entre nous - chalon sur saone

Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Les billets de V@C

Vu de CHALON : (petite) Revue de web - 20/01Ci dessous les éditos de nos Lettres hebdomadaires principales et quelques articles qui éclairent la position de la rédaction de vivre-a-chalon sur l'actualité et... l'actualité de l'actualité :-)

Car comme vous le savez, cela fait longtemps qu'on le répète, on ne délivre plus aujourd'hui l'information comme hier et, "Le journal à la papa, c'est bien fini"  ;-)
 

Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

 
Publicité.
 

Le billet de V@C : Question de bière

Quand il fait chaud il fait chaud. On a envie de l'eau, vie de l'eau, oh.... chantait CharlElie Couture sans transpirer. Le besoin et la nécessité de s'hydrater c'est aussi ce que rappellent les autorités publiques face à la période caniculaire que nous traversons... 

 


Photo Patrice Josserand

 

 Quelques conseils clés utiles en cas de fortes chaleurs :
- Buvez régulièrement de l’eau (pas de la bière) sans attendre d’avoir soif ;
- Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour. Avec de la bière c'est gâcher...
- Mangez en quantité suffisante et ne buvez pas d’alcool ; Puisque on vous le dit !
- Evitez de sortir aux heures les plus chaudes et passez plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché...) ; Tiens on ne parle pas de bars....
- Evitez les efforts physiques ; évidemment...
- Maintenez votre logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais) ; Pas seulement la cave.
- Pensez à donner régulièrement de vos nouvelles à vos proches et, dès que nécessaire, osez demander de l’aide. Pour éviter la mise en bière c'est mieux.

 

UN NUMÉRO UTILE : 0 800 06 66 66

Portez vous bien surtout.
Merci de nous lire,
Imprimer - - par @La rédaction - 23 juin 2017 - 1 commentaire - Réagir

Le billet de V@C : Fenêtre de tir ?

C'est maintenant donc. Il y a une fenêtre de tir qui n'a jamais existé. La majorité absolue aux législatives en France... Rêvons un peu... ? Même si "L'obéissance est notre problème" disait Howard Zinn (1922-2010)...  

Avec une majorité absolue au parlement rien ne peut plus empêcher un véritable séisme populaire politique. Ces nouveaux députés qu'on nous vend très souvent sans passé vont enfin pouvoir envoyer un signe fort de désobéissance d'innovation. Aux 15% qui les ont élus peut-être mais surtout à la majorité qui s'est abstenu de voter, même contre cette fois. Un signe aux "gens" comme pourrait dire l'insoumis officiel. À toute la nation surtout. Celle qui ne croit définitivement plus aux promesses et... à la probité. Et par-delà, envoyer aussi un signe à l'Europe. Car le mal est profond sur le vieux continent.

 


Source : Yoann Ferret‏ @yoannferret

 

Alors, sans opposition, cette nouvelle majorité écrasante, ce nouveau parti encore sans taches - quoique- , ce si jeune Président plein de sève et aux neurones surbioniques vont enfin pouvoir agir. Montrer qu'il est temps d'en finir avec trop d'injustices ! Temps de changer d'époque, de moeurs. De maîtres aussi ? Désobéir aux marchés ? On peut rêver ? C'est possible ?

Et plutôt que d'ajouter des remèdes homéopathiques, genre dose de proportionnelle, choisir de casser ce vieux moule et bien le montrer !

En terminer par exemple avec les dorures, le faste et le coût du cadre du pouvoir qu'il conviendrait de remiser dans les musées. Apprendre aux élus à prendre le métro comme dans les pays scandinaves, cesser d'employer des proches et surtout fictivement, encadrer les retraites et parachutes dorées indécents, limiter et légiférer sur les écarts abyssaux de salaires, cesser les aides à toujours la même presse papier, instituer une transparence absolue des revenus et patrimoines des représentants publics - c'est eux qui veulent être publics - , interdire ou mieux controler les lobbys en donnant l'argent au collectif, favoriser les actions de groupes, et aussi faire pression sur l'Europe pour, en montrant l'exemple, infléchir ses pratiques et en faire ce pour pour quoi elle a été acceptée et conçue, etc.

Mais on s'égare c'est évident. On s'égare...

Avec une telle majorité beaucoup parient plutôt qu'on risque fort d'avoir beaucoup à perdre de ce si beau modèle social protecteur et solidaire qu'on nous envie de par le monde. Beaucoup le pensent et le disent.

Espérons nous tromper ! Rêvons au moins jusqu'à lundi !

Imprimer - - par @La rédaction - 16 juin 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Info ou com ?

Ces informations sont elles arrivées jusqu'à vous cette semaine ?

  • Sur-médiatisation : "Trump "anéanti" par la poignée de main de Macron : la presse compte les points".
  • Le Monde : "Pour sauver le glyphosate, la firme Monsanto a entrepris de nuire par tous les moyens à l’agence des Nations unies contre le cancer."
  • Mediapart : "Les documents Malta Files montrent que Renault, PSA et Auchan ont économisé 141 millions d'euros d'impôts en localisant leurs activités d'assurance à Malte, asséchant d'autant les recettes fiscales de la France. Une pratique légale, mais d'autant plus choquante que Renault et PSA ont l'État à leur capital."
  • Libération : "Sale temps pour les bénéficiaires du RSA. 45000 des 115000 allocataires du revenu de solidarité active du département du Nord sont menacés de le voir raboté. Leur faute ? Avoir omis de s’inscrire à Pôle Emploi."

 

 

  • vivre-a-chalon : tout sur les législatives en Saône-et-Loire et.... un week-end de Pentecôte chargé en tentations des plus alléchantes : Montgolfiades, BaLLades, Europopcorn, Asian Expo, Nationale 6,  concerts, expos, sorties... L'embarras du choix !

Si vous nous suivez sur Facebook vous savez déjà tout.

Merci de nous lire. Et de nous suivre ?

Imprimer - - par @La rédaction - 2 juin 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Mensonges fardés

Les contrastes sont de plus en plus évidents. Grands écarts même. Des évidences pour beaucoup d'entre nous, et ce que l'on appelait avant des scandales - mais le scandale n'existe plus depuis longtemps - sont visibles aux yeux de tous. Toutes ces différences. De richesse, d'éducation, d'avenir, de possibilités... On en parle ? Pas trop....

Pourtant internet aide en relayant bon nombre d'informations sur ces sujets dont ne s'emparent pas nos pouvoirs publics et les médias pourtant - on se trompe ? - censés nous protéger et alerter. Il en est ainsi de la nourriture - on nous vend du poison comme on en parle cette semaine sur V@C (ici ), la terre est empoisonnée d'indigestes traitements, l'élevage est survitaminé et surmédicalisé au détriment du respect de la vie et surtout... de la mort des animaux. Et il en est ainsi des idées. Des envies. Des pensées. Pollution. Mensonges fardés.

Alors le monde des "vrais" médias - entendons ceux qui participent aux pouvoirs politique ou économique - se gausse actuellement de lutter activement contre les "fake news", ces fausses informations censées générer des prises de position trop partisanes, alors qu'il y a fort à parier aussi que cette lutte, sous couvert de se protéger d'un complotisme souvent assez simple - même si il est entendu dans les urnes -, risque surtout de limiter très largement le pouvoir des lanceurs d'alerte et, de fait, notre liberté d'expression.

Merci de nous lire, 

Imprimer - - par @La rédaction - 13 mai 2017 - Réagir

Le billet de V@C : Le sens des mots

Liberté, identité, populisme....Vous avez regardé "La Grande Librairie" hier soir ? C'était un délice. Un moment de plénitude avec une discussion autour du sens des mots du pouvoir. Qu'on était loin de l'hystérie ambiante.

 

De Philippe Claudel à Marie Darrieussecq en passant par Boris Cyrulnik ou Patrick Boucheron les auteurs et professionnels du langage invités ont rivalisés de politesse, de justesse et d'érudition. Comme cela fait du bien !

Comme il est agréable d'écouter des gens qui construisent ensemble calmement. Qui éclairent. Qui nous rendent plus instruits en stimulant aussi nos neurones bien meurtris par une avalanche d'"éléments de langage", d'injonctions et de propagande...

Pourtant vos recherches sur Google le montrent : en cherchant nombreux les "infos" délivrés par les sondages devins pour l'élection présidentielle vous montrez bien plus que de la simple curiosité. De la lumière ? Sans doute l'aveu d'une indécision, d'un trouble, peut-être aussi pour près d'un quart d'entre nous une envie légitimée de s'affranchir de responsabilités et d'injonctions sans trop de risques ? Risque : un mot absent de la campagne électorale ont noté hier les invités de la Grande Librairie...

Rendez-vous donc dimanche soir. Chacun sait ce qu'il a à faire. Et ceux qui auront eu la chance d'avoir vu (ou de voir le replay) l'émission de Phillipe Bunuel sauront où et comment s'éclairer !

Merci de nous lire, 

Imprimer - - par @La rédaction - 5 mai 2017 - 3 commentaires - Réagir

Le billet de V@C : Vers l'hystérie ?

Élections présidentielles 2017, deuxième... Moteur !

Ouh la la... l'atmosphère devient chaude ! Irrespirable quelquefois tellement semblent nombreux les énervés COMPULSIFS, les hystériques REVANCHARDS et les donneurs de leçons patentés pourtant le plus souvent ANNIHILÉS dans les urnes et DÉTESTÉS pour leur mépris. Mais arrêtons de CRIER !

 

 
Art installation at the IFM (Institut Français de la Mode)

Pourtant les noms d'oiseaux, des traîtres toujours, pleuvent. Les insultes graveleuses hier à Nice. De nombreux appels à mobilisation sont reliés ou raillés. Et l'hystérie, la honte et la peur semblent l'emporter sur l'enthousiasme. Sur l'envie. On semble contre surtout. Pas pour.

Les médias sont eux-mêmes fortement impactés. Audrey Pulvar a été suspendue de l'antenne de Cnews. Pierre-Emmanuel Barré a quitté France Inter. Battu, Jean-Luc Mélenchon est traîné dans la boue pour ne pas donner (sic) de consigne de vote.
Et nous-mêmes la semaine dernière, pour avoir évoqué ici l'importance du premier parti de France, les abstentionnistes, nous avons reçu des mots durs, accusé d'en faire la promotion alors que nous ne faisions que pointer le profond malaise... qui allait exploser. 

Qu'on ne se méprenne pas; nous nous contentons de pointer ce qui nous semble pertinent de mettre en débat dans l'actualité ou ce qui nous semble intéressant de discuter, de partager. Le vote est l'affaire de chacun et donner (donner !!!) des consignes de vote nous semble même quelque peu méprisant pour les citoyens que nous sommes censés être. Abstentionnistes compris !

Mais on ne peut ni ne doit se voiler la face : le malaise est profond. Nous ne sommes plus en 2002 et le fait de partager des informations, des idées... et des mensonges en kit à la vitesse du clic change énormément la donne.

Il va être sans doute vital pour chacun, même nanti, de s'intéresser vraiment à tous ces gens qui se sentent oubliés ou floués. Parlons social ? Parlons partage ? Osons l'amour ? 

Merci de nous lire, 

Imprimer - - par @La rédaction - 28 avr 2017 - 4 commentaires - Réagir

Le billet de V@C : L'Indifférence

Elections présidentielles 2017, premiere... Moteur !

Les médias ne parlent plus guère de l'abstention. De ceux qui abandonnent un terrain jugé pipé. Qui n'y croient plus. Qui aussi de plus en plus nombreux ne veulent plus cautionner un "système" qui se nourrit d'eux. On insiste maintenant sur les 35% qui n'auraient pas encore choisi.


Et au total, cela fait beaucoup, beaucoup de monde qui ne sait plus quoi croire... La distance est énorme entre une échéance qu'on voudrait démocratiquement collégiale - on y croit, on y croit, c'est très bien comme ça - et un ressenti répulsif de plus en plus prégnant. Comme un doute. La fin d'une histoire ? L'attente de l'étincelle. Un ç
avapétisme... Ou bien pire encore : l'indiférence.

 


Photo Patrice Josserand

Alors dans cette ambiance plombée, au sens premier du terme même, on se regarde, on se surveille aussi. Et même si on fait la sourde oreille, on reste en éveil.

Parce que Trump, Poutine et maintenant Erdogan. Et les anglais qui quittent un navire Europe construit pour tuer la guerre. Et tous ces ambitieux du gouvernail qui voudraient, sabre au clair, notre aval en amont. Et cette extrême droite dont on sait d'où elle vient.

Alors c'est sûr qu'on est pas serein d'entendre haines et ambitions qui se déchainent. Alors on a pas trop confiance et sans ce doute on reste un peu à distance.

Pourtant c'est vrai qu'ils se réunissent, qu'ils voudraient qu'on s'unissent, qu'on tisse ensemble une nouvelle histoire, pleine de fils à tirer, de récits à inventer et à conter. Du nouveau ! Du nouveau ?

Mais, aujourd'hui, on peut zapper, on peut surfer et comparer. On peut changer d'histoire. On peut changer de miroir. On peut cesser de croire. On peut même cesser de s'intéresser. Droit à l'indifférence...

Elections présidentielles 2017 première. Coupez ?

A suivre...

 
Imprimer - - par @La rédaction - 20 avr 2017 - 1 commentaire - Réagir

Le billet de V@C : In vino veritas ?

Tout est à vendre. Après les stades les villes ? On appelle cela le "naming"... En français on a envie de traduire par "marquage" tellement c'est marchand !

Bien sûr pour les stades c'est un peu différent, le sport ça fait longtemps que cela n'a plus rien à voir avec Coubertin et qu'il est vendu corps et âmes voire plus.... Mais sur le fond c'est quand même surtout une question d'argent. Pas d'histoire ou d'identité régionale. 

Et il faut se rendre à l'évidence. On vend mieux le vin du domaine du privé que l'eau... du domaine public ! Même si les frontières sont poreuses.

 


Photo C.Chapé

Cette fin de semaine se tient à a Chalon-sur-Saône (encore) le Grand Prix de... Chalon en Bourgogne (déjà pourtant), un concours de saut d'obstacles. Nous avons eu l'occasion d'évoquer le sujet de notre éventuel "marquage" de nombreuses fois, au sujet du ballon Chalon en Bourgogne notamment. Nous avions même bien auparavant et avant tout le monde, proposé () aux chalonnais de choisir entre Bourgogne et Saône. Et le résultat fut sans équivoque : vous aviez envie de garder les pieds dans l'eau. De ne pas sacrifier tout au pognon à la région. Au vin. La Saône et Loire ne s'appelle pas encore  Bourgogne du Sud. La Saône vous est chère...

Pourtant c'est évident, l'argument touristique majeur est plutôt la notoriété du vin de Bourgogne voire l'importante histoire de cette région. Cela résonne au-delà de nos frontières départementales beaucoup plus que les actualités de cette Saône qui se contente de traverser pas toujours tranquillement notre ville et qui n'est qu'une attraction touristique mineure.

Car bien que nous soyons juste après le 1er avril il n'y a pas assez de pêcheurs, pas assez de navigateurs, pas assez d'amoureux de la beauté de cette rivière encore sauvage sur laquelle il fait si bon voguer ou sur les berges de laquelle on aime passer du temps à flaner, respirer, prendre du temps pour soi...

Mais non c'est évident puisque on vous le dit il faut être attractif, il faut pouvoir attirer des porte-monnaies, attirer de l'argent la vie. In vino veritas  !

En 2011 (( donc) nous imaginions un débat entre Gilles Platret et Benjamin Griveaux sur le sujet au conseil municipal... "L'un serait il prêt à sacrifier plus de 2000 ans d'histoire ? Et l'autre prêchant un avenir économique pour les 1OO ans à venir ?" Aujourd'hui les rôles ont changé.  mais si l'on dit que l'on ne se baigne jamais dans le même fleuve, bois-t-on deux fois le même vin ? 

Merci de nous lire,
Imprimer - - par @La rédaction - 8 avr 2017 - Réagir

Humeurs : sous le signe du rassemblement... deux stèles symbolisant aussi des divisions

Les stèles ne sont pas des monuments, elles rendent aussi des hommages à des épisodes tragiques de notre histoire, perpétuant parfois aussi des divisions toutes aussi dramatiques.

C'est le cas de la stèle ayant pris place, puis retirée et devant à nouveau être réinstallée place du 19 Mars, espace sur laquelle la mention « Guerre d'Algérie » a été extraite.



Une stèle souhaitée par nombre d'anciens combattants d'Afrique du Nord, bénéficiant de subventions de plusieurs communes mais qui n'est pas du goût d'autres combattants et des harkis notamment.

Un chanteur pourrait s'inspirer de Michel Sardou, qui avait chanté et loué les deux écoles en s'inspirant de ce qui se passe depuis quelques années déjà dans notre ville à propos ... des deux stèles.

Il est vrai que celle, installée depuis 1967, au cimetière de l'Ouest, ne fait plus polémique ... quoique ...


C'est devant elle, que les opposants à la seconde se retrouvent plusieurs fois par an comme il y a une dizaine de jours ou encore pour la Toussaint ou encore pour se remémorer les événements tout aussi douloureux du 5 Décembre 1962.

Des dates qui font débat, pas seulement localement, un candidat à la présidentielle ayant même dû « rétropédaler » sur le sujet !

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 4 avr 2017 - Réagir

Le billet de V@C : un toujours (in)certain 1er avril...

Bonjour,

 Nous avions édité une première version de ce petit billet en 2011... En 2017, nous le réactualisons donc en vous laissant le loisir de plonger à la recherche de nos nouvelles aquatiques dès ce samedi !

Cherchez bien. Il y aura sûrement anguille sous roche! Mais en attendant vous faut-il pour autant faire le gros dos ou plutôt le dos fin pour ne pas vous laisser hameçonner par tous ces bruits de vase qui ces derniers temps polluent plus que nos rivages... 

Bref, nous n'y échapperons pas en ce premier avril, la marée va monter surtout du coté de la presse dont le papier servait encore il y a peu à emballer le... poisson. Aujourd'hui elle n'emballe plus guère semble t-il !

Mais ne gâchons pas notre plaisir - certains canulars, sont plutôt bien ficelés - et demandons nous plutôt parmi les informations ci-après quelles pourraient bien-être aujourd'hui celles dont on aurait préféré qu'elles sentent vraiment la marée plutôt que la dure réalité qui semble jour après jour partir de plus en plus en queue de poisson :

A la pèche aux infos donc : bonjour la confiance : EDF et AREVA savaient, Fukushima qui ne s'arrange pas, Poutine qui après Trump joue aux négationnistes écologiques, Erdogan, des costumes sur mesure qui demeurent très chers même vomis rendus, Valls qui ne remboursera pas la primaire aux militants du PS, l'Europe en Brexcrise, la politique aussi avec une abstention record encore à venir, la hausse du FN qu'on ne voudrait plus appeler FN ben voyons, le prix des jeux avec le salaire des footeux et des amuseurs populaires vulgaires et les tonnes de papiers jetables qui y sont consacrés, le prix du pain et les écarts de richesse qui s'accentuent encore, le devoir de relire les 137 articles de V@C sur les présidentielles et législatives 2017... 

 

Exemples non exhaustifs malheureusement... Il faut bien admettre que cette funeste liste est longue et que, le temps d'un jour de farce, nous n'aurons guère plus que le loisir de nous en lamenter encore. Mais, entre nous, ça fait combien de temps qu'on n'a pas péché une vraie bonne nouvelle sans Marseillaise à l'appui ? Hors sport donc... Hors jeu alors ?

Merci de nous lire,
Imprimer - - par @La rédaction - 1 avr 2017 - 1 commentaire - Réagir





Rechercher dans cette rubrique  


 
 



 

LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle