vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

vendredi 22 juin 2018

Bonne Fête Alban

Photo de Chalon

entre nous - chalon sur saone

Entre-nous : ça se passe à Chalon !

Vous êtes ici :

Communiqués politiques et syndicaux

Cette rubrique recueille les communiqués diffusés par les partis politiques et les syndicats auprès des médias.
Pour ménager notre lisibilité, ces nombreux communiqués ne sont pas repris dans notre fil RSS sauf lorsque notre rédaction le juge utile car ils dépassent la simple expression de prises de position.

 
 

MOOC : L'université de la vigne et du vin pour tous s'exporte


Le 23 mai 2018, l’Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC) lance un nouveau MOOC1 : Open Wine University 2, l’université de la vigne et du vin ouverte à tous. Pendant cinq semaines, les participants auront l’opportunité de découvrir sur le web les différentes facettes du vin, grâce à une approche pluridisciplinaire.


TOUJOURS PIONNIERS
Créé en 2015 par l'Université de Bourgogne, le MOOC OWU1 a été un pionnier dans le domaine de la vigne et du vin. Aujourd’hui, ce MOOC revient avec une version OWU2 incluant de nouveaux contenus pluridisciplinaires. Porté par l’Institut Universitaire de la Vigne et du Vin (IUVV Jules Guyot) avec l’appui du service Pédagogie Numérique & Ressources (uB), ce projet fédérateur a mobilisé des enseignants-chercheurs des universités de Bourgogne et de Franche-Comté et de la Burgundy School of Business. Traduit en plusieurs langues (anglais, espagnol et chinois), il sera à nouveau pionnier pour une diffusion aussi large à l’international. Ce sera notamment le premier MOOC sur cette thématique à être proposé en Chine.


UNE FORMATION POUR TOUS
Cette formation à distance de 5 semaines est constituée de trois vidéos par semaine accompagnées de quizz. Après quelques rappels sur les connaissances de base, ce MOOC traite des menaces qui pèsent sur la vigne (évolution climatique, maladies…), de l’élaboration du vin, de la constitution des sols, de la construction et de la valorisation du terroir. Puis, sont abordés la mise en bouteille et le vieillissement. Enfin, l’économie et l’histoire du vin sont traités, ainsi que la communication sur le vin, un monde à part entière. Tout au long du cycle, les participants sont invités à rédiger une contre-étiquette décrivant le vin de leur choix. Entièrement gratuit, le MOOC est mis en ligne sur la plateforme FUN-MOOC à partir du 23 mai 2018. Il est accessible à tous, aux passionnés de la vigne et du vin ou aux non initiés assoiffés de découverte…

Ce projet est financé par le programme n°ANR15-IDEX03, ISITE-BFC WP 3.9.1. "MOOC Open Wine University 2 (OWU2)".


Du 23 mai au 27 juin 2018 : MOOC « OPEN WINE UNIVERSITY 2 »
Inscription, teaser et infos pratiques :
Sur FUN-MOOC (https://www.fun-mooc.fr) - en français : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:ubourgogne+82004+session01/about
- en anglais : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:ubourgogne+82005+session01/about
- en espagnol : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:ubourgogne+82006+session01/about
Sur XUETANGX.COM (www.xuetangx.com/ ) à partir du 24 avril 2018
- en chinois
Aucun niveau prérequis
1 Massive Online Open Course - cours en ligne ouvert et gratuit

PLAN DU COURS

Semaine 1 : Introduction
• Entre sol et climat
• Micro-organismes du vin
• Premiers pas en dégustation
+ support sur la vinification des vins blancs et des vins rouges

Semaine 2 : Le vin en danger ?
• Climat et viticulture
• Principales maladies et ravageurs de la vigne
• Economie mondiale du vin après la crise du phylloxéra

Semaine 3 : Façonner le vin
• Géologie et sols des terroirs bourguignons
• Vin et diversité microbienne
• Marchés du vin

Semaine 4 : Maîtriser son terroir
• Construction du terroir de la vigne
• Vinification des vins spéciaux : l'exemple de la production de vins jaunes du Jura
• Défauts du vin

Semaine 5 : Mettre le vin à table
• Mise en bouteille du vin
• Vieillissement du vin
• Le vin, territoire de communication

 
Imprimer - - par Université de Bourgogne - 3 mai 2018

Déclin marqué ou affirmation de leur rôle central, les destins contrastés des petites villes de Bourgogne-Franche-Comté

 

Les 46 petites villes qui maillent le territoire de Bourgogne-Franche-Comté occupent un rôle important dans l’animation de la région. Elles exercent des fonctions essentielles de centralité pour une population régionale beaucoup plus installée dans les communes rurales qu’en France métropolitaine. Elles ont suivi sur 25 ans des trajectoires très contrastées, largement conditionnées par leur accessibilité, leur proximité aux grands pôles urbains et leur profil économique.

Les petites villes proches des grands pôles urbains ont bénéficié de leur périurbanisation et ont généralement gagné des habitants. Certaines, situées près de Dijon, Besançon, Belfort ou Montbéliard, au profil économique davantage tertiaire en 1990, ont également connu de nombreuses créations d’emplois. D’autres sont devenues principalement résidentielles, au détriment de leur attractivité économique. Les petites villes éloignées des grands pôles urbains n’ont pas profité du même dynamisme démographique et toutes ont perdu des habitants. Pour celles très spécialisées dans l’industrie en 1990, ce déclin démographique s’est accompagné de lourdes pertes d’emplois tandis que d’autres renforçaient leur rôle de centralité.

 

Par Mélanie Chassard, Yohann René, Hélène Ville, Insee


Sommaire
Un rôle essentiel d’animation pour la région
Les trajectoires les plus favorables près des grandes aires urbaines (groupe rouge)
Bien reliées aux pôles d’emploi mais plus industrielles : des gains d’emplois plus modérés (groupe orange)
Un environnement favorable ne suffit pas toujours (groupe vert)
Hors de l’influence des grandes villes, un contexte démographique moins dynamique
Très industrielles et peu accessibles, des petites villes en difficulté (groupe bleu)
Loin des grandes villes, mais proches les unes des autres : des pertes d’emplois plus limitées (groupe bleu clair)
Des petites villes qui renforcent leur rôle de centralité (groupe jaune)


Source et en savoir plus :
https://www.insee.fr/fr/statistiques/3536975

 
Imprimer - - par INSEE - 3 mai 2018

L'insecte, vecteur de plusieurs maladies comme le chikungunya, la dengue et le zika, est désormais présent dans 42 départements dont la Saône et Loire

 

L’Aedes albopictus dit « moustique tigre » est installé depuis de nombreuses années dans les territoires ultra-marins, notamment dans l’Océan Indien où il est actuellement à l’origine d’une épidémie de dengue sur l’île de La Réunion. En métropole, il s’est développé de manière significative et continue depuis 2004, et est désormais présent dans 42 départements, chiffre qui a doublé ces deux dernières années.

 


Sa capacité à être « vecteur » du chikungunya, de la dengue ou du zika, en fait une cible de surveillance prioritaire, pour les autorités sanitaires et leurs partenaires, durant sa période d’activité en métropole du 1er mai au 30 novembre.

L’objectif de cette surveillance renforcée est double. Il s’agit à la fois de ralentir la progression de l’implantation du moustique tigre dans les départements et de limiter le risque d’importation et de circulation des virus dont il peut être le vecteur en métropole.

Dans un contexte d’épidémie de dengue sur l’île de La Réunion et d’échanges réguliers entre ce territoire ultra-marin et la métropole, il existe un risque d’importation de ce virus qui pourrait être à l’origine d’un début de cycle de transmissions « autochtones » (c’est-à-dire des cas de personnes piquées et contaminées en métropole) de la maladie en métropole. En effet, le moustique tigre s’infecte en piquant un voyageur malade et transmet secondairement le virus à des personnes non-immunisées lors d’une prochaine piqûre. Ainsi, un cycle de transmission autochtone est généré et peut être à l’origine d’un ou plusieurs foyers épidémiques.
Recommandations pour les voyageurs

Les autorités sanitaires recommandent aux personnes se rendant à La Réunion, de se protéger contre les piqûres de moustique, y compris en journée, en utilisant des répulsifs pour la peau et les vêtements, et en portant des vêtements longs et amples.

Si une personne présente dans les 7 jours suivant son retour en métropole des signes évocateurs de la dengue (douleurs articulaires, douleurs musculaires, maux de tête, éruption cutanée avec ou sans fièvre, conjonctivite), elle doit consulter un médecin et continuer à se protéger contre les piqûres de moustiques, y compris en utilisant si possible une moustiquaire, afin de ne pas transmettre la maladie en métropole, si le moustique tigre est présent dans le département.
Ces recommandations sont valables pour tous les voyageurs à destination d’une zone où le chikungunya, la dengue et le zika sont présents, et en particulier : les Antilles, la Polynésie française, l’Amérique centrale et du Sud, les îles françaises du Pacifique, Mayotte, les Seychelles, la Guyane, l’Asie du Sud-Est…
Un risque réel de développement d’un cycle de transmission autochtone en métropole

Depuis les premières identifications de cas sporadiques de dengue et de chikungunya dans les départements des Alpes-Maritimes et du Var en 2010, plusieurs foyersautochtonesde ces maladies sont survenus au fil des ans, confirmant la possibilité qu’une chaîne de contamination de ces maladies se mette en place en métropole, là où le moustique tigre est installé :

- 11 cas autochtones de dengue ont été signalés dans l’Hérault en 2014 ;
- 7 cas autochtones de dengue dans le Gard en 2015 ;
- 17 cas autochtones de chikungunya dans le Var en 2017.
Des gestes simples pour éviter la prolifération des moustiques

Chacun, en modifiant son comportement et en adoptant des gestes simples et peu contraignants, peut participer à la lutte contre la prolifération des moustiques tigre et aider à prévenir l’introduction de la dengue, du chikungunya ou du zika en métropole. En particulier, il est très important de supprimer les eaux stagnantes, qui permettent la reproduction du moustique, autour de son domicile.
Je couvre, je jette, je vide tous les récipients pouvant contenir de l’eau

Pour limiter la prolifération des moustiques tigres, sources de nuisances et de maladies, ces gestes sont indispensables : enlever les soucoupes des pots de fleurs ou les remplir de sable, changer l’eau des vases plusieurs fois par semaine, vérifier le bon écoulement des gouttières, mettre à l’abri de la pluie ou supprimer les pneus usagés et tout autre objet pouvant se remplir d’eau, etc.
Les professionnels de santé pleinement mobilisés

La Direction générale de la Santé rappelle aux professionnels de santé qu’il est très important de signaler à l’Agence régionale de Santé tout cas de dengue, de chikungunya ou de zika rencontré. Ce signalement qui participe à la surveillance épidémiologique de ces maladies infectieuses, permet également aux autorités locales de mettre en œuvre des mesures de gestion autour des cas.

Ainsi, pour éviter la mise en place d’un cycle de transmission autochtone de ces maladies, une enquête entomologique est réalisée autour de chaque cas humain recensé dans un département où le moustique tigre est installé. S’il est présent autour des habitations d’une personne malade, des traitements insecticides de lutte anti-vectorielle sont réalisés par des opérateurs publics de démoustication.
Bon à savoir

Vous résidez en métropole et vous pensez avoir observé un moustique tigre dans votre commune ?
Vous pouvez le signaler et contribuer ainsi à la surveillance de son implantation :

- sur le portail officiel www.signalement-moustique.fr ;
- via l’application mobile IMoustique, disponible gratuitement sur l’AppStore et Google Play
 
Imprimer - - par DGS - 29 avr 2018

Citeo et le Grand Chalon s'associent pour mobiliser les habitants pour le tri et le recyclage des papiers

 

En 2015, chaque habitant du Grand Chalon a trié 26,2 kg de papiers, une performance supérieure à la moyenne nationale (21 kg/habitant en 2015) mais laissant une marge de progrès. Pour améliorer encore ses résultats à un coût maîtrisé, le Grand Chalon a été sélectionné dans le cadre d’un appel à projets 2016 d’Ecofolio (aujourd’hui devenu Citeo). Depuis, 334 conteneurs à papiers ont été installés pour assurer un service de collecte des papiers uniforme, efficace, accessible et économe.


Face à l’enjeu d’amélioration du geste de tri des papiers sur son territoire, le Grand Chalon s’est engagé aux côtés de Citeo dans un plan ambitieux pour faciliter le geste de tri de ses 105 003 habitants.


Un nouveau dispositif de collecte des papiers qui allie efficacité environnementale et économique
Jusqu’en 2016, la collecte des papiers était éclatée entre plusieurs dispositifs sur le territoire du Grand Chalon : porte-à-porte, déchetteries et quelques conteneurs d’apport volontaire. Pour faciliter le geste de tri des habitants, 334 conteneurs à papiers ont été installés sur les 38 communes de l’agglomération entre fin 2016 et 2018 selon un maillage optimal.
Désormais, les habitants peuvent donc trier tous leurs papiers dans des conteneurs dédiés de couleur bleue : les magazines, les publicités, les prospectus, les courriers, les enveloppes, les catalogues, les annuaires, les cahiers, les blocs-notes et tous les autres papiers. Chaque conteneur à papiers a été installé à côté d’un conteneur à verre : pour « un déplacement, deux conteneurs » sont disponibles. Un nouveau camion dédié à la collecte des papiers permet d’optimiser les tournées de collecte.
Ce système de collecte de proximité, plus efficace et plus économe, accessible 7j/7, rend le geste de tri des habitants plus simple.

Des habitants invités à se mobiliser
Pour annoncer et expliquer ce nouveau geste de tri, Citeo accompagne le Grand Chalon dans le déploiement d’un plan de communication à destination des habitants : distribution de sacs de pré collecte et de guides du tri et opération de sensibilisation en porte à porte par les 5 ambassadeurs du tri du Grand Chalon. Presse locale, site internet de la collectivité ont également permis de relayer cette nouvelle organisation. Citeo met à disposition des outils digitaux pour aider les citoyens à faire le bon geste de tri : le site consignesdetri.fr et l’application pour smartphones « Guide du tri ».
Cette transformation du dispositif, alliée à une meilleure sensibilisation des habitants, permet de réduire les erreurs de tri dans les conteneurs bleus de proximité et de maîtriser les coûts de collecte et de tri des papiers.

Les chiffres clés du tri dans le département de la Saône-et-Loire
En 2016, l’ensemble des habitants du département de la Saône-et-Loire ont trié près de 46 642 tonnes d’emballages ménagers et de papiers soit 83,2kg/hab. Ces performances, supérieures de 21,1% à la moyenne nationale mais inférieures de 4% à la moyenne de la Région Bourgogne-Franche-Comté (86,5kg/hab), se répartissent comme suit :

Emballages légers : 18,58 kg/hab vs 16,5kg/hab en moyenne nationale
Verre : 38,34 kg/hab vs 31,1kg/hab en moyenne nationale
Papiers : 26,2 kg/hab vs 21,1kg/hab en moyenne nationale

A propos de Citeo
Issue du rapprochement entre Eco-Emballages et Ecofolio, Citeo est une société anonyme à but non lucratif créée par les entreprises pour réduire l’impact environnemental des emballages et des papiers. 250 collaborateurs travaillent avec engagement et passion pour apporter plus de solutions aux entreprises, les accompagner dans leur responsabilité environnementale, rendre le dispositif de tri et de recyclage plus performant au meilleur coût et mobiliser les citoyens pour un geste de tri plus simple et plus efficace.

 
Imprimer - - par Citéo - 26 avr 2018

Motion de soutien UD FO aux cheminots

motion de soutien de l'UD FO 71 aux cheminots

 

 

 

 

L’Union Départementale  FO 71  tient à réaffirmer, dans la situation présente, son soutien total au mouvement de grève des cheminots à l’appel de la fédération pour le maintien de leur statut.

Contre la campagne médiatique forcenée qui cherche à opposer « les usagers » aux cheminots, l’Union Départementale  FO  réaffirme que « les usagers » sont d’abord et avant tout des salariés qui ont besoin d’un service public de transport accessible, non d’un service soumis aux aléas de la rentabilité économique.

Nombreux sont les salariés qui sont eux-mêmes confrontés aux plans de casse du gouvernement dans le public comme dans le privé.

L’ouverture à la concurrence  aurait notamment pour conséquence la fermeture de dizaines de lignes, l’augmentation des billets et la fragilisation de la sécurité des infrastructures (l’exemple anglais en témoigne), ce qui serait préjudiciable pour l’ensemble de la population.

En se mobilisant, en faisant grève pour rejeter le projet gouvernemental et défendre le service public, les cheminots avec leurs organisations syndicales défendent l’intérêt de tous les salariés.

 

 

 motion de soutien aux cheminots UD FO 71.docx [ 44.50 Ko ]
Imprimer - - par BUCAILLE François - 19 avr 2018

Parc center : communiqué de la coordination "Ni ici- Ni Ailleurs " ( NINA)

Depuis 10 ans maintenant, Pierre & Vacances, cette multinationale officiant dans le secteur du tourisme envisage de construire 3 Center Parcs à quelques dizaines de kilomètres les uns des autres. Que ce soit à Roybon en Isère, au Rousset en Saône-et-Loire ou à Poligny dans le Jura,le scénario est similaire : des représentants de l’entreprise discutent en aparté avec des élus des collectivités locales (municipalités, départements, ...) alors que la population n’est pas consultée.

 

Pire, on a fait mine de prendre son avis au Rousset et à Poligny, à travers la Commission Particulière de Débat Public, mais cela n’a été que pour mieux lui faire avaliser les projets. Même si infrastructures de ces deux Center Parcs doivent être plus petites que celle prévue à Roybon, à chaque fois, ce sont les même problèmes qui sont amenés à survenir : destructions de milieux naturels, génération de nuisances diverses (bruit, pollutions, …), création d’emplois précaires,gaspillage d’énergie, dilapidation d’argent public pour des intérêts privés, ...

 

Plutôt que de se laisser abattre comme les arbres qui l’ont été à Roybon en 2014, des personnes seront mobilisées et constituées en collectifs sur chacun des 3 sites convoités. Dans une logique d’entraide, certains de ces collectifs ont eu l’idée de s’associer en Coordination il y a tout juste 2 ans afin de mener diverses actions conjointement.

C’est cette Coordination Center Parcs Ni Ici Ni Ailleursqui organise ce que nous avons dénommé La Grande Tournée. L'idée est de relier, du 8 au 29 avril, àl’aide d’un convoi de véhicules, les trois sites en résistance afin d'informer, de faire connaître cettelutte dans la rue, de faire des rencontres et de partager des moments ensemble dans un lieud’accueil différent chaque soir.

Nous mettons à disposition du public que nous rencontrons au gré de nos étapes une bibliolutte(livres, brochures, docs en tous genres, revues contre Center Parcs, textes...), un info kiosque-automédia, une cantine, une malle aux chansons, une boîte à contes, une expo-photos, une salle de cinéma sous les étoiles et d'autres surprises encore...Les étapes dans les villes et villages entre chaque site seront l'occasion d'y organiser des cafés-forêts, des soirées d'information et d'échanges, des projections, du théâtre, du clown... mais aussi d’y rencontrer des gens en lutte localement et de leur laisser la parole à cette occasion.

A noter que les étapes sur les sites convoités par Pierre et Vacances auront lieu les weekends (àPoligny les 14-15/04, au Rousset les 21-22/04 pour finir à Roybon les 28-29/04) et seront dotées d’un programme plus complet.


La Coordination Center Parcs Ni Ici Ni Ailleurs
Transmis par Daniel Dériot

Imprimer - - par Coordination Center Parcs Ni Ici Ni Ailleurs - 18 avr 2018

HALTE AU MASSACRE A GAZA ! Manifestation à Chalon le 20 avril

HALTE AU MASSACRE A GAZA ! LEVEE DU BLOCUS DE GAZA ! VENDREDI 20 AVRIL A 17H RENDEZ-VOUS AU KIOSQUE PLACE DE BEAUNE A CHALON/SAONE

Vendredi 13 avril, encore un mort et plus de 200 blessés par balles à Gaza, après plus de 30 morts et des centaines de blessés le 30 mars et le 6 avril.

Depuis 12 ans, 2 millions de Palestiniens sont pris au piège par Israël dans un blocus impitoyable. Gaza est aujourd'hui le plus grand camp de concentration à ciel ouvert sur notre planète. La situation sociale et environnementale y est catastrophique : 42% de chômage, un taux de pauvreté de 45%, pénurie d’eau et d’électricité.

Le Jour de la Terre commémore chaque 30 mars la mémoire de 6 Palestiniens assassinés par l’armée israélienne en 1976 alors qu’ils protestaient contre le vol de leurs terres, pratique courante en Israël, qu’elle soit le fait des colons ou de l’Etat. Et le 15 mai est commémorée la Naqba, la grande catastrophe de l’année 1948, qui a vu les Israéliens fonder Israël et nettoyer ethniquement la Palestine conquise, y compris par la terreur (Massacre de Deir Yassin, par exemple), forçant ainsi plus de 80% des habitants de celle-ci à devenir des réfugiés. La Marche du Retour, lancée cette année par des organisations de la société civile palestinienne entre ces deux dates, rappelle le droit absolu des réfugiés au retour sur leurs terres volées par Israël, droit consacré d’ailleurs par la résolution 194 de l’ONU (1948), acceptée par les Israéliens comme condition d’entrée à l’ONU en 1949, et jamais appliquée par eux - comme toutes les décisions internationales les concernant.


Ce droit au retour – comme tous ceux des Palestiniens – est l’objet d’un mépris absolu non seulement de la part des Israéliens, mais aussi de la part de leurs protecteurs US, et également, en dépit de ses gesticulations et bonnes paroles, de l’Union Européenne. Les gouvernements français successifs depuis 40 ans ont constamment protégé Israël dans les faits. M.Macron n’hésite pas aujourd'hui à salir le mouvement de boycott d’Israël en le qualifiant d’antisémite et à lui promettre les tribunaux. Ses propositions d’enquête internationale sur Gaza ne sont que fariboles et complicité déguisée avec Israël.

MANIFESTONS ENSEMBLE VENDREDI 20 AVRIL A 17H POUR LES DROITS DES PALESTINIENS, MAIS AUSSI :
- Boycottons Israël, ses produits et ses opérations officielles de « marketing » culturel et sportif
- Exigeons des entreprises françaises engagées en Israël qu’elles s’en désinvestissent
- Exigeons des sanctions à l’égard d’Israël, jusqu’à ce que ce pays respecte toutes les décisions internationales le concernant.

Collectif Chalon-Palestine

 
Imprimer - - par Collectif Chalon-Palestine - 18 avr 2018

Un nouveau Conseil d'Administration pour les JA BFC avec à sa tête un nouveau président

L'Assemblée générale des Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté s’est tenue le 13 avril dernier à Chateau-Chinon dans la Nièvre et a été accueillie avec brio par les Jeunes Agriculteurs de Chateau-Chinon et les Jeunes Agriculteurs de la Nièvre.


L’occasion de faire le point sur les actualités et les actions réalisées par les Jeunes Agriculteurs BFC lors de l’année écoulée. Une année et même un mandat 2016-2017 réussi, comme le souligne Arnaud Gaillot : « à la vision de ce rapport d’activités, je me permets d’intervenir en tant que secrétaire général pour féliciter tout le réseau. Quand on voit tout ce qui a été conduit pendant l’année et pendant le mandat, je ne peux qu’être très fier. C’est grâce à cet engagement et cette motivation de tout un réseau que le métier est si bien défendu. Alors bravo à tous et continuez ainsi ».

Entouré de nombreux partenaires, une table ronde sur la formation initiale a été conduite l’après-midi. « Nous avons choisi ce thème parce qu’il nous semble évident que les besoins des jeunes qui s’installent ont changé avec l’évolution des métiers et des profils. Et pour répondre à cela, il faut que nous puissions faire évoluer la formation initiale. Qui de mieux que le réseau Jeunes Agriculteurs peut être force de proposition sur ce thème ? », introduit Guillaume Gauthier. De nombreux échanges ont fait émaner des propositions : intégrer des mises en situation interactives avec des logiciels de simulation de pilotage d’une exploitation, accentuer les mises en situation professionnelles (stages, apprentissage…), insister sur la gestion d’entreprise et pourquoi pas faire des rencontres avec d’autres entrepreneurs…

Mais cette Assemblée générale était aussi le moment du renouvellement des équipes, comme cela se passe tous les deux ans chez Jeunes Agriculteurs. Les administrateurs sortants ont été largement remerciés au cours de discours émouvants. Au terme d’élections, un nouveau conseil d’administration a vu le jour. Il s’est réuni dans la foulée pour élire un nouveau bureau.

Florent Point, 26 ans et agriculteur à Verneuil dans la Nièvre a été élu Président et succède à Guillaume Gauthier.

Pour ce mandat à venir, il sera entouré d’un bureau composé de : Justine Grangeot (Secrétaire Général), Fabrice Chabod (Secrétaire Général Adjoint), Thomas Lemée (Trésorier),
Anthony Villet, Germain Bilat et Johan Javaux (vice-présidents installation), Sébastien Colin ( vice-président filières), Arnaud Gaillot, Guillaume Gauthier, Julien Caillard, Jérémy Decerle (candidats à Jeunes Agriculteurs).

Et des administrateurs : François-Xavier Lévèque, Baptiste Colson, Nicolas Hanser, Jim Koenig, Bertrand Masson, Damien Lemière.

 
Imprimer - - par Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté - 16 avr 2018

Toute la psychiatrie régionale est en crise. Elle manifestera devant l'ARS le 24 avril

Toute la psychiatrie régionale est en crise. Elle manifestera devant l'ARS le 24 avril

Toute la psychiatrie régionale est en crise. Elle manifestera devant l'ARS le 24 avril

Imprimer - - par SYNDICAT CGT Centre Hospitalier Spécialisé de SEVREY - 14 avr 2018

NOTRE DAME DES LANDES : ARRETER LE MASSACRE !

ACTE et la CAPEN 71 appellent à un rassemblement le samedi 14 avril à 16H Place St Pierre à CHALON S/S

 

Communiqué / Mercredi 11 avril 2018
Évacuation de la ZAD,
stoppez tout avant qu’il ne soit trop tard !


Les associations et organisations d’opposition aux grands projets imposés, risqués et néfastes pour la préservation de l’environnement s’indignent et condamnent l’action du gouvernement actuellement en cours sur la ZAD de Notre Dame des Landes.


Elles exigent la cessation de cette opération militaire de grande envergure,
- qui détruit de façon aveugle et sans sommation des projets de vie alternatifs installés ou en cours,
- piétine les engagements antérieurs pris avec de nombreux occupant-es,
- provoque une spirale de tension à haut risque qui engage un processus désespéré et sans issue.
L’État engage son entière responsabilité quant aux blessé-es résultant de son intervention, que ce soit du côté des habitants de la Zad ou des forces de l’ordre.


Nous avons en tête le drame de Sivens et les réunions auxquelles nous avons participé - en vain ? - dans le cadre des travaux de la Commission présidée par le Sénateur Richard en 2014, pour "formuler des réponses aux lacunes du débat environnemental en France".


Le musellement de la presse est une nouvelle étape, qui ne laisse personne indifférent et provoque une grande inquiétude.
Enfin, la sphère politique dans sa majorité actuelle doit cesser de mépriser, stigmatiser et détruire les désirs de nouveaux modèles économiques, agricoles, culturels, solidaires et sociétaux portés par une partie de la jeunesse actuelle, seule légitime dans la construction de son avenir. Le signal envoyé aujourd'hui au "monde de demain" est indigne d'un pays qui s'affirme encore de couleur démocratique.


A cet effet, nous appelons au ressaisissement des esprits dans les ministères en charge de ce dossier, une pause immédiate des opérations de destruction sur le terrain et la reprise du dialogue. Faute de quoi, les appels à mobilisation, de soutiens et de tous horizons, vont se renforcer dans les heures à venir.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
LES PREMIERS SIGNATAIRES : Cette liste sera complétée dans les jours à venir
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
- ACTE (Association Chalonnaise pour la Transition Écologique)
- Agir pour l’Environnement
- Alsace Nature
- Alternatiba
- Alternatiba-Rouen
- Amis de la Terre France
- ANV-COP21
- Association La Presle
- Attac
- Attac Vosges
- Bizi!
- Bouillons Terres d'Avenir Rouen
- Coordination Cigeo/BURE Stop : Asodedra, Burestop 55, Bure Zone Libre, Cedra 52, Eodra, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, MNE, Fédération MIRABEL Lorraine environnement et des opposantes et opposants à la poubelle nucléaire
- Collectif 3R
- Comité de soutien NDDL-Chalon
- Collectif Alsace NDDL
- Collectif GCO NON MERCI
- Collectif Non À l’Autoroute A133-A134
- Des habitant.e.s de la zad du Moulin (lutte anti-GCO)
- Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs
- Confédération Paysanne
- Fédération Environnement Eure-et-Loir
- France Nature environnement Grand Est
- Gudmont-dit-Non
- Libre Canut, association environnementaliste de Goven
- Réseau Sortir du nucléaire

 Communiqué Stop évacuation Zad2018.pdf [ 143.11 Ko ]
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 13 avr 2018

Pour le MEDEF71 il faut continuer les réformes

Déclarations du Président de la République : il faut continuer les réformes

Le MEDEF a pris connaissance avec intérêt des annonces de ce jour du président de la République.

Il partage l’analyse développée par le président de la République que la croissance économique est largement fondée sur la confiance que les entrepreneurs et les forces vives ont dans la politique suivie. La confiance se renforce avec des actes et des réformes qui sont en rapport avec les paroles.

C’est pourquoi le MEDEF partage l’ambition affichée de continuer les réformes indispensables à la prospérité à long terme de notre pays (simplification, droit à l’erreur, libérer le potentiel entrepreneurial, retraites, SNCF…).

Il se réjouit de l’annonce de la baisse du forfait social pour les entreprises de moins de 250 personnes ayant un accord d’intéressement : il est important d’inciter les entreprises à partager mieux la richesse créée. Pour autant, il regrette l’introduction d’un seuil de 250 salariés en ne baissant pas le forfait social sur toutes les entreprises.

Le MEDEF aurait également souhaité que le président de la République place la baisse des dépenses publiques au cœur de son intervention. Le niveau des dépenses publiques en France (57 % du PIB), le plus haut d’Europe, n’est pas soutenable dans la durée. Il faudra engager leur forte diminution pour permettre d’aller plus loin dans la baisse des prélèvements sur les ménages et les entreprises.

Pour Laurent Letourneaux, président du MEDEF71 : « Le président de la République a raison de rechercher la confiance des forces économiques car elle est une composante essentielle de la croissance économique. Les réformes engagées vont dans le bon sens, mais elles ne suffisent pas. Les réformes doivent concerner chacun d’entre nous et tous doivent contribuer à l’effort national pour une France qui gagne pour tous les citoyens. Il convient également d’entendre les sujets d’inquiétude des chefs d'entreprise et de les prendre en compte : prélèvement à la source, modification de l’objet social, dépenses publiques élevées, complexité administrative… certains éléments d’inquiétude n’ont pas encore été pris en compte. Il y a urgence. »
 
Imprimer - - par Medef 71 - 12 avr 2018

A Gaza, les armes tuent. Le silence et l'inaction aussi.

Communiqué de la LDH au sujet de la situation à Gaza.

A GAZA, L’ARMÉE ISRAÉLIENNE TUE : L’INACTION INTERNATIONALE AUSSI !
A Gaza, au cours d’une manifestation pour le droit au retour qui a mobilisé plus de 30 000 personnes, seize Palestiniens ont été tués, samedi 30 mars. Selon le ministère de la Santé de Gaza, ce sont aussi 1 400 Palestiniens qui ont été blessés, dont 758 par balles réelles.


La Ligue des droits de l’Homme (LDH) condamne fermement la répression de cette manifestation pacifique, ne menaçant en rien la sécurité d’Israël, ainsi que l’usage par l’armée israélienne de tirs à balles réelles à l’encontre des manifestants. Le gouvernement israélien qui en a donné l’ordre doit être condamné sans réserve par la communauté internationale.


La liberté de manifester est un droit fondamental et l’usage de balles réelles à l’encontre de manifestants interdit par le droit international. Mais comment parler de droits quand il s’agit, pour les Palestiniens, d’un déni permanent depuis des décennies ? Comment faire entendre raison dans la spirale d’une situation coloniale qui conduit le gouvernement israélien à ordonner ces crimes ?


Pour la LDH, aucune démocratie ne peut prétendre l’être et réprimer par les armes les manifestations.
La situation à Gaza où vivent près de deux millions de personnes est, on le sait, catastrophique : enfermement, chômage, pauvreté, faible accès à l’électricité, pollution de l’eau et épuisement des nappes phréatiques. Gaza est au bord de l’asphyxie.


Face à un défi humanitaire et politique, la LDH rappelle que s’il n’y a pas de solution militaire à ce conflit, le statut quo n’est pas non plus tenable pour les Palestiniens enfermés à Gaza et occupés en Cisjordanie.
La communauté internationale, en laissant se prolonger cette situation, est, elle aussi, responsable des exactions qui se commettent en toute impunité. Tout laisse présager une poursuite du mouvement et d’autres affrontements, coûteux en vies humaines : il faut agir vite.


Les armes tuent. Le silence et l’inaction aussi.


Communiqué de la section chalonnaise de la LDH
Contact : chalonsursaone@ldh-france.org

 
Imprimer - - par Janet Philippe - 12 avr 2018

Le Mouvement de la Paix appelle à rejeter l'escalade guerrière

Syrie, vite une solution diplomatique !
Rejetons l'escalade guerrière
dont les conséquences sont incalculables


Le Mouvement de la Paix condamne toute utilisation d'armes chimiques et exige qu'une enquête soit conduite par l'OIAC (1). L'enquête devra porter sur l'utilisation éventuelle d'armes chimiques et sur l'origine de ces bombes. Nous ne pouvons pas nous satisfaire des termes actuellement utilisés parlant d'hypothèses, d'attribution probable, ou autres termes imprécis pour tenter de justifier des actions militaires dramatiques.

Le Mouvement de la Paix est opposé à une soit disant commission « indépendante » qui serait mise en place sous contrôle et/ou à l'instigation en sous-main des USA ou de l'OTAN, compte tenu des précédents concernant l'Irak où Colin Powell a menti à la tribune de l'ONU et Tony Blair a menti à la chambre des communes et trompé son peuple.

Les populations civiles sont les premières victimes de la guerre qui sévit dans cette région.
Face à cette tragédie humaine, nous exigeons de l'ensemble des parties prenantes le respect du droit humanitaire et que la France et l'Europe accueillent les réfugiés avec humanité, conformément au droit humanitaire international.

Il est urgent de trouver une solution politique pour éviter un conflit aux conséquences incalculables.

Le Mouvement de la Paix rappelle qu'il revient au Conseil de Sécurité de l'ONU et à lui seul de prendre des mesures de sanction et de décider de l'emploi de la force.

Nous réaffirmons l'urgence d'initiatives pour :


Œuvrer à l'arrêt total des bombardements et des combats et pour un cessez-le-feu durable,
Œuvrer au respect du droit humanitaire par l'ensemble des parties prenantes,
Œuvrer à une solution politique à travers un processus de négociations impliquant tous les acteurs concernés (en dehors de Daesh et de ses affiliés), sous l'égide de l'ONU et s'appuyant sur des documents et des processus qui ont déjà permis l'unanimité des Etats membres du Conseil de Sécurité comme la résolution 2254 adoptée en décembre 2015 qui réaffirmait l'urgence d'une solution politique.
Œuvrer à une transition démocratique permettant au peuple syrien et à lui seul de décider de ses affaires.


A Paris, le 11 avril 2018
Le Mouvement de la Paix

1. L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) est l'organisme chargé de faire appliquer toutes les dispositions de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC) du 13 janvier 1993.
2. Les déclarations antérieures du Mouvement de la Paix sur cette question :
– Appel du conseil national du Mouvement de la Paix aux comités de paix
– Syrie, vite une solution diplomatique : le communiqué du 7 avril 2017
 
Imprimer - - par Le Mouvement de la Paix - 12 avr 2018

Evacuation de la ZAD, stoppez tout avant qu'il ne soit trop tard !

Communiqué / Mercredi 11 avril 2018
Évacuation de la ZAD,
stoppez tout avant qu’il ne soit trop tard !


Les associations et organisations d’opposition aux grands projets imposés, risqués et néfastes pour la préservation de l’environnement s’indignent et condamnent l’action du gouvernement actuellement en cours sur la ZAD de Notre Dame des Landes.


Elles exigent la cessation de cette opération militaire de grande envergure,
- qui détruit de façon aveugle et sans sommation des projets de vie alternatifs installés ou en cours,
- piétine les engagements antérieurs pris avec de nombreux occupant-es,
- provoque une spirale de tension à haut risque qui engage un processus désespéré et sans issue.


L’État engage son entière responsabilité quant aux blessé-es résultant de son intervention, que ce soit du côté des habitants de la Zad ou des forces de l’ordre.


Nous avons en tête le drame de Sivens et les réunions auxquelles nous avons participé - en vain ? - dans le cadre des travaux de la Commission présidée par le Sénateur Richard en 2014, pour "formuler des réponses aux lacunes du débat environnemental en France".


Le musellement de la presse est une nouvelle étape, qui ne laisse personne indifférent et provoque une grande inquiétude.
Enfin, la sphère politique dans sa majorité actuelle doit cesser de mépriser, stigmatiser et détruire les désirs de nouveaux modèles économiques, agricoles, culturels, solidaires et sociétaux portés par une partie de la jeunesse actuelle, seule légitime dans la construction de son avenir. Le signal envoyé aujourd'hui au "monde de demain" est indigne d'un pays qui s'affirme encore de couleur démocratique.


A cet effet, nous appelons au ressaisissement des esprits dans les ministères en charge de ce dossier, une pause immédiate des opérations de destruction sur le terrain et la reprise du dialogue. Faute de quoi, les appels à mobilisation, de soutiens et de tous horizons, vont se renforcer dans les heures à venir.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
LES PREMIERS SIGNATAIRES : Cette liste sera complétée dans les jours à venir
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
- ACTE (Association Chalonnaise pour la Transition Écologique)
- Agir pour l’Environnement
- Alsace Nature
- Alternatiba
- Alternatiba-Rouen
- Amis de la Terre France
- ANV-COP21
- Association La Presle
- Attac
- Attac Vosges
- Bizi!
- Bouillons Terres d'Avenir Rouen
- Coordination Cigeo/BURE Stop : Asodedra, Burestop 55, Bure Zone Libre, Cedra 52, Eodra, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, MNE, Fédération MIRABEL Lorraine environnement et des opposantes et opposants à la poubelle nucléaire
- Collectif 3R
- Comité de soutien NDDL-Chalon
- Collectif Alsace NDDL
- Collectif GCO NON MERCI
- Collectif Non À l’Autoroute A133-A134
- Des habitant.e.s de la zad du Moulin (lutte anti-GCO)
- Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs
- Confédération Paysanne
- Fédération Environnement Eure-et-Loir
- France Nature environnement Grand Est
- Gudmont-dit-Non
- Libre Canut, association environnementaliste de Goven
- Réseau Sortir du nucléaire

Imprimer - - par Comité de soutien NDDL-Chalon - 11 avr 2018

ATD Quart Monde a besoin de nous

ATD Quart Monde, association de lutte contre la pauvreté, lance sa nouvelle campagne d'appel aux dons dédié à l'accès aux vacances pour tous.



En effet, on pense souvent que les vacances sont réservées à ceux qui travaillent, or pour les personnes en situation de précarité, ce sont aussi des temps indispensables pour retrouver des forces et se retrouver en famille.

Convaincu du caractère indispensable des vacances pour les personnes les plus pauvres, le
Mouvement ATD Quart Monde se bat depuis soixante ans pour l’accès de tous aux vacances.
En permettant à des familles de partir en vacances, en accueillant dans sa maison de vacances
de La Bise, dans le Jura, des familles, des hommes et des femmes seuls, en situation de grande
précarité, ATD Quart Monde permet à chacun de s’évader du quotidien, de se ressourcer et de
sortir de l’isolement. Pour certaines familles dont les enfants sont placés, c'est l'occasion de se
reconstituer. Pour tous, petits et grands, ce moment de répit est indispensable pour retrouver
des forces et envisager un nouveau départ...


La campagne d’appel aux dons de l’association intitulée « Partir pour repartir » débute le 5 avril
pour trois mois. Elle sera déclinée en affiches publicitaires et renforcée par une campagne numérique
sur les réseaux sociaux, notamment par un crowdfunding sur la plateforme KissKissBankBank
pour financer une partie des travaux de rénovation de La Bise, maison de vacances familiales
d’ATD Quart Monde.


Du 5 avril au 18 mai une campagne de crowdfunding sur la plateforme Kisskissbankbank sera
lancée. Cette levée de fond sera dédiée plus particulièrement à la rénovation de la Maison familiale
de La Bise dans le Jura.

Retrouvez le projet sur : kisskissbankbank.com/la-bise-maison-de-vacancesfamiliales-
pour-ceux-qui-ne-partent-jamais


Une vente aux enchères d’oeuvres d’art aura lieu à Drouot lundi 28 mai après-midi en partenariat
la maison de ventes aux enchères BARON-RIBEYRE.


Les oeuvres seront exposées à DROUOT samedi 26 mai et lundi 28 en fin de matinée.
250 oeuvres environ seront proposées aux enchères : peintures, lithographies, sculptures, etc.,
d'artistes comme Bazaine, Steinlen, Sonia Delaunay, Salvador Dali, Jean Leppien, Yvan Messac,
Catherine Viollet, Françoise Petrovitch, Velickovic, Yann Arthus-Bertrand, C215, Lafortune, Popeye,
Barnabé... et d'autres artistes, dont certains sont membres d'ATD Quart Monde.

 
Imprimer - - par ATD Quart Monde - 10 avr 2018

Grève des avocats à Chalon ce mardi... Rassemblement à Paris, demain

Aucune audience ne devrait se dérouler ce mardi au palais de justice, notamment cet après midi, les avocats du barreau de notre ville sont en grève. Demain, de nombreux avocats de notre département , se rendront à Paris pour un rassemblement afin de protester contre une nouvelle réforme portée par la ministre de la justice.


LES MOTIFS DE LA COLERE ( Communiqué du Syndicat des Avocats de France ).
«  La ministre de la justice demeure sourde à la large mobilisation des professionnels de la justice contre son projet de « chantiers ».
Elle promet qu’« aucun lieu de justice ne sera supprimé », comme si nous nous battions pour protéger des bâtiments, et non la justice qui se rend en leur sein.
A notre mouvement suivi depuis plusieurs semaines sur l’ensemble du territoire, elle ne répond que par une communication usée : nous n’aurions pas compris ce texte, il faudrait nous l’expliquer.
Nous sommes les professionnels de terrain. Chacun dans nos professions assurons et participons avec dévouement au fonctionnement d’une justice dont nous subissons l’indigence au quotidien. Nous n’avons pas besoin de nous faire expliquer le sens d’un texte que nous avons parfaitement compris.


Nous refusons ce projet dont le véritable objectif est de permettre le maintien de la justice dans son état de misère budgétaire en sacrifiant toute notion de qualité au nom de la productivité.
Nous refusons ce projet d’une justice illisible, déshumanisée et privatisée.
La justice mérite une réforme ambitieuse mue par un idéal à la hauteur des besoins des justiciables et non un simple démantèlement.
Puisque la ministre n’entend pas la mobilisation du terrain, nous viendrons la lui exprimer jusqu’aux portes de la place Vendôme.


Le mercredi 11 avril, nous manifesterons tous ensemble pour une justice de qualité et pour les droits de tous »

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 10 avr 2018

Mise en place d'un comité entreprise Européen Amazon

Communiqué presse CGT AMAZON France Logistique

Sous l’impulsion de la CGT Amazon en collaboration avec la fédération CGT Commerce et services, les syndicats CGT France, FSC-CCOO Espagne et CGIL Italie déclenchent la procédure de mise en place d’un Comité Entreprise Européen pour la logistique d'Amazon.

Depuis février 2016 lors des différentes réunions qui se sont tenues en Europe, la CGT AMAZON oeuvre pour la mise en place d’un comité d’entreprise Européen. Cette procédure doit recueillir l’adhésion de deux pays minimum, c’est tout le travail de persuasion de La CGT Amazon qui a permis que trois syndicats de pays différent et implanté chez Amazon se réunissent et déclenchent cette mise en place du comité d’Entreprise Européen, les pays et syndicats concernés sont le Français CGT, l'espagnol FSC-CCOO et l'italien CGIL.

Ces trois syndicats ont formalisés en mars 2018 la demande de convocation du groupe de négociation pour la création d'un comité d'entreprise européen Amazon. La possibilité d'ouvrir une négociation internationale est prévue par la directive européenne 2009/38 et la demande formelle correspondante signée par chacun des trois syndicats a été transmise à la direction d'Amazon Europe.

La norme européenne permet le démarrage du groupe de négociation pour toutes les entreprises qui ont au moins un millier d'employés dans tous les pays de l'UE et au moins 150 employés dans au moins deux pays. Une condition qu'Amazon a en Europe. Un comité d'entreprise européen devra donc voir le jour, où la multinationale devra communiquer ses stratégies et données économiques.
 
Imprimer - - par CGT AMAZON France Logistique - 8 avr 2018

Covoiturage, c'est le moment !

Covoiturer sur autoroute, c’est simple ! Le groupe APRR
simplifie le covoiturage avec des parkings dédiés ainsi que
des réductions sur le badge de télépéage.

En pleine émergence, ce mode de transport est une
solution à la fois économique et écologique. Et si covoiturer
devenait une habitude de transport ?

APRR : facilitateur de mobilité
Le groupe APRR s’adapte aux nouveaux usages de la mobilité. En janvier 2015, AREA inaugure l’un des
premiers parkings de covoiturage du groupe APRR. Situé sur l’A43, à proximité du péage de L’Isled’Abeau,
ce parking de 215 places a été réalisé en partenariat avec la Communauté d’agglomération
Porte de l’Isère.


Pour APRR, il est nécessaire d’accompagner, voire de susciter, la pratique du covoiturage. Elle répond
à des objectifs de développement durable et de sécurité.

Plus de 2 500 places de covoiturage
De nombreuses collectivités, entreprises ou sites web indépendants proposent ce service aux adeptes
toujours plus nombreux. Face à l’essor de cet usage, APRR & AREA participent à la construction de
parkings de covoiturage, en collaboration avec les collectivités locales, afin de garantir la sécurité des
automobilistes et de faciliter les échanges « covoitureur-covoituré ».
Plus de 2 500 places de parking de covoiturage sont disponibles sur les réseaux APRR & AREA.


Vous pouvez retrouver la liste de ces parkings en vous rendant à l’adresse suivante :
http://www.aprr.fr/fr/services-sur-aires/cote-vehicule/parkings-covoiturage

Le covoiturage oui, mais la sécurité avant tout
Afin de permettre aux personnes de covoiturer en toute sécurité, des espaces dédiés au covoiturage
ont été aménagés sur les réseaux APRR et AREA.
Sylvie Dumas, chef de pôle trafic et sécurité, rappelle trois règles de sécurité liées au covoiturage :
· Limiter le stationnement sur des zones non prévues à cet effet à proximité des voies de péage,
ce qui peut gêner la visibilité des véhicules en circulation ;
· Éviter les manoeuvres dangereuses effectuées par les conducteurs pour se garer (cisaillement
des voies, demi-tour…) ;
· Éviter la présence de piétons à proximité des voies de circulation.

 
Imprimer - - par APRR - 6 avr 2018

Ablation de la vésicule biliaire : la Polyclinique du Val de Saône s'engage au côté de ses praticiens à développer la chirurgie ambulatoire

Le développement de la chirurgie ambulatoire est une tendance en forte croissance mais surtout une attente forte des patients, pour un nombre croissant de pathologies et d’interventions.

Quand cette prise en charge est possible, c’est pour les patients, la garantie d’un suivi plus confortable, avec un retour à domicile dans la journée, tout en garantissant des conditions optimales et exigeantes, au même titre qu’elles existent dans le cadre d’un séjour en hospitalisation classique.

La Polyclinique du Val du Saône travaille régulièrement à développer l’activité ambulatoire sur des prises en charge de nouvelles pathologies.

Ainsi, en lien avec l’Agence Régionale de Santé (ARS), qui conduit des procédures visant à développer ces pratiques, la Polyclinique est intégrée depuis le 1er mars, pour une durée de 6 mois, dans un programme visant à permettre le développement de la chirurgie ambulatoire pour les interventions de cholécystectomie (ablation de la vésicule).

A ce jour, la Polyclinique du Val du Saône réalise environ 150 cholécystectomies par an, dont 25% en ambulatoire et souhaite encore promouvoir ce mode de prise en charge en s’engageant dans une démarche volontariste.

Le développement de la chirurgie ambulatoire est possible grâce à des techniques chirurgicales et anesthésiques de pointe : cœlioscopie, prise en charge optimale de la douleur, dans des services adaptés.

La Polyclinique a mis en place un véritable « chemin clinique », depuis la consultation jusqu’au retour à domicile, plébiscité les patients.

La prise en charge en « ambulatoire » est bien entendu étudiée au cas par cas car toutes les ablations de vésicules ne sont pas concernées. Des paramètres comme l’âge, les antécédents médicaux, l’éloignement géographique ou l’isolement social, mais aussi, l’importance de la pathologie sont prises en compte lors du choix d’un séjour en établissement ou en ambulatoire, par les praticiens (chirurgiens ou anesthésistes) qui participent à la décision et à l’accompagnement du patient.



En vue de développer la chirurgie ambulatoire, au sein de la Polyclinique, un de ces plus anciens chirurgiens viscéraux, expert formateur, organisera courant de l’année 2018, un temps de sensibilisation des médecins traitants sur l’accompagnement au retour à domicile, dans le cadre du Développement Professionnel Continu. Cette formation permettra de développer l’inter professionnalité, pour une prise en charge optimale des patients dans la durée.

Chaque patient concerné pourra donc très bientôt interpeller son médecin traitant sur cette nouvelle pratique médicale pleine de promesses.
 
Imprimer - - par Polyclinique du Val de Saône - 4 avr 2018

Cérémonie à la mémoire de Jean Pierson maquisard FTP tué au combat à Moroges

CÉRÉMONIE À LA MÉMOIRE DE JEAN PIERSON MAQUISARD FTP
TUÉ AU COMBAT À MOROGES LE 28 MARS 1944


©Devant la stèle à Moroges sur l’ancienne route de Montchanin

 

 

Comme chaque année, la municipalité de Moroges organisait ce jeudi une cérémonie d’hommage à Jean Pierson du maquis FTP de Bissy-sur-Fley et Germagny, tué le 28 mars 1944 en opération pour libérer des maquisards de Dettey capturés le matin au Vieux moulin de Valveron par les troupes allemandes.
Malgré les fortes averses, une assistance fidèle participait à cet hommage. Parmi elle, les représentants de la municipalité de Moroges, Jean Venot ancien maire de Moroges, les représentants du Comité du Souvenir Jean Pierson avec Yves Sabre, des représentants de la FNACA avec Gilbert Tournier, et les porte-drapeaux, Mme Lanoiselet conseillère départementale, Daniel Duplessis, président de la communauté de communes du sud de la côte chalonnaise.
Après le dépôt de gerbes, par Dominique Arnoux de la municipalité de Moroges (référent défense), Yves Sabre et Jean Tortiller du Comité du souvenir Jean Pierson, Jean Tortiller, dernier acteur de cet événement rappela comment le groupe de FTP auquel il appartenait tomba sur un barrage des troupes allemandes, comment après la mort de Jean Pierson, il fut capturé à cet endroit après combat les armes à la main, emmené à Chalon, puis déporté à Neuengamme. Il avait 17 ans et demi. Libéré par l’armée soviétique le 2 mai 1945, il reviendra chez lui à Bissy-sur-Fley en juin 1945. Jean est l’un des responsables du Comité du Souvenir Jean Pierson et également président départemental de la FNDIRP (Fédération Nationale des Déportés Internés Résistants Patriotes). Après la cérémonie, les participants à la cérémonie étaient accueillis comme chaque année pour le verre de l’amitié offert par le domaine Berthault au caveau.

Le Comité du Souvenir Jean Pierson
 
Imprimer - - par Le Comité du Souvenir Jean Pierson - 31 mars 2018

La Capen71 écrit à Nicolas HULOT

Le renard, le blaireau... doivent être protégés comme toute la biodiversité...


M. Nicolas HULOT
Ministre d’État,
Ministre de la Transition écologique et solidaire
Cabinet
Hôtel de Roquelaure
246 boulevard Saint-Germain
75007 Paris


Objet : Plan Biodiversité – Protection du Renard, du Blaireau et des espèces animales dites « nuisibles » ou « susceptibles de causer des dégâts ».


Monsieur le Ministre d’État,


Vous avez annoncé à l’Assemblée nationale vouloir présenter prochainement un plan en faveur de la biodiversité. Aussi, ai-je l’honneur de vous demander d’inscrire dans ce plan des mesures de révision profonde du statut juridique du Renard roux (Vulpes vulpes), du Blaireau d’Europe (Meles meles) et de l’ensemble des espèces animales dites, selon les termes du code de l’environnement, « nuisibles » ou « susceptibles de causer des dégâts ».


Le Renard roux fait l’objet de destructions massives, injustifiées et incontrôlées. Il n’existe aucune statistique, ni nationale, ni régionale, permettant de connaître avec certitude et précision le nombre de Renards détruits chaque année, mais les quelques chiffres disponibles permettent d’estimer ce nombre à 600.000-1 million d’individus, ce qui est considérable. Rien qu’en Saône-et-Loire, les chiffres (probablement incomplets) transmis par la Direction départementale des territoires, attestent de la destruction chaque année de 6.000 Renards (piégeage, déterrage, tir, battue).


Ces destructions massives ne sont absolument pas justifiées. Elles ont pour unique explication la satisfaction du loisir cynégétique. Elles échappent en partie à la procédure de consultation du public et à toute évaluation environnementale préalable. Il n’existe aucun suivi permettant de connaître avec exactitude leur importance et encore moins d’évaluer leurs conséquences sur les populations vulpines.


Considérer et traiter par la destruction systématique le Renard comme une espèce « nuisible », c’est ignorer qu’il exerce une prédation très importante sur les populations de micromammifères à l’origine de dégâts dans les prairies et les cultures. C’est totalement incohérent et contraire à l'intérêt général lorsque la lutte contre le Campagnol terrestre conduit à recourir à la lutte chimique (bromadiolone), dangereuse pour la faune sauvage.


Il est impératif de sortir le Renard de la liste des « nuisibles » et de le doter d’un statut juridique adapté, qui lui garantisse la protection que justifient son utilité écologique et économique, et son intérêt patrimonial.


Le Blaireau d’Europe fait également l’objet de destructions incontrôlées, qui n’ont pas d’autre raison que la satisfaction du loisir cynégétique, en l’occurrence la vénerie sous terre. Ces destructions ne sont pas de même ampleur que celles des Renards, mais elles sont tout autant inacceptables. Dans notre département, elles sont de l’ordre de 700 individus par an alors que l’espèce ne fait pas partie des « nuisibles » (le Blaireau a le statut de gibier). Le déterrage des Blaireaux est autorisé dès la mi-mai, date à laquelle les jeunes sont encore sous la dépendance des parents, et la période de chasse est de huit mois (mi-mai - mi-janvier). Dans les faits, le Blaireau est pourchassé autant que s’il était classé « nuisible ».


Plus généralement encore, c’est la notion et le régime juridique d’espèce susceptible de causer des dégâts qui doivent être revus. La loi Biodiversité du 8 août 2016 n’a apporté aucun changement réel, aucun progrès, ne faisant que substituer l’expression « espèce susceptible de causer des dégâts » à l’épithète « nuisible », sans modifier les conditions de destruction.
En accordant inconsidérément des autorisations de destruction, les préfets et les services des directions départementales des territoires se rendent responsables d’un saccage de la biodiversité. Chaque année, au plan national, des dizaines de milliers de mustélidés (martre, belette, fouine) et d’oiseaux sont piégés et détruits sans raisons valables ni contrôle sérieux de la part des services préfectoraux. Ce saccage de la nature a pour cause une réglementation (héritée du XIXème siècle) organisée par un décret du 23 mars 2012, qui doit être abrogé et remplacé par un autre dispositif, fondé sur le principe de protection et non plus sur le principe de destruction.


Un plan national en faveur de la biodiversité qui ignorerait la situation présente de cette partie de la faune sauvage serait un renoncement. Nous attendons de votre plan qu’il mette un terme à ces destructions systématiques.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre d’État, l’expression de ma respectueuse considération.


Th. GROSJEAN
Président de la Confédération des Associations pour la Protection de l’Environnement et la Nature en Saône-et-Loire (CAPEN 71) – Fondée en 2004 – Agrément départemental n° 20014-13
 

 HULOT LETTRE - Renard et nuisibles2018.pdf [ 167.29 Ko ]
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 30 mars 2018

Le FIPHFP est allé la rencontre des employeurs publics de la région Bourgogne-Franche-Comté à l'occasion de son Colloque régional

Ce jeudi 29 mars 2018, le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans
la fonction publique (FIPHFP) organisait au Dijon Congrexpo, son colloque
régional sur l’emploi des personnes en situation de handicap. Ce rendez-vous a
permis de mettre en lumière les dispositifs et les actions mises en oeuvre par les
employeurs publics locaux pour faciliter l’insertion professionnelle des agents
bénéficiaires de l’obligation d’emploi (BOE).


Une journée dédiée à l’emploi des personnes en situation de handicap sur le territoire
Ce colloque a permis de rappeler à l’ensemble des acteurs du territoire, les principes de la loi du 11 février 2005 en matière d’emploi des personnes en situation de handicap et d’évoquer les problématiques régionales de la politique handicap.


Les intervenants ont échangé sur les différents leviers d’action existants pour insérer et maintenir dans
l’emploi les agents dans les trois versants de la Fonction publique. Ils ont partagé leurs bonnes
pratiques et ont débattu de l’avenir de la politique handicap.


Déroulé de la matinée
10 h : Tribune d’ouverture
Interventions du Directeur du FIPHFP, du Directeur régional de la Caisse des Dépôts et du Secrétaire
général adjoint aux affaires régionales
10h30 : Table ronde n°1
L’emploi des agents en situation de handicap : les principes de la loi, leur mise en oeuvre et les
obligations des employeurs
11h10 : Table ronde n°2
Quels leviers pour intégrer les personnes en situation de handicap dans la Fonction publique ?
11h55 : Table ronde n°3
L’avenir de la politique handicap


L’emploi des personnes en situation de handicap dans la région Bourgogne-Franche-
Comté en chiffres
Le taux d’emploi légal de la région Bourgogne-Franche-Comté s’élève à 5,91 %, soit 6 504
bénéficiaires de l’obligation d’emploi répartis dans les trois fonctions publiques : - 3,75 % dans la fonction publique d’État (261 BOE) - 5,71 % dans la fonction publique hospitalière (2 742 BOE) - 6,41 % dans la fonction publique territoriale (3 501 BOE)


Les interventions du FIPHFP en 2017 dans la région
En 2017, le FIPHFP est intervenu à hauteur de 2 079 971 € auprès des employeurs publics de la région.
Ce montant global est réparti entre : - les interventions ponctuelles à travers la plateforme des aides pour les employeurs non
conventionnés : 624 579 € ; - le programme accessibilité : 567 310 € ; - les conventions en cours signées entre le FIPHFP et les employeurs publics : 888 082 €.


Le FIPHFP, au service des employeurs publics
Créé par la loi du 11 février 2005 et mis en place fin 2006, le FIPHFP, Fonds pour l’Insertion des
Personnes Handicapées dans la Fonction Publique, finance les actions de recrutement, de maintien
dans l’emploi, de formation et d’accessibilité des personnes en situation de handicap dans les trois
fonctions publiques (ministères, villes, conseils départementaux et régionaux, hôpitaux…).
Il intervient sur l’ensemble du territoire et pour tous les employeurs publics en proposant des aides
ponctuelles sur sa plateforme en ligne, ou par l’intermédiaire de conventions pluriannuelles avec les
employeurs et dans le cadre du programme accessibilité des lieux de travail et accessibilité numérique.
Depuis sa création, le taux d’emploi est passé de 3,74 % en 2006 à 5,49 % en 2017.
Le FIPHFP est un établissement public national dirigé par Marc Desjardins : « il est placé sous la tutelle
des ministres chargés des personnes handicapées, de la fonction publique de l’État, de la fonction
publique territoriale, de la fonction publique hospitalière et du budget » (décret n° 2006-501 du 3 mai
2006). Sa gestion administrative est assurée par la Caisse des Dépôts.
CONTACT PRESSE :
Lucille SIMON – TBWA\Corporate - lucille.simon@tbwa.com - 04 37 47 36 28

 
Imprimer - - par MA - 30 mars 2018

Le meilleur chauffeur routier de France sera-t-il en Saône et Loire ?

Dans le cadre des Trophées des routiers qui se déroulent cette année pour la 3ème Edition, une entreprise de Saône et Loire a déjà inscrit son candidat pour tenter de décrocher le titre de MEILLEUR CHAUFFEUR ROUTIER DE FRANCE : Brevet S.A à Chatenoy Le Royal.


Les candidats en lice participeront aux sélections régionales (épreuves pratiques et théoriques) le mardi 26 juin à Besançon pour la région Bourgogne Franche Comté. Le grand champion de la région se verra ensuite opposé aux gagnants des 11 autres régions dans une compétition finale nationale le 27 septembre 2018.

A la clé : un séjour d'une semaine pour deux dans le lieu de son choix pour le grand gagnant national et un weekend en Europe pour tous les gagnants régionaux.

Les futurs candidats ont encore jusqu'au 30 avril pour être inscrits par leurs entreprises via ce lien, dans la limite d'une personne par établissement.

 
Imprimer - - par MA - 28 mars 2018

Journée du 22 mars avec l'union locale CGT Chalon

L'union locale cgt chalon
Imprimer - - par L'union locale CGT Chalon - 21 mars 2018

Droits sociaux et sécurité humaine vont de pair !

Le Mouvement de la Paix participera à la journée d’action prévue par les organisations syndicales le jeudi 22 mars 2018

La Charte des Nations Unies et de nombreuses et récentes résolutions des Nations Unies affirment avec force que la paix et la sécurité des peuples et du Monde nécessitent que les États investissent massivement pour la réalisation concrète des droits humains qu’ils soient économiques, sociaux, culturels ou climatiques et pour lutter contre les discriminations de tout genre, lesquelles sont sources de conflits. Ces mêmes textes appellent les États à ne consacrer que le minimum de ressources aux dépenses militaires.

C’est tout le contraire de la politique conduite par le président de la République et son gouvernement qui mettent en œuvre des politiques de casse des services publics (transports, santé, etc., services qui sont pourtant des sources de réductions des inégalités, des discriminations et permettent une vie plus apaisée pour toutes et tous), de remise en cause des droits sociaux et une augmentation progressive, mais forte, du budget militaire de l’ordre de 10 milliards d’euros par an.

De plus, comme il apparaît dans la Loi de Programmation Militaire 2019-2025 en cours de discussion à l’Assemblée Nationale, il propose de consacrer 6 milliards d’euros par an pour renouveler les 2 composantes de la dissuasion nucléaire (avec en particulier la construction des sous-marins nucléaires de 3ième Génération) alors que les Nations Unies viennent d’adopter un Traite d’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) en juillet 2017 et que la France devrait ratifier ce Traité pour être en accord avec ses engagements internationaux (Article 6 du Traité sur la Non-Prolifération des armes nucléaires – TNP).

C’est donc tout naturellement sur ces considérants que le Mouvement de la Paix participera à la journée d’action organisée par les syndicats le jeudi 22 mars 2018, en demandant en particulier l’arrêt des programmes dits de modernisation des armes nucléaires et que les 6 milliards d’euros annuels prévus à cet effet soient dévolus aux besoins sociaux et aux services publics.

Le Mouvement de la Paix
 
Imprimer - - par Le Mouvement de la Paix - 21 mars 2018



Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE



PROPOSEZ VOS INFOS

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle