entre nous

Entre-nous : C'est vous qui le dîtes !

Catherine Picard Présidente de l'UNADF s'exprime sur la candidature de M. Cheminade

3 avr 2012 - DERIOT Daniel

Présidente de l'Union Nationale des Associations de Défense des Familles et Individus, Catherine Picard est l'une des rares personnalités en mettre en cause la candidature de Jacques Cheminade. Ancienne Députée socialiste du département de l'Eure de 1997 à 2002, elle a été également conseillère régionale de Normandie.

Catherine Picard, auteur d'un rapport sur le phénomène sectaire avec le député Nicolas About consacre une partie de son temps avec fougue et énergie à l'animation de l'UNADFI. Elle est une figure écoutée sur ces dossiers et sujets sensibles compte tenu de l'engagement sur le terrain, auprès des familles de victime de groupes et associations à caractère sectaire.

Quelle est la position de l'UNADFI à l'égard du mouvement "Solidarité Progrès"?
L’UNADFI a été informé de dérives sectaires par les témoignages de familles qui s’inquiétaient du changement brusque de comportement de leurs enfants faisant suite à leur engagement à Solidarité et Progrès.

Progressivement ces jeunes étudiants se sont opposés à toutes remarques concernant le contenu de ce mouvement et ont cessé d’avoir des relations avec leur famille.
Par ailleurs, l’influence des propos de Lindon Larrouch est omniprésente dans le discours et non contestable.
Certains ont arrêté leurs études et vivent du RSA, travaillant à des actions de propagande, sans être rémunéré, 15 heures par jours.


On ne peut passer sous silence le tragique destin d’un jeune anglais, choqué par des propos antisémites au cours d’une séance de S et P en Allemagne, qui après s’être enfui a été retrouvé mort sur l’autoroute. La justice a classé l’affaire.

Constatez vous à la veille des présidentielle un regain du phénomène sectaire ?
Le phénomène sectaire est toujours présent au cœur de la société. Il s’est diversifié et dilué dans la vie de tous les jours. Dans le domaine de la santé, de la formation professionnelle, du bien être…

A la veille des élections, certains ministres ont réaffirmé leur soutien et rappelé les actions du gouvernement. Paradoxalement les subventions attribuées aux associations de défense de victimes ont fondu. Le ministère de la justice n’a même pas renouvelé la sienne alors que l’UNADFI reste la seule association à se pourvoir partie civile dans de grands procès, dont celui de la Scientologie condamnée en appel pour escroquerie en bande organisée.

Quel bilan ou enseignements se dégagent des actions entreprises par le gouvernement sur les dossiers des sectes ?
Dans le domaine de la formation professionnelle, la loi a permis d’alerter pour sur l’intrusion des sectes dans l’entreprise par le biais d’action de formation. Le ministère de la Santé a crée un groupe de travail de prévention contre les médecines non conventionnelles à visée thérapeutique.

La MIVILUDES rend son rapport annuel au Premier Ministre, sur les affaires de l’année.
Pour autant les Préfet refusent pour la plupart de réunir les associations et les partenaires institutionnels comme la circulaire du Ministre de l’Intérieur les y invitent. Seuls 16 départements le font. Ce qui prouve une défiance voire un désintérêt sur le sujet qui reste sensible dans son traitement.

 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
Tipi.net
  pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle