entre nous

Actus, Infos, News... parlons du chalonnais et de Chalon !

Vous êtes ici :

Chalon : le Maire commente les résultats de l'audit financier

5 oct 2008 - La Rédaction

Depuis plusieurs mois, quand on interrogeait les adjoints chalonnais sur les projets qu'ils souhaitaient mettre en place, ils se retranchaient souvent derrière un « On attend les résultats de l'audit ».

Eh bien cette période est terminée ! Après en avoir donné la primeur aux élus, le Député-Maire, accompagné de Françoise Verjux-Pelletier, première adjointe, a réuni la presse pour commenter l'étude réalisée par la société spécialisée FCL (Financière Collectivités Locales).

photo vivre-a-chalon.com« Dès notre prise de fonction nous savions que la situation financière de la ville de Chalon était préoccuppante et pour connaitre nos marges de manoeuvre j'ai souhaité faire réaliser une étude par un organisme spécialisé indépendant » indique le maire qui poursuit : « Malheureusement le résultat n'est pas brillant et cela va même au-delà de ce que j'imaginais. Pour autant si la situation est grave elle n'est pas désespérée et nous allons pouvoir prendre en compte ces éléments pour préparer le meilleur budget possible avec un souci de transparence, de rigueur et de volontarisme. Je comprends l'impatience des Chalonnais mais pour construire un budget qui réponde à leurs attentes, nous avions besoin de tous ces éléments pour nous éclairer».

Alors... sans entrer dans tous les détails de ce diagnostic, voici les principales conclusions qui ressortent du travail d'analyse du Cabinet FCL.

1. Une capacité d'épargne affaiblie

Dans tous les budgets, la différence entre les recettes et les dépenses dégage un résultat qui, dans le cas des collectivités locales, doit être réinvesti. Pour un ménage devant acheter un bien, cela constituerait l'apport personnel. Or l'audit financier fait apparaitre que cette capacité d'épargne se réduit d'année en année, les dépenses progressant plus vite que les recettes.
« En moyenne, sur la période 2002-2007 les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 2,3 % alors que les recettes courantes ne l'ont été que de 1,2% ce qui pénalise la capacité d'épargne et l'autofinancement » note le Maire.

 


En brun les recettes courantes - En bleu les dépenses de fonctionnement

 

 

2. Une grande dépendance

Autre élément pointé par FCL : l'extrême dépendance de la ville vis-à-vis de l'Etat ou d'autres collectivités (département, région, etc.) qui fournissent 50% de ses recettes. Or ces financements ont plutôt tendance à régresser. « C'est une fragilité encore aggravée quand l'Etat décide de modifier les critères d'attribution de la Dotation de Solidarité Urbaine ce qui va priver Chalon de 1,6 millions d'€uros ! » souligne Christophe Sirugue.


3. Des dépenses de fonctionnement déséquilibrées

En général les frais généraux sont supérieurs aux subventions. A Chalon c'est l'inverse. « Cela signifie que la ville a abandonné à des organismes de droit privé ou public des pans entiers de missions qui relèvent du service public » indique Christophe Sirugue qui souhaite également « modifier les priorités et mettre en avant l'éducation, la petite enfance, la jeunesse. Pour autant nous ne diminuerons pas les moyens attribués à la culture ou au sport mais ces postes représenteront moins en pourcentage ».

 


Répartition des coûts de fonctionnement des politiques publiques

4. Un effort d'investissement modéré

 

Entre 2002 et 2007, le volume moyen d'investissement a été de 9,4 millions d'€uros par an ce qui est très modéré par rapport à des villes comparables. « On comprend alors l'état dans lequel se trouvent de nombreux équipements municipaux qui n'ont pas été entretenus convenablement. Cela nécessitera des remises à niveaux qui seront autant de moyens que l'on ne pourra mobiliser pour de nouveaux équipements» pointe le Député-Maire.


5. Un niveau de dette élevé

Si on en juge par les chiffres l'encours de la dette a baissé et le taux d'endettement est passé de plus de 100% à 87% en 2007. Christophe Sirugue tempère cependant ce résultat : « En effet, dans la colonne 2007 n'apparaissent pas 10,2 millions d'Euros d'emprunt correspondant à des crédits d'équipements votés mais non dépensés ce qui va alourdir d'autant l'encours de dette réel. Avec cette correction le taux d'endettement remonte à 106% soit le même que celui du début du mandat précédent . Et ce niveau de dette est préoccupant car ces emprunts ont été à 75% souscrits à des taux variables !  Alors quand je vois tout cela... je me dis que nous avons bien fait d'arrêter certains projets comme le déménagement du musée Niepce ou celui concernant le stade Léo Lagrange ».

Augmenter les impôts ? « Nécessairement ! » répond le Maire

Pas besoin d'audit pour savoir que dans le dernier mandat, il n'y avait eu qu'une seule augmentation de la fiscalité (2,5% en 2003). L'ancienne majorité s'en prévalait beaucoup. « Le résultat c'est qu'en se privant d'une évolution raisonnable de 2% par an la ville s'est ainsi privée de 7 millions d'€uros de recettes qu'on ne retrouvera jamais » s'insurge Christophe Sirugue « Et en même temps elle vendait de larges parts du patrimoine municipal. Et cela n'a même pas permis de désendetter la ville. Sans même parler de nouveaux projets, il est déjà impossible de boucler le budget sans recours à une augmentation d'impôts. Nous serions même en incapacité de rembourser nos dettes ».

photo vivre-a-chalon.com« Un point de fiscalité supplémentaire représentent 300 000 €uros » poursuit le maire qui rappelle que 50% des contribuables chalonnais sont exonérés du fait de la modicité de leurs revenus, « avec le simple désengagement de l'Etat sur la Dotation de Solidarité Urbaine il faudrait augmenter les impôts de 6% ! Et je ne vous dis pas quelles sont les préconisations du cabinet d'audit pour rétablir la situation ! Mais la politique consiste à faire des choix et nous pouvons trouver des marges de manoeuvres tout en respectant nos engagements ».

En effet dans les 60 engagements de la liste de Christophe Sirugue figure celui de limiter l'augmentation fiscale au taux de l'inflation. « Nous respecterons cet engagement sur la durée du mandat mais je pense qu'il faudra faire porter l'effort au début pour dégager les moyens nécessaires à la suite. Mais nous le ferons dans la transparence. Chaque €uro demandé en plus sera affecté à un projet nouveau et justifié dans la plus grande transparence. D'ores-et-déjà nous mettons en place un suivi de notre trésorerie quasiment quotidien ! ».

Et Christophe Sirugue de conclure : « Nous allons trouver des marges de manoeuvre en optimisant les dépenses de fonctionnement mais aussi en réduisant les dépenses et le train de vie de la ville. Et cela tout en améliorant et en développant les services municipaux rendus aux Chalonnais. Il est en effet fondamental de développer l'attractivité de la ville pour inverser la tendance et faire revenir des habitants à Chalon ! »

L'audit réalisé, place maintenant à la mise sur pied du budget !
Le Conseil d'orientation budgétaire se tiendra le 18 décembre prochain et le vote du budget interviendra en février 2009.
Sa présentation sera l'occasion d'une réunion publique pour expliquer aux Chalonnais les enjeux et les choix retenus.
Cela devrait les intéresser !

 

 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle