politique

Les élections locales en chalonnais

Vous êtes ici :

Européennes : Marie Thérèse Mutin, première bourguignonne au parlement européenne

21 mai 2019 - par Daniel DERIOT

En 1977, Marie Thérèse Mutin, devient la première femme, à la tête d'une fédération socialiste, celle de Côte d'Or. Maire de Cessey sur Tille, dan le canton de Genlis, cette enseignante a été également conseillère régionale et députée Européen.


-  Quel regard portez vous sur votre action au parlement Européen ?
  "Je n’ai siégé que deux ans au Parlement européen, en fin de mandat (1997-1999). Il n’y avait alors que 15 pays. J’ai pu me rendre compte du travail énorme fait par les députés dans tous les domaines, du nombre de rapports produits. Étant arrivée en fin de mandat, je n’ai pas été chargée d’un rapport spécifique mais j’ai eu l’occasion de travailler avec mes assistants à un sujet qui me tenait à cœur : la question sociale.

Nous avons eu la possibilité d’étudier la protection sociale dans les quinze pays pour, à partir de cette connaissance, faire des propositions afin d'alimenter la « Charte sociale européenne » dont tout le monde parlait à l’époque sans en donner un contenu. Cela a donné lieu à un ouvrage de 150 pages : "Le Contrat social européen."


- Quel et votre plus mauvais souvenir ?
"Grâce au service de presse  de la délégation française du PSE, j’ai pu présenter cet ouvrage à une quarantaine de journalistes au cours de trois repas : à Bruxelles, à Paris, à Strasbourg, des journalistes censés s’intéresser aux questions européennes. Mais la question sociale est le cadet de leurs soucis puisque même l’existence ce livre n’a été signalée dans aucun journal français, en revanche il a fait l’objet d’une page  dans le journal El PaÏs et d’une émission à RFI. Cela fut une déception pour mes collaborateurs et moi qui étions prêts à tous les débats".

-  A Contrario Le bon souvenir :
"Je suis intervenue au nom des socialistes français pour dénoncer l’accord international A.M.I accord qui devait permettre aux multinationales d’attaquer les états s’ils entravaient certaines de leurs actions. Grâce à l’action des députés européens, l’accord ne fut pas signé. La délégation française a dissuadé Lionel Jospin alors premier ministre de signer cet accord.


  Quels regard sur la campagne actuelle ? Et sur la gauche plus particulièrement ?
"Même à cette époque (il y a 20 ans), le parlement avait un certain pouvoir. Il a été augmenté depuis c’est pourquoi, il est désolant, dramatique de voir la campagne s’abîmer dans des querelles de politique intérieure entre Macron et le RN et le slogan dévastateur seriné par LRM : lutte des progressistes contre les nationalistes, niant le clivage droite-gauche. Mais il est encore plus désolant de voir la gauche en miettes qui n’aura en France que quelques élus ne pesant en rien sur les choix cruciaux dans le domaine de la transition écologique et le domaine social.


J’ai écrit en 2016 un livre sur l’agonie du parti socialiste, à la veille de la présidentielle. Depuis la gauche tout entière s’est fracturée, les réseaux sociaux alimentent les divisions, les débats nécessaires sont remplacés par des invectives ou des insultes. Mais je reste optimiste  : par rapport à 2017 et au grand chamboule-tout qui niait la pertinence du clivage droite-gauche, je crois que petit à petit on revient à ce clivage que je pense indispensable. La cuisante défaite qui s’annonce va obliger, sous la pression des électeurs, les dirigeants des différents groupuscules au rassemblement. Ce sera long, il y aura encore des résistances, des ego empêcheurs d’union. Mais « nécessité fait loi  »  : plutôt que de chercher les divergences entre nous, cherchons ce qui nous rassemble et qui est l’essentiel : la justice sociale au service de la transition écologique, c’est à dire tourner le dos au libéralisme triomphant depuis des décennies".


- Mare Thérèse Mutin est éditrice. Elle dirige les éditions " Mutine ".


Prochain volet : -Jean Pierre Raffin, l'associatif "Protection de la Nature", au parlement européen.

 


Tous les portraits :
Européennes : un peu d'histoire locale, portraits

 

 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle