entre nous - chalon sur saone

Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Les billets de V@C

 Ci dessous les éditos de nos Lettres hebdomadaires principales et quelques articles qui éclairent la position de la rédaction de vivre-a-chalon sur l'actualité et... l'actualité de l'actualité :-)

Car comme vous le savez, cela fait longtemps qu'on le répète, on ne délivre plus aujourd'hui l'information comme hier et, "Le journal à la papa, c'est bien fini"  ;-)
 

Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

 
Publicité
 
 

Le billet de V@C : Alternatives (avec Philip Roth)

"On est immortel, tant qu’on est vivant."  disait le regretté Philip Roth dans La bête qui meurt. Profitons donc de ce moment d'éternité pour, comme le grand écrivain américain, observer que "le désordre du monde est un désordre sous surveillance, ponctué d'entractes pour vendre des voitures. La télé fait ce qu'elle sait faire de mieux : elle accomplit le triomphe de la banalisation de la tragédie."
 
 
Ainsi après le feuilleton du mariage royal entre un prince et une actrice américaine qui a occupé beaucoup de temps de cerveau trop disponible passons aux choses sérieuses : “En cas de guerre ou de crise”, est le nom d'une brochure que tous les Suédois vont recevoir. Comme si la Suède se préparait à la guerre. Nous le savons en lisant Roth, « Moins il y aura de peur, mieux cela vaudra. La peur fait de nous des lâches. La peur nous avilit. »
Et même si cette peur qu'on nous construit souvent pour mieux nous entraver voudrait nous voir renoncer à espérer plus, nous pourrions faire notre cette nouvelle citation tiré de Un homme : "N'attends pas que ta main soit froide pour donner". Pour entraver le repli de la peur et oser le don et le partage plus raisonné. Rejoindre ainsi certains idéaux de ceux qui ne veulent pas croire au TINA (There is no Alternative), nouvelle pensée (!) pas si libérale... Affirmer qu'au contraire il y a bien des voies plus horizontales à explorer.
 
Et c'est aussi dans cet esprit ici, à Chalon et partout en France, que ce samedi est organisée une “Marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité”. Au delà de l'affrontement, des haines qui montent avec les extrêmes - droites surtout. Mais, Philip Roth encore dans La tache, peut-être l'un de ses romans les plus dérangeants : "le danger, avec la haine, c'est que quand on commence il en monte cent fois plus qu'on aurait voulu. Je ne connais rien de plus difficile à brider que la haine." No alternative...
 
Alors peut-être que l'on fait fausse route. Peut-être aussi qu'on se doit d'essayer avant de laisser faire le temps. Au risque de se tromper  come dans La pastorale américaine où "C'est même comme ça qu'on sait qu'on est vivant : on se trompe". Au risque de se retourner vers un passé défunt au lieu de jouir....
 
Mais laissons Monsieur Philip Roth le dire mieux que nous dans une nouvelle pirouette: « Combien de temps l'homme peut-il passer à se rappeler le meilleur de l'enfance ? Et s'il profitait du meilleur de la vieillesse ? A moins que le meilleur de la vieillesse ne soit justement cette nostalgie du meilleur de l'enfance ».

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
 
Illustration : pochette de disque François Béranger.
Imprimer - - par @La rédaction - 25 mai 2018 - Réagir

Le billet de V@C :Ça mache pas si mal...

Suite à une forte mobilisation citoyenne contre les dérives de l'élevage industriel, le Préfet de Saône-et-Loire vient de prendre un arrêté refusant l’autorisation de la ferme-usine des 4000 bovins à DIGOIN.

L'application des décisions de justice concernant le circuit de Bresse condamné pour nuisances sonores semble en vue du fait de la ténacité des riverains et des associations concernées. Santé contre sport mécanique, loisirs contre nuisances domestiques.

 

Photo Catherine Paris

 

Bonnes nouvelles pour un mieux vivre plus écologique ? Sauf que le 5 mai, nous avions, nous français, consommé l'ensemble des ressources offertes par la nature pour un an. Depuis 2014, cette journée de "dépassement écologique" arrive plus tôt chaque année. Sale temps...

Sauf qu'en ville on incrimineouvertement la qualité (!!!) de l'air concernant la mortalité, sauf que la quantité de pesticides répandus dans nos campagnes ne dérange pas vraiment les lobbys agricoles ni le greenwashing de labels écolos de plus en plus confus...

Mais ouf, enfin ! Vos semelles de basket sont, comme on nous l'a rabâché avec une bonne grosse tartufferie, peut-être en chewing-gum recyclé. On vous laisse imaginer le coût carbone du circuit de récupération et de fabrication !

Mais bon, après tout, tout ne mâche donc pas si mal !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 12 mai 2018 - Réagir

Le billet de V@C : Amballant emballés ?

Emballant ! Ce second pont de mai s'annonce bien. Soleil et chaleur annoncés. Autant de bonnes raisons de s'offrir un grand bol d'air pour s'aérer corps et esprit. Pour cela le choix est encore grand et ravira autant les amateurs de sports, de musiques ou d'art ! Sans compter les autres qui se contenteront de balades en Bourgogne ou plus loin à la recherche de curiosités ou tout simplement de calme en ce mois de mai anniversaire de 68 qui semble bien loin de promettre des jours meilleurs ou simplement des jours pour... s'emballer ! A moins que...

 


Auteur: Thimothee Redkiten - Licence: Copyleft

Un 1er mai assez tristounet au niveau de la rue, un peu comme chaque année il est vrai, n'aura drainé que les plus engagés et, cette année... les plus violents. Au delà, à moins que la "Fête à Macron" du 5 mai ne démontre le contraire, une grande masse silencieuse apparaît comme prostrée dans des pantoufles, confortée par des oeillères ou des dénis  en espérant ne pas avoir à trop subir, ne pas être aspergée, ne pas être dérangée par le bruit du canon qui tonne au loin sur l'écran plat du salon... C'est tout juste si la misère qui toque de plus en plus à nos portes et à nos fenêtres ne devenait pas un délit sur les réseaux sociaux. 
Et puis une frange, alternative au sens premier du terme souvent, "debout" quelquefois, alerte sur la déliquescence, sur l'absence, l'abandon des communs,  les oppositions qui s'affirment. Sur les écarts qui deviennent des abysses. De richesses comme de savoirs.
Et même si, au delà de ces alertes, beaucoup s'activent dans des sphères moins médiatisés, des zones - sans doute aussi à défendre - protégés des propagandes ou du simple bruit ambiant, la "machine" du tout économique qui fabrique des "French days" perclus d'emballage plastique, de kilomètres carbonés et de surendettement endémique semble , elle aussi,... bien emballée !

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 4 mai 2018 - Réagir

Le billet de V@C : L'attente...

Que de conférences, de rencontres, de visites, de débats ! Jamais sur vivre-a-chalon nous n'avons reçu autant d'informations pour annoncer ces différents événements. On peut se réjouir du succès de ce type de manifestations, de la curiosité que nous manifestons pour des sujets les plus divers. On peut aussi voir cela d'une autre façon...

 


Photo Patrice Josserand

Les thèmes de ces différentes occasions de se retrouver nombreux de plus en plus souvent sont souvent de même nature. La santé déjà... surtout. Ce bien être perdu que l'on nous vend tant. La peur aussi, toutes, elles ont toujours fait vendre... L'écologie bien sûr ! Et on nous culpabilise sensibilise, même s'il conviendrait sans doute de s'alarmer un peu plus en amont de nos chaînes de consommation vers ceux qui fabriquent l'envie, le besoin, les excédents d'emballage, l'obsolescence...

Il y a aussi comme important sujet de rencontre et d'écoute le patrimoine.  S'instruire avec du réel et du palpable. Apprendre du passé. S'en rassurer ? Valeur sûre.
Et puis les films sont de plus en plus accompagnés de débats. Les documentaires jadis bannis des salles obscures, y triomphent maintenant lorsqu'il s'agit de regarder le monde dans lequel nous vivons en s'alarmant, se révoltant, ou pour le tourner en dérision comme avec Merci Patron. Pan !

Nous sommes semble t il passé de l’ère de la sortie détente à celle de la sortie responsable ou en recherche de bénéfices, de réponses. Une sortie qui éduque, qui soutient, qui informe... qui soigne. Qui cherche aussi à se rassurer sur un trop plein d'incertitudes, un avenir que l'on aurait peur d'attendre...

Voilà le sujet. Vous avez 4 jours en ce premier pont de mai.

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 28 avr 2018 - Réagir

Le billet de V@C : Des mots trop show

Place aux couleurs, aux contrastes, à la lumière, à la chaleur et à la vie ! Enfin...
Côté teintes, la nature explose. Elle nous "allume" littéralement ! On en mangerait presque de l'herbe, des feuilles, des fleurs ! Et l'on n'a de cesse d'écarquiller les yeux sur ces nouveaux contrastes chassant les mornes teintes d'un hiver trop long. On ouvre... L'éclate !


Photo Patrice Josserand

 

Et ils en on vu de toutes les couleurs les participants  à la "Color Run" (entre nous on ne pourrait pas faire preuve d'un peu plus d'imagination pour nommer cette course arc en ciel avec la belle langue que nous possédons ? Faut-il lancer un défi ? Montrer que l'on est capable d'enrichir notre langue, la défendre, sauver des mots, en créer... ). Et si, comme nous et nos photographes, vous vous êtes inquiétés du véritable gazage coloré qui a réjoui tous les participants sachez qu'il s'agit de colorants alimentaires à priori inoffensifs. Sauf pour les appareils photos paraît-il...
Côté chaleur, il y a eu bon nombre de peaux à transpirer du côté des participants aux Burning Days (là aussi on ne pourrait pas faire preuve d'un peu plus d'imagination ? Cesser de jouer les perroquets markétés...).

Nous sommes fatigués de ce "frangliche" qui veut faire court, percutant, branchouillé. Ces mots trop show. Et nous sommes effrayés par la disparition manifeste de l'usage de nombreux mots, synonymes de pertes de nuances et de pertes de liant.

Car ce que l'on ne nomme pas bien ne peut correctement se partager.

Imprimer - - par @La rédaction - 21 avr 2018 - Réagir

Le billet de V@C : No Man's Land

Jacques Higelin le chantait en 77... Il terminait les concerts de ses dernières tournées avec ces magnifiques mots. Ces mots qui nous ont bouleversés et qui nous accompagneront encore longtemps. L'amour, sans même savoir, ce que c'est. *

 

 

   

"

Ce désespoir,
Qui peut te saisir et t'anéantir,
Un soir où le printemps fait claquer ses bourgeons,
Dans la chaleur d'un corps qui se tord et qui se fond le temps d'une illusion
On appelle ça la liberté, la liberté
Qui traque jusqu'au fond du ciel
L'oiseau rebelle aux ailes déchirées, la liberté, la liberté

La liberté, de choisir, l'étendard,
De tes futures désillusions,
Le temps de crever avec,
Et de te sentir vraiment tout con,
Devant, le regard innocent,
D'un enfant, qui se réveille...
Devant le regard, d'un enfant qui se réveille, Et qui dans un sourire, te fait, l'amour,

L'amour, sans même savoir, ce que c'est "

 

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 13 avr 2018 - Réagir

Le billet de V@C : La séve monte

La sève monte. Comme la contestation. On se croirait, sauf l'absence fort remarquée du soleil et de nombreux degrés centigrade, au coeur du printemps tellement fleurissent les revendications mais aussi les propositions de sorties et d'activités en tout genres. Après une longue et habituelle relative somnolence la lumière revient de plus en plus vite et éclaire un agenda qu'on risque bien d'avoir du mail à suivre tellement il est riche. Tout éclate ! Surtout les règles que de nombreux mouvements sociaux revendiquent de débattre ensemble.

Côté loisirs il suffit de consulter les invitations de cette fin de semaine déjà : les Rencards battent leur plein, les rencontres de l'Archipel démarrent jeudi, Guillaume Meurice est Salle Sembat vendredi,  un grand prix de sauts d'obstacles de Chalon en Bourgogne (oui on sait c'est aussi à Chalon... sur Saône), les 50 ans de la vague, le Centre Eden, le salon de la micro-édition... sans évoquer les dizaines d'autres concerts, spectacles, matches, rencontres, films, salons, braderies etc. qui vous sont proposés dans notre agenda.

 

Et on vous a dit que l'opération tulipes contre le cancer démarrait aussi ? Et que Elise Lucet s'opposait à Raphaël Gauvain ?

Côté contestations, nous y reviendrons bien sûr. Il semble bien que, en cette année anniversaire de mai 1968, on n'en soit qu'au début... Point barré.

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 7 avr 2018 - Réagir

Le billet de V@C : La leçon

Quand on voit ce qui peut être fait au nom de Dieu, que reste-t-il au Diable comme activité ? La mort du lieutenant-colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame, assassiné par un terroriste a marqué funestement cette semaine. Partout en France et aussi à l'étranger, de façon quasi unanime ce geste a été interprété comme une leçon d'instruction civique et d'éducation morale. Un silence extrêmement respectueux a entouré ce qu'il est convenu d'appeler un acte d'héroïsme et l'hommage national qui a été rendu a été très largement partagé. Dans le silence qu'il convient.

 


La mise en avant d'homme de devoir, d'homme d'honneur, de mission qui dépassent les petits et grands égoïsmes qui font le quotidien de nos actualités apparaît ainsi comme porteur de sens que nous aurions oubliés, de voies dignes et respectables au service de plus grand que soi. 

Contre un fanatisme drapé de religiosité et de rancoeur, une autre certitude, une autre détermination.

Merci de nous lire,

La rédaction
Imprimer - - par @La rédaction - 30 mars 2018 - Réagir

Le Billet de V@C : de toutes les couleurs

Bonjour,

Gris, gris, gris... le ciel est gris. Il y a assurément de quoi broyer du noir ou pire voir rouge pour peu qu'on évite de tomber vert de rage par mimétisme avec une semaine pour les alternatives aux pesticides qui patientait jusque-là tranquillement à l'orange en attendant son tour... 

 


Photo Patrice Josserand

 

Oui, après une St Patrick de Grand Chelem, le vert est encore désiré. Attendu. Prié!  Surtout s'il n'est pas kaki ou de rage, mais couleur de l'espoir. Couleur du changement... couleur de lendemains qui poussent, qui gagnent de la lumière !  Et puis, réjouissons-nous quand-même, nous allons enfin franchir dimanche la ligne jaune qui divise heure d'hiver et heure d'été. Nous allons dimanche passer en mode été... même si c'est aussi en mode anorak que nous risquons d'aller devoir chercher des oeufs, symboles de vie nouvelle.

A l'heure où, parole d'hauteur, le "bleu" chalonnais du gouvernement Macron déclare, blanc comme neige,  que "l'on ne gouverne pas avec l'opinion publique", plutôt que d'espérer la vie en rose il faut s'attendre à faire grise mine, à reprendre un bleu de chauffe ou devoir travailler au noir, à rire jaune, à passer par toutes les couleurs de l'arc en ciel on dirait. Les mobilisations vont elles porter des fruits ?

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 24 mars 2018 - Réagir

Le billet de V@C : Grognes, souffrances, honte

On dirait que la météo se met à l'unisson. Cette fin d'hiver qui ne rend pas les armes voit s'exposer au grand jour les inquiétudes et la détresse des plus faibles d'entre nous. Les retraités et ceux qui s'occupent des populations vieillissantes manifestent leur vif mécontentement vis à vis de politiques qui, en plaçant l'économique et le technique au premier plan,  sont de plus en plus ignorantes de la dignité humaine. Qui l'insultent même.


Comment pouvons nous comprendre, à l'heure de l'accroissement vertigineux des écarts de richesse et de revenus, que l'on fasse un appel à l'effort de ceux qui ont déjà oeuvrés, à qui il a été promis des lendemains apaisés. A ceux qui nous ont élevés, c'est à dire aussi... placés plus haut. A ceux qui sont notre miroir.

Ne pas respecter les anciens et ceux qui s'en occupent avec beaucoup de dévouement est une faute grave. C'est aussi le symptôme d'un monde qui court à sa perte en ne voulant pas affronter en face le seul défi qui compte vraiment : celui de redonner aux mots justice, confiance, promesses, partages et honneur tout leur sens. Celui d'affirmer une identité plus égalitaire et fière.

Sans une remise en question drastique de cette dégringolade annoncée nous courrons à la honte. Pour peu que celle qui risque de nous soumettre existe encore...

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
 
Illustration Vincent Van Gogh
Imprimer - - par @La rédaction - 17 mars 2018 - Réagir





Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE



PROPOSEZ VOS INFOS

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle