thema

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

Le princesse Libellule déteste les contes de fées...

22 mars 2017 - par Michel Bonnet

Un conte est une construction de l’imaginaire pour aider à comprendre la vie, les autres et soi-même. C’est essentiel à la vie humaine et bien souvent sa forme initiale a été l’oral. Du coup, les générations qui se suivaient se réappropriaient les contes, les transformaient, les faisaient vivre… y compris en les passant à l’écrit ! Les frère Grimm, Charles Perrault et Christian Andersen – pour ne citer que les plus connus – nous ont ainsi transmis leurs versions de ces contes…

 

La bande dessinée, elle aussi, s’est mise à s’approprier ce patrimoine de l’humanité et on a pu ainsi découvrir une série comme Garulfo qui a enchanté des milliers de lecteurs avec la vision des contes d’Alain Ayroles… Mais c’est une autre histoire, pas celle dont je voudrais vous entretenir aujourd’hui… En effet, c’est de la Princesse libellule que je voudrais parler aujourd’hui.

 

 Le troisième tome, Princesse Libellule déteste les contes de fées, vient de sortir et il clôt ce cycle de trois ouvrages qui raconte tout de la vie torride de cette femme qui attend dans son château son Prince charmant… Seulement, voilà, les Princes charmants ne courent pas les forêts et quand il en passe un, il n’est pas certain qu’il fasse les yeux doux à Libellule… Plusieurs éléments sont à préciser pour mieux aborder cette série. Tout d’abord, dans ce dernier album, la quête d’amour et d’eau fraiche de Libellule va trouver une fin. Donc, comme dans tous les contes, tout finit par s’arranger, même mal… Enfin, ça dépend pour qui !

 

Deuxièmement, ce n’est pas une bande dessinée qui raconte un conte mais une aventure qui s’appuie sur les contes, qui les parodient, qui les changent, qui les déforment, qui les aiment… Il y a donc des allusions multiples, des clins d’œil et des citations – textuelles ou visuelles – et j’avoue que le lecteur s’en donne à cœur joie ! Enfin, on s’amuse et on rit car cette histoire est pleine d’humour… Un petit coup de projecteur sur les animaux qui sont truculents comme ces oiseaux de toutes les couleurs qui m’ont enchanté et qui sont pertinents… et je ne parle pas que de Moineau, conscience de Libellule…

Bref, une belle histoire qui peut convenir à un très large public. Ah, j’oubliais la morale de cette histoire ! Oui, dans les contes, il y a toujours une morale… Je pense que la morale pourrait se résumer ainsi : si tu en as marre d’attendre, alors prend ton destin en mains !

 
 
 
 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
468 page pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ


 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle