vivre-a-chalon : Une autre info à Chalon et dans le Grand Chalon

Le portail local de chalon sur saone, pour les chalonnais ... par les chalonnais

vendredi 22 juin 2018

Bonne Fête Alban

Photo de Chalon

photos - chalon sur saone

DITES-LE EN PHOTOS

Vous êtes ici :

Photo-blogs : blogs photo :-)

  Votre téléphone mobile sait prendre d'excellents témoignages...
Il suffit d'appuyer sur le déclic au bon moment !

Et vous n'avez pas envie d'écrire mais vous préferez montrer des photos.

Ou vous pensez qu'une image peut remplacer un long discours... 

Alors le photo-blog est pour vous !

Vous avez une photo qui vous parait intéressante : envoyez-là en cliquant sur "Participer à cette rubrique" .
Nous publierons sur le blog photo de vivre-a-chalon les meilleures photos. 

 

ENVOYEZ VOS PHOTOS ICI

 

 

Courses X Lake en plus de 250 photos !

Suite du reportage :

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 2

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 3

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 4

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 5

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 6

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 7

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 8

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 9

- par Josserand@gmail.com - 17 juin 2018

Courses X Lake 10

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 11

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 12

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 13

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 14

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 15

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 16

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 17

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 18

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 19

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

Courses X Lake 20

- par Josserand Patrice - 17 juin 2018

7e édition des journées Biodiversité et Patrimoine viticole au Château Pontus de Tyard-Bissy

 

Les 8-9 et 10 juin, l’association « Renaissance du Château Pontus de Tyard » à Bissy sur Fley organisait les 7e Rencontres « Biodiversité et Patrimoine viticole» autour du goût et des couleurs.
Le public a pu découvrir les vignes conservatoires puis en déguster le divin breuvage, sur les conseils avisés de Claude Jouve, président de l’association.

 

Puis, sur les conseils des viticulteurs des caves de Buxy et Bissey , le visiteur pouvait aussi déguster les vins de la Côte chalonnaise à l’ombre de la grange tout en admirant l’exposition photographique sur la vigne des artistes primés lors du festival international « Terroirs d’images » : Olivier Adam, Daniel Andien-Espinal, Alain Berton, Frank Bouher, Roger Cantagrel, Patricia Didier-Jean, Hans Hebeisen, Hubert Lamy-Monnot, Alain Marquina et Enzo Massa.

 

 

Conférences, projections vidéo, interventions de scientifiques et spécialistes se sont succédés tout au long de cette édition sur des thèmes très variés et riches mais tous en rapport avec la vigne et le vin et la biodiversité : couleurs des cépages, sauvegarde de la biodiversité, Bacchus et Améthyste, Flore et vigne en Côte bourguignonne, Eau et vigne, Chais et caves, Pierre et patrimoine, Gestes vignerons, etc.


Dans la cour, une très belle exposition sur la pollinisation informait le public sur le déclin des pollinisateurs, ces insectes qui assurent le transport du pollen et par là, fécondent les fleurs et les plantes ; et du danger pour l’humain de cette disparition alarmante résultant de nouvelles prédations (frelon asiatique par exemple), de l’utilisation excessive de produits phytosanitaires (pesticides), de l’urbanisation et de l’occupation des sols, de l’implantation d’espèces florales exotiques particulièrement dans nos villes et enfin du changement climatique générant des pluies abondantes en période de pollens. De nombreuses et simples préconisations à mettre en place par chacun clôturaient ce parcours pédagogique : faucher plutôt que tondre, laisser des friches, pailler avec les déchets des tailles, planter des fleurs, arbustes et fruitiers variés et locaux, etc.


Ravageur, le paisible cheval de Joseph a promené en calèche à travers vignobles et coteaux enfants et parents ou grands-parents, au profit de l’association « L’Arc en Sils » pour aider Sixtine.
Dans le cadre idyllique du château, ouvrages et livres sur les vins régionaux, la biodiversité étaient présentés par la librairie chalonnaise La Mandragore.


Joyce Delimata exposait « Les couleurs du vin en peinture » sur les cimaises de la grande salle du château. Trois compositions sur les teintes de trois crus : Marsannay Clos du Roy en 9 points, Marsannay Rosé en 12 points et Volnay Clos des Chênes en 9 points.
D’autres ont été charmés par les vinarelles (winarelles) de Gérard Mayen, artiste-peintre qui réalisent despaysages et surtout à la demande des portraits avec une technique très particulière. Très prisée dans les Balkans et en Italie au XIXe siècle, cette technique proche de l’aquarelle et du lavis consiste à peindre avec du vin.

 

 

C’est avec impatience que tous ont attendu en clôture de ces journées, le résultat du concours de Photographie « Goûts et couleurs de la Côte chalonnaise ». Proclamé par Charles Lelu, Président de l’association des Amis du Musée Nicéphore Niépce, association partenaire, le palmarès de ce concours a réservé de belles surprises. Le prix du public attribué cette année à quatre lauréats : premier prix à Mme A. Cayot, deuxième prix à M. A. Flahaut et troisième prix ex-aequo à Mmes H. Bos et C. Escalle.

 
 
- par Josserand Pascale et Patrice - 11 juin 2018

Chalon en photo : Place de l'Hotel de Ville

- par Mercier David - 9 juin 2018

6 juin 2018 : Niépce débarque à Chalon

En ce 6 juin 2018, la ville de Chalon sur Saône avait rendez-vous avec une illustre figure locale : Joseph « Nicéphore » Niépce. A l’occasion de la remise sur piédestal de l’imposante statue en bronze de l’inventeur de la photographie sur l’esplanade du Port Villiers entièrement réaménagée, le fantôme de Niépce incarné par le comédien Alexandre a déambulé dans les rues de sa ville natale, sur les lieux de son existence pour rappeler à un public venu en nombre assister à l’évènement, les moments essentiels de la vie du génial inventeur.

 


Joseph Niépce, naît le 7 mars 1765 à Chalon-sur-Saône sous le règne de Louis XV dans une maison au bout de la rue de l’Oratoire, petite rue chalonnaise traversée par un passage couvert et première étape de cette promenade.


Son père, Claude Niépce, conseiller du Roi, est avocat à la Cour, receveur des consignations à Chalon-sur-Saône. Sa mère, née Claude Barault est la fille d'Antoine Barault, avocat et conseiller du Roi. Très aisée et l'une des plus anciennes de Chalon, la famille Niépce possède des propriétés dispersées autour de la ville.

 

 


De 1780 à 1788, les études aux collèges des Oratoriens à Chalon-sur-Saône, Angers et Troyes destinent Joseph à la prêtrise à laquelle il renoncera lors de son engagement dans l’armée révolutionnaire en 1792.
C’est en 1788 qu’il se choisit le prénom de Nicéphore signifiant « celui qui porte la victoire ».

 

 

Installé à Nice, Joseph Nicéphore épouse Agnès Roméro qui lui donnera en 1796 un fils prénommé Isidore.


À trente-six ans, Niépce revient sur les terres familiales situées à Saint Loup de Varennes où il s’installe avec sa mère, sa sœur Claudine-Antoinette et ses deux frères Claude, l'aîné, et Bernard. Là, il se consacre avec son frère Claude à ses travaux d’inventeur dont la draisienne et le « pyréolophore », le premier moteur à combustion interne breveté en 1807.

 


La balade chalonnaise de Niépce mène le public à la place Saint-Vincent où notre guide-fantôme s’étonne de cette boule de pierre étrange mais reconnaît la cathédrale flanquée de ses deux tours carrées symétriques, hautes de 42 mètres, proposées par l’architecte Antoine Chenavard en 1827, car les deux anciennes tours commençaient à s’effondrer et qu’il a vu construire. Ces deux tours, qui sont aux extrémités droite et gauche de la façade, sont couronnées de seize statues des saints patrons des quartiers et des communes chalonnaises (saint Georges, saint Laurent, saint Vincent, saint Jean, sainte Marthe, saint Paul).

 


La troisième halte se fait quai des Messageries, au numéro 28 du quai car là, entre Saône et Château du roi Gontran, roi chalonnais mérovingien peu connu (525-593), se situe le Musée Nicéphore Niépce, le musée de la photographie.
Photographie, mot inconnu pour notre guide-fantôme qui, dès l’année 1816 effectua des premières recherches « héliographiques ».


D'après la lettre à son frère Claude, datée du 5 mai 1816, il semble que ce soit à cette date que Nicéphore Niépce obtient un premier résultat significatif : une vue depuis sa fenêtre. Il s’agit d’un négatif que Niépce ne parvient pas à fixer. Après son développement, le papier continue de se noircir.

 


En 1827, Niépce réalise la photographie intitulée le Point de vue du Gras, prise depuis la fenêtre de sa maison de Saint-Loup-de-Varennes, près de Chalon-sur-Saône. Il utilise pour cela une plaque d’étain et du bitume de Judée.


Bien que correspondant depuis 1826, le premier projet d'association entre Niépce et Daguerre voit le jour en octobre 1829. Le but de l'association est de commercialiser les fruits de la nouvelle découverte, à parts égales. Niépce apporte son invention, Daguerre ses relations. Au cours des années suivantes, la collaboration devient plus étroite : une correspondance s'établit entre Chalon-sur-Saône et Paris. Le 5 juillet 1833, Nicéphore Niépce meurt subitement dans sa maison de Saint-Loup-de-Varennes. Il repose depuis au cimetière du village.

 

 

Le 3 juillet 1839, François Arago présente à la chambre des Députés son rapport sur le daguerréotype et livre au monde le secret du procédé de Louis Daguerre en omettant d’y associer Nicéphore Niépce, son inventeur. Il faudra quelques années pour que la paternité de l'invention soit définitivement rendue à Niépce et que Chalon sur Saône redevienne le berceau de la photographie.

 

 


Au terme de ce périple rondement mené dans les rues chalonnaises par les équipes techniques de l’entreprise Colas et de son partenaire ID Verde, le cortège rejoint le piédestal qui trône sur l’esplanade et attend impassible face à la Saône, la tonne et demie de bronze confiée au soin de la société Trevix pour sa remise en place.

 


Agée de 133 ans, la belle réalisée par M. Guillaume en 1885, s’est refait une petite beauté. L’homme qu’elle représente, illustre inventeur de la photographie, se tient debout, vêtu de sa redingote, tourné vers sa maison du Gras au sud, face à la Saône. Sa tête inspirée regarde le soleil, sa main gauche tient la plaque gravée du cardinal d’Amboise : gravure d’Isaac Briot, non datée dont une estampe originale a été envoyée à Niépce en août 1826 par son cousin du Bard de Curley. Le cardinal d’Amboise deviendra le meilleur exemple des succès de l’héliographie de Niépce (reproduction de gravures).

 

 

 

Après de nombreux essais et calages, la statue de Nicéphore Niépce repose enfin sur son socle à quelques mètres seulement de son emplacement initial.

 

 


Suite du reportage :

 

- par Josserand Pascale et Patrice - 7 juin 2018

6 juin 2018 : Niépce débarque à Chalon 2

Suite du reportage :

 

- par Josserand Pascale et Patrice - 7 juin 2018

6 juin 2018 : Niépce débarque à Chalon 3

Suite et fin du reportage :

 

- par Josserand Pascale et Patrice - 7 juin 2018





Rechercher dans cette rubrique  


 
LE FIL INFO EN DIRECT

EN UNE - SORTIR
NOUS CONTACTER

 agenda FOCUS 

HUMEURS, & DÉBATS 
Lettre d'info

Nos billets
PHOTOS  BD
CINÉMAS
 
TV Portraits FAQ  LIRE



PROPOSEZ VOS INFOS

 
Nos partenaires : Votre site internet Communication événementielle