entre nous - chalon sur saone

Entre-nous : C'est vous qui le dîtes !

C'EST VOUS QUI LE DITES !

 Envoyez ici vos contributions et réagissez aussi éventuellement à celles qui sont proposées par les chalonnais.

Sur vivre-a-chalon.com... "c'est VOUS qui le dîtes" !

 


 
Publicité.
 

Pensée du jour...

« O Gentilshommes, la vie est courte… Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois. »

William Shakespeare
Imprimer - - par Boule sans bile

Animations santé : deux jours pour prendre soin de soi en octobre

Dans le cadre de ses actions de prévention santé de proximité, et à l'occasion de la réouverture de son agence de Chalon-sur-Saône, Harmonie Mutuelle met en place dans ses locaux les 3 et 17 octobre prochains deux animations santé gratuites et ouvertes à tous, adhérents ou non de la mutuelle.


 

Baptisés "Jours en Harmonie", ces rendez-vous seront animés par des intervenants professionnels et visent à sensibiliser la population à deux enjeux majeurs de santé publique.

* Mardi 3 octobre - S'informer sur le diabète, maladie "silencieuse" touchant en France plus de 3,5 millions de personnes.
En partenariat avec l'Association Française des Diabétiques de Saône-et-Loire

* Mardi 17 octobre - Troubles de la vision : apprendre à préserver et protéger son capital visuel tout au long de sa vie.
En partenariat avec les Opticiens Mutualistes

Modalités pratiques :
De 9h30 à 12h et de 14h à 17h, 10 place de Beaune.
Entrée libre sans nécessité d'inscription préalable.

Informations complémentaires dans l'agenda des rendez-vous de prévention santé sur www.harmonie-mutuelle.fr

 
Imprimer - - par Harmonie Mutuelle

Journée du deuil périnatal 2017

Le deuil périnatal constitue, pour les parents qui en sont victimes, un traumatisme important encore assez peu pris en compte par les pouvoirs publics et les personnels de santé. C’est tellement vrai que lorsque vous n’avez pas vécu une telle tragédie vous n’imaginez pas de quoi on parle… Ce n’est donc pas une journée de plus pour faire plaisir mais plutôt une occasion de tenter de comprendre ce que vivent certains parents… Il est donc important de parler de cette journée mondiale de sensibilisation au deuil périnatal ! Alors comment le faire ? Vous parler de mes beaux-parents et de la perte de leur petit garçon ? Evoquer mon épouse qui a perdu un petit frère qu’elle n’a jamais connu ? Non, je vais faire ce que je sais à peu près faire, vous parler d’une bande dessinée qui traite admirablement du sujet… Il y a dans la bande dessinée comme dans d’autres arts des OVNI, c’est-à-dire des objets venus d’ailleurs qui sont si riches qu’il faut, qu’il faudra, beaucoup de temps pour en prendre possession définitivement et c’est le cas avec Ecumes d’Ingrid Chabbert et Carole Maurel. Oublions un instant Carole Maurel, la dessinatrice. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle est maintenant connue pour son talent, parce qu’elle a été admirée pour son ouvrage Luisa ici et là, parce qu’elle est devenue très vite une autrice à part entière… Mais, surtout parce qu’elle s’est effacée devant l’histoire d’Ingrid en ne laissant que sa maitrise graphique et sa sensibilité… Ingrid dit à ce sujet : « l’histoire ne pouvait qu’être dessinée par Carole même si au départ on ne le savait pas encore… ». Alors, venons-en justement à cette histoire. Elle est à la fois banale, enfin devrait l’être, et exceptionnelle. Deux femmes s’aiment, deux femmes veulent avoir un enfant, deux femmes vont à l’étranger pour une insémination qu’elles ne peuvent pas obtenir en France, deux femmes reviennent et attendent un enfant… C’est Ingrid qui est enceinte… Tout cela est connu, plus ou moins accepté, et cela devient ordinaire même si, quand même, certains doutent, rejettent, critiquent… Mais, parfois tout ne se passe pas bien, tout ne va pas comme on se l’était imaginé, comme on l’avait rêvé… Il arrive que le drame surgisse, que ce bébé meure avant d’avoir réjoui le cœur de ses parents… Un décès d’enfant, de nouveau-né, c’est juste le drame absolu. Ingrid va sombrer et presque se noyer dans les abymes profonds et ces écumes submergent la femme et mère qu’elle est… L’amour est-il plus fort que la mort ? Ingrid le croit maintenant et elle a vu comment sa compagne l’a soutenu… Par contre, elle a vu les amis – que dis-je, certains amis – se détourner… Certains croyaient déjà que l’homosexualité était contagieuse, mais là c’est comme si fréquenter Ingrid mettait en danger leurs propres enfants… Allez savoir, la bêtise humaine est très profonde… En lisant cet album, j’ai pleuré quelques fois – et qu’on ne vienne pas me dire que les hommes ne doivent pas pleurer – et cela vous arrivera peut-être aussi. On ne pleure pas de chagrin, on verse une larme d’émotion devant une histoire profondément humaine et universelle dessinée avec une douceur incroyable par Carole Maurel… J’ai adoré, tout simplement et comment ne pas évoquer cette lecture aujourd’hui ?
 

Pensée du jour...

"Quelle époque terrible que celle où des idiots dirigent des aveugles." 


William Shakespeare

Imprimer - - par Boule sans bile

Mésaventure d'un consommateur à Chalon-sur-Saône

Il s’agit, ici, d’une histoire véridique qui s’est produite entre le mardi 10 octobre et le mercredi 11 octobre à Chalon-sur-Saône, dans la boutique SFR à côté du Monoprix, place de Beaune.

 

Le mardi après-midi, un de mes fils va dans le magasin car il avait deux projets : changer de téléphone (enfin, on devrait dire smartphone) et changer de forfait (car quand on dépasse sans arrêt un forfait c’est qu’il n’est pas adapté). Comme ce n’est pas lui qui règle la facture chaque mois, il fait sagement faire un devis pour ces deux choses et, le soir venu, me montre le devis. Pour le téléphone, un SE 32 GO de chez Apple, le prix annoncé le 10 octobre est de 61.99 . Ce prix s’entend, bien sûr, avec un abonnement mensuel, engagement durant deux ans…

 

Ce matin, je vais donc dans la même boutique avec mon fils. Ma présence est obligatoire car je suis le payeur… Et dans la nuit, soudainement, sans prévenir personne, le téléphone a augmenté son prix… Pas qu’un peu, juste 50% ! Oui, la nuit porte conseil et le téléphone est passé, avec les mêmes abonnement et engagements, à 91.9 € !!!

 

Et la vendeuse de nous dire : comme c’est bien inscrit sur la feuille du devis, sous conditions de changement de tarifs et selon stock disponible… Une nuit terrible !

 

Je sais que pour certains tout cela n’est pas très important… Mais imaginez que dans la nuit mon salaire augmente de 50 % !!! Ou que celui de la vendeuse diminue de 50 % !

 

Je suis très surpris de tout cela et donc je voulais vous en faire profiter… Et si on arrêtait de nous prendre juste pour des imbéciles ? Chiche ?

 


Contacté par téléphone le responsable de cette boutique a apporté quelques réponses.

La boutique SFR  tient à préciser qu'elle n'est pas responsable de ces changements de prix des matériels. Il y en a deux à trois tous les mois. Elle découvre très souvent les prix au moment de la facturation car le système est informatisé : un code barre = un prix.

Michel Bonnet comprend bien ce système et en veut au système non au personnel de la boutique.

 



Note de la rédaction de vivre-a-chalon.com :
La publication de cette contribution a fait débat au sein de la rédaction. Mais ce sujet pose des questions pertinentes. Notre position de VOUS donner la parole, d'ouvrir nos colonnes virtuelles à des sensibilités très différentes nous conduit à le publier en rappelant cet avertissement présent à la une de vivre-a-chalon.com Qui dit quoi ? Qui parle sur vivre-a-chalon.com ?


 

 

 

 

Pensée du jour...

« A quoi sert à un homme de tout posséder s’il perd son âme. »

 

Marc 8 ; 36

Imprimer - - par Boule sans bile

STOP aux violences sexuelles : Il faut réagir !!!

Comme le dit très bien le préambule d’une proposition de projet de loi :

 

« Contrairement à l'image véhiculée, les violences sexuelles ne sont pas des violences faites aux femmes par des hommes mais, avant tout, des violences commises sur mineurs, par des hommes et par des femmes. Les conséquences de ces violences sont un véritable fléau qui détruit notre société. »

 

 

Bien sûr, en disant cela il ne s’agit pas de nier la violence faite aux femmes mais bien de pointer que notre civilisation, notre culture, notre monde occidental prétentieux est un univers qui délaisse ses enfants et accepte de façon fataliste cette violence faite aux plus jeunes !!! Parfois, en suivant les actualités, les révélations, les différents scandales sexuels dont sont victimes les enfants, on peut s’interroger sur notre évolution, notre civilisation, notre égalité, notre fraternité…

 

Il me semble donc important que notre République se dote d’une loi qui rende imprescriptible les crimes sexuels commis envers des enfants pour que notre société prenne conscience de ces faits – qui ne sont pas des faits divers anodins – et que derrière elle mette en place une véritable action de reconstruction des enfants… Il faut une réaction, une prise de conscience, une révolution des comportements !!!

 

Il faut donc soutenir cette proposition de projet de loi :

https://www.senat.fr/leg/ppl16-719.html

 

Il faut aussi oser la parole et très bientôt l’association Stop aux violences sexuelles s’installera officiellement dans notre département… mais je reviendrai vous en parler très vite !

 

 

Pensée du jour...

« Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes. »

Rosa Luxembourg

 

Imprimer - - par Boule sans bile

Pensée du jour...

On perd bien du temps à n’avoir pas le temps.

Talleyrand
 
Imprimer - - par Boule sans bile

Pensée du jour...

Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l'une ni l'autre.

Thomas Jefferson

Imprimer - - par Boule sans bile

Pensée du jour...

 " Quand tu entends une opinion qui te déplaît, étudie et découvre la vérité qu'elle contient."

 

Sri Aurobindo

Imprimer - - par Boule sans bile

Petit billet d'humeur chagrine

Sur le chemin de mon village, j’ai croisé l’étrange attelage d’une amazone farouche et féroce chevauchant et cravachant un bel étalon.


Au bourg de Cortelin, perché sur un haut mur, le panneau publicitaire expose cette image incongrue au bénéfice d’une célèbre salle de sports.


Puis, j’ai retrouvé sur mon pare-brise de voiture, le flyer de cette publicité reprenant le même visuel.
La femme que je suis un peu, peut peut-être se rassurer sur l’égalité de traitement entre les sexes en devenir dans la publicité au regard de cette campagne. Mais, mon esprit (sans doute étriqué) se heurte à la vue d’une telle vulgarité -non seulement de l’image en elle-même mais de ce qu’elle sous-entend d’asservissement, d’avilissement, de domination de l’humain par l’humain. Ce visuel à forte valeur symbolique négative à mes yeux exploité en support d’un slogan publicitaire m’interpelle.


Imaginons un instant une inversion des rôles que n’aurions-nous pas entendu : haro général, mobilisation féministe, etc. or pour moi, égalité mérite fraternité et à ce titre, je m’insurge contre l’idée sous-jacente véhiculée dans ce message de soumission et maltraitance d’un être vivant.


Le plus désolant dans cette petite histoire, c’est qu’en faisant part de ma répulsion, je participe activement à cette campagne en la mettant en avant. Mais soyez assuré qu’en ce qui me concerne le message est contreproductif et donc point d’abonnement dans une salle de sports de cette grande enseigne.


Et non le sport ne rend pas bestial quand il est pratiqué dans les règles du respect et du partage !


Pascale Josserand

 
Imprimer - - par Pascale Josserand

Pensée du jour...

"Hâtons nous de succomber à la tentation avant qu'elle ne s'éloigne",

Épicure
 
Imprimer - - par Boule sans bile

Réflexions sur le patrimoine

Ce week-end, en Europe, on va regarder le patrimoine d’une façon plus affinée,  avec un peu plus d’attention, de considération et cela me semble capital. Mais il ne faudrait pas imaginer que le patrimoine ne serait constitué que de pierres, de vieilles pierres, si belles soient-elles… certes, l’architecture appartient bien au patrimoine mais elle n’est pas la seule à le constituer et le faire exister…

 

 

Le patrimoine est beaucoup plus large et c’est ce que finalement nous laissons aux générations futures… On peut tenter de définir le patrimoine comme étant un ensemble de biens matériels et immatériels que nous avons reçus en héritage par ceux qui nous ont précédés et que nous allons protéger, enrichir, faire vivre et transmettre à ceux qui vont nous suivre… Il n’est donc pas question de se limiter à l’architecture et on pourrait dire que ce patrimoine humain (certains disent culturel) comporte :

-       La planète (y compris les couches qui l’entourent…)

-       Les richesses de cette planète (renouvelables ou pas…)

-       Les paysages (nature, géologie, espaces agricoles…)

-       Les constructions (architecture, urbanisme…)

-       Mobiliers, œuvres artistiques…

-       Industrie et artisanat (machines, ateliers, outils…)

 

Mais aussi des choses plus immatérielles ou difficiles à cerner :

-       Traditions orales, contes, légendes, mythologies

-       Gastronomie et art de vivre

-       Musique, chant

-       Danse, jeux, sports

-       Savoir-faire

 

Et on comprend bien que cette liste peut nous emmener très loin car elle n’est pas du tout limitative. On y incorpore donc, sans aucun souci, les arts de la rue, patrimoine de Chalon sur Saône… N’oublions pas que Chalon-sur-Saône, bien avant l’arrivée de Chalon dans la rue, fut un lieu de rencontre, de foire et d’échange commercial. Or, dans ces temps lointains, à chaque foire, il y avait des gens de spectacle qui venaient chanter, jouer, faire rire, faire peur… L’animation culturelle était déjà là et y est encore !

 

Donc, aujourd’hui, quand vous allez profiter des visites organisées à l’occasion de ces journées européennes du patrimoine, n’oubliez jamais que le patrimoine va bien au-delà de quelques murs et qu’il est de notre responsabilité à chacun d’entre nous de le faire vivre et de la transmettre… Le patrimoine est notre affaire à tous !!!

 

Une petite anecdote en passant, une histoire vraie… Nous sommes dans le sud-ouest, dans une crèche. Une des responsables est très portée sur la diététique et elle demande à chaque enfant ce qu’il a mangé, discute avec les mamans sur les mêmes thèmes tous les jours… Une fois, elle a la discussion suivante avec un papa :

-       Votre fille m’a parlé de cassoulet. Elle a l’air de dire que c’est important…

-       Oui, c’est parce que la semaine dernière, nous avons eu le week-end cassoulet de la famille…

-       Oui, mais vous ne lui en avez pas donné, c’est beaucoup trop lourd, c’est gras…

-       Bien sûr qu’elle a eu le droit à en prendre. Pourquoi aurait-elle été la seule à en être privée ? Comment pourrait-elle comprendre qui elle est si elle n’a pas la possibilité de vivre avec sa famille, y compris en prenant du cassoulet. Notre cassoulet !

Je connais le même genre d’histoire avec la choucroute, le couscous, la potée lorraine… Oui, nous sommes tous de bassins culturels différents et chacun a le droit de garder ses liens culturels et gastronomiques ce qui ne signifie pas du tout manger du cassoulet tous les jours mais manger du cassoulet tous ensemble ! Très différent !

 

L’étape suivante sera de partager ces coutumes avec les autres pour élargir notre vision culturelle et manger un cassoulet avec des amis du sud-ouest quand on est Lorrain, Bourguignon ou Breton est une découverte que je vous invite à faire le plus rapidement possible…

 

Bonnes journées du patrimoine à tous !!!

 

Pensée du jour...

"Si quelqu'un rêve seul, ce n'est qu'un rêve.
Si plusieurs personnes rêvent ensemble, c'est le début d'une réalité !"

Friedensreich Hundertwasser

 

Imprimer - - par Boule sans bile



Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'information

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE Revue de web



RÉGIE PUB : Contact ici

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle