vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mardi 21 novembre 2017

Bonne Fête Présentation de Marie

Photo de Chalon

entre nous

Entre-nous : ça se passe à Chalon !

Vous êtes ici :

La CFDT pour une filière nucléaire française plus forte

14 nov 2017 - CFDT

Au 1er janvier 2018, la nouvelle société NEW NP (ex AREVA NP) sera arrimée au Groupe EDF.

Dans ce cadre, deux délégations : La Fédération Générale des Mines et de la Métallurgie CFDT et la Fédération Chimie Energie CFDT visiteront demain 14 novembre les usines du Creusot et de Saint-Marcel afin d’appréhender les conditions sociales et techniques de production et échanger sur des questions de politique industrielle dans le secteur du nucléaire.


Pour une filière nucléaire française plus forte :


Les équipes CFDT EDF et AREVA NP engagées aux côtés des salariés
Au 1er janvier 2018, la nouvelle société NEW NP (ex AREVA NP) sera arrimée au Groupe EDF. Ce
processus, débuté depuis plus de 2 ans et imposé par l’Etat, est donc en phase de finalisation.
Souhaitons que cela permette aux salariés du New NP, après cette longue période d’incertitude, d’enfin
renouer avec une certaine stabilité. Ainsi, des activités d’ingénierie, du cycle du combustible en passant
par la forge et la fabrication des équipements (lourds et mobiles) et le service en centrale, la société
NEW NP se recentre sur son coeur de métier historique « les réacteurs ».
La recapitalisation par l’Etat du Groupe AREVA, associée à son découpage, conduit NEW NP à repartir
sur une base financière plus saine et dérisquée des contrats problématiques.
La CFDT conserve quelques inquiétudes concernant la position de filiale que la société NEW NP
occupera désormais au sein d’EDF, et à savoir concernant :
- l’entrée d’actionnaires minoritaires au capital du NEW NP, avec quelles contreparties ;
- le peu d’engagement pris par la Direction EDF afin de garantir la pérennité du périmètre actuel
du NEW NP ;
- les enjeux sociaux liés à la constitution d’une nouvelle société filiale ;
- le fonctionnement à moyen et long terme de l’entité commune (EDVANCE) d’ingénierie des
réacteurs ;
- la stratégie du NEW NP avec EDF majoritaire au capital (marché du démantèlement, acquisition,
R&D, appel d’offre pour renouvellement du parc français, construction nouveaux réacteurs, …).
NEW NP, EDF ainsi que la filière nucléaire française a maintenant besoin d’une vision claire et d’une
stratégie en adéquation avec les perspectives du marché. La CFDT rappelle qu’une politique de filière
dirigée par l’État doit enfin être mise en place pour que les activités industrielles en France, ne se
retrouvent pas à nouveau fragilisées et les emplois associés menacés.
La CFDT EDF et AREVA NP (futur NEW NP) a depuis plusieurs mois oeuvré conjointement pour
défendre la filière nucléaire française. En effet, nous avons su nous associer pour exprimer l’importance
du contrat anglais EPR HPc primordial pour le plan de charge de la filière complète et plus
spécifiquement pour les usines et l’ingénierie. La CFDT continuera le travail collectif engagé pour que
l’intégration sociale du NEW NP au sein du Groupe EDF.


Communiqué Métallurgie CFDT et la Fédération Chimie Energie CFDT

 


Un ministre de la transition écologique face au principe de réalité
Conscientes des difficultés techniques, industrielles, mais aussi sociales, les fédérations
Chimie-Energie et Métallurgie CFDT accueillent favorablement et avec intérêt, la volonté
de Nicolas Hulot, en pleine COP 23, de revenir sur l’objectif inscrit dans la loi de
transition énergétique adoptée en 2015.
Cette annonce, frappée de bon sens, revient sur la promesse du candidat Hollande de
ramener la part du nucléaire de 75 % à 50 % de la production d'électricité en France à
l'horizon 2025, le ministre ayant estimé que ce serait impossible sauf à relancer la
production d’électricité à base d’énergie fossile et remettre en cause les engagements
de l’accord de Paris.
La CFDT est également favorable à la baisse de la part du nucléaire dans le bouquet
énergétique, elle propose, de longue date, 60% à l’horizon 2030. Ceci laisserait plus de
temps pour modifier les réseaux, rentabiliser le parc existant condition nécessaire pour
une électricité bon marché. De plus, cet horizon permet la mise en place d’une transition
sur la base d’énergies renouvelables, sans passer par un relai de production à base
d’énergies fossiles. Cela donne également plus de temps pour gérer les transitions
industrielles et leurs impacts sociaux, notamment dans les territoires.
La transition énergétique est un véritable challenge pour notre pays, d’autant qu’il
dispose aujourd’hui d’une électricité parmi les plus faiblement carbonées d’Europe. C’est
un avantage que nous devons préserver pour rester cohérent avec notre ambition
internationale en matière de lutte contre le changement climatique.
Nos deux fédérations CFDT sont prêtes à s’engager pour une transition réaliste,
s’investir dans l’établissement de la nouvelle trajectoire d’évolution d’un mix énergétique
diversifié, poser les enjeux pour la filière nucléaire (prolongation du parc actuel,
traitement et recyclage, sécurité des installations, compétences), réfléchir à une
transition durable et surtout socialement juste.

 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
  pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle