Nos billets | vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

mercredi 18 juillet 2018

Bonne Fête Frédéric

Photo de Chalon

entre nous - chalon sur saone

Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Les billets de V@C

 Ci dessous les éditos de nos Lettres hebdomadaires principales et quelques articles qui éclairent la position de la rédaction de vivre-a-chalon sur l'actualité et... l'actualité de l'actualité :-)

Car comme vous le savez, cela fait longtemps qu'on le répète, on ne délivre plus aujourd'hui l'information comme hier et, "Le journal à la papa, c'est bien fini"  ;-)
 

Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

 
Publicité
 
 

Humeurs : Et si la ferveur du dimanche soir n'était qu'un feu de paille ?

Unité nationale retrouvée, ferveur républicaine, France unie dans sa diversité, etc...l es qualificatifs ne manquent pas pour célébrer la victoire de l'équipe de France de football, pour rappeler que pas très loin de l'église de chaque village, se trouve aussi un terrain de football et c'est tant mieux...

D'ailleurs, les même termes ont déjà été employés à la suite des gigantesques manifestations suite aux attentats perpétrés contre le journal satirique « Charlie Hebdo », puis tout retombe très vite comme un soufflet... Le quotidien reprendra très vite ses exigences, les souvenirs des rassemblements ( perturbés par des casseurs) , se rangeront au milieu des albums de vacances.


Lundi en fin de matinée, se déroulait à l’occasion de la Journée Nationale à la mémoire des Victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français l' Hommage aux « Justes » de France, une cérémonie au Monument Résistance-Déportation, rue du Maréchal de Lattre de Tassigny. Avec une assistance plutôt réduite.

Certes côte à côte, à l'unisson, se trouvaient les conseilleurs municipaux ( sauf ceux de l'extrême droite, ce qui n'a trop rien de surprenant ), les vices-présidentes du conseil régional et départemental, les représentants de la communauté juive et ceux des institutions et des associations patriotiques, et c'est tout....
Dans la torpeur de l'été, comme l'a mentionné, Gilles Platret, il se passe le meilleur et le pire...Pour le pire dans les années 40, bien sûr, n'oublions pas que furent déportés des enfants Juifs mais aussi des militants politiques, des homosexuels, des témoins de Jéhovah, des Francs Maçons ou encore des tziganes...


Ce même lundi matin, une famille de réfugiés originaires du Kosovo, menacée mais elle aussi hébergée clandestinement par des réseaux, était convoquée à la gendarmerie de Nolay, en vue d'une expulsion...
Certes les événements en apparence n'ont rien à voir, quoique...pas besoin d'être féru de géopolitique, pour observer que des habitants, des familles, des enfants sont pourchassés, menacés, tués, dans certains pays et qu'ils se trouvent de discrètes braves âmes pour les accueillir, les accompagner, les soutenir...avec solidarité !


Sentiment quand même, que les qualificatifs pour ne pas dire parfois les poncifs ne sont que des feux de paille, sans doute en cette période, ils sont aussi trop nombreux !

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 17 juil 2018

Le billet de V@C : Des bleus à l'âme aussi

Chalon aura malheureusement marqué l'actualité nationale cette semaine avec la noyade au lac des Près St Jean de trois enfants de la même famille. La douleur des familles et des proches devant cette atrocité a fait place à un large recueillement et à un vaste élan de solidarité. Mais beaucoup d'interrogations se sont aussi manifestés concernant la sécurité et la prévention autour de ce lieu reconnu dangereux.


Photo by John O'Nolan on Unsplash

Et puis, parce que la vie toujours doit l'emporter pour soulager la douleur, c'est à une fin de semaine festive que se prépare Chalon et tout notre pays avec les festivités traditionnelles du 14 juillet mais aussi, comme un autre anniversaire, le rendez-vous de beaucoup d'entre nous avec une nouvelle finale de Coupe du Monde de football, cette fois contre la Croatie.

Il y aura du monde en bleu Square Chabas ! Un temps où être ensemble.  Beaucoup de jeunes assurément car on leur parle depuis 1998  d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître... et ils ont envie d'y goûter !

Cocorico ! Allons zenfants...

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 13 juil 2018

Humeurs : Oui à la liberté d'expression, non aux insultes, attaques personnelles et propos odieux

Loin de réclamer un gendarme pour surveiller et contrôler les réseaux sociaux, nous ne pouvons qu'éprouver un sentiment de très forte colère en lisant justement les commentaires visant l'un de nos confrères du quotidien départemental. Certains de ces propos sont pour le moins diffamatoires.


Ces dernières semaines, sur un réseau social quelques « excités » de l'ordinateur n'ont pas manqué d’affubler des pires qualificatifs un journaliste ayant effectué avec professionnalisme sa mission, celle d'informer, de relater, de rendre compte des événements liés à la baisse de 10 Kmh, la vitesse sur les routes de l'hexagone et de ce département.
Comme d'autres professionnels que sont les médecins, les infirmières à domiciles ou encore les V.R.P, les journalistes, correspondants de presse et localiers sont également confrontés dès demain à la nouvelle réglementation en vigueur. Tout comme l' ordinateur désormais, la voiture est l'outil quasi-indispensable de travail de celles et ceux, se rendant tantôt à une session d'une assemblée territoriale, à une rencontre sportive ou encore à une manifestation de revendications contre la mise en place du 80 KM.


L'existence des réseaux sociaux sont une richesse, pour la liberté d'expression, pour l'information, mais à trop confondre « expression » , « accusation » et « règlement de compte », à court terme, le risque de flicage et de censure risquent de se retourner contre celles et ceux qui n'ont que ce moyen d'expression pour faire entendre aussi leurs colères.
Tout comme au sein des rédactions de nos confrères, nous acceptons les débats, les opinions diverses des uns et des autres, nous en faisons l'écho, nous tentons d'être à l'écoute des mouvements sociaux quel qu’il soit mais les insultes et attaques personnelles , ne font pas avancer les débats !

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 30 juin 2018

Le billet de V@C : Vous voulez un homme fort ?

Voilà l'été. À côté d'un programme festif traditionnel en cette période de l'année que nous vous invitons à parcourir dans notre agenda nous ne pouvons passer sous silence les attaques de plus en plus franches contre - pognon de dingue - un système de société qui nous avait permis de vivre plus librement confortablement, sans la tyrannie d'un travail honni alimentaire; sans l'effroi devant l'injustice de la guerre, de la  maladie ou de la vieillesse, avec le sentiment que le respect du droit est fondamental et peut nous protéger de l'arbitraire, dans un système de redistribution et de partage de richesses respectant et faisant grandir tout un chacun.

 


Et surtout sans la morgue, le mépris ou la condescendance de ceux qui se pensent arrivés, parvenus.... intouchables.

En parcourant la presse encore non inféodée ou labélisée on prend peur. Après le silence imposé pour protéger les affaires de lanceurs d'alertes trop démocrates, on sent que le discours dominant est totalement décomplexé. Par exemple avec cette question posée par "En Marche" à ses militants on est glacé.... "Etes-vous d’accord avec l’affirmation : « La France doit avoir à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du parlement ni des élections »… Après les USA, la Pologne, la Hongrie, l'Ukraine, l'Italie on sent comme un glissement progressif et assumé vers un autoritarisme non démocratique mais.... attendu. 

On ne peut alors, ensemble, rester sourd à l'effondrement d'un modèle de société qui faisait de l'égalité une pierre d'angle. De la démocratie une valeur partagée et non plus confiquée. L'insurrection des consciences que de plus en plus de voix appellent de leur voeux sera-t-elle le chant du cygne dans ce monde où les jeunes générations n'ont plus peur de 1984 ou de la domestication ?

George Orwell disait : "Ils ne se révolteront que lorsqu’ils seront devenus conscients et ils ne pourront devenir conscients qu’après s’être révoltés".

Mais Georges Orwell c'est dépassé... "Has been" on dit maintenant. Limite incorrect.

Merci de nous lire,

La rédaction
Imprimer - - par @La rédaction - 23 juin 2018

Le billet de V@C : Photos sur Saône

La Saône, en Bourgogne à Chalon, demeure un des poumons essentiels de notre vile. Sinon un poumon ou un organe vital, au moins une artère irrigant le territoire, drainant ses histoires, construisant les rythmes de ses rendez-vous.

 


Photo David Mercier

 

Qu'elle monte ou descende, se fasse vive ou se prélasse, la Saône est aussi un des sujet essentiels de bien des images que nous vous proposons sur vivre-a-chalon. Un perpétuel envoûtement toujours changeant qui fascine les regards en reflétant dans l'onde les humeurs vagabondes.

Alors lorsque la statue de Nicéphore Niepce remise à neuf la regarde maintenant, cela va dans le sens d'une histoire qui continue à se construire. Celle des habitants qui regardent le fleuve, qui laissent voguer au grès du courant, qui des idées éparses, ou qui au contraire matière à drainer leurs réflexions.

 

Photo Patrice Josserand

 

La photo semble avoir alors été créée par Monsieur Niepce pour rendre hommage au quotidien. En réinventant sans cesse l'émerveillement devant un même pourtant toujours changeant elle rend hommage à ces idées d'essentielles libertés animant des regards qui traquent nuits et jours tous ces instants magiques qui habitent nos rives.

Et nos écrans désormais. Merci aux photographes.

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 9 juin 2018

Le billet de V@C : Informer -correctement - n'est pas un délit

George Orwell  disait : « Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques. ».

Bien qu'ayant rencontré un écho important avec plus de 560.000 signatures, la pétition qu'au nom du collectif de journalistes "Informer n'est pas un délit", la présentatrice de Cash investigation, Elise Lucet, a déposée pour s'opposer à une directive européenne sur le secret des affaires, n'aurait-elle servie à rien ? On peut le craindre...


Cette proposition de loi « Secret des affaires » portée par le député chalonnais Raphaël Gauvain risque bien en effet d'être adoptée en l'état  lorsque elle sera soumise au vote final des parlementaires dans le courant du mois de juin. 

Au moment où nous recevons le communiqué de EELV Bourgogne concernant cette Loi où les écologistes chalonnais demandent à M. Raphaël Gauvain d’amender la proposition de loi « Secret des Affaires », en restreignant le champ d’application du secret aux seuls acteurs économiques concurrentiels" , un article du collectif «Informer n’est pas un délit» dresse un état alarmant sur le projet de loi et ses funestes implications pour la liberté d'informer.

Comme beaucoup de nos confrères et les nombreux signataires de la pétition lancée par Elise Lucet nous avons choisi de nous faire l'écho de ce combat qui nous semble important pour la qualité des informations que nous sommes comme citoyens d'une démocratie de plus en plus en danger en droit de recevoir. Et, en temps que porteur de paroles,  de délivrer !

Le collectif « Informer n’est pas un délit » rassemble de nombreux journalistes issus de la presse écrite, de la radio, de la télévision et de l’Internet. Il a pour vocation de mener des combats citoyens pour défendre la liberté de l’information.


Nous relayons ci-dessous l'article du collectif « Informer n’est pas un délit »


"Secret des affaires : Un accord en catimini sur le dos de nos libertés
Publié le lundi 28 mai 2018

La Commission Mixte Paritaire (CMP) s’est prononcée jeudi 24 mai sur la proposition de loi « Secret des affaires » portée par le député Raphaël Gauvain. Les députés et les sénateurs (LR et LREM) se sont mis d’accord sur un texte proche de celui élaboré par l’Assemblée Nationale.

Aucun des amendements proposés par notre coalition pour protéger les libertés n’a été retenu, contrairement aux engagements pris par l’Elysée.

Pourtant, plus de 550 000 citoyen.ne.s ont signé une pétition dénonçant ce projet de loi et le 16 avril 52 organisations et 23 SDJ ont interpellé le président de la République.

Les parlementaires ont ainsi manifesté leur refus de circonscrire l’application du texte au vol d’informations dans un but de concurrence déloyale. Raphaël Gauvain et le gouvernement ont, au contraire, privilégié une application la plus large possible du secret des affaires.

Ainsi:

La définition large et floue du secret des affaires permettra aux entreprises de retirer l’essentiel des informations sur leurs activités du débat citoyen
Les lanceurs d’alerte devront faire la preuve de leur bonne foi devant les tribunaux
Les représentant.e.s du personnel pourront être poursuivis pour avoir diffusé des informations aux salarié.e.s
Des organes de presse pourront être poursuivis devant des tribunaux de commerce pour avoir révélé des secrets d’affaires
Les salarié.e.s pourront voir leur mobilité réduite avec l’interdiction d’utiliser leurs savoirs et savoirs faire, considérés comme des secrets d’affaires

Les délais de prescription longs et mal définis permettront des poursuites 5 ans après la révélation de secrets d’affaires

Cette loi permettra aux entreprises de poursuivre toute personne ayant obtenu ou révélé des informations sensibles. Ce texte porte gravement atteinte au droit d’informer et d’être informé des citoyen.ne.s français, en privant de source les journalistes et en privilégiant de facto l’autocensure.

Il met en danger l’équilibre démocratique et constitutionnel de notre pays en érigeant le secret des affaires en un principe général et en reléguant la liberté d’information au rang de simple exception.

Alors que la proposition de loi sera soumise au vote final des parlementaires dans le courant du mois de juin, nous les interpellons solennellement: ne votez pas ce texte en l’état, ne laissez pas les entreprises dicter l’info!
"

 

George Orwell : « Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques. »


Illustration : Kupka et l’Assiette au beurre :  L'Argent - https://www.histoire-image.org/fr/etudes/kupka-assiette-beurre-argent

Source : https://informernestpasundelit.org/2018/05/secret-des-affaires-un-accord-en-catimini-sur-le-dos-de-nos-libertes/

Pétition : https://info.pollinis.org/fr/stopsecretdaffaires/?utm_source=newsletter_686&utm_medium=email&utm_campaign=18mta-donats

Communiqué EELV Bourgogne: Loi sur le secret des Affaires : EELV interpelle M. Gauvain

 

Info + :  https://www.lexpress.fr/actualite/sondage-avec-elise-lucet-les-francais-pour-le-droit-a-l-information_1698406.html

 
Imprimer - - par @La rédaction - 2 juin 2018

Le billet de V@C : Alternatives (avec Philip Roth)

"On est immortel, tant qu’on est vivant."  disait le regretté Philip Roth dans La bête qui meurt. Profitons donc de ce moment d'éternité pour, comme le grand écrivain américain, observer que "le désordre du monde est un désordre sous surveillance, ponctué d'entractes pour vendre des voitures. La télé fait ce qu'elle sait faire de mieux : elle accomplit le triomphe de la banalisation de la tragédie."
 
 
Ainsi après le feuilleton du mariage royal entre un prince et une actrice américaine qui a occupé beaucoup de temps de cerveau trop disponible passons aux choses sérieuses : “En cas de guerre ou de crise”, est le nom d'une brochure que tous les Suédois vont recevoir. Comme si la Suède se préparait à la guerre. Nous le savons en lisant Roth, « Moins il y aura de peur, mieux cela vaudra. La peur fait de nous des lâches. La peur nous avilit. »
Et même si cette peur qu'on nous construit souvent pour mieux nous entraver voudrait nous voir renoncer à espérer plus, nous pourrions faire notre cette nouvelle citation tiré de Un homme : "N'attends pas que ta main soit froide pour donner". Pour entraver le repli de la peur et oser le don et le partage plus raisonné. Rejoindre ainsi certains idéaux de ceux qui ne veulent pas croire au TINA (There is no Alternative), nouvelle pensée (!) pas si libérale... Affirmer qu'au contraire il y a bien des voies plus horizontales à explorer.
 
Et c'est aussi dans cet esprit ici, à Chalon et partout en France, que ce samedi est organisée une “Marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité”. Au delà de l'affrontement, des haines qui montent avec les extrêmes - droites surtout. Mais, Philip Roth encore dans La tache, peut-être l'un de ses romans les plus dérangeants : "le danger, avec la haine, c'est que quand on commence il en monte cent fois plus qu'on aurait voulu. Je ne connais rien de plus difficile à brider que la haine." No alternative...
 
Alors peut-être que l'on fait fausse route. Peut-être aussi qu'on se doit d'essayer avant de laisser faire le temps. Au risque de se tromper  come dans La pastorale américaine où "C'est même comme ça qu'on sait qu'on est vivant : on se trompe". Au risque de se retourner vers un passé défunt au lieu de jouir....
 
Mais laissons Monsieur Philip Roth le dire mieux que nous dans une nouvelle pirouette: « Combien de temps l'homme peut-il passer à se rappeler le meilleur de l'enfance ? Et s'il profitait du meilleur de la vieillesse ? A moins que le meilleur de la vieillesse ne soit justement cette nostalgie du meilleur de l'enfance ».

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
 
Illustration : pochette de disque François Béranger.
Imprimer - - par @La rédaction - 25 mai 2018

Le billet de V@C :Ça mache pas si mal...

Suite à une forte mobilisation citoyenne contre les dérives de l'élevage industriel, le Préfet de Saône-et-Loire vient de prendre un arrêté refusant l’autorisation de la ferme-usine des 4000 bovins à DIGOIN.

L'application des décisions de justice concernant le circuit de Bresse condamné pour nuisances sonores semble en vue du fait de la ténacité des riverains et des associations concernées. Santé contre sport mécanique, loisirs contre nuisances domestiques.

 

Photo Catherine Paris

 

Bonnes nouvelles pour un mieux vivre plus écologique ? Sauf que le 5 mai, nous avions, nous français, consommé l'ensemble des ressources offertes par la nature pour un an. Depuis 2014, cette journée de "dépassement écologique" arrive plus tôt chaque année. Sale temps...

Sauf qu'en ville on incrimineouvertement la qualité (!!!) de l'air concernant la mortalité, sauf que la quantité de pesticides répandus dans nos campagnes ne dérange pas vraiment les lobbys agricoles ni le greenwashing de labels écolos de plus en plus confus...

Mais ouf, enfin ! Vos semelles de basket sont, comme on nous l'a rabâché avec une bonne grosse tartufferie, peut-être en chewing-gum recyclé. On vous laisse imaginer le coût carbone du circuit de récupération et de fabrication !

Mais bon, après tout, tout ne mâche donc pas si mal !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 12 mai 2018

Le billet de V@C : Amballant emballés ?

Emballant ! Ce second pont de mai s'annonce bien. Soleil et chaleur annoncés. Autant de bonnes raisons de s'offrir un grand bol d'air pour s'aérer corps et esprit. Pour cela le choix est encore grand et ravira autant les amateurs de sports, de musiques ou d'art ! Sans compter les autres qui se contenteront de balades en Bourgogne ou plus loin à la recherche de curiosités ou tout simplement de calme en ce mois de mai anniversaire de 68 qui semble bien loin de promettre des jours meilleurs ou simplement des jours pour... s'emballer ! A moins que...

 


Auteur: Thimothee Redkiten - Licence: Copyleft

Un 1er mai assez tristounet au niveau de la rue, un peu comme chaque année il est vrai, n'aura drainé que les plus engagés et, cette année... les plus violents. Au delà, à moins que la "Fête à Macron" du 5 mai ne démontre le contraire, une grande masse silencieuse apparaît comme prostrée dans des pantoufles, confortée par des oeillères ou des dénis  en espérant ne pas avoir à trop subir, ne pas être aspergée, ne pas être dérangée par le bruit du canon qui tonne au loin sur l'écran plat du salon... C'est tout juste si la misère qui toque de plus en plus à nos portes et à nos fenêtres ne devenait pas un délit sur les réseaux sociaux. 
Et puis une frange, alternative au sens premier du terme souvent, "debout" quelquefois, alerte sur la déliquescence, sur l'absence, l'abandon des communs,  les oppositions qui s'affirment. Sur les écarts qui deviennent des abysses. De richesses comme de savoirs.
Et même si, au delà de ces alertes, beaucoup s'activent dans des sphères moins médiatisés, des zones - sans doute aussi à défendre - protégés des propagandes ou du simple bruit ambiant, la "machine" du tout économique qui fabrique des "French days" perclus d'emballage plastique, de kilomètres carbonés et de surendettement endémique semble , elle aussi,... bien emballée !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 4 mai 2018

Le billet de V@C : L'attente...

Que de conférences, de rencontres, de visites, de débats ! Jamais sur vivre-a-chalon nous n'avons reçu autant d'informations pour annoncer ces différents événements. On peut se réjouir du succès de ce type de manifestations, de la curiosité que nous manifestons pour des sujets les plus divers. On peut aussi voir cela d'une autre façon...

 


Photo Patrice Josserand

Les thèmes de ces différentes occasions de se retrouver nombreux de plus en plus souvent sont souvent de même nature. La santé déjà... surtout. Ce bien être perdu que l'on nous vend tant. La peur aussi, toutes, elles ont toujours fait vendre... L'écologie bien sûr ! Et on nous culpabilise sensibilise, même s'il conviendrait sans doute de s'alarmer un peu plus en amont de nos chaînes de consommation vers ceux qui fabriquent l'envie, le besoin, les excédents d'emballage, l'obsolescence...

Il y a aussi comme important sujet de rencontre et d'écoute le patrimoine.  S'instruire avec du réel et du palpable. Apprendre du passé. S'en rassurer ? Valeur sûre.
Et puis les films sont de plus en plus accompagnés de débats. Les documentaires jadis bannis des salles obscures, y triomphent maintenant lorsqu'il s'agit de regarder le monde dans lequel nous vivons en s'alarmant, se révoltant, ou pour le tourner en dérision comme avec Merci Patron. Pan !

Nous sommes semble t il passé de l’ère de la sortie détente à celle de la sortie responsable ou en recherche de bénéfices, de réponses. Une sortie qui éduque, qui soutient, qui informe... qui soigne. Qui cherche aussi à se rassurer sur un trop plein d'incertitudes, un avenir que l'on aurait peur d'attendre...

Voilà le sujet. Vous avez 4 jours en ce premier pont de mai.

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 28 avr 2018





Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle