Nos billets | vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

samedi 23 mars 2019

Bonne Fête Victorien

Photo de Chalon

entre nous - chalon sur saone

Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Les billets de V@C

 Ci dessous les éditos de nos Lettres hebdomadaires principales et quelques articles qui éclairent la position de la rédaction de vivre-a-chalon sur l'actualité et... l'actualité de l'actualité :-)

Car comme vous le savez, cela fait longtemps qu'on le répète, on ne délivre plus aujourd'hui l'information comme hier et, "Le journal à la papa, c'est bien fini"  ;-)
 

Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

Publicité

 

 

Le billet de V@C : Vert, vert, vert.. vers où ?

Le printemps est là ! Sans crier gare et en avance cette année ! L'actualité vous le lirez ci-dessous est largement coloré de VERT... Et il est vrai que le VERT a montré la semaine dernière d'évidentes preuves de remontée de sève avec les manifestations internationales pour le climat qui ont connu de fortes affluences, à Chalon aussi. Au moment où beaucoup se préparent, dans le désordre souvent, aux prochaines élections européennes, le label VERT devient un véritable sésame. Il est vrai qu'il est de plus en plus difficile de ne pas trouver d'activité qui revendique un label BIO, naturel, responsable pour mettre en avant tout et n'importe quoi. On lave plus VERT de partout !

Et les glaces fondent. Les insectes disparaissent. L'émeute gagne. Etc.

   

Daumier - L'émeute, 1848

Et, devant le désamour grandissant des populations pour leurs systèmes de gouvernance on sent aussi certains relâchements. Qualifiés de BRUNS cette fois. Comme des aveux même, avec plusieurs interventions remarquées de personnalités classées à l'extrême droite. Passons sur Brigitte Bardot dont la postérité ne retiendra pas la pensée. Par contre avouons qu'il est bien difficile de ne pas voir de l'impatience ou pire dans les attitudes concernant la théorie du Grand Remplacement, ou la réaction "Oeil pour oeil" d'une élue ex FN après l'attentat de Christchurch en Nouvelle Zélande - rappelons que le terrorisme ferait 80% de victimes musulmanes !


Et puis, puisque on en est à évoquer autoritarisme et libertés mises en péril, qui a dit, ni VERT ni BRUN, cette semaine : "Ne parlez pas de répression ou de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit".  Et : "Les Gilets JAUNES seront considérés comme des "émeutiers." Un pamphlet recommandé par Denis Robert et chroniqué sur notre site vous éclaire sur une réponse possible au moment où, et c'est énorme ,vous êtes 9 français sur 10 à vouloir un changement de politique économique et sociale.

C'est, à la lettre de ces déclarations, beaucoup de potentiels "émeutiers" pour braver un certain "vertige autoritaire".

Imprimer - - par @La rédaction - 22 mars 2019

Le billet de V@C : Convergences

Comme en de nombreux endroits de la planète et sous l'impulsion grandissante des plus jeunes une marche Citoyenne pour le Climat se déroulera samedi 16 mars à 15h place St Vincent à Chalon. 

En France, et au delà partout dans le monde, les citoyens se mobilisent face à l'urgence climatique. Cette semaine plusieurs ONG ont porté plainte contre l'Etat français pour inaction climatique. Les auteurs de «l'Affaire du siècle» qui a recueilli plus de 2 millions de signatures ont mis leurs menaces à exécution. Au même moment le soutien indirect de Bayer-Monsanto à LREM au niveau européen montre la profonde implication de l'économique, sans état d'âme trop souvent, dans le politique. Pour rappel en France, le financement des partis politiques par des entreprises est interdit, ce n’est pas le cas pour les européennes.

 


Par ailleurs d'autres manifestations de colère, de rejet ou de revendications affichent que le temps des convergences semble arriver avec des projets de manifestations unitaires, des appels conjoints, de plus en plus de preuves de gens qui ne veulent rien lâcher, rien oublier. Il y a ceux qui demeurent en opposition au Grand Débat National qu'ils jugent destiné à ignorer le fond du problème des inégalités et de représentativité et instrumentalisé politiquement pour les élections européennes. Et il y a aussi de nombreux participants à ces débats qui n'entendent pas que leur mobilisation et leurs propositions ne soient dévoyées ou ignorées.

Le maître mot semble vigilance à un moment où tout le monde manifeste de l'inquiétude et de la méfiance vis à vis de pratiques qui ont fait la preuve de leur impopularité. Pour ne pas dire plus.

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime

Illustration : Paul Gauguin, Lutte de Jacob avec l'ange 
Imprimer - - par @La rédaction - 15 mars 2019

Le billet de V@C : Mâles ou femelles les prises ?

Il y a 11 ans, lorsque vivre-a-chalon était le seul media internet indépendant en chalonnais avec des commentaires libres mais modérés bien avant Facebook, déjà nous avions publié un premier coup de gueule envoyé sur le site concernant cette Journée de la femme qui paraît maintenant bien convenue à l'heure des #metoo ou #balancetonporc qui n'attendent pas le seul 8 mars pour s'exprimer. 

 

 

En 2009 Daniel Deriot, avait profité de cette date pour évoquer la prostitution et rappeler tout simplement qu'un corps n'est pas une marchandise. Il avait ensuite en 2011 évoqué la mémoire de quelques femmes fort importantes.

D'ailleurs sur ce terme "Journée de la femme" vous trouvez plus de 70 occurences sur notre site et de nombreuses femmes mises à l'honneur. Toute une histoire qui, comme disait le planning familial, en avait marre du 8 mars en 2011 encore . Et l'an dernier nous avions déjà consacré cet édito à ce sujet sous le titre de "Femmes, un seul jour ? C'est terminé et c'est tant mieux".

Mais bref, point n'est besoin de ce nouveau rendez-vous marronnier pour se rappeler que le chemin à parcourir est encore long même en Occident. Et de nombreux pays ne peuvent se targuer de tendre vers une équité à peine concevable culturellement ou religieusement parlant.

Demain c'est sûr, on va parler sexe, tout va se discuter, les prises de parole vont compter...qu'elles soient mâle ou femelle ces prises. L'une n'allant pas sans l'autre, ça va de soi !

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
Imprimer - - par @La rédaction - 8 mars 2019

Le billet de V@C : Ne désherbez plus, urinez !

Un édito un peu comme une revue de "ça presse...! cette semaine " !

Aldous Huxley dans un de ses meilleurs romans, "Contrepoint", en 1926 avait soulevé le problème de l'impossibilité d'une démarche d'indépendance énergétique et alerté sur les dangers du toujours plus grand. Small is beautiful... Allait on toujours le répéter en vain...

Dans les années 70 le premier journal écologique digne de ce nom en France  répondant au doux nom de "La Gueule Ouverte" alertait déjà sur l'inexorable pollution en marche (tiens en marche...) et aussi l'impossibilité d'une démarche (tiens démarche) d'indépendance énergétique...


Photo Alain Dumortier

 

En Chine surtout, l'exploitation des terres rares tue chaque jour. La production de ces minéraux stratégiques qui sont extrèmement présents dans nos téléphones portables crée de véritables villes du cancer.

En France, "L'affaire du siècle",  la pétition contre «l’inaction climatique» de l’Etat bat des records et rien ne change. Surtout pas l'attitude du pouvoir qui doit sans doute obéir à d'autres injonctions... Et les grandes villes françaises toujours plus grandes, malgré internet, sont ces jours-ci irrespirables ...

Cette semaine vous l'avez sans doute vu, un incroyable "tsunami de glace", atteignant jusqu'à 12 mètres de hauteur, s'est formé sur le lac Erié à la frontière entre les États-Unis et le Canada. En cause : la hausse des températures. Encore.

Des groupes citoyens et les jeunes préparent un "printemps du climat " international. 

Et le pire c'est qu'on fait l'Autruche ou plutôt... la grenouille à notre insu ! Selon Numérama, le changement climatique se banalise. Les températures inhabituelles suscitent moins de publications avec le temps. Car oui on s'habitue déjà beaucoup trop au changement climatique, et cela se constate avec le nombre décroissant des tweets. On bout à petit feu comme des grenouilles dans une casserole. La température monte.

Faudra t-il face à cette non assistance à populations en danger, ici comme ailleurs, voir grandir la nécessité d'une désobéissance civile ? L'idée monte dans les rues, les écoles, les ronds points et nos lois se durcissent déjà... 

Et, plus près de nous cette fois, à Dijon : 100% des analyses ont montré la présence de glyphosate dans les urines.  Puissant herbicide, le glyphosate est nous le savons tous un cancérogène fort probable. Mais cessons de nous flegeller, positivons !  Enfin une bonne nouvelle, plus besoin de désherbant pour nos jardins, il suffit maintenant d'uriner ! C'est autorisé...

Merci de nous lire,

La rédaction

A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
Imprimer - - par @La rédaction - 1 mars 2019

Le billet de V@C : Carnaval !

Il emporte tout, il envahit tout, il habite Chalon depuis presque un siècle. On va fêter sa 100eme édition en 2020 et comme chaque année des centaines de bénévoles accompagnent le Comité des fêtes pour le deuxième plus grand carnaval de France. Ce qu'on oublie de dire assez.

 

Mais ce qui importe surtout c'est la liesse populaire et l'engouement de la population à s'approprier cet événement burlesque largement au delà de l'attitude de simple spectateur consommateur. Non, pour Carnaval on fabrique la fête ! On se la partage.

Bien sûr certains et certaines ne manqueront pas de dénoncer des traditions souvent datées, elles remontent il est vrai au Moyen-Âge, mais qu'il faut prendre avec le recul de l'histoire. La présence de musiques jugées souvent très martiales pour bien marcher au pas, tous à l'unisson, le rôle des femmes, des reines, des majorettes le plus souvent cantonnées dans la mise en valeur de leur atours.  D'ailleurs, au féminin le mot goniotte n'est pas valable au scrabble. Que des goniots, ces "gueurlus à qui on doit le respect tout le temps et un verre souvent» à l'heure de #metoo et de #balancetonporc. Pourtant Goniot viendrait de goune, engendrer...

Mais il y a, tradition là aussi, la libre parole, celle qu'on attribuait aux fous... de défier l'ordre établi. Et c'est le plus notable sans doute. La mise au pilori et la moquerie des puissants... l'espace d'une éclipse.

Mais en ces temps "rajaunis" come on dit chez nous, en ces temps où certains évoquent des jacqueries, le carnaval pourrait bien être un reflet de cette lame de contestation qui dure dans la rue  depuis novembre et que de Grands(?) Débats Nationaux ne semblent pas vraiment tempérer si on en juge par la fréquentation et la nature des revendications très éloignées du Grand soir !

On va attendre avec impatience la cavalcade cette année, ses chars mais aussi l'attitude et la couleur de la foule toujours très nombreuse.

Est-ce l'année du maillot jaune à Chalon déjà ?

Bon Carnaval, bonne fête des Fous à tous !

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
Imprimer - - par @La rédaction - 22 fév 2019

Le billet de V@C : Un carnaval "rajauni" ?

La fête des vendeurs amoureux de la Saint Valentin est passée. Avec en arrière goût, et comme de plus en plus souvent, celui d'une énième récupération commerciale - historiquement américaine encore - d'une tradition plutôt sympathique : fêter l'amour. Un article fort instructif de Jean-Claude Kaufmann paru cette semaine dans Le Monde nous rappelle d'ailleurs qu'avant d'être "récupérée" en partie cette fête, malgré une culture du viol, fut celle... des célibataires pendant 2000 ans. Moins normative donc. Qu'elle est très inventive dans certains pays qui vont jusqu'à l'interdire.  


Photo David Mercier

Comme chaque année c'est maintenant le Carnaval de Chalon qui se présente à l'horizon de la semaine avec ses rendez-vous habituels pour proposer à un large public de partager une grande fête populaire, ce qui devient rare au moment où la culture les loisirs sont de plus en plus consommés sans avoir à participer. Là on peut être dans. Avec. Fabriquer en partie la réussite de la fête.

La tradition a toujours été respectée : on peut moquer les puissants. Alors une question commence à sourdre, à venir jusqu'à nos oreilles... Y aura t-il un char avec des Gilets Jaunes ? Ou même un défilé jaune ? Ou un public largement "rajauni" ?

On y pense ? A suivre...

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
Imprimer - - par @La rédaction - 16 fév 2019

Le billet de V@C : Le prix des mots

Est ce la faute à internet ? A l'explosion de la possibilité de communiquer ? A force de tous pouvoir s'exprimer sur tout (?) beaucoup ne respectent plus grand chose. Beaucoup en jouent aussi. On se moque de tout. Égoistemement. Méchamment. Largement au delà d'une saine dérision.

Il fut un temps pas si éloigné où l'âge, la fonction, la représentativité ou tout simplement le respect, mot des minorités, du à autrui permettait de vivre en bonne intelligence la plupart du temps. D'échanger poliment avec peut-être un peu d'hypocrisie, de converser avec courtoisie même, d'utiliser des termes corrects et justes, et... de savoir se taire surtout lorsque la qualité d'autrui s'imposait. Aujourd'hui, sans doute parce qu'on l'a aussi trop longtemps confisqué la parole explose. Dans toutes ses composantes

 

 

Source

Aujourd'hui, à de rares et belles exceptions près, il y a surtout place que pour le chacun pour soi. Il faut s'imposer, faire parler de soi, de ses idées, de son produit. Il faut ne rien céder et surtout ne pas perdre de temps en pratiques... non rentables. Le temps est devenu inabordable. 

C'est évident ces jours en politique, et il ne convient pas de compter les points entre les grands... communicants. En économie, certaines pratiques au service du profit, peu scrupuleuses d'autrui, de la planète ou des lendemains sont légion. Et l'argent, plus que les honneurs de la reconnaissance et du respect, récompense ces attitudes. Corruption ?

Il n'y a guère plus que dans le monde associatif, où, égos quelquefois surdimensionnés mis à part, il est de plus en plus courant d'avoir affaire à des relations de qualité,  des gestes gratuits, du temps offert et partagé. 

En ces périodes liberticides mais de "grands débats" initiés par la rue mêlant dans un gigantesque capharnaüm limitations de vitesse imposables, référendums d'initiative populaire, mariage pour tous, etc. et une indéniable envie de plus de justice sociale, on ne fait pas pourtant de l'égalité la priorité.

Il y a alors fort à craindre que la fraternité, autre valeur républicaine, ne persiste à passer, au milieu de tout ce bruit, pour décidément ringardissime mon frère.

Si on  tape le mot "devise" dans google on connait vite le prix des mots.

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
Imprimer - - par @La rédaction - 8 fév 2019

Le billet de V@C : Le bal des faux nez continue

Tout va bien ! Le feuilleton Benalla revient. Un nouvel article de Mediapart, rare media indépendant français puissant, avec liens vers les enregistrements téléphoniques, explose les clics. Ce qui commence à ressembler à un bien  triste cirque pour notre démocratie continue avec des acteurs qui semblent se saouler de leur propre importance, de leur impunité. De leurs petites phrases assassines qu'ils promettent même de mieux maîtriser... De quoi user jusqu'à la corde le sens du mot mépris !

 

 

Derrière le masque qui se craquelle, le visage est cependant tragique. Car il y a eu des morts, des mutilés à cause de ces mots, à cause de ces fautes. De partout sortent, contredisant le pouvoir, les preuves d'un traitement extrêmement musclé des revendications populaires, d'une augmentation des violences policières disproportionnées.

Ce n'est pas nouveau.

En même temps les lois se durcissent, malgré quelques rares émois de députés réfractaires se sentant instrumentalisés trahis. Les espaces de liberté perdent du terrain alors qu'il n'y a jamais eu depuis longtemps à ce niveau une telle envie de débattre, de faire bouger un modèle de société périmé. De plus en plus d'articles paraissent pour mettre en avant les dérives anti démocratique voire fascisantes d'un néo-libéralisme à bout de souffle. Comme pour surenchérir contre les populistes. Mais si le mouvement gagne le printemps, si une convergence de luttes prend embryon...

Pour en sortir, les seules voix d'un "Grand Débat" critiqué comme confisqué semblent encore faibles. A suivre bien sûr.

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime
 
Illustration Wiesław Wałkuski : https://www.facebook.com/pg/WieslawWalkuski/photos/?ref=page_intern
Imprimer - - par @La rédaction - 2 fév 2019

Le billet de V@C : Le repos des guerriers ?

Entre foulards rouges ressuscités sur BFM et gilets jaunes, grand débat ou enfumage, Davos en jet privé et manifestations pour le climat, élections et/ou pièges à cons, RIC ou RIC, information et communication... il y aurait tant à méditer, à réfléchir, à chercher... avant de, si nombreux, se sentir le besoin et la légitimité de s'exprimer. Ou d'enfumer, de quelques côtés que souffle le vent.

 


Pourtant, allez savoir pourquoi en ces derniers jours de janvier pour échanger les voeux d'un monde meilleur il y a dans l'air neigeux et son parfum d'hiver, comme une tanière à domestiquer afin, après la marche POUR le climat, de mieux repartir après le froid, avec un temps adapté à notre rythme naturel. Pas toujours sur le front, sur le vif, sur la bête.... Pas toujours SUR... Non, plutôt le désir d'être AVEC...

 

AVEC. Ce besoin de tempo alternant silences et temps forts, pics et développements. Cette nécessité de temps de réflexions, de méditation serait-on tenté de dire pour faire mode. Ce besoin de moments à passer sous la couette avec de bons mots d'ailleurs ou de bonnes compagnies d'ici...

Le repos du guerrier ? Osons la métaphore...

Merci de nous lire,

La rédaction
A bientôt sur www.vivre-a-chalon.com
 
PS : Rejoignez nous sur notre page Facebook   :-) Dites j'aime

Ilustration : Le repos du guerrier -  Adeline Lenoir 
Imprimer - - par @La rédaction - 25 jan 2019

Le billet de V@C : Demain les chiffres

Autour de nous on le sent. Comme un malaise qui s'installe. Un sentiment de se trouver au milieu de quelque part, en terrain inconfortable, avec autant de raisons de demeurer perplexe que de bouger. Car bouger, avancer ou reculer c'est bien joli mais pour quel sens ? Et encore faudrait-il être sûr de l'endroit où nous sommes. D'où nous parlons. Ou d'où on nous invite à parler. Et de quoi ?

Quels sont, tellement elles sont nombreuses, les questions prioritaires en suspens ? Les attentes ? Les rendez-vous à honorer ? Les paroles à respecter et à écouter ? Faut-il parler de celles, honteuses, à définitivement bannir ?

Qui décide de l'agenda ? Qui, au fond, nous invite ? Où allons nous et pourquoi ? Et aussi avec qui ? Qui paye ?

Bien des questions accompagnent ceux qui sentent bien confusément que l'on s'approche d'une croisée de chemins. D'une fin pour les plus noirs. D'un renouveau pour ceux qui veulent espérer plus juste ou plus vert. Ou même plus sombre...

Ainsi nombreux sont sans doute autour de vous les personnes, les groupes, qui se questionnent, s'interrogent quelquefois de façon organisée. Certains, dubitatifs ou prudents, le font depuis longtemps. D'autres, souvent vêtus de jaunes, depuis des semaines. Certains se sentent aussi forcés de participer à un débat dont les termes ne semblent pas forcément correspondre à leurs attentes, à leurs demandes.

L'époque n'est plus aux certitudes, aux guides. A tant de verticalité. Et l'époque n'aime pas les discours genre TINA (il n'y a pas d'alternative) que l'on nous sert comme crépuscule. L'époque pique.

Une seule chose semble certaine. Une certaine forme d'insouciance est morte. Demain on parle chiffres... 

Merci de nous lire,

Imprimer - - par @La rédaction - 18 jan 2019





Rechercher dans cette rubrique  


 
getfluence.com
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle