Communiqués | vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

dimanche 23 septembre 2018

Bonne Fête Automne

Photo de Chalon

entre nous - chalon sur saone

Entre-nous : ça se passe à Chalon !

Vous êtes ici :

Communiqués politiques et syndicaux

Cette rubrique recueille les communiqués diffusés par les partis politiques et les syndicats auprès des médias.
Pour ménager notre lisibilité, ces nombreux communiqués ne sont pas repris dans notre fil RSS sauf lorsque notre rédaction le juge utile car ils dépassent la simple expression de prises de position.

 
 

Film « Raconte moi une belle rencontre » Le lundi 24 septembre

Lutte contre l’isolement des personnes âgées
Restitution du film « Raconte moi une belle rencontre » Le lundi 24 septembre à 16 h 30 au Clos Bourguignon

La Ville de Chalon et le conseil départemental de Saône-et-Loire ont porté un projet original de lutte contre l’isolement des personnes âgées. Cette action a consisté en la réalisation d’un film autour de la rencontre d’un marionnettiste et des personnes âgées isolées de Chalon, invitées à raconter leur histoire sur le thème « Raconte moi une belle rencontre ». La diffusion se fera le lundi 24 septembre à 16 h 30 au Clos Bourguignon.

Un partenariat a été construit entre les services de la Maison Locale de l’Autonomie (MLA) et la Maison des seniors de Chalon au travers de ce projet commun de réalisation du film « Raconte moi une belle rencontre ».

Les objectifs étaient de :
* Permettre à des personnes âgées, accompagnées par des bénévoles ou du personnel de la MLA et de la Maison des seniors, de sortir de leur isolement en rencontrant d’autres personnes en dehors de leur domicile.
* Utiliser, avec le soutien d’un professionnel, la marionnette et la vidéo, pour transmettre le vécu de la personne âgée sur le thème « Raconte moi une belle rencontre »
* Créer un document permettant la reconduction de l’expérience.

L’idée est de produire un film racontant les rencontres d’un personnage imaginaire (la marionnette) avec les personnes ayant accepté de participer au projet.
Le film débute au moment où la marionnette vient frapper à la porte de la personne pour se présenter. S’en suivront des échanges et des partages de moments de vie à découvrir ce lundi 24 septembre à 16 h 30 avec la restitution des travaux et la présentation du film.
 
Imprimer - - par Ville de Chalon - 23 sept 2018

Nordnet sensibilise les élus aux connexions Internet alternatives lors d'une table ronde à Torcy (71)

Ce jeudi 20 septembre à 18h30 a eu lieu à Torcy en Saône-et-Loire, une table ronde autour des connexions Internet dites « alternatives », un événement initié par Nordnet. Spécialiste depuis 10 ans en connexions Très Haut-Débit par Satellite et par Radio, Nordnet a souhaité en débattre avec les élus et professionnels du département.

À cette occasion, Philippe Rouiller, Chef du Service Numérique pour le Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté et Yves Labaune, Technicien en charge du Numérique à la Communauté Urbaine Creusot Montceau sont revenus sur l’intention et l’initiative de la Région pour l’aménagement numérique du territoire, ainsi que sur les actions mises en place dans les « zones blanches ».

En parallèle, Christophe Outier, Directeur des Affaires Extérieures en charge des Relations avec les Collectivités Locales chez Nordnet, a présenté les solutions alternatives permettant aux habitants de profiter d’une connexion Internet de qualité lorsque ceux-ci sont dépourvus d’un ADSL rapide. Il a notamment évoqué le développement de l’Internet Radio, une technologie déjà déployée dans 170 communes de Saône-et-Loire.

Cette table ronde s’est conclue par le témoignage d’un utilisateur Nordnet, Fabrice Nagorski, résident de la commune de Gueugnon et profitant d’une connexion Internet Radio avec un débit jusqu’à 30 Mb/s.
Imprimer - - par MA - 22 sept 2018

Le mouvement de grève illimitée ontre le contrat social global de la région prend de l'ampleur

 

Notre mouvement de grève illimitée contre le contrat social global de la région est toujours en cours et continu de perturber les lycées et le conseil régional.

Depuis le 3 septembre 2018 nous avons lancé une pétition qui circule dans les établissements et les services ainsi qu’une caisse de grève en ligne ( https://www.leetchi.com//fr/Cagnotte/39611512/1eab72af).La CGT ayant décidé de nous rejoindre dans ce combat, nous avons organisé une rencontre avec la CGT et la FSU le mardi 18 septembre 2018.

Nous avons décidé d’un commun accord d’appeler l’ensemble des agents du conseil régional à une forte mobilisation le 9 octobre 2018 contre ce contrat social global et à venir manifester devant le lycée Pergaud à Besançon à 7h30.

Nous refusons que les agents de la région payent la fusion des régions, nous refusons de travailler toujours plus pour gagner moins !!!!

Nous refusons les reculs sociaux de ce contrat social global !!!!

 
Imprimer - - par FO - 20 sept 2018

IUT de CHALON : Le bureau des Relations Internationales : objectif mobilité !

Le bureau des Relations Internationales de l’IUT de Chalon-sur-Saône est représenté par Thierry Ray, enseignant d’anglais. Depuis qu’il est arrivé à l’IUT en 2014, son seul credo : faire partir les étudiants à l’étranger !

 

« Je pense que les mobilités à l’étranger doivent avoir lieu très tôt dans le cursus des étudiants pour faire les évoluer
rapidement vers des profils plus ouverts et internationaux. ».
Les possibilités offertes par l’IUT de Chalon-sur-Saône s’élargissent chaque année : stages en Europe mais avec des
accords spécifiques avec des universités en Malaisie, à Hong Kong ou au Québec.
Les poursuites d’études après un DUT sont aussi possibles dans le cadre des accords DUETI. Dès l’année prochaine,
les étudiants pourront aller vivre un ou deux semestres à l’étranger pour y suivre des cours en université en relation
avec leur DUT. Des accords viennent d’être signés avec les universités de Santander ou Oviedo et certaines proposent
des cours en anglais. Double bain linguistique idéal pour travailler son espagnol et son anglais en même temps !
D’autres accords de ce type sont en cours de signature avec l’Irlande et l’Allemagne notamment.
Thierry Ray travaille aussi depuis plus d’un an sur un diplôme multiple avec l’Institute of Technology de Tralee en
Irlande et l’université de Bologne en Italie.
« Ce Diplôme Universitaire sera ouvert aux étudiants ayant fait une licence professionnelle Gestion Technique et
Economique des Agroéquipements / Automatisme et Robotisation en Elevage, l’idée étant de former de futurs
responsables à dimension européenne. L’ouverture est prévue pour septembre 2019 et permettra à une classe tri-nationale
de passer 3 mois dans chaque pays partenaire pour y suivre des cours, visiter des entreprises, mais aussi travailler l’aspect
culturel et linguistique essentiel à la réussite professionnelle à dimension européenne. »
Thierry Ray dit vouloir multiplier ce type de diplômes, même si leur mise en route demande un travail énorme !
« Bien que nous soyons 3 européens de nombreuses différences pédagogiques, réglementaires et culturelles subsistent.
Mais c’est ce qui rend la tâche intéressante. »
D’autres projets sont en cours et Thierry Ray est en contact permanent avec les étudiants pour les informer et les
soutenir dans leurs démarches.
« Cette année nous avons envoyé 5 étudiants en Malaisie, deux à Hong Kong, un à Djibouti et, entre autre, nous avons
une étudiante qui a trouvé un stage passionnant dans les musées de Berlin où elle caractérise des poteries vieilles de 5000
ans ! »

Imprimer - - par IUT de Chalon-sur-Saône - 19 sept 2018

CGT FERC : Annonces Blanquer : priorité à l'austérité !

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce matin dans la presse la
suppression de 1.800 postes dans son ministère sur le budget 2019. Il s’est lancé dans une
campagne de communication visant à expliquer que ces suppressions de postes ne se feront ni au
détriment des personnels, ni au détriment du service… Pour la CGT, on ne développera pas le
service public d’éducation en supprimant 1.800 postes !


1.800 postes, cela représente 40 % des suppressions annoncées par le gouvernement : on est loin
de la priorité donnée à l’éducation, c’est bien plutôt la priorité donnée à l’austérité. Les
établissements du Second degré font face à une hausse démographique : ils assumeront pourtant
la totalité des suppressions de postes d’enseignant·es, ce qui détériorera les conditions d’étude des
jeunes.


Les personnels et leurs représentant·es élus sont une fois de plus informés par voie de presse
d’une mesure qui impactera fortement leurs conditions de travail et d’exercice. La semaine dernière
notre organisation a pourtant été reçue plusieurs fois au ministère, dont une audience mercredi
sur l’agenda social. Jeudi dernier, lors d’une rencontre sur les évolutions territoriales et la fusion
programmée des académies, il nous a été affirmé que cette réforme n’avait pas pour objectif de
permettre des suppressions de postes administratifs… ce matin le ministre annonce plus de 400
suppressions sur ces postes ! La charge de travail des personnels dans ces administrations va
encore augmenter.


Enfin, on nous annonce l’ajout dans les services des enseignant·es du second degré d’une heure
supplémentaire imposée. Le prétexte invoqué étant que les enseignant·es acceptent souvent des
heures supplémentaires… c’est oublié que depuis 2000 le pouvoir d’achat des personnels a baissé
de 14 %. Le ministre n’a pas besoin de créer un « observatoire du pouvoir d’achat des
enseignants », la CGT veut bien lui communiquer les chiffres. Nous nous opposons à cette mesure
car elle augmente le temps de travail des enseignant·es, pèse sur leur vie professionnelle et
familiale, et est discriminante puisque la rémunération par primes et heures supplémentaires
creuse les écarts de salaire déjà existants entre les femmes et les hommes.


La CGT est attachée à un service public d’éducation nationale de qualité et porte
d’autres propositions, notamment : la création de postes statutaires en nombre
suffisant et la titularisation des personnels précaires ; le dégel du point d’indice et
l’augmentation immédiate des salaires et des retraites de 400 euros pour toutes et
tous.

Imprimer - - par CGT 71 - 19 sept 2018

Journée de la qualité de l'air: le cri des médecins

La pollution de l’air est la troisième cause de mortalité en France après le tabac et l’alcool. On estime que chaque année, elle ôterait la vie à 55 000 personnes et coûterait entre 70 et 100 milliards d’euros. La France est aujourd’hui mise en cause par la Commission Européenne dans le cadre de deux procédures pour non-respect des valeurs réglementaires et ce, dans 14 territoires ! A l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air, l’ASEF, qui fédère des centaines de professionnels de santé, a décidé de mobiliser ses troupes dans les territoires concernés.

Les 14 territoires prioritaires. Les 14 territoires concernés par une pollution atmosphérique préoccupante ne se limitent pas,comme on pourrait le penser, à l'Ile de France. La province est également touchée : vallée de l’Arve, Vallée du Rhône, Grenoble, Strasbourg; mais aussi la côte méditerranéenne avec Marseille, Nice, Montpellier, Toulon. Sur la zone de Montpellier, ce sont les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) qui sont mise en cause, puisqu’elles dépassent régulièrement le seuil réglementaire de 40 μg/m3. Une pollution générée à 80 % par les transports. « On sait qu’en zone urbaine le trafic routier est le principal responsable de la pollution » explique le Dr Florence Trébuchon, Allergologue à Montpellier et membre de l’Association Santé Environnement France (ASEF).

Effets incontestables sur la santé. Cette pollution a un effet sur la santé : cancers en particulier pulmonaires, asthmes, allergies, bébés prématurés, maladies cardiovasculaires, démences… De nombreuses études médicales démontrent que vivre près d’un axe autoroutier augmente ces risques. On a par exemple, 38 % de risque supplémentaire de mourir d’un accident cardiaque si l’on vit à moins de 50 mètres d’un gros axe autoroutier comparé à une population qui vit à plus de 500 mètres de cet axe(1). De même, on sait que vivre près d’un gros axe routier pendant la grossesse augmente de 25 % le risque que l’enfant à naître soit asthmatique avant l’âge de 5 ans (2). Enfin, le risque de cancer du poumon est augmenté de 55% pour les non-fumeurs vivant en bordure gros axe routier (3). L’une des problématiques est liée au taux de NO2 en ville principalement liés à la multiplication des véhicules diesel.

Le diesel : principale source de NO2 en ville. Les véhicules diesels, y compris les récents, émettent beaucoup plus de NO2 que les véhicules essences. Une étude récente a confirmé les bénéfices d’une ville sans diesel En effet, Tokyo a interdit les véhicules diesel il y a maintenant 10 ans et on constate aujourd’hui une diminution de 22 % des décès d’origine pulmonaire et une diminution de 10 % des décès d’origine cardiaque toutes causes confondues (4). « De plus, on sait que l’interaction entre les gênes du fœtus et son environnement dans l’utérus va favoriser l’expression ultérieure de certaines maladies. On appelle cela l’épigénétique. L’exposition aux polluants atmosphériques va modifier l’expression de certains gênes et induire de l’asthme, de l’autisme voire même certains cancers…La particularité de l’épigénétique est qu’il s’agit d’un phénomène qui peut être transgénérationnel. La modification de l’expression d’un gêne qui apparaît très tôt dans la vie pourrait être transmise à la génération suivante, même si elle n’est pas exposée à l’environnement nocif responsable » explique le Dr Pierre Souvet, Cardiologue et Président de l’ASEF.

Voir toutes nos actions pour la journée de l’air : http://www.asef-asso.fr/actualite/4eme-journee-nationale-de-la-qualite-de-lair-lasef-se-mobilise

Contact presse: 04 88 05 36 15 ou ludivine.ferrer@asef-asso.fr

L'Association Santé Environnement France, composée exclusivement de professionnels de santé, est devenue incontournable sur les questions de santé-environnement.

Références bibliographiques

(1). Hart Je, Chiuve se, Laden F et al. Roadway proximity and risk of sudden cardiac death in women. Circulation, 2014;130:1474¬1482.

(2). Hind Shihi. Perinatal air pollution exposure and develppment of asthma from birth to age 10. European Respiratory Journal. February 2016

(3). Beelen et al. Long-term exposure to traffic-related air pollution and lung cancer risk. Epidemiology. 2008;19: 702–10

(4). Yorifuji et al . Fine-particulate Air Pollution from Diesel Emission Control and Mortality Rates in Tokyo: A Quasi-experimental Study.. Epidemiology. 2016 Nov;27(6):769-78
 
Imprimer - - par Association Santé Environnement France - ASEF - 17 sept 2018

Nous voulons des coquelicots : «Appel des 100» pour DIRE STOP AUX pesticides

Ce mercredi12 septembre, la fédération régionale des associations de protection de la nature et de l’environnement France Nature Environnement Bourgogne Franche-Comté s'associe au lancement d'un grand mouvement citoyen qui s'articule autour d'un Appel de 100 personnes demandant la fin de l'utilisation des pesticides de synthèse.

L’heure n’est plus à compter les oiseaux, les abeilles, les papillons morts et les humains malades.

Le constat a été fait tant de fois, au travers de centaines d’études scientifiques rigoureuses, que discuter encore n’a plus de sens. Notre pays est devenu méconnaissable à cause des pesticides. Toutes les politiques ont échoué. L’appel lancé ce 12 septembre 2018 doit provoquer un soulèvement pacifique de la société française. Il pourrait durer deux ans et vise à mobiliser des millions de soutiens. C’est ambitieux, mais l’objectif l’est, car il s’agit d’obtenir l’interdiction de tous les pesticides (de synthèse) en France. Il faut donc relever la tête, unir toutes les forces disponibles, agir toute de suite. Le pari repose sur l’espoir que la société française reste vivante. Un pays libre garde le droit de refuser ce qu’il ne supporte plus et de l’imposer à ses dirigeants, quels qu’ils soient. N’oublions jamais qu’en vingt ans, des millions de consommateurs se sont détournés, au moins en partie, de l’alimentation farcie de pesticides. C’est sur eux que nous comptons.

Nous proposons à chacun d'agir!

Aujourd'hui, maintenant et intensément pendant les 2 prochaines années – temps de la campagne - pour "exiger de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes." Ainsi, tous les 1ers vendredis de chaque mois à 18h, nous invitons les signataires à se retrouver le même jour et à la même heure sur les places des villes et des villages des lieux où ils habitent. A la manière d’un téléthon, nous souhaitons que des milliers d’événements de toute taille et de tous ordres aient lieu en France, pour défendre l’espoir d’un pays enfin débarrassé de ces terribles poisons. C’est désormais la société qui parle.

Loin d’être un point d’arrivée, l’Appel n’est jamais qu’un départ.

Ce texte qui dans la première journée à déjà réuni 26500 signatures n’est pas une pétition ordinaire. Cet appel oblige, et veut transformer des milliers de signataires en autant d’acteurs sociaux dont le but sera d’œuvrer pour le vivant.

Contact presse : Pascal Blain 06 69 79 04 06

Retrouvez le texte de l’appel sur http://fne-bfc.fr/nous-voulons-des-coquelicots/
Imprimer - - par Communiqué - 13 sept 2018

La CGT en campagne pour la sauvegarde des Services Publics à Chalon le 13

La CGT en campagne
pour la sauvegarde des Services Publics
Elections professionnelles de décembre 2018

Caravane des élections Fonction Publique
en Saône et Loire ...
huit étapes pour une CGT renforcée

Sur le Chalonnais la caravane posera ses barnums au pied de l’obélisque sous les arbres devant le palais de justice.


Le Jeudi 13 septembre de 8 h 00 à 17 h la CGT toute entière ira à la rencontre des usagers du service public.

Ce lieu sera le point de ralliement pour tous les militants CGT des fonctions publiques qui sillonneront le chalonnais et ses environs à la rencontre de leur collègues. Du matériel sera aussi distribué toute la journée à la population pour les informer des attaques qui sont faites contre leur bien commun : Hôpital, Ecole, finances publiques, sous-préfecture, inspection du travail ….. Aucune administration ou établissement n’est épargné.

Nous appelons tou-tes les citoyen-nes à venir discuter avec la CGT.

La CGT a participé à la construction de ces services publics garant de l’égalité de traitement des citoyen-nes. La CGT entend au côté des usagers, mener le combat pour la sauvegarde de ce bien commun.

La journée se finira autour d’un pot fraternel à l’Union Locale CGT, 2 Rue du parc à 17h, nous débattrons de l’intérêt des services publics, du renforcement de la CGT pour lutter à leur sauvegarde, des attaques qu’ils subissent par le gouvernement Macron Philippe

 7h30 Installation de la caravane
 12h Repas sur place et discussion avec la population
 17h Pot fraternel à l’Union Locale et table ronde sur les Services Publics
 Toute la journée déploiement des militants CGT sur place et à la rencontre des fonctionnaires du chalonnais

 
Imprimer - - par L'union locale CGT Chalon - 12 sept 2018

Les Papillons Blancs font leur rentrée


Lors de notre Conseil d'Administration d'hier soir (10 septembre), Eric Michoux a remis à l'Association Les Papillons Blancs de Chalon sur Saône, Louhans et leur région un chèque issus de dons laissés par les participants à une soirée organisée autour de la ruralité en juin dernier.

LES PAPILLONS BLANCS FONT LEUR RENTREE

Le Conseil d'Administration de l'Association Les Papillons Blancs de Chalon sur Saône, Louhans et leur région., réunis au grand complet, faisait sa rentrée ce lundi 10 septembre.
Au cours de cette réunion, Eric Michoux a remis un chèque au président de l’association « Les Papillons Blancs »..Cela fait suite à une soirée caritative organisée par Eric en juin dernier sur le thème de la ruralité,


L'Association des Papillons Blancs a été choisie, avec deux autres, pour son implication dans le milieu rural. En effet, depuis plus de 20 ans, elle gère en Bresse Louhannaise, 2 établissements pour adultes en situation de handicap mental à Simard (Un Foyer de Vie et un Foyer d'Accueil Médicalisé pour adultes vieillissants). L’intégration de l'établissement dans le village est une grande réussite et les adultes qui y vivent participent à la vie de la commune. Belle démonstration d'une implantation en milieu rural.

 
Imprimer - - par Lefaucheux Alain - 11 sept 2018

MOBILISATION CITOYENNE POUR LE CLIMAT LE SAMEDI 8 SEPTEMBRE

TOUS ET TOUTES DANS NOS RUES !

 COMMUNIQUE Le 7 septembre 2017


MOBILISATION CITOYENNE POUR LE CLIMAT LE SAMEDI 8 SEPTEMBRE


A l’appel de nombreuses ONG*, une MARCHE POUR LE CLIMAT est organisée dans les principales villes de France et un peu partout dans le monde.


France Nature Environnement et ses fédérations régionales se joignent à cet appel. Comme des millions de
citoyen-ne-s, nous sommes convaincus que protéger le monde vivant, la nature, le climat, l’environnement est désormais une urgence impérative nécessitant un sursaut citoyen de grande ampleur.
Pour dire qu’individuellement, collectivement, nous sommes prêts pour la transition écologique et solidaire :
ici, partout et maintenant.

 


Nous vous invitons à rejoindre les points de rassemblements suivants :
-
DIJON 14H Place de la République
- LYON 15H Place des Terreaux


*ATTAC ; FNE ; OXFAM ; Sortir du Nucléaire ; …ACTE ; CAPEN 71 …Tout savoir sur 350.org
 

 COMMUNIQUE marche climat 2018.pdf [ 694.04 Ko ]
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 7 sept 2018

CGT : assemblée générale de rentrée le jeudi 6 septembre

Les syndicats CGT du Chalonnais et de ses environs tiendront leur assemblée générale de rentrée le jeudi 6 septembre à partir de 14 h.

Les sujets d'actualité sont nombreux, la colère chez les salarié-e-s est manifeste.

Les dossiers des retraites, de la sécurité sociale, les élections professionnelles dans les fonctions publiques, les transformations des IRP dans le secteur privé, les baisses de prestations sociales, le gel des pensions .... autant de sujet qui trouveront convergences le 9 octobre dans la grève nationale interprofessionnelle.
 
Imprimer - - par CGT 71 - 6 sept 2018

SOLVAY : la pollution n'a pas cessé par miracle..

HISTORIQUE D'UNE POLLUTION ET SON IMPACT SANITAIRE INCONNU

le 31 aout 2018
www.capen71.org contact@capen71.org


Dans son édition du 29 août, le JSL titre « Saône : mieux vaut éviter de manger des poissons.. ». L’article cite la cause : le site industriel de SOLVAY. Il est très rare que la responsabilité de ce site dans la pollution de la rivière soit évoquée dans les médias. Or la pollution de fond, endémique, due à cette plateforme industrielle, ne date pas d’aujourd’hui. Et il a toujours été très difficile, pour les associations, d’obtenir des informations…autant de l’entreprise que des services de l’Etat…Le géant chimique est bien protégé de la transparence.


L’usine de TAVAUX(39) a été créée en 1930. De 1964 à 1986, plus de 50 000 tonnes de déchets organo-chlorés ont été stockées dans une décharge dont la pollution des eaux souterraines n’a été mise en évidence qu’en 1987. Les polluants ont ensuite migré vers la nappe phréatique, créant un panache de pollutions denses.
Une étude de pollution des sols a été prescrite par arrêté préfectoral le 1er février … 1997 ! Les éléments rassemblés dans une étude ont conclu à la nécessité de réaliser un diagnostic approfondi et une évaluation détaillée des risques sanitaires. Un rapport –intermédiaire- a été fourni par SOLVAY…en 2003 ! Concluant à un risque sanitaire à long terme d’ingestion répétée de la nappe polluée sur 40 KM2. L’étude complète (1) ne sera publiée qu’en septembre 2008. Jusque-là, on ne saura rien sur les risques sanitaires, si ce n’est que SOLVAY investit pour réduire ses pollutions (eau, sol, air..).


L’article du journal, sur la foi des données officielles, limite les risques liés à la pollution en aval à Verdun s/Doubs, précisant : …Cependant, la diffusion de la pollution vers l’aval et la mobilité des poissons n’est pas suffisamment connue pour donner une zone précise... ». Tout en annonçant qu’il n’y aura pas de nouvelles analyses avant plusieurs années !
Pourquoi ? Qui a peur de savoir ? Parce qu’il n’y a pas les moyens financiers (2)? La lutte contre les substances dangereuses prioritaires est pourtant inscrite dans le SDAGE RM (2016-2021 – orientation 5C) qui préconise la réduction et la suppression des substances dangereuses prioritaires à l’horizon 2021. La source étant identifiée, qu’attend-on pour agir ? (3)


En ce moment, les pollutions de SOLVAY migrent dans la rivière souterraine. Ont-elles atteint Ouroux s/Saône, Mâcon ? Pour pouvoir définir une action de santé publique cohérente, il est indispensable de disposer rapidement d’informations sur l’impact de cette pollution chronique. Or il n’y a pas de données publiques accessibles sur un éventuel risque de contamination des nappes souterraines et les conséquences qui en découlent pour la population et la biodiversité.
La protection de la santé publique -inscrite dans la Constitution (4)- est prioritaire sur toute autre considération, y compris économique et/ou le fameux « secret des affaires ».


Ces atermoiements publics ou privés sont insupportables. Nous exigeons une transparence totale et rapide. Solvay et l’Etat en ont le devoir et les moyens.


Thierry GROSJEAN – Président CAPEN 71


(1) « Etude de l’exposition de la population résidant dans le périmètre de restriction d’usage » - Institut de veille sanitaire – sept 2008
(2) Le budget des Agences de l’eau a été réduit ces dernières années et fait l’objet de « pompages » qui n’ont rien à voir avec la gestion de l’eau.
(3) Une action de recherche et réduction des substances dangereuses a été lancée dans toutes les régions en 2002 ; une 2e phase de l’action a été lancée en 2009. D’ici à fin 2018, les services de l’Etat et ses établissements publics devraient avoir élaboré un plan d’action incluant les « nouvelles substances » identifiée dans la directive européenne de 2013
(4) La Charte de l’environnement –loi constitutionnelle N°2005-205 -1er mars 2005- proclame dans son article 1 : « Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé »

 SOLVAY 2018.pdf [ 665.75 Ko ]
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 4 sept 2018

FO conseil régional Franche Comté Bourgogne : Tous en grève illimitée à partir du 3 septembre 2018 (suite)

Malgré le peu de manifestants devant le conseil régional (environ 40 personnes) nous avons pu interpeller la présidente lors de sa venue au lycée Pasteur à Besançon voir la vidéo en cliquant sur ce lien : https://youtu.be/Dwc6JO4Wy8E

. Comme à son habitude la présidente a refusé de nous recevoir, mais nous avons pu lui dire que les agents travaillent plus et ce sans aucune compensation et que ce contrat social global contient de très nombreux reculs sociaux inacceptables pour les agents. Nous continuons donc notre mobilisation, certains agents seront donc en grève demain et sur plusieurs jours en faisant quelques heurs de grèves ou la journée.


Nous devons montrer à la présidente que nous sommes déterminés, nous vous appelons à maintenir la pression sur le conseil régional en faisant grève même quelques heures, nous ne devons rien lâcher

 
Imprimer - - par FO - 4 sept 2018

Bonne qualité de l'air sur la région Bourgogne


Imprimer - - par Atmos'fair Bourgogne - 3 sept 2018

FO :Force Ouvrière conseil régional Franche Comté Bourgogne : Tous en grève illimitée à partir du 3 septembre 2018

 

Force Ouvrière conseil régional Franche Comté Bourgogne : Tous en grève illimitée à partir du 3 septembre 2018

Demain pour nous pas de rentrée scolaire, demain nous serons en grève illimitée pour défendre nos droits qui sont remis en cause par le conseil régional !!!! Travailler plus pour gagner moins voilà le beau programme que la présidente de région et le conseil régional veulent nos imposer

😡 Nous refusons de payer la fusion des régions pendant que les élus s’augmentent d’un minimum de 300 euros par mois !!!! Si vous voulez soutenir notre combat difficile venez devant le conseil régional de Bourgogne Franche Comté à 13h30 lundi 3 septembre 2018. Nous serons devant le lycée Ledoux à Besançon pour faire une distribution de tract au moment de la rentrée des élèves à partir de 8h00

 
Imprimer - - par FO - 2 sept 2018

REFORME DE LA CHASSE : la protection de la nature en marche arrière !

 

 

 

Réforme de la chasse : la protection de la nature en marche arrière !

 

 

 

La chasse a toujours fait l’objet en France d’une gestion très politique, au sens électoraliste du terme. La nouvelle réforme annoncée (on ne les compte plus depuis 25 ans !) en est une des expressions les plus achevées, voulue par le chef de l’État, lui-même inspiré par le lobby cynégétique.

 

La réforme consiste à favoriser la pratique de la chasse, d’une part, en s’efforçant d’endiguer la chute des effectifs (réduction de moitié du prix du permis de chasse) et, d’autre part, en donnant au chasseurs le contrôle de la gestion de la faune sauvage. La gestion dite « gestion « adaptative des espèces » consiste, en fait, à rendre chassables des espèces aujourd’hui protégées.

 

En considération des constats alarmants quant à l’effondrement de la biodiversité et à la disparition toujours plus rapide des espaces naturels sous l’effet d’une urbanisation et d’un développement économique non maîtrisés, cette réforme – en fait, une régression – est un contresens. Elle est significative de la pratique personnelle du pouvoir par un chef d’État peu connaisseur en matière d’écologie et peu sensible à la nature. Le Président Macron a tout faux.

 

 

Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 2 sept 2018

De la démission de N. Hulot à l'abandon des projets de Center Parcs

Quoi que l’on pense de l’homme ou du ministre, il faut écouter et se saisir du message que Nicolas Hulot a voulu envoyer par sa démission : la planète brûle et nous regardons ailleurs.

Les propos tenus pendant l’interview ne sont pas seulement extrêmement alarmistes, ils décrivent la nécessité et l’urgence de « changer de paradigme », c’est-à-dire de décider d’arrêter « d’emprunter un chemin tragique ».

Dans une longue énumération des reculs et des échecs – « Est-ce que nous avons commencé à [...] la réponse est non ! » - Nicolas Hulot pose comme objectifs cruciaux pour ne pas basculer dans « la tragédie climatique » le fait « d’enrayer l’érosion de la diversité » et celui « d’arrêter l’artificialisation des sols ».

Le ministre de l’écologie démissionnaire reproche aussi bien au monde politique qu’à la société dans son ensemble de se faire complice de cette pente vers l’abîme civilisationnel par son « refus de remettre en cause le modèle dominant ».

Toutes ces considérations ne peuvent que nous ramener aux projets aberrants de Center Parcs en Bourgogne Franche Comté et ailleurs qui s’inscrivent totalement dans la logique décriée par N. Hulot.

Pour des considérations économiques de court terme – créer quelques dizaines d’emplois dans des zones rurales – et sous la pression des lobbyistes d’une multinationale du tourisme, des élus locaux et régionaux sont prêts à laisser artificialiser des centaines d’hectares de zones naturelles forestières riches de leur biodiversité.

Déforestation, imperméabilisation des sols, atteintes aux zones humides, destruction d’habitats fragiles sont au programme dans le but de faire venir sur des espaces naturels encore intacts les dizaines de milliers de touristes destinés à gonfler le PIB des secteurs concernés.

Vouloir mener à terme ces projets de Center Parcs correspond très exactement à ce que le ministre de l’écologie a voulu dénoncer : une vision de courte vue qui choisit de sacrifier l’avenir au profit de considérations économiques de court terme. Une pensée bloquée incapable de remettre en cause le modèle de consommation dominant et de voir le lien entre les dégradations du climat et de la biodiversité et le mode de " développement " qui les provoque.

Nicolas Hulot a encore ajouté que « la responsabilité, elle est collective, elle est collégiale, elle est sociétale ».
Il est temps de prendre nos responsabilités.
Il est temps de reprendre la main et d'arrêter le saccage de notre environnement.

Des citoyens aux Président-e-s de Région, en passant par l’ensemble des élus locaux, nous attendons qu’ils disent haut et fort au promoteur bétonneur de forêts : « les Center Parcs c’est fini, aujourd’hui nous savons le risque, nos forêts valent plus que vos bénéfices ».


Savoir-Comprendre-Agir
 
Imprimer - - par Savoir-Comprendre-Agir - 29 août 2018

Réaction du WWF France à la démission de Nicolas Hulot

Le WWF France a appris avec regret et tristesse la démission du ministre d’Etat Nicolas Hulot.

Il s’agit indéniablement d’une mauvaise nouvelle pour la protection de la planète. Cette décision témoigne aussi de la gravité de la situation.

Réchauffement climatique, perte de biodiversité, pollution des océans, modèle agricole obsolète, Nicolas Hulot a raison de rappeler les périls qui s’annoncent devant nous. Les signaux d’alerte ne cessent de s’accumuler alors que le temps pour agir s'amenuise.

La démission de Nicolas Hulot - qui est pour tous un électrochoc - est aussi un appel, non pas à la résignation mais à un changement structurel profond, y compris au sein de l’organisation du gouvernement.
Imprimer - - par WWF - 28 août 2018

Démission de Nicolas Hulot : un sursaut de lucidite pour faire prendre conscience de l'urgence a agir ?

 

DEMISSION DE NICOLAS HULOT : UN SURSAUT DE LUCIDITE POUR FAIRE PRENDRE CONSCIENCE DE L’URGENCE A AGIR ?


Il ne faisait pas parti du sérail politique qui le lui rendait au centuple. Il est resté isolé dans un gouvernement qui a voulu lui faire jouer un rôle d’illusionniste. Il a donc été un ministre d’Etat sans aucun pouvoir dans un système économique et financier dirigé par des lobbies. Sa démission était donc la meilleure décision qu’il pouvait prendre pour que cesse la mystification : la politique suivie par ce gouvernement est incompatible avec les enjeux écologiques actuels.
La planète a basculé dans une régression écologique qui tourne à la catastrophe annoncée par les scientifiques. Elle sera systémique : le dérèglement climatique, l’érosion de la biodiversité et des espaces naturels, la menace nucléaire…ont déjà des conséquences sociales, sanitaires, économiques dont il est devenu impossible de prévoir l’amplitude mondiale et les déclinaisons locales.


Or la situation continue à décliner globalement : tout un chacun veut croire qu’il peut faire exception. Les alternatives nombreuses mises en oeuvre ne sont plus en mesure d’arrêter l’incendie. Nous sommes dans une situation d’urgence où la prise de conscience de « responsables » de tous poils est inexistante. Il y a des clones de TRUMP partout où il y du pouvoir, à tous les niveaux, pour lesquels l’écologie et l’intérêt général ne sont qu’un frein à leurs profits ou leur intérêt privé.


Les associations environnementales savent depuis des décennies qu’il y a des interlocuteurs avec lesquels il ne faut plus perdre son temps à les convaincre. Le temps n’est plus aux « petits pas », aux compromis. Nous avons essayé pendant 30 ans. Il faut se battre pied à pied, ici, partout et maintenant, le dos au mur.


Nous avons largement les moyens financiers et technologiques d’engager une transition écologique et démocratique pour la planète qui serait bénéfique à l’économie. Ce n’est qu’une question de volonté politique, y compris au niveau local. Mais nous n’avons par contre plus le temps de tergiverser.


Pendant les 15 mois où Nicolas HULOT est resté dans ce gouvernement, jamais en France la nature et l’environnement n’auront été autant mis à mal, volontairement. La réponse est inscrite dans la Charte de l’environnement, inscrite dans la Constitution ( art 2) : « Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement ». Aux actes, citoyens !


T.GROSJEAN

 
Imprimer - - par Capen 71 - 28 août 2018

Le syndicat Force Ouvrière a déposé un préavis de grève illimité pour le 3 septembre 2018

Le syndicat Force Ouvrière a déposé un préavis de grève illimité
pour le 3 septembre 2018

Pour combattre l’application du contrat
social global dans les lycées et au siège

Ce contrat social global, qu’aucune organisation syndicale n’a signé n’est qu’u-ne provocation pour l’ensemble des agents car il acte de très nombreux reculs sociaux alors que dans le même temps les élus se sont augmentés de 20% (300 euros minimum par mois).
Les agents ne sont pas dupes

Le syndicat Force Ouvrière refuse :
de travailler plus pour gagner moins :
suppression de jours fériés et des RTT pour les agents des lycées
(5 jours de plus à travailler en moyenne) et généralisation des heures écrê-tées pour les agents du siège) sans aucune compensation
Refuse la mise en place de primes au rabais
Refuse la suppression des postes
Refuse l’application du jour de carence


Nous revendiquons de vraies négociations sur le temps de travail, les « conquis sociaux » , les primes et de nouveaux droits
Nous revendiquons la titularisation des contractuels
Nous refusons d’être les vaches à lait du conseil régional


Alors soyons tous en grève pour combattre ces mesures d’austérités
Rassemblement de tous les agents grévistes devant les lycées puis
rassemblement devant le conseil régional à Besançon à 13h30


TOUS EN GREVE LE 3 SEPTEMBRE 2018

 
Imprimer - - par FO - 28 août 2018

L'uB confirme sa présence et progresse dans le classement de Shanghai

Depuis 2014, l’université de Bourgogne est présente dans plusieurs classements internationaux de référence (Leiden, Times Higher Education) valorisant la qualité de sa formation et de sa recherche.

Pour la deuxième année consécutive, l’uB figure également dans le classement de Shanghai. Classée en 2017 entre la 701ème et la 800ème place, elle progresse cette année et se situe entre la 601ème et la 700ème place dans le rang mondial sur 17 000 universités.

Il y a tout juste un an, pour la 1ère fois, la qualité de la recherche globale de l’uB était reconnue mondialement au travers du prestigieux classement de Shanghai.

Publié traditionnellement le 15 août, ce classement compte parmi les palmarès mondiaux des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche les plus réputés.

Spécialisé dans l’analyse du potentiel recherche des établissements, il distingue cette année 1 000 institutions (dont seulement 34 en France) parmi les 17 000 universités répertoriées dans le monde sur la base de 4 critères :



L’uB figure ainsi parmi les 5% des établissements les mieux classés sur le plan mondial. Seul établissement de la région Bourgogne Franche-Comté présent dans les 1 000 institutions, ce classement vient confirmer la rôle moteur de l’uB pour le développement de l’Enseignement Supérieur et la Recherche en Bourgogne Franche-Comté.
A la veille de la prochaine rentrée universitaire, c’est incontestablement une bonne nouvelle pour l’établissement, pour ses acteurs (enseignants, enseignants-chercheurs, personnels administratifs et techniques) et pour ses partenaires dont l’engagement collectif fait rayonner l’uB.
Nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détails dans les prochaines semaines.
Retrouvez l’intégralité du classement de Shanghai ici : http://www.shanghairanking.com/ARWU2018.html
 
 
Imprimer - - par Université de Bourgogne - 16 août 2018

Régime Social Des Indépendants : Menace de blocage

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA CGT de l’ex-RSI.

Objet : UTILISATION du DROIT D’OPPOSITION à L’ACCORD d’ACCOMPAGNEMENT des SALARIES de la Sécurité Sociale des Indépendants (ex RSI) dans le cadre de la suppression du RSI en application du programme présidentiel d’Emmanuel MACRON
Le 01 aout 2018, et au terme d’une négociation de plus de 2 mois, l’UCANSS (Union Nationale des Caisses de Sécurité Sociale) et deux organisations syndicales minoritaires ont signé un accord régressif, inéquitable et insatisfaisant pour les salariés de l’ex-RSI.
La CGT, premier syndicat de l’ex RSI, a donc décidé de s’opposer à cet accord.


En effet certaines parties de cet accord donnent moins de droits aux salariés de l’ex RSI qu’à ceux du Régime Général et impliquent une rupture d’équité entre salariés d’un même régime puisque l’ex RSI intègre le régime général.
Par exemple, s’agissant de la prime de mobilité géographique pour un trajet domicile travail de 30min A/R, une indemnisation est prévue… Mais à niveau équivalent (IV) :
1 salarié du RG percevra
3 480 € sans condition
1 salarié ex RSI au RG percevra
900 € sur justificatif en IDF
720 €sur justificatif en Province

Dans le détail :
✓ L’UCANSS a refusé de verser une allocation de transfert à l’ensemble des salariés de l’ex-RSI comme cela s’est déjà fait pour le RG lors des transferts aux ARS ou de la régionalisation des URSSAF
✓ L’UCANSS, en refusant d’accorder, une prime de mobilité géographique égale à celle prévue dans l’article 7.3 du protocole d’accord du 30 décembre 2013 des garanties conventionnelles pour les agents du Régime général, crée une inégalité de traitement entre les salariés de l’ex RSI et les salariés du RG. Par la même occasion, les salariés de l’ex-RSI deviendront des sous-employés dans ce régime général qu’ils intègrent pourtant.
✓ L’UCANSS en ayant choisi une correspondance entre deux outils issus de la CCN du RSI et du répertoire des métiers du Régime Général exclut d’office de l’octroi des primes de mobilités fonctionnelles les cadres et les gestionnaires technique de droit
✓ L’UCANSS refuse la possibilité de cumuler les primes de mobilité «géographique» et «fonctionnelle» pour les salariés faisant ce double effort.
✓ L’UCANSS ne met pas en place les moyens financiers pour assurer la formation des salariés ex RSI qui intègreront le régime général.
✓ L’UCANSS refuse de mettre en place une retraite anticipée pour le personnel ex RSI proche de la retraite.
Le Premier ministre et les ministres concernés (Santé et Comptes publics) ont lors de leurs différentes visites reconnu l’engagement et la compétence des salariés du RSI. Ils leur ont donné des garanties et ont insisté sur la nécessité de maintenir la qualité de service aux assurés durant la phase transitoire de la réforme.


Ainsi, la FNPOS CGT exige que le gouvernement et le ministère des Solidarités et de la Santé prennent leurs responsabilités et imposent à l’UCANSS, l’ouverture de nouvelles négociations permettant une vraie reconnaissance des salariés de l’ex RSI.

Des actions et perturbations sont à prévoir prochainement à la Sécurité Sociale des Indépendants (ex RSI).

 
Imprimer - - par CGT RSI - 16 août 2018

MASSACRE DES OISEAUX : Lettre ouverte à N.Hulot

LETTRE OUVERTE A M.HULOT

MASSACRE DES OISEAUX : Mr le Ministre, ne soyez pas le ministre du ridicule, refusez votre signature !

L’ouverture d’une consultation publique en vue de la fixation de quotas de capture et de destruction au moyen de pièges (filets, glu..) de centaines de milliers d’oiseaux  migrateurs (alouettes, grives, merles, vanneaux…) suscite l’indignation et la colère des associations de protection de la nature.  Les consultations estivales n’ayant aucune valeur démocratique, nous préférons nous adresser publiquement à votre responsabilité politique.

 

Comment pouvez-vous sérieusement envisager des destructions d’une telle ampleur après avoir promulgué début juillet un plan consacré à la biodiversité et interpellé la représentation nationale sur l’urgence d’agir pour sa préservation, appelant à un « sursaut d’indignation » ?

Comment pouvez-vous ignorer les rapports du CNRS, du Muséum national d’histoire naturelle et de l’IPBS*, rendus publics au printemps et qui tous alarment sur l’effondrement des populations d’oiseaux, notamment ceux liées aux espaces agricoles ?  L’Alouette des champs, par exemple, dont vous vous préparez à autoriser le piégeage de 370 000 individus, est l’une des espèces menacée : ses effectifs ont diminué d’un tiers en moins de 20 ans !

La destruction massive à des fins de « loisir » des oiseaux migrateurs,  sous le prétexte hypocrite de « pratique culturelle », constitue un acte politique d’irresponsabilité écologique. Vous le savez.  Ces chasses, alimentaires au 19e siècle, n’ont aujourd’hui  plus aucune justification.  Leur caractère dérogatoire au droit commun de l’environnement, déjà particulièrement mis à mal, les rend encore plus révoltantes.

La fixation de quotas nécessite des arrêtés que vous êtes seul à devoir signer : refusez cette signature !

 

 

 

 LettreOuverteHulot14 août 2018.docx [ 1542.66 Ko ]
 
Imprimer - - par GROSJEAN Thierry - 14 août 2018

Un nouveau programme au sein du Centre Hospitalier de Chalon sur Saône.

Je suis le Dr FAYARD Claudine, neurologue à l'Hôpital William Morey de Chalon-Sur-Saône et coordinatrice du programme d'Education thérapeutique "SEPas Imaginaire" pour les patients porteurs de Sclérose en Plaques.

Dans le cadre de ce programme d'éducation thérapeutique et devant une demande importante des patients, nous avons développé avec l'association Siel Bleu spécialisée dans l'activité physique adaptée dite APA, un nouveau programme d'APA GRATUIT pour les patients atteints de pathologie neurologique. Il est ouvert aux patients porteurs d'une Sclérose en Plaques, aux patients ayant présenté un AVC ischémique et désirant reprendre une activité physique adaptée à leur état de santé.


 Il est mis en place au sein du centre hospitalier à partir du mois d'Octobre 2018 pour 6 mois a raison d'une séance d' 1h30 d'APA par semaine avec au préalable un bilan individuel initial et final afin de proposer des ateliers personnalisé d'APA.

Il reste des places disponibles!

Pour s'inscrire, il faut contacter le service de neurologie au 03.85.91.00.17. Vous serez recontacter par un professionnel de santé dans les suites.

Dr FAYARD Claudine

 
Imprimer - - par Dr FAYARD Claudine, médecin neurologue - 9 août 2018

M. Gauvain parle de bruit mais n'a pas entendu la population.

Le dernier communiqué du député Gauvain montre encore une fois que celui-ci préfère vivre en vase clos dans le monde merveilleux de La République En Marche, plutôt que de venir sur le terrain à la rencontre des électeurs.

Il nous donne un cours de droit vaseux pour nous expliquer qu’il n’y a rien, pas d’affaire Benalla, que ça ne mérite qu’une contravention à 45 €, et circulez, il n’y a rien à voir !

Ce n’est pourtant pas tout à fait ça, l'ex-adjoint au chef de cabinet de Monsieur Macron est tout de même mis en examen pour violences en réunion. Ces faits sont délictuels et punis de 3 ans d'emprisonnement et de 45.000 euros d'amende (art. 222.12 du code pénal).

Ce qui est le plus choquant pour nos concitoyens, c’est qu’on donne un brassard « POLICE » à un individu qui travaille à l’Elysée, ce qui lui permet de se balader dans la rue et de tabasser le premier venu en toute impunité.
Que ce monsieur perde la raison, se croyant tout puissant avec son brassard, est une chose. Mais que l’Elysée le couvre et essaie d’étouffer l’affaire en est une autre.
Combien de mensonges, de contradictions, n’a t’on pas entendu provenant de l’Elysée. On a demandé aux députés En Marche d’être aux ordres, et de torpiller la commission d’enquête parlementaire (par exemple en refusant de convoquer certains protagonistes).
Nicolas Dupont-Aignan a préféré démissionner de cette commission pour dénoncer cette mascarade.

Mais M. Gauvain, lui, n’a manifestement rien vu, et presque rien entendu….


Samuel BRANDILY Olivier DAMIEN
Délégue DLF de la 5ème circonscription Secrétaire départemental de DLF 71
Imprimer - - par BRANDILY Samuel - 1 août 2018



Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle