entre nous

Entre-nous : parlons livres

Vous êtes ici :

L'été c'est fait pour lire Amélie Nothomb

13 sept 2019 - Bonnet Michel

L’été c’est fait pour lire et quand on arrive à la fin de l’été on est aussi confronté à la pile majestueuse des livres de la rentrée. Alors, puisque l’un de ces romans est le petit nouveau d’Amélie Nothomb dont tout le monde s’accorde à dire et penser qu’il s’agit un bon cru, je me suis souvenu de cette femme que j’ai eu la chance de rencontrer dès son premier roman… Puis, d’année en année, durant sept ou huit, nous nous sommes retrouvés lors de ce salon que l’on aimait bien, Le livre sur la place de Nancy… Amélie Nothomb a une forme d’écriture boulimique puisqu’elle publie un livre par an depuis son premier roman, Hygiène de l’assassin !

 

Au début de nos rencontres, je la trouvais tout simplement sympathique, accessible, naturelle. Puis, j’ai senti qu’elle se fabriquait un personnage, une image, un look… J’avais le sentiment qu’elle cherchait à se protéger comme si elle était timide et qu’elle voulait échapper à la médiatisation excessive de sa personne. Du coup, elle donnait en pâture son personnage et restait cachée dans l’ombre… Vous croyez savoir qui elle est et en fait peu la connaisse en profondeur…

 

J’entends souvent beaucoup de mal de son écriture, de la facilité dans laquelle elle se complairait, des thèmes récurrents qu’elle utilise jusqu’à saturer les pauvres lecteurs. Littérature facile signifierait-il mauvais ouvrage ? Non, en fait, tout dépend de ce que vous attendez de la lecture du livre. Si vous avez envie de trouver un roman estival, agréable à lire sans provoquer des céphalées infernales, Amélie Nothomb peut vous offrir ce bonheur de lecture que vous recherchez et vous n’avez pas à en rougir. Vous avez même le droit de considérer qu’un roman qui vous apporterait cela serait un bon roman, tout simplement.

 

Un exemple ? Une forme de vie ! Il s’agit d’un roman de 2011 qui existe déjà en format poche ce qui n’est pas un critère de choix mais est toujours bon à prendre par les temps qui courent. Dans les critères qui me pousseraient à choisir ce roman je mettrais la forme. Amélie Nothomb aime jouer avec les formes de ses textes comme elle adore perdre le lecteur avec des personnages qui parfois lui ressemblent, pensent comme elle… Et c’est bien le cas ici. Il s’agit d’un échange épistolaire entre l’auteur et un soldat américain en poste en Irak. Mais c’est aussi un véritable roman car il n’y a pas que les lettres brutes. Roman ? Oui, c’est vrai que l’on n’arrive pas toujours à être certain de la nature des personnages. Cet auteur qui écrit est-ce réellement Amélie Nothomb ? Le doute subsiste jusqu’à la fin… D’ailleurs qu’elle est la marge entre fiction et réalité ? Seul l’auteur le sait… et encore !

 

Notre soldat américain, enfin celui qui s’adresse à l’Amélie Nothomb du roman, a une particularité. Sa taille, son obésité ! Le stress de la guerre le pousse à manger et ce conflit le transforme en monstre, en baleine échouée sur le sable irakien…

 

Le dialogue par texte interposé permet à Amélie de traiter, à sa façon, un certain nombre de thèmes qui lui sont chers : la correspondance avec ses lecteurs, l’alimentation, le corps, l’empathie…

 

Alors bien sûr, Amélie Nothomb va jouer avec le lecteur en provoquant une surprise de taille alors que tout semblait joué et acquis. Je ne vous en dirai pas plus, mais cela va nous faire changer notre regard sur cette correspondance et certains n’hésiteront pas à relire le livre, ce qui sera sans conséquence sur votre vie privée car tout cela se vite et bien…

 

Le thème de la nourriture chez Amélie Nothomb est récurrent et c’est aussi le signe d’une forme de mal être profond. Non, elle n’a pas encore réglé tous ses problèmes existentiels et elle se soigne en écrivant… C’est du moins ce que je pense en évitant de glisser dans une sorte de thérapie de salle de bain ou de cuisine, certains diraient de comptoir…

 

Nous voilà donc avec un bon auteur estival, un roman sympathique et ce sera aussi, pour certains, l’occasion de lire, de découvrir d’autres textes d’Amélie Nothomb comme Le sabotage amoureux, Combustibles ou Acide sulfurique… Vous pourriez presque tout lire puisque l’été c’est fait pour lire ! Alors, du coup, n’oubliez pas le petit dernier, Soif !

 

Bonne lecture à tous !

 
 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ


 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle