entre nous

Sorties à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Vous retrouvez l'ensemble des programmes et informations concernant les sorties en devenir dans notre AGENDA

 

 

Publicité

 

 

Des milliers de jeunes investissent les monuments de Bourgogne-Franche-Comté

60 000 JEUNESINVESTISSENT LES LIEUXDE PATRIMOINE PENDANTLES VACANCES SCOLAIRES

C'est mon patrimoine !participe de l'éducation artistique et culturelle des enfants et des adolescents pendant les vacances scolaires. Accueillis dans les lieux de patrimoine sur l'ensemble du territoire, les jeunes ont accès à différents programmes d'activités pluridisciplinaires.

Ateliers, visites théâtralisées,jeux de piste, lectures, danse,performances ou pratique des arts numériques permettent de s'approprier de façon inédite le patrimoine.

   

SAÔNE-ET-LOIRE (71)

CLUNY

Abbaye de ClunyDu 15 au 26 juilletArchitecture, archéologie, arts décoratifs et arts appliqués, arts numériques, arts plastiques, chant, photographiePars, cours, conte ! > 3 à 12 ans Une promenade contée pour aborder de manière ludique l’histoire de l’abbaye.

Idoles imaginaires, que cache ton ombre ?

> 7 à 12 ans  Parcours de l’exposition « Idoles » et réalisation des croquis au crayon de papier et crayon de couleurChildebert et les reliques perdues, enquête dans l’abbaye

> 7 à 12 ans Les enfants suivent les traces de Childebert pour retrouver ses reliques disparues.Éveille tes sens ! > 3 à 12 ans Voyage sensoriel le monde des œuvres d’art de l’abbaye et de la vie au Moyen Age.Le tour du monde des masques: costume ton masque !

> 3 à 12 ans Guidés par une artiste plasticienne, les enfants découvrent les usages des masques.Studio photo, enquête des mondes !

>  6 à 12 ans À partir de photographies anciennes, les enfants se mettent en scène dans le rôle d’archéologues imaginatifs.

 

MONT BEUVRAY

Musée Bibracte Du 15 au 19 avril

Archéologie, arts numériques, musiqueCarte postale sonore

> 12 à 18 ans Découverte du site naturel et archéologique, initiation à l’archéologie de terrain et captation des bruits de la ville et du chantiers de fouilles, initiation au mixageLe mouvement du monde

> 12 à 17 ans La chorégraphe Claire Dessimoz créera avec les jeunes une pièce inspirée de la carte postale sonore réalisée par l’artiste Diane Blondeau en avril 2019

 

SOLUTRÉ-POUILLY

Musée de Préhistoire de Solutré

17 et 18 mai, 5 juillet Archéologie, danse, performance

Danser la Préhistoire

> à partir de 4 ans Spectacle dansé des élèves de l’école primaire de FuisséSpectacle Which Side Story

> à partir de 7 ans Spectacle dansé sur l’évolution humaine, conçu avec le paléoanthropologue Pascal PicqRencontre avec les réalisateurs de la série « Vanciaviez-vous ? »

> à partir de 5 ans Dessins animés, jeux vidéo, histoire, vieilles pierres, visites, secrets de production

 
Imprimer - - par C'est mon patrimoine - 26 juin 2019

CHALON : « L'ENFANT ELEPHANT » ... opéra pour enfants


L’ENFANT ELEPHANT de Jean Gracie …

Avec la Pré-Maîtrise de la Cathédrale de Dijon et la Pré-Maîtrise chalonnaise Saint-Charles.


Face à une salle Marcel Sembat comble, magnifique soirée, mêlant théâtre et musique, avec tous les âges, bénéficiant de la formation musicale proposée par l’ensemble Saint-Charles.

En première partie deux opéras :
* la pépinière (CP- CE1) avec le conte, Hansel et Gretel, interprétén avec belle assurance et beaucoup de fraîcheur dans les jeunes voix à l’unisson.


Puis, en costume « colonial », une centaine d’enfants (CE2 au CM2) arrivèrent sur scène.

Deux pré-maîtrises, Chalon et Dijon, se sont réunies pour travailler toute l’année : « L’enfant d’éléphant » de Jean Gracié, d’après une histoire de Rudyard Kipling.

Un groupe de jeunes talentueux percussionnistes a rythmé les chants, relatant les tribulations du jeune éléphant au bord du fleuve Limpopo, à la recherche d’un crocodile, portant des costumes superbes et des maquillages impressionnants.


En seconde partie, la maîtrise Chalonnaise formée des collégiens, a revisité, pour les spectateurs, son répertoire … qu’elle va proposer lors d’un prochain concert à Lyon le 30 Juin , qui rassemblera 150 « Pueri Cantores » de la région Rhône Alpes.

Cette soirée a permis d’entendre des œuvres de John Rutter (« The Lord bless you and keep you ») et Bob Chilcott (« Can you hear me », dont le refrain est chanté avec une gestuelle en langue des signes) ... avec également, au programme, « Mirtia », un chant de Mikis Théodorakis récemment présenté à l’ambassade de France d’Athènes.

Le projet a regroupé 100 enfants issus de la pré- maîtrise de la cathédrale de Dijon et Chalon.

Une première représentation avait eu lieu à l’église de La Visitation à Dijon le lundi 03 juin.

Les chefs de chœurs sont Edith Pluyaut pour Dijon et Thibaut Casters pour Chalon.

Les costumes ont été confectionnés par des mamans bénévoles sous la houlette de Cécile de Taillandier et de ses doigts de fée.
Les sculptures ont été offertes par Denis Bernard, artiste art plastique chalonnais, ayant son siège social dans un magnifique atelier rue de Germagny à Chalon-sur-Saône, le Metteur en scène est Jérémy Perrin et les décorations végétales offertes gracieusement par le service des Espaces Verts de la Ville de Chalon.
Le maquillage, magnifique, émane de « Make up for ever », via Cannarozzo Sandra et les masques éléphants, ont été réalisés dans le cadre de l’option DESIGN du lycée Saint Charles.
Il est à noter que Madame Million, professeur pour cette option et référente pédagogique pour le collège Saint Dominique était présente dans la salle ainsi que Dominique Rougeron, Conseillère municipale déléguée aux relations avec le monde culturel et sportif, Isabelle Dechaume, des directeurs d’établissement Jean Pascal Troubat, collège saint Dominique, Frédérique Lemetayer pour l’école primaire, nombreuses maitresses et professeurs, sans oublier de bien signaler, le partenariat exceptionnel de la Ville de Chalon-sur-Saône.


Il est à noter, que l’après-midi du samedi a été réservé aux scolaires et aux EPHAD, soit pas moins de 640 personnes regroupées et 800 le soir.

Et … la compétence, la disponibilité et gentillesse des équipes des espaces verts par l'intermédiaire d'Evelyne Lefèbvre, et du personnel technique de la salle Marcel Sembat.

Grace à eux, le spectacle a eu un décor, des jeux de lumière et un son qui ont rendus ce spectacle juste formidable.


Un énorme travail se termine pour les enfants et l’ensemble de la maîtrise.

La deuxième partie a été consacré à la maîtrise à la fin de cette partie … au cours de laquelle les diplômes de fin de cursus, ont été rems aux élèves de troisième qui s’envolent vers de nouvelles aventures au lycée.

 

 
 
 
 
 
 

Article : Christiane Chapé et Isabelle Paulo
Photos : Christiane Chapé

---------------------------

Infos pratiques :
* Maîtrise St. Charles, association loi 1901
* Collège St. Dominique : 20 avenue de Paris à Chalon-sur-Saône
* 03 85 42 41 21
* www.maitrisechalonnaisesaintcharles.fr
* maitrisechalonnaisestcharles@gmail.com
* Maîtrise Chalonnaise Saint Charles
* Collège Saint Dominique
* 20 avenue de Paris
* 71100 Chalon sur Saône

Reportage photos : Christiane Chapé : 1/2

Suite :  « L'ENFANT ELEPHANT » ... opéra pour enfants 2

Imprimer - - par christiane chapé - 24 juin 2019

CHALON : Lassina Koné et Faso Lili ... dansent !


Danse et musiques africaines à la Maison des Sports … avec Lassina Kone, malien, et l’association solidaire, Faso Lili, dont le but est de construire un centre culturel au Burkina-Faso, pour partager les cultures et promouvoir les savoir-faire.



Après une matinée d’étirements et d’échauffements … et un pique-nique partagé sur l’esplanade du Conservatoire de Chalon, les membres ont dansé sur des rythmes traditionnels et des musiques africaines libres … adaptant mouvements africains au corps.

L’association FASO LILI, avec Lucie Tourneau, Présidente de l’association chalonnaise, organise plusieurs stages par an, tant à la Maison Verte qu’à la Maison des Sports.

Faso Lili c’est : une association née en 2008 à Ouagadougou, de la volonté des frères Diarra.


Son but est de faire perdurer la tradition orale des « griots » de l’ethnie Bwaba dont ils sont issus.

Dans la société burkinabé, les griot sont les dépositaires de la traditions orale traditionnelle notamment par la transmission d’un savoir relatif à la musique, mais aussi en ayant un rôle de médiateur social.

Empreinte des valeurs et de savoirs de la culture traditionnelle, Faso Lili propose une palette d’activités de découverte de certains arts du Burkina mais aussi, plus largement, d’Afrique de l’Ouest.
Elle souhaite également mettre en place des échanges forts avec le Burkina Faso par le biais de voyages et d’un projet solidaire de construction d’un centre artisanal à Ouagadougou.

 
 

Article et photos : Christiane Chapé

------------------------------------

Infos pratiques :

* site web : assofasolili.wixsite.com
* facebook : FASO LILI CHALON

Imprimer - - par christiane chapé - 24 juin 2019

Rétrospective EDA : Monsieur Django et Lady Swing

Monsieur Django et Lady Swing
Vendredi 8 mars 2019

Estelle



Dans le cadre des rendez-vous des Piccolis, il y eut le concert des Amazing Kingstone Big Band intitulé « Monsieur Django and Lady Swing ».

Les amoureux de Django Reinhardt et les curieux étaient venus en grand nombre, faisant salle comble. Cette dernière était aussi bien composée de têtes blondes que de têtes blanches, et tout le monde ressortit conquis !

En effet la force de ce concert, c’est que justement, ce n’était pas qu’un concert : c’était aussi une histoire. L’histoire de Léo, un petit parisien des années 30 qui tombe amoureux du jazz et qui s’embarque clandestinement pour accompagner « Le Maître » à un concert londonien.

Les différents morceaux s’enchaînent au fur et à mesure de l’histoire, faisant des dix-sept musiciens de véritables acteurs sur scène. L’attention qui pourrait se perdre lors d’un concert instrumental est ainsi toujours maintenue à son plus haut niveau. Tout le public était transporté dans ce Paris musical, au point d’en danser sur sa chaise.

Les enfants (mais également les non-connaisseurs) ont eu droit à la fin de la prestation à des explications didactiques sur la formation de l’orchestre, la manière de jouer ensemble et sur les instruments et ce, avec beaucoup d’humour.

La bande a su clôturer le spectacle en beauté, en jouant un dernier morceau tout en se déplaçant à la queue-leu-leu dans les allées, pour terminer en plein hall de l’Espace des Arts pour venir à la rencontre de leurs fans.

Ce fut donc une très belle soirée, où le mot « swing » n’était pas réservé qu’à la Lady de Django !

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Estelle, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 24 juin 2019

Ce dimanche : deux rendez-vous pour le chineurs, au théâtre de Verdure et au Plateau

Les ombrages du théâtre de verdure et ceux du plateau saint Jean, constituent des espaces appréciés ce dimanche ensoleillé pour les chineur et exposants de deux vides greniers. Au Plateau des Près saint jean, ce sont les bénévoles du comité de quartier avec leur président Jean Michel Morandière n qui organisent l'événement . Environ une cinquantaine d’exposants sont présents.
Du côté du théâtre de verdure, plus d'une centaine d’exposants ont répondu à l'invitation de la « Vaillante », présidée par Jean Michel Cochet. Un concert aura lieu à 14 h 30, alors qu'au plateau un concours de pétanque débutera à 11 H
D'autre part, à l'initiative de la Confédération Musicale de Saône et Loire, un concert aura lieu ce même jour à 11 H, Place de Beaune avec l’Harmonie-Lyre des Charreaux.
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 23 juin 2019

CHALON : la GUINGUETTE en GOGUETTE



Lancement de « CHALON EN MODE GUINGUETTE » ce vendredi soir, sous un ciel bleu-gris-bleu et une foule dense, par Gilles Platret, accompagné des conseillers municipaux et des reines de quartiers.


La GUINGUETTE de Chalon-sur-Saône, c’est la GRANDE FETE DE L’ETE avec des animations jusqu’au 11 juillet, la veille de l’arrivée de la 7ème étape du Tour de France, tant place du Port Villiers (jusqu’au 7 juillet) qu’aux Granges Forestiers, à deux rames d’écart, bénéficiant d’une navette tous les 1/4 d’heure, pour se rendre d’une rive à l’autre.

Comme chaque année, la GUINGUETTE investit le bord de Saône pour une ambiance conviviale où les concerts programmés, tous les soirs, feront la part belle aux styles musicaux variés.

Cette année, grâce aux travaux d’embellissement du Port Villiers, la GUINGUETTE s’installe sur la place de Nicéphore et la plate-forme sur la rivière.


Il est à noter que l’installation du Port  Villiers, avec le déplacement de la statue de Nicéphore Niepce, en bord de rivière … est née des GUINGUETTES.

Les chalonnais, grands-chalonnais … voir plus éloignés … bénéficieront de nombreuses animations, avec des concerts gratuits tous les jours :

* Un thé dansant le 2 juillet avec 60 élèves de l’école Vivant Denon, le groupe RADIO ELVIS le 28 juin, la Sido, Nolla, Revevor, les élèves du Conservatoire … une restauration sur place avec le Chalon’Bar, la maison Pizza, la Fritouille ... des activités à partager en famille aux Granges Forestier, des balades guidées en dragon boat, des virées en Rosalie et en canoë paddle vélo sur la Saône avec Canoë Bourgogne …

Une délégation allemande de Solingen, ville jumelle de Chalon-sur-Saône, en visite dans notre ville, va pouvoir bénéficier des festivités.


Le programme complet des festivités se trouve dans le hall de l’hôtel de ville, dans divers commerces et cafés-restaurants et est distribué sur le Port Villiers, dans le village des Guinguettes.


Article et photos : Christiane Chapé

 
 
 
Imprimer - - par christiane chapé - 22 juin 2019

Rétrospective EDA : Dans la peau de Don Quichotte

13 février 2019, Dans la peau de Don Quichotte
Harmony

Tout commence avec des explications concernant l'appréhension dans le monde du spectacle : "Quel sera le prochain?". C'est à partir de là que tout commence. Une sorte de réflexion sur la fameuse page blanche…



L'équipe mise en scène raconte que leur périple dans la conception de l'œuvre démarre par la visite d'un vide-grenier. Elle y trouve alors un carton rempli d'objets portant à croire que leur propriétaire prévoyait de réaliser un film.

Dès lors, tous les acteurs arrivent sur scène. Musique, bruitages du film, tout est fait avec les moyens du bord, et orchestré par les acteurs, présents à la fois sur scène et sur la toile déployée derrière eux.
Le film produit dans une mise en abyme prend place sur une époque, à cheval sur le crépuscule du Deuxième Millénaire, où on appréhende le Bug de l'An 2000, et sur l'aube du Troisième Millénaire.

L'histoire ainsi conçue est celle de Michel Alonzo, homme d'ordinaire peu loquace travaillant à la bibliothèque municipale d'un village de Normandie. En charge de la modernisation des livres présents dans l'établissement, et craignant le Bug de l'An 2000, celui-ci finit par lui-même buguer, à minuit pile, le 1er janvier 2000. Adieu Michel Alonzo, bonjour Don Quichotte, chevalier errant dans une Espagne désertique. On nous propose sa vision des faits, à la première personne. Plus le moindre élément contemporain n'est visible pour l'instant. Le spectateur voit tout du point de vue de quelqu'un qui se croit à l'époque de Cervantès.

Mais de fil en aiguille, on quitte son point de vue, biaisé par son imagination. La folie du protagoniste est montrée. Peu le prennent au sérieux. Très vite, il se fait humilier par un maire fort peu bienveillant. Et il finit par arriver à l'hôpital psychiatrique où Dulcinée, la lectrice assidue, travaille. Après qu'on lui ait diagnostiqué plusieurs troubles mentaux, il sera interné plusieurs semaines avant de rentrer chez lui. Puis finira par s'éteindre, laissant son écuyer, en réalité agent d'entretien, prendre la relève.

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Harmony, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 22 juin 2019

Visite de Dijon : l'église Saint-Michel

Se promener dans Dijon, c’est aussi partir en voyage dans le passé… et Dijon est assez riche pour offrir des destinations très différentes et attractives au possible…


Dans le cœur historique de Dijon, on trouve une église particulière avec une façade réputée car elle mêle le style gothique et celui de la Renaissance naissante… L’église Saint-Michel fut donc ma destination hier après-midi…

Comme toujours, l’église d’aujourd’hui fut construite sur une plus ancienne bâtisse religieuse… Ici, il y eut probablement, aux origines, une chapelle dans un cimetière. On est en dehors du camp (ou ville fortifiée) gallo-romain. Cette chapelle est très certainement en lien avec l’abbaye Saint-Etienne sans qu'il ne soit possible de dater tout cela avec précision…


Comme souvent, de façon très classique, cette première église très ancienne (peut-être du VIe siècle?) est devenue une basilique dont la taille fut trop petite quand le nombre de fidèles, de pèlerins et autres visiteurs devint trop important. C’est alors que l’on construisit une église romane qui fut consacrée en 1020 par Garnier de Mailly, abbé de Saint-Etienne.

A la fin du XV° siècle, en 1497 très exactement, le clergé, les administrateurs et les paroissiens décidèrent une nouvelle construction. La ville de Dijon concède alors l’usage d’une carrière près de la Chartreuse de Champmol et offre même un morceau de terrain pour allonger l’église… On est alors à la charnière entre gothique, gothique flamboyant et style de la Renaissance d’où cette construction particulière, hybride…


La construction de l’édifice est chaotique en raison du financement par la paroisse elle-même et des troubles politiques et militaires du moment. N’oublions pas que la Bourgogne est alors victime des conflits entre Louis XII et Maximilien d'Autriche. La ville de Dijon est assiégée (1513) et bombardée. La construction d’une église paroissiale passe au second plan…


Si l’église est, encore inachevée, est consacrée en 1529, il faut savoir que les travaux continuent durant des décennies. Le portail central est terminé en 1551 et les travaux de la façade stoppent en 1570 et reprennent vers 1650… La tour nord est achevée en 1667…


Le style Renaissance étant devenu le style de référence, la façade de Saint-Michel illustre cette révolution. On est bien en face d’une transition culturelle, artistique et architecturale. D’une certaine façon, cette église est donc unique en son genre et nous devrions, nous Bourguignons, prendre le temps de la regarder comme témoin d’une époque et symbole d’avant-gardisme…

 


Par la suite, Saint-Michel connut ce que connurent les autres bâtiments religieux… Sous la révolution, elle va éviter le pire en devenant un lieu de culte dédié à l’Être suprême et le Concordat signé par Napoléon avec Pie VII lui redonnera un statut de paroisse digne de son nom et de son histoire…



Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 20 juin 2019

Rétrospective EDA : Verte

Lorsque je me dirige vers l’Espace des arts, je ne sais pas à quoi m’attendre. Je viens voir le spectacle « Verte » d’après Marie Desplechin et mise en scène par Léna Bréban. Je n’en sais pas plus…


C’est lorsque je vois les nombreuses familles se dirigeant vers l’Espace des arts que je réagis : et si c’était un spectacle pour les enfants ?! Pour être honnête je n’ai pas réellement fait attention à toute la description du spectacle quand je l’ai choisi et je ne suis pas spécialiste des spectacles pour la jeunesse… Je m’installe dans la salle et vu tous les enfants qu’il y avait, mon doute devient réalité, c’est bien un spectacle pour enfants. Tant pis, je suis là, parfois il faut aller voir des spectacles ou des films qui ne nous plaisent pas pour ouvrir notre horizon et développer notre esprit critique, aimait me dire un professeur de fac. Mettons cela en application !


Le spectacle commence et le premier personnage parle d’un sujet très actuel : « qu’est-ce qu’être une mère ? ». Certes, ce n’est pas encore ma priorité absolue mais on a tous une mère… Non ?

Petit à petit, le spectacle évolue sur les sorcières, plus précisément l’histoire d’une famille de sorcières. Le début est dynamique, vivant et humoristique, il n’y a pas de raison que ça ne me plaise pas.

Finalement je peux vous dire que même si c’était un spectacle pour les enfants c’était « abordable » par les adultes, la comédienne qui joue la grand-mère pétille et fait rire aux éclats les enfants comme les adultes ! Les effets spéciaux surprennent tout le monde et émerveillent les enfants. Je ne peux pas dire l’inverse j’ai passé un très bon moment.

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Caroline, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 19 juin 2019

Rétrospective EDA : Journal d'un disparu

18 janvier 2019, Journal d’un disparu

Ce soir-là, à l’Espace des arts, je suis venu voir et écouter de l’Opéra, une nouvelle expérience pour moi. Il ne fallait pas s’attendre à un opéra classique, et pour les habitués, ce fut certainement une surprise… Un Opéra miniature, musicale mais aussi théâtrale...


Le public est lentement plongé dans la pièce sombre qui s’éclaircit peu à peu. Ce soir-là on se retrouve transporté dans une histoire idyllique mais aussi interdite entre un jeune homme et une jeune femme, une étrangère, une tzigane, un amour interdit...

Cette histoire bientôt centenaire est inspirée d’un amour impossible entre Leoš Janáček (l’auteur) et Kamila sa muse et est reprise et mise en scène par Ivo Van Hove. Pendant une heure le public est tenu en émoi, imbibé par la tristesse, la solitude et le déchirement de ces personnages…

En parallèle avec cette thématique mélancolique se cachent d’autres thèmes tels que la question de l’identité mais aussi des flux migratoires.

Une scène qui s'apparente à un studio de photographie, des photos en noir et blanc, des lumières colorées chaudes, froides, intermédiaires des notes aigus qui laissent transparaître un univers hitchcockien...

Le public est conquis, le metteur en scène a réussi vaillamment à le transporter au cœur de cette romance. L’atmosphère était palpable, les cris de douleur avaient atteint le cœur des spectateurs. C’est avec nostalgie que je sors conquise par ce spectacle, en me disant que l’amour reste le même que l’on ait 7 ou 77 ans !

Imprimer - - par Sarah, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 19 juin 2019

Association ARIANE: un moment de grâce à Germolles

À Germolles, chez Marguerite de Flandre, La pluie s'est arrêtée peu de temps avant le début du spectacle et la centaine de spectateurs présents a pu assister à la balade contée, chantée et musicale proposée par les ateliers de l'association Ariane ce samedi 15 juin après midi.

 

Emmenés par des choristes,des guitaristes et des conteuses habillés pour l'occasion en voyageurs du siècle passé, les spectateurs ont ri, souri et applaudi dans les jardins autour du château.


1h30 de spectacle avec un magnifique final dans la bergerie transformée en galerie d'exposition pour l'atelier art visuels qui présentait son splendide travail de l'année.
Un délicieux moment poétique et hors du temps.

 

 
 
 

 


L'association Ariane propose toute l'année des ateliers: conte,arts visuels,chorale,guitare, badminton sur Chalon sur Saône.
Renseignements: contact@ariane71.fr

Prochaine date à retenir : 24 juin 20h30 au théâtre du Grain de sel :" sur le fil d'Ariane"
Avec des histoires de femmes racontées par 8 conteuses : un beau moment en perspective.
( à partir de 16 ans)
Resa: 06 16 32 26 06

Imprimer - - par Prost cossio anne - 19 juin 2019

CHALON : Sortir avec V@C, une vue rapide des tentations...

 

  Photo by JOHN TOWNER

 

 

 

Notre agenda se présente sous plusieurs formes :

Détail de chaque événement : mode calendrier  et cliquer sur la flèche :

 


NDLR

Nous n'avons reçu aucune information précise sur les événements absents ou ne comportant pas de liens.

Pour figurer dans notre agenda, écrivez-nous ici 

 

Publicité.

 

Imprimer - - par @Mr Albert - 18 juin 2019

Rétrospective EDA : Optraken

20 décembre 2018

Cette création de Galactik Ensemble avec Mathieu Bleton, Mosi Espinoza, Jonas Julliand, Karim Messaoudi et Cyril Pernot, est un spectacle fascinant. Le mot-clé de ce spectacle est probablement « précision ». Car, ici, tout est calculé, prévu, millimétré pour que l’artiste ne soit par touché par les objets qui chutent, les projectiles qui passent… L’enchainement est fou, le spectacle se poursuit sans que le spectateur puisse avoir le temps de s’interroger lorsqu’un objet touche un artiste : était-ce fait exprès, était-ce calculé, était-il en retard ou en avance… Show must go on !



On est bluffé par ces effets de précision et à certains moments on se demande comment tout cela est géré. En danse, tous les danseurs comptent intérieurement pour rester ensemble… Et ici ? Finalement, il doit y avoir un artiste technicien invisible mais qui est bien là pour déclencher tous ces mouvements… Quelle chorégraphie d’objets ? C'est une prestation remarquable sous cet aspect.

On peut dire que c'est un spectacle de cirque principalement pour les adultes, avec beaucoup d’humour, de danse, de la présence sur scène... C'est avec légèreté qu'on regarde ce spectacle qui en quelques instants nous fait oublier notre vie quotidienne pour nous entrainer dans un monde absurde et fascinant…

Les plateaux tournants donnent des effets spéciaux, des illusions, des rêves… La scène est tout le temps habitée par les comédiens, du début à la fin du spectacle. Plus on avance dans cette narration improbable et plus la scène est remplie de déchets, de fleurs, de sacs plastiques et d'autres ingrédients jetés, projetés, chus... Nous passons un agréable moment à regarder ces comédiens se battre pour éviter que quelque chose ne leur tombe sur le coin de la figure. Comme pour symboliser les événements de la vie, imprévisibles, évités de justesse et pas toujours agréables.

Oui, finalement c’est bien un spectacle conceptuel, existentiels, philosophique…

La photographie a été fournie par l'Espace des arts

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Caroline, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 18 juin 2019

Au port Villiers : La guinguette s'installe. Coup d'envoi, vendredi

Différente équipes, composées de techniciens souvent intermittents du spectacle, s'activent pour installer les trois espaces pour la restauration mais aussi pour l’extension d'avancée qui supportera la scène .


COUP D'ENVOI : VENDREDI JUSQU'AU 7 JUILLET INCLUS
« Tout sera prêt pour vendredi » a confié Gilles. Ce technicien est en charge de la coordination de la préparation des guinguettes. Le coup d'envoi sera donné vendredi, elle fonctionnera jusqu'au dimanche 7 Juillet de 11 H à 23 H 30.

 


DES ANIMATIONS AUX GRANGES FORESTIER DU 29 JUIN AU 12 JUILLET
Lundi prochain, les techniciens 'activeront du côté des granges foretier. Du samedi 29 Juin au vendredi 12 Juillet, des animations seront installées dan ce secteur. comme le années précédente
Ces animations estivales sont proposées par la ville de Chalon.

 

 
 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 17 juin 2019

Rétrospective EDA : Extension

C'était le 29 septembre 2018...

"Grand Espace… Des personnes de tous les âges sont là assises et attendent… Des familles, des couples ainsi que des groupes d'adolescents occupent l’espace. Certains semblent venus pour encourager un proche, d’autres pour voir un spectacle familial. Tout est en place, la chorégraphie peut maintenant débuter…
S'ensuit un balai de danseurs de toute génération évoluant sur scène, en passant des jeunes enfants aux retraités, la chorégraphie est interprétée aussi bien par des danseurs confirmés que des néophytes. Et c’est harmonieux !


Chacun trouve son compte, le spectacle est compréhensible par tous et nous sommes embarqués par les mouvements des danseurs. L’agilité de certains danseurs montre une haute maîtrise de la discipline Hip-hop et plait au spectateur…
Puis, la musique cesse, les mouvements se figent et la salle bondi sous un tonnerre d'applaudissements. La chorégraphie de Michael Le Mer a su conquérir la salle de l’Espace des arts rénové… Je n’ai pas vu le temps passer et je suis heureux d’avoir été à cette inauguration… "

 
Imprimer - - par Antoni, étudiant en TAIS de l'IUT de Chalon-sur-Saône - 17 juin 2019

Vient de paraître : « L'été bleu » édition 2019... Le guide des R.D.V en Saône et Loire

En vente depuis ce dimanche, l'édition 2019, de « L'été bleu ». Supplément culturel et de loisirs, édité par le « Journal de Saône et Loire », au prix de 2,10 avec l'édition dominicale du quotidien départemental, cette parution de 140 pages a été coordonnée par Meriem Souissi.


Pas moins de six rubriques avec notamment une première partie consacrée au millénaire de l'abbaye de Tournus, la deuxième partie est dédiée aux commémorations dénommées « Sur les pas de Lamartine ». L'agenda regroupe des rendez-vous festifs, artistiques, culturels, sportifs sur les mois de Juin, Juillet, Août et Septembre.

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 16 juin 2019

Lux : Plus de 300 exposants pour la 21éme brocante de l'Association sportive

« Nous attendons entre 3000 et 3500 visiteurs, pour cette 21éme édition » a confié, dimanche matin, Régis Pichet, président de l'Association Sportive de Lux, organisatrice d'une grande brocante au lac Noiron.


PLUS DE 300 EXPOSANTS
Aux environs de 8 heures, ils étaient déjà 320 exposants autour du lac, un cadre bucolique et champêtre pour cette édition bénéficiant d'une météo très favorable. Les premiers exposants, sont venus dès 4 Heures du matin, afin d'avoir une place privilégiée...C'est dire.

 


« LE FOOTBALL SE PORTE BIEN A LUX »
Président depuis 12 ans, de l'A.S.L, Régis Pichet a été reconduit dans ses fonctions, il y a quelques semaines. « Avec 8 équipes dont une féminine et 150 licenciés le football se porte bien à Lux » a commenté Régis Pichet. Ce dernier a précisé «  Nous sommes troisième en D1, nous échouons de peu afin d'accéder en régional....dommage »...
Entrée 1 Euro.

 

 
 
 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 16 juin 2019

Cluny... et si vous y alliez visiter le musée ?

Les gens peuvent avoir une fâcheuse propension à voir les musées comme des endroits où l'on s'ennuie, des lieux morts. Ce n'est qu'une question de goûts, ces derniers ne se discutant pas, mais il ne faut pas non plus oublier que ces lieux abritent des pièces témoins d'un passé plus ou moins lointain... et parfois, le musée lui-même est un témoin du passé… Parfois, le témoin est encore acteur aujourd’hui et le musée devient vivant, tout simplement…



Samedi 18 mai s'est déroulée la quinzième Nuit Européenne des Musées, permettant de libérer sa curiosité sans avoir à débourser quoi que ce soit à partir de la tombée de la nuit. Le Musée d'Art et d'Archéologie de Cluny participait justement à la manifestation et j’y suis allée.



Les visiteurs ont donc eu l'occasion de faire un grand bond de plus de mille ans dans le passé en allant s'intéresser de plus près à l'exposition que proposait la ville. Il y était principalement question d'architecture romane. Reconstitution d'arches et de sculptures, icônes, dalles peintes ou sculptées, armoiries, fresques glorifiant les martyrs, nombreux étaient les éléments permettant de faire foi de la grandeur de l'abbaye à son époque, tant au sens propre que figuré, de par son rayonnement à l'échelle européenne. Grandeur qui sera remise en valeur à partir de 1088 afin de construire Cluny III, ou "La Maior Ecclesia": une église abbatiale dont les voûtes culminent à trente mètres de haut. Ce chef d'œuvre de l'art roman restera par conséquent la plus grande église de l'histoire de la chrétienté pendant près de 400 ans.

 


Ce n'est cependant pas là la seule merveille que la cité et son musée ont à offrir. Alors pourquoi ne pas venir découvrir de vos propres yeux ce que ce musée peut vous conter de son passé ? Et c’est une belle occasion de visiter Cluny et sa région magnifique… Non ?

 
 
 

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

Imprimer - - par Harmony, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 15 juin 2019

Rétrospective EDA : Soulèvement

Dans mes spectacles de l’année 2018, je retiendrai Soulèvement de Tatiana Julien. Ce spectacle fut pour moi un gros choc, un coup de massue, un bouleversement et ce fut si fort que je n’ai pas encore réussi à écrire un texte construit. Soulèvement est à la fois une performance d’artiste, une écriture magistrale, une prouesse émotionnelle sans égale ou presque, un cri politique, humain, sociétal…

 

Bref, un soulèvement de l’humanité porté par une femme courageuse qui s’expose et prend des risques considérables… On sort de ce spectacle sans voix, tremblant, hésitant, bouleversé, hagard… et j’ai bien conscience de ne vous avoir finalement rien dit de ce spectacle où Tatiana Julien est tour à tour chanteuse, boxeuse, leader politique, révoltée, danseuse, nue, femme, tout simplement femme… femme forte, femme exposée, femme fragile, femme à la portée de tous, femme porteuse de l’humanité entière… Bon, ben, il ne vous restera plus qu’à voir ce spectacle s’il passe près de chez vous et à votre tour vous serez exposés à un des spectacles les plus forts qu’il m’ait été donné de voir ces dernières années…

 
Imprimer - - par Bonnet Michel - 14 juin 2019

Rétrospective EDA : Three Times Rebel

Instances, Three Times Rebel, 16 novembre
Anton


« Grâce à un ingénieux système de barres en métal le petit groupe se forge tout au long du spectacle un outil leur permettant de construire et de détruire à leur guise des espaces, des formes dans lesquels ils s’inscrivent ou pas.


Ce système leur permet ainsi de facilement pouvoir signifier des situations de rejet, de pression ou bien d’enfermements sur plusieurs personnes dans différentes situations de la vie.
La performance prend une tout autre dimension grâce à cet outil qui les aide à porter et à faire passer des messages complexes, difficiles à exprimer.


La sexualité, le corps sont les thèmes récurrents de la pièce et sont traités de façon indirecte pour pouvoir laisser un doute sur leur interprétation. Seul le ressenti, le vécu et le souvenir de ces scènes sont mis en avant pour essayer de provoquer le spectateur, le déranger, lui faire ressentir de l’empathie pour le personnage présenté. »

 
Imprimer - - par Anton, étudiant en TAIS de l'IUT de Chalon-sur-Saône - 14 juin 2019

Rétrospective EDA : Soulèvement

Vendredi 16 novembre, Instances, Soulèvement de Tatiana Julien

Harmony

« La danseuse, dans ce spectacle, est une vraie pile électrique, qui va partout, bouge dans tous les sens, brisant les codes liés à la danse, ancrés dans l'imaginaire collectif. On retrouve d'ailleurs beaucoup d'éléments de la pop culture dans ses pas de danse, que ce soit l'indémodable Macarena, le geste du bras de Snoop Dogg, ou les mouvements frénétiques du jeune Russell Horning, que les plus jeunes auront peut-être plutôt connus grâce à Fortnite.
Souvent brusques, imprévisibles, sauvages, les mouvements de Tatiana Julien évoquent la colère grondant dans l'esprit humain contre la société. Un ras-le-bol général des codes illustré à travers la danse. Tout le long de la représentation, plusieurs discours et chansons, en lien avec des mouvements de lutte, de révolte, seront entendues. Comme l'Internationale, par exemple, pour n'en citer qu'un...
Puis, elle s'enfuit ensuite vers les vestiaires, pour revenir vêtue d'un short et d'un débardeur de sport. Ce dernier sera néanmoins déchiré, semblant faire écho à une chanson sur l'esclavagisme, diffusée au même moment.
La jeune femme prendra alors la parole pour un monologue sur la nature de l'homme et son esprit révolté, où elle se mettra complètement nue, comme pour mettre en relief ses propos sur la nature humaine.
La vérité nue.
Enfin, elle se revêtira de son t-shirt noir, pour embrasser, enlacer tout ce qui se trouve autour d'elle, comme prise d'une transe la poussant à tout glorifier.
A l'issue de ce spectacle, beaucoup ressortiront perplexe, peut-être même gênés par la nudité de Tatiana Julien. Mais selon moi, tout faisait sens et illustrait à merveille le souhait perpétuel de révolution enfoui en chaque être humain… »

Sarah

« Fatigué d’être écrasé, utilisé et souillé par la société, le peuple se révolte, il se soulève.
Pendant 40 minutes, Tatiana nous livre un combat acharné digne des plus grands, se moquant des stéréotypes et des moules dans lesquels on est le plus souvent emprisonné. Elle transmet son énergie à la salle et l'embarque dans son monde. Elle esquisse des mouvements brusques, élancés et toniques.
Il était possible de l’entendre à travers ses mouvements : EMMANCIPEZ-VOUS, BATTEZ-VOUS, C’EST VOTRE LIBERTE !!!
Derrière elles des archives sonores parlaient de luttes, de révoltes, de "soulèvements"... Malheureusement cela dure depuis bien longtemps et le virus a été inoculé depuis des centaines d’année et l’histoire repart en boucle constamment. Oppressée incessamment, Tatiana julien réussi à nous raconter sa bataille et son mépris. Son corps transmet son partie pris.
Quand elle décide de dévoiler son corps nu, elle nous explique qu’il est maintenant temps de retourner à la liberté originelle, à la liberté d’expression au temps où la société ne reflétait pas ce cadre opprimant où l’homme n’est qu’un loup pour ses semblables.
Ce spectacle fut merveilleux, Tatiana Julien a réussi à exprimer tout haut ce qui je ressens tout bas. »
Imprimer - - par Harmony et Sarah, étudiantes en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 13 juin 2019

Rétrospective EDA : Festen

Festen, 6 novembre

Chloé

« Ne connaissant rien sur la mise en scène, j’ai été surprise de découvrir une adaptation vidéo et théâtrale du film. En effet, le spectateur suit tout : la scène et les coulisses grâce à une vidéo projetée en direct.
Férue de spectacle vivant, c’était la première fois que j’assistais à une expérience de la sorte. Empreinte d’émotion, la pièce nous fait vivre une véritable expérience sensorielle. En effet, le metteur en scène à choisit de travailler l’image grâce à la vidéo, mais il a aussi intégrer une dimension olfactive en diffusant des odeurs et une dimension sonore grâce à une bande son prenante. Tout nos sens sont sollicités et cela nous entraine dans une atmosphère un peu étrange sur le plateau. J’ai assisté à une véritable expérience esthétique : tous les plans sont travaillés et calés parfaitement au millimètre près, il y a une mise en abime, de la profondeur de champ…
J’ai été vraiment impressionné par la rigueur concernant le dispositif technique. De plus, j’ai trouvé les acteurs incroyables. Ce spectacle est vraiment d’une intensité déconcertante, entre le jeu des acteurs, la narration et la présence des caméras. Ce qu’on nous donne à voir est tellement riche qu’on a parfois du mal à savoir ce qu’il faut regarder sur scène. Mais ce mélange de théâtre et de vidéo fut une nouvelle expérience que j’ai adorée et qui m’a réellement émue. »



Caroline

« La famille... ce doux mot évoque chez chaque personne quelque chose de différent. Dans tout les cas il a de multiples sens, que se soit positif ou le négatif. Thomas Vinterberg a su exploiter et montrer quasiment toutes les facettes de ce mot et ce qu'il regorge. Car avant d'être une pièce de théâtre « Festen » était un film et très probablement une histoire vraie...
Nous sommes happés entièrement le temps de la représentation. Le décor est impressionnant, nous avons constamment quelque chose à voir ou à écouter. On a tout vu, tout imaginé, que se soit des coulisses, des aménagements scéniques, des émotions des personnages, des hors-champs et des souvenirs... La scène est mise à nu, comme l'histoire de cette famille. On vit tout en même temps qu'eux, les émotions, les non-dits et les faux semblants…
La pression monte, doucement, le texte résonne dans nos têtes et nos mémoires. La salle entière se crispe et suit tout les faits et gestes, le rythme nous entraîne… »

 
Imprimer - - par Caroline et Chloé, étudiantes en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 13 juin 2019

Rétrospective EDA : Sarah McKenzie

Sarah McKenzie, 19 octobre

Sarah
« Et soudain, elle commence à chanter. On se laisse toute suite envouter par sa voix grave et puissante. Les instruments qui s’entrelacent accompagnés de cette magnifique voix. Non ! On n’assiste pas à un jazz habituel, ce jazz qui fracasse les frontières, un jazz comme un café au lait…Oui c’est un jazz couleur caramel. Contemporain mais aussi conservateur. Le public se laisse envouter au rythme de ces cadences qui le font vibrer. Sarah et ses musiciens arrivent à tenir le public en haleine en variant les intensités, les rythmes, les mots... »

Hugo
« Accompagnée par Pierre Boussaguet à la contrebasse, Hugo Lippi à la guitare et Franck Agulhon à la batterie, Sarah McKenzie a su combler le public à chaque morceau. Ses chansons reprenaient différents styles de musique, adaptés à une forme de Jazz plus actuelle afin de nous proposer un mélange des genres originaux. Chaque solo d'instrument était très applaudi, certains exclamaient leur enthousiasme au son de la voix de Sarah McKenzie. »
Imprimer - - par Hugo et Sarah, étudiants en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 13 juin 2019

Rétrospective EDA : Centaures

« Dans ce décor minimaliste habillé par les ombres, évoluent Camille et Manolo mais aussi Gaïa et Indra, leurs montures. Quatre acteurs nous pourrions dire, mais en réalité, une telle communion existe entre ces humains et ces chevaux, que ce sont plutôt deux centaures qui nous racontent l’histoire de leur enfance et de leur rencontre. Centaures, n’est pas juste une pièce. C’est une expérience, un spectacle de cirque, de danse, un film, un conte rythmé par la musique et les sabots.

Même ceux qui n’aiment pas le théâtre sont transportés et fascinés par la vision très esthétisée de ces êtres évoluant sur scène, semblant partager un même esprit tant leur complicité est grande.

Ainsi, comme les enfants le déclaraient en sortant, je n’ai pas vu le temps passer et j’aurais bien aimé rester dans la salle pour cinquante minutes supplémentaires ! »

La photographie est de Jeanne Roualet
Imprimer - - par Julie, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 13 juin 2019

Rétrospective EDA : Georges Dandin et Molière

Georges Dandin, 10 octobre 2018

« Bien sûr, je ne suis pas habitué au théâtre classique et j’ai découvert cette pièce. Je n’imaginais même pas que l’on pouvait passer une bonne soirée avec Molière… Et pourtant !

L’histoire fait un peu désuète comme ça… C’est George Dandin, un faux nobliau qui parvient à s’acheter une femme, Angélique, pour s’élever dans la société. Mais c’est sans compter sur le fait que son épouse n’est pas d’accord avec cette relation forcée. Elle se laisse alors courtiser par une personne plus à son goût, Clitandre. C’est ainsi que les embrouilles commencent pour le mari confondu.

Pendant toute cette pièce, George Dandin va alors essayer de prouver à ses beaux-parents que son épouse la trompe. C’est avec humour que l’on retrouve le mari toujours piégé, le tout rythmé par la voix et la musique d’un accordéoniste.

On ne voit pas le temps passer, on s’amuse, on est heureux et on oublie le reste… C’est peut-être cela une bonne soirée au théâtre ? »
Imprimer - - par Anthony, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 13 juin 2019



Rechercher dans cette rubrique  


 
468 page pub
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ


 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle