entre nous

Entre-nous : parlons livres

Vous êtes ici :

L'été c'est fait pour lire et prenons la direction de la mer...

10 août 2018 - Bonnet Michel

L’été c’est fait pour lire et comme j’aime bien tout lire, il n’y a pas de raisons objectives pour que je ne vous présente pas, une fois ou l’autre, un abécédaire. Il faut dire quand même que le format abécédaire n’est pas toujours des plus agréables à lire – même si j’en ai commis un il y a quelques années sur Jean-Paul II – car cela peut vite sembler décousu. Part contre, je reconnais que ce n’est que très rarement le cas avec les ouvrages de la collection « Dictionnaire amoureux… » car la passion transparait très vite dans le texte créant un véritable lien entre les rubriques. Mais quand l’auteur est Yann Queffélec, plus aucun souci, car on a le sentiment que le livre est d’abord écrit de façon classique avant d’être découpé en rubriques… à moins que l’auteur après avoir écrit ses rubriques jouent au maçon pour reconstruire le lien… Dans les deux cas, on a un livre à double entrée : soit on cherche les rubriques désirées dans une table alphabétique soit on dévore le livre de la première à la dernière page ! C’est comme si on avait deux livre, un texte poétique, passionné et génial et un Dictionnaire amoureux… Deux pour le prix d’un, qui dit mieux ?

 

J’ai deux ouvrages de cette collection signés Yann Queffélec, le « Dictionnaire amoureux de la Bretagne » et le « Dictionnaire amoureux de la mer ». On pourrait croire que chez lui cela relève de la redite, de la répétition ou du radotage, mais, en fait, c’est beaucoup plus fin que cela… Alors, même si cela m’est difficile de rester objectif sur de tels sujets, je vais essayer de rester calme et lecteur attentif !

 

L’ouvrage sur la Bretagne était sorti en 2013 et je l’avais dévoré sagement et prudemment. Il faut dire que Queffélec n’est pas n’importe qui, il est le fils d’Henri Queffélec, un romancier que j’ai lu plus jeune et qui symbolise une forme de Bretagne classique… Yann est aussi romancier mais au départ il n’est pas pour moi spécifiquement breton ou marin, il est homme de lettres. Certains de ses romans m’ont touché comme « Happy Birthday, Sara » pour lequel je devais l’interviewer… mais il m’avait posé un lapin ou oublié sur le quai…  Donc, disais-je, je suis entré dans son livre sur la Bretagne et au bout de quelques pages je fus séduit, touché, bouleversé… Je le lisais dans l’ordre et rien ne me faisait dévier : Abalone, Aber, Ankou

 

Là, il faut que je précise que dès la première rubrique, il positionne et date les choses : « Aber-Ildut, 1er juin 2009, dix-neuf heures, marée basse ». Or, dès mon plus jeune âge, j’ai passé des vacances à Penfoul, petite plage de la commune de Landunvez où mon grand-père louait tous les ans une maison qui lui permettait de recevoir ses enfants et petits-enfants, à deux pas – si je puis dire – de l’aber-Ildut. Mais ce n’est pas tout ! Chaque année, dès que l’on arrivait en Bretagne pour les vacances, nous changions d’heure. Nous passions aux heures de marées qui allaient rythmer nos activités estivales, du début à la fin ! Enfin, la ville référence était bien Brest la blanche, Brest même comme on dit là-bas, ville de naissance du père de Yann et ville dans laquelle j’ai été étudiant durant deux années universitaires… Oui, je ne peux que l’avouer, j’étais touché au cœur de ma mémoire et d’une partie de ma vie…

 

Or, après cette expérience de lecture qualitative et émotionnelle, voici que le même auteur récidive avec un « Dictionnaire amoureux de la Mer »… et j’ai bien sûr immédiatement cédé à l’appel de l’océan… Oui, je dis Océan car mer et océan se mêlent dans cet ouvrage ce qui est bien normal car « notre » Bretagne est bordée par la Manche, la mer d’Iroise, l’Océan Atlantique… C’est ainsi, on nous a tout donné dès le départ ! Bon, je précise bien que ce dictionnaire amoureux est plus vaste et que l’on parle bien de la mer en général… Il y a même une rubrique sur la Méditerranée ! D’ailleurs, citons quelques lignes, juste pour le plaisir :

 

« J’arrivais en Finistérien borné pour qui la mer c’est l’océan. Pour qui la Méditerranée c’est… Eh bien c’est inexistant. C’est la mer sans être la mer, la marée n’y est pas, le beurre n’y est pas… » Oui, c’est vrai que pour nous cette « petite » mer intérieure n’est pas attractive. A se demander même comment Homère à pu s’y perdre quelque peu…

 

Bon, tout cela pour vous dire que ces deux dictionnaires amoureux sont délicieux et doivent se savourer avec modération, bonheur et plaisir car si l’été c’est fait pour lire le paradis terrestre, lui, est bien en Bretagne ! Alors, si vous ne pouvez pas y aller cet été, si vous êtes obligés de revenir en Bourgogne ou Lorraine pour travailler, le « Dictionnaire amoureux de la mer » vous offrira quelques embruns iodés signés Yann Queffélec !

 

Bonne lecture et à demain !  

 
 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle