentielles.

Mais l’élection du 26 Mai n’est pas un « remake » de l’élection présidentielle avec un choix binaire que serait un match de ping -pong entre LREM et le RN.

Même si la montée des nationalismes en France et en Europe est une réalité, les européennes ne se limitent pas à cet affrontement.

Et puis …quelle Europe ?

Le moment est venu pour nous de redire notre engagement pour une Europe plus fédérale, plus politique, plus solidaire et plus sociale. Une Europe qui doit demeurer un espace de paix, peser dans le monde face à la Chine et aux Etats-Unis. Une Europe avec une vraie politique étrangère, notamment vis-à-vis de l’Afrique et du Moyen Orient. Une Europe qui, par son action politique, refuse que la Méditerranée soit le cimetière d’êtres humains et qui doit se donner les moyens de lutter contre le dérèglement climatique, source d’inquiétudes humanitaires.

Des 34 listes proposées aux électeurs, la seule déterminée sur l’ensemble de ces sujets, qui comporte des hommes et des femmes engagés en politique, des socialistes, des Radicaux mais aussi des écologistes,des humanistes membres de la société civile, est la liste « Envie d’Europe » !

Je partage les propos de notre président Guillaume Lacroix : » Au rempart (contre le populisme) je préfère la force conquérante de la République sociale ».

L’adversaire le soir du 26 Mai sera bel et bien la Droite européenne du PPE, avec son représentant Manfred Weber. Pour avoir le plus de chances de la contrer, le groupe PSE du Parlement européen doit être plus fort.

Ni le Rassemblement National, ni LREM ne seront majoritaires. Nous ne sommes pas dans une élection franco-française…Mais ils pourront alors contribuer ou non à faire pencher plus à droite…ou plus à gauche. Le Président de la République se souviendra-t-il alors qu’il a -aussi, une jambe gauche ? Ce sera à lui de nous le démontrer.

A nous de lui rappeler Michel Crépeau : « La politique, sa justification en est la recherche du bonheur ….On ne gouverne bien un peuple que les pieds par terre et le cœur dans les étoiles ».

 

Claudette Brunet Lechenault

Vice-Présidente nationale du PRG

En charge des Relations Européennes.

 

 

 Votez.docx [ 13.74 Ko ]
- par Brunet Lechenault - 21 mai 2019

Lettre de Lilian NOIROT Conseiller municipal de Montceau-les-Mines

Lettre de Lilian NOIROT
Conseiller municipal de Montceau-les-Mines
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté
A Montceau-les-Mines, le 20 Mai 2019

Mes chers concitoyens,


Souvent, en ma qualité d’élu local, vous me faites part des
difficultés que vous rencontrez et de vos inquiétudes pour
l’avenir de vos enfants.


Le 26 mai prochain, vous pourrez choisir les Députés qui
vous représenteront au Parlement Européen. Cette
élection est capitale, pourtant seuls 42% des Français ont
voté en 2014.


Or, l’Union Européenne est omniprésente dans notre vie quotidienne. Les principaux problèmes de notre pays s’expliquent par les récents traités européens signés dans le dos des Français par les gouvernements successifs.
- L’abandon de nos territoires qui entraine la disparition des services publics dans nos communes.
- La concurrence déloyale, avec des pays qui ont des SMICS à 260€, a entraîné des délocalisations massives.
- L’absence de frontière est responsable de l’immigration incontrôlable qui s’illustre notamment par la multiplication des campements de clandestins.
- Notre alimentation et notre qualité de vie tendent à être sacrifiées et nos règles nous sont dictées par une Commission Européenne, dont les membres ne sont pas élus et sont sous
l’influence des lobbies.


Contrairement à ce que l’on nous dit à grand renfort de communication, l’Union Européenne
ponctionne plus de 11 milliards d’euros des impôts des Français : 22,2 milliards ont été versés
par la France en 2016, pour 11,2 milliards reçus, aides agricoles comprises.
Cette Union Européenne n’a plus rien à voir avec la belle idée initiale de paix et de prospérité.
C’est ce qui me conduit à vous écrire aujourd’hui.
Vous le savez, je suis engagé auprès de vous depuis plusieurs années pour améliorer notre
qualité de vie. C’est ce qui m’amène aujourd’hui à prendre parti et soutenir la liste de
Nicolas Dupont-Aignan.
Je le connais personnellement, il est honnête, sincère et courageux. Il a été le seul à voter
contre tous les traités européens qui nous ont mis en difficulté. A la différence des autres
hommes politiques qui sont responsables de la situation dont ils se plaignent. La liste de
Debout la France est constituée d’élus de terrain qui connaissent vos problèmes puisqu’ils
les partagent au quotidien.
Nicolas Dupont-Aignan et son équipe proposent, avec bon sens, de remplacer l’Union
européenne par la seule Europe qui peut fonctionner : celle des Nations libres et des projets
concrets.Une Europe des nations libres où les peuples retrouveront la maîtrise de leurs lois, de leurs
frontières, de leur argent et donc de leur démocratie.
Une Europe des projets concrets, avec des coopérations à la carte, à l’image d’Airbus
(accès au haut-débit et fibre optique, lutte contre le cancer et la maladie d’Alzheimer,
panneaux photovoltaïques de nouvelle génération, voiture propre, recherche d’une
alternative au plastique...).
En un mot une France indépendante dans une Europe utile.
Contrairement aux autres élections, les européennes n’ont qu’un seul tour. C’est un scrutin à la
proportionnelle qui vous permet de voter pour la liste de votre choix, qui obtiendra des Députés à
proportion de son score. Ainsi, pour 5% des voix, la liste obtiendra 4 élus (10% = 9 élus, 15% =
14 élus...). Voter pour ses convictions, c’est voter utile !
Nicolas Dupont-Aignan et ses colistiers ont déjà 23 partis politiques partenaires dans toute
l’Europe. Ils ont une vraie chance d’être majoritaires au Parlement Européen !
C’est l’occasion unique de remettre définitivement l’Europe au service de la France.

Fidèlement,
Conseiller municipal de Montceau-les-Mines
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté
Colistier de Nicolas Dupont-Aignan aux élections européennes du 26 mai 2019

 
- par Lilian NOIROT Conseiller municipal de Montceau-les-Mines - 21 mai 2019

Temps de propositions et d'échanges avec Chalon Itinéraire(s) le 4 juin

Après le succès du premier rendez-vous le 30 avril dernier, les membres de l’association Chalon Itinéraire(s) Bis ont le plaisir de vous convier à un nouveau temps de propositions et d’échanges le mardi 4 juin, à partir de 19 h 30, à l’Espace Jean Zay, 4 rue Jules Ferry à Chalon-sur-Saône.



Ce sera notamment l’occasion de présenter nos propositions concernant la gouvernance, la culture et l’éducation pour 2020.

Suite aux suggestions des participants du 30 avril, un temps plus important sera consacré aux échanges.

Dans un souci d’organisation, vous pouvez dès à présent vous inscrire à cette adresse : contact@chalon-ib.org


Parce que la démocratie locale s’exerce aussi avant les élections municipales.

A très bientôt!

Toutes les infos sur :
https://www.facebook.com/chalonib/
https://chalon-ib.org/

 
- par Chalon Itinéraire(s) bis - 20 mai 2019

EELV porte plainte contre Monsanto et appelle à la Marche Contre Monsanto à Chalon-Sur-Saône

 

La firme Monsanto/Bayer est emblématique des lobbies qui mettent en danger nos démocraties, notre santé et l'environnement. Malgré de multiples condamnations judiciaires, le rouleur compresseur agit en toute impunité sans respecter les droits et les libertés fondamentales.

Face au fichage illégal orchestré par Monsanto, David Cormand, secrétaire national d’Europe Écologie – Les Verts, accompagné de Yannick Jadot, tête de liste Europe Écologie à l’élection européenne, déposera au nom d’EELV une plainte contre Monsanto pour constitution illégale de base de données à caractère personnel. D'autres personnalités s'engagent également dans cette démarche : Paul François, Président de l'association Phytovictimes qui sera d'ailleurs en Saône-et-Loire le 25 mai pour l'Assemblée Générale de l'association, Franois Veillerette Président de Générations Futures, José Bové, Karima Delli et Michèle Rivasi euro-députées sortantes.


Face à l'inertie des gouvernements successifs, à la porosité aux lobbies de l'actuel gouvernement, les dirigeants actuels de la France et de l'Europe sont incapables d'engager la sortie du glyphosate et de tous les pesticides de synhèse. Pour les écologistes, nous n'avons que trop tardé sur la question des pesticides. Les reculs s'accumulent exposant chaque jour un peu plus les populations à de graves risques sanitaires.

Parce qu'il est plus que temps de défendre la santé des populations plutôt que celle des actionnaires, EELV appelle à une vaste mobilisation le 18 mai à Chalon-Sur-Saône.
Au côtés des citoyens, nous marcherons pour une agriculture paysanne, biologique et protectrice en rappellant l'urgence de créer une Haute Autorité Européenne de la Transparence garantissant l’indépendance des institutions, des agents publics et des élu·e·s vis-à-vis des intérêts privés.

Claire Mallard co-secrétaire régional et Mourad Laoues porte-Parole EELV Bourgogne.

 
- par EELV - 17 mai 2019

ELECTIONS EUROPEENNES : REUNION PUBLIQUE PARTICIPATIVE La France Insoumise

ELECTIONS EUROPEENNES du 26 mai 2019

REUNION PUBLIQUE PARTICIPATIVE
La France Insoumise
Le Creusot (71) mercredi 15 mai 2019 - salle St Henri


Le groupe d’action du Creusot accueillait ce mercredi soir Laurence Lyonnais et Anne-Sophie Pelletier candidates aux élections Européennes sur la liste de la France Insoumise. Les deux candidates étaient accompagnées d’Ugo Bernalicis, député.

Guy Flattot, organisateur de la réunion, ouvre la séance pour rappeler la ligne politique de la France Insoumise au travers du programme « l’avenir en commun ».

Laurence Lyonnais originaire du Haut Doubs commence son discours sur un domaine qui lui est cher, l’agriculture. Elle rappelle qu’il est urgent de rémunérer correctement les agriculteurs, de soutenir et promouvoir une agriculture plus paysanne au travers d’une politique agricole commune. Elle poursuit en listant des griefs sur L’Europe qui protège et peut mieux faire sur les volets de l’agriculture, des droits sociaux et des droits des travailleurs, des services publics, des droits des femmes, de la lutte contre le réchauffement climatique. Elle rappelle que l’union Européenne tolère en son sein des régimes autoritaires comme en Pologne et n’assure pas de protection contre le libéralisme économique jusqu’à sacrifier un pays comme la Grèce et ses citoyens pour honorer une dette. A ce jour les politiques maltraitent les gens et lorsqu’ils descendent dans la rue pour protester et dire « ça suffit !» ils sont brutalisés et parfois grièvement blessés comme nous l’a démontré en France le mouvement populaire des gilets jaunes.

Laurence Lyonnais poursuit sur la cohérence en tous points du programme de la France Insoumise qui apporte des solutions simples et réalistes tout en intégrant complétement la transition écologiques. Elle aborde alors les défis écologiques qu’il est urgent de relever avec le concours actif non seulement des décideurs politiques mais aussi et surtout des citoyens. Le mouvement climat est énorme dans le monde entier et, comme dans le mouvement des gilets jaunes, les femmes y prennent une part très active. Elle termine en précisant que dans les ronds-points comme dans les mouvements climat la lutte est menée pour notre libération.

Anne-Sophie Pelletier, rompue à l’exercice des réunions publiques, prend la parole pour faire part de ses remarques de ce qu’elle a pu observer durant son périple de campagne ces derniers mois. Elle se lance dans un plaidoyer sur « le Prendre soin ». Le prendre soin, c’est redonner de la dignité à chacun, explique-t-elle et tout citoyen(ne) doit pouvoir bénéficier de conditions de vie dont ils n’ont pas honte et qu’ils endurent parfois sans broncher. Entasser des enfants dans des classes surchargées c’est cela prendre soin ? Laisser des personnes âgées dans des EHPAD en manque de personnel soignant, c’est cela prendre soin ? Obliger les gens à effectuer leurs trajets quotidien pour aller travailler dans des transports en commun bondés et à la limite de l’insalubrité, c’est cela prendre soin ? Laisser des services d’urgences saturées dans lesquels on peut attendre 17h dans un couloir, c’est cela prendre soin ? A quel moment a-t-on pris en compte nos besoins humains, de se soigner, d’avoir accès à un tribunal ou à d’autres services publics, d’avoir un salaire qui permette de vivre décemment lorsque l’on travail. Elle s’insurge sur les devoirs de l’état envers ses citoyens qui ne sont pas remplis.

Elle enchaine sur l’injustice fiscale qu’entretiennent les traités Européens mais aussi Emmanuel Macron au travers de sa politique indécente. Elle affirme que les financements existent pour peu que l’on veuille bien demander aux plus aisés de contribuer à l’intérêt général et que les états cessent de brader leurs services publics et leurs biens publics aux plus offrants, au dépend de leurs citoyens, comme par exemple bientôt les barrages hydrauliques en France. Elle souhaite juste que nous puissions vivre comme des êtres humains en restant humain.

Ugo Bernalicis prend la parole à son tour pour rappeler que le vote aux Européennes n’a qu’un seul tour, à la proportionnelle, et que toute voix est importante. Il dénonce la stratégie actuelle de La République en Marche qui risque de dégouter les gens des élections en faisant croire à une nouvelle dualité avec le Rassemblement National. Il ironise sur les candidats de La république en Marche qui ne seraient pas tous réellement sérieux compte tenu des idées qu’ils défendent puis se lance sur le terrain risqué de la maltraitance des gilets jaunes par les forces de l’ordre dans un humour grinçant mais efficace qui fait rire toute l’assemblée. Il reprend ensuite quelques thèmes abordés par les deux candidates pour expliquer qu’il faut secouer l’Europe et stopper la délinquance financière et l’évasion fiscale qui coûte très cher aux états. Il donne une multitude d’exemples très concrets de sociétés qui pratiquent l’évasion fiscale et font atterrir leurs bénéfices dans les paradis fiscaux. Il conclue en incitant tout le monde à aller voter pour que le programme de la France insoumise soit mieux représenté dans les institutions Européenne.

S’en suit un débat avec les gens présents dans la salle et le jeu classique de questions-réponses anime le reste de la soirée qui se termine avec un pot de l’amitié.
 
 
- par La France Insoumise - 16 mai 2019

Elections européennes 2019 : j'agis pour mon quotidien, je vote !

Elections européennes 2019: j’agis pour mon quotidien, je vote!


Le 26 mai prochain, les Français éliront les 79 eurodéputés qui les représenteront au Parlement européen.

Un seul tour. Une unique chance de faire entendre sa voix et de voter pour une Europe de progrès social.

 

A l’heure où les citoyens français réclament plus de démocratie, il est primordial de sensibiliser la population à cevote qui aura des conséquences majeures pour le quotidien des habitants et des consommateurs; car l’influence de l’UE sur de nombreux sujets ne doit pas être prise à la légère: les parlementaires votent le budget de l’UE utilisé notamment pour la politique de cohésion économique, sociale et territoriale dont l’objectif est de réduire les inégalités régionales et sociales ainsi quela politique agricole commune permettant d’assurer aux consommateurs des produits de qualité et une certaines sécurité alimentaire.

D’ailleurs si certains doutent encore de son intérêt, rappelons que le Parlement a adopté de nombreuses directives visant à améliorer le quotidien des citoyensde l’UE ; l’exemple le plus récent étant le règlement général de protection des données (RGPD) qui protège les données personnelles des consommateurs, notamment sur Internet.

Association de défense des habitants et des consommateurs, la CNL se mobilise poursensibiliser la population àces élections et faire entendre ses revendications: la défense et la promotion du modèle généraliste du logement social ainsi que la régulation des loyersen Europe; le développement de subventions destinées à la réhabilitation énergétiquedes logements; le renforcement des règles et mécanismes visant à lutter contre les marchands de sommeil; l’interdiction du glyphosate etdes produits phytosanitaires dangereux; le retour à une réglementation ferme des marchés de l’énergie.

Retrouvez l’ensemble des propositions auxquelles la CNL souscrit en tant qu’adhérente de l’Union Internationale des Locataires (IUT) sur notre site Internet: www.lacnl.com

 
- par La CNL - 13 mai 2019



Rechercher dans cette rubrique  


 
468 page pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ


 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle