politique

Les DOSSIERS de vivre-a-chalon.com : les élections locales

Vous êtes ici :

MUNICIPALES CHALON : INTERVIEW DE GILLES PLATRET (8/01/08)

8 jan 2008 - par @La rédaction

La désignation de la tête de liste UMP ne s'est pas faite sans difficulté. Quatre candidats briguaient l'investiture et, fin 2007, la décision des instances nationales  de désigner celui qui, encore 8 mois auparavant avait annoncé avoir pris congès de l'UMP, en a surpris plus d'un.
Aujourd'hui, autour d'une équipe qu'il veut rassembler, ce jeune candidat promet "de l'action".

 

 Gilles Platret - Municipales Chalon 2008 - Photo vivre-a-chalon.comM. Gilles PLATRET, qui êtes-vous ?
Un homme neuf profondément attaché à notre région chalonnaise. J'y suis né il y a 34 ans. J'y ai grandi. J'y ai fait mes études jusqu'au bac que j'ai eu au lycée Pontus de Tyard avant de les poursuivre à Paris (Sciences Po, Sorbonne). Le Chalonnais, j'y ai travaillé plusieurs années pour le compte du Journal de Saône-et-Loire. J'y suis devenu papa il y a un peu plus de 4 ans. Et c'est là encore que j'ai créé mon entreprise au printemps dernier, dans le domaine des publications historiques sur Chalon.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours politique ?
La politique m'a passionné, je crois, dès le lycée et j'ai encore un souvenir assez précis des conversations que je pouvais avoir à Bellevue avec mes camarades de classe et mes professeurs ! Presque naturellement, alors que j'avais 22 ans, dans le village de la Côte chalonnaise où je résidais à cette époque, on m'a proposé de me présenter aux élections municipales et j'ai été élu puis réélu en 2001. Je suis donc resté 11 années au conseil municipal, dont 6 comme maire-adjoint et 2 comme délégué communautaire au Grand Chalon. En 2005-2006, j'ai également exercé les fonctions de président du Pays du Chalonnais, une association qui unit autour de grands projets de développement la ville de Chalon-sur-Saône et les 150 communes qui l'entourent, ce qui constitue un bassin de vie de 150.000 habitants. Ca a été une expérience fondamentale pour moi. En politique, j'ai toujours eu mon franc parler, même si ça m'a parfois coûté cher, mais je conserverai toujours ma liberté de penser. A 34 ans, j'ai donc déjà à mon actif une bonne dizaine d'années d'expérience de gestion locale.

Quels sont vos thèmes de campagne ?
Toute mon ambition pour notre ville réside dans ces trois mots simples : « Chalon pour Tous ». Quand je dis « Chalon pour Tous », ça signifie que je veux être le maire de tous les Chalonnais, que je veux travailler avec l'ensemble des Chalonnais, quels que soient leur quartier, leur génération, leurs opinions politiques. Quand je dis « Chalon pour Tous », ça veut dire que je me retrousserai les manches au profit de tous les Chalonnais, sans exception : être à leur côté pour faciliter leur vie quotidienne, améliorer leur qualité de vie, les aider lorsqu'ils sont dans la détresse, travailler dur pour faire venir à Chalon les entreprises qui leur offriront un emploi. Bref, « Chalon pour Tous », ça veut dire que le maire de Chalon doit d'abord et avant-tout aimer les Chalonnais. On ne fait pas de politique, on ne brigue pas une fonction aussi importante si on n'aime pas les gens. Vraiment, c'est pour moi la condition première de l'engagement et c'est comme ça que je m'engage dans la campagne municipale pour Chalon.

Pour vous, quelles sont les priorités pour Chalon ?
Si les Chalonnais me font confiance, le maire de Chalon que je serai aura à cœur de travailler à la diversification économique de la région pour étoffer le tissu des petites et moyennes entreprises, tout en confortant également le pôle nucléaire Bourgogne, lui aussi grand pourvoyeur d'emplois pour les Chalonnais. Ca signifie qu'il faudra adapter l'offre de formation à la demande pour que les jeunes de Chalon puissent trouver un emploi sur place, dans leur région.
Pour maintenir et même attirer les jeunes sur Chalon, j'ai l'intention de mener avec mon équipe un projet universitaire, qui me semble essentiel pour notre ville. Mais offrir aux jeunes une formation ne serait pas suffisant si on ne leur offrait pas également les moyens de se sentir bien dans leur ville. C'est pourquoi je travaillerai à la réalisation de trois projets capitaux : un multiplex, une discothèque, une médiathèque. Ca me paraît essentiel.
En agissant ainsi, je suis sûr que nous pourrons inverser la tendance démographique, c'est-à-dire retrouver le cap de 50.000 habitants dont Chalon a besoin pour assurer sa mission de capitale de la Bourgogne du Sud. Dans le même temps, l'effort social de la ville sera renforcé pour que Chalon soit efficacement aux côtés des Chalonnais qui ont besoin de l'aide de la collectivité. Nous mettrons en même temps l'accent sur la politique du logement, essentielle pour assurer un mieux-vivre à Chalon.
Pour que tous les Chalonnaises et les Chalonnais se sentent bien dans leur ville, nous mettrons également le paquet sur le développement durable, pour lequel Chalon est déjà citée en exemple, mais qui sera la préoccupation n°1 que nous placerons au cœur de toute la politique municipale. Je nommerai par conséquent une adjointe ou un adjoint spécialement chargé de veiller à ce que les politiques municipales préservent l'avenir de nos enfants. Ca passera par une délégation transversale ayant en charge l'environnement, mais aussi l'urbanisme, la voirie et les déplacements urbains.
Enfin, il faut que Chalon bouge. Et, pour ça, que la culture soit populaire. Encourager les pratiques culturelles amateurs sans pour autant renoncer à la programmation d'excellence qu'on connaît, offrir aux associations chalonnaises (et je n'oublie pas que je suis président d'association dans cette ville depuis 8 ans) un interlocuteur unique en mairie, voilà quelques-unes de mes priorités. Je créerai pour cela un adjoint dont la mission exclusive sera de travailler au lien social et à la vie associative.
J'ai par ailleurs déjà annoncé, lors d'une visite sur le terrain au Stade, que je serai un maire de Chalon à temps plein, consacré entièrement à Chalon, ce qui me permettra d'être présent chaque semaine dans tous les quartiers de la ville parce qu'il est essentiel que les Chalonnais puissent voir leur maire en direct et discuter de vive voix avec lui de leurs problèmes de vie quotidienne.

Si vous êtes élu, comment allez-vous gérer votre activité publique de conférencier et la communication en tant que Maire ?
J'ai cette chance de ne pas être un « apparatchik », comme on dit. Ma vie, je n'attends pas une indemnité de fonction pour la gagner ! Mon entreprise me permet d'être en contact avec le public, par le biais de mes conférences. C'est ma profession mais aussi un vrai plaisir pour moi. Pendant la campagne municipale, à laquelle je me consacre tout entier, j'ai décidé de mettre mon activité professionnelle entre parenthèses. C'est un risque personnel que j'assume entièrement. Si je suis maire demain, nous verrons bien comment je m'organise. Mais que les gens qui m'ont fait jusqu'à présent le plaisir de venir m'écouter parler d'histoire se rassurent : je ne lâcherai pas le morceau comme ça !

A quelle question auriez-vous aimé répondre ?
A la dernière que vous allez me poser dans cet interview : m'adresser directement aux Chalonnais, ce que j'aime faire avant toute chose !

Pour conclure, en quelques mots, quel est le message que vous souhaitez adresser aux Chalonnais ?
Ce que je veux vous dire, Chalonnaises et Chalonnais, c'est ma détermination à vous proposer un contrat pour l'avenir de notre ville. En 25 ans, Chalon a profondément changé, notre ville s'est transformée, elle s'est équipée, elle s'est embellie. Elle est aujourd'hui citée en exemple en France entière dans bien des domaines. Cela n'empêche pas que nous sommes à la croisée des chemins, que de nouveaux défis se posent à nous, que nous devons relever sous peine de décliner.
Il faut pour ça que nous prenions un nouveau cap. Et c'est ce cap que je vous propose au cours de cette campagne électorale qui commence. Un cap vers une économie qui se diversifie et qui offre davantage d'emplois. Un cap vers une qualité de vie qui s'améliore parce que le maire que je serai y consacrera tout son temps et toute son énergie. Un cap vers une ville où toutes les générations se sentiront bien. Un cap où les quartiers seront une préoccupation quotidienne de la mairie. Un cap où le maire de Chalon, avec toute son équipe, sera au service exclusif des Chalonnais.
J'ai cette envie. J'ai cette ambition. J'ai cette passion. Cet amour pour une ville, pour notre ville. Cet amour pour notre cité qui sera belle à vivre si elle est, demain, « Chalon pour Tous ».

 



 
468 page pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle