entre nous

Entre-nous : C'est vous qui le dîtes !

L'émouvant hommage à Jean Desplaces, une figure de la Bresse Louhannaise

17 août 2012 - DERIOT Daniel

C'est en présence d'une assistance émue et recueillie que se sont déroulées, jeudi en début d'après-midi à Lons le Saunier, les obsèques de Jean Desplaces qui a été maire de Savigny en Revermont.

Avant d'étre un élu local apprécié, ce personnage a été un citoyen épris d'idéaux républicains, socialistes et laïcs. Tour à tour, Joseph Petitjean au nom du groupe des libres penseurs du Jura et du Revermont, Philippe Routhier, l'actuel premier magistrat de la localité dans laquelle résidait le défunt et Denis Lamard ont au cours de leurs allocutions respectives rendu un vibrant hommage à Jean Desplaces.

Si Pierre Joxe, ami personnel de M. Deplaces, n'a pu être présent, le ministre Arnaud Montebourg était aux côtés de la famille, des camarades et amis de l'ancien maire. M. Routhier n'a pas manqué de rappeler les réalisations de son prédécesseur alors que Denis Lamard a évoqué l'incendie des locaux de la Grange Rouge.


UNE MEMOIRE DE LA COMMUNE : UN HOMME EPRIS D'IDEAUX...ET DISCRET
Successeur de M. Desplaces aux fonctions de maire en 1989 , Phlippe Routhier a rappelé l'itinéraire de l'élu avec qui il a siégé durant six années. "C'était un homme épris d'idéaux, soucieux de l'évolution de la société. Celui qui avait été un artisan maçon , connaissait parfaitement la commune, les hameaux et ses habitants " a confié l'ancien conseiller général du canton de Beaurepaire qui s'est déclaré "surpris de certains engagemets de son successeur"...Poursuivant, M. Routhier a noté "sous ses deux mandats de maire, de 1977 à 1989 il a contribué à l'évolution de la commune avec plusieurs réalisations"...M. Desplaces a siégé au conseil municipal de 1971 à 1995. Il était titulaire de plusieurs distinctions.


L'HOMMAGE DE L'ASSOCIATION DES LIBRES PENSEURS DU JURA ET REVERMONT
C'est l'ancien président national de l'association des libres penseurs, Joseph Petitjean qui , au nom du groupe Jura-Bresse-Revermont, a prononcé l'allocution funèbre en hommage à son ami personnel mais aussi à celui qui était membre actif de ce courant de pensée.

" Sa disponibilité sans limites , fit de lui l'Homme de confiance de tous et le conseiller éclairé dans tous les domaines.

Après son parcours scolaire, il quitte l'école à 14 ans, certificat d'études en poche. Son père, artisan du bâtiment, l'initie au métier .A son retour du régiment, Il reprendra l'affaire familiale qu'il gèrera, avec intelligence et réussite jusqu'à sa retraite en 1990.

Son service militaire lui permettra de découvrir le Maroc au sein du 8° bataillon des zouaves .Il en rapportera une grande ouverture d'esprit et une compréhension de l'autre, qui feront partie de sa ligne de vie et de ses engagements permanents.

Elu au Conseil municipal en 1971, il devient Maire en 1977.Nuit et Jour sur la brèche, il est à l'écoute de tous ses administrés, s'employant à résoudre leurs moindres problèmes.

Sa passion du service des autres le fait s'engager de multiples manières. Politiquement déjà: socialiste convaincu, il fait la connaissance de Pierre JOXE et devient une des chevilles ouvrières de la Fête de la Rose. Il nous quitte à la veille de la 40° qu'il évoquait lors de notre dernière conversation.. Son souci de l'instruction et de l'éducation le fait s'engager comme Délégué de l'Education Nationale. Responsabilité qu'il ne quittera qu'en 2010 "par manque de candidats pour lui succéder "disait-il.

Sa dernière préoccupation était en effet :" quelle relève avons-nous préparée ? " Il déplorait le manque d'engagement de la jeunesse dans les associations communales, sociales et philosophiques.

A sa devise " Liberté, égalité, fraternité, il ajoutait : laïcité s'appuyant sur la phrase de Victor Hugo : " Je veux, L'Eglise chez elle, L'Etat chez lui…laïc, exclusivement laïc afin de permettre à Tous de vivre ensemble dans la paix et la fraternité."Ce combat nous l'avons mené ensemble au sein de l'Association des Libres Penseurs jurassiens.

Cet esprit de solidarité et de générosité, il le mit au service de son entourage tout au long de sa retraite .Son jardin fut sa détente et sa fierté bien légitime. Les amis ne repartaient jamais sans une brassée de fruits de saison, quelques haricots ou une botte de carottes.

Hélas depuis quelques mois, peu après le décès de sa sœur, les outils lui étaient tombés des mains...Jean était malade d'être tributaire des autres .Il souffrait d'être diminué, mais il maintenait vivace, au fond de lui-même, cet espoir d'une vie meilleure pour tous. Cette volonté fut bien le sens de son testament philosophique. Personnellement je garderai en mémoire nos échanges lors des dernières élections présidentielles et législatives.
Adieu Jean, tes amis Libres Penseurs, ne t'oublierons pas: tu resteras un modèle pour tous ceux qui t'ont connu, et ensemble nous continuerons de combattre pour que nos idéaux de paix; de justice sociale, et de bonheur "ici et maintenant ", se réalisent avec la jeunesse qui ne peut que s'inspirer de ton exemple.

L'HOMMAGE DE DENIS LAMARD : AU CAMARADE
Secrétaire de la section socialiste de Pierre de Bresse, Denis Lamard qui avait cotoyé M. Desplaces, notamment à la Grange-Rouge, n'a pas manqué de saluer avec émotion et respect les qualités de celui qui est décédé en début de semaine.

"Combien de gens de ma génération qui t ont côtoyé n ont pas pensé que tu ferais notre grand-père idéal?
Tu étais une des rares personnes que je connaisse à regarder toujours devant. Toujours l avenir.
L avenir de la jeunesse était ta principale préoccupation. Dans chacune de tes phrases tu te souciais des jeunes et du monde dans lequel ils évolueraient. Tu voulais ce monde meilleur pour eux. Toujours devant. Toujours l avenir. J ai aimé dans nos discussions ta détermination, tes résistances, tes indignations. Je me souviens de ce matin de novembre 1998. Il faisait froid. Nous étions tous les deux côte à côte et parmi des dizaines d autres personnes impuissantes devant le bâtiment de la grange rouge en flamme et je pleurais. Je pleurais car je pensais surtout à vous, les anciens qui aviez, au début des années 80, donné tant de votre force, vos soirées, vos week end, pour restaurer cette ferme emblématique du patrimoine bressan. Et devant le fruit de votre travail qui partait en fumée tu as posé ta main sur mon épaule et tu m as dit "t inquiète pas ptiot, on va la reconstruire, et tu verras elle sera encore plus belle qu' avant". C était ça, Jean, toujours devant, toujours l avenir.

Alors à mon tour aujourd hui j aimerais te poser la main sur l 'épaule et te dire "t inquiète pas Jean, on va le reconstruire ce monde que tu voulais pour les jeunes, et tu verras, il sera encore plus beau qu' avant" devait conclure Denis Lamard.

 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle