vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

jeudi 20 juin 2019

Bonne Fête Silvère

Photo de Chalon

photos

DITES-LE EN PHOTOS


Promenade dans la région Chalonnaise : BEAUNE étape 2

29 août 2014 - par Josserand Pascale

La Côte de Beaune

 

 

 

• Santenay-Les Trois Croix
Fief des seigneurs de Digoine, Santenay fut un centre rural important à toutes les époques.
On y relève des vestiges archéologiques datant de la préhistoire à l’époque gallo-romaine.
Située sur une voie de communication importante entre le Rhône et le Morvan, le village abrite le château de Philippe Le Hardi (XIVe), l’église Saint Jean de Narosse (XIIIe), le moulin à vent Sorine, une source thermale salée aux propriétés thérapeutiques et un casino.

 

Le site du Mont de Sène connu sous le nom de Montagne des Trois Croix culmine à 521m.

• Sampigny les Maranges
Ce village viticole situé dans la vallée de La Cozanne marque la limite sud de la Côte d’Or.

 

 



• Les Montrachet : Terres de grands crus
- Chassagne
Bourg gallo-romain inscrit au cartulaire de l’abbaye de Saint Seine en 886
Connu sous le nom de Cassianus (petite maison de Cassius) mais certains prêtent une origine gauloise au terme et signifiant lieu planté de chênes.

- Puligny
Connu en 1094 sous le nom de Puluniacus
Le nom de Montrachet accolé aux deux communes vient du Mont Rachaz cité dès 1252. Le Mont Rachaz est un mont pelé, chauve et rocheux d’environ 300m de haut attaché à une légende.

 

 


La légende
Au temps des Croisades, il y avait un Château sur la Colline de Montrachet. Le châtelain, avait envoyé son unique fils en Terre Sainte pour combattre. L'homme avait une jeune maîtresse qu’il retrouvait au «Clos de la Pucelle». Cette dernière eut un enfant. C'est ainsi que le fils parti en Croisade était nommé Chevalier-Montrachet, et l'enfant illégitime, Bâtard Montrachet. A l’annonce du décès en Terre Sainte du Chevalier Montrachet, le seigneur prit son fils illégitime comme successeur et fût acclamé au son de « Bienvenue au bâtard Montrachet ! ». Pour compléter l’histoire, la rumeur veut que le châtelain, incommodé par les pleurs de son jeune fils, se soit écrié en patois bourguignon « a crio (il crie) l’Bâtard ». Après la destruction du Château, les vignes porteraient donc les noms de ces personnages, en souvenir de cette histoire.
Et voici l'éclairage qu'apporte François Dumas, maître de conférences de Linguistique à l’Université de Bourgogne, spécialiste en toponymie et français régional (lu dans "L'Echo des Climats") :

"Montrachet, le plus célèbre des « monts chauves », même s’il ne dépasse guère 300 mètres, est en fait un « mont pelé », comme atteint par la râche (ou teigne), métaphore régionale qu’il doit à sa végétation rabougrie. Ce qui n’empêche pas ses versants sublimes de produire le meilleur des vins blancs (cépage chardonnay), avec des grands crus mondialement reconnus partagés entre les villages de Puligny et de Chassagne. Montrachet est perçu comme « l’aîné » fondateur d’une lignée. Chevalier-Montrachet est une appellation qui renvoie à un système de valeurs féodales avant d’être un simple anthroponyme. Bâtard-Montrachet est une allusion probable à un encépagement mélangé en blanc et rouge pratiqué du Moyen-âge au XVIIIe siècle. Son extension Bienvenues-Bâtard-Montrachet rappelle la croissance réussie (« bien venue ») de nouvelles plantations. Cette représentation imagée, souvent exaltée par une pseudo-légende liée aux croisades, traduit avant la lettre le souci revendiqué d’une hiérarchisation des climats."

Terre de grands vins
Alexandre Dumas disait qu'ils devraient être bus « à genoux et tête découverte ». Thomas Jefferson les considérait comme les meilleurs au monde. Et dire qu'ils prennent naissance sur ce Mont Chauve, trait d'union entre Puligny-Montrachet et Chassagne-Montrachet. Une « petite montagne bien sèche et bien laide », disait Stendhal, mais qui offre un vin si grand, si charnu qu'il est depuis toujours considéré comme l'un des meilleurs blancs.

Meursault
Située au bord du massif du Morvan.

Des vestiges archéologiques préhistoriques et gallo-romains ont été relevés au Mont Melian et au Climat des Chauzeaux.


La ville de Meursault abrite aussi deux châteaux. Le château fort du XIVe siècle est devenu l’Hôtel de Ville où fut tournée une des scènes les plus connues du film de Gérard Oury « La grande vadrouille » avec Bourvil et Louis de Funès.
La deuxième seigneurerie est bâtie sur le fief du moulin Foulot (1032-1070).

 

 


Et un riche patrimoine : maisons vigneronnes, vestiges de l’ancienne léproserie fondée en 1142 par Hugues le Pacifique, duc de Bourgogne, ancien hôpital, église Saint Nicolas (XVe siècle).

Volnay
Deux origines possibles pour le nom de la commune issu soit du nom de famille d’un certain Volumnius ou du terme celte « Vol » évoquant le rond dû à sa position géographique.
Le village abrite environ 300 âmes.
Village viticole de 213 hectares connu pour son vin rouge.

 

 


Pommard
Le petit village où coule l’Avant-Dheune doit son nom à la déesse antique Pomone, déesse des fruits et jardins.
Connu en 1004 sous le nom de Polmareum devenu Pomareum (verger) au XIIIe siècle.

321 hectares de vignes donnant des crus appréciés d’Henri IV, Louis XV ou encore Ronsard et Victor Hugo dont le célèbre Château de Pommard –clos de 20 hectares mais aussi château du XVIIIe siècle abritant un jardin à la française, un restaurant, un musée de la vigne et une galerie d’art qui revisite Dali cet été et présente des œuvres de Miro, Picasso, Chagall…

 

 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle