entre nous - chalon sur saone

Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Les billets de V@C

 Ci dessous les éditos de nos Lettres hebdomadaires principales et quelques articles qui éclairent la position de la rédaction de vivre-a-chalon sur l'actualité et... l'actualité de l'actualité :-)

Car comme vous le savez, cela fait longtemps qu'on le répète, on ne délivre plus aujourd'hui l'information comme hier et, "Le journal à la papa, c'est bien fini"  ;-)
 

Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

 
Publicité
 
 

Le billet de V@C : Des mots trop show

Place aux couleurs, aux contrastes, à la lumière, à la chaleur et à la vie ! Enfin...
Côté teintes, la nature explose. Elle nous "allume" littéralement ! On en mangerait presque de l'herbe, des feuilles, des fleurs ! Et l'on n'a de cesse d'écarquiller les yeux sur ces nouveaux contrastes chassant les mornes teintes d'un hiver trop long. On ouvre... L'éclate !


Photo Patrice Josserand

 

Et ils en on vu de toutes les couleurs les participants  à la "Color Run" (entre nous on ne pourrait pas faire preuve d'un peu plus d'imagination pour nommer cette course arc en ciel avec la belle langue que nous possédons ? Faut-il lancer un défi ? Montrer que l'on est capable d'enrichir notre langue, la défendre, sauver des mots, en créer... ). Et si, comme nous et nos photographes, vous vous êtes inquiétés du véritable gazage coloré qui a réjoui tous les participants sachez qu'il s'agit de colorants alimentaires à priori inoffensifs. Sauf pour les appareils photos paraît-il...
Côté chaleur, il y a eu bon nombre de peaux à transpirer du côté des participants aux Burning Days (là aussi on ne pourrait pas faire preuve d'un peu plus d'imagination ? Cesser de jouer les perroquets markétés...).

Nous sommes fatigués de ce "frangliche" qui veut faire court, percutant, branchouillé. Ces mots trop show. Et nous sommes effrayés par la disparition manifeste de l'usage de nombreux mots, synonymes de pertes de nuances et de pertes de liant.

Car ce que l'on ne nomme pas bien ne peut correctement se partager.

Imprimer - - par @La rédaction - 21 avr 2018 - Réagir

Le billet de V@C : No Man's Land

Jacques Higelin le chantait en 77... Il terminait les concerts de ses dernières tournées avec ces magnifiques mots. Ces mots qui nous ont bouleversés et qui nous accompagneront encore longtemps. L'amour, sans même savoir, ce que c'est. *

 

 

   

"

Ce désespoir,
Qui peut te saisir et t'anéantir,
Un soir où le printemps fait claquer ses bourgeons,
Dans la chaleur d'un corps qui se tord et qui se fond le temps d'une illusion
On appelle ça la liberté, la liberté
Qui traque jusqu'au fond du ciel
L'oiseau rebelle aux ailes déchirées, la liberté, la liberté

La liberté, de choisir, l'étendard,
De tes futures désillusions,
Le temps de crever avec,
Et de te sentir vraiment tout con,
Devant, le regard innocent,
D'un enfant, qui se réveille...
Devant le regard, d'un enfant qui se réveille, Et qui dans un sourire, te fait, l'amour,

L'amour, sans même savoir, ce que c'est "

 

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 13 avr 2018 - Réagir

Le billet de V@C : La séve monte

La sève monte. Comme la contestation. On se croirait, sauf l'absence fort remarquée du soleil et de nombreux degrés centigrade, au coeur du printemps tellement fleurissent les revendications mais aussi les propositions de sorties et d'activités en tout genres. Après une longue et habituelle relative somnolence la lumière revient de plus en plus vite et éclaire un agenda qu'on risque bien d'avoir du mail à suivre tellement il est riche. Tout éclate ! Surtout les règles que de nombreux mouvements sociaux revendiquent de débattre ensemble.

Côté loisirs il suffit de consulter les invitations de cette fin de semaine déjà : les Rencards battent leur plein, les rencontres de l'Archipel démarrent jeudi, Guillaume Meurice est Salle Sembat vendredi,  un grand prix de sauts d'obstacles de Chalon en Bourgogne (oui on sait c'est aussi à Chalon... sur Saône), les 50 ans de la vague, le Centre Eden, le salon de la micro-édition... sans évoquer les dizaines d'autres concerts, spectacles, matches, rencontres, films, salons, braderies etc. qui vous sont proposés dans notre agenda.

 

Et on vous a dit que l'opération tulipes contre le cancer démarrait aussi ? Et que Elise Lucet s'opposait à Raphaël Gauvain ?

Côté contestations, nous y reviendrons bien sûr. Il semble bien que, en cette année anniversaire de mai 1968, on n'en soit qu'au début... Point barré.

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 7 avr 2018 - Réagir

Le billet de V@C : La leçon

Quand on voit ce qui peut être fait au nom de Dieu, que reste-t-il au Diable comme activité ? La mort du lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, assassiné par un terroriste a marqué funestement cette semaine. Partout en France et aussi à l'étranger, de façon quasi unanime ce geste a été interprété comme une leçon d'instruction civique et d'éducation morale. Un silence extrêmement respectueux a entouré ce qu'il est convenu d'appeler un acte d'héroïsme et l'hommage national qui a été rendu a été très largement partagé. Dans le silence qu'il convient.

 


La mise en avant d'homme de devoir, d'homme d'honneur, de mission qui dépassent les petits et grands égoïsmes qui font le quotidien de nos actualités apparaît ainsi comme porteur de sens que nous aurions oubliés, de voies dignes et respectables au service de plus grand que soi. 

Contre un fanatisme drapé de religiosité et de rancoeur, une autre certitude, une autre détermination.

Merci de nous lire,

La rédaction
Imprimer - - par @La rédaction - 30 mars 2018 - Réagir

Le Billet de V@C : de toutes les couleurs

Bonjour,

Gris, gris, gris... le ciel est gris. Il y a assurément de quoi broyer du noir ou pire voir rouge pour peu qu'on évite de tomber vert de rage par mimétisme avec une semaine pour les alternatives aux pesticides qui patientait jusque-là tranquillement à l'orange en attendant son tour... 

 


Photo Patrice Josserand

 

Oui, après une St Patrick de Grand Chelem, le vert est encore désiré. Attendu. Prié!  Surtout s'il n'est pas kaki ou de rage, mais couleur de l'espoir. Couleur du changement... couleur de lendemains qui poussent, qui gagnent de la lumière !  Et puis, réjouissons-nous quand-même, nous allons enfin franchir dimanche la ligne jaune qui divise heure d'hiver et heure d'été. Nous allons dimanche passer en mode été... même si c'est aussi en mode anorak que nous risquons d'aller devoir chercher des oeufs, symboles de vie nouvelle.

A l'heure où, parole d'hauteur, le "bleu" chalonnais du gouvernement Macron déclare, blanc comme neige,  que "l'on ne gouverne pas avec l'opinion publique", plutôt que d'espérer la vie en rose il faut s'attendre à faire grise mine, à reprendre un bleu de chauffe ou devoir travailler au noir, à rire jaune, à passer par toutes les couleurs de l'arc en ciel on dirait. Les mobilisations vont elles porter des fruits ?

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 24 mars 2018 - Réagir

Le billet de V@C : Grognes, souffrances, honte

On dirait que la météo se met à l'unisson. Cette fin d'hiver qui ne rend pas les armes voit s'exposer au grand jour les inquiétudes et la détresse des plus faibles d'entre nous. Les retraités et ceux qui s'occupent des populations vieillissantes manifestent leur vif mécontentement vis à vis de politiques qui, en plaçant l'économique et le technique au premier plan,  sont de plus en plus ignorantes de la dignité humaine. Qui l'insultent même.


Comment pouvons nous comprendre, à l'heure de l'accroissement vertigineux des écarts de richesse et de revenus, que l'on fasse un appel à l'effort de ceux qui ont déjà oeuvrés, à qui il a été promis des lendemains apaisés. A ceux qui nous ont élevés, c'est à dire aussi... placés plus haut. A ceux qui sont notre miroir.

Ne pas respecter les anciens et ceux qui s'en occupent avec beaucoup de dévouement est une faute grave. C'est aussi le symptôme d'un monde qui court à sa perte en ne voulant pas affronter en face le seul défi qui compte vraiment : celui de redonner aux mots justice, confiance, promesses, partages et honneur tout leur sens. Celui d'affirmer une identité plus égalitaire et fière.

Sans une remise en question drastique de cette dégringolade annoncée nous courrons à la honte. Pour peu que celle qui risque de nous soumettre existe encore...

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
 
Illustration Vincent Van Gogh
Imprimer - - par @La rédaction - 17 mars 2018 - Réagir

Femmes, un seul jour ? C'est terminé et c'est tant mieux.

D'année en année la "journée" de la femme des droits des femmes prend de plus en plus d'importance. Cette année est en plus particulierement notable après l'affaire Weinstein et les mouvements #balancetonporc ou #metoo. La parole des femmes semble s'être libérée entrainant un raz de marée de dénonciations et dressant un inventaire des pratiques masculines à vomir peu glorieux.

 


 

Nous avions déjà eu souvent sur notre site l'occasion de dire notre défiance vis à vis de ces journées alibis qui, au prétexte de mettre la lumière sur un sujet, s'en servent pour se dédouaner à bon compte d'une injustice ou prennent un simple caractère promotionnel et mercantile.  L’intérêt politique et économique à s’afficher féministes est en effet... très partagé.

Après avoir lavé plus vert on lave plus féminin... Mais on ne fait toujours pas tous la lessive, la vaisselle ou le ménage !

Mais, en ce qui concerne les femmes, il y a fort à parier qu'il va devenir, pour la gente masculine, difficile de faire machine arrière et de s'en retourner à une forme de discrimination qu'on ne dénonçait pas beaucoup. 2017 aura bel et bien été l'année de la femme ! Encore...

Souhaitons que la ténacité demeure et donne enfin à la moitié de l'espèce humaine une place égale à l'autre moitié pour permettre enfin de pouvoir faire bénéficier tout le genre humain de caractères moins autoritaires, compétitifs ou martiaux ! Et ne pas rester dans la dichotomie et l’opposition homme/femme, sortir de l'étouffante logique binaire, parler d’écoute, de patience, de tolérance, prendre en compte la différence et la diversité et les transformer en atouts pour être, agir et travailler ensemble autrement. Jouer de la complémentarité de valeurs aussi bien masculines que féminines, partagées par le genre humain et non plus par des hommes ou des femmes. Ensemble, encore ce mot clef à l'heure du chacun pour soi ?

 

Cette semaine sur vivre-a-chalon nous avons aussi reçu beaucoup d'informations relatives à cette journée :

Imprimer - - par @La rédaction - 8 mars 2018 - Réagir

Le billet de V@C : Carnaval avant l'heure !

On y est. C'est Carnaval. Et comme pour se donner le mot en ce moment où il est de tradition de moquer ou vilipender les puissants, Gilles Platret, en temps que porte parole de Laurent Wauquiez, s'est fait reprendre de volée pour avoir tenu des propos controversés concernant l'apprentissage. Coïncidence, au même moment dans nos colonnes, à la lumière d'ouvrages de référence, Michel Bonnet s'interrogeait sur la nature exacte du mouvement "Les Républicains"...

Mais, pour nos "puissants" ce n'est pas tout, une lettre ouverte adressée au député Raphaël Gauvain par Le collectif Chalon71-Solidarité-Migrants a aussi fustigé "le projet porté par la majorité présidentielle" jugé "irresponsable" et une vision électoraliste à court terme risquant le « délit de solidarité » ?

Carnaval avant l'heure tout au moins dans l'esprit ? Voir ci-dessous.

 


Photo Patrice Josserand 

Car oui nous y voilà, c'est Carnaval. Le vrai, pas un leurre. Maintenant c'est au tour des Reines de régner. C'est au tour de la rue de réchauffer l'ambiance hivernale, de la ville de s'animer, de moquer...  C'est au tour de Cabache de nous jouer ses tours...

Et vivre-a-chalon comme il le fait depuis 2008 - $"*µ%% dix ans comme disaient les... Guignols - vous proposera de suivre les festivités et peut-être pour l'occasion d'en revisiter l'histoire dans nos rubriques.

Sur vivre-a-chalon on vous garde tout ce qu'on peut vous le savez !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 23 fév 2018 - Réagir

Le billet de V@C : Le rouge et le noir

On a coutume de parler par couleur lorsqu'on évoque les périodes de départs. Souvent c'est le rouge qui symbolise les encombrements. Selon Wikipedia, le rouge représente le présent, la chaleur et la vie. A la différence de la mort.  Le rouge, couleur du sang, évoque également batailles, luttes, colères... 

Dans le chalonnais en ce moment nombreux aussi sont les départs auxquels on pourrait rattacher l'adjectif rouge. Mais pas seulement sur le chemin des vacances. Plutôt pour l'encombrement ou l'engagement de certains disparus.

 


Croix... rouge - Photo Patrice Josserand

En effet cette période hivernale et ce mois de février sont marqués en chalonnais par de nombreuses disparitions. Des personnes ayant participé activement à l'histoire ou au quotidien de notre bassin de vie ont disparu et notre rubrique nécrologique a connu une affluence importante.

De nombreux prêtres ou personnes engagés et bataillant activement pour la protection ou la défense de personnes en difficultés comme l'étaient le Père Jean Vaillier, Jehan de Guelis, Jacky Molard à la Croix Rouge. D'autres aussi impliqués dans la vie de notre quotidien comme Didier Dechamp, Paul Girard, Michel Azy ou Françoise Fouché. Beaucoup de départs.

Le noir qui représente en Occident, les sentiments de tristesse, de peur a gagné, en tant que couleur et non en tant que symbole. Comme toujours à la fin pour peu qu'on signifie que la fin est une défaite...

Imprimer - - par @La rédaction - 17 fév 2018 - Réagir

Le billet de V@C : IndécenceS !

Comme vous n'avez pas la chance d'habiter au Pakistan cela va être difficile à éviter. Vous ne pourrez pas nier. Mercredi prochain c'est la très médiatisée et lucrative Saint Valentin. Au Pakistan les médias n'ont pas le droit d'en parler. La jeunesse pakistanaise est appelé à se concentrer sur ses études plutôt que de célébrer la fête des amoureux. Les autorités dénonçent : "Sous couvert de la diffusion de l'amour, l'immoralité, la nudité et l'indécence sont promus".


Photo by Nathan Dumlao on Unsplash

Sans vouloir entrer dans un débat où la religion pourrait encore prendre trop de place il peut s'entendre que le mot d'indécence sous nos tropiques enneigés revêtait un tout autre éventail de sens, habitués que nous sommes à rencontrer des femmes fort peu habillées au coin de nos pages web, publicités diverses et affiches de tout type. Et même des hommes mais c'est moins vendeur pour la Saint Valentin il semble à en juger par les cadeaux qu'on nous vante : fleurs, bijoux, lingerie sexy, menottes (si si ! les ventes sexy ont le vent en poupe, et les menottes vous en conviendrez, c'est terriblement excitant...)

Plus sérieusement il y a d'autres formes d'indécence qui peuvent paraître plus significatives d'un monde, le nôtre, qui semble en pleine déliquescence morale. Indécence un monde où une alpiniste à la recherche d'aventure ultime est sauvée d'une mort certaine et se plaint de façon irresponsable du temps que mettent les secours qu'elle a mis en danger ? indécence un monde où un député LREM soutient que "l'immense majorité "des SDF dorment dans la rue "par choix" ? indécence un monde où l'argent du football est une insulte ? indécence un monde où les pauvres fraudes au RSA sont bien plus fustigées que les milliards d'exemptions fiscales en des paradis pour décomplexés du portefeuille. indécenceS. 
Quant à la Saint Valentin dont on va parler partout, si les menottes vous tentent, soyez sympas ajoutez y des roses. Surtout les épines ! Au moins l'un des sens s'y retrouvera !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 10 fév 2018 - Réagir





Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE



PROPOSEZ VOS INFOS

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle