vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

vendredi 20 octobre 2017

Bonne Fête Adeline

Photo de Chalon

entre nous

Sorties à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Espace des arts : Hommage à Lou Reed

17 fév 2017 - Michel Bonnet

Oui, j’ai bien eu la chance de vivre jeudi soir le concert hommage à Lou Reed, Run, run, run d’Emily Loizeau accompagné de Julie-Anne Roth et Csaba Palotaï. Ce fut un moment fort, profond, émouvant et sans rappel selon la grande particularité de Lou Reed lui-même. Lou Reed est décédé à 71 ans, le 27 octobre 2013 et beaucoup de choses ont circulé sur lui, des pires aux moins bonnes, parfois mêmes exécrables…

 

Ce qui semble important pour comprendre Lou Reed – ou du moins tenter de le comprendre – c’est de bien prendre en compte qu’à 17 ans – ses parents ayant découvert son homosexualité – il a dû subir un traitement aux électrochocs pour le ramener à la « normalité » ! Oui, en 1959, il y avait des psychiatres pour proposer ce type de traitements à des parents ! Les parents de Lou Reed, famille juive newyorkaise, voulaient être dans la normalité, dans l’anonymat collectif. Le nom juif avait été changé en un Reed assez américain et cette homosexualité était perçue comme gênante…

 

Il faudra attendre une chanson en 1975, Kill your sons, pour qu’il évoque cela. Quand Emily Loizeau évoque cela elle dit : « Je me dis, il aurait pu en mourir ou sombrer dans la folie. Il a choisi la musique, la poésie, le rock’n roll. Il l’a pris à bras le corps et a dit au monde que sur ce territoire-là, on ne l’aurait pas, que sa normalité en ce lieu, elle pouvait aller se faire foutre. »

 

Cet hommage ne passe rien sous silence des excès du chanteur du Velvet Underground, drogue, sexe, alcool… Le groupe est soutenu financièrement par Andy Warhol et on baigne dans un monde particulier que New York a vu éclore dans les années soixante. Il faut être conscient que Lou Reed à cette époque est complètement inconnu du grand public qu’il méprise d’ailleurs comme cela est très bien évoqué dans le spectacle… Lou Reed quitte le Velvet Underground en 1970, tente de se refaire une santé chez ses parents et commence en 1972 une carrière solo avec un premier tube, magnifiquement interprété par Emily Loizeau hier soir, Walk on the Wild Side…

 

Mais Lou Reed ne s’installe pas dans une carrière simple et tranquille et ses vieux démons ne le quittent pas. Ce qui est fascinant et ce spectacle le met admirablement en lumière, c’est la qualité de sa musique, de ses texte, sa perception du monde, son humanité… c’est parce que l’artiste Emily Loizeau a su le percevoir dans sa globalité que cet hommage est un grand hommage et un très beau spectacle !

 

A la sortie de Run, run, run, on pouvait voir des amateurs comme moi de Lou Reed – ceux qui l’avaient écouté dans les années soixante-dix – et d’autres qui le découvraient, tous unis dans une même émotion, celle transmise par trois artistes de qualité : le chanteuse Emily Loizeau, l’actrice Julie-Anne Toth qui chante aussi avec une belle voix et le musicien complet Csaba Palotaï…

 

Une magnifique soirée coréalisée par l’Espace des arts et le Conservatoire du Grand Chalon.  

 

 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle