entre nous

Sorties à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Vous retrouvez l'ensemble des programmes et informations concernant les sorties en devenir dans notre AGENDA

 

 

Publicité

 

 

EDA : Convaincus par "Dans la peau de Don Quichotte"

 

Je ne pouvais qu’être touché par ce spectacle étonnant « Dans la peau de Don Quichotte »… Tout d’abord, parce que je suis pour que l’on se réapproprie le plus souvent possible les grandes œuvres classiques. Ne les laissons pas mourir dans la poussière alors qu’elles sont souvent d’une force incroyable et qu’il suffit… d’un peu de talent – et l’équipe de la Cordonnerie n’en manque pas – pour leur redonner vie !

 



Mais aussi parce que ce spectacle est original – même si les spectateurs de Blanche Neige ou la chute du mur de Berlin vont retrouver les mêmes techniques sophistiquées – et atypique. On se retrouve face à l’image, au bruit, à la musique, à la voix… et ça fait du bien ! Il y a un côté artisanal au départ, puis au bout de quelques minutes on est embarqué par les artistes musiciens, bruiteurs et doubleurs pour ne plus vivre qu’avec Michel Alonzo et ses fantasmes, sa Dulcinée, ses combats… sa survie !



C’est aussi un spectacle qui rappelle que le livre peut porter les rêves, l’imagination, l’humanité… Oui, le livre peut être plus fort qu’un parking ! Bon, ici seuls ceux qui étaient là hier soir à l’Espace des arts peuvent comprendre mais ce n’est pas grave…



Ce pourrait être aussi l’occasion de redécouvrir Don Quichotte – attention, il n’est pas certain que le véritable Don Quichotte de la Manche soit Picard – ce personnage de Cervantès que l’on a eu trop tendance à oublier alors que finalement les thématiques du roman sont bien encore d’actualité !

Au final, une très belle soirée avec un public qui, comme moi, a été convaincu et séduit !

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 14 fév 2019

Le rendez-vous des Piccolis c'est bientôt

Les rendez-vous des Piccolis ne sont ni un programme spécifique pour les enfants, ni un festival de théâtre pour la famille, ni un temps fort pour attirer plus de public au théâtre... mais c'est quand même aussi un peu tout cela...


En écoutant Philippe Buquet présenter les prochains Rendez-vous des Piccolis, je me disais que c'était avant tout l'occasion d'avoir une programmation ramassée (du 4 au 14 mars) qui permette aux familles d'entrer dans un théâtre à l'italienne pour découvrir des spectacles variés (danse, théâtre d'objets, théâtre d'ombres, théâtre et musique) avec un accueil de qualité (ici on est professionnel même quand on reçoit des enfants !)...



Bref, Chalon-sur-Saône a de la chance de voir sa scène nationale persévérer dans la qualité et la diversité !

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 
Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 11 fév 2019

Grande roue panoramique : Premières impressions : « Chalon sous un autre angle »

Samedi en soirée, les premières usagers de la grande roue installée, place Pierre Semard ont confié après quelques tours dans la grande roue leurs sentiments : « Nous découvrons le centre ville et le quartier sous un autre angle » ont noté quelques jeunes venus prendre « un peu de hauteur ».

 

A 40 mètres de haut, possible donc d'apercevoir la Saône mais aussi Saint Rémy et les Charreaux.


Rappelons que cette attraction est mise en service chaque jour à partir de 11 Heures, jusqu'à 20 H et les vendredis et samedis, jusqu'à 23 Heures.

 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 10 fév 2019

FONTAINES : le QUEBEC salue la commune avec A2C et Bourgogne-Québec...

reportage photos : Christiane Chapé : 2/2
Imprimer - - par christiane chapé - 9 fév 2019

FONTAINES : le QUEBEC salue la commune avec A2C et Bourgogne-Québec...


Dans la salle des fêtes Saint-Hilaire de la commune de Fontaines, à quelques encablures de Chalon-sur-Saône, une belle manifestation culturelle en co-production avec A2C -comme Animation en Côte Chalonnaise- et BOURGOGNE QUEBEC, a réuni de nombreux visiteurs curieux ou passionnés par la « belle province ».



La BELLE PROVINCE, apposée sur les plaques d’immatriculation de la province de 1963 à 1978 … devenue « JE ME SOUVIENS » devise officielle du Québec depuis 1978.

L’idée de cette fête, est de faire mieux connaître cette région du Canada au travers de sa littérature, d’une épicerie de produits locaux, de causeries, d’un apéro dînatoire … et de la musique avec l’artiste Simon Goldin, un magnifique chanteur/guitariste, québecois et dijonnais aujourd’hui, qui réjouira les visiteurs en soirée avec ses chansons originales, paroles et musiques de sa composition, rassemblées dans un CONTE URBAIN ...


Bourgogne/Québec est une association qui propose :

* des rencontres amicales régionales et interrégionales
* des activités aux couleurs du Québec : journées conviviales, spectacles, prix littéraires, dictée francophone, tournée artistique, cinéma, slam, participation au kiosque de l’association lors de foires, marchés de noël, salons du livre …
* des voyages de groupes au Québec et accueils réciproques
* acquérir des produits et livres québécois à des tarifs réduits.


Et vous entrerez dans le grand réseau d’amitié France/Québec – Québec/France qui vous permettra :

* de rencontrer des québecois, de les accueillir ou d’être accueillis chez eux
* pour les 18-30 ans, de participer au programme d’échange inter municipalités
* de participer aux assemblées générales nationales, régionales et, tous les 2 ans, à la grande fête de l’amitié franco/québecoise.

 
 
 
 

Article et photos : Christiane Chapé

----------------------------------------

Infos pratiques :

* Bourgogne/Québec : 03 85 24 10 88 et 06 81 62 76 51
* A2C Givry : Halle ronde, 71640 Givry : 03 85 41 58 82
* Simon Goldin : page facebook (entre autres)

---------------------------------------

Reportage photos : Christiane Chapé : 1/2

Suite :  FONTAINES : le QUEBEC salue la commune avec A2C et Bourgogne-Québec...

Imprimer - - par christiane chapé - 9 fév 2019

CHALON : Sortir avec V@C, une vue rapide de votre week-end

 

  Photo by JOHN TOWNER

 

 

 

Notre agenda se présente sous plusieurs formes :

Détail de chaque événement : mode calendrier  et cliquer sur la flèche :

 


NDLR

Nous n'avons reçu aucune information précise sur les événements absents ou ne comportant pas de liens.

Pour figurer dans notre agenda, écrivez-nous ici 

 

Publicité.

 

Imprimer - - par @Mr Albert - 8 fév 2019

La Biennale d'Art Sacré Contemporain d'Autun dévoile sa programmation

Du 15 au 26 juillet 2019, 25 artistes de 11 nationalités différentes viennent proposer leur vision du sacré au sein de la Biennale d’Art Sacré Contemporain à Autun (71), avec des propositions d’Art plastique, sculpture, performances, danse contemporaine, cinéma ou Land Art présentées dans 7 chapelles de la ville…


Le vidéaste américain Bill Viola (Grand Palais 2014, Royal Academy de Londres 2019), l’exilé chinois Ma Desheng (Carreau du Temple 2015, Domaine départemental de Chamarande 2019), le metteur en scène et écrivain suisse Valère Novarina (L’homme hors de lui, POL, 2018) ou encore le plasticien Yazid Oulab (ACMCM Perpignan 2019) offrent à nos sens une nouvelle vision de l’Art Contemporain et de la notion de "sacré", à l’occasion de cette 2e édition de la Biennale.

 
Imprimer - - par MA - 6 fév 2019

EDA : retour sur une actualité pleine de vie

Sortir à Chalon pour retrouver Littérature, musique, danse, théatre... L'Espace des Arts nous a gatés !
Retour sur les nombreux reportages qui vous ont été proposés sur VAC par les étudiants TAIS.

 

EDA : Sois simple et vrai !

EDA : Sois simple et vrai !

"Vous connaissez Anton Tchekhov? » Lise Visinand, elle, le connait plutôt bien. C’est ainsi qu’elle monte sur scène, avec simplicité, et nous entraine avec elle dans les récits de Tchekhov. En effet, nous faisant partager sa passion pour le dramaturge, elle lit avec ardeur (...)

 

 

EDA : Après la fin au théâtre Piccolo
EDA : Après la fin au théâtre Piccolo

C’était mercredi 9 janvier, je suis allé voir le spectacle de théâtre « Après la fin » au théâtre Piccolo de Chalon-sur-Saône. C’est l’histoire de deux collègues, Mark et Louise, qui se retrouvent dans le bunker de Mark suite à une (...)

 

 

EDA : Tony Allen met le feu à Chalon...
EDA : Tony Allen met le feu à Chalon...

Ce vendredi soir, un des plus grands batteurs du monde, Tony Allen, était présent à l’Espace des arts de Chalon-sur-Saône pour jouer de nombreux morceaux de son album Tribute to Art Blakey entouré de ses meilleurs musiciens. A peine arrivés sur place, nous avons pu constater que le (...)

 

 

EDA : Un autre regard sur Soleil Blanc
EDA : Un autre regard sur Soleil Blanc

Je pense être quelqu’un de très terre à terre. J’aime comprendre ce que je vois. Mais je ne suis pas pour autant fermée à l’art, à l’innovation, à la surprise... Au contraire, j’aime me perdre dans la contemplation d’une œuvre et me laisser (...)

 

 

 

EDA : Soleil Blanc, l’écologie au thèâtre

EDA : Soleil Blanc, l’écologie au thèâtre
Mardi 29 janvier à 20h, se produisait la pièce de théâtre Soleil Blanc à l'Espace des arts de Chalon-sur-Saône. La metteuse en scène, Julie Berès, nous propose dans ce spectacle, une réflexion sur notre environnement, notre manière de vivre et ses (...)

 

CHALON : Jouons avec l’EDA pour gagner une place pour DANS LA PEAU DE DON QUICHOTTE (13/02)
CHALON : Jouons avec l’EDA pour gagner une place pour DANS LA PEAU DE DON QUICHOTTE (13/02)
Jouez avec l'ESPACE DES ARTS et V@C Et tentez de gagner votre place !
Imprimer - - par @La rédaction - 5 fév 2019

EDA : Sois simple et vrai !

"Vous connaissez Anton Tchekhov? »

Lise Visinand, elle, le connait plutôt bien. C’est ainsi qu’elle monte sur scène, avec simplicité, et nous entraine avec elle dans les récits de Tchekhov. En effet, nous faisant partager sa passion pour le dramaturge, elle lit avec ardeur différents textes de Tchekhov, et nous fait partager, presque avec émotion, sa rencontre spirituelle avec l’auteur. Ils semblent être des amis de longue date, bien que cela soit impossible à cause du siècle d’écart qui sépare leurs vies.


Je n’avais jamais assisté à un spectacle vivant de lecture et ce fut une expérience intéressante. Pas de décor, juste une table, une chaise, quelques livres et une actrice qui nous emporte avec sincérité et de façon touchante dans les récits d’un autre temps. « Sois simple et vrai », le titre du spectacle, n’a jamais aussi bien résumé l’ambiance de cette soirée.

Pour un peu, on aurait dit que Tchekhov était dans la salle ce soir-là...

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Chloé, étudiante en TAIS à Chalon-sur-Saône - 4 fév 2019

EDA : Après la fin au théâtre Piccolo

C’était mercredi 9 janvier, je suis allé voir le spectacle de théâtre « Après la fin » au théâtre Piccolo de Chalon-sur-Saône. C’est l’histoire de deux collègues, Mark et Louise, qui se retrouvent dans le bunker de Mark suite à une explosion nucléaire qui semble avoir détruit tout le reste du monde qui les entoure… Louise se réveille inconsciente et n’a aucun souvenir de ce qu’il s’est passé. Après la fin est une histoire de cohabitation entre deux personnes que tout oppose, dans une atmosphère tendue où le temps passe, la faim se fait ressentir et le comportement de Mark est de plus en plus étrange. Très vite, le doute s’installe : si tout ce qu’avait raconté Mark concernant l’explosion était faux?



Je suis arrivée en avance car le théâtre proposait un « escape game » avant le spectacle, animation créée par deux étudiants de Master de l’Institut Image et deux étudiantes de la licence TAIS. C’était une expérience totalement inconnue pour moi étant donné que c’était la première fois que je participais à ce type de jeu. Le but était de trouver trois codes afin de pouvoir sortir d’un bunker. Après quelques minutes d’incompréhension totale, j’ai analysé l’environnement et avec mon équipe, nous avons finalement réussi à finir quelques secondes avant la fin du décompte. C’est une expérience qui m’a vraiment plu car j’étais immergée dans un décor rempli d’énigmes à résoudre avec une légère pression étant donné qu’il y avait un décompte avant lequel finir.

Concernant le spectacle en lui-même, il s’agissait d’un huit-clos puisque les personnages étaient enfermés dans un bunker. Le décor était plutôt sommaire : une table, quelques chaises, un placard, et une sorte d’estrade sur le côté avec des murs en Plexiglas. Pour moi, ce décor quelque peu sommaire permettait de symboliser l’intemporalité ce qui convenait parfaitement à l’histoire car, enfermés dans un bunker, sans fenêtre, les personnages n’avaient aucun repère de temps ou de durée.

De plus, la lumière présente sur le plateau nous donnait à voir une atmosphère étrange, presque irréelle. Le metteur en scène a utilisé une lumière crue, froide, le plateau n’était pas bien éclairé et pas toujours au même endroit. Ça a permis de modifier la perception du spectateur et de créer des espaces distincts sur la scène grâce aux jeux de lumière.

Tout au long du spectacle, pour rendre compte d’une ellipse, ou d’un changement de scène, il y avait la présence de flashs lumineux et d’une musique plutôt angoissante ce qui nous permettait de nous mettre bien dans l’ambiance.

Il y avait aussi l’intégration de vidéos dans le spectacle qui permettait de faire entrer le hors champs sur le plateau et aussi de se focaliser sur l’expression de l’acteur car les morceaux de vidéos étaient très souvent des gros plans sur les acteurs.

Concernant les acteurs, j’ai trouvé leur jeu vraiment intéressant dans le sens où ils ont réussi à dégager de l’émotion transmise à l’ensemble de la salle. L’occupation de l’espace était aussi vraiment pertinente car les acteurs changeaient de place pendant les interludes.

Ce spectacle de théâtre a pour objectif l’émotion, la réflexion. En effet, il aborde des sujets importants tel que la folie, la confiance, l’abus, le viol et il fait même une légère ouverture finale pour questionner le syndrome de Stockholm. J’ai trouvé très adapté de proposer un « escape game » avant le spectacle car ce n’est pas tout le monde qui a eu l’occasion de participer à ce genre de défi et ça apportait quelque chose en plus, quelque chose de nouveau en lien avec le spectacle sans détruire le mécanisme du spectacle.

Ce huis-clos post apocalyptique propose un suspense haletant et nous fait ressentir de l’émotion tout en nous interrogeant sur des sujets de société d’actualité.

La photo du spectacle est de Simon Gosselin.

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Chloé, étudiante en TAIS à Chalon-sur-Saône - 4 fév 2019

EDA : Tony Allen met le feu à Chalon...

Ce vendredi soir, un des plus grands batteurs du monde, Tony Allen, était présent à l’Espace des arts de Chalon-sur-Saône pour jouer de nombreux morceaux de son album Tribute to Art Blakey entouré de ses meilleurs musiciens.


A peine arrivés sur place, nous avons pu constater que le batteur nigérian avait attiré en nombre aussi bien les adeptes du Jazz que des curieux, au point qu’il était difficile de trouver encore des places libres dans la salle. Très attendu, le musicien s’est fait vivement applaudir avant même son apparition sur scène.



Mais dès les premières notes jouées, une ambiance particulière s’est installée, nous transportant dans les bars de la Nouvelle Orléans sans même bouger de nos fauteuils. La prestation n’aurait sans doute pas été la même sans les superbes jeux de lumières, qui ont su rythmer les différents morceaux, mettre en valeur les musiciens et donner une couleur au son.


Le style africo-américain unique de Tony a conquis tout le monde, comme a pu le montrer le tonnerre d’applaudissements à la fin du concert. Si vous ne le connaissez pas encore, allez donc jeter un œil (ou plutôt une oreille !) à sa discographie, qui saura vous faire voyager à travers l’espace et le temps.

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

Imprimer - - par Hugo et Estelle, étudiants en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 3 fév 2019

EDA : Un autre regard sur Soleil Blanc

Je pense être quelqu’un de très terre à terre. J’aime comprendre ce que je vois. Mais je ne suis pas pour autant fermée à l’art, à l’innovation, à la surprise... Au contraire, j’aime me perdre dans la contemplation d’une œuvre et me laisser bercer par sa poésie. Toutefois le théâtre est un cas un peu à part. J’aime avoir devant moi une histoire bien construite qui me pousse à réfléchir sur son sens, sur ses personnages ...



Et c’est pour ça que Soleil Blanc n’a pas su me toucher. La pièce semble au premier abord avoir une portée écologique, ensuite être une morale sur la civilisation et enfin avoir un aspect proche d’une histoire d’amour.

Mais ce sont de nombreuses interprétations que je n’ai su voir, comprendre ou encore apprécier.
La pièce commence par des témoignages vidéo d’enfants sur la nature et l’homme. La vision de ces enfants offre un vent de fraicheur et déborde de vérité. Elle est pourtant longuette et au bout d’un moment j’ai commencé à fatiguer... La suite me semble donc lente à venir !

Le spectacle s’appuie sur une caméra et des maquettes pour conter des séquences de l’histoire. Ces parties sont très intéressantes et captivantes. Le reste est joué par des acteurs. Toute la pièce se présente comme une fable mais je n’ai cependant pas saisi son message ni son but. Je n’arrive pas à m’attacher aux personnages car je ne les comprends pas, ne les apprécie pas ou désapprouve leurs gestes, là ou je sens que la pièce veut que je les soutienne.

Certains passages m’ont toutefois beaucoup plu. J’ai beaucoup aimé les chants qui accompagnent l’action et donnent un aspect très onirique. Les costumes très féeriques des chanteurs m’ont aussi été très agréables. Mais je ne peux pas aimer cette pièce. Sortir d’une pièce et devoir demander que l’on me l’explique car je n’ai pas compris ce que j’ai vu est pour moi inconcevable. Il y avait trop de place laissée à l’interprétation ou alors ce n’était pas suffisamment clair. La romance me laisse totalement de marbre. Je ne ressens pas l’alchimie entre les deux personnages. De plus, je n’ai pas vu de message écologique dans cette pièce car elle se centre sur une histoire qui me semble totalement différente. On pourrait dire qu’elle émet une accusation contre ce que l’on considère de civilisé mais ce n’est pas un message que j’approuve. Mais je pense que toutes les critiques que je peux émettre viennent surtout du fait que je ne comprends pas cette pièce. Oui, je n’ai rien compris, je le reconnais et cela m’a énervé !

Pour conclure, je pense que cette pièce n’a juste pas trouvé son public en moi. D’autres personnes seront certainement bien plus sensibles à cette œuvre que moi, du moins je l’espère pour les artistes !

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Roxane,étudiante en Tais à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 3 fév 2019

CHATENOY LE ROYAL : stage à la découverte de l'ART TEXTILE à la Ferme de Corcelle


Deuxième stage à la découverte de l’ART TEXTILE organisé et conduit par Bernadette Grozelier, ce samedi à la Ferme de Corcelle de 10h à 17h, dans les ateliers d’Arlette Pascal, artiste et maître des lieux.



Bernadette Grozelier, artiste textile, propose de découvrir l’Art Textile et comment, même avec du textile, on peut explorer la 3D.

Le stage débute par la découverte du travail de quelques artistes qui travaillent le crochet, en deux dimensions, en volume et freeform.
L’étude de deux ou trois techniques et points, est proposée ce samedi après midi, afin d’explorer les matières, les textures et les volumes.


Le stage permet de mettre en application « les premiers pas » des stagiaires afin de réaliser une œuvre individuelle.

Chaque personne s’est munie de laines de couleurs, de grosseurs et aspects différents, de morceaux de tissus à couper ou déchirer en bandes étroites, vieux draps, toiles de chanvre ou de jute, de ficelle, de fils divers, de rubans … et de crochets de tailles différentes allant de 3 à 10.


Bernadette Grozelier, au travers de ce stage, fait découvrir l’art textile au crochet, dans la production d’un objet en deux dimensions pour aller vers l’objet en trois dimensions, jouer sur les volumes et les mélanges de textures.

Prochain stage prévu sur le tissage : le 13 avril prochain.

 

 
 
 

Article et photos : Christiane Chapé

------------------------------

Infos pratiques :

* Bernadette Grozelier : 03 80 20 15 03 - 06 18 91 75 05
* bernadettegrozelier@orange.fr

* Ferme de Corcelle : 7 rue du Pont à Chatenoy le royal

------------------------------

Reportage photos :1/3

Suite : 

 

Imprimer - - par christiane chapé - 2 fév 2019

EDA : Soleil Blanc, l'écologie au thèâtre

Mardi 29 janvier à 20h, se produisait la pièce de théâtre Soleil Blanc à l'Espace des arts de Chalon-sur-Saône. La metteuse en scène, Julie Berès, nous propose dans ce spectacle, une réflexion sur notre environnement, notre manière de vivre et ses conséquences sur la nature et les animaux.


La pièce se compose de plusieurs parties, tout d'abord à travers le regard de plusieurs enfants filmés en extérieur en contact avec les animaux et la nature ; ces vidéos sont ainsi projetées au-dessus de la scène. Un adulte leur pose parfois des questions sur leur point de vue vis-à-vis de notre mode de vie. Les réponses, entre évidence et naïveté, nous permettent de nous remettre en question… Durant ces présentations, les enfants sont laissés à eux-mêmes bien qu'ils aient des comportements brusques avec la nature ou les animaux, ce qui leur donne un côté sauvage et nous fait réfléchir sur notre éducation.

Ensuite c'est un conte qui se déroule avec un enfant sauvage vivant au contact des animaux qui se fera par la suite dominer par un homme civilisé qui le forcera à se faire éduquer selon sa vision des choses. La réaction du jeune enfant face à la civilisation forcée nous montre une réelle souffrance et nous fait réfléchir sur le mode d'éducation qui nous entoure. On peut alors se demander si cela est bien utile et de quelle manière on peut avoir le contrôle sur le mode de vie d'un individu.


L’enfant étant mis en comparaison avec les animaux, on peut également se demander si la barrière de la communication est un prétexte pour faire ce que l’on souhaite avec un animal. Tout ce conte mêlé à une mise en scène particulière à travers la miniaturisation d'un décor dynamique retransmis en vidéo, rend l'histoire attrayante et nous donne beaucoup à réfléchir sur notre importance, notre place, nos actions…



Cette pièce de théâtre très intéressante sur le sujet de l'écologie et éducation permettra donc à chacun de construire son point de vue tout en ayant conscience de son comportement en société et de son impact sur ce qui nous entoure.

 

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

Imprimer - - par Hugo, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 1 fév 2019

Une grande roue ... sur la place Semard

La place Semard à Chalon-sur-Saône, c'est l'espace face à la gare.



Un espace avec de jolies tonnelles qui fleurissent dès que le chèvrefeuille fait son apparition.

Depuis quelques jours, une installation grandiose voit le jour et les hommes de l'art s'activent pour que LA GRANDE ROUE soit opérationnelle dans les meilleurs délais.



Ce jeudi matin, camions, tuyaux, boulons, marteaux, pilons et autres engins tambourinent pour accueillir ce qui sera le jeu grandiose des petits et des grands ... avec les sensations qui vont bien avec …

 
 

 

 

Article et photos : Christiane Chapé

 


 

Lire sur V@C : 

Imprimer - - par christiane chapé - 31 jan 2019

CHALON : les Rendez-Vous des PICCOLIS : 10ème édition

CHALON : les Rendez-Vous des PICOLIS : 10ème édition …

 

 


Un petit regard en arrière
* 2010 : première édition avec 24 représentations et 4 292 spectateurs
* 2019 : dixième édition avec 41 représentations et à la date d’impression du programme, déjà plus de 6 000 spectateurs !!

Ce jeudi matin, dans le hall d’accueil de l’Espace des Arts, les intervenants ont présenté le programme de cette dixième édition des Rendez-Vous des PICCOLIS : une programmation pluridisciplinaire et de qualité portée par des artistes qui ont à cœur de s’adresser à de jeunes spectateurs.


Un programme représentant l’important travail de l’Education Artistique et Culturelle sur le territoire, l’implication de l’équipe de l’ESPACE DES ARTS et du tout premier partenaire : le CONSERVATOIRE DU GRAND CHALON.

 


Le programme destiné aux enfants dès trois ans, propose 
* de la danse avec »ROCK’N CHAIR » avec la CieF/Arthur Perole
* du théâtre d’objet avec «  A l’ombre d’un nuage » par la Cie En attendant …/Jean Philippe Naas
* du théâtre d’ombres avec « Moun porté par l’Ecume et les Vagues » avec Rascal/Teatro Gioco Vita
* de la musique avec « Monsieur Django and lady swing » avec The Amazing Keystone Big Band
* du théâtre avec « Un roi sans réponse » avec la Compagnie XouY/Jean Baptiste Puech

 



Les PICCOLIS c’est aussi
* une exposition de travaux sérigraphiques avec « Traces et empreintes encrons dans l’ancrage » avec Klaus Wabrou, graphiste illustrateur
* La table du libraire avec la participation de la Mandragore
* des ateliers de sérigraphie « Piccolis, emprintez ! » à l’Espace des Arts
* Le COIN des GOURMANDS avec la maison de quartier des Prés-St-jean.

En dix années, les PICCOLIS ont grandi et répondent « présent » à la demande de décentralisation de spectacles sur quatre communes du Grand-Chalon : Mercurey, Gergy, Varennes-le-Grand et Saint-Marcel.

… Et toujours … l'éléphant … emblème des PICCOLIS …

 


NDLR ; le programme complet ; Rendez-vous des Piccolis du 4 au 14 mars prochains




 
 
 
Article et photos : Christiane Chapé

------------------------------------------

Infos pratiques :

* tarifs : plein 10€ - réduit 5€ pour jeunes – de 25 ans, carte Déclic, handicapés, demandeurs d’emploi, intermittents
* renseignements et réservations : Espace des Arts : 5bis avenue Nicéphore Niepce
* 03 85 42 52 12
* www.espace-des-arts.com
* lieux des représentations : Espace des Arts, Conservatoire du Grand Chalon et Théâtre du Port Nord
* lieux des représentations en décentralisation : Le Réservoir à Saint-Marcel, la salle des fêtes de Mercurey, la salle Pierre Lapin à Gergy et la salle Yvonne Sarcey à Varennes-le-Grand
Imprimer - - par christiane chapé - 31 jan 2019

Place de la gare : En cours d'installation, la Grande Roue Panoramique

Ce mercredi matin, les premiers véhicules transportant le matériel de la Grande Roue Panoramique sont arrivés, devant la gare, place Pierre Semard. Les travaux d'installation sont programmés pour 6 jours. Six techniciens, s'activeront pour cet aménagement,spécifique qui fonctionnera du samedi 9 Février au 17 Mars.


120 TONNES DE MATERIEL
Au total pas moins de 12O tonnes de matériel, transportées par six véhicules, cette attraction appartient à la famille Rajon, installée dans la région lyonnaise et originaire de Voiron ( Isère).

 


APRES CLERMONT-FERRAND-AVANT LA VENDEE
Durant les fêtes de Noël et de fin d'année, cette roue était alors installée à Clermond Ferrand, après Chalon, elle prendra la direction de la Vendée, plus précisément Saint Jean de Mont, pour la période estivale notamment.


40 M DE HAUT ET 150 PLACES
Cette roue mesure 40 Métres de hauteur, elle peut permettre à 150 personnes de découvrir notre ville. Au total, pas moins de 26 nacelles, dont un pour VIP ( 4 places) et une pour personne à mobilité réduite ( deux places ). Environ 200.000 diodes électroluminescentes (Led) sont réparties sur l'ensemble de la structure.

 


4éme GENERATION POUR LA FAMILLE RAJON
Cette roue fabriquée en Italie, acquise en 2017, par la société que gère Yoann Rajon. Le père de ce dernier était comme ses grands parents dans la famille des forains et proposaient déjà des attractions et animations. Henri, l'arrière grand père de yoann a débuté avec des confiseries qu'il confectionnait, puis Henri, avec des auto-scoters notamment et Pierre Henri avec différentes attractions dont le « Train fantôme ». « Nous connaissons bien Chalon, avec le Carnaval, à plusieurs reprises, nous étions sur la fête foraine, à précisé, Pierre Henri, père de Yoann.

 


DES ANIMATIONS AVEC LES COMMERÇANTS ET LES ASSOCIATIONS
« Cela ne coûte rien à la ville » relève ,Pierre Henri, en complétant « nous avons des contacts avec les commerçants et associations ».

 


AVANT LA MISE EN FONCTION
Une fois par an, la roue est entièrement révisée, de surcroît avant l'ouverture au public, une société procède à des vérifications et donne l’autorisation de la mise en fonction.


POUR ACCÉDER A LA GRANDE ROUE PANORAMIQUE :
Pour découvrir Chalon d'en haut , Tarif unique : 5 €. Gratuit pour les moins de 3 ans.

 


Nos photos : Une partie du matériel - Pierre Henri et Yoann Rajon...

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 30 jan 2019

Q-Park et l'Espace des Arts Facilitez vos sorties !

Q-Park et l'Espace des Arts, facilitez vos sorties !


OPÉRATION SPÉCIALE !



L'Espace des Arts s'associe à Q-Park Hôtel de ville pour vous offrir le stationnement gratuit lors de votre venue aux spectacles :
> Optraken
> Cão sem plumas
> Journal d'un disparu
> Tony Allen
> Ballet de Lorraine

Un coupon gratuit sera envoyé aux spectateurs ayant déjà leurs billets.
Il sera également possible de récuperer ce coupon à la billetterie de l'Espace des Arts.

Et tout au long de l'année, le parking Q-Park Hôtel de Ville :
> 5 min à pied de l'Espace des Arts
> 1 € de 19h à 1h (hors opération spéciale)
> Près de 300 places disponibles
> 2 bornes - véhicules électriques

 
Imprimer - - par EDA - 20 jan 2019

CHALON : l'Espace PaMA à la Galerie du Châtelet


Cette semaine, l’association Espace PaMA, comme « Partage et Mobilités Actives », est installée à la Galerie du Châtelet, pour informer, renseigner et sensibiliser les visiteurs sur les mobilités du futur.

Espace PaMA est une association sans but lucratif (loi 1901) à vocation SCIC (Societé Coopérative à Interêt Collectif) engagée dans la mobilité durable et basée à Chalon-sur-Saône.

 

L’association propose des solutions pour encourager et aider à se déplacer au quotidien autrement que seul dans sa voiture.
Et pour cela, les modes de déplacement actifs (vélo, marche à pied) et/ou partagés (transports en commun, covoiturage) sont souvent bien plus agréables, économiques et écologiques … et parfois même plus rapides.

VELO ECOLE :

Faire du vélo au quotidien, pour aller au travail, faire ses courses, pour amener ses enfants à l’école, combiner le vélo et le transport en commun … ça s’apprend !

LE MARQUAGE BICYCODE :

Il a déjà fait ses preuves, notamment au Danemark et dans plusieurs régions allemandes où, grâce au marquage, les chances de récupérer son vélo après un vol peuvent dépasser 40% !
Ce dispositif consiste à graver sur le cadre un numéro unique.
Le possesseur du vélo conserve séparément un passeport comportant le numéro de vélo et un mot de passe personnel. Le tout est enregistré sur une base de données confidentielle administrée par la Fédération des Usagers de la Bicyclette.
Les forces de l’ordre peuvent consulter cette base. 

 

ATELIER VELO :

Apprendre à bien s’occuper de son vélo pour l’utiliser au quotidien… ça s’apprend !

Vous pouvez rejoindre l’atelier d’auto réparation au vélo-école de l’Espace PaMA rue Raoul Ponchon à Chalon-sur-Saône, ou l’association vient à votre rencontre dans différents quartiers avec son atelier mobile.


CE QUE VOUS POUVEZ ATTENDRE DE L’ESPACE PAMA :

Faire le diagnostic du vélo et connaître des réglages pour augmenter votre confort.
Protéger votre vélo contre le vol avec le gravage Bicycode.
Etre autonome ou se perfectionner dans la réparation de votre vélo (tous publics)
Participer au réemploi, à la revalorisation des vélos.

L’association met à disposition : des outils, des pièces détachées et des conseils.
Ces activités sont accessibles à tous et développées dans une démarche locale, solidaire et conviviale.


CONSEIL EN MOBILITE :

L’Espace PaMA vous propose ses services dans les domaines suivants :
Itinéraires de déplacement mono- ou intermodal, nous aimons Mobigo.
Equipement : prêt, conseil d’achat, vente d’accessoires
Plans de déplacement : collectivités (PDU), entreprises (PDE), scolaires (PDES)
Projet Buscyclistes : roulons ensemble à vélo au quotidien, c’est plus facile !
Vélo-Fiche:  page pour signaler les imperfections des aménagements cyclables.

Et le 20 mars prochain, l’Espace Pama met les auteurs de l’accessibilité autour de la table (à suivre sur son site).

Démonstration sur place, à la galerie du Châtelet, par une personne en fauteuil, désireuse d’essayer une draisienne à trois roues … concluante.

 

 

VELO ET SANTE : tandem gagnant :

« A vélo, je vais où je veux, quand je veux, j’évite les bouchons,je suis rapide et ça ne me coûte presque rien ».

Le vélo c’est relaxant, tonique, préventif, sûr, économique et écologique.

L’association PAMA propose un guide du cycliste urbain, pour bien s’équiper avant de partir, tous en selle, à vélo sur la chauddée, cohabiter avec les autres usagers …


 
 
 
 
 

Article et photos: Christiane Chapé

---------------------

Infos pratiques :

* Espace PAMA, 8 rue du Pont de Fer à Chalon-sur-Saône
* 07 83 17 25 11
* espacepama@gmail.com
* E+sur espacepama.org
* page Facebook

Imprimer - - par christiane chapé - 13 jan 2019

Saint Laurent : Succès du loto du comité de quartier

Une cinquantaine de participants, ont répondu samedi à l'invitation du comité de quartier, organisateur d'un loto doté de nombreux lots. Cette édition, a eu lieu dans une salle de l'école des rives de Saône. L'équipe de Maguy Grelin, n'a pas manqué d'accueillir Solange Dorey et Bernadette Vellard , élues municipales, venues encourager les participants et bénévoles.


UN LOTO : CE DIMANCHE AU CLOS BOURGUIGNON
Alors que les comités des quartiers Saint Jean des Vignes et Carloup, organisent des retrouvailles avec la galette, celui des quartiers Boucicaut-Verrerie organise un loto, ce dimanche après midi, salle du Clos Bourguignon

 

 

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 13 jan 2019

Et pour terminer les bilans 2018, parlons spectacles !

Quand on suit la saison de l’Espace des arts de Chalon-sur-Saône, quand on couvre Chalon dans la rue pour divers médias locaux et quand on a une ville qui elle-même joue dans certains spectacles, il est réellement difficile de faire une petite sélection de l’année… Néanmoins, puisque j’ai décidé de le faire pour la bande dessinée et les expositions, voici ma petite mémoire bonheur de l’année 2018 !


Encore une fois, tout cela est subjectif, mais c’est assumé. Donc, je commencerai par le concert d’Aldebert à la salle Marcel Sembat en mars dernier. Certes, vous pourrez être surpris de voir cet évènement dans mon choix mais j’ai une tendresse particulière pour Aldebert et ses « enfantillages ». Durant de nombreuses années, j’ai eu le sentiment que l’on ne proposait aux enfants que des chansons de mauvaise qualité, tant par le texte que par la musique. Ici, c’est un peu le contraire, la musique est moderne, inventive, de qualité et jouée avec énergie. Quant aux paroles, elles couvrent la vie de l’enfant mais sans facilité, sans concession et dans un lien raisonnable avec les parents, les référents, la société… Du coup, lors du concert, salle pleine d’enfants mais bien accompagnés par parents et grands-parents. Tous semblent heureux de partager ce beau moment et il me tarde de pouvoir accompagner mes petits-enfants à une telle soirée… Très belle performance d’Aldebert et ses musiciens qui enchainent à Chalon deux concerts dans la journée !

 

En mai, c’est le spectacle Noire que retiendra ma mémoire sélective… Certaines lectures et certains spectacles marquent profondément. Parfois, on le sait dès la dernière page lue ou dès le tomber de rideau, parfois c’est plus tard que l’on s’en rend compte. Avec Noire de Tania de Montaigne, ce fut dès la première page… Avec le spectacle Noire de Lucie Nicolas et du Collectif 71, dès les premiers mots prononcés par Sophie Richelieu…

« Prenez une profonde inspiration, soufflez, et suivez ma voix, rien que ma voix, désormais, vous êtes noir, un noir de l’Alabama dans les années 1950… »

Pourtant, je n’avais rien demandé à personne, je n’avais aucune envie d’être noir et je ne connais même pas l’Alabama… D’accord, j’avais bien lu ce livre sans être forcé par personne… Mais c’était pour me préparer au spectacle où j’avais été invité… Ce n’était pas un véritable choix… Juste des circonstances qui m’avaient poussé vers ce texte et ce spectacle… Reste à parler de cet aspect attendu et assez méconnu, le roman graphique théâtral !


Jusque-là on connaissait la scénographie classique avec de très nombreuses possibilités de décors… On avait découvert à Angoulême des concerts dessins qui permettaient à un illustrateur de dessiner en même temps qu’un chanteur ou conteur racontait une histoire, faisait voyager dans un univers… Mais, là, c’est encore autre chose et c’est très fort…

Il y a une véritable osmose narrative entre un texte, une actrice, une illustratrice, les dessins, les photos, des sons d’époque… Au bout de quelques minutes, le spectateur ne sait plus où il est… Dans une bande dessinée ? Dans une exposition ? Au théâtre ? A l’opéra ? A une conférence ? Dans la rue ? Dans un bus de Montgomery ? Il ne sait plus mais il comprend vite qu’il est au spectacle vivant ! Au spectacle vivant tout peut arriver, tout est imprévisible… Il doit accepter d’être surpris, de voir l’actrice entrer dans le dessin, le dessin envahir la scène, la dessinatrice parler… Ici, tout est possible !


Bien, vous l’avez bien compris, un grand spectacle humain et politique et je ne vais pas en dire plus ici si ce n’est que j’espère que ce spectacle va pouvoir encore tourner et qu’il sera prochainement joué à Chalon-sur-Saône car ce fut indiscutablement un de mes gros coups de cœur de l’année 2018 !

Bizarrement, Chalon dans la rue 2018 ne laissera pas beaucoup de traces dans ma mémoire. Quelques mois plus tard, j’ai du mal à me souvenir de plus de trois spectacles forts et de qualité… Je ne vais donc en citer qu’un seul car il aura eu le mérite de me faire relire Antigone dans plusieurs versions y compris en bande dessinée…

 

Je ne vais pas vous redire ici tout ce que j’ai dit dans ma chronique sur Antigone car ce spectacle, Hybris, fut bien une adaptation de la tragédie grecque Antigone de Sophocle… Hybris signifie la démesure et ceux qui ont lu la tragédie savent que ce nom n’est pas inapproprié, loin de là !

Pourquoi vouloir, aujourd’hui, au vingt-et-unième siècle, mettre en scène une telle tragédie ? Il faut laisser la compagnie s’exprimer et nous montrer le chemin de son questionnement :
« Pourquoi cette DEMESURE TRAGIQUE, l’hybris, chez Antigone ? Quelle est cette force qui la pousse à RESISTER au pouvoir en place pour S’ENGAGER dans un combat qui lui coutera la vie ? »
On comprend très vite que l’enjeu est de nous inviter à raisonner et comprendre l’être humain qui s’engage, qui résiste, qui va au bout de sa logique, qui prend des risques pour ne pas se renier… Oui, Antigone, c’est comme une invitation à rester humain même si le risque est de perdre la vie…

 


Pour ce qui est de la mise en scène, des costumes, de la musique, du jeu des acteurs… presque tout fut parfait ! Franchement, en sortant d’un tel spectacle, on se sent bien, tragiquement bien dans son humanité… On a aussi une envie folle de se replonger dans Antigone, de Sophocle à Anouilh, de Cocteau à Régis Pennet… Bref, on plonge dans la grande tragédie classique et c’est, pour moi, un véritable bonheur !

La saison de l’Espace des arts, 2018-2019, a commencé si fort qu’il est difficile de choisir un spectacle ou un autre… Néanmoins, c’est Festen que je citerais car ce fut une soirée exceptionnelle… Oui, il s’agissait bien d’un spectacle hors-normes avec des acteurs aux talents multiples, une technique maitrisée dans les moindres détails, une scénographie parfaite, une mise en scène étonnante… Il est même difficile de trouver des défauts à ce spectacle, si ce n’est celui de montrer la noirceur de l’humanité… mais est-ce un défaut ? Bref, une soirée qui restera dans ma mémoire et dans celle de ceux qui m’accompagnaient ce soir-là…

 

Enfin, dans mes spectacles de l’année 2018, je retiendrai Soulèvement de Tatiana Julien. Ce spectacle fut pour moi un gros choc, un coup de massue, un bouleversement et ce fut si fort que je n’ai pas encore réussi à écrire un texte construit. Soulèvement est à la fois une performance d’artiste, une écriture magistrale, une prouesse émotionnelle sans égale ou presque, un cri politique, humain, sociétal… Bref, un soulèvement de l’humanité porté par une femme courageuse qui s’expose et prend des risques considérables… On sort de ce spectacle sans voix, tremblant, hésitant, bouleversé, hagard… et j’ai bien conscience de ne vous avoir finalement rien dit de ce spectacle où Tatiana Julien est tour à tour chanteuse, boxeuse, leader politique, révoltée, danseuse, nue, femme, tout simplement femme… femme forte, femme exposée, femme fragile, femme à la portée de tous, femme porteuse de l’humanité entière… Bon, ben, il ne vous restera plus qu’à voir ce spectacle s’il passe près de chez vous et à votre tour vous serez exposés à un des spectacles les plus forts qu’il m’ait été donné de voir ces dernières années…


Voilà, une année de spectacles résumée en quelques lignes mais déjà les trois coups raisonnent et le spectacle continue ! Bonne année 2019 !

Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 9 jan 2019

CHALON : visite du patrimoine : ‘‘La place du Châtelet'' : hier, aujourd'hui, demain ...

reportage photos : Christiane Chapé : 3/3
Imprimer - - par christiane chapé - 6 jan 2019

CHALON : visite du patrimoine : ‘‘La place du Châtelet'' : hier, aujourd'hui, demain


Pour la première visite de l’année, guidée par Marie-Annick Fargeix, conférencière des Villes et Pays d’Art et d’Histoire à l’Espace Patrimoine de Chalon-sur-Saône, environ 35 personnes, passionnées d’architecture, ont répondu « présent » pour découvrir l’histoire de la Place du Châtelet.


La place du quartier du Châtelet dans la cité : lieu de pouvoir du Haut Moyen-Age au XIXè siècle, doté d’un château fort, d’un palais de baillage puis d’une sous-préfecture.

Le site a fait l’objet de fouilles archéologiques récemment, ce qui lui donne encore plus d’intérêt.

 

 

Demain, c’est un espace réaménagé qui s’ouvrira aux touristes et aux chalonnais.

La place du Châtelet, cœur du vieux Chalon, il faut l’imaginer pendant des siècles, moitié moins large, avec une ancienne muraille et les bords de Saône avec deux zones portuaires, lieux de transbordement.

A la conquête par Rome de la Gaule, il est décidé d’installer une ville de commerce à Chalon grâce à son passage à gué, l’Ile Saint-Laurent et la rivière dont le courant devient plus rapide.

A partir du 4è siècle, la ville fortifiée bénéficiait d’une entrée en face de la rue de Lyon actuelle et la muraille se situait au niveau du musée Niepce d’aujourd’hui.

Au 6ème siècle, le Roy Gontran (petit fils de Clovis) installe sa capitale à Chalon, où il bâti son palais, place du Châtelet, devenu un lieu de pouvoir -militaire et judiciaire-.


L’endroit devient une position stratégique.

En bord de rivière, des boutiques de tripiers s’installent et la forteresse féodale est renforcée avec deux nouvelles tours … l’on loue les terrains sur la berge avec notamment, un magnifique jardin à la française (à l’emplacement du musée Niepce actuel)et des immeubles aux façades similaires..

Au 16è siècle, le pouvoir militaire va se situer des quais de Saône à la rue de la Citadelle (fortifications bastonnées).

Rue de l’Ancienne Prison, le château des Seigneurs de Chalon, comprenait la Haute Cour et la Basse Cour …
… et la Haute Justice jugée par le Châtelain et la Basse Justice jugée par l’homme du Roi.

Au 18è siècle, la prison, protégée par une porte monumentale en pierre, desservait une salle pour les hommes, une salle pour les femmes, une chapelle, un oratoire, deux infirmeries, une salle d’interrogatoire, une loge pour le concierge … et l’on se plaint, à cette époque, de l’état de vétusté de l’établissement.

C’est à cette époque que l’on découvre la construction du nouveau palais de justice.


De grandes et honorables familles ont occupé les immeubles de la place du Châtelet :
- au n° 6 : les familles de Molène, Chopin, un orfèvre et un chirurgien
- au n° 8 : le procureur du Roi et les Hospices de la Charité
- au n°10 : Jean-Baptiste Monnot et des avocats
- au n° 12 : immeuble en parallélogramme : la famille de Philibert Guide ainsi qu’un ancien conseiller du roi …

Il est à noter que l’arrière de l’hôtel Colmont Fusselet donnait sur la rue des Ecorcheurs !!


Des pré-fouilles ont été effectuées en 2018 sur la place du Châtelet qui ont mis à jour des murs, le reste d’un bassin, une canalisation, des sculptures de divinités de l’eau, des céramiques …

Cette année 2019 connaîtra la deuxième édition des fouilles sur cette place … qui permettra, après examen approfondi par les archéologues … l’aménagement de cette belle place centrale, ouvrant la rivière sur le centre ville … avec en projet, un espace avec des jeux d’enfants.

La place du Châtelet ne nous a pas encore révélé tous ses secrets …

A suivre … donc … dans nos colonnes.


Article et photos : Christiane Chapé
Crédit photos plans de la visite : archives générales et nationales.

------------------------------

Reportage photos : 1/3

 
 
 
 
 

Suite :

 

 

 
Imprimer - - par christiane chapé - 6 jan 2019

Mes expositions de l'année 2018 survolées...

Comme pour la bande dessinée, il est bien difficile de classer et comparer des expositions qui n’ont rien à voir entre elles. Entre l’exposition consacrée au travail de vulgarisation-bédé de Marion Montaigne à Angoulême et celle consacrée à l’œuvre entière de Miro, il n’y a bien sûr rien de commun, si ce n’est que ce sont bien deux expositions qui m’ont marqué cette année 2018…



Tout avait donc bien commencé en janvier à Angoulême et en compagnie de Marion Montaigne, une autrice bédé pas tout à fait sur le modèle habituel. Oui, cette femme est un peu scientifique, un peu journaliste, une vulgarisatrice, un peu dessinatrice et, surtout, une bonne autrice de bande dessinée que j’apprécie beaucoup !


L’exposition a surtout permis de montrer que l’on pouvait faire rire en se basant sur du sérieux, du solide, du scientifique. Que ce soit du caca des animaux à la conquête de l’Espace, tous les sujets peuvent ainsi être abordés par Marion Montaigne, y compris sexe, mort et pouvoir… La voir jouer au guide dans son exposition, passant alternativement de professeur à dessinatrice en passant par humoriste, fut un véritable bonheur. Oui, la bande dessinée peut accompagner les apprentissages, oui, la bande dessinée est un art narratif complet et riche qui peut être scientifique et sérieuse tout en faisant rire… Bravo Marion Montaigne !


Et pourquoi associer dans le souvenir, Marion Montaigne et Miro ? Tout simplement parce que l’exposition est un lieu particulier qui autour d’un thème ou d’un artiste, d’une œuvre ou d’une vie entière de création, provoque de l’émotion, du questionnement, de l’intérêt pour un visiteur. Or, si Marion Montaigne a bien suscité de l’émotion, Miro à travers cette magnifique rétrospective du Grand Palais m’a, lui aussi, profondément touché.



En fait, comme beaucoup, je connaissais Miro de façon superficielle. J’avais quelques tableaux en tête, une ou deux statues… J’ignorais la profondeur de cet artiste, la façon dont il avait traversé le vingtième siècle, ses liens avec les autres artistes, l’impact des évènements politiques sur son travail… Bref, ce fut une découverte totale et un choc devant quelques toiles époustouflantes…



Ces deux expositions ne sont que les deux extrêmes de l’année et j’aurais pu aussi parler de celle consacrée à Peyo à Paris qui permettait de découvrir Peyo à travers des planches mais aussi un excellent film d’interview sans oublier l’exposition des travaux de Benjamin Lacombe qui eu un succès presque inattendu car un jeune auteur d’illustrations qui voit le public accourir ainsi ce n’est pas si courant…


Dans quelques semaines, les premières expositions d’Angoulême ouvriront leurs portes et ce sera reparti pour une nouvelle année d’exposition ! Bonne année à tous !

Imprimer - - par Michel, enseignant en TAIS à l'IUT de Chalon - 6 jan 2019

CHALON : c'est Noël au GRAIN DE SEL avec un clown qui connaît le Chat Botté !!


Au théâtre du GRAIN DE SEL situé Grande rue à Chalon, Emmanuelle Liéby-Menand a fait le clown pour distraire les petits enfants …

Un clown … oui … mais pas un clown comme tous les autres … non …



Un clown qui remplace au pied levé l’artiste qui s’est désistée au dernier moment … à cause d’un bouton qui lui avait poussé sur le nez.

Un bouton sur le nez … faut pas pousser le clown dans les orties … ça n’est pas une excuse pour laisser tomber les petits enfants.

Mais, c’était sans compter sur le talent d’Emmanuelle et de son régisseur, Jean-Claude, Jean-Pierre, Stéphan … enfin, son assistant musique et lumières, choisi au hasard dans l’assistance …. qui a assuré comme un ouf de régisseur.

Donc, nez rouge, chapeau rouge, jupe rouge, collants rouges, gants rouges … le clown Emma a fait vibrer les petits enfants avec l’histoire du Chat qui portait des bottes et qui connaissait le Marquis de Carabas, riche propriétaire terrien … Chat qui avait avalé un grelot pour que les souris se sauvent à son approche … qui ne les mangera pas … Clown qui a dansé, sur un pseudo air de madison, avec les enfants de « CM4 » et les décrocheurs du système éducatif … à moins que le château sans murs, sans toit, sans plancher, sans tableaux ni statues … soit la forêt elle-même !!! A moins que … à moins que …

A ce moment-là de l’histoire … seuls les enfants s’y retrouvent.

Un clown merveilleux qui a développé l’imaginaire des enfants, venus nombreux ce lundi au Théâtre du Grain de Sel.

--------------------------------------

Article et reportage photos : Christiane Chapé

Infos pratiques :
* théâtre du Grain de Sel : 46 Grande Rue à Chalon-sur-Saône
* 03 85 93 40 88
* deux séances : 15h30 et 17h : spectacle conté, chanté, dansé de 50mn * tout public à partir de 4/5 ans
* Emmanuelle Liéby conteuse et clown : 06 12 81 17 78

 
 
 
Imprimer - - par christiane chapé - 25 déc 2018



Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux Musique  GAGNEZ



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle