vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mercredi 22 novembre 2017

Bonne Fête Cécile

Photo de Chalon

thema

Théma, théma, thématiques

Vous êtes ici :

L'été c'est fait pour lire : Le dessin

4 juil 2016 - par Michel Bonnet

Depuis deux semaines, je passe des entretiens, que dis-je, je fais passer des entretiens à des étudiants qui postulent pour la licence professionnelle dans laquelle je travaille. Il s’agit d’une formation sur les techniques et activités liées à l’image et au son. Lors de ces entretiens, je leur demande souvent si la bande dessinée fait partie de leurs lectures habituelles. Généralement, ces étudiants répondent, pudiquement, qu’ils en ont lu jadis, quand ils étaient jeunes mais que maintenant ils n’ont plus le temps d’en lire… En fait, en creusant un peu, on constate qu’ils ne connaissent que très peu de chose de la bédé, seulement les très grands classiques, Tintin, Astérix, Lucky Luke… Réducteur ? Oui, mais c’est assez affligeant de constater que la BD contemporaine est très absente de leurs lectures… Et pourtant !

 

 

 

Prenons, par exemple, un grand auteur contemporain, Marc-Antoine Mathieu… Ah, vous non plus, vous ne semblez pas le connaitre… Quoi, vous n’avez jamais lu ses albums ? Bon, je comprends, il va falloir que j’agisse pour pallier à ces méconnaissances, que ce soit celles de mes futurs étudiants ou les vôtres… ce doit être de ma faute, je ne parle pas assez de lui… Marc-Antoine Mathieu, facile à retenir comme nom… Non ?

 

Prenons, par exemple un de ses albums, Le dessin. C’est un des plus beaux albums de bande dessinée que j’ai eu dans les mains depuis que je suis en âge de lire ce type de livres. Si certains peuvent, parfois seulement j’espère, douter des qualités narratives de la bédé, la lecture d’un tel chef d’œuvre devrait faire évoluer les mentalités… Et ce n’est pas les fans de Marc-Antoine Mathieu qui me diront le contraire, eux qui semblent tomber sous le charme de chaque album, à chaque lecture…

 

Tout commence par un enterrement, celui du meilleur ami, vous savez ce genre d’événement qui vous laisse sans voix, assommé… C’est ce qui arrive à notre pauvre Emile qui accompagne Edouard pour ce dernier voyage.


Mais Edouard n’est pas complètement parti de la vie d’Emile. Il laisse un souvenir, une relique, un de ces petits objets sans esthétique particulière mais qui permet de rester en contact, de vaincre la mort… Mais comme Edouard est un peu joueur, il laisse le choix à Emile de l’objet, avec juste une petite indication, « ne prends que ce qui te plaira… ».


Le choix d’Emile sera délicat et il prendra un dessin, un simple travail qui ne semble même pas terminé, sans couleur, et qui porte un simple titre : réflexion.


Mais à partir de ce début tout simple, Marc-Antoine Mathieu déclenche une histoire qui semble pousser le dessinateur Emile vers la folie. Il se plonge dans le dessin, le dissèque, l’analyse, le reproduit, s’en imprègne jusqu’à oublier tout le reste de la vie… Chaque découverte dans le dessin est une occasion pour l’auteur de nous faire un agrandissement, chaque dessin de Mathieu est digne d’un poster et si j’étais encore adolescent je reproduirai toutes ces œuvres d’art et j’en tapisserai ma chambre… mais je crois avoir passé cet âge, alors je me contente de lire et relire l’album pour m’imprégner du talent de ce dessinateur Marc-Antoine Mathieu qui est vraiment génial.
Après de nombreuses étapes, de la fresque à l’étude des étoiles, Emile va commencer à déposer de la peinture sur le dessin, en noir et blanc, de son ami Edouard. Et là… non, veuillez m’excuser, je ne peux plus rien vous dire car il faut que vous découvrirez vous-même ce qui se cache derrière le noir et blanc…

 

Et ce qu’il adviendra de ce pauvre Emile, qui par amitié va jusqu’au bout de sa quête…


Mais malgré ce jeu avec la couleur, Marc-Antoine Mathieu continue à travailler avec talent, inventivité, talent narratif, pour enchanter le lecteur qui a bien du mal à refermer l’ouvrage. Deux solutions, toutes les deux respectables, soit reprendre systématiquement la lecture à la première page quand vous arrivez à la dernière, soit, et c’est ma solution, ne jamais tourner la dernière page et vous laisser prendre par l’histoire, l’amitié et rester avec Emile au rendez-vous d’Edouard…

 

A vous de choisir ! Mais aussi, puisque l’été c’est fait pour lire, de lire ce travail : Le dessin

 
 


Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.


 
  pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle