entre nous

Entre-nous : ça se passe à Chalon !

Vous êtes ici :

Angioplastie coronaire à Chalon sur Saône : incompréhension face à la réponse « indignée » de l'Agence Régionale de Santé (ARS)

21 déc 2017 - Communiqué commun

Coronarographie-angioplastie au Centre Hospitalier de Chalon-sur-Saône
Communiqué de presse du 20 décembre 2017


L’équipe de rythmologie interventionnelle du Centre Hospitalier de Chalon sur Saône tient à
exprimer son incompréhension face à la réponse « indignée » de l’Agence Régionale de Santé (ARS)
du 18 décembre 2017, qui conditionne un éventuel nouveau dépôt de demande d’autorisation
d’angioplastie à « la complète tenue des objectifs sur le renforcement de la rythmologie
interventionnelle à Chalon ». Pourquoi conditionner la prise en charge des syndromes coronariens
aigus à « une complète tenue des objectifs sur le renforcement de la rythmologie interventionnelle à
Chalon » ? De quels objectifs parle-t-on ?


Le Centre Hospitalier de Chalon sur Saône a développé la rythmologie interventionnelle de niveau 2
depuis son accréditation en 2009, avec une qualité reconnue, des seuils d’activité largement audessus
de ceux exigés par l’ARS, une collaboration exemplaire entre les secteurs public et privé de
Chalon comme avec les autres centres du Groupement Hospitalier de Territoire, avec pour corollaire
une réduction considérable des « fuites » historiques vers la région Rhône Alpes. L’ARS le sait.
Nous voyons dans cette attitude une nouvelle manoeuvre pour justifier une position intenable et
retarder encore la décision qui s’impose après la reconnaissance du besoin exceptionnel en
angioplastie de 2016, voire une tentative de diviser l’équipe en cherchant à opposer les médecins en
charge de la rythmologie interventionnelle et ceux en charge du projet d’angioplastie.


Quel centre d’angioplastie en France accepterait de voir conditionner son activité à celle de la
rythmologie ? Quel patient comprendrait qu’un cardiologue lui dise « Désolé, nous ne pouvons pas
traiter votre infarctus car mon collègue doit d’abord poser cinquante stimulateurs cardiaques »?
Nous n’acceptons pas les arguments de l’ARS impliquant la rythmologie interventionnelle dans ce
dossier.


Pour de nombreux patients, la rythmologie et la coronarographie sont liées, si bien que les fuites
résiduelles de rythmologie du Nord Saône et Loire sont induites par l’absence de coronarographie sur
place. Nous préférons transférer des patients relevant d’acte de rythmologie niveau 2, patients qui
pourraient être pris en charge à Chalon, mais dont le bilan nécessite la réalisation d’une
coronarographie, sur des centres disposant des deux activités, angioplastie et rythmologie, afin de
limiter des transports itératifs et fastidieux pour le patient, l’intérêt du patient devant prévaloir. Un
tel centre n’existe pas en Saône et Loire. Il s’agit donc de « fuites d’activité » induites
mécaniquement par les décisions de l’ARS. Cette situation a été expliquée à de très nombreuses
reprises à celle-ci.


Le Centre Hospitalier de Chalon sur Saône a réussi le pari d’une collaboration forte entre les secteurs
public et privé pour développer la rythmologie interventionnelle, avec la participation des
cardiologues libéraux à l’activité de rythmologie interventionnelle de niveau 2 : ce qui a été possible
pour la rythmologie le sera pour l’angioplastie, raison pour laquelle les cardiologues libéraux de Chalon soutiennent sans hésitation le projet d’angioplastie au CH de Chalon et ne conçoivent pas
qu’un territoire comme le Nord Saône et Loire soit dépourvu de coronarographie.


Les tergiversations de l’ARS nuisent clairement aux recrutements cardiologiques attendus en Saône
et Loire et mettent en cause le maintien de nos activités. Cela concerne notamment la rythmologie,
qui ne peut continuer à se développer avec une Unité de Soins Intensifs (USIC) menacée de
disparaître. L’ARS miserait-elle sur le renoncement des cardiologues candidats à renforcer notre
équipe ? Parmi eux, deux sont des rythmologues confirmés qui ne nous rejoindront que si nous avons
des engagements clairs sur la pérennité de la cardiologie en Nord Saône et Loire et sur la possibilité
d’offrir aux patients du territoire les soins du 21ème siècle. L’ARS a reconnu par le passé que le
développement de la rythmologie ne permettrait pas de garantir le fonctionnement d’une USIC
privée des patients coronariens. L’objectif de l’ARS est-il vraiment de développer la rythmologie en
Nord Saône et Loire ?


L’équipe de rythmologie interventionnelle de Chalon sur Saône est solidaire du mouvement et
soutient l’arrivée de l’angioplastie coronaire à Chalon sur Saône en réponse à un besoin de santé
reconnu pour la population du Nord Saône et Loire.

Docteur Cédric NGUYEN, Docteur Pascal SAGNOL, Docteur Clotilde BILLARD, Docteur Christophe
GIRARDOT (cardiologues rythmologues au Centre Hospitalier)

 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle