thema

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

Les tops et les flops des TPE en 2018 par la FCGA

1 mai 2019 - par FCGA
Secteur par secteur, profession par profession, tour d'horizon des "tops" et des "flops" des petites entreprises de l'artisanat, du commerce et des services en 2018. Une enquête exclusive de la FCGA, réalisée en partenariat avec Banque Populaire

Observatoire de la petite entreprise n° 72 FCGA - Banque Populaire


Les tops


1. Les taxis ................................................................................+ 4,3 %

2. Les détaillants en fruits et légumes .......................................+ 2,1 %

3. La charcuterie artisanale .......................................................+ 2,3 %


Les flops

1. Les boutiques de prêt à porter ..............................................- 5,6 %

2. Les détaillants en chaussures ..............................................- 5,2 %

3. Les commerces de cycles et de scooters .............................- 4,8 %

Une stabilité générale mais des performances inégales... En 2018, l’indice moyen d’activité des petites entreprises du commerce, de l’artisanat et des services s’établit à -0,8% (après -1% l’année précédente). Un taux annuel qui intervient dans un contexte de net ralentissement de la croissance française : +1,5% (après +2,3% en 2017).

Globalement, les TPE résistent donc plutôt bien à la dégradation de la conjoncture économique nationale et poursuivent le mouvement de reconstitution de leurs chiffres d’affaires déjà observé un an plus tôt. Mais cette stabilité générale dissimule d’importantes disparités sectorielles.

Sur les 12 secteurs d’activité analysés, 5 enregistrent un chiffre d’affaires en progression nette, 3 améliorent relativement leurs performances en réduisant le volume de leurs pertes et 4 affichent un chiffre d’affaires en recul.


Le palmarès des secteurs
5 secteurs enregistrent un chiffre d’affaires en hausse :

- Les transports : +2,5% (contre +1,1%% en 2017)

- Les métiers de la santé : +1,6% (contre -0,6% en 2017)

- Le commerce de détail alimentaire : +0,6% (contre -0,7% en 2017)

- Les cafés, hôtels et restaurants : +0,5% (contre +0,2% en 2017)

- La vente et la réparation auto : +0,5% (contre +0,2% en 2017).


3 améliorent relativement leurs performances :

- La beauté-esthétique : -0,5%% (contre -1,1% en 2017)

- La culture et les loisirs : -2,9% (contre -4,4% en 2017)

- L’équipement de la maison : -0,8% (contre -2,7% en 2017)



4 secteurs enregistrent un chiffre d’affaire en recul :

- L’équipement de la personne : -4,9% (contre -2,2% en 2017)

- L’artisanat du bâtiment : -1,7% (contre -1,3% en 2017)

- Les services : +0,3% (contre +1,6% en 2017)

- Les entreprises de parcs et jardins : +1,7% (contre +2,2% en 2017)


4 grands enseignements à retenir

- 5 secteurs sur 12 présentent des taux d’activité positifs compris entre +0,5% (vente et réparation auto ou cafés-hôtels-restaurants) et +2,5% (transports). Une proportion identique à celle de l’année précédente et qui confirme la stabilité globale des TPE en 2018.

- Le commerce de détail alimentaire retrouve des couleurs (+0,6% après -0,7%). 7 professions sur 9 affichent un taux d’activité positif compris entre +0,6% (crèmerie-fromagerie) et +2,3% (charcuterie artisanale). A l’exception de la boulangerie-pâtisserie (-0,1%) et de la poissonnerie (-1,7%), tous les artisans et les commerçants de l’alimentation enregistrent une progression de leur chiffre d’affaires.

- L’artisanat du bâtiment s’enlise (-1,7% après-1,3%).

Exception faite des entreprises de plâtrerie-staff-décoration dont la croissance quasi nulle (+0,1%) ne saurait rattraper la performance moyenne du secteur, toutes les autres professions de l’artisanat du bâtiment enregistrent des chiffres d’affaires en baisse : entre -0,6% pour les plombiers et -3,1% pour les terrassiers.

- L’équipement de la personne accentue ses pertes (-4,9% après -2,2%).

Déjà fragilisé l’année précédente, le secteur s’effondre en 2018. Parmi les professions les plus touchées : les magasins de prêt-à-porter ( -5,6%), les détaillants en chaussures (-5,2%) et les boutiques de mercerie-lingerie-laine (-4,5%).


Le hit parade des professions

Les tops
1. Les taxis : +4,3%

Avec un chiffre d’affaires en hausse de 4,3% (contre +0,7% l’année précédente), les chauffeurs de taxis réalisent - toutes professions confondues - la plus forte progression d’activité en 2018. Les artisans du transport de personnes roulent loin devant les autres métiers analysés et s’imposent comme les véritables champions économiques de ce palmarès annuel. Une belle revanche sur les VTC !

2. La charcuterie artisanale : +2,3%
La charcuterie artisanale se positionne en tête du commerce de détail alimentaire, talonnée par les détaillants en fruits et légumes (+2,1%) et les cavistes (+1,5%). Un retour en force qui s’explique par le succès des nouvelles recettes des artisans charcutiers, qui réconcilient plaisir et santé. Moins gras, moins chargés en nitrites, les produits traditionnels conservent néanmoins tous leurs atouts gustatifs.

3. Les détaillants en fruits et légumes : +2,1%
Come-back gagnant pour les commerces de fruits et légumes en 2018 ! Un an plus tôt, la profession avait pourtant enregistré la plus forte baisse d’activité du commerce de détail alimentaire (-3,0%). Stimulée par le succès des produits bio, la vogue des légumes oubliés et de la fraiche découpe (fruits frais préparés sur place et prêts à consommer), elle retrouve les faveurs des consommateurs.

Et aussi : les pharmaciens (+1,7% contre -0,6%), les cavistes (+1,5% contre -1,1%), les magasins d’alimentation générale (+1,1% contre -1,6%) ...

Les flops

1. Les boutiques de prêt-à-porter : -5,6%
C’est le plus gros flop de l’année... Les boutiques indépendantes de prêt-à-porter enregistrent la plus forte baisse de chiffre d’affaires, toutes professions confondues : -5,6% (après -2,2% un an plus tôt). Trois facteurs principaux peuvent expliquer ce fiasco : les arbitrages budgétaires des consommateurs, la concurrence de la vente en ligne et l’essor du marché de l’occasion évalué à 1 milliard d’euros par l’Institut français de la mode. Selon une étude du même organisme, l'année 2018 « devrait figurer parmi les pires depuis dix ans ».

2. Les détaillants en chaussures : -5,2%
Vente en ligne, enseignes spécialisées, rayons dédiés des grandes surfaces, nouveaux concepts low-cost... Les détaillants en chaussures subissent la concurrence agressive d’une multiplicité d’acteurs qui menacent les parts de marché des 4000 entreprises du secteur et leurs 5350 magasins. En chute de 5,2% en 2018, l’activité a aussi souffert de la crise des « gilets jaunes » qui a sérieusement affecté la fréquentation des points de vente en fin d’année.

3. Les commerces de cycles et de scooters : -4,8%
Après une remarquable année 2017 (+4,5%), les marchands indépendants de cycles rétropédalent en 2018 avec un chiffre d’affaires en baisse de 4,8%. Conséquence des restrictions drastiques d’accès à la prime d’Etat et aux aides locales pour l’achat d’un vélo à assistance électrique ? Pourtant, selon les données de l’Observatoire du cycle, le marché du cycle a poursuivi sa croissance en 2018 avec plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires (+ 2,3 %) et plus de 2,7 millions de vélos vendus.

Et aussi : les boutiques de lingerie (-4,5% contre -0,9%), les boutiques de vêtements enfants (-4,1% contre -4,4%), les magasins de bricolage (-3,5% contre +1,3%) ...
 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle