vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

dimanche 25 juin 2017

Bonne Fête Prosper

Photo de Chalon

entre nous - chalon sur saone

Entre-nous : ça se passe à Chalon !

Vous êtes ici :

Communiqués politiques et syndicaux

Cette rubrique recueille les communiqués diffusés par les partis politiques et les syndicats auprès des médias.
Pour ménager notre lisibilité, ces nombreux communiqués ne sont pas repris dans notre fil RSS sauf lorsque notre rédaction le juge utile car ils dépassent la simple expression de prises de position.

 Publicité.

 

 

Angioplastie : rassemblement de plus 2000 personnes de tous horizons ce jour

Coronarographie-angioplastie au Centre Hospitalier de Chalon-sur-Saône
Communiqué de presse du 23 juin 2017


La Commission Médicale d’Etablissement du Centre Hospitalier William Morey informe qu’un
important rassemblement de soutien s’est tenu vendredi 23 juin 2017 dans le hall de l’hôpital, avant
le Conseil de Surveillance.


 

Il a réuni 2000 personnes de tous horizons : parlementaires, maires de nombreuses communes
environnantes, patients et associations de patients, usagers et associations de représentants
d’usagers, professionnels de santé, personnel du centre hospitalier William Morey et des hôpitaux
voisins et leurs représentants syndicaux, sympathisants et familles.
Le Président de la CME, le Dr DELLINGER, a expliqué de nouveau les enjeux de cette autorisation
soixante-douze heures après l’annonce du rejet du dossier par l’Agence Régionale de Santé et la
demande immédiate des parlementaires d’une entrevue avec Madame la Ministre des Solidarités et de
la Santé. Il a également remercié l’ensemble des soutiens et les 22 000 signataires de la pétition
remise au représentant de l’ARS lors du Conseil de Surveillance.
Les organisations syndicales, CGT et FO, M. CHALLOT et Mme PILLON, ont appelé à la poursuite
de la mobilisation et à la participation au débat public qui se tiendra le mardi 27 juin 2017
à 19 heures, dans la salle du Clos Bourguignon à Chalon.
Le Président du Conseil de Surveillance, M. PLATRET, a conclu le rassemblement en insistant sur le
caractère exceptionnel de la mobilisation de l’ensemble des forces vives du territoire. Il a annoncé la
proposition au Conseil de Surveillance d’une motion en faveur d’un recours hiérarchique auprès de
Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé à l’encontre de la décision de l’Agence Régionale de
Santé du 31 mai 2017.
La mobilisation continue donc.Rassemblement de soutien du vendredi 23 juin 2017


Discours du Docteur Arnaud DELLINGER
Président de CME


Mesdames, Messieurs,


Le 26 mai, décision était prise de porter dans l’espace public la place
de la coronarographie et de l’angioplastie à Chalon.
Un mois plus tard, nous sommes rassemblés pour répondre à la
publication le 20 juin, du rejet de notre dossier par l’Agence Régionale de
Santé.


Tout d’abord merci à chacun d’entre vous personnellement. Merci à
chacun d’entre vous d’être là, merci de vous être rendu disponible pour
défendre ensemble un besoin légitime de santé publique.
Merci aux patients et à leurs associations, merci au personnel et aux
syndicats, merci au personnel des établissements voisins, merci aux
usagers et à leurs associations. Merci aux nombreux élus : maires,
conseillers municipaux, communautaires ou départementaux, députés,
sénateurs. Enfin merci aux nombreux soutiens individuels.


La Saône-et-Loire
Qui n’a traversé la Saône-et-Loire que du Nord au Sud, de Chagny à
Macon, en 45 minutes d’autoroute, n’a pas vu grand-chose de cette terre.
Il faut l’avoir traversée d’Est en Ouest, de Louhans à Autun, lentement, en
90 minutes, pour comprendre son étendue et sa diversité. Il faut avoir
sillonné ses routes. Mais c’est au Mont Saint Vincent, par une claire
journée de printemps, qu’il faut admirer et observer calmement cet espace
travaillé par l’homme. Les villes de Montceau et du Creusot montrent la
force industrielle de cette terre. La côte viticole cache Chalon au regard
mais, au loin, le Jura laisse deviner à ses pieds la Bresse.
La population y est éparpillée dans un réseau de villes moyennes, et
des dizaines de villages autour de deux villes principales, connectées à la
Saône et à l’autoroute, Macon et Chalon. Les deux tiers de la population
vivent au Nord. Quatre villes du Nord de la Saône-et-Loire sont dans les dix
premières de Bourgogne. Cette structure de réseau est une originalité
parmi les départements français.Ce vaste territoire est également l’objet d’une autre originalité
autour de la coronarographie - angioplastie. 350 000 habitants n’ont pas
sur leur territoire un équipement de base de la pratique cardiologique,
équipement de base depuis de nombreuses années. En effet, en 2012, les
recommandations médicales internationales ont affirmé d’abord que la
désobstruction mécanique de l’artère cardiaque bouchée était supérieure
au traitement par médicament ; ensuite ces recommandations ont insisté
sur le fait que le délai entre le diagnostic d’infarctus par
l’électrocardiogramme et la désobstruction de l’artère ne devait pas
dépasser 60 à 90 minutes pour sauver le maximum de muscle cardiaque.


L’Agence Régionale de Santé
L’Agence Régionale de Santé (ARS) a financé en 2013-2015 un
travail en profondeur d’analyse et d’optimisation des organisations entre
les hôpitaux d’Autun, de Montceau et de Chalon, pour constituer une
Communauté Hospitalière de Territoire. Elle a élargi cette perspective en
2016 aux établissements de Sevrey, Louhans, Chagny, La Guiche et Toulonsur-Arroux, pour former le Groupement hospitalier de Territoire Nord Saône-et-Loire Bresse Morvan.


Dans le cadre de ce travail, l’organisation des soins
cardiovasculaires a semblé rapidement une évidence : un quart des décès,
un tiers des urgences. Tout plaidait pour une réflexion sur cette filière de
soins. C’est donc le fruit de ses propres travaux, financés par elle, qui ont
conduit l’ARS à reconnaître un besoin exceptionnel de coronarographie -
angioplastie dans le Nord Saône-et-Loire en juillet 2016. Le centre de
Chalon a été autorisé à déposer un dossier en novembre 2016. Et pourtant,
six mois plus tard, l’ARS décide le 31 mai le rejet du dossier de Chalon
parce qu’il ne formalise pas assez la coopération avec les hôpitaux voisins
de Dijon et Macon. Pourquoi une telle attitude ? Pourquoi un tel
revirement ?


La coopération et les hôpitaux voisins
La coopération, parlons-en : coopérer veut dire « faire avec »,
« faire œuvre commune », « agir ensemble ». Le projet de l’ARS en 2016 de
faire agir ensemble les hôpitaux de Macon, Chalon et Dijon était louable.


Dans les faits, les hôpitaux de Macon et de Dijon se sont opposés à la
reconnaissance du besoin exceptionnel et ont déposé aux côtés des
cardiologues du centre privé de Dijon des recours au Tribunal Administratif
contre l’arrêté de l’ARS de juillet 2016. Certes, des réunions mensuelles se
sont tenues mais elles ne devaient pas parler de coronarographie -angioplastie. Certes, nous nous sommes rencontrés entre les différents
hôpitaux, mais toutes les propositions de coopération avec la création d’un
site de coronarographie-angioplastie à Chalon ont été refusées
systématiquement.


Le 16 mai 2017, il a été proposé par les hôpitaux de Dijon et de
Macon, avec l’accord de l’ARS, que les bénéfices de l’angioplastie au CHU
de Dijon servent à compenser le déficit structurel de l’Unité de Soins
Intensifs Cardiologiques de Chalon en échange du renoncement à
l’ouverture de la coronarographie - angioplastie. Il s’agissait d’une
« dernière proposition très généreuse ». Est-ce une pratique hospitalière
habituelle qu’un CHU compense le déficit d’un service d’un hôpital voisin ?
La Saône-et-Loire est le département le plus peuplé de la
Bourgogne Franche-Comté. Il peut accueillir deux centres. L’ouverture du
centre de Chalon diminuera l’activité du centre de Macon, mais sans le
compromettre, et la plupart des départements français de cette taille et de
cette population ont deux voire trois centres. Les centres de Dijon verront
leur activité réduite de façon plus significative (de l’ordre de 200 à 300
actes en moins par an et par centre), mais aucun ne serait en péril. Alors
pourquoi cette obstruction ? Pourquoi ce refus de coopération autour d’un
site à Chalon ?


 

Le temps des questions
Les soignants ne savent pas répondre à ce type de question. Leur
métier est autre. Leur métier est de répondre à d’autres questions:
« Pourquoi ai-je mal ? », « Pourquoi ce traitement ? », « Puis-je reprendre
le travail après mon infarctus? ». Mais ils ne savent pas répondre au type
de questions que j’ai évoqué tout à l’heure. De nombreuses personnes
dans la population s’interrogent. Des journalistes s’interrogent. Leur travail
a commencé et va se poursuivre : rencontrer, écouter, observer, comparer,
analyser, dénoncer éventuellement. Un jour, les journalistes dont c’est le
métier, répondront à ces questions : Pourquoi une telle attitude de l’ARS ?
Pourquoi un tel revirement ? Pourquoi cette obstruction ? Pourquoi ce
refus d’ouverture d’un centre à Chalon ? Pourquoi tant de violence dans les
propos ?


La mobilisation
La mobilisation se fait autour d’une Unité de Soins Intensifs
Cardiologiques dite USIC adaptée aux soins de son temps, capable d’attirer
et de retenir les jeunes cardiologues au centre hospitalier William Morey,
mais aussi dans la ville et dans les villes alentour.Parce que nous croyons à la vie et à la joie, parce que le soin c’est
redonner vigueur et joie, nous chanterons bientôt le besoin de la
coronarographie sur l’air de « Si j’avais un marteau ».


Parce que nous croyons à la solidarité, nous avons cultivé le
rassemblement. Ce rassemblement est matérialisé par ces signatures
amassées lors des marchés, des fêtes, dans les cabinets de soins et dans
tant d’autres lieux. Merci à tous. Nous souhaitons remettre les pétitions
(22 000 signatures à ce jour) à l’ARS, si elle est présente, au début du
Conseil de Surveillance qui se tient aujourd’hui à 14 heures. Si l’ARS n’est
pas là, la pétition continuera.


Parce que nous sommes inquiets aussi, nous travaillerons mardi 27
juin avec un brassard noir dans l’établissement et nous prendrons 30
minutes dans les services et les salles de consultations pour expliquer la
situation et ses risques.


Parce que nous sommes de plus en plus nombreux, parce que
l’hôpital doit rester un lieu de calme et de soins, notre prochain
rassemblement se tiendra en ville le mardi 27 juin à 19 heures, dans la salle
du Clos Bourguignon à l’initiative des syndicats CGT et FO du personnel du
centre hospitalier.


Synthèse
N’ayons pas peur ! Ne doutons pas ! Notre ambition pour le centre
hospitalier et le Nord de la Saône-et-Loire est légitime :
- Une USIC équipée pour les malades cardiaques en
complément de celle de Macon ;
- Une USINV traitant les attaques cérébrales pour toute la
Saône-et-Loire avec l’aide de la télémédecine ;
- Un Centre Hospitalier, site-pivot du GHT, au service des
hôpitaux qui l’entourent ;
- Une coopération avec le CHU de Dijon, sur une base
assainie, pour l’expertise et la chirurgie cardiaque en
particulier.


Le choix
Le temps des discussions dans le huis clos des salles de réunion est
terminé. Le temps des explications de ce dossier compliqué est terminé. Le
temps des décisions est venu.L’ARS a pris une direction mortifère avec le refus de l’autorisation
de coronarographie et d’angioplastie à Chalon. Elle crée l’incertitude sur
l’USIC, l’USINV, et les coopérations inter-hospitalières. Cette fermeture
possible de l’USIC conduira à la présence de 8 lits à Macon pour les 550 000
habitants de Saône-et-Loire, alors qu’il existe 30 lits d’USIC en Côte d’Or
pour 500 000 habitants.


Nous appelons au contraire à une direction de vie et de progrès
avec l’installation de la coronarographie - angioplastie à Chalon. Cette
direction passe par une réponse favorable, sans condition, au dossier
déposé par Chalon en novembre 2016 et par une inscription claire et
garantie de cette autorisation dans le Plan Régional de Santé actuellement
en cours de rédaction. La coopération entre Dijon, Macon et Chalon
viendra naturellement ensuite. Elle rétablira le travail commun pour la
prise en charge et le traitement des malades victimes d’affections cardiovasculaires.


Conclusion
L’intervention rapide et coordonnée de Mesdames et Messieurs les
Parlementaires auprès de Madame la Ministre des Solidarités et de la
Santé et la réaction vigoureuse de Monsieur le Président du Conseil de
Surveillance montrent clairement que le combat commence.


La Saône et Loire ne peut rester une exception cardiologique.
Le respect de la décision de l’Etat demande la justice, l’équité,
l’indépendance et la transparence de sa décision. Ces conditions sont-elles
actuellement réunies ?


Les faits sont là : nous sommes 2000 présents, nous sommes 22 000
signataires, nous sommes 350 000.


Ayons confiance dans l’avenir. Restons fermes dans notre
détermination. Nous gagnerons.


Je vous remercie.

 
 
 
Imprimer - - par Centre Hospitalier Chalon - 23 juin 2017

Pour le soutien au projet de coronarographie à Chalon sur Saône le 23/06

Les cardiologues, la CGT et FO organisent une conférence de presse conjointe, avant le conseil de surveillance où les pétitions seront remises au directeur de l'ARS ou à de ses représentants.

Pour le soutien au projet de coronarographie à Chalon sur Saône
nous avons besoin de tout le monde !

Mobilisation générale
le VENDREDI 23 Juin à 12H50
dans le HALL de l’hôpital
et sur le balcon du premier étage


Nous avons besoin de tout le monde : agents, usagers, famille…….
Mobilisons-nous : notre territoire doit avoir les mêmes droits et les mêmes chances que les autres.

 

Chalon, le 2 juin 2017
Centre Hospitalier de Chalon sur Saône Lettre ouverte
de l'équipe soignante

 

 

 

lettre USIC-1-1 by vivre-a-chalon on Scribd

Imprimer - - par Les cardiologues, la CGT et FO - 22 juin 2017

Remise officielle de deux bourses Coup de Pouce Initiative Jeunes à Chalon

Remise officielle de deux bourses Coup de Pouce Initiative Jeunes :

- Emma Paillot porteuse du projet « Course d’obstacles saut’lidarité » et Camille Soubiran porteuse du projet « le Bafa : une première étape dans ma vie professionnelle ».
Après avoir déposé un dossier Coup de Pouce Initiative Jeunes, Emma Paillot bénéficiera d’une bourse de 1 000 € pour son projet réalisé au sein du club solidarité du lycée Hilaire de Chardonnet.

- Camille Soubiran, quant à elle, sera aidée financièrement à hauteur de 200 € pour passer son Bafa. Rappelons que ces bourses, sont allouées par le CLA (Chalon Loisirs Animation).

Le Coup de Pouce Initiative Jeunes (CDPIJ) est un dispositif du Groupement d’Intérêt Public « Chalon Loisirs Animation » qui a pour mission de favoriser, accompagner et aider les projets et les initiatives des jeunes, ceci en partenariat étroit avec le Service Jeunesse de la Ville de Chalon sur Saône.

23 juin 2017 à 18h00
Espace Jeunesse, 5 Place de l’Obélisque, 71100 Chalon- sur-Saône
Imprimer - - par Ville de Chalon - 22 juin 2017

Des médecins salariés en Saône-et-Loire : la FMF préfère des initiatives pour faciliter l'installation libérale

 

La Saône-et-Loire a annoncé hier le recrutement dès septembre de 30 médecins généralistes qui seront salariés par le département, et feront les 35h.
Ceci afin de lutter contre les déserts médicaux et encourager l'installation des médecins qui ne souhaitent plus être contraints par les difficultés de l'exercice libéral.

La Fédération des Médecins de France souhaite réagir à ce nouveau modèle de salariat des médecins :

« On peut se féliciter de la prise de conscience que les médecins sont nécessaires à l'attractivité des territoires, mais que les territoires ont un grand rôle d'accueil à jouer pour attirer les médecins et collaborer ensemble à la bonne prise en charge médicale de la population.
Cependant, salarier 3 médecins aux 35h pour remplacer les libéraux qui accomplissent en moyenne 55 heures de travail par semaine n'est pas une solution aux problèmes d'installation.
La médecine libérale continue d'être active lorsque les bons leviers sont activés, c'est-à-dire lorsqu'on permet aux médecins de travailler dans des conditions correctes, avec un forfait structure pour gérer les tâches administratives, des locaux corrects, une secrétaire médicale, des internes pour les assister…
Des initiatives locales voient le jour partout en France en ce sens, dans la Creuse ou en Corse par exemple, où certains villages proposent de loger les internes, de leur payer les transports ou encore de leur allouer une prime pour faciliter leur découverte de la pratique et susciter chez eux la vocation libérale.
La Fédération des Médecins de France tient tout de même à saluer André Accary, président du Conseil Général de Saône-et-Loire, qui semble avoir compris comme nous que « Un médecin qui s'en va, c'est un village qui meurt » et qui se bat pour continuer de faire vivre les villages de son département ».

Imprimer - - par Communiqué Fédération des Médecins de France - 21 juin 2017

Rassemblements "Mémoire et justice pour Jérome"

APRES LE RASSEMBLEMENT DU 20 JUIN A MACON, qui a reçu le soutien national de la Confédération Paysanne et de la Ligue des droits de l'Homme, la mobilisation solidaire pour la vérité et la justice prend de l'ampleur....

 

 

 

Pour montrer notre détermination à obtenir vérité et justice
Pour que tous les responsables de cette issue tragique et révoltante soient atteints, afin que changent les conditions brutales des « contrôles administratifs ».


Pour que cesse la criminalisation de toute résistance, paysanne ou autre
Le 20 DE CHAQUE MOIS, RASSEMBLEMENT à 20h - Square de la Paix MÂCON
Le prochain : JEUDI 20 JUILLET


Une page facebook a été ouverte pour recueillir de toute la France les témoignages* des personnes indignées par les causes et circonstances de cette mort ; pour lever la chape de plomb qui pèse sur l’information concernant un drame national et qu’un paysan n’ait pas été tué dans l’indifférence ; pour suivre la procédure judiciaire et peser solidairement pour obtenir la transparence et l’objectivité.

https://www.facebook.com/JusticepourJerome

*Sans haine ni violence

Ces rassemblements citoyens sont soutenus au plan national par Agir pour l’Environnement, la Confédération Paysanne et la Ligue des Droits de l’Homme. Au plan départemental et régional par : ACAT 71 ; ACTE ; Alternatiba ; Amis de la Conf’ ; ASR ; Attac 71 ; CAPEN 71 ; GABSEL ; GIE Zone Verte ; LDH Bourgogne ; …/…

 
 
Imprimer - - par Thierry Grosjean - 21 juin 2017

Pour une filière de cardiologie structurée entre Dijon, Chalon et Mâcon

Nous appuyons la création d’un groupement de coopération sanitaire (GCS) pour garantir la stabilité et l’attractivité de la filière de cardiologie sur le sillon central bourguignon, de Dijon à Mâcon.
Corps de texte

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté a informé le centre hospitalier (CH) de Chalon-sur-Saône de sa décision de rejeter sa demande d’autorisation adressée le 28 novembre 2016 en vue d’exercer des activités de cardiologie interventionnelle.

Cette décision fait suite à l’avis défavorable rendu par la commission spécialisée de l’organisation des soins (CSOS) le 24 mai, aux motifs que la demande déposée par l’hôpital de Chalon ne répondait pas aux conditions posées par un arrêté de l’ARS du 28 juillet 2016.

Cet arrêté, reconnaissant un besoin exceptionnel pour l’activité, posait trois conditions à la recevabilité des dossiers :

une demande d’autorisation portée conjointement par le centre hospitalier de Chalon, le centre hospitalier de Mâcon et le CHU de Dijon ;
la constitution d’une fédération médicale inter-hospitalière ;
la mise en place d’une équipe commune de cardiologues.

Au cours de l’été 2016, trois recours ont été déposés devant le tribunal administratif contre cette décision, par le CHU de Dijon, le CH de Mâcon et le groupe de cardiologie interventionnelle intervenant à la clinique de Fontaine-les-Dijon.
Dès la fin de l’été, une mission de conciliation a été lancée par l’ARS sous l’égide de son directeur général adjoint, qui a reçu les différents acteurs et mis en place un groupe de travail qui s’est poursuivi jusqu’en mai 2017.
Ces travaux ont notamment établi que les délais d’intervention, commune par commune de Saône-et-Loire, intégrant les transports et la prise en charge médicale au domicile du patient, permettent un accès en moins de 90 minutes à un plateau technique d’angioplastie.

L’axe majeur d’amélioration de la prise en charge des patients passe avant tout par la nécessaire articulation des équipes spécialisées des différents établissements. Le directeur général de l’ARS réaffirme sa détermination à favoriser un exercice commun et coordonné de la cardiologie entre les CH de Chalon, de Mâcon et le CHU de Dijon. Cette coopération est une condition du maintien de la qualité des soins dans le département de Saône-et-Loire, préservant par ailleurs l’attractivité du territoire pour les professionnels de santé de la filière cardiologique.

Dans cet objectif, et alors que les trois établissements ont accepté de s’engager dans un partenariat structuré, l’ARS fait appel à un prestataire extérieur pour aider à la constitution d’un groupement de coopération sanitaire (GCS) entre ces trois établissements d’ici la fin de l’année 2017, en vue d’organiser une filière cardiologique pérenne, stable et attractive, au service des patients du territoire.

Les travaux d’élaboration en cours du Projet Régional de Santé (PRS) pour la période 2018-2022 acteront cette perspective de constitution d’un GCS, ainsi que la possibilité ultérieure d’adapter les plateaux techniques au vu du fonctionnement du groupement.
Imprimer - - par Communiqué ARS - 20 juin 2017

1er Congrès de l'Union Régionale Interprofessionnelle CFDT Bourgogne-Franche-Comté du 21 au 23 juin

EN MOUVEMENT AVEC SON TEMPS : LA CFDT CONSTRUIT SON UNION REGIONALE INTERPROFESSIONNELLE BOURGOGNE FRANCHE-COMTE A DOLE LES 21-22 & 23 JUIN


Le 21 juin se tiennent les deux congrès de fin de mandature de la CFDT Bourgogne et de la CFDT Franche-Comté. Les 22 et 23 juin l’Union Régionale Interprofessionnelle CFDT Bourgogne-Franche-Comté connaitra son 1er Congrès, sur un territoire agrandit, fort de ses 33 000 adhérents !

Ce nouveau territoire est une opportunité pour les équipes et les structures CFDT de repenser et d’améliorer leur fonctionnement. Notre ligne directrice est de tendre vers une plus grande efficacité et solidarité au service des travailleurs, dans les bassins de vie et d’emplois.

Les Unions régionales interprofessionnelles (Uri) sont des structures CFDT de proximité. Elles agissent sur le terrain pour résoudre les problèmes communs à une région. Elles organisent la structuration de la CFDT sur leur territoire et veillent à coordonner leurs actions de façon interprofessionnelle et identitaire.

Pour notre nouvelle grande région, notre projet pour la mandature 2017-2021 est ambitieux : il a pour but de nous coordonner pour ne laisser personne, quel que soit son champ ou son statut professionnel, sans réponse CFDT sur l’ensemble de la Bourgogne-Franche-Comté.
Cela nécessite de nous organiser, en proximité, de Nevers à Belfort, de Sens à Saint-Claude en passant par Montbard et Chalon, afin de donner aux structures interpro et aux militants qui les font vivre, les moyens d’être agiles et efficaces dans leurs actes. Pour cela :
• nous allégeons notre fonctionnement institutionnel afin de gagner du temps pour l’action et une place accrue aux débats participatifs
• nous développerons nos implantations sur le territoire,
• nous faciliterons l’accès aux conseils techniques et pratiques
• nous mutualiserons nos moyens pour gagner en solidarité.

Il s’agit avant tout de placer l’individu au centre de nos fonctionnements et de nos réflexions.
Nous voulons faire vivre en Bourgogne-Franche-Comté, un syndicalisme d’adhérents fédérateur, innovant, émancipateur, qui participe au mieux vivre-ensemble et garant de l’intérêt collectif.
Parallèlement nous poursuivrons bien évidemment notre rôle d’acteur du dialogue social régional sur les questions d’emploi, de formation professionnelle, de protection sociale, et de la qualité de vie au travail.
 
Imprimer - - par CFDT Bourgogne -Franche-Comté - 20 juin 2017

SAONEOR : les enquêtes publiques pour s'opposer au passage en force

communiqué de presse :

 

Enquete Publique SAONEOR 2017 JUIN

Imprimer - - par GROSJEAN thierry - 18 juin 2017

Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté demande aux services de l'Etat la prise en compte des retards de paiement pour les agriculteurs



Jeunes Agriculteurs BFC, ainsi que tous les départements de la région, souhaitent porter la voix des agriculteurs et agricultrices qui se sentent démunis face à un contexte de crise, d’une part, et de changements de politique qui les impactent frontalement d’autre part. C’est l’Homme au cœur de l’exploitation qui en pâtit et cette rupture sociale devrait tous nous inquiéter.
De nombreux retards de paiement deviennent handicapant pour les exploitations : aides PAC 2015 et 2016, PCAE toujours non soldés ou les aides non versées (MAEC et MAE Bio, aides pour les nouveaux installés sans référence…). Il devient impératif de fournir un échéancier clair et détaillé des aides qui seront touchées pour chaque exploitant.

A l’heure où l’on entend de toute part que pour sortir de la crise économique, il faut avoir une gestion financière optimale sur son exploitation, connaitre ses coûts de production et travailler sur ses charges, comment est-il possible pour un agriculteur qui ne connait pas les montants d’aide qu’il va toucher de pouvoir faire un plan économique à moyen / long terme ?
Dans un contexte de crise économique pour les secteurs agricoles, comment l’exploitant peut faire face à des impayés – parce que ce sont des impayés – qui datent pour certains de 2015 ?

Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté demande aux services de l’Etat une réponse claire à ce sujet et communiquée le plus largement possible à tous les exploitants. Car pour les exploitants concernés, c’est la survie de leur exploitation qui est en jeu !

Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté (JA BFC)
 
Imprimer - - par Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté (JA BFC) - 16 juin 2017

Les Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté en force au Congrès National

Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté en force au Congrès National des Jeunes Agriculteurs

Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté sont montés en force à Dunkerque pour le congrès national des Jeunes Agriculteurs : une délégation de plus de soixante jeunes des huit départements a représenté efficacement la région.


Au programme : de nombreux échanges et la présence d’interlocuteurs importants comme le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. Intervenant lors du congrès des Jeunes agriculteurs le 7 juin à Dunkerque, Jacques Mézard a annoncé qu'il sera bien le pilote des Etats généraux de l'alimentation, confirmés pour cet été.
On notera surtout les deux temps forts du congrès : le rapport moral sur la communication externe et le tant attendu rapport d’orientation sur la gestion des risques.
Après plus de sept heures de débat, le réseau Jeunes Agriculteurs a adopté à l'unanimité son rapport d'orientation « Anticipons aujourd'hui pour gérer les risques demain ». Un large panel d'outils à mettre en place au niveau national et européen, grâce à son fer de lance : le groupement pour une assurance mutualiste agricole (GAMA)

Rééquilibrer les forces entre agriculteurs et assurances : une première volonté de Jeunes Agriculteurs. Ce sera le rôle du GAMA, un outil indépendant géré par les agriculteurs afin de négocier en commun des outils de gestion des risques avec l'Etat et les assureurs.

Les outils assuranciels proposés dans le rapport d'orientation se déclinent à l'échelle de l'exploitation, de la France et de l'Europe. Jeunes Agriculteurs souhaite rendre obligatoire un plan de gestion des risques pour les jeunes agriculteurs, dans le cadre de leur formation, pour améliorer la résilience des fermes, ainsi que pour tous les agriculteurs ayant un projet de développement sur l'exploitation. A l'échelle nationale, il est indispensable de mettre en place un compte épargne gestion des risques. Enfin, un nouveau système de gestion des volumes et de prix à l'échelle européenne doit voir jour. Une organisation des filières au niveau de l'UE est nécessaire pour définir un prix d'équilibre et un prix rémunérateur pour les agriculteurs.

Et c’est un rapport d’orientation qui intéresse ! La présidente de la FNSEA Christiane Lambert a annoncé que le Conseil de l'agriculture française organisera une journée dédiée à la gestion des risques le 10 octobre.

En Région, le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté et de nombreuses OPA ont déjà fait savoir qu’ils attendaient avec impatience la sortie de ce rapport pour mettre en œuvre avec JA BFC les préconisations issues des réflexions du réseau. Le lancement des réflexions se fera dès la rentrée en Bourgogne Franche-Comté. Au cours de ces travaux, JA BFC défendra l’idée d’une souscription obligatoire de chaque jeune à un outil de gestion des risques sur son exploitation.

Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté (JA BFC)

 
Imprimer - - par Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté (JA BFC) - 14 juin 2017

Appel aux candidats : « Les bibliothèques : un enjeu pour la France »

Plus de 4 500 citoyens interpellent les candidats présents au second tour des élections législatives sur le développement des bibliothèques

 

 

Depuis trois semaines, à l’initiative de l’Association des Bibliothécaires de France (ABF) et Bibliothèques Sans Frontières (BSF), des milliers de citoyens appellent les candidats aux élections législatives à s’engager pour soutenir les bibliothèques et la lecture publique.

La pétition citoyenne, accessible via Change.org, a mobilisé plusieurs personnalités du monde artistique, universitaire et de la société civile comme le chanteur Abd Al Malik, l’écrivaine Geneviève Brisac, le journaliste Christophe Deloire, ou le sociologue Vincent Chabault.

300 candidats aux élections législatives, dont près de 75 présents au second tour, ont signé la charte d’engagement « Les bibliothèques : un enjeu pour la France ». Parmi eux, figurent notamment Najat Vallaud-Belkacem (PS), Gilles Legendre (LREM), Guillaume Larrivé (LR), Sébastien Nadot (LREM), Marie-Jo Zimmermann (LR), Patrick Bloche (PS), Sarah Legrain (FI), Gilbert Collard (FN), Liem Hoang-Ngoc (FI), Olivier Dussopt (PS), et Luc Carvounas (PS).

Nous appelons tous les candidats présents au second tour à s’engager en faveur des bibliothèques.

En signant cette charte, les candidats aux élections législatives choisissent de porter des mesures très concrètes pour maintenir et développer les bibliothèques, s’ils sont élus :

Dans leur circonscription :

Pour l’élargissement des conditions d’accès et des horaires d’ouverture.

Pour le soutien à la construction de nouvelles bibliothèques dans les zones qui en manquent.

Pour le maintien et l’augmentation des budgets dédiés aux bibliothèques incluant le remplacement ou l’embauche de personnels qualifiés dans ce domaine.

Pour l’affectation de 10% de la réserve parlementaire au soutien aux bibliothèques les moins bien dotées du territoire, sous réserve de son maintien.

Au sein de l’Assemblée Nationale :

Pour la sanctuarisation des budgets dédiés à la lecture publique - notamment la dotation générale de décentralisation de la loi de finances qui doit retrouver son niveau de 2016.

Pour rendre obligatoire dans chaque département l’adoption d’un plan d’action pour le développement des bibliothèques et de la lecture publique.


Pour Xavier Galaup, Président de l’Association des Bibliothécaires de France, « les bibliothèques sont plus que jamais nécessaires ! Elles sont des lieux d’émancipation, de brassage et de mixité de populations d’origine sociale et culturelle différentes, des lieux intergénérationnels pour tisser ou renouer le lien social, des lieux d’expérimentation de la citoyenneté, des lieux vivants, dynamiques, ouverts à tous, pour y construire des projets individuels ou collectifs ».

Pour Patrick Weil, Président de Bibliothèques Sans Frontières, « les bibliothèques doivent rester des supports fondamentaux de l’égalité, de la citoyenneté et de la liberté de conscience. Les citoyens ont besoin des bibliothèques, et les bibliothèques doivent avoir les moyens de s’adapter aux besoins de leurs publics ».

Les réponses et positions des candidats sont actualisés quotidiennement et accessibles sur www.legislatives.abf.bibliosansfrontieres.org

La pétition citoyenne est ouverte à signature auprès du grand public et disponible sur http://bit.ly/legislatives-bibliotheques

 
Imprimer - - par Association des Bibliothécaires de France (ABF) et Bibliothèques Sans Frontières (BSF) - 13 juin 2017

Lettre ouverte Force Ouvrière conseil régional Franche Comté Bourgogne pour dénoncer la situation de très grande précarité des agents contractuels

 

Objet : Lettre ouverte à Mme la présidente concernant la situation intolérable des contractuels.

Mme la Présidente

Le syndicat Force Ouvrière du conseil régional Franche Comté Bourgogne s’indigne de la situation des contractuels au sein de la région. Nous constatons avec désarroi que la politique de l’emploi que vous prônez comme stratégie de mandat ne s’applique absolument pas à vos personnels.

Un certain nombre de nos collègues contractuels ont rejoint ou vont rejoindre les rangs des chômeurs à pôle
emploi. N’ignorant pas les dispositifs que vous mettez en œuvre pour soutenir le retour à l’emploi
qualifié des chômeurs, il est consternant de voir qu’en parallèle dans la gestion de vos propres
ressources humaines, vous cautionnez et abusez de la précarité des agents contractuels. Nous avons
vu s’enchaîner les fins de contrat définitives ces derniers mois concernant des personnels en poste
depuis plusieurs années. Cette politique frappe souvent des familles déjà fragilisées. Et que dire de
vos personnels contractuels des lycées qui restent sans salaire durant les vacances scolaires ??
Et pourtant, la charge de travail existe voire même a augmenté en raison d’une fusion des régions
mise en place dans la précipitation. Il s’ensuit un profond mal-être au travail générant de nombreux
arrêts de travail, conduisant même à des cas de dépression et de burn-out.

Nous vous demandons Madame la Présidente du RESPECT. Respect envers ces personnels qui
participent chaque jour au siège et dans les lycées au bon fonctionnement du service public régional.
Ce respect ne peut passer que par la dé-précarisation de leur situation.

Nous exigeons de votre part que vous mettiez en place une véritable politique de l’emploi qui
permette à chacun de vivre enfin dignement.

Je vous prie d’agréer, madame la Présidente, mes respectueuses salutations.

Le secrétaire
Patrick Kubler

 
Imprimer - - par Force Ouvrière conseil régional - 9 juin 2017

La Compagnie de théâtre de rue Arlette Moreau censurée par les pouvoirs publics

La Compagnie de théâtre de rue Arlette Moreau censurée par les
pouvoirs publics


 

Dimanche 4 juin au Festival de printemps à Saint-Sylvain-d'Anjou (Maine-et-Loire), la
compagnie de théâtre de rue Arlette Moreau a fait l'objet d'une censure que condamne
fermement la Fédération nationale des arts de la rue. Programmée par l'organisateur du
festival, qui n'est autre que la commune elle-même, cette compagnie s'est vue interdire de
jouer par la municipalité. La raison invoquée par le maire François Gernigon, décisionnaire de
cette interdiction : la pièce de la compagnie aurait causé un « trouble à l’ordre public ».
Le spectacle de rue d’Arlette Moreau, forme hybride entre théâtre de l’invisible,
performance et théâtre d’intervention, met en scène deux femmes syriennes menacées d'être
expulsées et qui cherchent à se marier afin de régulariser leurs papiers. Des comédiens jouent
les passants et adoptent des avis différents sur la situation qu'ils observent. Stimulant le débat
public sur la question de l’accueil et de la place des migrants, les comédiens sont aussi là pour
encadrer les réactions et réorienter le débat si nécessaire. Mais ce spectacle ne sera pas joué :
10 minutes à peine après le début de l’intervention, un auxiliaire de proximité, prévenu par un
témoin, arrive pour évacuer la troupe, qui refuse. Quelques minutes plus tard, le maire se
déplace sur les lieux et ordonne à la compagnie de cesser immédiatement de jouer, interdisant
également les autres représentations prévues par la compagnie dans la journée, qui traitent
pourtant d'autres thématiques.
Malgré le soutien à la compagnie de la responsable de la programmation du festival et de l'élu
à la culture, le maire n’est pas revenu sur sa décision.
Les arguments du maire pour cette évacuation sont divers. La sécurité aurait été
menacée, avec un risque de réactions violentes de la part du public. Faire figurer des
personnages voilés juste après les attaques terroristes de Londres n’aurait pas, à ses yeux, été
« judicieux ».
Ces arguments s’apparentent purement et simplement à de la censure, émanant d’une
seule personne, qui, en désaccord avec une proposition artistique, a utilisé son pouvoir de
police de manière arbitraire. Avec cette censure, le maire contrevient à la loi n° 2016-925 du
7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l'architecture et au patrimoine, dont les deux
premiers articles affirment que « La création artistique est libre » et « La diffusion de la
création artistique est libre ». Il n'appartient pas à un maire de censurer un contenu artistique.
La Fédération nationale des arts de la rue reste encore et toujours convaincue que
l’espace public doit demeurer un lieu libre où le débat et la réflexion doivent pouvoir
s’épanouir. Elle apporte tout son soutien à la compagnie Arlette Moreau, et se tiendra toujours
aux côtés de ceux qui défendent la création en espace public.
Partout en France, l'art doit s'épanouir en rue libre.

 
Imprimer - - par Fédération nationale des arts de la rue - 9 juin 2017

Angioplastie à Chalon : Lettre ouverte à l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté

 

Coronarographie-angioplastie au Centre Hospitalier de Chalon-sur-Saône


 

La Commission Médicale d’Etablissement du Centre Hospitalier William Morey informe que la mobilisation autour de l’autorisation d’angioplastie au Centre Hospitalier se développe et se renforce.

Le soutien massif de la population s’exprime dans l’ensemble du Nord Saône et Loire par des pétitions signées sur papier et par des pétitions en ligne.

Plus de 200 médecins généralistes et spécialistes, libéraux et hospitaliers de Saône et Loire ont signé, en moins de 48 heures, une lettre ouverte à Monsieur le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé.



Lettre ouverte à l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté

Nous, médecins de Saône-et-Loire, libéraux et hospitaliers, soutenons avec force le projet de coronarographie au Centre Hospitalier de Chalon-Sur-Saône.


Nous, soignants, nous opposons au sort qui est fait aux patients de Saôneet-Loire.
Cette coronarographie, outil essentiel en cardiologie moderne, est un enjeu pour la survie des malades : notre territoire et ses habitants méritent l’équité dans la prise en charge de leur santé.
Un arrêté officiel de l’Agence Régionale de Santé du 28 juillet 2016, a inscrit comme « besoin exceptionnel » ce plateau de coronarographie à l’hôpital de Chalon-Sur-Saône, signé de la main du Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé.Aujourd’hui cet engagement est renié, au titre de bénéfices partisans d’autres centres régionaux de cardiologie, qui craignent une baisse statistique de recrutement de leurs patients. Aux statistiques, opposons les recommandations médicales des sociétés savantes de Cardiologie : prendre en charge en coronarographie un syndrome coronarien aigu en moins de 90 minutes. A ce jour, ce n’est pas le cas sur notre territoire. Voilà l’enjeu : le soin.


Les conséquences du retrait du projet de coronarographie à ChalonSur-Saône seraient désastreuses sur notre démographie médicale déjà si
fragilisée : un délitement du service de cardiologie, une mise en péril des soins intensifs de neurologie, l’absence d’attractivité pour le recrutement de médecins dans d’autres spécialités, et à terme un impact sur la coordination et l’offre de soins du Groupement Hospitalier de Territoire Nord Saône et Loire Bresse Morvan. Le sentiment de gâchis, devant des compétences d’ores et déjà disponibles pour faire fonctionner demain ce plateau technique de coronarographie, serait immense.
Dans un contexte de moralisation de la vie publique, des décisions arbitraires allant à l’encontre de l’intérêt général ne sont pas acceptables.
A l’heure d’une modernisation de notre système de soins, une différence de traitement pour les patients de notre territoire serait immorale.


Médecins généralistes, médecins spécialistes, médecins hospitaliers et libéraux, nous sommes signataires de cet appel aux décideurs de l’offre de soins en Bourgogne-Franche-Comté : privilégiez la survie des malades et l’intérêt général.
1- Dr Abadie, neurologue, Chalon-sur Saône
2- Dr Abdulmalak, réanimateur, Chalon-sur-Saône
3- Dr Abokasem, néphrologue, Chalon-sur-Saône
4- Dr Augueux, médecin généraliste, Buxy
5- Dr Arnaud, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
6- Dr Balland, médecin généraliste, Buxy
7- Dr Bancet, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
8- Dr Barba, cardiologue, Chalon-sur-Saône
9- Dr Barbarin, médecin généraliste, Couches
10- Dr Bassard, urologue, Chalon-sur-Saône
11- Dr Bassene, urgentiste, Chalon-sur-Saône
12- Dr Baudelet, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
13- Dr Bel, urgentiste, Chalon-sur-Saône
14- Dr Benaioun, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône15- Dr Benoit, médecin généraliste, Autun
16- Dr Berardan, médecin généraliste, Saint Germain-du-Plain
17- Dr Berne, médecin généraliste, Paray-le-Monial
18- Dr Billard-Philip, cardiologue, Chalon-sur-Saône
19- Dr Billionnet, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
20- Dr Blandin, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
21- Dr Bonaldi E, gériatre, Chalon-sur-Saône
22- Dr Bonaldi M, angiologue, Chalon-sur-Saône
23- Dr Bonnet B, médecin généraliste, Buxy
24- Dr Bonnet D, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
25- Dr Borsoi, médecin généraliste, Montcenis
26- Dr Boscarolo, médecin généraliste, Saint-Yan
27- Dr Bourdiau, médecin généraliste, Ouroux-sur-Saône
28- Dr Boudrant, oncologue, Chalon-sur-Saône
29- Dr Bouteloup, oncologue, Chalon-sur-Saône
30- Dr Bouvard, médecin généraliste, Saint Rémy
31- Dr Breuvard, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
32- Dr Buchot, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
33- Dr Bulté, cardiologue, Chalon-sur-Saône
34- Dr Buquen, médecin généraliste, Crissey
35- Dr Buttard, cardiologue, Chalon-sur-Saône
36- Dr Cailler-Minier, neurologue, Chalon-sur-Saône
37- Dr Carrascosa, médecin du travail, Chalon-sur-Saône
38- Dr Casulli, neurologue, Chalon-sur-Saône
39- Dr Catteau-Vinit, neurologue, Chalon-sur-Saône
40- Dr Cattin, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
41- Dr Calvet, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
42- Dr Chamouton, médecin généraliste, Saint Rémy
43- Dr Chanal, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
44- Dr Chalumeau C, chirurgien viscéral, Chalon-sur-Saône
45- Dr Charles, urgentiste, Autun
46- Dr Chausse, gériatre, Autun
47- Dr Chapuis, médecin généraliste, Montchanin
48- Dr Chassery, médecin généraliste, Givry
49- Dr Chazal, médecin généraliste, Givry
50- Dr Chevalier, médecin généraliste, Saint-Gengoux-le-National
51- Dr Chevillotte, rhumatologue, Chalon-sur-Saône
52- Dr Clerc B, médecin généraliste, Varennes-Saint-Sauveur
53- Dr Clerc P, médecin généraliste, Saint-Gengoux-le-National
54- Dr Courtiol, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
55- Dr Cots, médecin généraliste, Lans
56- Dr Coville, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
57- Dr Cusey-Sagnol, cardiologue, Chalon-sur-Saône
58- Dr Daguzan, médecin généraliste, Mellecey
59- Dr Damon, anesthésiste/réanimateur, Chalon-sur-Saône60- Dr Dartois, médecin généraliste, Lans
61- Dr Davidian, hygiéniste, Chalon-sur-Saône
62- Dr Decock, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
63- Dr Degouge, médecin généraliste, Mellecey
64- Dr Dellinger, cardiologue, Chalon-sur-Saône
65- Dr Delorme, réanimateur, Chalon-sur-Saône
66- Dr Demangel, chirurgien orthopédique, Chalon-sur-Saône
67- Dr Deprez, médecin généraliste, Couches
68- Dr Diaz, pneumologue, Chalon-sur-Saône
69- Dr Diètre, médecin généraliste, Sennecey-le-Grand
70- Dr Doucet, médecin généraliste, Saint Marcel
71- Dr Dubois-Grillot, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
72- Dr Duglet, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
73- Dr Dumas, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
74- Dr Dupont F, urgentiste, Chalon-sur-Saône,
75- Dr Euvrard, médecin généraliste, Buxy
76- Dr Faivre, urgentiste, Chalon-sur-Saône
77- Dr Falcon, médecin généraliste, Ouroux-sur-Saône
78- Dr Faure, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
79- Dr Fayard C, neurologue, Chalon-sur-Saône
80- Dr Fayard M, cardiologue, Chalon-sur-Saône
81- Dr Fernandez Ca, psychiatre, Sevrey
82- Dr Fernandez Ch, psychiatre, Sevrey
83- Dr Ferry, dermatologue, Le Creusot
84- Dr Feillet, pneumologue, Chalon-sur-Saône
85- Dr Fortunet, rhumatologue, Chalon-sur-Saône
86- Dr Françoise, pédiatre, Chalon-sur-Saône
87- Dr Galea , médecin généraliste, Givry
88- Dr Gay, pédiatre, Chalon-sur-Saône
89- Dr Gerard, cardiologue, Chalon-sur-Saône
90- Dr Gillard, psychiatre, Sevrey
91- Dr Gipeaux, médecin généraliste, Curgy
92- Dr Girardet, urgentiste, Chalon-sur-Saône
93- Dr Girardot, cardiologue, Chalon-sur-Saône
94- Dr Giroud, neurologue, Chalon-sur-Saône
95- Dr Glorys, médecin généraliste, Saint Germain-du-Bois
96- Dr Goddet, urgentiste, Le Creusot
97- Dr Goujon, dermatologue, Chalon-sur-Saône
98- Dr Gouget, médecin généraliste, Tournus
99- Dr Grassi, médecin généraliste, Givry
100- Dr Grimault-Duytsche, gastroentérologue, Chalon-sur-Saône
101- Dr Grimault-Gauthier, médecin de soins palliatifs, Chalon-sur-Saône
102- Dr Guérinel L, médecin généraliste, Salornay-sur-Guye
103- Dr Guérinel S, médecin généraliste, Salornay-sur-Guye
104- Dr Guidot, médecin généraliste, Sevrey105- Dr Hamblin, cardiologue, Chalon-sur-Saône
106- Dr Heck, gériatre, Chalon-sur-Saône
107- Dr Heller, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
108- Dr Henaff, Gynecologue, Chalon-sur-Saône
109- Dr Jabnouni , psychiatre, Sevrey
110- Dr Jaremczuk, médecin généraliste, Le Creusot
111- Dr Journet, néphrologue, Chalon-sur-Saône
112- Dr Journet-Tollhup, dermatologue, Chalon-sur-Saône
113- Dr Kaderbhai, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
114- Dr Karsenty, infectiologue, Chalon-sur-Saône
115- Dr Kraemer, chirurgien orthopédiste, Chalon-sur-Saône
116- Dr Lagoutte, chirurgien viscéral, Chalon-sur-Saône
117- Dr Lecoq, médecin biologiste, Chalon-sur-Saône
118- Dr Lentz, gynécologue, Givry
119- Dr Le Viguelloux, chirurgien orthopédiste, Chalon-sur-Saône
120- Dr L’habitant, gériatre, Chalon-sur-Saône
121- Dr Lhoumeau, réanimateur, Chalon-sur-Saône
122- Dr Ligier, médecin généraliste, Saint-Marcel
123- Dr Limagne, urgentiste, Chalon-sur-Saône
124- Dr Loriot, psychiatre, Chalon-sur-Saône
125- Dr Louis, nephrologue, Chalon-sur-Saône
126- Dr Maes, urgentiste, Chalon-sur-Saône
127- Dr Martelloni, chirurgien vasculaire, Chalon-sur-Saône
128- Dr Martha, infectiologue, Chalon-sur-Saône
129- Dr Martin, gynécologue, Chalon-sur-Saône
130- Dr Mason, urgentiste, Chalon-sur-Saône
131- Dr Matta, pédiatre, Chalon-sur-Saône
132- Dr Matta-Luciani, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
133- Dr Mattei, psychiatre, Chalon-sur-Saône
134- Dr Mausservey, médecine interne, Chalon-sur-Saône
135- Dr Mazue, médecin généraliste, Montret
136- Dr Melis, oncologue, Chalon-sur-Saône
137- Dr Merabet, endocrinologue, Chalon-sur-Saône
138- Dr Mercier, chirurgien vasculaire, Chalon-sur-Saône
139- Dr Messagier P, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
140- Dr Messagier R, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
141- Dr Mignot, gériatre, Chalon-sur-Saône
142- Dr Minier, neurologue, Chalon-sur-Saône
143- Dr Monard, médecine interne, Chalon-sur-Saône
144- Dr Monniello, médecin généraliste, Givry
145- Dr Montegut-Lartaud, médecin généraliste, Buxy
146- Dr Moreau, cardiologue, Chalon-sur-Saône
147- Dr Moujawaz, urgentiste, Le Creusot
148- Dr Moussard, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
149- Dr Narcante, médecin généraliste, Saint Léger-sur-Dheune150- Dr Nevers, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
151- Dr Nguyen-Baranoff, pneumologue, Chalon-sur-Saône
152- Dr Nguyen C, cardiologue, Chalon-sur-Saône
153- Dr Nourissat, cardiologue, Chalon-sur-Saône
154- Dr Pariat, urgentiste, Chalon-sur-Saône
155- Dr Passerat, médecin généraliste, Saint-Rémy
156- Dr Perrin, Endocrinologue, Chalon-sur-Saône
157- Dr Personeni, endocrinologue, Chalon-sur-Saône
158- Dr Petit, urgentiste, Chalon-sur-Saône
159- Dr Piffaut, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
160- Dr Pinette, médecin généraliste, Mellecey
161- Dr Piriou, chirurgien orthopédique, Autun
162- Dr Philip, cardiologue, Chalon-sur-Saône
163- Dr Poignand, médecin généraliste, Montpont-en-Bresse
164- Dr Postel Alix, médecin généraliste, Beaune
165- Dr Pourcelot, médecin généraliste, Saint-Rémy
166- Dr Poussant, réanimateur, Chalon-sur-Saône
167- Dr Prost A., médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
168- Dr Pujol, médecin généraliste, Saint Rémy
169- Dr Quashie, angiologue, Chalon-sur-Saône
170- Dr Quenet, médecin de PMI, Chalon-sur-Saône
171- Dr Quilot, pneumologue, Chalon-sur-Saône
172- Dr Racine, médecin généraliste, Autun
173- Dr Rakoto, pneumologue, Chalon-sur-Saône
174- Dr Richelet, angiologue, Chalon-sur-Saône
175- Dr Robert, psychiatre, Sevrey
176- Dr Roch, infectiologue, Chalon-sur-Saône
177- Dr Rochet, médecin généraliste, Ouroux-sur-Saône
178- Dr Rondepierre, médecin généraliste, Montret
179- Dr Roy, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
180- Dr Ruetsch, médecin généraliste, Sagy
181- Dr Sagnol, cardiologue, Chalon-sur-Saône
182- Dr Schneider Pascal, psychiatre, Chalon-sur-Saône
183- Dr Silaire, médecin généraliste, Autun
184- Dr Stoica, gastroentérologue, Chalon-sur-Saône
185- Dr Tan, ORL, Chalon-sur-Saône
186- Dr Thibaut Al, médecin généraliste, Bellevesvre
187- Dr Thibaut An., médecin généraliste, Bellevesvre
188- Dr Thinon, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
189- Dr Thibout P, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
190- Dr Travers, médecin généraliste, Le Creusot
191- Dr Vaillant, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
192- Dr Valdenaire, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
193- Dr Van Nieuwenhuyse, gastroentérologue, Autun
194- Dr Varlot, médecin généraliste, Louhans195- Dr Vetu, médecin généraliste, Givry
196- Dr Viard, médecin généraliste, Le Creusot
197- Dr Vincent, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
198- Dr Vinit, médecine interne, Chalon-sur-Saône
199- Dr Vion C, médecin biologiste, Chalon-sur-Saône
200- Dr Vion P, neurologue, Chalon-sur-Saône
201- Dr Vixaysakd-Sudre, médecin généraliste, Chalon-sur-Saône
202- Dr Voillat, hématologue, Chalon-sur-Saône
203- Dr Waszkiel, urgentiste, Chalon-sur-Saône
204- Dr Wolff, urgentiste, Chalon-sur-Saône
205- Dr Yazji, néphrologue, Chalon-sur-Saône

 
Imprimer - - par Philip Jean Luc - 8 juin 2017

Cahier de doléances au conseil à Verjux ce soir

Une délégation des initiateurs de la pétition "contre l'augmentation de 25% des impôts locaux" se rend ce soir à la réunion du conseil à Verjux.

 

 cahierdoleances1.pdf [ 197.67 Ko ]
Imprimer - - par Duriaux Alain - 6 juin 2017

Lutte contre la flavescence doree : et la sante des riverains ?

Du 12 au 30 juin, des épandages de poisons en Saône et Loire...

 

                               
  

 

 Le 3 juin 2017

 

 Communique

 

 CAMPAGNE DE TRAITEMENTS OBLIGATOIRE DES VIGNES CONTRE LA FLAVESCENCE DOREE PAR DES PESTICIDES DU 12 au 30 JUIN 2017 : ET LA SANTE DES RIVERAINS ?

 

   Malgré les fortes mobilisations de ces dernières années contre l’utilisation  des pesticides, l’Etat reste sourd.

    Plusieurs applications obligatoires de pesticides avaient déjà été imposées en 2014 aux professionnels du département, en mai et juin, sur le Mâconnais et le sud de la côte chalonnaise. Après avoir obtenu le 28 avril 2014 du Conseil d’Etat  l’interdiction provisoire des dérogations pour les épandages aériens,  les associations environnementales et la CAPEN restent mobilisées pour obtenir l’interdiction progressive puis totale des pesticides, y compris dans la lutte contre la flavescence dorée.


    Car malgré le plan Ecophyto et l’objectif affiché de réduire les pesticides de 50% en dix ans, l'utilisation de ces derniers n’a cessé d’augmenter (+3%  depuis 2011), la France étant déjà championne du monde dans ce domaine ! Alors que leurs graves conséquences sanitaires sur les professionnels et les populations riveraines sont maintenant connues ( rapport INSERM) ces épandages et traitements continuent sans que ne soit prise aucune précaution efficace  pour que la population puisse réagir à temps : distribution de consignes sanitaires aux riverains,  affichage dans les communes,  analyses et évaluation des incidences sanitaires et environnementales…

 

  SAUVER LES VIGNES ? MAIS A QUEL PRIX ?  CAR QUI SE SOUCIE DES RIVERAINS ? DES CONSOMMATEURS ? DE L’ENVIRONNEMENT ?

 

  Malgré l’état actuel de contamination généralisée des nappes et rivières du département,  malgré un arrêté préfectoral (2) censé limiter les dégâts,  la contamination de l’air, des sols, des aliments s’aggrave. Et le massacre des abeilles, sentinelles de la biodiversité, continue... Parmi les produits -  volatils - de la nouvelle lutte obligatoire contre la flavescence se trouvent des néo-nicotinoïdes,  principaux responsables de leur mortalité. L’alerte lancée par E.GIBOULOT,  soutenue par 800 000 pétitionnaires, n’a pas été entendue.

   Le vin est une image forte de l’identité du département et de la région,  conditionnant un secteur économique comme le tourisme : qui viendra acheter des vins réputés contaminés ?  Qui viendra encore visiter ou s’établir dans des campagnes empoisonnées ?  

  Nous attendons de l’Etat qu’il donne l’exemple du respect des lois existantes en matière de protection de l’environnement et de la santé, d’information objective des citoyens (obligation constitutionnelle de la Charte de l’environnement).  Trop de dérogations ont déjà été accordées les années précédentes ( esca, chrysomèle du maïs, flavescence..) et se profilent encore pour les années à venir. Un appui aux programmes de traitement et conversions bio, à la recherche, à une transition technologique et humaine, réellement mis en œuvre. C’est devenu une urgence sanitaire.        

 

 

Pour la CAPEN 71  T.GROSJEAN

 

 

                                         Voir aussi sur le site :  www.capen71.org  

 

 

(1)     www.stop-flavescence-bourgogne.fr

(2)     Arrêté préfectoral du 5 mars 2014  interdisant l’utilisation de  produits phytosanitaires à proximité des fossés,  organes de collecte des eaux pluviales etc…et concernant tous les utilisateurs.  Mais apparemment peu ou mal respecté, d’où la campagne de la CAPEN, qui propose une fiche sentinelle.

Pour aller plus loin,  sites d’information : www.generations-futures.fr  - www.veilleaugrain.org  - www.pollinis.org - www.eaurmc.fr

 


 

Confédération des Associations pour la Protection de l’Environnement et de la Nature en S&L – Association loi 1901 fondée en 2004 – Siège social : 7 rue de la Reppe 71370 OUROUX S/SAÖNE - agréée au plan départemental depuis  juin 2011 – Membre de France Nature Environnement – 24  associations affiliées plus adhésions individuelles – Contact médias :   09 71 38 89 64 – Contact : contact@capen71.org  -   Site  :  www.capen71.org

 

 
 
Imprimer - - par GROSJEAN thierry - 4 juin 2017

EcoLogicAction71 et Le Pic Noir relancent le débat sur les Center Parcs avec un questionnaire aux élu.e.s de la Région et des Départements.

 

EcoLogicAction71 et Le Pic Noir relancent le débat sur les Center Parcs avec un questionnaire aux élu.e.s de la Région et des Départements.

 

 

Alors que P&V reste silencieux sur ses intentions en attendant que les recours contre les PLU du Rousset (71) et de Poligny (39) soient arbitrés, la Région Bourgogne Franche-Comté et les Départements du Jura et de Saône-et-Loire continuent de soutenir les projets de Center Parcs, malgré de fortes réserves émises dans de récentes études commanditées par la Région.

A la lumière de ces études et autres enquêtes et témoignages récents, Le Pic Noir et EcoLogicAction71 jugent opportun de relancer le débat avec un questionnaire adressé aux élu.e.s de la région et des départements concernés (voir pièce-jointe).

Derrière chaque question transparaît celle de l'intérêt général, exprimée dans la 10ème et dernière question: "Face aux multiples dangers financiers, économiques, juridiques et environnementaux en partie évoqués dans le questionnaire, pensez-vous qu'il soit dans l'intérêt général de financer de tels projets?"

Le résultat de ce sondage sera communiqué à la presse début juillet.

Questionnaire Aux Élu.e.s

 
Imprimer - - par EcoLogicAction 71 et Le Pic Noir - 1 juin 2017

Au 40ème jour de la grève de la faim des prisonniers palestiniens

Une grève de la faim massive, suivie par au moins 1.500 prisonniers politiques et soutenue par toute la population palestinienne – en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, à Jérusalem et dans la Palestine occupée de 1948 – s’est déclenchée le 17/04/2017, soit depuis 40 jours. Les grands médias français et européens n’en parlent à peu près jamais, fidèles en cela aux choix opérés par la majorité de la classe politique française, dont toutes les factions droitières et ultra-droitières sont d’accord pour enterrer les Palestiniens.

Hé bien, donnons-en, des nouvelles !


Au 40ème jour de grève de la faim, la santé des grévistes continue à se détériorer. Un grand nombre ont été transférés dans des prisons nanties de soi-disant « hôpitaux de campagne », qui manquent en réalité totalement d’équipement médical, et où s’exercent sur eux toutes les pressions possibles pour qu’ils arrêtent la grève, avec la menace constante de les nourrir de force. Les prisonniers grévistes sont toujours soumis à une répression intense : transferts de prison à prison fréquents et épuisants, déni des visites légales et familiales, confiscation de leurs effets personnels, y compris le sel dont les grévistes dépendent, ajouté à l’eau, pour préserver leurs vies et leurs santés, et raids fréquents dans leurs cellules de la part des forces d'occupation israéliennes. C’est ainsi, selon leurs propres termes, que les grévistes se confrontent, avec leurs estomacs vides, à la première puissance militaire du Moyen-Orient (déclaration des grévistes des prisonniers d’Ohli Kedar et Eshel).

A travers toute la Palestine, villages, villes et camps de réfugiés, montent les protestations, les actions et manifestations de solidarité, et s’érigent des tentes de soutien aux grévistes. Et la solidarité internationale ne cesse de se développer.

Avec la visite de Trump, le lundi 22 mai a été déclaré Jour de colère dans toute la Palestine, avec grève générale, grèves de la faim, meetings, manifestations. Colère non seulement de solidarité avec les prisonniers, colère aussi devant les grandes manœuvres de Trump et Netanyahou. Ce qui est aujourd'hui à l’ordre du jour est de former un axe anti-iranien entre Israël et les monarchies du Golfe, avec la très réactionnaire Arabie Saoudite en tête. L’envers de cette manœuvre est de « régler le problème palestinien », déjà en sur-criminalisant les résistants palestiniens sous le si commode vocable de « terroristes »; et ensuite en faisant plus que jamais de la Palestine un « Etat croupion » qui continuera d’être totalement dominé par Israël, avec la complicité de l’Autorité Palestinienne (AP), AP discréditée aux yeux de la majorité des palestiniens. Car il faut savoir que L’AP coopère aujourd'hui pleinement avec l’Etat israélien dans le cadre d’une « coordination sécuritaire ». Elle pourchasse les résistants palestiniens pour le compte d’Israël, et les manifestations de solidarité avec les prisonniers grévistes de la faim se heurtent aujourd'hui tout autant aux forces d'occupation israéliennes qu’à la police de l’AP, une AP dont la politique a maintenant pour nom « collaboration ».

Les grévistes de la faim et tout le peuple palestinien ont besoin de notre soutien. Nous pouvons le leur donner :
• En signant la pétition, adressée à l’ONU et à la Croix Rouge Internationale, que vous trouverez ici :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/les_personnes_et_les_organisations_des_droits_de_lhomme_Solidarite_avec_les_prisonniers_Palestiniens_en_greve_de_la_faim/sign/

ou en signant la pétition de l’Association France Palestine Solidarité (AFPS) que nous présentons sur les marchés et dans la rue.

• en boycottant totalement Israël, dans le cadre de la campagne BDS (Boycott des produits et services israéliens, Désinvestissement des entreprises en Israël, Sanctions contre la colonisation et l’apartheid, contraires au droit international)

Collectif Chalon-Palestine


PS : la photo jointe à cet article est extraite du site Samidoun.net, du Réseau de Solidarité des Prisonniers Palestiniens. Elle montre un jeune du village de Jaba, au sud de Jénine, qui a décidé avec deux camarades ex-prisonniers comme lui, d’entamer une grève de la faim en solidarité avec les détenus.
Imprimer - - par Collectif Chalon-Palestine - 26 mai 2017

LIRE : La "malbouffe industrielle"

Je m'empare d'un titre sur le rayonnage "Vous êtes fous d'avaler ça ? Un industriel de l'agroalimentaire dénonce" de Christophe Brusset ... adjugé, vendu ... me voilà enchaînant les chapitres à une vitesse vertigineuse... Je m'attendais fortement à y lire des astuces pour réduire les prix de matières premières avant transformation , bien dégoûtantes.

 

Le constat était bien plus calamiteux que je l'imaginais.Comme tout le monde je fais des courses par commodité dans des moyennes surfaces mais depuis quelques années je constatais que les glaces n'étaient plus celles de mon enfance, idem pour les confitures (surtout les marmelades anglaises devenues de la gelée ... plus de confit citronné ! et le chocolat et tant d'autres choses encore que j'ai pris le parti de faire travailler boucher-poissonnier- artisan chocolatier idem pour le pain ... les vieilles habitudes d'enfance reprennent le dessus ... retour aux artisans en priorité ... et les maraîchers locaux ... 2 poids 2 mesures 2 qualités différentes ... prix légèrement en hausse mais la santé, la notre mais aussi la vie animale rentre dans mes critères de choix ... revenons à nos moutons.

Pas mécontente de délaisser un peu ce système car au fond, en lisant toutes les dénonciations faites dans ce livre je me dis que pour les industriels de l'agro. qu'importe la qualité finale du produit pourvu qu'on ait le prix et un bel emballage pensé pour faire écolo ou "luxe"! Désolant d'y lire : solvants, crottes de rat ... miel sans "miel" (agglomérat de sucre, exhausteur de goût Merci les chinois champions en la matière !) confiture sans fruit mais juste quelques grains pour les fraises ... safran de barbe de maïs ! tomates explosant dans les fûts mais vendues tout de même (rien ne se perd, tout se transforme) ...

L'auteur aura pris soin de mettre un petit guide de survie en magasin (entendez grande surface) ... n'achetez jamais de soupe en poudre ni d'aromates en poudre ... ne croyez pas toujours aux valses des étiquettes (certaines données sont parfois volontairement évitées d'être transcrites... pourvu que l'analyse soit dans les normes ... et là chapeau bas des industriels y parviennent par les lois de la chimie ... comptez sur eux) et de la matière première aux produits élaborés finaux ... changement de législation par la mondialisation et les lois sanitaires différentes ... l'industriel est malin pour être quasi toujours dans les clous avec des produits mauvais pour notre santé.

Pas étonnant que le cancer explose ... eh oui, Coffe avait raison on nous vend de la m.... réemballage et retransformation si nécessaire de produits périmés surtout quand les dates limites se trouvent sur les bouchons ... un tour de passe-passe on refait les bouchons avec une date ultérieure ... Le guide de survie vous conseillera fortement de ne pas acheter de marque de magasin ... On comprend face à la mondialisation et la recherche de coûts de plus en plus réduits pour obtenir une meilleure marge qu'une pâte à tartiner avec 5 % de noisettes ne pourra jamais être une bonne chose pour votre santé ... pas besoin de s'appeler Einstein pour le comprendre ... des champignons de Paris de l'UE ... et quand c'est surgelé c'est pire ... une masse de flotte pour gonfler le poids initial ...

Un livre qui donne d'autant plus envie de retourner aux habitudes de nos parents ou grands-parents : acheter aux artisans locaux, les meilleurs garants d'un rapport qualité/prix plus respectueux de notre santé. Perso... ça m'a beaucoup refroidie sur le monde des épices ... moi qui consomme souvent des épices moulues coriandre, curry mais surtout le poivre et raz el hanout... et l'auteur vous fera des conseils pour les légumes secs ... parfois ce n'est pas la nourriture qui est en cause mais son emballage cartonné en contact direct avec la nourriture... ah, se nourrir sainement à 100 % n'est pas aisé, vous allez le découvrir en lisant ce bon livre sur le sujet.

Imprimer - - par ANTUNES Laure - 7 mai 2017

L'assemblée générale des Jeunes Agriculteurs sous le signe du collectif

Dernièrement, les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté ont tenu leur assemblée générale au lycée agricole de Dannemarie sur Crète. L’occasion de sensibiliser les 100 personnes présentes et les deux classes de Bac Pro à l’intérêt du collectif.


« Avec la région BFC, nous avons les moyens d’une grande région. Les jeunes doivent avoir le discours d’un travail entre filières pour que les filières qui vont bien aident les filières qui vont mal et leur inspirent leur structuration. Certes, on a vécu des moments pas faciles mais tant que Jeunes Agriculteurs sera là, on pourra porter des discours innovants. Pour porter l’agriculture de demain, nous devons continuer à nous engager ! », commence Arnaud Gaillot, secrétaire général lors de son rapport moral.
C’est ensuite la table ronde intitulée « le collectif : gage de valeur ajoutée » qui a traité du thème du collectif avec une approche cette fois économique. Autour de la table, Ange Loing, administrateur à Jeunes Agriculteurs et agriculteur proche de Colmar a témoigné sur son initiative de rachat collectif d’un Lidl pour y installer un magasin de producteurs. Mickaël Gonin, administrateur Jeunes Agriculteurs Auvergne Rhône-Alpes a exposé la réflexion du syndicat sur l’instauration de prix plancher. Frédéric Borne, administrateur de la coopérative Sicarev a témoigné sur les actions de la coopérative en faveur du prix. Et Anthony Ecoiffier, de l’OP Danone, a expliqué le travail de l’OP dans le secteur Jura – Rhône-Alpes pour améliorer le prix du lait. « En conclusion de cette table ronde riche d’enseignements pour tous, je pense qu’il faut que nous gardions en tête que nous pouvons trouver des solutions pour conquérir de la valeur ajoutée à condition de porter collectivement des initiatives structurantes. Et gardons en tête, comme nous l’ont montré les témoignages, que pour cela, nous devons absolument maitriser nos volumes », conclut Guillaume Gauthier, président des Jeunes Agriculteurs de Bourgogne Franche-Comté.


Ce choix thématique souligne l’intérêt que porte Jeunes Agriculteurs Bourgogne Franche-Comté au collectif. Les partenaires présents en félicitent l’initiative, à l’image de la Chambre régionale d’Agriculture, représentée par Chistain Decerle « On n’aurait pas vu il y a des années les jeunes faire une table ronde sur le monde paysan dans le secteur économique, et je vous en félicite ».


Les Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté (JA BFC)

 
 
Imprimer - - par Jeunes Agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté - 6 mai 2017

ALLIA : La stratégie de l'emploi

ALLIA : LA STRATEGIE DE L’EMPLOI

Le petit peuple des usines ALLIA de Digoin (Bourgogne) et de La Villeneuve au Chêne (Champagne) s’est réuni en assemblées générales cette semaine pour apprendre de leurs délégués syndicaux que le projet de fermetures de leurs usines prenait un nouveau virage.


Grace au soutien du ministère de l’Industrie, en la personne de Christophe Sirugue et de son secrétaire Jean Luc Belda, les négociations ont repris après 3 mois de rupture de la discussion entre les partenaires sociaux et la Direction d’ALLIA. Fort de cette médiation ministérielle des avancées appréciables ont pu voir le jour.

 


L’usine de Digoin maintiendrait une activité à travers 40 emplois, dans une activité de montage packs et la logistique qui y est associée. Un pack sanitaire chez ALLIA consiste à conditionner un WC, un réservoir et un abattant dans un carton, ce produit offre l’avantage à un plombier ou un particulier d’acheter à un prix compétitif tout le matériel nécessaire à l’installation d’un sanitaire. Ce type de produit a permis à la société ALLIA de gagner des parts de marché ces 10 dernières années dans la grande distribution et est maintenant incontournable dans l’offre qu’elle propose sur le marché français.
A ces 40 emplois s’ajouterai 23 transferts de postes sur le dépôt logistique central de Selles-sur-Cher et 15 emplois pourraient être sauvés sur le site de La Villeneuve au Chêne à travers un projet alternatif mené par un entrepreneur et soutenu par l’association locale de soutien au salariés d’Allia et l’association des SCOOP de France.

 


Les organisations syndicales ont également amorcé la négociation d’un plan de retraite anticipé pour les plus de 55 ans, sachant que 30% des salariés se situent dans cette tranche d’âge.


Pour résumer, en grossissant le trait, 1/3 des salariés pourraient bénéficier du maintien de leurs emplois, 1/3 des salariés d’une pré-retraite, et le dernier tiers pourra piocher les dispositions les plus adaptées à leurs situations personnelles dans le Plan de sauvegarde de l’emploi.


Les salariés, les maires des deux communes ont redonnés leur pleine confiance à leurs représentants constitués en Intersyndicale pour poursuivre les négociations. Les salariés ont néanmoins indiqué qu’ils seraient prêts à continuer leurs actions si cela s’avère nécessaire. Depuis un an le peuple ALLIA a combattu avec force un projet de fermeture de leurs usines en gardant la tête haute, aucune dégradation de leurs outils de travail et sur le domaine public n’ont été relevées, aucunes incivilités ni débordements, aucunes plaintes, et à cela se rajoute des demandes en négociation qui restent raisonnables.


Il faut rappeler qu’au 16 janvier 2017, le projet de la Direction consistait en une fermeture pure et dure de leurs deux usines et qu’à ce jour après un combat d’un an pour sauvegarder leurs emplois, les salariés d’ALLIA commencent à récolter le fruits d’une stratégie osée mais qui s’avère payante.

L’Intersyndicale ALLIA

 
 
 
Imprimer - - par L'Intersyndicale ALLIA - 5 mai 2017

Le planning familial : "Le 7 mai, nous ne laisserons pas le Front National accéder au pouvoir !"

Le 7 mai, nous ne laisserons pas le Front National accéder au pouvoir, instaurer des politiques inégalitaires, sexistes, homophobes, racistes, et bafouer les valeurs que nous défendons : féminisme, égalité, démocratie, liberté d’expression, droit de choisir et de disposer de son corps.


Mais à travers notre vote nous ne donnerons pas un blanc-seing à Emmanuel Macron car le projet de société ultralibéral qu'il propose aujourd'hui n’est pas une réponse à la réduction des inégalités.
Nous nous battrons pour un projet de société égalitaire où tout le monde a sa place, car nous voulons l’accès aux droits fondamentaux pour toutes les personnes, et notamment une éducation de qualité, dont l’éducation à la sexualité fait partie intégrante, le droit à la contraception et à l’avortement, une politique de santé basée sur la solidarité nationale, la justice sociale, le partage des ressources et des richesses, et une politique migratoire digne de nos valeurs au sein d’une Europe plus solidaire.

C’est pourquoi nous exigeons d’Emmanuel Macron qu’au-delà de sa promesse de « faire de l’égalité femmes-hommes [la] grande cause nationale de son quinquennat », il s’engage clairement à la rendre effective à tous les niveaux, à lutter contre la précarisation du travail des femmes, à renforcer les services publics et donner tous les moyens nécessaires pour lutter contre les inégalités territoriales, sociales et économiques d’accès à la santé et à l’éducation. Nous l’appelons à rendre enfin obligatoire l’éducation à la sexualité et la lutte contre les discriminations et violences liées au genre ou à l’orientation sexuelle, à inscrire l’avortement comme droit fondamental et imprescriptible, et à enfin permettre l’accès à la PMA pour toutes les femmes et promouvoir l’égalité entre toutes les familles.

Ce sont les conditions nécessaires pour que nous soyons toutes et tous #LibresDeNosChoix

 
Imprimer - - par Le Planning Familial 71 - 26 avr 2017

Social : Des actions syndicales chez Kuhne-Nagel

Compte rendu d'assemblée générale
du 25/04/17.
.
Suite au conflit social de Kuhne-Nagel depuis le 20 avril 2017 pour le
remplacement du directeur pour harcèlement acharné et pressions
sur le personnel et une demande d'augmentation de 3% de salaire.
La réunion DP du lundi 24 avril n'a donné aucune satisfaction aux
employés.

Une assemblée a été faite le mardi 25 avril 2017 avec le personnel
qui a décidé de faire des actions syndicales dés aujourd'hui.

Les élues du personnel Kuhne-Nagel et Vérallia CGT.
 
Imprimer - - par CGT - 25 avr 2017

De passage à chalon le 19 juin si vous pouvez aider Terres d'ancrage

L’association Terre d’Ancrages, qui en juin organise un voyage à vélo entre Lyon et Paris afin de mettre en valeur les initiatives locales prises pour favoriser l’accueil des réfugiés.

Nous formerons un groupe assez hétéroclite d'une quinzaine de personnes, constitué notamment de membres du bureau de l'association et de migrants. Nous sommes peu entraînés pour un tel périple, mais soutenus et préparés par des associations de vélo lyonnaises telles que l'atelier du Chat Perché.

Le 19 juin, nous ferons étape à Chalon sur Saône, donc tout près de chez vous ! Si le projet vous parle et que vous souhaitez nous aider, soit en faisant une partie du trajet avec nous, soit en nous donnant un coup de main avec l’hébergement et /ou le ravitaillement de l’équipe n’hésitez pas à prendre contact avec nous ! On serait également très heureux de vous rencontrer lors de l’événement que nous organiserons dans votre ville, sur lequel nous serons bientôt en mesure de vous donner plus d’informations.

Voici un lien vers le blog de l'asso, vous y trouverez infos et actualités concernant les projets d'accueil, de création et de partage culturel menés à Lyon avec des réfugiés : https://terredancrages.wordpress.com/(link is external).


Justin Péméja, pour l’équipe de Terre d’Ancrages.
0681091645

Imprimer - - par MJ - 25 avr 2017

Des banques françaises impliquées dans la colonisation de la Palestine

Les banques BNP-Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Société Générale, et l’assureur AXA, sont impliquées dans la colonisation de la Palestine, conclut un rapport de plusieurs organisations françaises et palestiniennes (Association France Palestine Solidarité, CCFD – Terre Solidaire, Fair Finance France, FIDH, LDH, Solidaires, CGT et Al-Haq).

 


 

Vous trouverez ce rapport au format .pdf ici :
http://www.france-palestine.org/IMG/pdf/les_liaisons_dangereuses_de_banques_franc_aises_avec_la_colonisation_israe_lienne_mars_2017_final.pdf

L’engagement de ces banques et d’AXA est inadmissible, intolérable. Il fait de nous, leurs clients, les complices involontaires de la colonisation israélienne en Palestine et de l’oppression de tout un peuple. Aujourd'hui, depuis le 17 avril, quand plus d’un millier de prisonniers politiques palestiniens ont entamé une grève de la faim, il fait de nous les auxiliaires de la répression qui s’abat sur eux. Et ce dans la plus grande passivité du gouvernement Français à l’égard de ces banques …

Le rapport cité en introduction ci-dessus souligne que :

• Les banques israéliennes, déjà dénoncées en 2013 par une mission d’enquête de l’ONU, sont un soutien essentiel à la colonisation de la Cisjordanie, avec toutes ses conséquences en termes de violations des droits humains.
• Les banques françaises ont des liens financiers avec ces banques et entreprises israéliennes complices de la colonisation, dans lesquelles elles détiennent des participations.
• Et pourtant ces banques françaises ont toutes pris des engagements relatifs au respect des droits humains ! Mais cela ne semble pas les gêner !
• Les banques françaises citées ici ne sont pas seules en Europe à tremper dans la colonisation et l’apartheid israéliens : la Barclay’s Bank, pour ne citer qu’elle, s’y est mise aussi. A Glasgow et à Manchester, nos amis Anglais et Ecossais font connaître leur réprobation ici :
http://samidoun.net/2017/04/manchester-and-glasgow-protests-highlight-complicity-of-barclays-bank-demand-freedom-for-palestinian-prisoners/

• De nombreuses institutions financières étrangères, loin d’imiter leurs concurrentes françaises, se sont publiquement désengagées des banques et entreprises israéliennes actives dans les colonies.


 

Par cette collaboration qu’elles refusent d’arrêter en dépit des demandes qui leur ont été faites, les banques et l’assureur AXA concourent à la poursuite de la colonisation, aux violations des droits humains et au développement de l’apartheid.

La responsabilité du gouvernement français est également pointée dans le rapport. Pourtant :
- Le gouvernement français avait pourtant voté la résolution 2334 de l’ONU le 23/12/2016, demandant à Israël d’arrêter le développement des colonies en Cisjordanie ;
- Par ailleurs le parlement français a récemment voté une loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre, qui s’applique aux banques et aux assurances, et qui les contraint à la vigilance dans leurs activités et dans leur chaîne d’approvisionnement, en particulier quant aux risques courus en matière d’atteintes aux droits humains et à l’environnement.

En laissant ces institutions financières participer au financement des colonies israéliennes, le gouvernement français soutient donc en réalité indirectement la colonisation israélienne, avec toutes ses conséquences en matière d’apartheid et de répression ! Il doit faire pression sur les banques et assurances citées pour leur faire cesser une coopération parfaitement indigne à une politique illégale et déjà condamnée par la communauté internationale.

Agissons nous aussi pour que notre banque, si elle est concernée, se désengage !
- Signez et envoyez une lettre type à envoyer à votre chef d’agence.
- Signez aussi en ligne la lettre de fairefinancefrance.org, en remplissant le formulaire à :
http://www.fairefinancefrance.org/fair-finance-France/les-liaisons-dangereuses- des-banques-françaises-avec-la-colonisation-israelienne/

 

 Note de la rédaction de vivre-a-chalon.com :
Notre position de VOUS donner la parole, d'ouvrir nos colonnes virtuelles à des sensibilités très différentes nous conduit à publier de nombreux articles d'horizons très différents en rappelant cet avertissement présent à la une de vivre-a-chalon.com Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?

 

 

Imprimer - - par Collectif Chalon-Palestine - 24 avr 2017



Rechercher dans cette rubrique  




  



 

LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle