vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

dimanche 25 juin 2017

Bonne Fête Prosper

Photo de Chalon

entre nous

Sorties à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Abdulsattar Al Mansour, réfugié syrien, fait découvrir ce week-end la calligraphie

8 avr 2017 - christiane chapé

Abdulsattar Al Mansour, réfugié syrien, fait découvrir ce week-end la calligraphie à la Ferme de Corcelles à Chatenoy-le-Royal …


Ce week-end, à la Ferme de Corcelles, Arlette Pascal a invité Abdulsattar Al Masour, pour animer un atelier sur l’initiation à la calligraphie arabe.

L’histoire d’Abdulsattar, malgré un long périple dans plusieurs pays en guerre… compliqué et douloureux, se termine bien pour lui et sa famille dans notre région.


 

Abdulsattar Al Mansour, a rejoint il y a un an, la communauté de Taizé en Saône-et-Loire, lorsqu’il a du quitter son pays en passant par le Liban.

Il a aujourd’hui le statut de réfugié, et a rejoint notre Bourgogne grâce aux frères de Taizé, avec femme et enfants, au nombre de quatre, qui sont scolarisés dans une commune proche de la communauté des frères.

Dans un camp, il a rencontré frère Maxime, de Taizé, qui l’a sauvé en l’accompagnant en France, à Cluny. Il a obtenu son statut de réfugié et travaille chez un vigneron, mais n’oublie pas la calligraphie arabe qui reste sa passion.

Abdulsattar est très heureux d’habiter en France, mais triste d’avoir dû quitter mon pays pour rester en vie.

Avant le drame, il habitait un village où il était agriculteur … Jusqu’au jour où un missile est tombé à un mètre de lui … Et où il a du fuir, blessé, son pays et passer quatre années au Liban.

Passionné de dessin, de littérature et de bien d’autres choses, il a appris l’arabe littéraire, seul, pendant six années et a ouvert un atelier de calligraphie dans son village.

Il a ainsi aidé les enfants du Liban à extraire leurs traumatismes grâce au dessin … et l’école qu’il a créé a perduré à son départ.

Aujourd’hui, Abdulsattar prends des cours de français à Macon et son épouse apprend le français grâce à l’institutrice des enfants.

Grâce à la Ferme de Corcelles, lieu multi-culturel, et à l’aide bienveillante d’Arlette, il peut continuer à enseigner son art.

Car la Ferme de Corcelles, c’est beaucoup plus qu’un lieu de rencontre artistique, c’est avant tout un lieu de communication où la solidarité s’est installée.

Ce week-end, une quinzaine de personnes se sont initiées à l’art de la calligraphie et partageant un « repas tiré du sac » au cours duquel de belles relations sont nées … et selon les dires d’Arlette, Abdulsattar est un bon pédagogue, montre différents styles de calligraphie en apprenant à tracer les lettres avec patience et technique.

A suivre, car nous en reparlerons dans nos colonnes.

 
 

 

Article et photos : Christiane Chapé

------------------------

infos pratiques :
* La ferme de Corcelles : 7 Rue du Pont, 71880 Châtenoy-le-Roya
* 06 08 04 31 93
* Abdulsattar Al Mansour : 07 86 67 80 67 et page facebook en cours de construction

 

Réagissez / Donnez votre avis





Fermer
  • Web Collaboratif

Ces icônes sont des liens vers des sites de partage de signet sociaux où les lecteurs peuvent partager et découvrir de nouveaux liens.




  



 

LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle