entre nous - chalon sur saone

Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Les billets de V@C

Vu de CHALON : (petite) Revue de web - 20/01Ci dessous les éditos de nos Lettres hebdomadaires principales et quelques articles qui éclairent la position de la rédaction de vivre-a-chalon sur l'actualité et... l'actualité de l'actualité :-)

Car comme vous le savez, cela fait longtemps qu'on le répète, on ne délivre plus aujourd'hui l'information comme hier et, "Le journal à la papa, c'est bien fini"  ;-)
 

Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

 
Publicité.
 

Le billet de V@C : Souvenirs, souvenirs

Dernier vendredi de l'année pour nos Lettres hebdomadaires puisque les deux prochains seront bien occupés à priori et que nous vous écrirons les jeudis. Donc aujourd'hui une dernière occasion peut-être de parler d'autre chose que d'agapes, de voeux, de dindes ou de lumières qui pétillent au fond de tous les yeux d'enfants... même si ce sont aussi ceux d'adultes ?

 


Photo P.Josserand

Cette semaine c'est Johnny qui a tout emporté, même le Téléthon. Même Jérusalem. Même la neutralité d'internet. Même un ministre de la justice accusée de partialité, même le PSG (quoique ?),  Wauquiez ?

Les grands médias ont fait leurs choux gras de la sincère affliction de beaucoup de gens qui abandonnaient avec l'icone chantante beaucoup de rêves de jeunesse, de rébellion (si !), d'identité alternative. Les sites de ventes en ligne et le Bon Coin se régalent. 

Le roi est mort. Vive le roi... et tout ce qu'il rapporte ! 

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
 
Imprimer - - par @La rédaction - 15 déc 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Lumières

Ce vendredi 8 décembre c'est la fête des lumières. Mais pour beaucoup d'entre nous cette semaine, ce 5 décembre a été une sombre et funeste date. Comme Cocteau et Piaf en leur temps, Jean d'Ormesson et Johnny Hallyday sont partis ce même jour. Et de la même façon qu'en 1963, c'est encore la chanson qui l'emporte côté émotions. 

 

Photo by Mike Labrum on Unsplash
Photo by Mike Labrum on Unsplash

Dire que la disparition du chanteur populaire aura quelque peu éclipsé celle de l'homme de lettres populaire semble faible tellement l'onde de choc autour de la mort du rocke(u)r est immense : quinze heures après sa mort, on enregistrait 70 000 messages par minute sur le sujet sur les réseaux sociaux. La Hallyday mania a éclipsé toute autre info pendant quinze heures d'affilée sur de nombreuses chaines de télévision. Jérusalem est passé après.

C'est énorme. Au sens propre et... pas si propre.

Pour ce belge devenu icone française parlant de rève américain on parle d'icône. De légende. D'idole des jeunes... sur trois générations. 

Jean d'Ormesson écrivait: «Personne ne sait jamais ce qu'on gagne avec une naissance. On n'y gagne que des espérances, des illusions et des rêves. Il faut attendre la mort pour savoir enfin ce qu'on perd.»

Johny Hallyday disait : "Je peux mourir, ou je peux vivre, ça dépend comme on m'aime."

Et maintenant... Lumières. Allumez les feux.

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
Imprimer - - par @La rédaction - 8 déc 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Green ou black it's vendredi

Nous sommes un organe d'information. De news. D'interview. De reporting. À ce titre nous devons absolument suivre les process et répercuter l'information la plus importante même si ce n'est pas un scoop : aujourd'hui c'est le prime time, c'est le vendredi noir (bis). Comment ? vous ne savez pas ?

 

Photo by Jake Davies on Unsplash

Certains, tellement habités par la puissance du colonialisme linguistique yankee qui squatte l'espace francophone diront "Black Friday" pour participer au buzz. Yes, c'est bien le jour des dealers. C'est "just" pas possible... Et ce ne seront pas là des gens travaillant dans le marketing, cette cuisine destinée à vous faire avaler toutes les couleuvres possibles de façon à ce que vous trouviez cela cool ou assez light.

Si vous êtes un leader, vous allez exploser votre planning - et votre portefeuille - pour foncer grave speed sur votre caddie car le challenge c'est d'être un winner, de moins payer cash T-Shirt, sweat shirt, short, jogging, poster ou corn flakes. Y'a plein de bon deals qu'on vous dit. On vous le répète à longueur de pub d'infos c'est Black Friday le meilleur moment pour le shopping. Y'a du hard discount dans l'air qu'on vous répépète.

Ce vendredi c'est vous la star ! Soyez fan, ça va être rock-& roll. Que des best-of. Du Top. Allez shoot again ! Et bon week-end !

Merci d'avoir up-loadé pour nous lire malgré le rush.*

The rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
 
* L'abus de consommation est néfaste pour le futur 
Imprimer - - par @La rédaction - 24 nov 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Octobre

Cette fois c'est l'automne comme nous en parle si bien David Mercier dans sa très belle série de photos envoyée sur notre site.

Octobre. Avec ses ocres, sa lumière, ses contrastes et puis la nuit qui tout doucement descend. "Et sans doute on verra apparaître, quelques dessins sur la buée des fenêtres " chante Francis Cabrel ici .

Photo David Mercier

Au moment où l'on redoute la fin de ce bel été indien, on s'apprête déjà à se projeter vers Noël - si, si les premiers spams arrivent - ou vers une parenthèse Halloween qui décidément semble s'enraciner sur fond sanguinolent de petits et... grands gosses qui jouent encore à se faire peur. Comme si les horreurs hypermédiatisées de l'actualité ne suffisaient pas ? Ou comme si il fallait au contraire exorciser la peur d'un quotidien de plus en plus anxiogène ?

C'est octobre. Octobre qui a peur du froid novembre qui vient. Octobre décidément rougeoyant rouge sang. Octobre rouge à travers les premières brumes automnales, les nuages "pris aux antennes".

Tombent les feuilles du jardin. Tapis d'octobre. OctobRe...

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 20 oct 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Le boire pour le croire

Il n'échappe plus guère à personne que Chalon-sur-Saône devient inexorablement Chalon en Bourgogne pour des raisons de très forte attractivité du mot Bourgogne comparé à cette pauvre Saône que fort peu de touristes potentiels recherchent. La une du luxueux magazine l'Essentiel présentée cette semaine en mairie (voir ici ) en est à nouveau un signe.

C'est indéniable la Bourgogne a une dimension mondiale. Pourquoi s'en priver ?

 


Photo Benoît, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon - Paulée 2016

Et dans ce Chalon "en Bourgogne" se renouvellent les traditions festives. Celles du vin en premier lieu.  Comme avec la Paulée qui prend indéniablement de l'ampleur, qui investit l'ensemble des autres pôles d'attraction et se pose en incontournable rendez-vous provincial pour rendre grâce au vin et à la fête qui l'accompagne. Un de ces rendez-vous qu'il ne faudra pas rater et où il est de bon ton d'inviter ses amis, sa famille ou... ses clients.

Et, d'une pierre deux coups, on colporte avec l'événement le nouveau nom de Chalon... la boucle est bouclée, le vin est tiré ! Il faut le boire pour le croire ? 

Ensuite viendront sans doute d'autres occasions de faire rayonner la ville. Avec la photographie bien sûr, mais elle demeure moins prisée du voyageur ou de l'investisseur chinois, japonais ou américain... Et puis aussi avec les Arts de la rue pour une aura plus francophone et familiale. Pour une image de marque différente... 

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 14 oct 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Une arrogance moyenâgeuse ?

"Les fainéants". "Les illettrés", "les gens qui ne sont rien", et cette fois "le bordel". Que montrent ou que cachent ces qualificatifs insultants et quasi revendiqués dans la bouche du Président français parmi les plus mal élus de toute l'histoire ?

 

 

Qu'à chasser le naturel on ne peut l’empêcher de revenir au galop ? Que le dogme libéral a une essence guerrière, qu'il a besoin de la haine ? Qu'appuyer sur le registre du mépris en présence de micros qu'on ne peut oublier est une stratégie de communication très cynique ?

Les éditorialistes s'en repaissent mais est-ce là ce que l'on attend du premier serviteur, soulignons serviteur, de l'État et de tous les français ?

Si notre rôle en tant que média citoyen est de porter les voix du plus grand nombre, du NPA au FN en passant par un anarchisme renaissant, force est de constater, à l'instar d'un Mediapart qui découvre "Le silence des pantoufles" (nous c'était en février 2012 ), que tout se passe comme si ceux qui croient encore à un destin à construction en commun étaient un peu KO debout. Saoulés de coups. Nombreux à cuver une cuisante défaite, et à ne pas la digérer. Comme pris dans une expérience que ne renierait pas l'école de Chicago, à subir des "tests" d'agression ou de privation de libertés de plus en plus violents. Pour voir jusqu'où cela peut aller ?

Comme si, totalement décomplexée par la victoire -pourtant celle du rejet- une caste recomposée, toute fière et saoule de ses nouveaux habits, osait se permettre au grand jour de parader en méprisant ceux qui ne veulent plus d'une arrogance pyramidale moyenâgeuse.

Imprimer - - par @La rédaction - 7 oct 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Patrimoine pour... demain

Le Patrimoine en Fête est indéniablement devenu l'un des rendez-vous phares de la rentrée. Cela illustre une curiosité très saine pour partir à la découverte de ce qui fait pour l'essentiel partie de nos communs. De ce que nous partageons.

 


 

Cet intérêt populaire montre notre attachement à ce qui nous a précédé, à ce qui a été conservé, transmis, partagé. Sans y percevoir une trop grande part de nostalgie devant des grandeurs passées et aujourd'hui tant espérées, on peut quand même se demander si une fête faisant l'inventaire des possibles, des projets, de tout ce qui pourrait intéresser tout le monde demain connaîtrait un tel succès ? Si, en prenant alors de fait le temps de réfléchir un peu ensemble à toutes ces potentialités et à leurs conséquences on ne pourrait pas construire ensemble quelque chose qui nous ressemble plus, à l'heure où l'incompréhension et le fatalisme occupent tant d'esprits.

Parce que si hier c'était bien, demain peut-être encore bien mieux pour tout le monde et non pour trop peu. Pour cela il faudra prendre du temps pour réfléchir en évitant les confortables pantoufles de certains... patrimoines !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 15 sept 2017 - Réagir

Le billet de V@C : C'est le chemin qui compte

La rentrée... Nous y voilà donc. Presque...

Rentrer cela signifie qu'on était dehors, qu'on revient à l'intérieur de quelque chose. Cela signifie, pour la plupart d'entre nous, qu'on va reprendre des chemins bien balisés même si certains se sont promis d'en sortir le plus souvent possible. A moins aussi que cela ne réconforte de retrouver proches, habitudes et...  servitudes !

 
Photo by MJ Tangonan on Unsplash
Photo by MJ Tangonan on Unsplash

 

Rentrer cela signifie aussi qu'on était parti. Qu'on avait eu cette chance. Ou qu'on est juste sorti de sa coquille pour changer de décor ou d'usages. Ou pour dépenser enfin ce qu'on a transpiré longtemps, donc qu'on revient pour à nouveau gagner de quoi repartir un peu ? Ou parce que c'est un pur plaisir de retrouver un quotidien à apprivoiser, des lendemains à faire chanter, des heures à partager avec famille et amis et des secondes à savourer...

On est parti. On a changé. On revient et on repart... pour une année !

Mais qu'importe la destination. C'est le chemin qui compte. Et celui qu'on a pris cet été. Et celui qu'on reprend en rentrant. Si on rentre...

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 1 sept 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Temps libre

La chaleur est de retour. Nous sommes en plein été. L'heure est venue de s'offrir du bon temps. De briser les chaines qui font mal, de rompre les amarres qui trop étreignent. De nous laisser voguer vers de nouveaux horizons à savourer en mode excursion, guinguette ou... simplement sieste ! Car les bords de Saône nous font aussi du pied !

Mais puisque on parle de s'offrir du bon temps faut-il aussi considérer comme des engins du diable, smartphone, tablette, "Heil phone" et autres objets ou "services" connectés, qui nous prennent de plus en plus de temps en nous éloignant aussi de tant d'instants partageables. Doivent-ils nous accompagner ? Ou bien faut-il sortir les grands maux et parler de période propice pour se... désintoxiquer ?


Photo Matthew Henry - Unsplash

 Car  67% des personnes interrogées possédant un téléphone portable avouent regarder leur smartphone pour vérifier si elles n'ont pas de messages, appels ou textos même quand aucun signal n'a retenti. Une maladie spécifique a même été inventée pour définir ce phénomène : la nomophobie

Là où certains verront un moyen de renforcer des liens distants, d'autres sauront reconnaître bien des addictions : au jeu, aux news, aux discussions de comptoirs péremptoires, aux like, au dernier tweet... à la sonnerie qui vous siffle comme une injonction impolie à cesser séance tenante tout ce que vous, vous êtes en train de vivre...

Autour de nous nous sommes cernés. Nous les voyons de plus en plus ces symptômes de destruction sociale, en réunion, au restaurant, dans la rue. Même jusque sur le canapé du salon ? Pourtant beaucoup semblent fort satisfaits, il faut aussi en convenir. Même si beaucoup ne sont plus là, qu'en pointillé. Plus dans le même temps. Le même tempo. Dans la même mesure.

Partitions...

Imprimer - - par @La rédaction - 9 juil 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Question de bière

Quand il fait chaud il fait chaud. On a envie de l'eau, vie de l'eau, oh.... chantait CharlElie Couture sans transpirer. Le besoin et la nécessité de s'hydrater c'est aussi ce que rappellent les autorités publiques face à la période caniculaire que nous traversons... 

 


Photo Patrice Josserand

 

 Quelques conseils clés utiles en cas de fortes chaleurs :
- Buvez régulièrement de l’eau (pas de la bière) sans attendre d’avoir soif ;
- Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour. Avec de la bière c'est gâcher...
- Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ; Puisque on vous le dit !
- Evitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché...) ; Tiens on ne parle pas de bars....
- Evitez les efforts physiques ; évidemment...
- Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ; Pas seulement la cave.
- Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide. Pour éviter la mise en bière c'est mieux.

 

UN NUMÉRO UTILE : 0 800 06 66 66

Portez vous bien surtout.
Merci de nous lire,
Imprimer - - par @La rédaction - 23 juin 2017 - 1 commentaire - Réagir





Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information
PROPOSEZ VOS INFOS

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle