vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mardi 25 juillet 2017

Bonne Fête Jacques

Photo de Chalon

thema

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

Albert Lebrun, le dernier de la troisième République !

Avec Albert Lebrun, notre président de la République française du jour, nous allons clore dans la souffrance et la tragédie la troisième République. Il faut reconnaitre que ce brave homme a connu successivement la crise économique, les émeutes de février 34, le front populaire, la prise de pouvoir d’Hitler en Allemagne, le début de la Seconde Guerre mondiale et l’arrivée du maréchal Pétain au pouvoir…

 

C’est probablement beaucoup pour un seul homme et, même si on ne peut pas l’exonérer de toute faute politique, on ne peut pas le rendre responsable d’une période gravissime, de tensions internationales à hauts risques et d’un régime français en bout de course. Non, tout ne dépendait pas de lui !

 

Albert Lebrun, Lorrain d’origine, fut un brillant jeune homme qui sortit major de l’École Polytechnique et fut admis à l’École des Mines. Il commence sa carrière politique à 21 ans comme conseiller général de Meurthe-et-Moselle, assemblée départementale dont il deviendra président dès 1906. Il a alors 35 ans.

 

Auparavant, dès 1900, il devient le plus jeune député de la Chambre à 29 ans. Il est élu sous l’étiquette « républicain de gauche ».

 

Il aura quelques petites expériences ministérielles : la Guerre en 1913, les Colonies en 1917, puis la même année, le Blocus et les Régions libérées. Il est connu pour son patriotisme, sa modération, son intelligence, son urbanité et son républicanisme. Il est presque lisse pour tous y compris ses ennemis !

 

Après l’attentat contre le président Paul Doumer, il est élu président le 10 mai 1932. L’instabilité gouvernementale fut étonnante car durant son mandat il y eut dix-neuf gouvernements différents ! On peut citer, par exemple, le gouvernement d’union nationale confié à Gaston Doumergue après les émeutes de 1934, gouvernement qui ne tint que quelques mois en place…

 

Après la victoire du Front populaire en 1936, Albert Lebrun qui ne partage pas cette vision politique songe à démissionner puis confie le pouvoir à Léon Blum. C’est donc lui qui va signer, à contre cœur, toutes les grandes réformes du Front populaire.

 

Côté militaire, tout l’effort sera fait pour construire la fameuse Ligne Maginot, sans pour autant ni la terminer ni la compléter avec des moyens différents. Du coup, l’armée française arrive très démunie face à l’Allemagne qui durant toute cette période s’est réarmée et a développé des concepts offensifs nouveaux et révolutionnaires : l’utilisation intensive du char et du chasseur !

 

La guerre semble inévitable et Albert Lebrun s’incline le 10 juillet 1940 quand les parlementaires accordent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. La troisième République vient de mourir en laissant la place à l’État Français.

 

Longtemps, Albert Lebrun – il décèdera en 1950 – a regretté de n’avoir pas réagi, d’avoir laissé faire… Le général De Gaulle dira d’Albert Lebrun qu’il lui manquait deux choses pour être un bon chef d’État : d’être chef et qu’il existât un État ! De Gaulle tentera de tirer de cet évènement toutes les règles qui permettraient d’échapper dans le futur à un tel naufrage. Ce sera alors, la constitution de la cinquième République et c’est une autre histoire !

 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 

LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle