thema

Théma : nos portraits

Vous êtes ici :

Portrait : Anne Prost, conteuse et comédienne ...

13 avr 2017 - par christiane chapé


Dans le cadre de la rubrique THEMA/PORTRAIT, mettant en lumière des personnes pratiquant un métier rare où une passion dévorante, j'ai rencontré Anne Prost, conteuse et comédienne, haute en couleur et à l'univers féerique et ... enfantin ... qui fait du bien ... et bien dévorée par sa passion.

 

 

C'est dans une jolie petite maison -pas dans la prairie ... mais presque- que j'avais rendez-vous ce mercredi avec Anne Prost, conteuse et comédienne.

Anne a le métier de comédienne chevillé au corps depuis l'âge de six ans.

Elle a joué ses premières pièces de théâtre au cathé -comme elle dit- avec la sensation géniale et grisante d'être sur scène.

Déjà !!

Née à Montceau-les-Mines -un premier juin ... comme Marilyn Monroë- se plait t'elle à préciser ... sauf le lieu, excusez du peu ... elle a vécu dans cette ville jusqu'à l'âge de 18 ans, avec en filigrane, l'idée secrète de s'inscrire au conservatoire de Paris.

Ce qui ne s'est pas produit ... ses parents bienveillants et protecteurs, rechignant à la laisser partir si jeune « à la capitale » !!


Anne a donc un peu bifurqué dans son parcours pour les rassurer et a passé le concours de l'Ecole Normale à Dijon ; elle est devenue institutrice autour de Beaune, puis à Chalon ... ne lâchant pas son idée de devenir comédienne et pratiquant le théâtre amateur.

Le métier d'institutrice, enrichissant et épanouissant, mais « trop carré » pour son esprit vagabond et créateur, l'a conduite vers la création musicale, à 25 ans, au sein de l'école Vivant Denon de Chalon-sur-Saône.


 

Elle a été la première « instit » a avoir créé la classe « horaires aménagés en section musique ».

L ‘Education Nationale cherchait à cette époque, une institutrice apte à assurer une classe musicale ... et parmi plusieurs candidatures, c'est la sienne qui a été retenue.

Elle a donc obtenu le poste parce que pianiste, chanteuse et maîtrisant le solfège ... et à partir de là, quatre classes musicales ont vu le jour au sein de l'Ecole Vivant Denon.

 

 

 

Cette période lui a permis de rester dans l'Education Nationale, pendant quinze ans, où elle a monté de nombreux spectacles.

Parallèlement, Anne pratiquait toujours le théâtre amateur et voulait, à tout prix, évoluer sur scène.

A l'âge de 40 ans, elle a quitté l'Ecole du Centre, elle s'est mise à disposition de l'Education Nationale et s'est dirigée vers la Mission Locale, où elle a accueilli des jeunes de 16 à 25 ans, à problématique, souvent, avec lesquels elle a monté des projets artistiques, aidée par des artistes locaux connus : peintres, monteurs vidéos, artistes de théâtre ...

C'est à cette époque qu'Anne a créé une auto-entreprise et est devenue conteuse et comédienne.


La suite -et la renommée- s'est enchaînée très vite au travers d'ateliers auprès des personnes en difficulté et en souffrance, au sein des C.A.T., à la prison de Varennes, à l'association « Habitat et Humanisme », avec des personnes âgées ... au travers de spectacles de contes à thématique, du théâtre, de l'improvisation.

Parallèlement à cette activité, Anne Prost, créait et montait des spectacles et en a profité pour changer de statut : d'auto-entrepreneur, elle est devenue « intermittent du spectacle », situation quelque peu précaire aussi, mais offrant une tranquillité d'esprit et une plus grande place à la création, grâce aux CDD effectués, complémentés par les Assédics.

La vie d'artiste, Mesdames et Messieurs, n'est pas de tout repos !!

Choisir son statut c'est aussi choisir son mode de vie !!

Et c'est courageux.


Aujourd'hui, Anne Prost, est sollicitée de toutes parts, le bouche à oreille a bien fonctionné pour elle.

L'art reconnaît toujours les siens !

Elle est présente aux spectacles contés de noël sous la yourte place de l'hôtel de ville, au studio 70, au château de Germolles, au château de Sully où elle participe à « la nuit de l'épouvante », spectacle pour tous les âges.

Actuellement, elle présente à la galerie de Jambles, « La vie en rose », un spectacle de création familiale, où elle est seule en scène, narrant plusieurs personnages et la vie d'un petit village des années 60 qui raconte les petites et grandes histoires des habitants, telle que Pierrette, le garde-champêtre, le croque-mort, l'aubergiste et sa femme la Colette ... qui se retrouvent tous à l'Auberge de « la Bagatelle » au village « Mange Taupin » où ils goûtent la spécialité du coin, « la calembredaine » ... Une création de son frère, JF Prost ...

Plusieurs projets, en privé, sont en vue  ainsi que la journée du sport adapté, un atelier théâtre au Château de Germolles, des balades contées, un partage avec l'association Pèle-Mèle, les battle avec les lycées de Chalon sur Saône, « la gourmandise » à Tournus, un spectacle pour enfants tiré d'un bouquin de Sépulvéda, tourné dans les écoles ...

Un beau parcours pour Anne Prost qui a toujours cru à son destin ...

Et qui bouillonne, et qui foisonne d'idées, et qui tourbillonne ... joie de vivre accrochée au sourire et sourire rayonnant accroché à la vie.

Elle aimerait aujourd'hui, lancer les « contes à domicile » sur une thématique donnée.

Gageons que son projet aboutira.

Anne Prost, un astre lumineux qui éclaire la vie du passant qui passe par sa maison, son décor de théâtre, ses écrits poétiques inscrits sur ses objets, ses portes, ses paravents ... et son décor « récup » qui dépayse et offre un moment de rêve ... dans un monde plutôt brutal en ces périodes électorales ...

Mais, moi, j'dis ça, j'dis rien.

Là n'est pas mon propos du jour.

La poésie, la folie douce, le rêve ... ces doux concepts indispensables pour aimer la vie sont ceux d'Anne.

Merci à elle pour son accueil, son sourire, sa joie de vivre, sa folie, sa sagesse aussi, son univers théâtral ... et son café à l'ancienne.

Guettez les dates de ses représentations ... et courez-y les yeux fermés ...


En supplément, pour le plaisir du texte, celui d'Anne Prost, offert à vous, amis lecteurs :
« « Moi, j'aurais dû être fée.....j'étais programmée pour.....
J'avais le physique: les yeux verts, les cheveux dorés (d'accord juste des reflets mais on va pas chipoter !!), le charme évanescent (je ne sais pas trop ce que ça veut dire mais ça me plait bien, évanescent...), la silhouette, surtout à 18 ans quand je pesais 55 kilos.
J'étais faite pour... je suis sûre que les anges là haut, m'avaient conçue pour ça !
Et puis gentille, douce, avec un peu d'humour quand même; histoire de ne pas être la fée « quiche », la fée qui avale les couleuvres et les crapauds... la fée qui a du répondant quoi, genre la fée qui fait rire et sourire les elfes, les enchanteurs et les farfadets.... la fée qu'on n' oublie pas !!
J'étais faite pour... je le sais... je sais écouter les gens, vraiment, avec les yeux et avec le coeur; les écouter quand ça ne va pas.
Je sais même écrire et inventer des histoires... où les gens gentils ont toujours raison, où l'on s'aime pour l'éternité, des histoires qui mettent la larme à l'œil, des histoires à la Vincent Delerm, des histoires à la Charlie Chaplin, des histoires où l'on rit, où l' on pleure... des histoires de la vie qui passe quoi, et qui des fois fait un arrêt sur une image tendre.
Moi, j'étais programmée pour être une fée je vous dis, je le sais, je le savais quand déjà toute petite... Je voyais la lumière dans l'œil des grands-mères qui racontaient l'amour de leur vie, je voyais la malice dans le sourire des grandes personnes quand elles arrêtaient de faire semblant et qu'elles retrouvaient enfin le petit garçon ou la petite fille qu'elles n'avaient jamais cessé d'être au plus profond d'elles même... Je savais que dans le crapaud de la mare au fond du jardin, il y a des fois un prince et qu'il ne faut pas le laisser se sauver... Inscrit dans mes chromosomes de base, je vous dis et à tout jamais...
Alors pourquoi ?
Pourquoi y a-t-il eu une erreur de manipulation, là haut dans le grand ordinateur ?
Pourquoi je n'ai pas été lancée au bon moment, au bon endroit ?
Peut être pas la forêt de Brocéliande.... Le top du top en matière de fée... mais j'aurais pu tomber à une époque où les fées étaient utiles, reconnues et d'utilité publique... et surtout où elles n'avaient pas autre chose à faire que d'être... féériques !!!! » »


Article et photos : Christiane Chapé

--------------------------

Info pratique :
* Anne Prost : 06 16 32 26 06

 
 
 
 
 
 



Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.




  



 

LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle