entre nous - chalon sur saone

Ca se passe à Chalon ou dans les environs !


Communiqués officiels

Cette rubrique recueille les communiqués diffusés par nos élus et collectivités locales auprès des médias.

 
Publicité.

 

 

SITES ET SOLS POLLUES EN SAONE & LOIRE : des établissements scolaires épinglés

Le ministère de la transition écologique vient de publier une première liste d'établissements - L'école de vos enfants présente-t-elle des risques sanitaires ?

 

           

contact@capen71.orgwww.capen71.org

communique                                                         Le 11/12/2017

SITES ET SOLS POLLUES EN SAONE & LOIRE : des établissements scolaires épinglés

Le ministère de la transition écologique(1) vient de mettre en ligne une première liste nationale des établissements scolaires (1248) ayant fait le diagnostic de pollution des sols. Plus de 60%  (762) posent problème et sont classés en 3 catégories : A,B,C. Tous les établissements ciblés n’ont donc pas encore été diagnostiqués : il s’agit de ceux implantés sur ou à proximité d’anciens sites ou activités de services recensés dans l’inventaire officiel du site BASIAS (2).

Si le ministère rassure en disant que pour la plupart « les aménagements et usages actuels permettent de protéger les personnes des expositions aux pollutions, potentielles ou avérées », il ajoute que « des modalités de gestion de l’information doivent être mises en place pour expliquer ce qui doit être fait si les usages des lieux venaient à être modifiés ».

Une centaine, relevant de la catégorie C, mériteraient selon le Ministère « la mise en œuvre de mesures techniques de gestion, voire de la mise en œuvre de mesures sanitaires». Le financement des mesures de gestion éventuelles relevant de la responsabilité du maître d’ouvrage, échappant donc au principe du polleur-payeur.

En septembre, l’ONG  ROBIN DES BOIS(3) avait alerté sur des pollutions « pouvant être nuisibles pour la santé des enfants, même à faibles doses ». Or la démarche proposée aux chefs d’établissement ou maître d’ouvrage qui sont tentés de refuser le diagnostic, faute de moyens financiers et parce que les résultats peuvent être perturbateurs.

Cette démarche relève de la loi ALUR ( 24 mars 2014) censée sécuriser les anciennes zones industrielles et encadrer leur reconversion. Jusqu’à une époque récente, la pollution des sols était quasiment ignorée dans l’urbanisme et l’aménagement du territoire, ce qui fait actuellement l’objet d’une campagne nationale d’information de FNE(4).

L’école de vos enfants présente-t-elle des risques sanitaires ? Interrogez vos élu-e-s !

La CAPEN 71 est donc intéressée de connaitre l’état des recherches et connaissances des pouvoirs publics et des collectivités sur cette problématique, notamment dans le cadre de la mise en œuvre des SCOT  et des PLUi.

(1) www.ecologique-solidaire.gouv.fr

(2)  www.georisques.gouv.fr  -  basol.deveveloppement-durable.gouv.fr/recherché.php

Le site de Montreuil – dans l’actualité- avait échappé aux diagnostics alors que la pollution est connue depuis 1928….

(3) www.robindesbois.org/fr/

(4)  www.fne.asso.fr  -  www.lappeldusol.fr

*******************************************************

 LES ETABLISSEMENT CITES POUR LA SAONE & LOIRE*

Chalon :  Lycée polyvalent Mathias – Section enseignement professionnel  Mathias - Collège Doisneau –

Montceau : Ecole maternelle Schumann – Ecole maternelle Jean Rostand –

Tournus : Ecole primaire privée  St Valérien – Ecole maternelle privée St Valérien

*Cette liste des établissements construits sur des sites pollués est appelée à s’allonger au fur et à mesure des diagnostics.

 

 

 

 SOLSPOLLUESS&L2017.docx [ 297.17 Ko ]
 
Imprimer - - par GROSJEAN thierry - 11 déc 2017

SAONE et LOIRE :commission permanente de décembre

Le Conseil départemental, réuni en Commission permanente ce vendredi 8 décembre, a étudié 36 rapports.
Parmi l’ensemble de ces rapports, le Département a mis l’accent sur plusieurs points en particulier, comme les solidarités autour notamment de l’aide à la collectivité de Saint-Martin suite au passage de l’ouragan Irma ou du
PTI 2017-2020.


L’ensemble des Conseillers départementaux a également apporté un soutien
financier conséquent à divers organismes et associations sportives et de loisirs afin de les accompagner dans leurs projets.

Les principales décisions.


Commission Permanente DECEMBRE by vivre-a-chalon on Scribd

Imprimer - - par CD71 - 11 déc 2017

La France retient le dossier de candidature du Pays Charolais Brionnais pour une reconnaissance mondiale de son patrimoine

La France retient le dossier de candidature du Pays Charolais Brionnais
pour une reconnaissance mondiale de son patrimoine


La nouvelle était très attendue par celles et ceux qui travaillent depuis six ans sur le dossier UNESCO du Pays Charolais-Brionnais : la France a décidé d'inscrire le dossier du Pays Charolais-Brionnais dans sa liste indicative des biens qu'elle souhaite proposer à l'inscription du patrimoine mondial. Prétendre à une reconnaissance mondiale de son patrimoine n'est pas une mince affaire, mais la première grande étape a été franchie ce mercredi 6 décembre 2017.

C'est une fierté pour le Pays Charolais Brionnais, mais aussi pour tout le Département qui a participé au financement des études de ce dossier et décidé, lors de l’assemblée départementale de juin 2017, de soutenir pleinement la candidature du Pays Charolais-Brionnais au Patrimoine mondial de l’UNESCO compte tenu de son intérêt pour le rayonnement de la Saône-et-Loire sur les plans culturel, universitaire, agricole, touristique et économique.

C’est une fierté également pour l’agriculture puisque le thème de la candidature n'est autre que le développement de la race bovine domestique universelle exceptionnelle, la Charolaise !

En termes d’attractivité de notre territoire, cette nouvelle étape est considérable et le Président André Accary, au nom du Département de Saône-et-Loire, tient d’ores et déjà à féliciter et remercier les personnes investies dans ce beau projet.
Imprimer - - par CD 71 - 6 déc 2017

Communiqué Gilles Platret, maire de Chalon « Chalon en route vers la 4e fleur ! »

Communiqué de Gilles Platret,
Maire de Chalon-sur-Saône
Samedi 3 décembre 2018

« Chalon en route vers la 4e fleur ! »

À l’occasion de la remise des prix, ce samedi matin au Conseil régional, des villes et villages fleuris de Bourgogne Franche-Comté, notre Ville de Chalon a recueilli deux bonnes nouvelles :

. elle est en premier lieu confortée dans sa 3e fleur

. et surtout, le jury régional, qui nous avait visité en août dernier, a annoncé officiellement que nous étions admis à recevoir l’été prochain le jury national pour l’obtention éventuelle de la 4e fleur !

Ce passage est en soi une récompense extraordinaire pour l’ensemble des agents des Espaces verts municipaux et, plus largement, de la collectivité tout entière, qui œuvrent chaque jour pour améliorer l’environnement des Chalonnaises et des Chalonnais.

Nous allons tout mettre en œuvre pour mériter à l’horizon 2018 cette 4e fleur en vue de laquelle nous travaillons depuis trois ans.

Gilles Platret
Maire de Chalon-sur-Saône
 
Imprimer - - par Communiqué de presse de Gilles Platret - 2 déc 2017

André Accary rencontre Nathalie Bonnot et les acteurs des réseaux de lutte contre les violences intrafamiliales

 

La grande cause du quinquennat pour l’égalité femmes-hommes est l’affaire de tous, à commencer des Départements, dont les solidarités sont la compétence première.


A l’heure où le budget consenti par l’Etat pour les violences faites aux femmes fait débat, André Accary, président du Département de Saône-et-Loire et Jean-Claude Bécousse, conseiller départemental chargé de la prévention des risques, de la sécurité et de la prévention de la délinquance, ont reçu Nathalie Bonnot, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité, ainsi que les acteurs locaux qui vont vivre le réseau VIF (violences intrafamiliales).


Depuis quelques années, les réseaux VIF déployés dans les différents bassins de vie du département, prennent une forme de conventionnement plus officielle qui vise en premier lieu à acter l’engagement des parties prenantes. Ces conventions signées avec les communes du Creusot, Montceau-les-Mines, Autun, Chalon-sur-Saône, Bourbon-Lancy, Tournus, confortent l’action du Département avec les différents acteurs pour renforcer la prévention des violences intrafamiliales et faites aux femmes, un sujet majeur lorsque l’on sait qu’une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint, 123 femmes décédées en 2016. La baisse de 9% du nombre de femmes décédées dans ces conditions, enregistrée ces dix dernières années, reste insuffisante. C’est pourquoi le Département continuera de se mobiliser pour cette préoccupation nationale. A cet effet, André Accary, attaché au territoire et à l’écoute des Saône-et-Loiriens, a annoncé lors de cette rencontre la signature de nouvelles conventions en 2018 avec les villes de Gueugnon, Cluny, Charolles et Louhans.


 Témoin ou victime ? Composez le 3919 ou le 03.85.41.42.42 (ligne départementale).

 
 
Imprimer - - par CD 71 - 1 déc 2017

FCC : un plan de sauvetage approuvé en mairie

A l’issue d’une ultime réunion qui s’est déroulée ce mardi 28 novembre dans le bureau du Maire de Chalon en présence des Président et Trésoriers du Club, il a été décidé d’un commun accord de poursuivre l’activité du FCC.

Malgré l’endettement conséquent du club, dû à de très regrettables erreurs de gestion de la part de la précédente présidence, les actions de redressement des comptes proposées par la nouvelle direction du FCC sont suffisamment sérieuses et conséquentes pour permettre à la Ville de Chalon de lui apporter le soutien de la collectivité.

Cette aide se traduira par une avance sur subvention de 50 000 euros, débloquée, si le Conseil municipal l’approuve, dès la fin de cette année, ceci ne constituant pas une subvention exceptionnelle.

Cet apport de trésorerie combiné aux efforts de gestion proposés par le club permettra à ce dernier de faire face à ses engagements et de rembourser ses dettes.

Pour Gilles PLATRET : « la solution que nous avons trouvée pour sauver le FCC est porteuse d’espoir. Elle est le fruit d’un travail étroit entre le Club et les services de la Ville et permet d’envisager l’avenir du FCC avec optimisme en évitant le dépôt de bilan. La Ville continuera à épauler le Club dans les exercices budgétaires à venir en lui apportant conseil et en effectuant des contrôles réguliers sur ses comptes. Je veux saluer l’esprit de responsabilité des nouveaux dirigeants du FCC qui ont su mobiliser leur énergie pour trouver des solutions sérieuses ».

Le Conseil municipal sera donc saisi d’une délibération accordant l’avance de subvention mentionnée plus haut le 21 décembre prochain.

Photo Ville de Chalon
 
Imprimer - - par Ville de Chalon - 28 nov 2017

Lutte contre les violences sexuelles : une cause nationale, une réflexion locale avec les membres de la L.R.E.M  

 
Communiqué du député Raphaël Gauvain
Le Président de la République a annoncé ce samedi 25 novembre le lancement d’un vaste plan pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Grande cause du quinquennat, ce plan sera engagé sur trois axes principaux :
 
-          Mener un combat culturel pour prévenir les violences sexuelles ;
 
-          Mieux accompagner les victimes ;
 
-          Renforcer notre arsenal législatif : création d’un seuil de non-consentement pour les mineurs concernant les crimes sexuels ; allongement du délai de prescription du viol ; et, création d’un délit de harcèlement de rue.
 
Ces mesures feront l’objet d’un projet de loi qui sera débattu l’année prochaine au Parlement et à la Commission des Lois. Raphaël Gauvain prendra une part active à ces débats, au regard de son expérience professionnelle en la matière et nourrit des réflexions menées au niveau local.


UNE CONTRIBUTION DES MARCHEURS CHALONNAIS
A cet égard, samedi 25 novembre, les marcheurs chalonnais se sont réunis à la permanence de Raphaël Gauvain pour débattre du harcèlement de rue et des violences sexuelles faites aux femmes. Ateliers et réflexion collective, dirigés par le référent départemental du mouvement « En Marche ! », Philippe Exertier.
 
Une quinzaine de militants ont échangé sur le sujet pour penser les outils de demain et faire remonter, depuis le terrain, des idées concrètes pour réduire significativement les violences sexuelles. Les thématiques du sexisme, du harcèlement ou du viol ont été abordés dans leur ensemble, tant dans l’éducation nationale que dans le cadre professionnel.
Notre photo : Philippe Exertier et Marlène, de la République En Marche ( L.R.E.M ) ont animé samedi matin, un débat sur les violences sexuelles.

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 28 nov 2017

Réseau VIF, un an après... 130 victimes de violences ont déjà été prises en charge.

Créé le 25 novembre 2016 par la Ville de Chalon et ses partenaires, le réseau dédié à la protection des victimes de violences intrafamiliales répond avec efficacité à un réel besoin de société.


Chaque jour en France, les violences intrafamiliales blessent, isolent, traumatisent et tuent des femmes et des hommes de toutes catégories socio-économiques et de tous les âges.
Déterminée à apporter une réponse adaptée à chacune des victimes de ces violences multiformes (physiques, morales, verbales…), la Ville de Chalon a réuni pas moins de 27 partenaires de terrain et s’est dotée d’un dispositif local innovant : le réseau VIF.
Cet outil, co-piloté par le maire et le procureur de la République, constitue une priorité de la Stratégie Territoriale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance et possède des spécificités locales.


Ainsi pour Gilles Platret : « L’aide aux victimes est une chose essentielle à nos yeux. Elle est rendue possible par un vaste réseau partenarial que nous sommes heureux d’avoir pu mettre en place avec la bonne volonté de tout le monde. Aujourd’hui, le réseau fonctionne et peut briser l’enfermement dans lequel sont enfermées les victimes avant d’oser appeler à l’aide. Désormais, elles savent que toute une organisation, très humaine, est là pour les aider. »
En effet, dès sa création, le dispositif a souhaité apporter une aide aussi concrète qu’immédiate aux victimes et témoins de violences en mettant à disposition un numéro vert unique en Saône et Loire (0800 800 071), joignable 24h/24h et 7 jours sur 7.
Derrière cette porte d’entrée incontournable, la force du dispositif réside en sa capacité à mobiliser un groupe pluridisciplinaire de partenaires spécialisés et compétents.
Ainsi organisé, le réseau VIF chalonnais peut assurer une prise en charge plus efficace des victimes mais aussi une meilleure lisibilité de leurs droits et des relais capables de leur venir en aide (travailleurs sociaux, associations d’hébergement et d’aide aux victimes, conseils juridiques…).
Dans l’esprit d’efficacité de son réseau, la Ville de Chalon a récemment recruté une intervenante sociale chargée de sa coordination. Premier maillon d’une longue chaîne, elle officie dans les locaux de la Ville et au commissariat de Chalon où sa présence, à raison de quatre demi-journées par semaine, a marqué un changement important dans l’appréhension des violences intrafamiliales. En effectuant le lien entre judiciaire et social, la coordinatrice du réseau assure la rapidité de la prise en charge.
Au quotidien, le réseau s’organise également autour d’un ensemble d’outils pratiques comme la mise à disposition d’un logement d’urgence aménagé et sécurisé à l’attention des victimes.
Des pistes de développement et d’amélioration sont en réflexion comme un deuxième logement d’urgence ou une extension du réseau.

 
Imprimer - - par Ville de Chalon - 24 nov 2017

CHALON : Appel à candidatures pour le renouvellement des Conseils de Quartier de Chalon-sur-Saône

Durant ces deux dernières années, 120 Chalonnaises et Chalonnais se sont engagés pour leur ville dans le cadre des Conseils de quartier. A l’issue de cet engagement citoyen, ce sont plus de 20 projets qui ont vu le jour (travaux de voirie, nouvelles animations, meilleure communication…), contribuant ainsi à l’amélioration du cadre de vie dans nos quartiers. Suite au succès de ce premier mandat, la Ville de Chalon lance un appel à candidature, jusqu’au 22 décembre, pour le renouvellement de ces instances de démocratie locale, lieux d’échanges et de construction devenus indispensable à la bonne évolution de notre cité.


Le périmètre des 10 Conseils de Quartier reste inchangé aux côtés des trois Conseils Citoyens (concernant les quartiers situés en géographie prioritaire du Contrat de Ville : Prés-Saint-Jean, Aubépins, Stade/Fontaine-aux-Loups) :

1. Boucicaut / Verrerie / Champ Fleuri
2. Citadelle / Garibaldi / Laënnec
3. Saint-Laurent
4. Clair Logis / Coubertin / Saint-Gobain
5. Plateau-Saint-Jean
6. Les Charreaux
7. Centre-ville
8. Bellevue
9. Saint-Jean-des-Vignes
10. Saint-Cosme


Rôle des Conseils de Quartier
Ils ont pour but de renforcer les conditions d'expression, d'information, de consultation et de participation des habitants et acteurs locaux afin que les décisions et projets de la Ville répondent au plus juste à leurs attentes et à leurs besoins. Espaces de dialogue et d'engagement citoyen, ils permettent à leurs membres de s'impliquer dans la vie de leur ville et de leur quartier. Ils s'investissent ainsi dans des projets visant à l’amélioration du cadre de vie des Chalonnais. Les Conseils de Quartier formulent des avis et des propositions sur les thématiques intéressant la vie locale. Ils peuvent également être consultés par le Maire dans le cadre des projets qui intéressent le quartier.

Composition
Les Conseils de Quartier sont composés d'habitants, d'acteurs associatifs et de commerçants : 12 personnes âgées de plus de 16 ans, désireuses de représenter et d'agir pour leur quartier, ainsi que d’un élu municipal. Un représentant sera désigné dans chaque Conseil pour animer l'instance aux côtés de l'élu du quartier et pour participer avec lui aux travaux du Conseil de Coordination des Instances Participatives.

Fonctionnement
La durée de mandat des Conseils de Quartier est de 2 années civiles, et ne pourra pas excéder la durée du mandat municipal en cours.
Les membres se réuniront une fois tous les deux mois à minima, hors périodes vacances scolaires, en début de soirée, dans une salle municipale de leur quartier. Ils échangeront autour de pistes de réflexions, de propositions d'activités et de projets pour améliorer le quotidien dans leur quartier. Ils seront également associés aux manifestations et festivités locales (cérémonies, inaugurations, …). Les directeurs des Maisons de quartier et services municipaux concernés par l’ordre du jour seront conviés à assister aux réunions des Conseils.

Deux séances plénières ouvertes au public et présidées par Monsieur le Maire, ou son représentant, se tiendront à l'Hôtel de Ville au moment de l'installation puis du bilan de fin de mandat des Conseils de Quartier.
Des critères de parité, d'équilibre géographique et de générations permettront de départager les candidatures reçues. Les candidats non désignés tirés au sort seront inscrits sur une liste complémentaire afin de remplacer les membres qui se désisteraient ou démissionneraient.

Où trouver les bulletins de candidature à renvoyer avant le 22 décembre ? (ci-joint :  FLYER CONSEILS DE QUARTIER 2018.pdf [ 949.47 Ko ]

)
Sur le site www.chalon.fr, (à imprimer)
Ou

Accueil Mairie
Accueil Etat Civil
Accueil Vie Associative, espace J.Zay
Bibliothèque adulte
Bibliothèque Prés St-Jean
Centre Nautique
Conservatoire du Grand Chalon
Espace des Arts – Port Nord
Espace Jeanne Parent
Espace Jeunesse (Obélisque)
Espace Santé Prévention
Espace Zoom
Kiosque multimédia
Maison des Vins
Maison des Séniors

Maisons de quartiers (Aubépins, Centre, Charreaux, Plateau, Prés St-Jean, Stade)
Office du tourisme
Pôle Jeunesse (rue de la paix)

Plus d’informations
Service Démocratie Locale
democratie.locale@chalonsursaone.fr
03 85 90 52 24

Imprimer - - par Ville de Chalon - 23 nov 2017

Sébastien Martin annonce la signature d'une convention entre Le Grand Chalon et Orange pour l'accompagnement au numérique des grands-chalonnais

Pour accompagner les habitants et les entreprises du territoire dans leur appropriation des nouveaux usages du numérique, le Grand Chalon a noué un partenariat avec Orange. Un programme complet d’actions de sensibilisation au numérique et à l’innovation, pour tous les publics, sera mis en place dans le cadre de cet engagement.

Un plan d’actions au service des entrepreneurs et des ménages du Grand Chalon

 Parmi les entreprises innovantes du Grand Chalon, certaines pourront être sélectionnées par Orange pour bénéficier du dispositif d’accélération des start-up Orange Fab France, afin d’estimer le potentiel de leur projet et de cibler au mieux leur marché.

 Orange proposera une visite de son Hello Lab (un espace de conférences et de partage de compétences dédié aux start-ups situé à Châtillon) et de ses infrastructures les plus innovantes (comme le Data center Orange Val-de-Reuil), aux entrepreneurs, acteurs de l’enseignement supérieur et de l’innovation issus du Grand Chalon.

 Le Grand Chalon sera en mesure de mobiliser l’expertise d’Orange lors de sessions de réflexion sur le déploiement de l’Internet des objets pour les collectivités locales.

 Pour permettre aux parents et grands-parents de mieux connaître les usages des jeunes sur Internet et d’adopter les bonnes pratiques pour les protéger, le Grand Chalon et Orange pourront aussi proposer un atelier « Cour des parents », un programme développé par Orange pour guider les familles dans leur utilisation des nouvelles technologies numériques, grâce à des sessions animées par des formateurs spécialisés.

Un partenariat renforcé dans le cadre de la Cité du numérique du Grand Chalon

 Déjà présente sur plusieurs évènements organisés par Nicéphore Cité, Orange pourra intervenir en appui des équipes du Grand Chalon pour concevoir les services aux entrepreneurs de l’innovation.

 Orange poursuivra aussi son travail d’animation des Nicéphore partners, regroupement d’entreprises implantées sur le territoire qui accompagneront le développement de ce nouveau pôle de référence.

 Orange sera également convié aux évènements organisés par le Grand Chalon et Nicéphore Cité en lien avec les nouvelles technologies, comme la journée thématique de Nicéphore Cité consacrée à l’innovation dans le son le 17 janvier 2018.
 
Imprimer - - par Le grand Chalon - 23 nov 2017

Mineurs non accompagnés : le Président André Accary expose la situation au ministère de l'Intérieur

Lundi 20 novembre, le Président André Accary a rencontré à Paris Madame Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre d'Etat, ministre de l’Intérieur, pour évoquer avec elle la situation des mineurs non accompagnés dans le Département de Saône-et-Loire.

L’entretien de ce lundi soir avec la ministre Jacqueline Gourault, à propos des mineurs non accompagnés, est une double satisfaction pour le président du Département de Saône-et-Loire.
Une satisfaction tout d’abord de constater que la demande d’André Accary ne soit pas restée vaine, comme celles faites par le passé au précédent Gouvernement. Une satisfaction également parce que la ministre et le président ont eu ensemble des échanges sincères, riches et constructifs, dans la continuité de ceux avec le Premier ministre à l’occasion du Congrès des Départements de France à Marseille.
André Accary a profité de cette rencontre pour exposer la situation en Saône-et-Loire. Le Département doit faire face à une arrivée exponentielle de mineurs non accompagnés depuis 2015, et a dû assurer la prise en charge, depuis 2012, de 596 jeunes (une fois la minorité et isolement reconnus). Depuis le début de cet été, ce sont en moyenne 20 migrants se déclarant mineurs qui frappent à la porte du Conseil départemental chaque semaine.
Depuis 2015, la majorité départementale a organisé l’accueil des MNA dans ses établissements de protection de l’enfance; puis elle a créé le DAMIE (dispositif d’accueil pour les mineurs isolés étrangers) en mai 2015 avant d’avoir recours, en 2016, à des solutions hôtelières et signé des conventions avec 3 foyers des jeunes travailleurs ...
Aujourd’hui, le Département ne peut plus faire face, dans des conditions décentes. Le Président a rappelé à cet égard qu’il appartient à l’Etat de prendre ses responsabilités, soit en assumant pleinement cette compétence au titre de la prise en charge des flux migratoires, soit en donnant au Département les moyens financiers adaptés, comme le code de l’action sociale le prévoit en cas de circonstances de flux exceptionnelles. A l’approche de l’hiver, la recherche de solutions d’hébergement en cas de grand froid devient d’une particulière acuité.

Le Président a aussi profité de sa visite pour évoquer la situation des migrants au parking Monnier à Mâcon, et faire part de sa préoccupation.
Optimiste de nature, André Accary a tenu à clore l’entretien sur une note positive en présentant son projet de centre de santé départemental dont Jacqueline Gourault a salué l’initiative !
 
Imprimer - - par CD 71 - 22 nov 2017

Nouvelles dates de permanence de Ma Commune Ma Santé, pour vous aider à trouver une mutuelle adaptée

La solution santé mutualisée « Ma Commune Ma Santé »
Tous les Chalonnais peuvent bénéficier d’une mutuelle collective à adhésion facultative, pérenne dans le temps et à un coût optimisé.
Sans questionnaire de santé, sans limite d’âge, adaptée et négociée avec les spécialistes du métier, l’offre « Ma Commune Ma Santé » s’adapte aux besoins et assure une couverture de soins à plusieurs niveaux et à des tarifs négociés.
L’offre comporte 5 formules pour les actifs et 4 formules pour les séniors, apportant des garanties spécifiques et adaptées aux besoins de chaque catégorie de population.
Cette action permettre de soutenir un retour à une couverture santé pour tous.

Organisation du dispositif « Ma Commune Ma Santé » à Chalon-sur-Saône
La ville de Chalon-sur-Saône, grâce à ses différents services en contact direct avec les chalonnais (CCAS, Service des Personnes Agées, maisons de quartier…) dispense une communication générale, réalisée en interne, visant à faire connaître à un large public le dispositif « Ma Commune Ma Santé », mais également, ses droits à la santé. Les personnes les plus fragiles pourront être accompagnées dans leurs démarches d’accès à ce droit.

Les dates des prochaines permanences :



Novembre :
27 novembre matin à l' Espace Jeanne Parent

Décembre :
Jeudi 7 déc. 2017
Espace Jeanne Parent de 9h à 12h30
Maison des Seniors de 13h30 à 17h
Jeudi 14 déc. 2017
Espace Jeanne Parent de 9h à 12h30
Maison des Seniors de 13h30 à 17h
 
Imprimer - - par Ville de Chalon - 22 nov 2017

Signature d'une convention de partenariat entre la Ville de Chalon-sur-Saône et Localéo pour co-construire une application mobile citoyenne

Ce mardi 21 novembre à midi, Monsieur le Maire de Chalon-sur-Saône a signé avec Localéo, filiale du Groupe la Poste, une convention de partenariat pour co-construire une application mobile citoyenne au profit des Chalonnais.

La transformation numérique des territoires implique de repenser la relation entre les administrés et leurs collectivités. Dans cette dynamique, la Ville de Chalon-sur-Saône a accepté la proposition de partenariat de co-constrution d’une nouvelle application smartphone de « Gestion Relation Citoyen » avec deux autres collectivités (Rambouillet et Marmande).

Avec l'appui de l'Ecole 42 et de l'école de design Strate, ce partenariat doit permettre de construire une application mobile citoyenne innovante, proposant aux habitants d'accéder à de nombreux services 7 jours sur 7, en mobilité : démarches, factures, demandes de subventions, dépôts de dossiers...

Les utilisateurs pourront ainsi suivre le traitement de leurs démarches. La Ville, quant à elle, pourra déclencher l'intervention de ses services dans un délai raccourci.

Outre le gain de temps que cela peut représenter pour l'usager comme pour la collectivité, ce type d'application doit également permettre de réaliser des économies profitant à chacun.

Ce partenariat vraiment innovant à l’échelle nationale a été officiellement signé ce jour au Salon des Maires, à Paris.

La co-construction de cette application peut donc être lancée. Elle prendra environ quatre mois. L’application sera à la disposition des Chalonnais dans le courant du second semestre 2018.
 
Imprimer - - par Ville de Chalon - 21 nov 2017

SAÔNE ET LOIRE : ressortissants étrangers présents sur le parking Monnier

Depuis le printemps 2017, environ 200 personnes (adultes et mineurs) ont pu s’installer successivement, de façon illégale, sur le parking municipal "Monnier" situé à Mâcon en Saône-et-Loire. Certaines d’entre elles ont pu le quitter, d’autres ont été relogées et d’autres, enfin y sont arrivées depuis encore très récemment. À ce jour, une soixantaine de personnes, principalement en provenance des Balkans, et en majorité d’Albanie mais également de Macédoine et du Kosovo occupent toujours une partie désaffectée du parking Monnier à Mâcon.


La quasi-totalité de ces personnes a déposé une demande d’asile ou une demande de rendez-vous à la préfecture afin de l’enregistrer. Ces personnes ne peuvent donc pas faire l’objet d’une mesure d’éloignement tant que leur demande d’asile n’aura pas été traitée ou enregistrée. La procédure d’asile est destinée à des personnes qui sont ou qui risquent d’être persécutées dans leur pays. Chaque demande d’asile fait l’objet d’un examen approfondi de chacune des situations individuelles par les services de la préfecture et par l’Office français de protection des réfugiés
et des apatrides (OFPRA). A ce jour, parmi les personnes dont la situation a pu être examinée par la préfecture,
aucune d’entre elle n’a été en mesure de démontrer un risque de persécution :
► L’ensemble des demandeurs dont la situation a été examinée proviennent d’un "pays d’origine sûr"*, pour lequel
la situation politique intérieure ne tend pas à prouver qu’un risque existe (pays en guerre, régime totalitaire…). Les
demandeurs en provenance d’un "pays d’origine sûr" ont en moyenne entre 0 % et 10 % de chance d’obtenir l’asile
politique.
► Environ la moitié des personnes a déjà déposé une demande d’asile dans un autre pays de l’Union Européenne.
Elles ont vocation à y être reconduites sous réserve de l’accord de cet État et conformément aux traités européens.
Ces personnes proviennent également d’un "pays d’origine sûr".
► Une petite moitié a déposé une demande d’asile en France mais est en "procédure accélérée"*, parce qu’ils
proviennent d’un "pays d’origine sûr".
► Quelques personnes font l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF)*, soit à la suite d’un refus
de leur demande d’asile parce qu’elles n’ont pas réussi à démontrer un risque avéré de persécution dans leur pays,
soit parce qu’elles ont commis un ou plusieurs faits délictueux et n’étaient pas ou plus demandeurs d’asile.
► Enfin, 4 adultes ont déjà déposé un recours auprès de la Cour nationale du droit d’asile et sont entrés dans une
phase de réexamen, après un premier refus de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).
Si la demande d’asile est refusée après épuisement des recours possibles, le demandeur devient en situation
irrégulière et fait l’objet d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). Pour les personnes qui ne rempliraient
pas les critères d’une demande d’asile, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) propose des
aides au retour volontaire qui sont susceptibles d’être demandées à tout stade de la procédure.

 
Imprimer - - par Préfecture de Saône-et-Loire - 21 nov 2017

SAÔNE ET LOIRE : une convention avec Agrivalys71 pour la gestion du nouveau laboratoire départemental d'analyses

 

Le Département de Saône-et-Loire a signé vendredi une convention avec Agrivalys71 pour la gestion du nouveau laboratoire départemental d’analyses.


 

André Accary, Président du Département de Saône-et-Loire et Frédéric Brochot, Vice-président chargé de l’agriculture,
présentent et signent ce vendredi 10 novembre la convention officialisant la création de la SEML Agrivalys71, chargée de
la gestion du nouveau laboratoire départemental d’analyses, en présence d’ Éric Sellal, Directeur général d’Agrivalys71.

Les missions du laboratoire départemental d’analyses
évoluent, avec, par exemple, le développement de
nouvelles techniques pointues en particulier liées à la
biologie moléculaire, nécessitant des investissements
importants. Dès lors, afin de s’adapter aux nouveaux
besoins et pour répondre aux attentes des équipes, le
Département souhaite la constitution d’une Société
d’économie mixte locale associant un partenaire
privé. Les missions de service public sont déléguées
à la SEML avec la mise à disposition de compétences
et de moyens pour la détection des foyers sanitaires à
risque et la réalisation des analyses pour les maladies
réglementées. Le Département est majoritaire au sein
de la SEML, avec une participation à hauteur de 51 %.


Cette SEML va assurer un haut niveau d’expertise
auprès des agriculteurs :
•Développement des activités
de santé végétale
•Développement des analyses pour l’exportation
•Recherche et développement pour
des analyses spécifiques


Après un appel à manifestation d’intérêt pour exposer
ses intentions, tout en suscitant la participation de
partenaires pouvant potentiellement apporter de
nouvelles solutions pour dynamiser et diversifier les
activités du LDA71 ; une consultation a été lancée pour
constituer la Société d’économie mixte locale, et définir
les conditions de dévolution du service dans le cadre
d’un marché public.

L’entreprise SEGILAB a été retenue.


La SEML, appelée Agrivalys 71, est en fonction depuis
le 1er novembre 2017, cette date correspondant au
démarrage des opérations obligatoires de prophylaxie
des cheptels dans le Département.

 
Imprimer - - par CD 71 - 13 nov 2017

Lancement d'« Yvon », l'appli de covoiturage du Grand Chalon

Après une phase de test, le Grand Chalon lance « Yvon », une appli gratuite de covoiturage.

Cette application disponible gratuitement sur les Smartphones, doit permettre aux utilisateurs de se déplacer facilement sur toute l’Agglomération, en mixant les modes de transport.

Pourquoi choisir le covoiturage ?

Le covoiturage local permet de réduire la circulation automobile et donc les émissions de Co2 : en partageant un véhicule, on économise jusqu’à 1500 kg de Co2 par an.

Le covoiturage améliore les conditions de stationnement et de circulation en heure de pointe : il suffit d’enlever 1 à 3 voitures sur 10 pour fluidifier le trafic.

Le covoiturage permet de faire des économies : covoiturer tous les jours permet une économie moyenne de 2 000 euros par an.

En 2015, le Grand Chalon adopte sa stratégie globale d’intervention en matière d’environnement. Conscient que les déplacements sont un des leviers essentiels pour agir sur les émissions de gaz à effet de serre, les élus adoptent des mesures pour faire baisser le nombre de véhicules en circulation. C’est ainsi que le Parking Relais de Saint-Rémy est agrandi en janvier 2017 et que l’application Yvon est lancée en novembre 2017.

Yvon planifie votre trajet

« Yvon, votre assistant mobilité dans le Grand Chalon » met en relation les utilisateurs effectuant le même trajet : en postant une annonce mentionnant son point de départ et d’arrivée, un « conducteur » peut être contacté par un ou plusieurs « passagers », et inversement. Yvon permet ainsi de planifier un trajet jusqu’à 1 mois à l’avance.

Grâce à la géo localisation en temps réel, l’appli donne au passager la possibilité de visualiser la position du conducteur qu’il attend. Utile pour éviter les mauvaises surprises sur un trajet domicile-travail.


Les horaires des bus en temps réel

Outre le covoiturage, l’appli renseigne l’utilisateur sur les horaires de passage des bus des lignes 1 à 7 à l’arrêt le proche, en temps réel. La fonction « Autour de moi » fournit des informations sur l’arrêt du réseau Zoom le plus proche, et le plus adapté au trajet indiqué.
Les fiches-horaires des lignes non urbaines et de Transport à la demande (TAD) sont intégrées à l’appli, ainsi qu’un lien vers Mobil Zoom pour réserver directement son TAD avec « Yvon ».
Calculateur d’itinéraires, Voice over… des fonctions pratiques pour un usage facile

L’appli intègre un calculateur d’itinéraires : important pour estimer son temps de trajet, surtout si l’on utilise plusieurs modes de déplacement (la calculateur prend aussi en compte la marche). La fonction « Voice over » permet aussi aux non-voyants d’être informés vocalement en temps réel de la position du conducteur attendu, et des prochains départs pour les arrêts de bus à proximité. Un portemonnaie électronique facilite la rémunération du conducteur par le passager (la liberté étant laissée aux utilisateurs de choisir si le trajet sera payant ou non).


Une application évolutive

Comme lors de la phase de test, les usagers de l’application peuvent faire part de leurs remarques sur l’appli via une adresse mail assistantcovoiturage@legrandchalon.fr.

Au fil des mois, de nouvelles fonctionnalités seront proposées. Ainsi dés 2018 les transports interurbains de la Région circulant sur le territoire du Grand Chalon seront intégrés à l’application de mobilité. Ces lignes viendront élargir l’offre de transport modal.

 


Les points forts de l’appli

. Calculateur d’itinéraire compilant tous les modes de déplacements locaux : le bus, la voiture, le car, le train…

. Permet le covoiturage local en rapprochant l’offre à la demande en milieu urbain

. Facilite les déplacements en bus avec l’affichage des horaire en temps réel (fonction autour de moi, qui permet de savoir dans combien de minutes le bus va arriver à l’arrêt le plus proche)

. Toutes les solutions de mobilité à toutes heures sur la même application

 
Imprimer - - par Le grand Chalon - 13 nov 2017

SAÔNE ET LOIRE : 20 ans des voies vertes : les remerciements

1997, la première voie verte imaginée par André Gentien voyait le jour à Saint-Gengoux-le-National. Vingt ans après, le 23 septembre, le maire de la commune, René Delorme, accueillait les festivités du Département et des offices de tourisme qui clôturaient une année d’anniversaire riche en événements. Ce vendredi, l’heure était aux remerciements dans l’hémicycle du Conseil départemental.

« Un grand merci à tous les partenaires, élus, associations, offices de tourisme, services départementaux sans qui ces festivités n’auraient pu avoir lieu et avoir autant de succès ! »
D’une même voix, André Accary, président du Département avec Elisabeth Roblot et Arnaud Durix, élus en charge du tourisme, ont remercié les nombreux acteurs qui ont contribué à la réussite des 20 ans des voies vertes, depuis le 13 mai avec l’inauguration du nouveau tronçon à Savigny-en-Revermont jusqu’à ce grand temps fort du week-end des 23 et 24 septembre, point d’orgue d’une année très animée dans l’ensemble de la Saône-et-Loire.
« Le tourisme, c’est l’affaire de tous, a rappelé le président Accary aux invités d’honneur. Nous avons un patrimoine exceptionnel mais compliqué à valoriser car très varié. A nous, acteurs publics, de trouver des opportunités comme les panneaux d’autoroutes, des artères qui drainent beaucoup de monde qu’il nous faut maintenant capter! Il ne faut pas seulement qu’on passe en Saône-et-Loire, il faut qu’on s’y arrête et qu’on y prenne du plaisir au point de vouloir s’y installer! »

La politique touristique départementale impulsée par Elisabeth Roblot et Arnaud Durix porte ses fruits puisqu’en 2016, la Saône-et-Loire est en tête des départements touristiques dans l’ensemble de la Bourgogne Franche-Comté.
 
Imprimer - - par CD 71 - 10 nov 2017

CD 71 : Le département en commission permanente ce jour

Les élus du Département se sont réunis cet après-midi en commission permanente. En voici les sujets majeurs traités par l’assemblée.

Commission Permanente NOV

Imprimer - - par CD 71 - 10 nov 2017

SAÔNE ET LOIRE : renforcement des contrôles routiers

Sécurité routière : renforcement des contrôles en Saône-et-Loire :
non respect des priorités et usage de distracteurs de la conduite
Du 10 au 13 novembre 2017

Comme chaque mois, un thème de sécurité routière est mis en avant par la préfecture et les forces de l’ordre du département de Saône-et-Loire afin de conjuguer prévention et répression des comportements à risques et accidentogènes.

En 2017, on recense dans le département un total de 265 accidents. Les refus de priorité, troisième cause d’accidents en Saône-et-Loire, sont à l’origine de 25 accidents dont 4 mortels. Les distracteurs de conduite sont également bien souvent à l’origine d’accidents.

Afin de lutter contre les comportements inadaptés des conducteurs et d’éviter de nouveaux drames humains, les services de police et de gendarmerie de Saône-et-Loire vont renforcer les contrôles dans le département du 10 au 13 novembre 2017.
Imprimer - - par Préfecture de Saône-et-Loire - 10 nov 2017

Le Grand Chalon propose d'imaginer ensemble de nouvelles façons de diminuer la quantité de déchets produits.

Donnez votre avis !

Les grands chalonnais déjà très performants pour la réduction des déchets !

De 2010 à 2016, les grands chalonnais ont réduit de 10 % votre quantité de déchets produits. En 2010, une « poubelle annuelle » pesait en moyenne 320 kg. En 2016, son poids a diminué et pèse aujourd’hui 288 kg. Grâce à leurs efforts, l’objectif de 7% fixé par le 1er programme local de prévention des déchets est dépassé.

En 2017, il est essentiel de continuer dans cette dynamique et d'imaginer de nouvelles façons de diminuer la quantité de déchets produits.

Pour cela, le Grand Chalon lance un nouveau Programme de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés 2017 – 2022. Objectif pour la période 2017 – 2022 : diminuer encore de 10 % la quantité de déchets produite ce qui correspond à une baisse de 5628 tonnes.

Dans ce nouveau programme, le Grand Chalon propose de nouvelles actions à mettre en œuvre chez soi ou au travail. Mais rien n’est encore décidé ! A vous de le compléter !

Que pensez-vous des actions proposées ? Avez-vous des sujétions ? Des remarques ? Des propositions à ajouter à ce Programme de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés 2017 – 2022 ? Avez-vous LA bonne idée pour réduire encore notre quantité de déchets produits ?

Le Programme de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés 2017 – 2022 est consultable sur cette page et à l’accueil du Grand Chalon du 6 au 24 novembre 2017.

Pour laisser votre commentaire ou poser une question, vous pouvez envoyer un mail à isabelle.rieutort@legrandchalon.fr ou rendez-vous sur à l’Hôtel d’agglomération au 23, avenue Georges Pompidou à Chalon-sur-Saône où un registre est à votre disposition.

Consultation publique : Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés 2017-2022 (PLPDMA)

• Dates de la consultation publique :
Durée de l’enquête : du 6 au 24 novembre 2017 inclus
Le document et le registre sont mis à disposition du public :
• à l’accueil de l’Hôtel d’Agglomération du Grand Chalon
• sur le site internet du Grand Chalon : www.legrandchalon.fr

• Composition du dossier mis à disposition du public (voir ci-dessous en fin d'article) :
- le dossier projet constitué de l’état des lieux, les résultats des actions déjà engagées, les objectifs et le plan d’actions.
- la liste des communes concernées par le PLPDMA (37 communes).

• Zonage du PLPDMA :
Le Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés est réalisé sur le périmètre des 37 communes qui composaient l’agglomération en 2016 (106 015 habitants). Ceci est dû au fait que le Grand Chalon n’exerce pas la compétence gestion des déchets sur les 14 communes qui ont rejoint le Grand Chalon au 1er janvier 2017. Ces dernières sont toujours gérées par le SIRTOM de Chagny par représentation substitution.

• Initiation et Pilotage du projet
La loi prévoit que les collectivités territoriales responsables de la collecte ou du traitement des déchets ménagers et assimilés doivent définir un programme local de prévention indiquant les objectifs de réduction des quantités de déchets et les mesures mises en place pour les atteindre. (cf : décret n°2015-662 du 10 juin relatif aux PLPDMA).

• Synthèse du projet de PLPDMA
En parallèle de la recherche et du développement de nouvelles filières de valorisation des déchets, le Grand Chalon a toujours souhaité devancer la réglementation pour réduire la production de déchets du territoire. Il a fait partie des collectivités pionnières sur le sujet de la réduction des déchets avec des actions lancées dès 2004 (le compostage par exemple a été lancé en 2006).

Le Grand Chalon a choisi de réaliser un 1er programme local de prévention des déchets (PLP) volontaire de décembre 2010 à juin 2016. Le projet a été réalisé avec l’appui de partenaires techniques et financiers et s’est appuyé sur des relais et des partenaires du territoire pour engager des actions concrètes. Les actions mises en oeuvre ont porté sur 8 thèmes : développer la pratique du compostage, inciter au jardinage au naturel, favoriser l'éco-consommation, favoriser la réduction du gaspillage alimentaire, réaliser des économies de papier, promouvoir des manifestations éco-responsables, développer les solutions de réemploi, réparation, location et enfin étudier la mise en place d'un financement incitatif. Les objectifs de réduction ont été dépassés puisque le Grand Chalon a réduit de 10% les quantités d’OMA sur la durée du projet, et au total une réduction de 2% des DMA [DMA : OMA (OMr + emballages) + déchetteries] a été observée. L’objectif était de 7% sur la période.

Aujourd’hui la réglementation a évolué et les collectivités ont l’obligation de mettre en place un Programme local de prévention des déchets ménagers et assimilés. L’ensemble des déchets est visé par ce nouveau programme d’actions [DMA : OMA (OMr + emballages) + déchetteries]. Suite à la mise à jour du diagnostic, un second programme local de prévention des déchets ménagers et assimilés (PLPDMA) sur la période 2017-2022 a été défini. L’objectif principal est de réduire les DMA de 10% entre 2016 et 2022. De nouvelles actions en lien direct avec les axes du Plan National de Prévention des Déchets vont de nouveau être portées par la collectivité.

Pièces jointes ci dessous:
- dossier du projet du PLLDMA
- liste des communes concernées

PLPDMA 2017 2022 Consultation by vivre-a-chalon on Scribd

 
Imprimer - - par Le grand Chalon - 9 nov 2017

La Saône-et-Loire placée en zone de surveillance au titre de la Fièvre catarrhale du mouton

Un cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) de sérotype 4 a été confirmé sur un veau
provenant d’une exploitation de Haute-Savoie.


La fièvre catarrhale est une maladie virale, qui affecte exclusivement les ruminants. Elle
est présente en France (dont en Saône-et-Loire) depuis septembre 2015, dans sa forme due
au virus de sérotype 8.
Le virus de sérotype 4, en cause aujourd’hui, était jusqu’ici présent depuis plusieurs
années en Corse et dans les pays du Sud de l’Europe. Il était en revanche absent de la
France continentale.


1/ Les mesures de lutte contre cette maladie visent dans un premier temps à prévenir son
extension en limitant les mouvements d’animaux provenant des zones autour des foyers.
Aussi, en réaction à la confirmation du cas en Haute-Savoie, plusieurs mesures ont été
mises en place aujourd’hui par le Ministère de l’Agriculture et de l’alimentation.
- Un périmètre de restriction a été instauré dans un rayon de 20 kilomètres autour du foyer
de la Haute-Savoie ;
- une zone de protection a été instaurée dans un rayon de 100 km autour du foyer ;
- une zone de surveillance a été instaurée dans un rayon de 150 km autour du foyer. La
Saône-et-Loire fait partie de ce périmètre et est donc placée depuis aujourd’hui dans la
zone de surveillance.
Ceci emporte les conséquences suivantes pour l’élevage du département :
- limitation des mouvements vers les départements indemnes de FCO sérotype 4
- restrictions des exportations d’animaux vivants. Les discussions entre le ministère de
l'Agriculture et les autorités sanitaires italiennes et espagnoles ont permis de trouver ce
jour un accord pour ne pas interrompre les échanges de bovins avec ces pays qui sont
également touchés par ce sérotype.
2/ D’autre part, un vaccin contre la fièvre catarrhale ovine de sérotype 4 existe. Cette
vaccination n’est rendue obligatoire, aux termes de l’arrêté ministériel du 8 novembre
2017, que dans les seuls départements de France continentale situés en zone de protection
vis-à-vis de ce sérotype. La Saône-et-Loire, placée en zone de surveillance et non en zone
de protection, n’est donc pas concernée par une obligation de vaccination au titre de
l’arrêté ministériel de ce jour.
La fièvre catarrhale est une maladie strictement animale transmise par des moucherons
piqueurs (du genre Culicoïdes). Son expression clinique chez les ruminants est variable
selon les sérotypes, mais elle est souvent discrète. Elle peut aussi entraîner des effets
différés sur la fertilité des animaux.
Elle n’a aucune incidence sur la qualité des denrées consommables (viandes, lait) issues
des animaux qui auraient pu être exposés à cette infection.

 
Imprimer - - par Préfecture de Saône-et-Loire - 9 nov 2017

Rénovation énergétique des copropriétés : le Grand Chalon primé

Le Grand Chalon a reçu aujourd’hui le Prix de la Rénovation Energétique au Salon de la Copropriété. Une distinction qui récompense l’accompagnement, pour leurs travaux de rénovation énergétique, 5 copropriétés de Chalon-sur-Saône : la Tour des Aubépins, le Rempart Saint-Vincent, la résidence Bellevue, les Capucins et la résidence Jean Thiébaud. Après travaux, les copropriétaires des 285 logements verront ainsi leur consommation énergétique baisser d’au moins 35%.


Le Programme d’intérêt général (PIG) « rénovation énergétique de copropriétés pilotes » a été lancé en juin 2016 par le Grand Chalon, en partenariat entre l’Etat, l’ANAH, le Département, la Ville de Chalon, le Syndicat Mixte du Chalonnais et PROCIVIS.
Sur 5 ans, 895 000 € seront mobilisés par le Grand Chalon. Les premières rénovations doivent débuter dés 2018.

 
Imprimer - - par Le grand Chalon - 8 nov 2017

Une vidéo pour "La Saône-et-Loire en Famille "

L’Agence Touristique Destination Saône & Loire a présenté en avant-première ce lundi 6 novembre, son clip vidéo « La Saône-et-Loire en Famille », d’une durée de 2 minutes 06.

Ce clip valorise l’offre touristique du département adaptée aux familles et affiliée au réseau Aventures Mômes. La communication auprès du grand public est prévue en avril 2018, lors du lancement de la saison touristique.



Après avoir tourné en 2016 le film générique « Balade en Saône-et-Loire », l’Agence Touristique Destination Saône & Loire a réalisé en été 2017 ce film qui met en avant les activités ludiques et culturelles du territoire, adaptées aux familles.

Pas moins de 12 sites touristiques appartenant au réseau Aventures Mômes et reflétant au mieux les visites et activités à pratiquer en famille sur l’ensemble du département ont été choisis.

La première séquence du clip a été tournée à l’office de tourisme de Buxy, où la famille d’acteurs suit les recommandations de la conseillère en séjour qui les oriente vers :

- le Château de Drée à Curbigny,

- la Maison du Charolais à Charolles,

- le Parc des Combes au Creusot,

- Diverti’parc à Toulon-Sur-Arroux,

- Trotte la Vivelle à Guergand,

- Laville Karting Service à Champforgeuil,

- Acrogivry à Givry,

- Totem Wake Parc à Crèches-Sur-Saône,

- le Hameau Duboeuf à Romanèche-Thorins,

- Touroparc Zoo à Romanèche-Thorins,

- les Grottes d’Azé à Azé.

Le réseau de Voies Vertes a été mis en avant avec des scènes justifiant la diversité des activités à pratiquer sur le réseau cyclable.


Durant les 3 jours de tournage, les 5 acteurs (2 parents et 3 enfants) ont été filmés par B-Wonder, l’agence de réalisation de vidéo basée à Dijon, qui a également produit le film « Balade en Saône-et-Loire ».

Prises de vues aériennes et au sol se succèdent pour constituer le séjour d’une famille pratiquant des activités sélectionnées dans le guide Aventures Mômes.

En 2017, le réseau Aventures Mômes compte 73 prestataires touristiques de Saône-et-Loire, ce qui représente une centaine d’offres de loisirs, réunis pour garantir la réussite d’une expérience à vivre en famille.


Précurseur en France, ce concept s’adresse aux familles du département et de la région Bourgogne, mais aussi à une clientèle touristique qui souhaite découvrir les sites avec ses enfants.

Initiée en 2002 par Destination Saône & Loire, cette démarche de qualification a pu se développer grâce à l’implication volontaire des professionnels du tourisme, des sites de visites et d’activités et des offices de tourisme.

 
Imprimer - - par Destination - 7 nov 2017

RCEA : les élus de Saône-et-Loire en appellent à Emmanuel Macron

A l’initiative du Président du Département de Saône-et-Loire André Accary, les parlementaires et les présidents des communautés de communes du département, réunis le 23 octobre dernier au Conseil départemental, ont alerté le Président de la République sur la nécessité de faire de la RCEA une priorité nationale.

Plus de 100 accidents corporels, près de 50 morts, c’est le lourd bilan de ces cinq dernières années sur la Route Centre Europe Atlantique tristement surnommée « la route de la mort ». Face à ces drames humains à répétition, les élus de Saône-et-Loire ont décidé d’agir en écrivant à Emmanuel Macron.
Disposées à examiner l’hypothèse d’une contribution supplémentaire à l’effort financier sur ce projet, les collectivités demandent la réduction des délais d’achèvement des travaux de mise en deux fois deux voies de la RCEA pour que d’ici à 2022, les usagers puissent circuler en toute sécurité depuis Montmarault dans l’Allier jusqu’à Mâcon ou Chalon-sur-Saône.

L’accélération du programme est techniquement faisable à condition de fondre les deux dernières phases (2 et 3) en une seule. Animés par la même volonté de voir enfin sécurisé cet axe routier, André Accary et les élus de Saône-et-Loire sollicitent un rendez-vous au plus vite avec Elisabeth Borne, ministre chargée des Transports, afin d’examiner les modalités d’une convention, qui permettrait la mise en deux fois deux voies de l’ensemble des branches de la RCEA d’ici à 2022, dans le cadre du programme de grands travaux d’infrastructures annoncé par le Premier ministre et soumis actuellement à l’examen de la commission présidée par Philippe Duron.
 
Imprimer - - par CD 71 - 7 nov 2017

Inégalité territoriale des soins en matière d'urgences vitales : question de Marie Mercier au Gouvernement

 

Communiqué de presse du Sénateur Marie Mercier

Dans le cadre de la semaine de contrôle du Gouvernement au Sénat, l’une des fonctions essentielles du Parlement, le sénateur Marie Mercier est intervenue le mercredi 25 octobre au soir en séance publique dans l’hémicycle afin d’interroger le Gouvernement sur l’inégalité territoriale des soins en matière d’urgences vitales, prenant appui sur le projet d’angioplastie du Centre hospitalier de Chalon-sur-Saône.


 

Sa question fut la suivante, adressée à Monsieur Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires :

Monsieur le Premier ministre a déclaré que « Chaque citoyen doit avoir accès à une médecine de qualité quel que soit l’endroit où il vit. »

L’enjeu de santé publique rejoint clairement celui de l’aménagement de notre territoire.

En géographie de la santé, la question de l’inégalité dans l’accès à l’offre de soins est au cœur des débats.

Madame la ministre de la Santé a dressé les grandes lignes de sa politique qui sont de bon augure : campagne de vaccination, lutte contre les déserts médicaux, usage de la télémédecine.

S’il est un autre sujet sensible, ce sont ce qu’on appelle les grandes urgences vitales, notamment cardio-vasculaires. Elles nécessitent une prise en charge rapide pour lesquelles les experts ont établi des recommandations qui sont des délais au-delà desquels se réduisent les chances de survie. Or en la matière, l’inégalité territoriale existe bel et bien dans notre pays. Pour y remédier, il faut soutenir les unités de soins intensifs, investir dans des plateaux techniques appropriés, permettre aux équipes médicales spécialisées de donner des soins de qualité à toutes les populations. Le projet de plateau technique d’angioplastie du Centre hospitalier de Chalon-sur-Saône, concernant 350 000 habitants, en est un exemple concret.

Madame la ministre veut, et elle a raison, je la cite : « faire confiance aux acteurs des territoires pour construire des projets et innover dans le cadre d’une responsabilité territoriale. » Cette responsabilité passe par le respect des recommandations médicales, la vie des hommes restant la première des priorités.

Aussi, Monsieur le Ministre, je souhaiterais, dans ces situations d’urgence vitale, connaître les moyens que vous comptez mettre en place pour répertorier les inégalités territoriales et surtout favoriser les projets en mesure d’y mettre fin.


Monsieur Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, a donné des éléments de réponse à sa question.

Il a d’abord indiqué être « une réalité que les questions de grandes urgences ne sont pas traitées de la même manière selon les territoires, ne serait-ce que pour amener le malade dans les services de soins intensifs », prenant exemple de la prise en charge des AVC. Il a souligné la nécessité « de considérer les niveaux d’urgence parce qu’il y a une priorité à répondre à votre question qui est celle de la grande urgence avec les moyens adaptés », comme celle « de continuer à former nos concitoyens pour être en capacité de reconnaître les situations d’urgence ». A ce propos, « le ministre de l’Intérieur a d’ailleurs annoncé hier une nouvelle campagne en liaison avec les sapeurs-pompiers pour faciliter la reconnaissance de ces situations et permettre une réponse plus rapide parce que, comme vous l’avez signalé, il faut que la réponse soit donnée dans les meilleurs délais. Ca se joue souvent en quelques – je ne vais pas dire minutes – mais au moins en quelques heures pour sauver les personnes qui sont dans ces situations de grande urgence. » Et de conclure : « sachez que le travail de la ministre de la Santé va tout à fait dans ce sens-là. »


Marie Mercier a ensuite conclu par ces mots :
Pour clore ce débat, je vais citer le psychologue Lazarus qui a une phrase glaçante mais pertinente qui dit : « Chaque pays, en fonction de son système de soins, choisit ses morts. » Monsieur le Ministre, et si on pouvait éviter d’avoir à choisir…

 
Imprimer - - par Communiqué de presse du Sénateur Marie Mercier - 28 oct 2017





Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information
PROPOSEZ VOS INFOS

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle