entre nous

Sorties à Chalon et dans le Grand Chalon

Vous êtes ici :

Vous retrouvez l'ensemble des programmes et informations concernant les sorties en devenir dans notre AGENDA

 

 

Publicité

 

 

Centenaire de la Grande Guerre : 3 représentations du spectacle : « Ils furent comptés pour rien »

Le spectacle « Ils furent comptés pour rien », crée et présenté par la compagnie théâtrale dijonnaise « Au fil des chats » sera présenté samedi soir à Clux-La Villeneuve, dimanche après midi à Chalon, au théâtre « Grain de Sel » et le vendredi 23 Novembre, à la salle des fêtes de Verdun sur le Doubs, à l'invitation du Groupe d’Études Historiques de Verdun ( G.E.H.V ). Ce spectacle, présenté depuis quelques jours en Côte d'Or et dans le Jura, a reçu plus qu'un accueil favorable. Il est labellisé par la mission du centenaire.


PRESENTATION DU SPECTACLE
Ils, »ce sont ceux qui avaient 20 ans en 1914.
Ce sont ces morts, dont aujourd’hui encore on n’arrive toujours pas à tenir le compte exact.
Ce sont ces blessés, ces brisés qui, sur le front ou à l’arrière, ont vu leurs rêves piétinés
et leurs espoirs détruits.
Ce sont ces femmes et ces hommes, à qui la Paix n’a jamais rendu leur vie d’avant, mais
que personne n’a remercié, dont personne n’a écouté les pleurs, et dont personne, bientôt, ne se souviendra…
Nous avions envie de parler de ces héros ordinaires, broyés presque par inadvertance,
par les soubresauts de l’Histoire.
Et de leur rendre un ultime hommage, avant que la mémoire ne s’en efface
définitivement.
Nous avons choisi de raconter l’histoire d’une jeune fille bien réelle Marguerite, qui
était «marraine de guerre», et à qui les hasards du tirage au sort, vont donner pour
«filleul» : Albert, un poilu expédié sur le front dès les premiers jours de la guerre.
Elle est de la campagne, un village près de Seurre, il est de Dijon.
Elle est paysanne, il est fils de commerçant. Elle est à l’arrière, il se bat à Verdun.
Cette guerre qui les a réunis au travers des lettres échangées va t-elle, malgré son horreur, , leur apporter un avenir meilleur ?


L'EQUIPE AUTOUR DU SPECTACLE :
- Claudine Chapuis-Fleury : Comédienne. Elle a été formée à l'art du conte et de la danse. Co-fondatrice de « La compagnie au fil des chats ». Elle crée les costumes, participe aux décors.
- Emmanuel Fleury : Comédien. Il est également animateurs d'ateliers pour enfants et adultes. Il « s'exprime autant dans le domaine du théâtre « classique » que dans celui du clown et du théâtre d'objets.
- Sonja Fuchs : Professeur de littérature, diplômée en communication, blogueuse, auteure et metteure en scène. Elle a travaillé aux côtés des deux comédiens pour la mise en mots et corps des spectacles qu'ils imaginent.
-Thomas Olszewski : Diplômé de l'école supérieure et de l’événementiel de Lyon ( Grim Edif). IL intervient autant sur les concerts que sur le spectacle vivant .

 

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 10 nov 2018

CHALON: commémoration 1918/2018 : «Chers parents» : lecture/spectacle



Dans le cadre du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, pour lequel la ville de Chalon fait écho avec de nombreuses manifestations, le spectacle interprété par Emmanuelle Liéby-Menand, offre à ses spectateurs, une correspondance de guerre, d’après les lettres du poilu Louis Menand, le grand-père de la conteuse, correspondance retrouvée dans le tiroir d’une armoire ancienne et familiale … qu’il jugeait sans importance et voulait détruire !



Avec l’accord de ses parents, Janine et Georges-Claude Menand, Emmanuelle offre un spectacle vivant, touchant et juste sur le vécu d’un soldat de la Première Guerre Mondiale … au travers d’un échange épistolaire … que l’artiste a voulu partager avec les spectateurs en leur faisant lire les lettres des parents, des amis, des voisins … et du soldat.


Ce spectacle est un temps fort de la commémoration de la guerre de 14/18 … vécue dans les tripes d’un poilu revenu du combat avec une immense blessure sur la poitrine … une guerre terrible qui a fait quelque dix huit millions de morts …

Spectacle magnifique, belle performance artistique et scénique, portée par une conteuse enveloppée par les siens qui lui a permis de « tout lâcher »sur une heure trente … et que les spectateurs avaient envie d’en redemander.

Spectacle présenté et soutenu par Estelle François, responsable des Archives Municipales de Chalon-sur-Saône.



Article et photos : Christiane Chapé

 
 
 
 
Imprimer - - par christiane chapé - 6 nov 2018

Festival Détours en Tournugeois 2018 - Rétrospectif -Tournus en vidéo

10ème édition… 10ème édition du festival Détours en Tournugeois ! L’équipe est là, les bénévoles sont en place et les artistes au taquet, comme chaque année pour faire vivre 4 jours de spectacles, de magie, de rencontres et d’échanges. 10ème édition… déjà ?!

Mais l’heure n’est pas au bilan ou à la nostalgie. Détours se vit au présent. On profite, on savoure, on s’évade… Voyage vertigineux et musclé au pays du cirque avec Pierre Déaux le funambule, les trapézistes de la Cie les P’tits Bras, le vélo fou de Jessica Arpin, les jongleries de la Cie Toi d’abord ou les acrobaties gourmandes de Pindakaas! Croisière déjantée et féminine avec Rosie Volt et la Cuisinière. Epopée en Cadillac tout au long du festival avec la folie de Turbodancing et sa radio pirate.

Et puis des temps forts cette année encore au gré des Détours saônores avec Passion Coco, Sofiane Saidi et Mazalda, Magnetic Ensemble et l’Impérial Kikiristan qui nous aurait manqué pour la 10ème édition. Sans oublier le Crieur Public. Toujours là. Merci à lui.

Merci aux artistes, à tous les acteurs de cette édition exceptionnelle et des précédentes.

Amélie & Quentin

 

Imprimer - - par Rasca-Prod sur Youtube - 6 nov 2018

Tarot : le siège de la « Fédé » à Oslon, depuis une dizaine d'années déjà, après Chalon

Depuis juin 2008, le siège administratif de la Fédération Française de Tarot, se situe à la Zone Artisanale, « Les grandes terres », à Oslon. Il a été installé un temps, rue Cornillons, au centre ville de Chalon. La fédé, c'est 360 clubs, 33 comités régionaux, près de 10 000 licenciés...et deux salariés.


LA DÉCENTRALISATION EN ACTES POUR LES CARTES
Beaucoup de sièges de fédérations sportives, culturelles et de loisirs se trouvent tout naturellement à Paris. Ce n'est plus le cas et de longue date de la Fédération Française de Tarot n( F.F.T), qui a quitté la capitale, puis pour Lyon et pour notre ville. « Chalon est facilement accessible » remarque l'un des administrateur de la F.F.T.
Depuis dix ans déjà, le siége administratif se trouve à Oslon, précisement, Zone Artisanale « Les Grandes Terres », en direction de Saint Germain du Bois ( localité comptant un club de tarot très actif).


SOUS L'EGIDE DE JEAN PIERRE BOULEY
Le transfert des locaux et l'installation du siège s'est effectué alors que Jean Pierre Bouley, un habitant de la région, était président de la Fédération.
Deux salariés s'activent intérieur du siège, Adrien Perez et Hamane Kheloufi.  Ils ont en charge la mise en application des décisions prises par le conseil fédéral, la gestion des fichiers, la formation ou encore la coordination et préparation des événements nationaux comme la 27 éme coupe de France de tarot, qui débutera mercredi à la Maison des syndicats et à la Salle Marcel Sembat, sans oublier la promotion des manifestations, l'étude des réglementations.

 

 

PRES DE 10 000 LICENCIES  DONT 2500 FEMMES ET 600 JEUNES
Trésorier de la fédération, Patrick Baumgarten, en fonction depuis bientôt dix ans, se trouvait au siège lundi après midi. Ce technicien en charge des questions de sécurité à la mairie de Toulouse, est un passionné de tarot et connaît bien la Fédé. « Nous sommes près de 10 000 licenciés, les plus comité d'Ile de France, de Midi Pyrénées et de Franche comté ont des effectifs importants. »...


Ces dernières années, des efforts importants ont été déployés en direction des femmes, « elles représentent le quart de nos effectifs «  a confié le trésorier en notant « il y a 600 jeunes ». Autre point à prendre en compte, « la moyenne d'âge est de 50 ans » poursuit Patrick Baumgarten, qui reviendra à Chalon mercredi après une journée à Pontarlier afin de préparer le championnat de France individuel, qui aura lieu du 18 au 22 Avril 2019.


Nos photos : Au siège de la « Fédé » à Oslon avec le trésorier national, Patrick Baumgarten

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 30 oct 2018

L'Espace des Arts sous les phares de l'actualité cette semaine

 

L'Espace des Arts occupe à Chalon une place culturelle prépondérante. Vivre-a-chalon vous propose régulièrement des informations concernant son actualité et sa programmation pour laquelle il est aussi possible de gagner des places.

 

 

 

En attendant le Festival de danse Instances du 15 au 21 novembre ne nombreuses contributions vous ont été proposées sur notre site en particulier cette semaine avec les étudiants de l'IUT de Chalon et pour l'inauguration du patio.

Vous retrouverez ci-dessous les spectacles qui ont marqué une semaine bien remplie : théâtre avec Centaures et Georges Dandin et le spectacle de Sarah McKenzie, premier concert de jazz dans le Grand espace rénové et les autres articles.

 

Les articles cette semaine : 

EDA : Centaures par Harmony 22 oct 2018
EDA : Centaures par Estelle 22 oct 2018
EDA : Georges Dandin par Anthony 22 oct 2018
EDA : Sarah McKenzie par Sarah 22 oct 2018
EDA : Sarah McKenzie en concert ! 21 oct 2018
Espace des Arts : inauguration du patio avec les élèves de l'école Louis Léchère 19 oct 2018
EDA : Caroline vous fait revivre My ladies Rock 19 oct 2018

Le festival Instances se rapproche alors parlons-en !
Jouons avec l’EDA pour gagner une place pour FEMI KUTI (10/11)
Jouons avec l’EDA pour gagner une place pour FESTEN (7/11)
Jouons avec l’EDA pour gagner une place pour MON HOMONYME (15/11)

 


 Festival Instances 2018 - Programme complet du 15 au 21 novembre

Les goûters du cinéma reviennent dès cette semaine à l’EDA 

Imprimer - - par @La rédaction - 23 oct 2018

EDA : Centaures par Harmony

Le soir du jeudi 17 octobre, le grand espace du théâtre de l'Espace des Arts était bien rempli.
Des gens de tous âges, hommes ou femmes, étaient présents pour assister au spectacle "Centaures, quand nous étions enfants", proposé par Fabrice Melquiot, dans lequel jouent Camille et Manolo, qui prennent leur propre nom pour cette pièce. Mais en ce qui concerne l'intrigue...



La première impression qui vient à l'esprit en entrant dans la grande salle se réfère à l'odeur. Une odeur de cheval. Les amoureux du milieu équestre ne seront d'ailleurs pas déçus, puisque deux magnifiques étalons, Gaïa et Indra, font partie du spectacle.

Ils ne font pas seulement partie du spectacle, mais également des personnages incarnés. En réalité, dans cette pièce, il est question de Camille-Gaïa, et Manolo Indra. Deux centaures.



Deux centaures, car aucun des deux humains présents sur la scène ne se considère comme totalement humain. Ni comme totalement cheval, par ailleurs.

Tous deux, ils racontent leur enfance, leur adolescence. Leur amour pour le milieu équestre. Leur future rencontre et amour naissant. Des anecdotes, des histoires pas forcément agréables à entendre. Sans pour autant être convaincu de pouvoir ou oser dire "je". Car je, c'est se désigner soi-même, à condition de ne pas être un groupe de personnes. Difficile, quand on est un centaure. Une seule entité composée de deux parties bien différentes. Alors à défaut d'aimer parler d'eux-mêmes, ils parlent de l'autre à la deuxième personne.

L'ensemble est d'une beauté mélancolique, et n'a pas besoin de beaucoup d'artifices pour captiver le spectateur: les seuls décors utilisés sont un petit cheval à bascule au tout début, puis un tapis rouge sur la fin. Le principal se passe sur la scène, et à l'écran.

Certaines scènes sont poétiques, innocentes, parfois tristes, parfois violentes, parfois joyeuses. Certaines sont mêmes silencieuses, mais elles illustrent avec grâce et beauté toute l'étendue du lien des deux personnages entre eux, et avec leur partie animale. Et quand les deux acteurs usent de leur voix, celle-ci s'avère puissante et retranscrit à merveille les sentiments ressentis par les personnages.

Les photographies du spectacles sont signées Jeanne Roualet

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
 
Imprimer - - par Harmony, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 22 oct 2018

EDA : Centaures par Estelle

Centaures, quand nous étions enfants…

Ce mercredi 17 octobre à l’Espace des Arts avait lieu la représentation de Centaures, quand nous étions enfants, une pièce de théâtre mise en scène par Fabrice Melquiot. Que ce soit par le titre intrigant ou par l’annonce de la présence de chevaux, la pièce a attiré les curieux de tous âges !


 

Dans ce décor minimaliste habillé par les ombres, évoluent Camille et Manolo mais aussi Gaïa et Indra, leurs montures. Quatre acteurs nous pourrions dire, mais en réalité, une telle communion existe entre ces humains et ces chevaux, que ce sont plutôt deux centaures qui nous racontent l’histoire de leur enfance et de leur rencontre. Centaures, n’est pas juste une pièce. C’est une expérience, un spectacle de cirque, de danse, un film, un conte rythmé par la musique et les sabots.


 

Même ceux qui n’aiment pas le théâtre sont transportés et fascinés par la vision très esthétisée de ces êtres évoluant sur scène, semblant partager un même esprit tant leur complicité est grande.

Ainsi, comme les enfants le déclaraient en sortant, je n’ai pas vu le temps passer et j’aurais bien aimé rester dans la salle pour cinquante minutes supplémentaires !

Les photographies sont de Jeanne Roualet

 

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

Imprimer - - par Estelle, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 22 oct 2018

EDA : Georges Dandin par Anthony

Jean-Pierre Vincent remet au goût du jour une pièce de théâtre du XVII° siècle…



C’est George Dandin, un faux nobliau qui parvient à s’acheter une femme, Angélique, pour s’élever dans la société. Mais c’est sans compter sur le fait que son épouse n’est pas d’accord avec cette relation forcée. Elle se laisse alors courtiser par une personne plus à son goût, Clitandre. C’est ainsi que les embrouilles commencent pour le mari confondu.

Pendant toute cette pièce, George Dandin va alors essayer de prouver à ses beaux-parents que son épouse la trompe. C’est avec humour que l’on retrouve le mari toujours piégé, le tout rythmé par la voix et la musique d’un accordéoniste.

Cette fois c'est la bonne !



George Dandin pense réussir à piéger sa bien-aimée lorsqu’il se rend compte, que durant son sommeil, Angélique va voir son amant. Il décide alors de fermer son domicile à clé et d'appeler ses beaux-parents pour se donner raison. Encore une fois, la scène va mal tourner pour lui et il se retrouvera dehors, en chemise de nuit.

« Dandin, parvenu ridicule, doit l’être jusqu’à la fin. »

Et je me dis en sortant de la salle que Molière peut encore nous faire passer une belle soirée…

 



Les photographies sont mises à disposition par l'Espace des arts

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

Imprimer - - par Anthony, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 22 oct 2018

Philatélie : succès du salon « Promophil 71 », aux Charreaux

Samedi et dimanche , a eu lieu la 25éme édition de « Promophil 71 » regroupant à la salle des fêtes des Charreaux, une quinzaine d'exposants de curiosités postales, de cartes postales et timbres sur différents thèmes ( métro parisien, centenaire de la grande guerre, croix rouge, poste ferroviaire, Mariannes...).

 


« Nous regroupons des membres de 13 Clubs fédérés ou non » a indiqué Jean Sainson, secrétaire de « Promophil 71 » et Vice président de l'Amicale Philatélique Chalonnaise. Les membres de cette dernière association, présidée par Pierre Boquillon , ont contribué au succès de ce salon.

 

 

 
 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 22 oct 2018

EDA : Sarah McKenzie par Sarah

Le 19 octobre 2018, c’est dans le somptueux cadre de l’Espace des arts que s’est tenu le spectacle de Sarah McKenzie, premier concert de jazz dans le Grand espace rénové.



20h00, la salle est copieusement remplie, une scène sombre puis illumination ! Une femme blonde s’avance accompagnée de 3 hommes. Des mains qui glissent sur le piano une contrebasse qui s’exclame, une batterie qui se fait remarquer et une guitare avec son air rock. On plonge immédiatement dans une ambiance jazzy !

Et soudain, elle commence à chanter. On se laisse toute suite envouter par sa voix grave et puissante. Les instruments qui s’entrelacent accompagnés de cette magnifique voix. Non ! On n’assiste pas à un jazz habituel, ce jazz qui fracasse les frontières, un jazz comme un café au lait…Oui c’est un jazz couleur caramel. Contemporain mais aussi conservateur. Le public se laisse envouter au rythme de ces cadences qui le font vibrer. Sarah et ses musiciens arrivent à tenir le public en haleine en variant les intensités, les rythmes, les mots...

Des instruments qui se montrent sous leurs plus beaux solos c’est juste magnifique. Cette première expérience d’assister à un concert de jazz est un moment inoubliable. Comme elle explique, Sarah voyage beaucoup, c’est sans doute de là que vient son jazz métissé. On assiste à un réel mariage de culture musicale. Il était même possible de lire sur les visages de ce quatuor la joie qui se manifestait lorsqu’il nous embarquait dans leur monde, dans leur imaginaire...

Et comme pour nous dire au revoir, Sarah conclut sur une dote beaucoup plus sobre…La soirée se termine sous un tonnerre d’applaudissements justifiés.

La photo est signée Hugo, étudiant aussi en TAIS de l'IUT de Chalon-sur-Saône.

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Sarah, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 22 oct 2018

EDA : Sarah McKenzie en concert !

Vendredi 19 octobre à 20h, la chanteuse et pianiste Sarah McKenzie d'origine de Perth, Australie, était à l'Espace des arts à Chalon-sur-Saône en concert pour son dernier album Paris in the rain sorti en janvier 2017.



Ce nouvel album de jazz est un hommage à la ville de Paris mais également aux villes d'Europe comme Londres, Rome ainsi que le Portugal. Chaque ville est pour elle une expérience, un souvenir…

Dès le premier morceau, nous sommes plongés dans une atmosphère particulière des années du Jazz avec des jeux de fumée et de lumières sur les quatre instruments.



Accompagnée par Pierre Boussaguet à la contrebasse, Hugo Lippi à la guitare et Franck Agulhon à la batterie, Sarah McKenzie a su combler le public à chaque morceau. Ses chansons reprenaient différents styles de musique, adaptés à une forme de Jazz plus actuelle afin de nous proposer un mélange des genres originaux. Chaque solo d'instrument était très applaudi, certains exclamaient leur enthousiasme au son de la voix de Sarah McKenzie.


Très respectueuse de son public, Sarah nous a accordé deux morceaux supplémentaires après de forts applaudissements de la part du public. "C'est un concert de grande qualité, très authentique" pouvions nous entendre du public à la sortie du concert.


N'ayant jamais eu l'occasion d'assister à un concert de Jazz avant celui-ci, ce fut une agréable découverte à travers l'ambiance authentique transmise par le travail très soigné de Sarah McKenzie et ses musiciens.


Sarah McKenzie continue ainsi sa tournée en France jusqu'au début de l'année 2019.

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

Imprimer - - par Hugo, étudiant en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 21 oct 2018

CD71_Le Président Accary confirme l'aide pour l'Aude

Intempéries dans l'Aude, le Département de Saône-et-Loire apportera son soutien

Le Département de l’Aude a été frappé par des intempéries meurtrières la nuit du 14 au 15 octobre derniers. Au dramatique bilan humain s’ajoutent des dégâts matériels majeurs pour les infrastructures, les bâtiments publics ou privés, les réseaux de transport…

Au lendemain de cette catastrophe, mardi 16 octobre, lors de la conférence territoriale de l’Autunois-Morvan, André Accary, Président du Département, avait annoncé que le Département de Saône-et-Loire serait solidaire du Département de l’Aude.

Menée en coordination avec l’Assemblée des Départements de France, une aide financière sera en effet proposée au vote des conseillers départementaux à l’occasion de la prochaine réunion de l’Assemblée départementale le 15 novembre 2018.

Cette solidarité, le Département de Saône-et-Loire la met en œuvre lorsque la situation l’exige, comme elle l’a déjà fait avec la collectivité de Saint-Martin suite à l’ouragan IRMA en 2017.

André ACCARY remercie donc le Groupe Gauche71 de relayer, dans son communiqué du jour, la proposition qu’il avait faite.
 
Imprimer - - par CD 71 - 20 oct 2018

GIVRY : « CORPS à COEURS » : les destinataires des lettres de Frida Kahlo 2

Reportage photos : Christiane Chapé : 2/3
 
 
 
 
 
 
Imprimer - - par christiane chapé - 20 oct 2018

GIVRY : « CORPS à COEURS » : les destinataires des lettres de Frida Kahlo lues par Chantal Romey ...


Le festival « Femmes reg’ARTS », courant du 9 au 21 octobre 2018, fêtant cette année Frida Kahlo, a déjà mis à l’honneur, dans cette quinzaine artistique réservée aux femmes : Fanny Mendelssohn, Colette la bourguignonne et Charlotte Salomon, artiste juive allemande …
 


Frida Kahlo (6 juillet 1907–13 juillet 1954), artiste peintre de génie, a engendré une œuvre picturale prolifique et poignante, témoignant de la souffrance physique engendrée par sa maladie et empreinte de culture traditionnelle mexicaine.

Outre ses nombreux tableaux, elle a entretenu une correspondance abondante et passionnée avec Diego Rivera, son maître et amant. Elle vécut avec lui un amour aussi ardent que tumultueux.


Ce vendredi soir, dans une halle aux grains remplie de spectateurs, Chantal Romey, a choisi de lire, accompagnée en voix off par Jean-Claude Dufour, quelques lettres « d’amour » qu’elle a écrites à son « ami-amoureux-amant- Diégo Rivéra … mais aussi à d’autres amours de jeunesse, à son amie Ella Wolfe, au docteur Léo Eloesser, au photographe Nicholas Murray, à Carlos Chavez, au Président du Mexique Miguel Aleman Valdes … dénonçant avec son langage sans fioritures, le snobisme des artistes de l’époque … triant dans son coeur les « vrais » et les « faux » !!!

Ces lettres, traversent la période 1925/1949 et dépeignent avec justesse le climat politique du Mexique.


Chantal Romey, qui avait déjà mis à l’honneur Charlotte Salomon l’an dernier à Rully, a acquis, avec ce spectacle, une amplitude de voix et de présence sur scène.

Ce spectacle rythmé sur trois temps, mêlant texte, voix off et musique, a permis de fredonner des musiques telles que : « Besame » par Cesoria Evora, «  Rio Bravo » de Deguello, « Ay et carmela viva la quita brigada rolando alarcon », « En un rincon del aima » par Chavela Vargas, « The run » de Kai Engel … et en musique finale « Sway ».

 


Final applaudi avec enthousiasme par des spectateurs qui ont partagé leurs émotions autour d’un buffet fabriqué et offert par l’association A2C.

Article et photos : Christiane Chapé

-----------------------------------------

Reportage photos : Christiane Chapé : 1/3

 
 
 
 
 

Suite :

GIVRY : « CORPS à COEURS » : les destinataires des lettres de Frida Kahlo 2 

GIVRY : « CORPS à COEURS » : les destinataires des lettres de Frida Kahlo 3 

 

 

Imprimer - - par christiane chapé - 20 oct 2018

GIVRY : « CORPS à COEURS » : les destinataires des lettres de Frida Kahlo 3

reportage photos : Christiane Chapé : 3/3
Imprimer - - par christiane chapé - 19 oct 2018

Une Vidéo pour suivre de près la Paulée 2018

Imprimer - - par Anthony, Bazir et Léa - 19 oct 2018

EDA : Roxane et un beau spectacle de Rock...

Pour ce premier spectacle de la programmation annuelle, quelques jours après l’inauguration de l’Espace des arts rénové, les spectateurs sont venu en nombre. Ils sont de tous horizons et de tous les âges. Rapidement, le grand espace se remplit, plus une place de libre. Toutefois je ne pus m’empêcher de me demander si cette affluence était due à la curiosité de voir le résultat des travaux ou la qualité supposée du spectacle…

 

Coup d’envoi donc de la saison, le 5 octobre dernier, avec le spectacle de danse My Ladies Rock de Jean-Claude Gallotta. Il retrace l’histoire du rock à travers ses icônes féminines tantôt rebelles, tantôt mélancoliques et toujours débordantes d’énergie.

Quand les danseurs apparaissent sur scène, un détail nous frappe immédiatement : la diversité. Autant parmi les femmes que les hommes, on voit des danseurs jeunes et des moins jeunes, des à la peau blanche, à la peau foncée, etc. Voir une telle diversité fait réellement plaisir et change des standards habituels et du stéréotype de la jeune danseuse blanche aux formes normées. Par la suite, cette diversité atteint aussi celle de la sexualité et du genre. Dès le début les danseurs s’affranchissent de leur genre pour revêtir des tenues féminines mais aussi s’installent dans des rôles «féminins». Jean-Claude Gallota semble alors regrouper à travers ses danseurs toutes les minorités persécutés de l’époque : les femmes, les noirs, les asiatiques et les milieux LGBT.

Ce spectacle frappe par l’émotion qu’il arrive à transmettre par les danseurs ou par l’histoire qu’il raconte. En effet, le spectateur revit l’histoire du rock et l’histoire personnelle de ces femmes grâce aux danseurs : la relation torride et tumultueuse de Marianne Faithfull avec Mick Jagger, la dépression de Nico et le caractère indomptable de Betty Davis... Par ces figures féminines fortes, on voit le spectacle mettre en avant la femme dans tout ce qu’elle a de puissance, de fierté, de sensualité et même de sexualité. On ne peut que l’admirer, l’envier et la désirer. L’homme lui-même semble devenir femme à travers ces danseurs !

A la fin du spectacle, c’est un tonnerre d’applaudissements. La foule acclame autant les danseurs que le metteur en scène. Autour de moi j’entends les commentaires : «J’avais envie de danser avec eux», «C’était magnifique», etc. Quant à moi ... Et bien je finis par me dire que les frissons que je ressentais durant le spectacle n’étaient peut être pas dus à la température de la salle."

[Photo de Stéphanie Para]

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Roxane,étudiante en Tais à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 19 oct 2018

EDA : Caroline vous fait revivre My ladies Rock

Rien qu'au titre on a envie de danser ! My ladies rock est un spectacle de Jean-Claude Gallotta, créé en 2017, dont la représentation à Chalon-sur-Saône s'est faite en ouverture officielle de la saison le 5 octobre 2018.

La salle affichait complet et nous étions, tous, les yeux et les oreilles grands ouverts au rock et à son histoire. C'est avec des danses et un discours en voix off que Jean-Claude Gallotta parle des chanteuses de rock dans les années 60/70. Il reconnaît en tant qu'homme la force de ces femmes à s'être imposées dans un monde « machiste » (dit-il) qu’est le rock.


Wanda Jackson, Aretha Franklin, Nico, Janis Joplin, Nina Hagen, Tina Turner et bien d'autres ont su bouleverser les codes sociaux et musicaux et, ainsi marquer le monde de la musique et plus… Le spectacle leur rend hommage, les soutient, les défend, nous raconte leurs histoires, qu'elles soient jugées provocantes, mal-vues, car droguées, sensationnelles, hors normes ou exceptionnelles… Jean-Claude Gallotta nous les montre libres et féminines. Toutes décrites à travers leurs musiques, il dresse un portrait de femmes fortes qui, la tête haute, font face au monde !

Amenés dans le monde musical des années 60, les danseurs transmettent leur plaisir de danser avec le sourire aux lèvres. Leurs visages étaient expressifs, allant du provocateur au sensuel passant par la joie dégagée par ces musiques. Jean-Claude Gallotta à su trouver les mots et les chorégraphies pour traduire les musiques et ces musiciennes de talents en mouvement. Il y avait des danses sensuelles, provocantes, et d'autres plus romantiques.

Le discours sans tabou et sans jugement moral, mais pour autant juste, montre que la danse et la musique (et qui plus est les Arts en général) n'ont pas de sexe, de couleur, d’appartenance religieuse ou autres. Qu'ils soient hommes ou femmes, les danseurs portaient des robes, les autres avaient la place de la femme, les genres étaient mélangés et la libération sexuelle fût ressentie. Dans tout les cas ils dansaient tous le rock jusque dans leurs yeux.

Il y avait des trios, des quatuors, des duos et des solos, nous pouvons ainsi dire qu'ils ont tous portés ces modèles féminins en eux et ont ravivé davantage leurs âmes à nous yeux.

C'est avec nostalgie que je suis sortie de ce spectacle, car aujourd'hui il n'y a plus de modèle féminin aussi symbolique qu'elles, qui, avec leurs voix, plaçaient les femmes à l'égal de l'homme ! Une belle soirée !

[photo de Stéphanie Para]

 


D ans le cadre d'un partenariat entre le site vivre-a-chalon, l’IUT de Chalon et de nombreuses structures culturelles chalonnaises les étudiants de la licence professionnelle TAIS (techniques et activités de l’image et du son) proposent leurs reportages, leurs critiques de spectacles, leurs ressentis de lectures, leurs idées de cadeaux, leurs recettes…

 

 
Imprimer - - par Caroline, étudiante en TAIS à l'IUT de Chalon-sur-Saône - 19 oct 2018

Le festival Instances se rapproche alors parlons-en !

J’ai longtemps cru que je n’aimais pas la danse… Enfin, plus exactement, au départ, je ne savais pas que la danse existait, puis je l’ai quelque peu négligée, sous-estimée, voire même méprisée à ma façon… Pourtant, je ne peux pas trouver d’excuse dans le fait de ne pas avoir vu de spectacle. Oui, je l’avoue, j’ai vu des spectacles d’écoles de danse, j’ai même vu des ballets de qualité à Bastille et au Kremlin…

 

 

Mais que tout cela me semblait fade, dépourvu de sens, sans profondeur… Que pouvait-on aimer dans de tels spectacles ? J’avais l’impression que seule la musique comptait. Donc, si j’aimais la musique, j’aimais le spectacle… mais sans plus. Finalement, je n’avais rien compris à la danse…

 

Mon épouse, qui avait dansé de nombreuses années et qui aimait ces spectacles, avait fini pas se faire une raison : définitivement son mari n’aimerait jamais la danse !

 

Pourtant, un jour, tout changea ! A l’origine, plusieurs discussions avec Pedro Gracia, l’ancien directeur du CNAR de Chalon-sur-Saône et du festival Chalon dans la rue. C’est lui qui m’a poussé à voir certains spectacles de danse dans la rue. Au départ, des petites formes, puis des spectacles plus conséquents… Il y eut un déclic, je commençais à m’ouvrir à un art qui allait me bouleverser… Depuis, tout a changé, les années se suivent, les spectacles dans la rue ou dans de magnifiques salles s’enchainent et le festival Instances de Chalon-sur-Saône est devenu un rendez-vous incontournable de l’année… C’est la danse contemporaine qui me touche le plus même si je ne suis pas capable d’en formuler toutes les raisons…

 

En effet, je ne suis pas danseur, loin de là, je n’ai aucune formation technique ni artistique dans ce domaine et donc je ne suis pas là pour parler avec académisme, juste pour vous dire ce que je ressens et ce que la danse m’apporte…

 

Pour moi, la danse est avant tout un art qui touche au plus profond de l’être humain. Ici, l’instrument de travail du danseur est son corps entier. Et c’est probablement là que je peux dire que la danse contemporaine est encore plus forte puisqu’elle permet à tous les corps de tous les âges de danser, d’exprimer, de jouer…

 

C’est ce corps qui va transmettre l’émotion, qui va raconter, qui va transporter, qui va bouleverser, qui va nous transformer. Oui, je pense que le spectacle vivant nous transforme par l’expérience sensorielle qu’il nous offre. Or, la danse qui passe par le corps entier est encore plus forte. J’ai le sentiment qu’elle parle à tout mon corps et donc imprègne encore plus ma mémoire, mes mémoires… Tout mon corps se souvient du spectacle, je revis cela de l’intérieur…

 

La magie de la danse, c’est offrir cela. Un voyage incroyable au fond de soi, dans tout ce qui nous est de plus intime à commencer par notre corps… Un spectacle de danse, ce n’est donc pas que de la musique, que des images, qu’une histoire, qu’une expérimentation, une intellectualisation… C’est du vécu, du concret, du geste qui reste en nous même quand le rideau est retombé…

 

Il ne s’agit pas, bien sûr, de vouloir hiérarchiser les arts, de faire croire que la danse est au-dessus de tout… je voulais juste vous dire pourquoi cet art me touche profondément, pourquoi je ne sort jamais indemne d’une soirée de danse, pourquoi j’en redemande, pourquoi j’attends avec impatience le festival Instances qui se déroulera cette année à Chalon-sur-Saône du 15 au 21 novembre 2018, pourquoi certains spectacles seront incontournables, pourquoi je prendrai beaucoup de plaisir à vous en parler avant, pendant et après…  

 

 


Sur V@C : Festival Instances 2018 - Programme complet du 15 au 21 novembre

 

 

 
Imprimer - - par Bonnet Michel - 17 oct 2018

CHATENOY-le-ROYAL : stage découverte de l'Art Textile à la Ferme de Corcelle 3

Reportage photos : Christiane Chapé : 3/3
Imprimer - - par christiane chapé - 14 oct 2018

Ce week end : Renouveau de la fête de Bougerot...après une absence de plus de 20 ans

Elles sont de retour, les attractions divertissantes et musicales, programmées pour samedi et dimanche, à Bougerot, l'un des trois plus importants hameaux de la commune de Gergy. Une fête dont la dernière édition a e lieu en 1994...Dans les années soixante, cette fête était très prisée des chalonnais, c'est ainsi que pour l'édition de 1968, une société de transports chalonnaise assurait une liaison entre la Place de la République et ce hameau de Gergy.

 


A PARTIR DE 14 H...SAMEDI ET DIMANCHE
A l'initiative de l'équipe d'animation de l'association la «Bouge'otte », fondée voilà tout juste une année, le hameau va retrouver des aires de fêtes, Place Thevenin, samedi et dimanche. Il y aura des attractions, celles installées par les forains mais aussi des animations, jeux d'adresse, avec buffet et buvette, à l'initiative de l'association « La Bouge'otte ». Des attractions permettant aux habitants du hameau mais aussi des environs de se divertir, de se rencontrer, comme jadis...

 


DANS LE RETRO-EN 1968 ET 1978
Qualifiée de « Grande Fête Populaire », elle se déroule souvent le deuxième week end du mois d'octobre. C'est ainsi qu'en 1968, elle a lieu le dimanche 13 Octobre avec le dancing « Le Floress » et l'orchestre de « Maurice Michel ». Un service de car, est même assuré entre la Place de la République et Bougerot, par l'entreprise Girardot, entre 14 et 15 H 30 .
. Dix ans plus tard, elle a lieu le dimanche 7 Octobre 1978, avec le dancing « Jam's » et l'orchestre bien connu « Atalante ».


LES ACTEURS DE LA FETE

DES FORAINS : BENJAMIN KRAMER : Manège auto-tamponneuse 3 éme génération
Benjamin, installé à Louhans, depuis deux ans, n'est autre que le fils de Daniel, lui même forain, dont le père André a crée une entreprise foraine en 1965, à Morbier, dans le Jura voisin.

 

 


CEDRIC HERMANVILLIER : « Nous sommes heureux avec Benjamin en qualité de professionnels de pouvoir contribuer à renaître cette fête que mes parents ont eux aussi bien connus, voilà plus d'une trentaine d'années. Le siège de mon entreprise se trouve à Saint Loup-Géanges, nous ne pouvions que répondre favorablement à la demande de l'association présidée par Christian Mazoyer.


ASSOCIATION « LA BOUGE'OTTE » avec notamment Rémi,Roger, Guy, Jean Claude et Christian Mazoyer ( sur notre photo). Ces habitants du hameau avec d'autres ont crée, il y a un an une association, suite à des rencontres lors de la fête des voisins, organisatrice de différents événements  fête de la musique, initoiative pour les enfants pour la fête d' Halloween, rencontres avec les aînés afin de recueillir les témoignages sur le riche passé du hameau.


DES REACTIONS DES HABITANTS

BRIGITTE BIANCO : «  Dans ma jeunesse et bien après, j'ai participé à la fête foraine, il y avait bal le samedi en soirée, le dimanche après midi et à nouveau en soirée. Ce premier nouveau rendez-vous va être apprécié, cela permet aux habitants du hameau de mieux se connaître »


LAETITIA MOREAU : C'est une bonne initiative pour faire revivre Bougerot, pour les jeunes mais aussi moins jeunes »

 

 

HENRI RENIAUX ( RIVERAIN DE LA PLACE THEVENIN) – A 94 ANS, C'EST L'UNE DES MEMOIRES DU HAMEAU : « Avant la seconde guerre mondiale, il y a eu un bal monté, dont le propriétaire était M. Grandjean, que l'on nommait « Canot », originaire de Verjux, il habitait alors Sassenay et était un tenancier de cafés. Après la guerre, c'est M.Nectoux de Saint Rémy, qui montait le bal. La fête, pour les habitants, c'était une grande occasion de recevoir leurs familles pour déjeuner le dimanche, puis de se rendre ensuite à la fête ».

 

Nos photos : Les forains- Une partie de l'équipe d'animation de la « Bouge'otte »- Brigitte Bianco- Laetitia Moreau- Henri Reniaux, une figure de Bougerot.

Imprimer - - par Daniel DERIOT - 12 oct 2018

Saint Laurent : initiation et découverte de l'art vitrail à l'invitation du comité de quartier

Christine Devevey et Hélène Millière, membres de l'association « accro du vitrail »ont animé une rencontre jeudi après midi.


DEMONSTRATIONS ET EXPOSITION
Destinée, aux habitants du quartier Saint Laurent et des secteurs avoisinants, cette réunion a été organisée par l'équipe d'animation du comité de quartier. « C'est un après midi convivial et très intéressant » a confié Maguy Grelin, présidente du comité. Les participantes ont assisté à différentes démonstrations et n'ont pas manqué de découvrir les multiples réalisations confectionnées par « Les accros du Vitrail », une association ( 1 ) fondée en 2011. Christine Devevey et Hélène Millière ont expliqué les techniques utilisées, elles ont recours à celle dénommée « technique Tiffany ».


PROCHAINS RENDEZ-VOUS
Le comité organise une vente des soupes des chefs, le samedi 27 Octobre, à partir de 17 H, devant la boulangerie (
- Jeudi 15 Novembre : de 10 H à 12 H , inscriptions pour les colis ou repas de fin d'année
- Jeudi 15 Novembre : de 14 H 30 à 17 H 30 : Sur inscriptions atelier chocolat, Fabrication, dégustation.
- Vendredi 16 Novembre : de 10 H à 12 H : inscription pour les colis ou repas de fin d'année.
- Dimanche 25 Novembre : de 8 H à 18 H : Brocante au gymnase de la place Thevenin.
- Jeudi 6 Décembre : à partir de 14 H 30 : Loto, nombreux lots, à l'approche de Noël.


( 1) : Adresse et coordonnées de l'association : Atelier-Rue Saint Germain- Tél : 06 07 48 46 84.Ouvert les mercredi et samedi de 14 H à 18 H.

 
 
Imprimer - - par Daniel DERIOT - 11 oct 2018

CHALON : Thé dansant organisé par la Maison des Seniors, ce mercredi, au Clos Bourguignon


Parmi ses nombreuses activités, la Maison des Seniors a organisé ce mercredi après-midi, un thé dansant animé par Gilbert Drigon et son orchestre.

Une belle ambiance « musette » avec un répertoire joyeux et indémodable, a ravi les 80 chalonnaises et chalonnais, toutes et tous usagers de la Maison des Seniors.


La Maison des Seniors, inaugurée le 1er juin 2017, a pris depuis cette date sa vitesse de croisière et continue à offrir toutes les activités et entretenir le dialogue qui fait avancer les choses … son objectif est de se rapprocher toujours plus à un public qui n’a pas accès au service public par le biais du partenariat et du bénévolat.

la Maison des Seniors a présenté son programme courant de juin à décembre, mettant l’accent sur « LA FORME ET LE BIEN-ETRE ».

Les activités sont encore nombreuses et variées au cours de ce deuxième semestre : culture, entre générations, connaître notre planète, forme et bien-être, les clefs informatique, prévention et sécurité, restaurant seniors, séjours sorties, atelier peinture et arts plastiques …

 

 

 


Emmanuelle Landré, Directrice de la Maison des Seniors, Jacqueline Gaudillère, Conseillère municipale déléguée,
chargée des relations avec les clubs d'Anciens et Sylvie, oeuvrant au service du lien social à la Maison des Seniors, étaient présentes ce mercredi après-midi au Clos Bourguignon … et ont fait quelques tours de piste … embarquées par l’ambiance.

 
 


Article et photos : Christiane Chapé

------------------------------------

Info pratique :
* Maison des seniors : 36 Rue Général Leclerc - 71100 Chalon-sur-Saône

Imprimer - - par christiane chapé - 10 oct 2018

La Paulée met à l'honneur la photographie dans la ville de l'image !

A l'occasion de la Paulée 2018, retrouvez :

- les trois photographes invités à exposer à ciel ouvert dans la ville de l'image; l'anglais Tim Atkin, le français Michel Joly et l'espagnol Justo Rodriguez.


- la photo qui a remporté le concours photo de la Paulée 2018, réalisée par Mme Delphine Nardelli, de Dracy le Fort. Elle remporte deux places pour le dîner de gala de la Paulée.

Les auteurs des 17 photos retenues pour l'exposition qui aura lieu quai des Messageries, du 19 octobre au 8 novembre, recevront deux verres de dégustation pour la soirée de vendredi rue de Strasbourg.

 
Imprimer - - par Ville de Chalon - 9 oct 2018

CHALON : dédicace de l'opus de J.F. Prost « On ne donne pas de confiture aux poissons « Au Gré du Van » rue du Blé


Autour de la brocante mensuelle des commerçants des rues du Blé et des Poulets, réunissant de nombreux stands et des visiteurs non moins nombreux ce samedi, Jean-François PROST, auteur du roman policier « On ne donne pas de confiture aux poisson », une enquête de l’inspecteur Jarouz … a rencontré un vif succès.



Il faut dire que les amis, la famille, les copains-copines … voir les copains des copines et leurs enfants … devenus copains  !!! avaient largement relayé l’événement … mais il n’empêche que le talent d’écrivain de Jean-François l’a emporté sur la « pub » …

Un bon écrivain n’attend pas le nombre des années !!

Présenter un ouvrage dans la librairie ancienne de Christophe Reynaud, est un gage de réussite … car il est généreux, accueillant, ouvert et … plein d’humour …

Belle journée que ce samedi due à l’association des commerçants de ces deux rues œuvrant pour que les rues jouxtant le cœur du centre ville soit dynamiques.

Pari réussi ce samedi.


Article et photos : Christiane Chapé

Imprimer - - par christiane chapé - 7 oct 2018



Rechercher dans cette rubrique  


 
Tipi.net
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ
LIRE Travaux musique



PROPOSEZ VOS INFOS

 

 

Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle