Communiqués | vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

vendredi 19 octobre 2018

Bonne Fête René

Photo de Chalon

entre nous - chalon sur saone

Entre-nous : ça se passe à Chalon !

Vous êtes ici :

Communiqués politiques et syndicaux

Cette rubrique recueille les communiqués diffusés par les partis politiques et les syndicats auprès des médias.
Pour ménager notre lisibilité, ces nombreux communiqués ne sont pas repris dans notre fil RSS sauf lorsque notre rédaction le juge utile car ils dépassent la simple expression de prises de position.

 
 

FO :Force Ouvrière conseil régional Franche Comté Bourgogne : Tous en grève illimitée à partir du 3 septembre 2018

 

Force Ouvrière conseil régional Franche Comté Bourgogne : Tous en grève illimitée à partir du 3 septembre 2018

Demain pour nous pas de rentrée scolaire, demain nous serons en grève illimitée pour défendre nos droits qui sont remis en cause par le conseil régional !!!! Travailler plus pour gagner moins voilà le beau programme que la présidente de région et le conseil régional veulent nos imposer

😡 Nous refusons de payer la fusion des régions pendant que les élus s’augmentent d’un minimum de 300 euros par mois !!!! Si vous voulez soutenir notre combat difficile venez devant le conseil régional de Bourgogne Franche Comté à 13h30 lundi 3 septembre 2018. Nous serons devant le lycée Ledoux à Besançon pour faire une distribution de tract au moment de la rentrée des élèves à partir de 8h00

 
Imprimer - - par FO - 2 sept 2018

REFORME DE LA CHASSE : la protection de la nature en marche arrière !

 

 

 

Réforme de la chasse : la protection de la nature en marche arrière !

 

 

 

La chasse a toujours fait l’objet en France d’une gestion très politique, au sens électoraliste du terme. La nouvelle réforme annoncée (on ne les compte plus depuis 25 ans !) en est une des expressions les plus achevées, voulue par le chef de l’État, lui-même inspiré par le lobby cynégétique.

 

La réforme consiste à favoriser la pratique de la chasse, d’une part, en s’efforçant d’endiguer la chute des effectifs (réduction de moitié du prix du permis de chasse) et, d’autre part, en donnant au chasseurs le contrôle de la gestion de la faune sauvage. La gestion dite « gestion « adaptative des espèces » consiste, en fait, à rendre chassables des espèces aujourd’hui protégées.

 

En considération des constats alarmants quant à l’effondrement de la biodiversité et à la disparition toujours plus rapide des espaces naturels sous l’effet d’une urbanisation et d’un développement économique non maîtrisés, cette réforme – en fait, une régression – est un contresens. Elle est significative de la pratique personnelle du pouvoir par un chef d’État peu connaisseur en matière d’écologie et peu sensible à la nature. Le Président Macron a tout faux.

 

 

Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 2 sept 2018

De la démission de N. Hulot à l'abandon des projets de Center Parcs

Quoi que l’on pense de l’homme ou du ministre, il faut écouter et se saisir du message que Nicolas Hulot a voulu envoyer par sa démission : la planète brûle et nous regardons ailleurs.

Les propos tenus pendant l’interview ne sont pas seulement extrêmement alarmistes, ils décrivent la nécessité et l’urgence de « changer de paradigme », c’est-à-dire de décider d’arrêter « d’emprunter un chemin tragique ».

Dans une longue énumération des reculs et des échecs – « Est-ce que nous avons commencé à [...] la réponse est non ! » - Nicolas Hulot pose comme objectifs cruciaux pour ne pas basculer dans « la tragédie climatique » le fait « d’enrayer l’érosion de la diversité » et celui « d’arrêter l’artificialisation des sols ».

Le ministre de l’écologie démissionnaire reproche aussi bien au monde politique qu’à la société dans son ensemble de se faire complice de cette pente vers l’abîme civilisationnel par son « refus de remettre en cause le modèle dominant ».

Toutes ces considérations ne peuvent que nous ramener aux projets aberrants de Center Parcs en Bourgogne Franche Comté et ailleurs qui s’inscrivent totalement dans la logique décriée par N. Hulot.

Pour des considérations économiques de court terme – créer quelques dizaines d’emplois dans des zones rurales – et sous la pression des lobbyistes d’une multinationale du tourisme, des élus locaux et régionaux sont prêts à laisser artificialiser des centaines d’hectares de zones naturelles forestières riches de leur biodiversité.

Déforestation, imperméabilisation des sols, atteintes aux zones humides, destruction d’habitats fragiles sont au programme dans le but de faire venir sur des espaces naturels encore intacts les dizaines de milliers de touristes destinés à gonfler le PIB des secteurs concernés.

Vouloir mener à terme ces projets de Center Parcs correspond très exactement à ce que le ministre de l’écologie a voulu dénoncer : une vision de courte vue qui choisit de sacrifier l’avenir au profit de considérations économiques de court terme. Une pensée bloquée incapable de remettre en cause le modèle de consommation dominant et de voir le lien entre les dégradations du climat et de la biodiversité et le mode de " développement " qui les provoque.

Nicolas Hulot a encore ajouté que « la responsabilité, elle est collective, elle est collégiale, elle est sociétale ».
Il est temps de prendre nos responsabilités.
Il est temps de reprendre la main et d'arrêter le saccage de notre environnement.

Des citoyens aux Président-e-s de Région, en passant par l’ensemble des élus locaux, nous attendons qu’ils disent haut et fort au promoteur bétonneur de forêts : « les Center Parcs c’est fini, aujourd’hui nous savons le risque, nos forêts valent plus que vos bénéfices ».


Savoir-Comprendre-Agir
 
Imprimer - - par Savoir-Comprendre-Agir - 29 août 2018

Réaction du WWF France à la démission de Nicolas Hulot

Le WWF France a appris avec regret et tristesse la démission du ministre d’Etat Nicolas Hulot.

Il s’agit indéniablement d’une mauvaise nouvelle pour la protection de la planète. Cette décision témoigne aussi de la gravité de la situation.

Réchauffement climatique, perte de biodiversité, pollution des océans, modèle agricole obsolète, Nicolas Hulot a raison de rappeler les périls qui s’annoncent devant nous. Les signaux d’alerte ne cessent de s’accumuler alors que le temps pour agir s'amenuise.

La démission de Nicolas Hulot - qui est pour tous un électrochoc - est aussi un appel, non pas à la résignation mais à un changement structurel profond, y compris au sein de l’organisation du gouvernement.
Imprimer - - par WWF - 28 août 2018

Démission de Nicolas Hulot : un sursaut de lucidite pour faire prendre conscience de l'urgence a agir ?

 

DEMISSION DE NICOLAS HULOT : UN SURSAUT DE LUCIDITE POUR FAIRE PRENDRE CONSCIENCE DE L’URGENCE A AGIR ?


Il ne faisait pas parti du sérail politique qui le lui rendait au centuple. Il est resté isolé dans un gouvernement qui a voulu lui faire jouer un rôle d’illusionniste. Il a donc été un ministre d’Etat sans aucun pouvoir dans un système économique et financier dirigé par des lobbies. Sa démission était donc la meilleure décision qu’il pouvait prendre pour que cesse la mystification : la politique suivie par ce gouvernement est incompatible avec les enjeux écologiques actuels.
La planète a basculé dans une régression écologique qui tourne à la catastrophe annoncée par les scientifiques. Elle sera systémique : le dérèglement climatique, l’érosion de la biodiversité et des espaces naturels, la menace nucléaire…ont déjà des conséquences sociales, sanitaires, économiques dont il est devenu impossible de prévoir l’amplitude mondiale et les déclinaisons locales.


Or la situation continue à décliner globalement : tout un chacun veut croire qu’il peut faire exception. Les alternatives nombreuses mises en oeuvre ne sont plus en mesure d’arrêter l’incendie. Nous sommes dans une situation d’urgence où la prise de conscience de « responsables » de tous poils est inexistante. Il y a des clones de TRUMP partout où il y du pouvoir, à tous les niveaux, pour lesquels l’écologie et l’intérêt général ne sont qu’un frein à leurs profits ou leur intérêt privé.


Les associations environnementales savent depuis des décennies qu’il y a des interlocuteurs avec lesquels il ne faut plus perdre son temps à les convaincre. Le temps n’est plus aux « petits pas », aux compromis. Nous avons essayé pendant 30 ans. Il faut se battre pied à pied, ici, partout et maintenant, le dos au mur.


Nous avons largement les moyens financiers et technologiques d’engager une transition écologique et démocratique pour la planète qui serait bénéfique à l’économie. Ce n’est qu’une question de volonté politique, y compris au niveau local. Mais nous n’avons par contre plus le temps de tergiverser.


Pendant les 15 mois où Nicolas HULOT est resté dans ce gouvernement, jamais en France la nature et l’environnement n’auront été autant mis à mal, volontairement. La réponse est inscrite dans la Charte de l’environnement, inscrite dans la Constitution ( art 2) : « Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement ». Aux actes, citoyens !


T.GROSJEAN

 
Imprimer - - par Capen 71 - 28 août 2018

Le syndicat Force Ouvrière a déposé un préavis de grève illimité pour le 3 septembre 2018

Le syndicat Force Ouvrière a déposé un préavis de grève illimité
pour le 3 septembre 2018

Pour combattre l’application du contrat
social global dans les lycées et au siège

Ce contrat social global, qu’aucune organisation syndicale n’a signé n’est qu’u-ne provocation pour l’ensemble des agents car il acte de très nombreux reculs sociaux alors que dans le même temps les élus se sont augmentés de 20% (300 euros minimum par mois).
Les agents ne sont pas dupes

Le syndicat Force Ouvrière refuse :
de travailler plus pour gagner moins :
suppression de jours fériés et des RTT pour les agents des lycées
(5 jours de plus à travailler en moyenne) et généralisation des heures écrê-tées pour les agents du siège) sans aucune compensation
Refuse la mise en place de primes au rabais
Refuse la suppression des postes
Refuse l’application du jour de carence


Nous revendiquons de vraies négociations sur le temps de travail, les « conquis sociaux » , les primes et de nouveaux droits
Nous revendiquons la titularisation des contractuels
Nous refusons d’être les vaches à lait du conseil régional


Alors soyons tous en grève pour combattre ces mesures d’austérités
Rassemblement de tous les agents grévistes devant les lycées puis
rassemblement devant le conseil régional à Besançon à 13h30


TOUS EN GREVE LE 3 SEPTEMBRE 2018

 
Imprimer - - par FO - 28 août 2018

L'uB confirme sa présence et progresse dans le classement de Shanghai

Depuis 2014, l’université de Bourgogne est présente dans plusieurs classements internationaux de référence (Leiden, Times Higher Education) valorisant la qualité de sa formation et de sa recherche.

Pour la deuxième année consécutive, l’uB figure également dans le classement de Shanghai. Classée en 2017 entre la 701ème et la 800ème place, elle progresse cette année et se situe entre la 601ème et la 700ème place dans le rang mondial sur 17 000 universités.

Il y a tout juste un an, pour la 1ère fois, la qualité de la recherche globale de l’uB était reconnue mondialement au travers du prestigieux classement de Shanghai.

Publié traditionnellement le 15 août, ce classement compte parmi les palmarès mondiaux des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche les plus réputés.

Spécialisé dans l’analyse du potentiel recherche des établissements, il distingue cette année 1 000 institutions (dont seulement 34 en France) parmi les 17 000 universités répertoriées dans le monde sur la base de 4 critères :



L’uB figure ainsi parmi les 5% des établissements les mieux classés sur le plan mondial. Seul établissement de la région Bourgogne Franche-Comté présent dans les 1 000 institutions, ce classement vient confirmer la rôle moteur de l’uB pour le développement de l’Enseignement Supérieur et la Recherche en Bourgogne Franche-Comté.
A la veille de la prochaine rentrée universitaire, c’est incontestablement une bonne nouvelle pour l’établissement, pour ses acteurs (enseignants, enseignants-chercheurs, personnels administratifs et techniques) et pour ses partenaires dont l’engagement collectif fait rayonner l’uB.
Nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détails dans les prochaines semaines.
Retrouvez l’intégralité du classement de Shanghai ici : http://www.shanghairanking.com/ARWU2018.html
 
 
Imprimer - - par Université de Bourgogne - 16 août 2018

Régime Social Des Indépendants : Menace de blocage

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CGT de l’ex-RSI.

Objet : UTILISATION du DROIT D’OPPOSITION à L’ACCORD d’ACCOMPAGNEMENT des SALARIES de la Sécurité Sociale des Indépendants (ex RSI) dans le cadre de la suppression du RSI en application du programme présidentiel d’Emmanuel MACRON
Le 01 aout 2018, et au terme d’une négociation de plus de 2 mois, l’UCANSS (Union Nationale des Caisses de Sécurité Sociale) et deux organisations syndicales minoritaires ont signé un accord régressif, inéquitable et insatisfaisant pour les salariés de l’ex-RSI.
La CGT, premier syndicat de l’ex RSI, a donc décidé de s’opposer à cet accord.


En effet certaines parties de cet accord donnent moins de droits aux salariés de l’ex RSI qu’à ceux du Régime Général et impliquent une rupture d’équité entre salariés d’un même régime puisque l’ex RSI intègre le régime général.
Par exemple, s’agissant de la prime de mobilité géographique pour un trajet domicile travail de 30min A/R, une indemnisation est prévue… Mais à niveau équivalent (IV) :
1 salarié du RG percevra
3 480 € sans condition
1 salarié ex RSI au RG percevra
900 € sur justificatif en IDF
720 €sur justificatif en Province

Dans le détail :
✓ L’UCANSS a refusé de verser une allocation de transfert à l’ensemble des salariés de l’ex-RSI comme cela s’est déjà fait pour le RG lors des transferts aux ARS ou de la régionalisation des URSSAF
✓ L’UCANSS, en refusant d’accorder, une prime de mobilité géographique égale à celle prévue dans l’article 7.3 du protocole d’accord du 30 décembre 2013 des garanties conventionnelles pour les agents du Régime général, crée une inégalité de traitement entre les salariés de l’ex RSI et les salariés du RG. Par la même occasion, les salariés de l’ex-RSI deviendront des sous-employés dans ce régime général qu’ils intègrent pourtant.
✓ L’UCANSS en ayant choisi une correspondance entre deux outils issus de la CCN du RSI et du répertoire des métiers du Régime Général exclut d’office de l’octroi des primes de mobilités fonctionnelles les cadres et les gestionnaires technique de droit
✓ L’UCANSS refuse la possibilité de cumuler les primes de mobilité «géographique» et «fonctionnelle» pour les salariés faisant ce double effort.
✓ L’UCANSS ne met pas en place les moyens financiers pour assurer la formation des salariés ex RSI qui intègreront le régime général.
✓ L’UCANSS refuse de mettre en place une retraite anticipée pour le personnel ex RSI proche de la retraite.
Le Premier ministre et les ministres concernés (Santé et Comptes publics) ont lors de leurs différentes visites reconnu l’engagement et la compétence des salariés du RSI. Ils leur ont donné des garanties et ont insisté sur la nécessité de maintenir la qualité de service aux assurés durant la phase transitoire de la réforme.


Ainsi, la FNPOS CGT exige que le gouvernement et le ministère des Solidarités et de la Santé prennent leurs responsabilités et imposent à l’UCANSS, l’ouverture de nouvelles négociations permettant une vraie reconnaissance des salariés de l’ex RSI.

Des actions et perturbations sont à prévoir prochainement à la Sécurité Sociale des Indépendants (ex RSI).

 
Imprimer - - par CGT RSI - 16 août 2018

MASSACRE DES OISEAUX : Lettre ouverte à N.Hulot

LETTRE OUVERTE A M.HULOT

MASSACRE DES OISEAUX : Mr le Ministre, ne soyez pas le ministre du ridicule, refusez votre signature !

L’ouverture d’une consultation publique en vue de la fixation de quotas de capture et de destruction au moyen de pièges (filets, glu..) de centaines de milliers d’oiseaux  migrateurs (alouettes, grives, merles, vanneaux…) suscite l’indignation et la colère des associations de protection de la nature.  Les consultations estivales n’ayant aucune valeur démocratique, nous préférons nous adresser publiquement à votre responsabilité politique.

 

Comment pouvez-vous sérieusement envisager des destructions d’une telle ampleur après avoir promulgué début juillet un plan consacré à la biodiversité et interpellé la représentation nationale sur l’urgence d’agir pour sa préservation, appelant à un « sursaut d’indignation » ?

Comment pouvez-vous ignorer les rapports du CNRS, du Muséum national d’histoire naturelle et de l’IPBS*, rendus publics au printemps et qui tous alarment sur l’effondrement des populations d’oiseaux, notamment ceux liées aux espaces agricoles ?  L’Alouette des champs, par exemple, dont vous vous préparez à autoriser le piégeage de 370 000 individus, est l’une des espèces menacée : ses effectifs ont diminué d’un tiers en moins de 20 ans !

La destruction massive à des fins de « loisir » des oiseaux migrateurs,  sous le prétexte hypocrite de « pratique culturelle », constitue un acte politique d’irresponsabilité écologique. Vous le savez.  Ces chasses, alimentaires au 19e siècle, n’ont aujourd’hui  plus aucune justification.  Leur caractère dérogatoire au droit commun de l’environnement, déjà particulièrement mis à mal, les rend encore plus révoltantes.

La fixation de quotas nécessite des arrêtés que vous êtes seul à devoir signer : refusez cette signature !

 

 

 

 LettreOuverteHulot14 août 2018.docx [ 1542.66 Ko ]
 
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 14 août 2018

Un nouveau programme au sein du Centre Hospitalier de Chalon sur Saône.

Je suis le Dr FAYARD Claudine, neurologue à l'Hôpital William Morey de Chalon-Sur-Saône et coordinatrice du programme d'Education thérapeutique "SEPas Imaginaire" pour les patients porteurs de Sclérose en Plaques.

Dans le cadre de ce programme d'éducation thérapeutique et devant une demande importante des patients, nous avons développé avec l'association Siel Bleu spécialisée dans l'activité physique adaptée dite APA, un nouveau programme d'APA GRATUIT pour les patients atteints de pathologie neurologique. Il est ouvert aux patients porteurs d'une Sclérose en Plaques, aux patients ayant présenté un AVC ischémique et désirant reprendre une activité physique adaptée à leur état de santé.


 Il est mis en place au sein du centre hospitalier à partir du mois d'Octobre 2018 pour 6 mois a raison d'une séance d' 1h30 d'APA par semaine avec au préalable un bilan individuel initial et final afin de proposer des ateliers personnalisé d'APA.

Il reste des places disponibles!

Pour s'inscrire, il faut contacter le service de neurologie au 03.85.91.00.17. Vous serez recontacter par un professionnel de santé dans les suites.

Dr FAYARD Claudine

 
Imprimer - - par Dr FAYARD Claudine, médecin neurologue - 9 août 2018

M. Gauvain parle de bruit mais n'a pas entendu la population.

Le dernier communiqué du député Gauvain montre encore une fois que celui-ci préfère vivre en vase clos dans le monde merveilleux de La République En Marche, plutôt que de venir sur le terrain à la rencontre des électeurs.

Il nous donne un cours de droit vaseux pour nous expliquer qu’il n’y a rien, pas d’affaire Benalla, que ça ne mérite qu’une contravention à 45 €, et circulez, il n’y a rien à voir !

Ce n’est pourtant pas tout à fait ça, l'ex-adjoint au chef de cabinet de Monsieur Macron est tout de même mis en examen pour violences en réunion. Ces faits sont délictuels et punis de 3 ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende (art. 222.12 du code pénal).

Ce qui est le plus choquant pour nos concitoyens, c’est qu’on donne un brassard « POLICE » à un individu qui travaille à l’Elysée, ce qui lui permet de se balader dans la rue et de tabasser le premier venu en toute impunité.
Que ce monsieur perde la raison, se croyant tout puissant avec son brassard, est une chose. Mais que l’Elysée le couvre et essaie d’étouffer l’affaire en est une autre.
Combien de mensonges, de contradictions, n’a t’on pas entendu provenant de l’Elysée. On a demandé aux députés En Marche d’être aux ordres, et de torpiller la commission d’enquête parlementaire (par exemple en refusant de convoquer certains protagonistes).
Nicolas Dupont-Aignan a préféré démissionner de cette commission pour dénoncer cette mascarade.

Mais M. Gauvain, lui, n’a manifestement rien vu, et presque rien entendu….


Samuel BRANDILY Olivier DAMIEN
Délégue DLF de la 5ème circonscription Secrétaire départemental de DLF 71
Imprimer - - par BRANDILY Samuel - 1 août 2018

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République

Monsieur le Président de la République,

Vous connaissez la situation de Gaza : des attaques israéliennes constantes ajoutent la terreur à l’inhumanité du blocus meurtrier qui étrangle Gaza depuis plus de 11 ans.
Devant l’inaction des Etats (dont la France) en vue d’amener Israël à arrêter ces frappes et à lever le blocus, des citoyen.ne.s de différents pays tentent actuellement d’arriver jusqu’à Gaza par la mer. Les bateaux de la Flottille de la Liberté 2018 ont quitté l’Europe du Nord voici deux mois en faisant plusieurs escales, dont 4 en France, et approchent actuellement vers Gaza.

Participant.e.s et équipages apportent des médicaments aux Gazaoui.e.s mais surtout un message de solidarité contre le blocus et la violence coloniale israélienne.

 


Depuis 2008 plusieurs flottilles ont tenté de briser ce blocus. Les assiégeants ont toujours réagi avec une extrême violence, attaquant les bateaux en eaux internationales, les détournant et kidnappant les personnes à bord, en violation du droit international.

Pourtant, les citoyen.ne.s engagé.e.s dans le refus de l’injustice repartent encore et encore, refusant de laisser le dernier mot à la force armée.

Deux Français, un marin et une représentante de l’Union Juive Française pour la Paix, sont à bord de cette flottille courageuse. Deux des bateaux battent pavillon suédois et plusieurs Suédois.es sont à bord. La Suède a fait savoir officiellement aux autorités israéliennes qu’elle protégeait la liberté de circulation en mer et le droit de naviguer.
Nous vous demandons instamment de faire de même et de veiller à ce que rien n’arrive à ces bateaux et à toutes les personnes à bord. La France doit faire savoir au gouvernement de M. Netanyahou qu’elle ne tolèrera pas un nouvel acte de piraterie à l’encontre de la Flottille de la Liberté pour Gaza.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, mes respectueuses salutations.
 
 
Imprimer - - par Action Palestine Chalon - 29 juil 2018

LA VALLEE DU BOUT DU MONDE EST MENACEE : PROTEGEONS LA !

Un projet incongru menace le site du Bout du Monde, près de Nolay...

 

LA VALLEE DU « BOUT DU MONDE » EST BELLE. ELLE
EST MENACEE : ENSEMBLE, PROTEGEONS-LA !


Depuis quelques mois, des médias locaux ou nationaux publient des articles publicitaires
annonçant l’imminence du projet « VINTAGE BEL AIR » sur la N6, au- dessus du site du Bout
du Monde, à proximité de VAUCHIGNON(21). Cette publicité, le présentant comme acquis
pour 2019, est mensongère. Elle est destinée à faire pression sur les riverains et les pouvoirs
publics.


Présenté comme « unique en Europe » par des marchands de miroirs aux alouettes, attirant
60 000 visiteurs et générant 50 emplois, ce projet dédié aux voitures anciennes a toutes les
chances de se terminer en cauchemar.


Car VINTAGE BEL AIR est un projet incompatible avec l’environnement exceptionnel de
sites comme le Cirque du Bout du Monde et de ses environs, le site classé des 3 Croix, celui,
inscrit, du Château de la Rochepot,… Un territoire où la préservation de l’environnement
constitue un enjeu public et écologique majeur alors que le projet ne présente aucun intérêt
public de la même importance mais au contraire :
- Une aberration parmi des paysages exceptionnels et, sur le secteur, des sites classés
et inscrits – site des Climats du vignoble de Bourgogne inscrits depuis 2015 au
patrimoine mondial de l’UNESCO- , des monuments historiques, qui font de ce
territoire une destination touristique très fréquentée par des randonneurs,
grimpeurs, naturalistes…
- Une danger mortel pour la biodiversité remarquable liée aux sites Natura 2000 (1),
avec la présence d’espèces protégées ( par ex l’oenicnème criard, l’alouette lulu,
l’alouette des champs,..) protégés au plan européen.
- L’artificialisation d’espaces naturels et agricoles (31ha) : l’utilisation des espaces par
les futurs clients de VINTAGE BEL AIR s’avérant incompatible avec leur préservation.
- Une menace pour une ressource en eau de plus en plus fragile dans un milieu
karstique qui alimente le Bout du Monde et la vallée de la Cozanne


UN AUTRE DEVELOPPEMENT EST POSSIBLE, BASE SUR LE TOURISME VERT :
NE NOUS LAISSONS PAS IMPOSER CE « GRAND PROJET » INUTILE

Un parc d’attraction à près de 10 millions d’euros ? Pharaonique,
disproportionné, mirifique mais dangereux pour l’environnement et l’avenir
d’un territoire rural dont la véritable richesse est justement une qualité de vie
préservée et permettant, pour beaucoup moins cher, un développement
touristique adapté….à d’autres projets, utiles.


Contrairement à ce que vous pourriez lire ou entendre ici ou là, rien n’est
encore acquis ! La population a son mot à dire et nos associations sont
déterminées à lutter contre ce projet pour proposer et débattre d’une
alternative ( réunions publiques, recours juridiques...)


L’autorité environnementale (MRAe) a rendu un avis très défavorable le 14
mars 2018 (2).


Nous proposons dans l’immédiat :
- La création d’une Maison de la Nature et de l’Environnement : pour une
découverte pédagogique et scientifique des milieux et espèces ; du
patrimoine…
- Des animations grand public par des associations : expos, films,
conférences..
(1) Sites Natura 2000 « arrière côte de Dijon et de Beaune » et « pelouses et forêts calcicoles de la côte et
arrière côte de Beaune. Mais aussi plusieurs ZNIEFF.
(2) http://www.mrae.developpementdurable.
gouv.fr/IMG/pdf/180312_2018abfc11_plu_rochepot_21.pdf


REJOIGNEZ L’ASSOCIATION
CIL du Bout du Monde et de ses environs – Mairie de CORMOT VAUCHIGNON
21340 – www.cilvalleeboutdumonde.fr

 
 
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 26 juil 2018

Consultation nationale : c'est quoi une ville citoyenne ?

Rappel - Consultation Citoyenne Nationale du 10/07/18 au 15/09/18

Citoyennes, Citoyens,

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi correspondrait un village, une ville citoyenne...

Quelle gouvernance pour favoriser l’engagement et la responsabilisation du citoyen ?
Comment contribuer à l’émancipation d’attitudes et de comportements citoyens ?
Par quels moyens consolider la relation de confiance entre municipalité et citoyens ?
Quels dispositifs pour replacer les citoyens au cœur de la vie et des décisions de la ville ?

 


Ces questions vous intéressent ? Participez à la consultation nationale « C’est quoi une Ville Citoyenne ? ».
Citoyens, habitants, élus, bénévoles… Ensemble construisons le village, la ville de demain !

Temps de contribution : 10 min max

Initiée par l’association « Empreintes Citoyennes » ©, menée en partenariat avec la ville d’Hazebrouck et soutenue par le Comité 21, cette consultation a vocation d'établir les critères d’un label « Village & Ville Citoyenne ».

Si vous souhaitez plus d’informations au sujet du déroulement de la consultation nationale « C’est quoi une Ville Citoyenne ? » : http://www.empreintes-citoyennes.fr/la-consultation-nationale

Répondre : https://cestquoiunevillecitoyenne.evalandgo.com/s/?id=JTk2bSU5OWolOUQlQTk=&a=JTk3bSU5NWglOUM=
 
 
Imprimer - - par Empreintes Citoyennes - 24 juil 2018

Chalon Autrement : "Chalon a son Trump!"

Communiqué

Chalon a son Trump!

Une nouvelle fois, le Maire de Chalon inaugure le festival Chalon dans la Rue par de la polémique.

La première année, c'était avec les artistes jugés trop critiques.
En 2016, ce fut en refusant de recevoir la Ministre de la Culture.
Et cette année, c'est en se répandant sur les réseaux sociaux sur ses relations visiblement difficiles avec le Préfet.
On admettra qu'il y a meilleure communication possible pour porter ce qui est un des plus beaux événements culturels de notre ville.

Comme Trump, il choisit de multiplier les polémiques, pensant ainsi éviter que ne lui soit demandé des comptes sur la dégradation flagrante et régulière de la politique culturelle pour notre ville.

La culture à Chalon, c'est une richesse et un atout que tous les Maires, quelle que soit leur étiquette politique, ont porté avec force depuis des décennies. Tous sauf un!
 
Imprimer - - par Les élus du groupe Chalon Autrement - 19 juil 2018

Le PLU du Rousset censé protéger des dégâts occasionnés par le Center Parcs

Le PLU du Rousset censé protéger des dégâts occasionnés par le Center Parcs

C'est en tout cas ce qu'a estimé le Tribunal Administratif de Dijon après deux ans d'attente.

Notre demande d'annuler ce document d'urbanisme - établi sur mesure dans l’objectif de laisser le champ libre à Pierre & Vacances pour déboiser 40 ha de forêt, en imperméabiliser 25 ha et perturber le fragile équilibre environnemental de l'Etang du Rousset en installant 2 000 résidents dans les bois - a été rejetée.

Si le promoteur et les collectivités locales décidaient sur ces bases de poursuivre leurs projets de bétonnage, il leur resterait à rendre effectives les dérisoires protections qui figurent sur le papier.


Dans tous les cas, nous resterons extrêmement vigilant pour que les dossiers concrets et les demandes d'autorisations éventuellement déposées ne puissent contourner en aucune manière les règles de protection des ressources en eau et de protection de la biodiversité.

Nous souhaitons toutefois que la raison l’emporte et que le projet soit purement et simplement abandonné par le fait qu’il représente une forme de tourisme de masse datée et sans avenir, compte tenu de ses impacts environnementaux négatifs.

L'association Savoir-Comprendre-Agir (SCA) persévère dans son opposition à un projet qui au-delà des graves atteintes aux milieux naturels dont il est porteur n'est qu'un miroir aux alouettes sur le plan économique.

Pierre & Vacances se débat depuis des années pour essayer de faire survivre un modèle de tourisme qui s'avère déficitaire de saison en saison. Seule sa fuite en avant dans les nouvelles constructions qu'elle tente en France de faire financer par le contribuable lui permet d'échapper à l'effet de ses mauvais résultats continus.

Nous invitons encore une fois les élu.e.s locaux à faire preuve de discernement et à consacrer les efforts des collectivités à des actions en faveur d'un tourisme rural, doux et respectueux des atouts de la région.

SCA reste mobilisée en relation avec le Collectif du Geai du Rousset et la Coordination "Center Parcs Ni Ici Ni Ailleurs" pour suivre avec attention les éventuelles annonces concernant ce projet, comme ceux de Poligny et de Roybon.

L’association affirme de nouveau à cette occasion sa volonté et sa détermination à faire bifurquer vers des projets socialement et écologiquement utiles les ressources et l’énergie que les Center Parcs tentent d'accaparer.
 
Imprimer - - par Savoir, Comprendre, Agir (SCA) - 19 juil 2018

CHALON : qualité de l'air médiocre ces jours

Imprimer - - par Atmos'fair Bourgogne - 18 juil 2018

23 juillet, jour de libération des contribuables !

En 2018, nous aurons trimé 204 pour financer les dépenses publiques ! A compter de la date symbolique du 23 juillet, nous pourrons enfin profiter de notre labeur.

Selon les calculs effectués par l’association Contribuables Associés à partir des données de l’OCDE, le ratio entre les dépenses publiques (État, collectivités territoriales, sécurité sociale, Union européenne) et les richesses créées en France (le Produit intérieur brut) est de 55,9% en 2018, ce qui signifie que l’administration publique absorbe plus de la moitié de la richesse produite en France. Sur chaque euro que nous gagnons, la dépense publique en dévore près de 56 centimes.

Rapporté au calendrier de l’année, cet indicateur symbolique permet de savoir que les Français ont travaillé 204 jours pour financer les dépenses de l’administration publique, nous serons donc symboliquement libérés le 23 juillet.

La France est encore cette année la triste « championne » des pays de l’OCDE pour le poids de sa dépense publique, devant la Finlande (52,6% du PIB dépensés pour la sphère publique), la Belgique (51,6 % du PIB dépensés pour la sphère publique) et le Danemark (51,5% du PIB dépensés pour la sphère publique).

En moyenne, les contribuables de la zone euro fêtent leur libération le 19 juin, plus d’un mois avant les contribuables Français.

 

 

 


Pour Eudes Baufreton, directeur de Contribuables Associés « La France dépense beaucoup trop pour sa sphère publique, et ce poids de la dépense publique se traduit par un matraquage fiscal gigantesque sur les contribuables. Seule la réduction des dépenses publiques permettra une véritable baisse des impôts, une diminution de l’endettement et le retour de l’emploi en France ! En un an, le nouveau gouvernement a créé 7 milliards de dépenses publiques supplémentaires et 8 nouveaux impôts : c'est insupportable ! ».

Contribuables Associés, première association de contribuables de France – apolitique, non partisane et non subventionnée -, est engagée depuis 1990 contre l’excès de dépenses publiques et d’impôts. Contribuables Associés calcule le « Jour de libération des contribuables » en France depuis 1999 pour promouvoir une gestion économe de l’argent public.

 
 
Imprimer - - par Contibuables associés - 17 juil 2018

2ème édition du Baromètre des prix de la réparation automobile iDGARAGES

La région Bourgogne Franche-Comté présente, cette année encore, des prix plus bas que la moyenne nationale (-3%). Un diagnostic électronique coûte dans la région 42 € en moyenne, soit 6 € de moins que le prix moyen français (48 €). En revanche, on peut noter une disparité de prix conséquente entre l’ouest et l’est de la nouvelle
région.


iDGARAGES est un comparateur de devis automobiles spécialisé dans la prise de rendez-vous en ligne créé en 2012.

COMMUNIQUÉ INTÉGRAL

Bourgogne Franche Comte Idgarages Barometre2018 Prix Reparation Idgarages.com by vivre-a-chalon on Scribd

Imprimer - - par IDGarages - 10 juil 2018

SANOFI MET EN DANGER LA SANTE ET L'ENVIRONNEMENT

La pollution de l'air tue de manière prématurée, chaque année en France, plus de 48000 personnes. C'est un enjeu majeur de santé publique. Le cas de SANOFI, qui parait bien loin de la S&L, nous concerne pourtant : il est révélateur des pratiques de certains industriels, et du laxisme des autorités.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
LUNDI 9 JUILLET 2018
REVELATIONS INQUIETANTES SUR LA POLLUTION D E SANOFI A LACQ


Pointée du doigt il y a quelques années lors du scandale de la Dépakine1, l’entreprise Sanofi fait de
nouveau parler d’elle. Cette-fois, ce sont les colonnes de son site chimique de Mourenx, dans le
bassin industriel de Lacq, qui posent question : un rapport met en évidence des rejets de matières
dangereuses à des taux astronomiques, bien loin des seuils autorisés. La santé des riverains est
directement menacée, tout comme l’environnement. France Nature Environnement et la Sepanso 64
demandent l’arrêt immédiat des pollutions, quitte à envisager la fermeture administrative du site.


Pollution massive de l’air et manquements graves de l’industriel
Le bassin industriel de Lacq regroupe des industries chimiques, dont une vingtaine d’installations Seveso
qui émettent plus de 140 polluants dans l’air. Sanofi, premier industriel à s’être implanté sur la plateforme
de Mourenx dès sa création en 1975, a l’autorisation de rejeter 5 composés organiques volatils
(bromopropane, toluène, isopropanol, valéonitrile et propène) dans l’air dans la limite globale de 110 mg/m3.
Or, il en émet en réalité 770 000 mg/m3… soit 7 000 fois plus que la norme autorisée.


Parmi ces 5 substances, le bromopropane, qui entre dans la fabrication du Valporate de Sodium
(Dépakine), se démarque dangereusement. Sa valeur limite d’émission est fixée à 2mg/m3, mais en octobre
dernier ce sont 180 000 mg/m3 qui ont été envoyés dans l’air. La situation a empiré en mars, avec un rejet
de 380 000 mg/m3. Ces deux contrôles ponctuels ont révélé un dépassement de 90 000 fois et
190 000 fois la norme sur deux colonnes d’abattages (qui traitent les gaz avant de les rejeter dans l’air).
Si la situation devient publique aujourd’hui, c’est parce que Sanofi n’a communiqué cette information à la
préfecture qu’en mars dernier, lors d’une inspection. Le rapport de celle-ci est accablant : si ces
dépassements ont été possibles c’est parce que Sanofi ne contrôlait pas ses 3 colonnes, mais une seule.
Jamais contrôlées, les deux autres ont envoyé ces quantités astronomiques de polluants dans l’air.


Des effets dévastateurs sur la santé

Le bromopropane a des effets toxiques néfastes pour la santé. Au-delà des irritations des voies
respiratoires, de la peau, et des yeux ; il a aussi un potentiel cancérigène, mutagène et reprotoxique (baisse
1 14 000 femmes enceintes épileptiques ont pris de la DEPAKINE entre 2007 et 2014, et des milliers d’enfants
sont nés avec des malformations suite à cette exposition.


de la fertilité et malformation des foetus). Femmes enceintes, salariés et riverains sont massivement et continuellement exposés à cette substance en plus de celles qui sont émises par la plateforme industrielle, déjà tristement connue pour son air irrespirable et les nombreux problèmes de santé des populations alentours.


Sanofi a déjà échappé de peu à la fermeture administrative du site

Sanofi a informé la préfecture 6 mois après avoir constaté ces dépassements, alors qu’il aurait dû le faire immédiatement. L’entreprise a pris le temps de s’organiser pour présenter des solutions d’abattage de ces polluants et donc éviter la fermeture administrative du site. Pourtant, ces solutions ne permettent pas d’atteindre les limites déjà fixées et le temps qu’elles soient mises en place, les salariés et les riverains continueront de respirer un cocktail toxique. Pour Cathy Soublès de la Sepanso : « Il n’est pas acceptable que Sanofi continue à polluer massivement l’air que nous respirons. C’est la santé des salariés, des habitants et des générations futures qui est en jeu ».


Ginette Vastel de France Nature Environnement complète : « La fermeture temporaire de l’usine est nécessaire, le temps que des solutions efficaces soient trouvées. Nous ne savons pas depuis combien de temps de telles quantités de substances toxiques sont rejetées dans l’air. Il faudrait connaître l’historique de cette pollution. Il est temps de mettre en place des mesures d’émission et des mesures environnementales régulières. Enfin, une étude sanitaire indépendante s’impose avec des valeurs qui prennent en compte tous les effets toxiques, cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques ».


France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 71 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebook et Twitter (@FNEasso).

 SanofiCPFNE JUILLET2018.pdf [ 331.50 Ko ]
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 9 juil 2018

Nucléaire : Superman au BUGEY


Mardi 3 juillet a eu lieu une action de l'association Greenpeace contre le site nucléaire du Bugey, le lien suivant permet d’accéder à la vidéo retraçant cette action.

 

 

Chalon-sur-Saône n’est située qu’à 110 kms de ce site nucléaire.

 

Image archive V@C

L’association ACTE (Association Chalonnaise pour une Transition Écologique) informe que la coordination Stop Bugey, dont elle est membre, a envoyé à la commission d'enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, un courrier de 6 pages accompagné de 12 annexes. Ces documents peuvent être téléchargés sur le site de la coordination.
http://www.stop-bugey.org/dysfonctionnements-et-pollutions/2018-enquete-parlementaire-sur-la-surete-et-la-securite-nucleaire/


Entre autres risques, et non des moindres, le risque terroriste est largement évoqué dans ce dossier. Ce document, après avoir rappelé le contexte humain et économique du site nucléaire du Bugey, met en avant la forte vulnérabilité de ce site pour des actes terroristes.


Nous avons, par ce document, voulu dire qu'avec la forte population présente (Lyon n'est qu' 35 km du site), et la grosse activité économique régionale, le site nucléaire du Bugey pourrait intéresser des terroristes. Or, il ne semble pas possible d'assurer une protection totale du site contre de tels actes et il serait sage de prévoir l'arrêt définitif des 4 réacteurs en fonctionnement, d'autant que ceux-ci sont les plus vieux de France après ceux de Fessenheim (qui devraient être arrêtés prochainement).


Par ailleurs nous rappelons qu’une pétition est en ligne, demandant la fermeture prochaine de la centrale du Bugey, cette pétition faisant suite à une lettre ouverte au ministre Nicolas Hulot, et au CA d’EDF.
https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/enfiniraveclesreacteursnucleairesde-2054.html

Imprimer - - par Alain Crochemore - 5 juil 2018

SAÔNE-ET-LOIRE : Médiocre qualité de l'air toujours

 
 
Imprimer - - par Atmos'fair Bourgogne - 4 juil 2018

Présentation du projet de mandature JA BFC - 25 juin 2018

Le conseil d’administration des Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté s’est réuni le lundi 25 juin afin de présenter, devant les partenaires, le projet de mandature du syndicat régional pour les 2 ans à venir.


Le renouvellement des générations en agriculture, un défi à relever pour les JA BFC.
Le renouvellement des générations reste la priorité absolue du syndicat des jeunes agriculteurs BFC. JA a comme ambition d’augmenter le nombre d’installations aidées viables, vivables et transmissibles d’ici à 2020 dans la région, en valorisant et améliorant le dispositif à l’installation existant et le niveau de formation des jeunes ainsi qu’en facilitant la transmission des exploitations. Un gros défi à relever !

Développer des synergies interfilières sur le territoire
Le syndicat souhaite travailler sur 3 projets en interfilière : se réapproprier la restauration hors domicile (en s’assurant qu’un maximum de cantines scolaires proposent aux élèves de la nourriture locale de qualité, mais aussi en faisant de la cantine de la chambre régionale d’agriculture un exemple), entamer une réflexion sur le calcul systématique des coûts de production chez les jeunes installés et enfin développer une plateforme céréalier/éleveur afin d’optimiser les échanges locaux. Des projets plus sectoriels dans la viande, le lait et les grandes cultures ont également été présentés.

Les jeunes doivent s’emparer de la communication sur leur métier !
Et les projets ne manquent pas sur ce thème. Une grande campagne de communication sur les bonnes pratiques en agriculture sera lancée lors de la finale régionale de labour les 1er et 2 septembre à Champagney (39). JA BFC souhaite pérenniser la belle opération « de la terre à l’assiette », actuellement diffusée tous les jours sur France Bleu Besançon à 10h40. De manière générale les JA auront à cœur tout au long du mandat à mener des évènements de promotion des métiers et des produits de la région, approcher les conseillers d’orientation et organiser des campagnes de communication auprès du grand public…

Environnement, PAC et foncier : les jeunes ont leur mot à dire
Pour ce mandat, JA BFC souhaite faire changer le regard du consommateur et des associations sur l’agriculture BFC (communication, organisation de petits déjeuners thématiques sur le thème de l’environnement, etc.). Le groupe des 30 000, un collectif de jeunes agriculteurs qui souhaite réduire son utilisation de produit phytosanitaires et communiquer autour de cette réduction, se voit élargit à 5 nouveaux membres.

Sur la PAC, les jeunes seront vigilants sur la fin de programmation et seront force de proposition sur la PAC 2020. Ils militent pour une PAC ambitieuse qui installe, assure et structure les filières !

Enfin, le foncier est un enjeu important pour avoir des installations viables, vivables et transmissibles sur tout le territoire. Sans foncier, pas d’installation : les jeunes ne passeront pas à côté de ce dossier stratégique.

 
Imprimer - - par Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté - 29 juin 2018

CHALON : Forte dégradation de la qualité de l'air ce week-end

 
 
Imprimer - - par Atmos'fair Bourgogne - 29 juin 2018

Contrat forêt : la Région doit revoir sa copie

Communiqué de presse du 28 juin 2018

CONTRAT FORÊT : LA RÉGION DOIT REVOIR SA COPIE
Première Région à soumettre un Programme Régional de la Forêt et du Bois (PRFB), la Bourgogne-Franche Comté vient de recevoir l'avis que l'Autorité environnementale (Ae) a rendu sur le document élaboré avec les professionnels et les associations environnementales. Un avis qui pourrait se résumer par : "Doit mieux faire ! ".

La Bourgogne-Franche Comté qui couvre 9% du territoire métropolitain, fournit 17% de la récolte de bois français. A ce titre, c'est l'une des grandes régions forestières de notre pays aussi bien en terme de surface boisée qu'en terme économique.


Faisant suite à l'élaboration du Programme National de la Forêt et du Bois (PNFB), la Région Bourgogne-Franche Comté
est la première à entreprendre la rédaction de son PRFB, en partenariat avec les professionnels de la filière (Fibois) et les
représentants des associations environnementales regroupées dans France Nature Environnement (FNE). Ce programme
qui établit les bases de la gestion sylvicole des dix prochaines années vient d'être retoqué par l'Autorité environnementale.
Or "ce travail est une déclinaison des attentes de l'État et est susceptible d'inspirer les autres Régions ; il se doit donc d'être
irréprochable." souligne Julie MARSAUD de FNE.

La multifonctionnalité n’est pas suffisamment prise en compte

Si l'Ae reconnaît la clarté du document fournit par les services de la DRAAF et la transparence de la démarche d’élaboration
du CRFB, elle regrette l'absence de bilan des actions passées et souligne un certain nombre de manquement de ce
programme aux recommandations nationales en matière de protection de l'environnement. La multifonctionnalité des forêts,
la place centrale qu'elles occupent dans nos paysages, notre cadre de vie, pour l'accueil des chasseurs, des touristes et des
promeneurs, leur rôle clé dans la protection des sols et des ressources en eau, leur potentiel de régulation climatique,
l'importance fondamentale de leur équilibre pour la protection de la biodiversité, ne sont pas suffisamment pris en compte
dans le Contrat proposé par la Bourgogne-Franche Comté. L'Ae demande notamment "de compléter l’évaluation des
incidences Natura 2000 (...) et de définir un cadre précis pour l’élaboration des documents d’orientation forestière". D'un
manière générale, le travail présenté devrait être plus précis dans ses préconisations, plus proche des territoires, afin de
prendre en compte les richesses naturelles de notre région, car s'il est question de l'augmentation des coupes d'arbres, l'Ae
constate que "le caractère très peu prescriptif de ces éléments ne semble pas de nature à assurer une prise en compte
suffisante de l’environnement" et ne fournit aucun outil pour éviter, réduire ou compenser les dégradations entraînées par
l'augmentation des coupes. L’Ae recommande de "préciser les modalités de mise en oeuvre opérationnelle". Les
manquements actuels peuvent amener la filière bois à travailler hors des cadres législatifs en vigueur au niveau national ou
au niveau européen (directive cadre sur l'Eau, directives Natura 2000) et contraindre ainsi des entreprises, voire la Région
(c'est à dire le contribuable...), à rendre des comptes dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel.

C'est pourquoi les associations de protection de la nature locales, en partenariat avec FNE, demandent à ce que de
nouvelles négociations soient ouvertes et proposent leur expertise pour l'élaboration d'une nouvelle version du PRFB de
Bourgogne-Franche Comté qui soit en phase avec les exigences nationales d'une gestion forestière durable.
Avis consultable sur :
http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/180627_-_contrat_foret-bois_bourgogne_franche_comte_-_delibere_cle7d661a.pdf
Retrouvez-nous sur http://fne-bfc.fr

 
Imprimer - - par France Nature Environnement BFC - 29 juin 2018



Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle