vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mardi 21 novembre 2017

Bonne Fête Présentation de Marie

Photo de Chalon

thema

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

"Au-revoir Là-haut," entre roman et cinéma, je choisi la bédé !

5 nov 2017 - par Michel Bonnet

Le roman de Pierre Lemaitre, Au-revoir Là-haut, a obtenu le Prix Goncourt 2013.

Cette distinction à elle-seule fait la réputation de l’ouvrage, c’est une certitude même si quelques grincheux ont toujours à redire… Néanmoins, la critique a été unanime, les récompenses se sont succédés et on peut dire que tout fut globalement mérité.

Je n’irai pas plus loin dans les remarques sur ce roman que je n’ai pas lu. D’ailleurs, je pense que je ne le lirai probablement jamais car maintenant j’ai les images de Christian De Metter et je pense qu’il est donc trop tard pour que je prenne le temps de créer les miennes…  

Oui, veuillez bien m’excuser, mais je n’ai pas été voir le film pour les mêmes raisons, la bande dessinée m’a trop fasciné et touché…

Que Pierre Lemaitre ne m’en veuille pas, Albert Dupontel non plus,  il n’y a rien de personnel contre eux mais l’adaptation en bande dessinée, qui a été réalisée avec génie, est tellement forte que je ne prendrai pas le risque d’une déception textuelle ou cinématographique, du moins pour le moment…

Christian De Metter nous a habitués à lire des ouvrages de très grande qualité, hors des chemins battus, hors des sentiers trop commerciaux. Cela en a fait un auteur atypique dont les travaux n’ont pas toujours trouvé un public conséquent. Qu’importe, il ne s’est jamais fourvoyé, jamais compromis et, pour moi, presque tous ses albums sont à garder dans sa bibliothèque de gentilhomme, comme on dit… Comment ne pas citer Dusk, Le sang des Valentines, Shutter Island, … Un grand auteur contemporain à découvrir si vous ne le connaissez pas encore.

Ici, nous sommes dans une histoire complexe et dure. On part de la guerre de 14/18, je dirais même de la fin de cette guerre et nous allons accompagner, en quelque sorte, deux poilus dans leur après-guerre. Ce n’est pas un retour à la vie normale et au Paradis, plutôt une descente en enfer… Albert, Edouard, deux personnages hors normes condamnés à vivre dans une société qui ne se soucie pas trop de ces anciens combattants qui sont pourtant très nombreux et dont certains portent les séquelles dramatiques de ce conflit cruel…

Ce que j’ai aimé dans cet ouvrage, ce sont les relations humaines entre les différents protagonistes, la façon pour le dessinateur d’exprimer les sentiments, les passions, les tensions… Il y a aussi les grands classiques de la vie humaine : l’amitié, l’amour, la jalousie, la honte, l’argent… mais, ce qui est aussi un point fort de ce récit, la création artistique…

Comment, maintenant, ne pas aborder la qualité sensationnelle des dessins de Christian De Metter et même plus, c’est-à-dire sa narration graphique d’une force rare. Chaque dessin est adapté au récit, chaque visage parle presque plus que les mots, les couleurs elles-mêmes participent au récit avec une vigueur que l’on trouve rarement en bande dessinée. Je dois avouer que j’ai été pris par le graphisme avant même de comprendre où m’emmenait le récit…

Le tout fait une bande dessinée de très grande qualité qu’il faut lire et qui fonctionne aussi bien avec ceux qui avaient lu le roman qu’avec les autres, comme quoi il y en a pour tous les goûts !!!

A lire, relire, faire lire et à garder chez soi pour la prochaine journée de pluie et d’hiver !

 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Tipi.net
  pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle